Archives

All posts for the month octobre, 2016

Rating:
VOTRE VOTE

Décidément cette saison théâtrale nous offre d’excellent moments, et le dernier en date, c’est Edmond au théâtre du Palais Royal.

image1.jpeg

Après Le Porteur d’Histoire et Le Cercle des illusionistes, Alexis Michalik nous offre une nouvelle création qui retourne dans le temps, avec Edmond, ou comment Edmond Rostand a créé le fameux Cyrano de Bergerac. Nous sommes à Paris en 1897, Edmond Rostand (Guillaume Sentou) est encore jeune, marié avec une femme qui l’adore et qu’il adore tout autant. Deux enfants, mais question théâtre c’est le bide total. Il a monté une pièce qui est un four total. Avec l’aide de sa grande amie Sarah Bernhardt (Valérie Vogt) , il va essayer de proposer une pièce au grand Constant Coquelin (Pierre Forrest) , pièce dont il n’a pas idée du sujet, et par conséquent pas écrit la première ligne. La pièce devra être en vers! Il va devoir faire fi  des caprices des actrices, des exigences de ses producteurs corses, de la jalousie de sa femme, des histoires de cœur de son meilleur ami et d’une muse que son meilleur ami voudrait mettre à son tableau de chasse, et du manque d’enthousiasme de l’ensemble de son entourage, Edmond se met à écrire cette pièce à laquelle personne ne croit.  Pour l’instant, il n’a que le titre : Cyrano de Bergerac.

fd9116_e30a6827d401479e8fc2c7a3c9e88bcc-mv2_d_2595_1242_s_2 fd9116_e30a6827d401479e8fc2c7a3c9e88bcc-mv2_d_2595_1242_s_2-1 fd9116_ad378c95755d4c90bc693b84bedc2d0f-mv2_d_2560_1469_s_2

La pièce est tellement bien écrite que malgré une certaine longueur, on ne voit pas le temps passer. La troupe est remarquable:  Pierre Bénézit,  Christine Bonnard,  Stéphanie Caillol,  Pierre Forest,  Kevin Garnichat,  Nicolas Lumbreras,  Jean-Michel Martial,  Anna Mihalcea,  Christian Mulot,  Guillaume Sentou,  Régis Vallée ,  Valérie Vogt, certains endossent plusieurs rôles. La mise en scène est tout aussi efficace, et c’est une fois encore Alexis Michalik qui est aux manettes. Les décors bougent, se transforment et la salle est sous le charme. Franchement j’avais un peu peur, à cause du sujet, mais je dois avouer que j’ai été impressionné, intéressé, amusé, j’en suis sorti totalement emballé. On rit beaucoup à ces mésaventures un peu rocambolesques, et il n’y a pas le plus petit temps mort. Nous sommes ici dans du grand théâtre, du beau texte. Seuls les meilleurs adjectifs sont à utiliser pour cet Edmond. D’ailleurs le public ne s’y trompe pas, la salle était pleine à craquer. Décidément Messieurs Francis Nani et Sébastien Azzopardi sont des directeurs de théâtre qui savent choisir leurs spectacles. Déjà récemment La Dame Blanche qui fut un triomphe et qui fait sa nouvelle saison dans un autre théâtre. 

fd9116_a25db2589f80454baca6c6c3593941d8-mv2_d_2560_1707_s_2 fd9116_847566f220a54863838a2af131820eb4-mv2_d_2509_1672_s_2

Alexis Michalik

Alexis Michalik

Courez donc au superbe Théâtre du Palais Royal pour applaudir EDMOND

Représentations du mardi au samedi à 21h, dimanche à 16h30

Places de 17 à 60 €

Réservations au guichet et par téléphone 01 42 97 4000.
Lundi et mardi de 12h à 18h, du mercredi au samedi de 12h à 20h, le dimanche de 12h à 17h

 

 

VOTRE VOTE

Ultra violent, et passionnant, le Blu Ray sera disponible le 12 Juin

Le titre laisse entendre que ce n’est pas destiné aux bambins et il est certain que les plus jeunes ne doivent pas voir ce film.

