Archives

All posts for the month juillet, 2015

Rating:

Voilà la 5ème partie de ce merveilleux voyage au Vietnam .

suite des différents articles publiés sur ce voyage au Vietnam :

http://www.onsortoupas.fr/voyager-avec-qatar-airways-vers-le-vietnam-le-luxe-de-la380-en-business-class/

http://www.onsortoupas.fr/voyage-au-vietnam-2015-2eme-partie-saigon-et-le-depart-vers-hue/

http://www.onsortoupas.fr/voyage-au-vietnam-2015-3eme-partie-hue-la-cite-imperiale-et-les-tombeaux-des-empereurs/

http://www.onsortoupas.fr/voyage-au-vietnam-2015-4eme-partie-les-tombeaux-de-la-region-de-hue-vietnam/

IMG_4351

On revient dans la civilisation actuelle avec la ville de Danang, ville coupée par le fleuve, avec ses ponts magnifiques, qui sont éclairés la nuit comme si vous étiez à Las Vegas. Reprenons donc là où nous étions arrêtés, Hue. Pour aller de Hue à Danang, peu de possibilités, trop proche pour y aller en avion, trop lent pour y aller en train, trop cher pour y aller en voiture ou en taxi. Donc la solution reste le bus. Et là c’est du grand n’importe quoi. C’est effectivement très peu cher, quelques euros par personne pour faire le trajet . Petite recommandation, si vous voulez voyager dans des conditions un peu meilleures et que vous êtes seul, réservez deux places, vous pourrez voyager avec vos appareils de valeur comme appareil photo et ordinateur , sans avoir de crainte  que ceux-ci soient bousculés dans la soute. C’est d’ailleurs ce que j’ai fait. On vient vous chercher à votre hôtel et vous retrouvez dans un bus presque propre, avec un peu de tout, des locaux, des touristes, des portables qui sonnent, des gens qui ronflent, et j’en passe. Je ne sais pas si c’est la loi qui le veut, mais au bout de peut-être 90 minutes, le bus s’arrête dans un endroit désertique, on vous oblige à sortir du bus pour aller consommer quelque chose dans un établissement peu avenant. Je n’ai même pas osé aller visiter leurs lieux d’aisance. à 10h30 le matin, après un petit déjeuner, je n’ai ni faim, ni soif, de toutes façons j’avais pris la précaution d’apporter une petite bouteille de jus de fruits. Je ne pensais pas en m’asseyant sous un des ventilateurs que cela créerait un problème….combien je me trompais. A peine assis, on me demande de consommer quelque chose. Devant mon refus, l’employé a coupé le ventilateur, me disant que cela coûtait trop cher de s’asseoir au ‘frais’. Des français bien sympa ont vu le manège, et m’ont proposé une place près de leur ventilo, alors qu’ils avaient pris deux consommations pour 4. J’en suis quand même resté stupéfait. C’est la seule fois où j’ai vu des vietnamiens stupides, bornés et incroyablement anti-touristes, alors que l’arrêt ne se justifiait pas, si ce n’est pour arroser le chauffeur, et prendre de l’argent à tous ceux qui voyagent.

IMG_4419 IMG_4418 IMG_4416

Bref, c’est un épisode que je préfère oublier, mais qu’il ne m’est pas possible de passer sous silence. Arrivé à DaNang, le bus nous dépose à l’entrée de la ville, où les taxis ne sont pas légion, mais bon j’ai réussi à en capter un une dizaine de minutes après mon arrivée qui m’a déposé à mon hôtel. Cet Hotel est l’Hotel Varna, qui est de l’autre côté de la rivière, le côté le plus calme, le côté opposé étant une succession de bars, boutiques, restaurants, marchés etc. Cet hôtel qui a dû être il y a encore quelques années un établissement de luxe a gardé sa prestance et le personnel est d’une extrême gentillesse. A noter que lorsque j’y suis allé, il n’y avait pas de coffre dans les chambres. Il faut donc laisser son argent et cartes etc dans une enveloppe bien fermée à la réception. Le hall d’entrée est immense, genre salle de bal, avec des expos des spécialités du coin : le marbre et autres onyx. Sans que j’ai rien demandé on me donne pour une 20taine de dollars, comme réservé quelques temps auparavant, un énorme surclassement. J’ai une suite, deux pièces avec un balcon avec vue sur la rivière et sur tous les ponts. Rien que pour cela, je garde un souvenir exceptionnel de cet hôtel. Il aura toutefois deux inconvénients : le personnel ne parle pas un mot d’anglais, et encore moins de français. Alors pour demander un tire bouchon, par exemple, imaginez les mimes à réaliser. Mais ça a un côté amusant. Le second, c’est le petit déjeuner. A bannir. Sauf si on peut manger des soupes, et des plats riches le matin vers 8h00. En revanche, vous avez l’occasion de louer un scooter au garage au sous-sol. C’est vraiment pas cher, et cela vous permet de vous déplacer quand vous le voulez.

