Musique

VOTRE VOTE

Il y a dans le vie de bonnes surprises, ce qui fut le cas lorsque je reçu un communiqué de presse m’invitant à la présentation de Rossini Opéra festival qui va se dérouler dans quelques mois en Italie, plus précisément à Pesaro dans les Marches du 9 au 21 Août prochain.

Pour nous présenter ce Festival, en célébrant la Fête Nationale Italienne, quelques invités ont été conviés pour écouter quelques aires de Rossini, interprétés par le jeune ténor PIETRO ADAÏNI accompagne au piano par RUBEN SANCHEZ-VIECO;

En voici quelques extraits:

et pour finir, avec toute la salle debout : l’hymne national Italien.

 

Mais je n’allais certainement pas laisser passer l’occasion de rencontrer ce jeune Ténor  qui nous a fait vibrer avec se voir, et bien que je ne parle que 2 ou 3 mots d’italien, et lui pas un mot de français ou peu s’en faut, voilà le résultat:

 

Vous voulez en savoir plus sur ce festival qui existe depuis 1980 :tout le programme  est disponible, en italien ( normal que le bel canto soit dans la langue Dante, n’est-il pas?),  sur ce site :

https://www.rossinioperafestival.it/festival/

 

VOTRE VOTE
Rating:

Michel Sardou, le chanteur aux tubes légendaires, des Ricains aux Bals Populaires, du France à Musulmanes, en passant par Et mourir de plaisir ou Les Lacs du Connemara, impossible de les citer tous.  Et le spectacle JE VAIS T AIMER, va vous en proposer quelques dizaines, et  on pourrait presque concevoir un second spectacle avec d’autres titres qui ont fait chanter la France depuis 1967. Normal 26 albums, plus de 350 chansons. voila le bilan actuel de Michel Sardou, de quoi faire envie à tous les chanteurs populaires.

La mise en scène et le livret de Serge Denoucourt sont parfaits avec l’aide de Stéphane Roy pour la scénographie et la direction artistique. Nous avons rencontré un producteur heureux : Roberto Ciurleo, qui n’en n’est pas à ses premiers essais : on lui doit entre autres : Les 3 Mousquetaires, Saturday Night Fever, ou Bernadette de Lourdes.

Rencontre sur la scène de la SEINE MUSICALE:

Une comédie musicale ce sont des voix, et bien que tous les comédiens chanteurs soient parfaits, j’ai rencontré deux d’entre eux :

Hakob GHASABIAN qui joue le rôle de Nicolas:

et le second :

HOBBS dans le rôle de Mike:

Surtout ne manquez pas le final, où toute la salle est debout pour chanter avec tous les comédiens et chanteurs sur scène, et vous pourrez dire JE VAIS T’AIMER après avoir fredonné EN CHANTANT, LES LACS DU CONNEMARA, LE FRANCE et bien d’autres tubes que nous ne sommes pas prêts d’oublier.

Si cela ne tenait qu’à moi, j’aurais vu ce spectacle et revu, et revu. Après les dates parisiennes qui s’arrêtent en juin, la comédie musicale reprendra les routes de France, et nous ne sommes pas à l’abri d’un retour à Paris, avant que les succès franchissent nos frontières.

un petit bonus avec la bande annonce:

VOTRE VOTE

Un concert en hommage à Nicholas Angelich se déroulera jeudi  9 juin à 20h, au Théâtre des Champs-Elysées . Il est donné  au profit de la Fédération France Greffe Cœur Poumon (www.france-coeur-poumon.asso.fr) . L’immense pianiste Nicholas Angelich a disparu prématurément le 18 avril dernier d’une maladie respiratoire.

Sous réserve de modification, voici les artistes de cette soirée exceptionnelle :

  • Raphaëlle Moreau – Vadim Repin / Violon
  • Gautier Capuçon – Victor Julien-Laferriere / Violoncelle
  • Guillaume Bellom – Frank Braley – Alexandre Kantorow – Ismaël Margain – Jérémie Moreau / Piano
  • Quatuor Modigliani

Tous les artistes, amis de longue date, partenaires, compagnons de route, deux de ses étudiants au CNSM aussi ont tenu à lui rendre hommage et les Productions Internationales Albert Sarfati et le Théâtre des Champs-Elysées se sont associés pour que cette soirée soit la plus belle et la plus forte possible.