Comment, en 1949, Mickey Cohen, Sean Penn, un mec impitoyable veut régner sur le crime organisé, en usant au maximum de la violence et de la peur. Sans oublier de très nombreuses enveloppes qu’il va distribuer aux personnages les plus haut placés de la ville. Drogue, crime, prostitution, armes, paris clandestins, tout est bon pour faire de lui  un homme très très puissant. Mais quelqu’un voit cela d’un autre oeil, et il demande à une bande de flics , dirigés par le sergent O’Mara (Josh Brolin) et Jerry Wooters (Ryan Gosling) de lui mettre des bâtons dans les roues. Il va s’entourer des meilleurs et cette fine équipe tentera le tout pour le tout pour éliminer Mickey Cohen.

Tout cela se fera d’une manière assez inattendue. Plutôt que l’affronter , ils font tout pour que l’argent ne rentre pas, s’envole, puisque c’est le seul moyen de ne pas se retrouver sous les balles de ses tueurs….quoique…. La fine fleur réunie est composée des meilleurs, et pour arriver à rétablir l’ordre dans la ville de Los Angeles, il leur faut user de moyens très techniques, de le battre sur son terrain, et me^me utiliser la violence dans le pire des cas.

Le film tient le spectateur en haleine de bout en bout.. Le film est tiré d’une histoire vraie, et le réalisateur, Ruben Fleischer, nous en met plein la vue. Les acteurs sont parfaits de bout en bout. La reconstitution historique est vraiment impressionnante. Comme écrit plus haut, il ne faut pas être rebuté par la violence. La scène du début du film vous en donne immédiatement t la mesure, où Mickey montre ce qu’il peut faire lorsqu’il est en colère et qu’il veut démontrer sa puissance aux autres villes qu’il voudrait avoir sous son joug. Mais ne vous arrêtez pas à cette violence, quasi gratuite, et vous verrez que vous serrez cloué à votre fauteuil de bout en bout.

4*

le film annonce :http://www.youtube.com/watch?v=k7s6RY9CpQc

Rating:
VOTRE VOTE

Un des plus grands compositeurs, Vladimir Cosma nous a offert un concert exceptionnel au Palais des Congrès de Paris.

img_1597 img_1603

De Rabbi Jacob à la Boum, en passant par Le Grand Blond, l’As des As et Diva, Vladimir Cosma revient sur scène avec ses plus belles musiques de films !

UN CONCERT EXCEPTIONNEL POUR FÊTER 50 ANS DE SUCCÈS. Accompagné de l’Orchestre National de Roumanie, il a spécialement réorchestré pour vous ses plus grands classiques et des chansons inoubliables : « Reality » de « La Boum », « Destinée » des « Sous-doués » ou du « Père Noël est une ordure » et ou encore « L’amour en héritage »…

img_1605 img_1601

Né à Bucarest, Vladimir Cosma est arrivé à Paris en 1963 C’est en 1968 qu’Yves Robert lui confie sa première musique de film : Alexandre le Bienheureux, succès confirmé en 1972 avec la musique du Grand Blond avec une chaussure noire. Il a composé plus de 400 partitions pour des films de cinéma et série TV.

Depuis quelques années, les concerts symphoniques tiennent une part importante dans le travail de Vladimir Cosma. De Genève à Budapest et Saint Pétersbourg, de Bucarest à Moscou en passant par Paris  il s’est largement consacré à la réécriture de ses partitions et à la direction d’orchestre.

Vladimir Cosma présente un programme truffé de nouveautés dans lequel le public retrouvera de nombreux thèmes familiers dans de nouveaux arrangements, ainsi que des  œuvres inédites en concert. Tout en leur donnant une couleur nouvelle, Vladimir Cosma demeure fidèle aux partitions originales et à leur style inimitable.
Son credo est simple : « La bonne musique de film, c’est la bonne musique tout court. Elle se doit d’être populaire et savante. »

 

img_1598 img_1591

Un orchestre symphonique, une centaine de choristes, et des invités exceptionnels: Irina Baiant, soprano, Yoann Fréget, Marius Préda (cymbalum), Greg Zlap (harmonica, Philippe Chayeb (Basse) Claude Salmieri ( Batterie), Hervé Noirot (clavier), Cézar Cazanoï (flute de Pan, fluier), Vincent Beer-Demander (mandoline), Amanda Favier (violon), Emil Bizga (trompette), et enfin Richard Sanderson.