IMG_4336 IMG_4338 IMG_4339 IMG_4341 IMG_4344

Donc le soir, c’est vue des ponts illuminés, de la grande roue au loin, et des bars, où vous trouverez toujours quelqu’un pour vous aider dans les choix des restaurants, si ceux des guides Routard et Petit Futé ne vous plaisent pas. Bien entendu il y a toujours les marchés, mais on ne peut pas dire que celui de Danang surpasse ceux de Saigon ou de Hue. Une petite visite devrait suffire.

IMG_4358 IMG_4360 IMG_4361

Vous avez aussi un musée, entrée gratuite, mais bon, vous aurez vite fait le tour, et je vous laisse en découvrir les ‘trésors’.

IMG_4346 IMG_4347 IMG_4348 IMG_4349 IMG_4350 IMG_4352 IMG_4353 IMG_4354 IMG_4355 IMG_4356

Voilà une petite vidéo, réalisée dans un des meilleurs restaurants de la ville, où vous allez apprendre comment on fait des rouleaux de printemps soi-même! Bon Appétit :

Je vous ai parlé des éclairages des ponts la nuit, certes les photos ne savent rendre justice, mais jugez-en par vous-même.

IMG_4370 IMG_4373 photos iphone 098 photos iphone 099 photos iphone 102 photos iphone 103 photos iphone 110 photos iphone 118 photos iphone 119

Pour terminer, il y a la Montagne de Marbre à quelques kilomètres du centre ville, facile à trouver. Joli vue du haut de cette petite montagne :on y monte en ascenseur (payant, mais pas cher), et en bas tous les marchands du temple, qui vendent du marbre sous toutes ses formes , des mini bouddhas à 200 grammes jusqu’à ceux qui pèsent plusieurs tonnes. Cela mérite une visite, mais attention il y fait très chaud.

IMG_4376 IMG_4378 IMG_4379 IMG_4380 IMG_4383 IMG_4384 IMG_4385 IMG_4399 IMG_4396 IMG_4414 IMG_4413 IMG_4395 IMG_4392 IMG_4412 IMG_4411 IMG_4391 IMG_4390 IMG_4409 IMG_4406 IMG_4389 IMG_4388 IMG_4405 IMG_4400 IMG_4386

La ville suivante est à une trentaine de kilomètres, il s’agit de Hoi An, dont la vieille ville est une totale splendeur, mais il vous faudra attendre quelques jours avant que vous ne puissiez voir cette ville où les lampions de toutes les couleurs éclairent de milles feux.

deux vidéos :

à suivre : ….

Rating:

Vu par plusieurs millions de spectateurs de par le monde, la troupe était à Paris pour quelques soirées uniquement.

jarocho_40x60

Acclamé par 3 millions de spectateurs à travers le monde, « Jarocho » était à Paris pour 5 représentations exceptionnelles au Théâtre Mogador. Pour la première fois en France, la troupe de 30 danseurs et 9 musiciens dirigée par Richard O´Neal nous offrait un voyage haut en couleur au sein de la culture mexicaine. Le « son Jarocho » et les rythmes qui l’ont formé sont recréés et réinterprétés grâce aux plus grands noms de la musique et de la danse mexicaine. Le spectacle offre une interprétation libre de l’histoire de la région de Veracruz par le biais de différents styles de danse tels que le flamenco, la danse classique, la salsa ou les rythmes afro-caribéens. Du son des tambours d’Afrique à la cadence des rythmes cubains, en passant par la tradition du flamenco, « Jarocho » associe des danses, du folklore, des coutumes et des costumes typiques de Veracruz. Aux instruments traditionnels s’ajoutent des instruments contemporains pour de nouveaux accords de « La Bamba », « El torito », « El Colás » ou « La bruja ».

