Bernard Menez

All posts tagged Bernard Menez

VOTRE VOTE

Il y a des comédiens que l’on adore, qui peuvent tout jouer ou presque, et qui ne manquent pas de plaire au plus grand nombre, c’est le cas de Bernard Menez, qui met en scène et dirige cet été Duos Sur Canapé, une pièce de Marc Camoletti qui fut aussi adaptée au cinéma.

La pièce fut crée en 1977, et le film réalisé par Marc Camoletti réunissait une belle brochette de comédiens : Marina Vlady, Jean Lefebvre, Michel Galabru et Bernard Menez. On comprend que ce dernier connaisse bien le sujet, qui l’avait aussi interprété sur les planches. Excellente opportunité de rencontrer ce grand Monsieur, tant par la taille que par le talent, et c’est chose faite, nous voilà à ses côtés dans son bel appartement parisien :

Certes, tout n’est pas dit, il faut bien se garder d’autres questions à poser à ce Monsieur d’une gentillesse à toute épreuve.

L’histoire : Bernard, avocat, et Jacqueline, dentiste, mariés depuis de longues années, ont chacun leur cabinet à domicile. Cela devient problématique lorsqu’ils décident de divorcer et que ni l’un ni l’autre ne souhaite déménager son cabinet. Dans leur appartement, le canapé se voit alors attribuer le rôle de frontière, renforcé par un ruban séparant le canapé en deux parties égales. Victor, (Bernard Menez) majordome du couple, mais aussi assistant alternatif de l’avocat ou de la dentiste, assiste en spectateur-arbitre à l’arrivée des nouveaux conjoints respectifs de Monsieur et de Madame…

Quelques photos avec ses compagnons de scènes : Caroline Munoz, Julia Dorval, Aliocha Itovich, Michel Guitoni .

Dernières représentations parisiennes:

Théâtre de l’Alhambra, rue Yves Touduc dans le 10ème

les vendredis à 21.00, samedis 17.00 et 21.00 et dimanches à 16.00 jusqu’au 18 septembre

PLACEMENT LIBRE ASSIS
 places à 29.50€ avec tarifs réduits à 24€
https://youtu.be/Oaw0xKcczZ8
Rating:
VOTRE VOTE

Le retour d’une pièce mythique , avec Fanny Ardant sur la scène du Théâtre de la Michodière.

onsortoupas034

Plus de 50 ans après avoir été créée par Jacqueline Maillan qui l’a jouée plus de 1700 fois, cette pièce de boulevard fait toujours autant rire. Il est vrai que certaines pièces de boulevard peuvent vieillir, mais la pièce de Marcel Mithois garde toute sa saveur, et a passé l’épreuve des années en gardant toute sa verve. La mise en scène de Thierry Klifa est exemplaire et Fanny Ardant est ‘Coco Baisos’, l’héroïne de cette comédie, qui a certes été revisitée et modernisée, et donne au public ce qu’il attend. Mais elle n’est pas la seule. Toute la troupe autour d’elle, Bernard Menez en tête partage ce succès amplement mérité.

img_0824-hd

L’action se déroule à Paris, dans les années 60, où Coco se retrouve veuve pour la 5ème fois, après le suicide de son dernier mari. Mais elle apprend aussi que ce dernier qu’elle croyait richissime grâce à des mines au Pérou, a perdu toute sa fortune, confisquée par l’état péruvien.  Elle va choisir de ne pas divulguer sa mort et va tenter de se trouver un nouveau mari, tant qu’elle reste donc mariée et riche. Ce qui n’est pas du plus simple. Ses deux enfants, Anna Marie (Julia Faure) et Nicolas (Jean-Baptiste Lafarge) vivent sans aucun souci d’argent, son majordome et ami Auguste (Pierre Rochefort) et le secrétaire du défunt, Jean ( Sébastien Houbani) l’aideront à garder la tête haute, alors que sa meilleure amie, Maggy Fauchois ( Vittoria Scognamiglio) va lui ouvrir son carnet d’adresse avec les téléphones des personnalités les plus riches de Paris. Un inspecteur de police ,Mr Bécot, (Michaël Cohen), un très jeune aristocrate richissime et une infirmière amoureuse transie du défunt complètent la distribution.

img_0127-hd

Si Fanny Ardant est de toute évidence celle vers qui tous les regards se tournent ( et les oreilles aussi, vu qu’elle chante en direct), l’arrivée de Bernard Menez , un voisin banquier éternel célibataire, accélère les bons moments. Pour cette trop courte série de représentations, la production n’a pas lésiné sur les moyens avec de beaux décors de luxe signés Emmanuelle Duplay.

img_0279-hd

Le public est plus que ravi, ( il faudrait vraiment être difficile ou de mauvaise foi pour trouver des fautes dans Croque Monsieur), et le Théâtre de la Michodière peut se vanter d’avoir, une fois de plus trouvé un classique du boulevard, remis à jour avec succès. Je vous garantis que j’ai passé, et je ne suis pas le seul, à écouter les commentaires à la sortie, une soirée d’exception.

img_0320-hd

Toutes les photos : ‘©Carole Bellaiche’

CROQUE MONSIEUR, c’est au théâtre de la Michodière

Du mardi au samedi à 20h30
Matinées le samedi à 16h30
Matinées le dimanche à 15h30

Tarifs :

Tarif semaine (mardi au jeudi) :  de   15 à 68 €

vendredi, samedi dimanche : 17 à 70€

Réservations : 01 47 42 95 22   et www.michodiere.com