Le concert revisitait les thèmes les plus célèbres de Monsieur Vladimir Cosma, comme L’aile ou la cuisse, La Boom 1 et 2, La course à l’échalote, Le père Noël est une ordure, Salut L’artiste, Le dîner de Cons, Diva, La Chèvre, Le Jouet, Rabbi Jacob, Le Jouet ou l’As des As, parmi tant d’autres. La salle comble lui a offert une ovation amplement méritée.

img_1586 img_1584 img_1583 img_1580

TOUTES LES PHOTOS ET VIDEOS : @ Guy Courthéoux /onsortoupas

Quelques extraits:

 

POUR LA PREMIÈRE FOIS EN TOURNÉE EN 2017

07-02-17 – BORDEAUX – Patinoire

08-02-17 – TOULOUSE – Zénith

09-02-17 – GENEVE – Arena

10-02-17 – LYON –  Amphithéâtre

11-02-17 – ROUEN – Zénith

14-02-17 – LILLE – Zénith

15-02-17 – STRASBOURG – Zénith

16-02-17 – DIJON – Zénith

17-02-17 – NANTES – Zénith

 

Rating:
VOTRE VOTE

C’était une série culte d’animation des années 80 du Club Dorothée, c’est maintenant un film qui vient de sortir en DVD.

jem-and-the-holograms-2015-france-dvd-retail-sleeve-fame-484229-3d-packshot-copie

Jerrica (Audrey Peeples) est une jeune fille totalement comme les autres, jusqu’au jour où elle adopte une identité secrète sous laquelle elle va enregistrer des vidéos de ce qu’elle compose.Elle vit avec ses trois soeurs chez leur tante Bailey (Molly Ringwald), où tout se passe pour le mieux. Sauf qu’elles risquent d’être expulsées sous 30 jours. Elle va changer  d’allure, se maquiller, enregistrer une de ses chansons , et une de ses soeurs va la poster sur Youtube. C’est viral, les clics ne cessent et une des plus importantes directrices de maison de disques, Erica Raymond (Juliette Lewis)  la contacte pour une série de concerts. Sa vie va se transformer du jour au lendemain et elle va devenir une star sous le pseudonyme de JEM.

199031 telechargement telechargement-7 telechargement-6 jem-et-les-hologrammes-mais-qui-est-aubrey-peeples

Certes, ce film n’est pas le chef d’oeuvre absolu, réalisé par Jon M. Chu, c’est une belle histoire que les ados vont adorer ( et pas qu’eux, vu que j’ai passé un bon moment, c’est fleur bleue, mais pourquoi pas?) Les jeunes actrices, Stefanie Scott, Aurora Perrineau, Hayley Kiyoko sont vraiment bien, la musique ne peut que plaire et les scènes de concerts sont plus qu’agréables.Et comme il fallait un mec, ils en ont pris un qui est beau gosse et joue bien : Ryan Guzman. C’est un peu le feel good movie du musical!

gallery5 gallery4 gallery3 gallery2 gallery1 Jem & The Holograms

Le film ne sort malheureusement pas en BluRay, mais uniquement en DVD, d’une durée de près de 2 heures avec en bonus : Glam, Paillettes, Mode et Célébrité, comment Jem se réinvente (environ 10 mns)

Format image : 16/9 2.40 :1 Letterbox
Langue : Français, Anglais, Italien et Russe Dolby digital 5.1
Sous-titres : Anglais (sourds et malentendants), Français, Italien, Néerlandais, Russe et Ukrainien

le film annonce :

Rating:
VOTRE VOTE

Un mélange de cirque, de comédie musicale, un spectacle familial qui a tout pour plaire

timeo-au-casino-de-paris-b

L’affiche donne le ton: on parle de circomédie musicale. Timéo est un jeune handicapé en fauteuil roulant qui a un  rêve: rencontrer son artiste de cirque préférée : Melodie Swan (Ofélie Crispin). Elle passe dans sa ville, et il va se rendre au cirque dans l’espoir de la croiser. Seulement, elle a disparu, et il fera connaissance avec la troupe du cirque, qui va en quelque sorte l’adopter, et ainsi il assistera aux répétitions des plus beaux numéros, alors que quasiment tout le monde cherche Mélodie. Tous vont montrer leurs numéros pour la plus grande joie de Timéo. En fait on parle de la troupe, mais il y a aussi trois protagonistes, qui sont des jeunes de son âge, très doués pour les acrobaties cyclistes, les rollers ou planches, qui ne font pas partie du cirque, plutôt des mecs qui fréquentent la même école que Timéo. Ils sont la bande des BMX.