fandango imagedd JAR_0481 menu

Sur la base de rythmes ancestraux, la musique, témoin de l’ampleur, de la force et de l’énergie de la région, a été spécialement composée et arrangée pour ce spectacle par Luis Leñero, musicien, arrangeur et directeur musical . « Jarocho » est l’un des projets culturels les plus ambitieux et originaux du Mexique où se mêlent vivacité, rythme et mouvement. « Jarocho » est mis en scène par Richard O’Neal, un des membres de l’équipe de création de Riverdance.  Il fait cohabiter différents courants musicaux d’avant-garde avec 16 pièces chorégraphiées pleines d’énergie dans de beaux décors.

JAR_0952 JAR_0870 JAR_0853

On sent bien la patte d’un des créateurs de Riverdance, vu que beaucoup de scènes font appel aux claquettes. Et il faut bien souligner la qualité de la pmrestation, le public ne s’y trompait pas, qui a fait une véritable ovation à la troupe. En revanche quelques petits bémols. Je ne savais pas que le flamenco faisait partie de la culture mexicaine. Si le numéro est particulièrement bien interprété, il arrive comme un cheveu sur la soupe, et dure trop longtemps. Sans être réfractaire à la culture espagnole, je n’ai pas encore compris pourquoi le Flamenco apparaissait dans Jarocho. C’est peut-être le seul bémol, si ce n’est que j’aurais beaucoup aimé retrouver encore plus l’orchestre pour les ‘tubes’ mexicains, tous ces titres que l’on apprécie et que l’orchestre a réussi, comme on l’a vu avec le final sur La Bamba, à rajeunir, et lui insuffler de nouvelles orchestrations vraiment superbes.

Si Riverdance est à 100% avec des rythmes et danses irlandaises, ce Jarocho aurait du être la version mexicaine, alors que ce n’est que la version hispanisante, ce qui peut désorienter. Mais il n’empêche que la troupe et au top du top, et que tous les numéros de claquettes sont fabuleux.

Juste un clin d’oeil, et un grand merci au directeur de salle et à son équipe, qui font tout leur possible pour aider les spectateurs! Bravo et 1000 fois merci!

Informations et réservations sur eventim.fr
Points de vente habituels et au 01 53 33 45 30

la bande annonce:

 

suite des différents articles publiés sur ce voyage au Vietnam :

http://www.onsortoupas.fr/voyager-avec-qatar-airways-vers-le-vietnam-le-luxe-de-la380-en-business-class/

http://www.onsortoupas.fr/voyage-au-vietnam-2015-2eme-partie-saigon-et-le-depart-vers-hue/

http://www.onsortoupas.fr/voyage-au-vietnam-2015-3eme-partie-hue-la-cite-imperiale-et-les-tombeaux-des-empereurs/

 

Il y a tellement de choses à voir à Hue et dans sa région, que j’ai dû partager ce reportage en deux parties. En voici donc la seconde partie, avec les différents tombeaux que l’on peut visiter, et une petite surprise.

Cette fois, aucun doute sur la manière d’y aller, je pars en scooter. Cela me permet de rencontrer au premier de ces tombeaux un groupe de jeunes filles canadiennes, qui toutes étaient ‘passagers’ sur des motos. En fait il s’agissait d’une agence qui s’est spécialisée dans ce genre d’activité et j’avoue que c’est une bonne idée, la moto étant le meilleur moyen de locomotion pour visiter les tombeaux. Un des motards m’a proposé de les suivre pour les autres tombeaux, et bien m’en a pris de les suivre, parce qu’il est très difficile de les dénicher par soi même, une carte précise n’étant pas disponible. J’ai donc passé le reste de la journée avec eux, et ce fut, une fois encore, une expérience enrichissante.

un petit peu de pub bien méritée pour eux, voila leur carte de visite:

onsortoupas183

IMG_4155 IMG_4159 IMG_4162 IMG_4164 IMG_4166 IMG_4168 IMG_4170 IMG_4172 IMG_4178 IMG_4180 IMG_4181 IMG_4182 IMG_4185 IMG_4186 IMG_4188 IMG_4189 IMG_4191 IMG_4193 IMG_4194 IMG_4197 IMG_4200