 

vidéo offerte par Medici.TV.

VOTRE VOTE
Rating:

 

Richard Wagner, un compositeur qui a des fans depuis la création de ses opéras. Parsifal ne fait pas exception la règle, qui est un opéra plus difficile d’accès que la tétralogie aux airs plus célèbres.

Une oeuvre très symbolique et qu’il n’est pas facile à traduire en mots de tous les jours : À partir de la légende de Perceval et du Saint Graal, Wagner dont ce sera son ultime opéra,  nous offre sa réflexion sur le combat entre le bien et le mal en faisant germer les vertus de la compassion et du renoncement. Des valeurs que Richard Jones explore en confrontant la rigueur morale d’une communauté dogmatique à l’obscurantisme d’une idéologie scientifique déviante. Deux mondes que tout oppose si ce n’est une irrépressible attraction pour les illusions.

 

Toutes les photos : Vincent Pontet

Ainsi dans le premier acte Amfortas, le gardien du Graal et de la Sainte Lance, a été séduit par Kundry et blessé par Klingsor qui lui a dérobé la lance. La plaie ne se referme pas ; tous les remèdes ne font que soulager brièvement la douleur. Amfortas et les chevaliers du Graal n’ ont espoir que dans la venue du sauveur annoncé, un pur innocent, rendu sage par la pitié. Les écuyers molestent Kundry, une femme étrange et sauvage, mais Gurnemanz, le plus âgé des chevaliers du Graal – ignorant qu’ elle est en fait responsable de la blessure d’ Amfortas – leur reproche leur manque de charité ; peut-être est-elle, en effet, maudite, mais elle vit aujourd’hui sous la protection du Graal. Je vous laisse découvrir la suite sur scène ou en lisant es résumés qui vous aideront tout au long de cet opéra magnifiquement mis en scène par Richard Jones, sous la direction musicale de Simone Young.

La mise en scène est très élégante avec un plateau roulant où s’enchainent les décors signés ULTZ. Coté voix, inutile de dire que c’est époustouflant, comme toujours à ‘Opéra de Paris.

Afotas : Brian Mulligan

Titurel: Reinhard Hagen

Gurnemanz : Kwngchul Youn

Kingsor : Falk Struckmann

Kundru : Marina Prudenskaya

Parsifal : Simon O’Neil ( qui fait ses débuts à l’Opéra National de Paris)

Ester Gralsritter : Nea Cooper

Zweiter Gralsitter : William Thomas

4 Knappen : Tamara Banjesevic, Marie André Bouchard Lesieur, Tobias Westman, Maciej Kwasnikowsli

Klingsors Zaubermädchen : Tamara Banjesevic, Marie André Bouchard Lesieur, Ramya Roy

Klingsors ZaubermädchenII : Ksenila Proshiba, Andrea Cueva Molnar, Claie Huckle

Eine Alstimme aus der Höhe : Claudia Huckle

Photo : Vincent PONTET

Difficile de ne pas tomber sous le charme de ces superbes voix.

Prochaines représentations :

Mardi 31 Mai à 18.00

Vendredi 3 juin à 18.00

Lundi 6 Juin à 18.00

Jeudi 9 Juin à 18.00

Dimanche 12 Juin à 14.00

quelques infos sur le spectacle : 1ère partie 1h40, entracte de 45 mns, 2ème partie : 1h05, entracte : 30 mns, 3ème partie : 1.10, soit une durée totale de 5h10 environ

Prix des paces de 15 à 190 € sauf le 6 Juin de 15€ à 1741€ et le dimanche 12 juin : de 15€ à 204€

Quelques extraits :

 

 

 

 

VOTRE VOTE
Rating:

une découverte que j’ai pu voir il y a quelques jours à La Seine Musicale, et qui est en tous points remarquable:

Laissons Alexander Shelley en parler :

Un projet avec l’Orchestre fédéral des jeunes est un privilège pour un chef d’orchestre, car il apporte une énergie très particulière.