troupe-timeo timeo-clip-92-new sidaction10 sidaction9

Un spectacle haut en couleurs, qui peut facilement s’adapter, voire changer certains numéros. Côté musical, la plus belle voix masculine est sans conteste celle de Jérémy Charvet, le leader des BMX, côté féminin, quasiment toutes sont belles. La mise en scène est vraiment éblouissante, signée Alex Goude, et c’est vraiment ce qu’on retiendra, qui a réussi à mettre en valeur les textes de Jean-Jacques Thibaud, et la musique de Julien Vallespi. Les rôles de Timéo sont tenus, en alternance par Mathias Ramuel et Benjamin Maytraud.

Dans la troupe on retrouve Simon Heulle (Face), Djamel Mehnane (Pile), Veronick Sévère (Dahlia), Sébastien Lavalette ( jongleur de feu), Adrian ou Joris Conquet (Illuzio), Florence Peyrar (Lilou), Sylvain Rigault (Tarzanov), Anako Gaudin (Mme Tarzanov), James Noah (Anthony), Michelangelo Loconte (Mr Loyal), Tiago Eusebio (Alexio), Salomé Hadjadj (Hindira), et la bande des BMX : Marvin Martin en alternance avec Corentin Crestia, Samy Djail et Romain Hudry.

sidaction6 sidaction5 sidaction3 sidaction2 sidaction1 oc2

Représentations: vendredi 20h00, samedi 15h00 et 20h00, dimanche 15h00 ou 17h00 pendant les vacances scolaires d autres dates sont rajoutées, mardi, mercredi et jeudi selon les semaines

Prix des places : de 39€ à 84 €

quelques vidéos :

 

 

Rating:
VOTRE VOTE

C’est sans nul doute l’oeuvre la plus connue de Charles Dickens, qui a été maintes fois adaptée au cinéma, et dont c’est la seconde adaptation en comédie musicale!

onsortoupas039 9011-0030-05-09-16

Mise en scène par Ladislas Chollat (Résiste), écrit par Shay Alon et composé par Christopher Delarue, cette nouvelle adaptation de Charles Dickens est digne des plus grands de Broadway. Ils sont une petite vingtaine sur scène car certains comédiens jouent quelquefois deux rôles. Le rôle titre, celui du jeune Oliver est tenu par Nicolas Mottet qui a tout juste 16 ans et qui est parfait . Vocalement, rien à reprocher, côté comédie et chorégraphie,  toujours excellent. Mais il n’y a pas que lui, on ne peut que donner des louanges à David Alexis, qui est un Fagins plus vrai que nature, ou Prisca Demarez qui est à la fois la belle Nancy et Mme Corney. Benoît Cauden est le pote d’Oliver, Dickens, Arnaud Léonard : Bill Sax, et Gilles Valou les deux rôles de Mr Browlow et M. Dumbly. Citons le reste de l’équipe: Jeff Broussoux, Catherine Arondel, Hervé Lewandowsky, Marina Pangos, Sébastien Valter, Théa Anceau, Jennifer Barre, Juliette Béhar, Christopher Delarue, Xavier Ecray, Lucille Bourbon, et surtout les musiciens qui font un travail remarquable sous la direction de Shay Alon, qui est aussi au piano, avec, à ses côtés : François Chambert, Samuel Domergue, Frédéric Liebert, Erick Poirier, Jean-Pierre Salvés.