Après ce premier tombeau, en voilà un deuxième:

IMG_4207 IMG_4210 IMG_4211 IMG_4212 IMG_4214 IMG_4216 IMG_4218 IMG_4220 IMG_4226 IMG_4229 IMG_4231 IMG_4233 IMG_4235 IMG_4237 IMG_4243 IMG_4246 IMG_4249 IMG_4251 IMG_4258 IMG_4260 IMG_4262 IMG_4264:

et un autre encore:

IMG_4266 IMG_4268 IMG_4270 IMG_4271 IMG_4272 IMG_4274 IMG_4281 IMG_4285 IMG_4287 IMG_4288 IMG_4289 IMG_4292 IMG_4293 IMG_4295 IMG_4297 IMG_4299 IMG_4301 IMG_4302 IMG_4303 IMG_4305 IMG_4307 IMG_4309 IMG_4311 IMG_4314 IMG_4315

Je vous laisse apprécier les détails de ces vestiges et leur restauration

Il fallait des marchands du temple : en voici un exemple. Ils sont une bonne trentaine à proximités des tombeaux les plus connus :

IMG_4316 IMG_4318

 

Et là je me suis demandé ce que c’était que ces objets aux couleurs chatoyantes, que j’avais pu voir le long de la route. Je me suis arrêté et j’ai eu l’explication: ce sont des bâtonnets d’encens :

IMG_4322

explications en vidéo :

 

Pour finir quelques vues  prises de points sur ce trajet:

IMG_4325 IMG_4324 IMG_4323

 

voila, maintenant une petite question: Dans cette région on voit souvent de drôles de choses sur le bord de la route: mais qu’est-ce donc?

IMG_4335 IMG_4333 IMG_4330

 

Tout simplement les routes sont utilisées pour faire sécher les céréales ou le riz. Chacun déploie tout cela sur la route devant chez soi, et automobilistes, camions, matos et autres scooters font bien attention à ne pas rouler dessus. On ne risque pas de voir ça en France. Le plus curieux c’est qu’on en voit beaucoup et partout dans cette région. La première fois on voudrait s’arrêter pour demander ce que c’est, mais la barrière de la langue n’aide pas. Moi j’ai trouvé ça curieux, et ça méritait bien quelques photos!

 

 

TOUTES LES PHOTOS ET VIDEO: @ Guy Courthéoux……….onsortoupas.fr            Tous droits réservés

à suivre…..http://www.onsortoupas.fr/voyage-au-vietnam-2015-5eme-partie-da-nang/

Rating:

La grâce des danseurs, en neuf mouvements sur la grande scène de l’Opéra Bastille.

L'anatomie de la sensationPour Francis Bacon Wayne Mcgregor

Difficile, voire impossible de résumer cette oeuvre contemporaine qui termine la saison à l’Opéra Bastille. Wayne McGregor est un jeune génie de la danse britannique qui avait déjà proposé en 2007 Genus, créé à l’Opéra de Paris, et c’était un voyage dans l’univers de Charles Darwin. . Pour cette Anatomie de la Sensation, le britannique vous transporte dans l’univers pictural de Francis Bacon. C’est une plongée dans l’art actuel, aucun récit, juste des mouvements qui doivent rappeler certaines oeuvres de Bacon. Le programme nous rappelle : ‘Le chorégraphe convie les spectateurs à délaisser les amarres des codes raisonnés de l’art pour se laisser porter par ce que la découverte de ce réel poignant lui murmure.