Le défi consiste à capter cette énergie et à la focaliser pour lui redonner ensuite libre cours et lui donner des ailes pour les concerts.

Il est également exceptionnel de découvrir le talent extraordinaire des jeunes danseurs du Bundesjugendballett. Ils représentent d’une part la longue tradition du ballet et sont d’autre part très contemporains. Avec leurs mouvements, ils nous montrent le 21e siècle.

Avec « Le Bourgeois Gentilhomme » de Molière, le maestro John Neumeier donne vie à des personnages parfaitement adaptés et originaux. Certains sont doux, romantiques, amoureux, d’autres sont anguleux, pleins de caractère ou même ridicules. Neumeier a ajouté avec génie tout un cosmos à la musique de la comédie, étroitement liée à Jean-Baptiste Lully et que l’on peut entendre ici dans la version du compositeur Richard Strauss.

Le « Trio » de Maurice Ravel prend également une nouvelle dimension dans notre concert. Le violoniste et chef d’orchestre – et mon bon ami – Yan Pascal Tortelier a créé une version orchestrale à laquelle, il ne manque rien. Je suis convaincu que Ravel l’aurait orchestré exactement de la même manière.

Et maintenant, le Bundesjugendballett va encore une fois catapulter cette œuvre dans le présent avec sa propre chorégraphie.

Travailler avec de jeunes artistes, surtout avec un tel talent, m’apporte personnellement beaucoup. A chaque répétition, l’art évolue, chaque personnalité se développe et je peux écouter et regarder, observer et encourager ce talent. Il ne cesse de s’améliorer. Il semble n’y avoir aucune limite vers le haut.

Ce fut un joli programme avec : La Valse    de Maurice Ravel

Le Bourgeois Gentilhomme de Richard Strauss

suivi en deuxième partie de Les Joyeuses facéties de Till L’espiègle de Richard Strauss

Concerto a Moll pour violon, violoncelle et clavier de Maurice Ravel.  Toujours l’orchestre seul pour débuter et ensuite 6 danseurs absolument fantastiques, tous jeunes:

Lormaigne Bockmühl

Justine Cramer

Lennard Giesenberg

Thomas Krähenbühl

et je garde toutefois les 2 ceux qui m’ont bouleversé par leur prestance :

Joao Vitor Santana  

Mirabelle Seymour

photo Guy Courtheoux

photo Guy Courtheoux /onsortoupas, au centre : Joao Vitor Santana  

photo : Guy Courtheoux/onsortoupas

Ce n’est pas tous les jours qu’on croise de tels talents, et si ces artistes reviennent se produire à Paris, soyez certain que je serai au rendez-vous.

Il n’y a eu que 6 représentations avec l’ensemble orchestral et 8 danseurs, ils ne furent que 6 à Paris

et les villes de Ludwigshafen, Essen, Berlin et Hambourg en Allemagne ainsi que Lille et Paris en France.

En souhaitant leur retour pour les applaudir à nouveau comme ils le méritent!

Orchestre Français des Jeunes
John Neumeier, Chorégraphe et Intendant
Kevin Haigen, Directeur artistique et Mise en scène
Alexander Shelley, Direction musicale

Guy Courtheoux

VOTRE VOTE
Rating:

Découvrir de nouvelles oeuvres, voir de nouvelles mises en scène, ou tout simplement vibrer avec un orchestre, des interprètes et des chœurs, voila ce que peut nous apporter une soirée à l’Opéra, et c’est bien ce qui s’est passé pour moi avec La Khovantchina, actuellement à l’affiche de l’Opéra Bastille.