9011-0013-05-09-16 9004-1031-26-08-16 9004-0911-26-08-16 9004-0836-26-08-16 9004-0626-26-08-16 9004-0587-26-08-16 9004-0382-26-08-16

Je ne vous raconterai pas l’histoire d’Oliver Twist, ce jeune orphelin qui doit quitter l’orphelinat pour avoir demande un peu plus à manger, qui se retrouve à travailler chez des croque morts avides, avant de se retrouver à Londres, sans un sou, de rencontrer Fagins et sa bande de jeunes voleur , et sa rencontre avec la belle Nancy, la petite amie d’un horrible salaud, Bill. De toutes façons, vous allez avoir ce musical, qui marquera l’année, et qui se joue dans une salle autrefois entièrement vouée aux concerts classiques. J’ai découvert cette magnifique salle, pas trop grande, avec délice et j’espère que cet essai se renouvellera . C’est un bel écrin pour ce bijou de musical, avec des décors faciles à changer, et des chorégraphies chaudes en couleurs. La salle fut construite entre 1906 et 1907, et sera la référence pour la musqiue de chambre de par son acoustique exceptionnelle. Les plus grands solistes s’y sont produits, comme Richter et Rostropovich, avant d’être classée monument historique en 1992. Elle sera restaurée en 199 dans  son apparence d’origine, et les deux propriétaires: Chantal et Jean-Marie Fournier se sont lancés dans ce nouveau défi pour ce musical.

9004-0298-26-08-16 9004-0382-26-08-16 9004-0280-26-08-16 9002-1265-24-08-16 9002-0814-24-08-16 9002-0840-24-08-16 9002-0891-24-08-16 9002-1008-24-08-16 9002-1100-24-08-16 9002-1232-24-08-16

Franchement Oliver Twist le musical est un spectacle vivant que l’on peut voir entre adultes, mais qui ne devrait pas déplaire aux jeunes. Il est certain que c’est une des meilleures surprises de ce début de saison, qui aura le temps de s’installer, vu que le Fantôme ne donnera de la voix que début 2017.

9002-1124-24-08-16 9002-1265-24-08-16 9004-0639-26-08-16 9002-0840-24-08-16

Photos : @ Pingouin

Représentations  vendredis à 20h30, samedi à 15h00 et 20h30 et dimanche à 14h00 et 18h30   et certains mercredis et jeudis ( vacances scolaires, voir les services de réservation pour dates exactes) Représentations prévus jusqu’au 31 décembre 2016, avec possibilités de prolongations.

Prix des places : de 14 à 84€ (samedi soir : 14 à 89€)

Réservations : 01.49.53.05.07, du lundi au vendredi de 10 h à 18 h00 et une heure avant chaque représentation

 

 

 

 

Rating:
VOTRE VOTE

Une des comédies musicales les plus célèbres avec Barbra Streisand enfin en BluRay.

téléchargement (2) téléchargement (5)

Le musical qui avait fait danser les amateurs dans les années 50 fut finalement porté à l’écran par Gene Kelly. Ce fut une des dernières grandes comédies musicales portées à l’écran avant que le genre ne reprenne du service avec par exemple Chicago ou Mama Mia. Gene Kelly n’avait pas lésiné sur les grands moyens, tourné en ToddAo, un procédé proche du Cinerama, le film avait de grands décors, et surtout des centaines, voire des milliers de figurants comme dans la séquence de la Parade New-Yorkaise. Tout est grand dans ce film, totalement dominé par Barbra Streisand  dont c’est la seconde apparition à l’écran après Funny Girl (disponible en Blu Ray ), Funny Girl lui apportera son premier Oscar, bien mérité. C’est pourquoi, peut-elle, elle fut choisie, alors qu’Elisabeth Taylor était pressentie, mais Barbra avait l’avantage de pouvoir chanter, et c’est certainement ce qui lui donné le rôle. Le film sort en 1968 sur les écrans et depuis sa carrière ne s’est jamais interrompue, que ce soit en VHS, puis en DVD et maintenant en Blu Ray

8638796147_62caf9b061_b

I can Dance

I can Dance

Harmonia Garden

Harmonia Garden

images (3)

Quant au film, tout le monde connaît la scène la plus célèbre: Hello Dolly, l’arrivée de Dolly Levy (Barbra Streisand) au Harmonia Garden, avec la troupe de serveurs qui danse et son duo avec Louis Armstrong. Mais il n’y a pas que ce morceau de choix: la grande parade (Before The Parade Passes By) ou I’m dancing, qui permettent aux autres acteurs de pousser de la voix. Même Walter Matthau donnera de la voix. Ces presque 2h30 de film semblent trop courts. J’ai dû voir ce film aux 3 Oscars une bonne centaine de fois, et je ne m’en lasse pas.