Mathias Heymann et Alexandre Gasse

Mathias Heymann et Alexandre Gasse

Mathias Heymann et Alexandre Gasse

Mathias Heymann et Alexandre Gasse

Alice revanand

Alice revanand

Dorothée Gilbert et Mathias Heymann

Dorothée Gilbert et Mathias Heymann

Dorothée Gilbert et Mathias Heymann

Dorothée Gilbert et Mathias Heymann

Je suis partagé, parce que je ne suis pas un adepte de ce style de musique, dire que j’y suis réticent serait un euphémisme. Mais d’un autre côté, je ne peux que vibrer aux mouvements de cette troupe extraordinaire qui évolue devant nos yeux.Mathias Heyman, Alexandre Gasse, Alice Revanand, Dorothée Gilbert, Laurene Levy, Juliette Hilaire, Florent Melac, Joshua Hoffalt, Héloïse Bourbon, Adrien Couvez ou la grandiose Aurélie Dupont, qui vient juste de faire ses adieux à Garnier. Tous méritent des superlatifs, tous évoluent dans un décor brut de décoffrage, de simples panneaux tournants, avec des éclairages qui donnent le ton. Tout au long de ces 9 mouvements de cette oeuvre, on ne peut pas quitter ces êtres à la plastique de rêve. On les regarde, on les admire, avec ce bémol en ce qui concerne la musique. Je me demande ce qu’aurait donné le même ballet sans son.

Juliette Himaire et Florent Mélac

Juliette Himaire et Florent Mélac

Dorothée Gilbert et Adrien Couvez

Dorothée Gilbert et Adrien Couvez

Héloïse Bourdon, Dorothée Gilbert et Lorène Lévy ,

Héloïse Bourdon, Dorothée Gilbert et Lorène Lévy ,

Aurélie Dupont et Alexandre Gasse

Aurélie Dupont et Alexandre Gasse

L'anatomie de la sensation Pour Francis Bacon  Wayne Mcgregor Musique (Blood on the Floor)  Mark Anthony Turnage , Chorégraphie (Opéra national de Paris, 2011)  Wayne McGregor  , Décors  John Pawson  , Costumes  Moritz Junge  , Lumières  Lucy Carter  ,	 Les E´toiles, les Premiers Danseurs et le Corps de Ballet , Ensemble Intercontemporain , Direction musicale  Peter Rundel , 1ere distribution Juliette Hilaire , Dorothée Gilbert , Alice Renavand , Aurélie Dupont , Héloïse Bourdon , Laurène Lévy , Alexandre Gasse , Mathias Heymann , Florent Melac , Josua Hoffalt ,

L’anatomie de la sensation

Alice Revanand et Joshua Hoffalt

Alice Revanand et Joshua Hoffalt

Il faut bien avouer que je suis plus habitué à des ballets plus classiques, bien que j’ai vu des chorégraphies modernes au théâtre des Champs Elysées par exemple. Mais je suis resté sous le charme de cette Anatomie de la Sensation.

TOUTES LES PHOTOS : © Agathe Poupeney / OnP

 

Durée du spectacle : environ 1h20, sans entracte

Représentations les 7, 8,10,11, 16 juillet à 19h30 et le 14 en matinée (matinée gratuite, placement dans la limite des places disponibles)

TARIFS : 5€, 12€, 17€, 22€, 28€, 40€, 50€, 60€, 60€

Réservations : www.operadeparis.fr

et aux guichets de Garnier et Bastille tous les jours sauf dimanche et jours fériés de 11h30 à 18h30

 

film annonce/extraits:

 

https://vimeo.com/131528967

 

 

Un ballet comique, avec une troupe au sommet et des airs entraînants.

onsortoupas187

La Fille mal gardée est le plus ancien ballet d’action connu du répertoire français tout en étant le premier ballet moderne. Créée au Grand-Théâtre de Bordeaux quelques jours seulement avant la Révolution française, son succès est immédiat et la pièce fait rapidement le tour de l’Europe et des États-Unis. Pour la première fois, l’argument ne concerne plus ni dieux ni héros antiques mais raconte, par la pantomime, les péripéties de deux jeunes amoureux, Lise et Colas. C’est dans la version de Frederick Ashton, créée pour le Royal Ballet de Londres en 1960, que La Fille mal gardée revient au Palais Garnier en 2007. Sur une musique de Louis Joseph Ferdinand Hérold, réorchestrée par John Lanchbery, le chorégraphe conçoit un ballet plein d’humour, de tendresse et de gaieté, redonnant vie à la pastorale de Dauberval. Ce ballet est haut en couleurs, et, curieusement la musique  de Louis Joseph Ferdinand Hérold semble bien plus moderne que ce que nous indique sa création : 1789. Les arrangements actuels sont l’oeuvre de JOHN LANCHBERY.