L’arrière-plan historique sur lequel Moussorgski s’est basé pour écrire le livret de La Khovantchina se situe à Moscou, entre 1682 et 1689. À cette époque, la mort du tasr Alexis avait laissé deux fils : Ivan, né de sa première épouse, Marie Miloslavski et Pierre, né de ses secondes noces avec Nathalie Narychkine. Comme les deux garçons étaient encore mineurs, ce fut Sophie, sœur d’Ivan, qui fut nommée régente. Avec l’aide du prince Golitsine, son ex amant, elle fit en sorte que les Vieux-Croyants (les «  Raskolniki  »), en révolte contre les innovations de l’Église officielle, soient persécutés. Au même moment, Ivan Khovanski, chef d’une armée d’archers créée par Ivan le Terrible, qui comptait parmi elle nombre de Vieux-Croyants, essayait de prendre le pouvoir. Tout en prenant des libertés avec la réalité historique, La Khovantchina fait le récit de cet affrontement entre la Russie féodale et la Russie moderne du 17ème siècle.

du 26 janvier au 18 février 2022

du 26 janvier au 18 février 2022

du 26 janvier au 18 février 2022

du 26 janvier au 18 février 2022

Honnêtement, le premier acte est assez difficile à suivre, de par le fait que c’est en russe, et qu’on est obligé de lire les surtitres, sinon impossible de comprendre quoi que ce soit. La mise en place peut sembler longue, mais cela vaut la peine d’attendre puisqu’ensuite les chœurs, très nombreux sur scène, je crois bien n’en avoir jamais vu autant, nous font vibrer,, nous entrainent dans leur sillon,; et rien que pour ça, on est heureux de découvrir u opéra, certes difficile, et on est pris au jeu. 5 actes plus tard, avec 2 entractes, on ressort impressionné et heureux d’avoir découvert l’univers de Moussorgski.

Si j’ai parlé des chœurs, cela ne signifie pas que les voix des interprètes ne sont pas au top, bien au contraire.

du 26 janvier au 18 février 2022

du 26 janvier au 18 février 2022

du 26 janvier au 18 février 2022

du 26 janvier au 18 février 2022

du 26 janvier au 18 février 2022

du 26 janvier au 18 février 2022

du 26 janvier au 18 février 2022

du 26 janvier au 18 février 2022

La distribution :

Prince Ivan  Khovanski / Dimitry Ivashchenko

Prince Andrei Khovanski / Sergei Skorokhodov

Prince Vassili Golitsine : John Daszak

Chakloviti : Evgeny Nikitin

Dosifei :Dmitry Belosselskiy

Marfa : Anita Rachvelishvili

Susanna :Carole Wilson

Le Clerc : Gerhard Siegel

Emma :Olga Busuioc

Varsonofiev :Wojtek Smilek

Kouzka :Vasily Efimov

Strechniev : Tomasz Kumięga

Premier Strelets : Volodymyr Tyshkov

Deuxième Strelets : Alexander Milev

Un confident de Golitsine : Fernando Velasquez

 

Il faut saluer la performance de la cheffe des chœurs Ching-Lien Wu qui réussit à nous éblouir tout au long des 5 actes, sur les notes de Modeste Moussorgski et les orchestrations de Dimitri Chostakovitch et sous la direction  d’orchestre remarquable de Hartmut Haenchen, et la mise en scène d’Andrei Serban.

Le spectacle débute à 19h00, avec une première partie de 50 mns, suivi d’un entracte de 20 mns, puis une seconde partie d’1 h 25, suivie d’un second entracte de 20 mns avant la troisième partie de 1 h 05. La fin du spectacle aux environs de 23.00

du 26 janvier au 18 février 2022

du 26 janvier au 18 février 2022

du 26 janvier au 18 février 2022

du 26 janvier au 18 février 2022

TOUTES LES PHOTOS   @ OPERA DE PARIS

Quelques extraits :

 

VOTRE VOTE

Il n’a peut-être pas gagné The Voice, mais c’est quand même lui qui a remporté tous les suffrages dans le cœur du public : Jim Bauer. J’avais adoré la version revisitée du tube d’Annie Cordy, Tata Yoyo. Je n’allais certainement pas manquer une rencontre avec ce mec à la voix incroyable lors de la nuit de la Déprime de Raphael Mezrahi:

Auteur, compositeur, interprète et guitariste précoce, Jim Bauer fait ses armes très tôt comme musicien de rue et lors de concerts dans des pubs et des clubs à New York, Londres et Paris où il mène ses études au Cours Florent.