Il faut surtout signaler l’édition BluRay française qui apporte un plus. Un petit livret et un DVD complet de suppléments, certes en version originale sans sous titres, mais cette édition est, sauf erreur de ma part, la seule au monde avec autant de bonus. La version américaine  n’a qu’une semi version sous titrée française, seules les chansons sont sous titrées. Ici, vous pourrez apprécier soit la version française en Dolby 4.0 ou la version originale en 5.1 DTS HD . Erreur sans doute des studios, il n’y a pas de sous titres français sur Hello Dolly. Alors mettez les sous titres anglais, anglais pour malentendants, allemand ou espagnol. Oh quand même Mr 20th Fox, vous auriez pu récupérer les sous-titres sur le DVD existant depuis des années. Va-t-on devoir attendre encore longtemps le BluRay avec version VO avec sous titres français??

Hello Dolly...

Hello Dolly…

téléchargement (1) téléchargement (3)

Before the pârade passes by

Before the pârade passes by

Hello Dolly : Barbra Streisand et Louis Armstrong

Hello Dolly : Barbra Streisand et Louis Armstrong

Inutile de dire que la qualité de restauration de ce film est exceptionnelle, tout comme le fut il y a quelques temps une autre comédie musicale de la même époque, La Mélodie du Bonheur (The Sound of Music) autre film multi oscarisé.

5* pour le film

3* pour le blu ray ( les sous titres français inexistants!!)

4* pour le DVD de bonus et le livret

Rating:
VOTRE VOTE

Parmi tous les spectacles musicaux de cette saison, en voilà un qui se distingue, et c’est tant mieux!

affiche-200x150-1_5eme-1

Adapter l’oeuvre de Stendhal en comédie musicale était une véritable gageure, et il faut bien avouer que c’est une réussite au delà des espérances.

photo-carolineaelion

photo-carolineaelion

Nous sommes sous la Restauration, dans une petite ville du Jura. Le maire de la ville, Mr de Rênal, cherche un précepteur pour ses enfants, et il va engager le jeune et beau Julien Sorel, fils de charpentier aux dents longues, dont le modèle est Napoléon. Mais, vu qu’il veut monter dans l’échelle sociale, il songe à devenir prêtre. Toutefois le séjour chez les Rênal va lui faire changer d’avis. Il dédaigne les avances de le femme de chambre, Elisa, pour tenter sa chance auprès de la maîtresse de maison, la charmante Louise, dont il devient vite l’amant. Mais la femme de chambre va tout faire pour que ces amours s’arrêtent.

photo : @anthonyghnassia

photo : @anthonyghnassia

photo : @anthonyghnassia

photo : @anthonyghnassia

photo : @anthonyghnassia

photo : @anthonyghnassia

photo : @anthonyghnassia

photo : @anthonyghnassia

photo : @anthonyghnassia

photo : @anthonyghnassia

photo : @anthonyghnassia

photo : @anthonyghnassia

Ils ne sont pas trop de deux pour la mise en scène très dynamique: François Chouquet et Laurent Seroussi, qui nous offrent de magnifiques projections pour les décors qui sont nombreux dans l’adaptation  qu’en a fait Alexandre Bonstein, auteur du livret, alors que Zazie est l’auteure des chansons, aux côtés de Vincent Baguian, Sorel, William Rousseau.

photo : @anthonyghnassia

photo : @anthonyghnassia

photo : @anthonyghnassia

photo : @anthonyghnassia

Mais ce que nombre de spectatrices, et de spectateurs, viennent applaudir, c’est le très beau Côme, à la voix envoûtante, qui domine cette oeuvre de bout en bout. C’est une véritable révélation pour ceux qui comme moi, le découvrent. Il a quand même finaliste de The Voice. Sa présence sur la scène du Palace est un des gros atouts de ce musical. Mais il serait malhonnête de ne citer que lui, alors que d’autres belles voix sont sur scène, comme Haylen, qui est Louise de Rênal, Louise Fournier  (Mathilde de la Mole), Yoann Launay, à la voix puissante qui est le conteur Geronimo, Patrice Maktav (Monsieur Valenod), Michel Lerousseau (Marquis de la Mole), Cynthia Tolleron (Elisa), Elsa Pérusin (Madame Valenod), Philippe Escande (Monsieur de Rênal), sans oublier, et ils sont vraiment importants, omniprésents sur la scène , en hauteur, les musiciens: Sabrina Boudaoud, Camille Bigeault (batterie), Brice Mirione , Stéphane Boutinaud aux percus et le guitariste Mao Blanc.