Du Lundi 29 Juin 2015 au Mardi 14 Juillet 2015

Du Lundi 29 Juin 2015 au Mardi 14 Juillet 2015

Du Lundi 29 Juin 2015 au Mardi 14 Juillet 2015

Du Lundi 29 Juin 2015 au Mardi 14 Juillet 2015

Du Lundi 29 Juin 2015 au Mardi 14 Juillet 2015

Du Lundi 29 Juin 2015 au Mardi 14 Juillet 2015

Difficile de vous présenter tous les danseurs, la distribution changeant pour chaque représentation. Les rôles de Lise peuvent être tenus par : Myriam Ould Braham, Muriel Zusperreguy, Eléonore Guérineau, Letizia Galloni ou Marine Ganio. Quant à Colas, il pourra être dansé par : Josua Hoffalt, François Alu, Fabien Revillion, Mathias Heymann ou Marc Moreau.  Quant au rôle de Madame Simone, il est de règle de le donner à un homme et ce sera, selon les jours : Aurélien Houette, Takeru Coste, Yann Saïz, ou Simon Valastro. L’orchestre de l’Opéra de Paris est dirigé par Philip Ellis.

Du Lundi 29 Juin 2015 au Mardi 14 Juillet 2015

Du Lundi 29 Juin 2015 au Mardi 14 Juillet 2015

Du Lundi 29 Juin 2015 au Mardi 14 Juillet 2015

Du Lundi 29 Juin 2015 au Mardi 14 Juillet 2015

Le spectacle est assez court et devrait plaire de par les couleurs chatoyantes, aux plus jeunes amateurs de ballet, l’occasion rêvée de démontrer qu’un ballet pourra intéresser les petites têtes blonds autant que les parents, surtout lorsque vous verrez danser un coq et ses poules, qui reviennent plusieurs fois dans le spectacle. Tout ici est fantaisie et bonne humeur et ne doit pourtant pas nous faire oublier la grâce des danseurs et danseuses du corps de ballet de l’Opéra de Paris, qui démontre une fois encore à quel point il est un des meilleurs au monde.

onsortoupas191 onsortoupas190 onsortoupas189onsortoupas188

 

PHOTOS  :@ Benoîte Fanton Opera de Paris sauf les 4 ci dessus  : @ Julien Benhamou (3 et 4) @ Agathe Poupeney (1 et 2) et affiche : @Christian Leiber ONP

Représentations à l’Opéra Garnier : les 2, 3 , 4, 6, 8, 10, 11, 13 et 14 juillet à 19h30.

Durée du spectacle : environ 2h15, avec un entracte de 20 mns.

TARIFS : 12€, 25€, 45€, 70€, 95€, 110€
6, 13 juillet : 12€, 22€, 40€, 63€, 85€, 99€
3, 4, 10, 11 juillet:  12€, 27€, 49€, 77€, 104€, 121€

réservations : www.operadeparis.fr  ou au guichet des Opéras Garnier ou Bastille, tous les jours sauf dimanches et jours fériés de 11h30 à 18h30

Rating:

Cet opéra de  FRANCESCO CILÈA (1866-1950) créé en 1902 sur un livret d’Arturo Colautti, tiré d’une pièce d’Eugène Scribe et Ernest Legouvé : Adrienne Lecouvreur n’est pas une oeuvre très connue, et pourtant….

ADRIANA LECOUVREUR -  Compositeur : Francesco CILEA -  Livret : Arturo COLAUTTI -  Direction musicale : Daniel OREN -  Chef de Choeur : Jose Luis BASSO -  Mise en scene : David McVICAR -  Choregraphie : Andrew GEORGE -  Decors : Charles EDWARDS -  Costumes : Brigitte REIFFENSTUEL -  Lumieres : Adam SILVERMAN -  Avec :  Angela GHEORGHIU (Adriana Lecouvreur) -  A l Opera Bastille -  Le 20 06 2015 -  Photo : Vincent PONTET