En 2017, Jim Bauer sort son 1er EP The Misfit Boy, composé de 4 titres en anglais et enchaine les concerts à Paris (Café de la danse, Salle Pleyel et Élysée Montmartre) et dans toute la France où il suit toute la tournée française de K’s Choice en première partie.

 

Parallèlement à son projet personnel, Jim Bauer écrit pour les autres (Florent Pagny, Barbara Pravi, Slimane etc) .

En février 2021, après avoir refusé pendant 10 ans de participer à l’émission The Voice, il se présente finalement à la 10e saison où il se fait remarquer par l’éclectisme de ses choix (It’s a Man Man Man’s World de James Brown, Angie des Rolling Stones, Tout va bien d’Orelsan, Tata Yoyo d’Annie Cordy. On attend avec impatience son album solo à paraître début 2022, et qui nous  donnera certainement l’occasion d’une nouvelle rencontre musicale et amicale !

En plus de cette rencontre sur un lit géant dans le hall d’entrée des Folies Bergère, il fallait quand même vous faire écouter sa prestation sur la scène quelques minutes plus tard :

Je ne peux résister à la tentation de vous refaire découvrir la vidéo de Tata Yoyo:

Sa voix, c’est quelque chose de rare, d’exceptionnel, franchement il m’a sidéré, sans oublier qu’il est d’une gentillesse remarquable!

Crossroad:

son prochain single, sortie le 3/12: C La Vie

 

VOTRE VOTE

Difficile de se faire un prénom quand son père s’appelle JOE DASSIN, et c’est pourtant ce que tente Jonathan Dassin, qui est venu sur la scène des Folies Bergère pour interpréter un titre fétiche de son père: Et Si Tu N’Existais Pas! A coup sur un prénom à retenir.

 

Entretien enregistré dans sa loge :

la pochette de son single :

 

et l’extrait de son passage sur scène, suivi d’un clin d’œil de Raphael Mezrahi à Joe Dassin:

 

 

VOTRE VOTE

Le samedi 20 novembre, Sylvie Vartan a poursuivi sa tournée en faisant cette fois halte dans une des grandes salles de Paris, La Salle Pleyel. Et il semblerait que le spectacle ait été filmé. pour la Télévision, ou pour une sortie DVD, l’avenir nous le dira. Toutefois vous êtes toujours nombreux à demander des extraits, en voici  donc quelques uns :

ARRIVEE SUR SCENE :

 

JE CROYAIS :

Par amour ou par pitié:

Parle moi De Ta Vie :

Rupture:

Deux Mains :

Ce jour là:

Mon père:

Darina:

Merci pour le regard:

Je chante encore l’amour :

J’emporterai :

A 2 pas de vous ( extrait)

Régalez-vous avec ces petits extraits, merci de ne pas les diffuser

 

 

 

 

 

 

 

VOTRE VOTE
Rating:

Sheila, 60 ans de carrière en 2022, des tubes par dizaines, des millions de disques vendus, et une gentillesse légendaire.

Un nouvel album remixé et la ressortie d’un de ses albums prestigieux : Little Darlin’ remasterisé. Il n’en fallait pas plus pour que je prenne rendez-vous avec l’interprète de  quelques titres comme : L’école est finie, Bang Bang, Les Rois Mages, Love me Baby, Singin’ in the rain ou Spacer!

Il n’y a pas beaucoup d’interprètes qui ont traversé les sixties et sont encore dans l’actualité. Nombre de ses consœurs ont disparu, comme France Gall, ou ont arrêté la chanson.  Certes la variété dans son sens le plus noble , a beaucoup changé, et il a fallu s’adapter. Sheila fait partie de ceux qui ont su s’adapter et la voilà avec ce très bel album . Il fallait bien marquer cette rencontre, et c’est chose faite :

Illustrer la carrière avec quelques pochettes de disques: en voici quelques unes :

et enfin l’annonce de sa tournée et des concerts parisiens, salle Pleyel les 11 et 12 Novembre 2022

la vidéo officielle de LA RUMEUR :

ou encore des images d’archive de l’INA :