photo : guy courtheoux

photo : guy courtheoux

photo : guy courtheoux

photo : guy courtheoux

Bravo Monsieur Cohen pour cette production, et le choix de la belle salle du Palace. Vous aviez déjà produit un musical que j’avais absolument adoré, Mistinguett, parmi bien d’autres. Vous ne recherchez pas le sensationnel, et vous faites mouche avec des spectacles de qualité comme celui-ci.

photo : guy courtheoux

photo : guy courtheoux

photo : guy courtheoux

photo : guy courtheoux

Le Rouge et le Noir, c’est au théâtre le Palace, jusqu’au 31 décembre

Représentations : jeudi, vendredi et samedi à 20h30, matinées samedi à 15h00 et dimanche à 17h00

places de 29 à 79 €

réservations au : 01 40 22 60 00

 

 

Rating:
VOTRE VOTE

Voilà certainement la plus belle surprise de cette saison avec une oeuvre remarquable de Crystal Pite.

julien_benhamou___opera_national_de_paris-dsc_0347-2-1600

Chaque nouvelle saison donne l’occasion de découvrir le corps de ballet de l’Opéra de Paris lors d’un spectacle donné en Gala à l’Opéra Garnier, Donc cette saison, c’est le 24 septembre que s’est déroulé ce défilé du ballet, avec toute la troupe des  petits rats aux danseurs les plus réputés. 20 minutes de pur bonheur, mais c’est toujours le cas dans ce genre de présentation. Après l’entracte ce sont deux oeuvres différentes qui ont été présentées: In Creases de Justin Peck, sur une musique signée Philip Glass, avec Valentine Cosasante, Hannah O’Neil, Ida Viikinkoski, Aubane Philbert, Vincent Chaillet, Marc moreau, Daniel Stokes, Alexandre Gasse. Cette oeuvre est suivie de Blake Works 1 de William Forsythe, un ballet créé en juillet cette année.

IN CREASES

IN CREASES

IN CREASES

IN CREASES

Blake Works 1

Blake Works 1

Blake Works 1

Blake Works 1

Blake Works 1

Blake Works 1

Blake Works 1

Blake Works 1

Il faudra attendre la fin de l’entracte pour découvrir une oeuvre formidable, créée le soir même à l’Opéra Garnier . Les mots manquent pour dire à quel point c’est superbe. Sur une musique signée Max Richter, les danseurs, nombreux, ils sont plus de 50  qui  évoluent dans un univers étrange, évoquant des souvenirs tristes ou douloureux, gays ou sensuels , selon le point de vue de chacun. Parmi les noms des danseurs, on retrouve MarieAgnés Gillot, Eve Grinsztajn, Eléonore Guerineau, Ludmila Pagliero, Alice Renavand, François Alu, Alessio Carbone, Vincent Chaillet, Adrien Couvez, Alexandre Gasse, Axel Ibot, Marc Moreau, Daniel Stokes. Costumes simples, si on regarde de loin, on peut avoir l’impression que les danseuses sont seins nus, mais elles sont dans un body moulant de couleur chair, créés par Nancy Bryant . C’est la grâce sur scène, des mouvements ondulatoires, la salle est conquise qui se lève pour faire une ovation plus que méritée, avec des applaudissements à n’en plus finir.

THE SEASONS' CANON

THE SEASONS’ CANON

THE SEASONS' CANON

THE SEASONS’ CANON

THE SEASONS' CANON

THE SEASONS’ CANON

THE SEASONS' CANON

THE SEASONS’ CANON

THE SEASONS' CANON

THE SEASONS’ CANON

THE SEASONS' CANON

THE SEASONS’ CANON

Difficile de terminer une soirée après une oeuvre d’une telle force, néanmoins le dernier ballet est tout aussi incroyable, où tout commence par des jeux de lumière sans protagoniste sur scène. Éclairages des plafonds, des balcons, avant l’entrée de danseurs, mais dans la salle, dans les loges, danseurs pour ce ballet ‘sans titre’ créé aussi pour cette occasion par Tino Sehgal. Seconde surprise, les danseurs quittent la salle, et la salle se doit de les suivre vers les grands escaliers où ils ne danseront plus ou peu s’en faut, mais donneront de la voix. Etrange, mais inoubliable.