Cet opéra est vraiment superbe, qui permet aux chanteurs de montrer toute l’étendue de leur talent, avec de nombreux solos et duos. Nous sommes dans les coulisses d’un théâtre où se produit Adriana Lecouvreur, qui est une des gloires des planches françaises, dont Voltaire est éperdument amoureux. Elle est magistrale dans ses interprétations de ceux que l’on appelle maintenant les classiques, comme Racine ou Corneille. Michonnet, le vieux régisseur de la comédie française veille sur elle, n’osant pas lui déclarer sa flamme. Elle est amoureuse du maréchal de Saxe qu’elle croit être un jeune officier de moindre importance. Seul problème, et de taille, elle a une rivale très puissante, la princesse de Bouillon. Et cette dernière ne veut pas laisser les choses en l’état. Au point que la princesse décide de la mort de la comédienne.

du Mardi 23 Juin 2015 au Mercredi 15 Juillet 2015

du Mardi 23 Juin 2015 au Mercredi 15 Juillet 2015

du Mardi 23 Juin 2015 au Mercredi 15 Juillet 2015

du Mardi 23 Juin 2015 au Mercredi 15 Juillet 2015

du Mardi 23 Juin 2015 au Mercredi 15 Juillet 2015

du Mardi 23 Juin 2015 au Mercredi 15 Juillet 2015

ADRIANA LECOUVREUR -  Compositeur : Francesco CILEA -  Livret : Arturo COLAUTTI -  Direction musicale : Daniel OREN -  Chef de Choeur : Jose Luis BASSO -  Mise en scene : David McVICAR -  Choregraphie : Andrew GEORGE -  Decors : Charles EDWARDS -  Costumes : Brigitte REIFFENSTUEL -  Lumieres : Adam SILVERMAN -  Avec :  Alessandro CORBELLI (Michonnet) -  Angela GHEORGHIU (Adriana Lecouvreur) -  A l Opera Bastille -  Le 20 06 2015 -  Photo : Vincent PONTET

Alessandro CORBELLI (Michonnet) – Angela GHEORGHIU (Adriana Lecouvreur)

ADRIANA LECOUVREUR -  Compositeur : Francesco CILEA -  Livret : Arturo COLAUTTI -  Direction musicale : Daniel OREN -  Chef de Choeur : Jose Luis BASSO -  Mise en scene : David McVICAR -  Choregraphie : Andrew GEORGE -  Decors : Charles EDWARDS -  Costumes : Brigitte REIFFENSTUEL -  Lumieres : Adam SILVERMAN -  Avec :  Raul GIMENEZ (L Abate di Chazeuil) -  Alessandro CORBELLI (Michonnet) -  Angela GHEORGHIU (Adriana Lecouvreur) -  A l Opera Bastille -  Le 20 06 2015 -  Photo : Vincent PONTET

Raul GIMENEZ (L Abate di Chazeuil) -Alessandro CORBELLI (Michonnet) -Angela GHEORGHIU (Adriana Lecouvreur)

Cet opéra est tiré d’une histoire vraie, la princesse ayant , selon la légende, envoyé un bouquet empoisonné à sa rivale. L’histoire se déroule en 1730. L’œuvre rencontra un grand succès dès sa création ; le fameux Caruso y chantait le rôle de Maurice. La version définitive établie par Cilea est celle qui résulte d’une reprise à Naples en 1930 au théâtre San Carlo. Cette nouvelle production à l’Opéra Bastille est un pur chef d’oeuvre. Certes la présence d’Angela Gheorghiu dans un de ses rôles fétiches qu’elle interprète pour la première fois à Paris n’y est pas pour rien. Mais les autres interprètes sont tout aussi parfaits : Marcelo Alvarez est un Maurizio superbe, Wojtek Smilek, un prince de Bouillon convainquant, Alessandro Corbelli tout en finesse en Michonnet, Raul Gimenez un bon abbé de Chazeuil, Alexandre Duhamel, (Quinault) et Carlo Bossi (Poisson), sans oublier les rôles féminins : Luciana D’Intino (La princesse de Bouillon), Mariangela Sicilia ( Melle Jouvenot) et Carol Garcia (Melle Dangeville).  La mise en scène de David Mc Vicar, avec des décors qui rappellent l’époque, signés Charles Edward, et des costumes de Brigitte Reiffenstuel donnent le ton. La direction musicale de Daniel Oren pour cette série de représentations est tout simplement parfaite. Notez toutefois que pour les représentations des 29 Juin, 9 et 15 Juillet, le rôle d’Adriana sera tenu par Svetla Vassileva. Cette coproduction avec le Royal Opera House de Covent Garden à Londres, le Théâtre del Liceu à Barcelone, le Staatsoper de Vienne et le San Francisco Opera restera dans les annales, et je n’ai qu’un souhait, le revoir encore et encore, en espérant qu’il donnera lieu à un Bluray.