TOUTES LES PHOTOS : JULIEN BENHAMOU / OPERA DE PARIS

Dernières Représentations : Lundi 3 octobre 2016 – 19h30 , Mardi 4 octobre 2016 – 19h30,  Jeudi 6 octobre 2016 – 19h30,  Samedi 8 octobre 2016 – 19h30 et Dimanche 9 octobre 2016 – 14h30

 

Tarifs différents selon les soirs :

4, 6, 8, 9 oct 2016 :          110€ 95€ 80€ 50€ 25€ 12€ 10€

et

3 octobre 2016:                 99€ 86€ 72€ 45€ 23€ 12€ 10€

Réservations aux guichets des opéras Bastille et Garnier

ou par Internet : www.operadeparis.fr

 

Rating:
VOTRE VOTE

Après le succès de Fleur de Cactus, le théâtre Antoine reprend une autre pièce célèbre des auteurs Barillet et Grédy : Peau de Vache.

onsortoupas038

Créé en 1975 par Sophie Desmarets, la pièce a connu un succès fulgurant, et Michel Fau qui met en scène cette version 2016 a choisi une comédienne que rien n’arrête : Chantal Ladesou pour le rôle principal. Celui de Marion, mariée à Alexis (Grégoire Bonnet) célèbre violoncelliste , qui règne en maître sur leur domaine, qui régente sa vie, et qui ferme les yeux sur quelques incartades. Leur petite vie va subir quelques changements avec l’arrivée d’une jeune journaliste, Pauline (Anne Bouvier), qui va vite faire partie des meubles. Marion, qui porte fort bien le surnom de Peau de Vache, n’a de bons rapports avec personne, ni leur voisin mitoyen , Monsieur Colinet (Maxime Lombart, et encore moins avec un couple de snobs venus s’installer à la campagne, les Durand-Bénéchol (Stéphanie Bataille et Gérald Cesbron). Le seul a à l’apprécier est le vétérinaire du coin, un peu (beaucoup) porté sur la bouteille, Cazenave (Urbain Cancelier) . Pourtant il y a peut-être pire Peau de Vache de Marion.

_mg_1868 _mg_2175

Michel Fau laisse libre cours à la tornade Chantal Ladesou dans cette mise en scène particulièrement efficace. Les comédiens semblent beaucoup s’amuser, et le public, qui est surtout venu voir Chantal Ladesou ne sera pas déçu. Tout le monde en fait des tonnes. Ladesou fait du Ladesou, mais puissance 10.  les autres comédiennes, Anne Bouvier et Stéphanie Bataille s’en sortent avec les honneurs toutefois. Une heure et demie de bonnes répliques, rien de plus normal, Messieurs Pierre Barillet et Jean-Pierre Grédy sont des auteurs qui savent écrire, et qui connaissent le théâtre. Quant au metteur en scène, Michel Fau, il nous a maintes fois prouvé son talent, ne serait-ce qu’avec la reprise de Fleur de Cactus au même théâtre Antoine, qui jouait d’ailleurs aux côtés de Catherine Frot. Fleur de Cactus devrait d’ailleurs revenir sur cette même scène dans quelques mois, puisque Peau de Vache est prévu pour une série limitée de représentations, jusqu’au 31 décembre.

l1011090 _mg_2359 _mg_2347 _mg_1656

TOUTES LES PHOTOS : @DR

Peau de Vache , c’est au théâtre Antoine dirigé par Laurent Ruquier et Jean-Marc Dumontet, du mardi au samedi à 21h00, avec matinées les samedi et dimanche à 16h00.

Places de 20 à 63€

réservations : 01 42 08 77 71 et sur place : La billetterie du théâtre est ouverte du lundi au samedi de 11h à 19h et le dimanche de 12h à 17h

par internet : http://www.theatre-antoine.com