ADRIANA LECOUVREUR -  Compositeur : Francesco CILEA -  Livret : Arturo COLAUTTI -  Direction musicale : Daniel OREN -  Chef de Choeur : Jose Luis BASSO -  Mise en scene : David McVICAR -  Choregraphie : Andrew GEORGE -  Decors : Charles EDWARDS -  Costumes : Brigitte REIFFENSTUEL -  Lumieres : Adam SILVERMAN -  Avec :  Raul GIMENEZ (L Abate di Chazeuil) -  Alessandro CORBELLI (Michonnet) -  Angela GHEORGHIU (Adriana Lecouvreur) -  A l Opera Bastille -  Le 20 06 2015 -  Photo : Vincent PONTET

Raul GIMENEZ (L Abate di Chazeuil) -Alessandro CORBELLI (Michonnet) -Angela GHEORGHIU (Adriana Lecouvreur)

ADRIANA LECOUVREUR -  Compositeur : Francesco CILEA -  Livret : Arturo COLAUTTI -  Direction musicale : Daniel OREN -  Chef de Choeur : Jose Luis BASSO -  Mise en scene : David McVICAR -  Choregraphie : Andrew GEORGE -  Decors : Charles EDWARDS -  Costumes : Brigitte REIFFENSTUEL -  Lumieres : Adam SILVERMAN -  Avec :  Alessandro CORBELLI (Michonnet) -  Angela GHEORGHIU (Adriana Lecouvreur) -  A l Opera Bastille -  Le 20 06 2015 -  Photo : Vincent PONTET

Alessandro CORBELLI (Michonnet) -Angela GHEORGHIU (Adriana Lecouvreur)

du Mardi 23 Juin 2015 au Mercredi 15 Juillet 2015

du Mardi 23 Juin 2015 au Mercredi 15 Juillet 2015

du Mardi 23 Juin 2015 au Mercredi 15 Juillet 2015

du Mardi 23 Juin 2015 au Mercredi 15 Juillet 2015

Précipitez-vous pour trouver des places, ce n’est pas tous les jours que vous aurez la possibilité de voir de tels artistes sur scène.

du Mardi 23 Juin 2015 au Mercredi 15 Juillet 2015

du Mardi 23 Juin 2015 au Mercredi 15 Juillet 2015

ADRIANA LECOUVREUR -  Compositeur : Francesco CILEA -  Livret : Arturo COLAUTTI -  Direction musicale : Daniel OREN -  Chef de Choeur : Jose Luis BASSO -  Mise en scene : David McVICAR -  Choregraphie : Andrew GEORGE -  Decors : Charles EDWARDS -  Costumes : Brigitte REIFFENSTUEL -  Lumieres : Adam SILVERMAN -  Avec :  Marcelo ALVAREZ (Maurizio) -  Angela GHEORGHIU (Adriana Lecouvreur) -  A l Opera Bastille -  Le 20 06 2015 -  Photo : Vincent PONTET

Marcelo ALVAREZ (Maurizio) -Angela GHEORGHIU (Adriana Lecouvreur)

TOUTES LES PHOTOS : @ VINCENT PONTET / OPERA DE PARIS

Représentations les 3, 6, 9,  et 15 juillet à 19h30, le 12 juillet à 14h30. Durée du spectacle : environ 3h30, avec 2 entractes.

Prix des places: 5€, 15€, 35€, 70€, 100€, 135€, 155€, 190€, 210€, sauf le 6 juillet : 5€, 15€, 28€, 56€, 80€, 108€, 124€, 152€, 168€

Réservations : www.operadeparis.fr

et aux guichets des l’Opera Bastille ou Garnier tous les jours de 11h30 à 18h30 sauf dimanches et jours fériés

ARVE Error: Mode: lazyload not available (ARVE Pro not active?), switching to normal mode




ARVE

Vincent Pont