Bill Condon

All posts tagged Bill Condon

Rating:
VOTRE VOTE

Inspiré librement de la vie de PT Barnum, The Greatest Showman parle des débuts du show business, mais aussi et surtout d’un homme à l’imagination débordante, parti de rien pour devenir l’homme le plus célèbre des Etats Unis à cette époque…Voici enfin la version BluRay

Tout jeune, alors qu’il accompagne son père qui est tailleur dans une maison de ‘riches’, le jeune PT Barnum tombe amoureux de celle qui sera sa femme. Parti de rien, il arrivera , certes avec quelques combines, à acheter et transformer un immeuble dans lequel il va créer des spectacles. Pour cela, il va rassembler  des personnes ‘différentes : un homme de petite taille, qui sera promu général, une femme à barbe, un géant, des trapézistes, parmi bien d’autres. Tous connaissent une vie malheureuse, fustigés et détestés de tous. Il va leur offrir un foyer, de l’amour, du travail au grand dam d’une certaine population. C’est avec eux que sera créé le show business, avec la publicité qu’il va créer. Il fera faillite, se relèvera, s’associera avec celui qui raconte l’histoire, lui aussi d’une famille noble. Tout cela sur fond de comédie musicale, avec absolument tous les ingrédients pour que cette comédie musicale soit un feel good movie, ce qui signifie qu’on vibre avec lui, on chanterait volontiers avec eux, on danserait ( et je peux vous avouer que mes jambes bougeaient toutes seules lors de la projection).

Le réalisateur, Michael Gracey, a travaillé avec le scénario de Jenny Bicks et Bill Condon pour nous offrir du grand spectacle. J’étais ébahi par les prouesses techniques, par la musique, que l’on doit aux compositeurs de LALALAND (Benj Pasek et Justin Paul), qui étaient encore 2 inconnus lorsque se sont attelés à la composition des titres  pour The Greatest Showman. Qui mieux que la chanteuse et artiste Zendaya peut parler d’eux? : « Benj et Justin sont jeunes et originaux, et ce qui m’a plu dans leurs chansons c’est qu’en dépit du fait que l’histoire se déroule au XIXe siècle, elles sont incroyablement contemporaines, ce qui rend le film complètement accessible aux spectateurs d’aujourd’hui et lui confère une certaine magie. THE GREATEST SHOWMAN est un film d’époque dans lequel il y a de la pop et du hip-hop, ce que je trouve extrêmement intéressant. Il fusionne l’époque de P.T. Barnum avec la nôtre. Chacune des paroles des chansons reflète l’esprit du film. »

Zac Efron & Zendaya

Keale Settle,

Zendaya

La magie opère sur tous les titres de ce film, magie de l’image, magie du son, de la danse, des interprètes. On est transportés, on bouge sur son siège, et en sortant, on n’a qu’une seule envie, c’est de retourner dans une salle pour revoir ce film. Les interprètes sont tous au Top. On savait que Hugh Jackman était capable de tout et il le prouve une fois encore en étant P.T. Barnum. Zac Efron avait déjà montré son talent de danseur et chanteur dans ses premiers rôles au cinéma, et il a toute sa place ici, , tout comme Zendaya ( la trapéziste Anne Wheeler), Michelle Williams (Charity Barnum) ou Rebecca Ferguson (Jenny Lind, le rossignol suédois) ou encore Keala Settle ( Lettie Lutz, la femme à barbe).

Hugh Jackman

Rebecca Ferguson

Hugh Jackman

Que rajouter à ce déluge de louanges? Si vous n’avez pas compris que j’ai adoré chaque seconde de ce musical, alors je laisse ma plume de côté et vous propose des extraits en images!

Les spécificités du BluRay:  nombreuses langues parlées, dont, bien entendu anglais en 7.1 DTS et français en 5.1 DTS, idem pour les sous-titres, français, anglais et nombreuses autres options pour de nombreux pays

durée du film : 1h44

Plus de 2 heures de bonus :
La version karaoké du film
La famille de « The Greatest Showman »
Les chansons
Le spectacle
Galeries
Juke-box
Commentaires du réalisateur Michael Gracey

Inutile de dire que la qualité du BluRay est à la hauteur du film et que la version 4K est sublimissime!

la bande annonce :

quelques extraits :

 

Rating:
VOTRE VOTE

Le conte de Jeanne-Marie Leprince de Beaumont a connu de nombreuses adaptations au cinéma, comme celle de Jean Cocteau en 1946, ou le film d’animation des studios Disney en 1991. En voilà une nouvelle, plus que réussie, avec, entre autres, Emma Watson.

Tout le monde connaît l’histoire de Belle (Emma Watson), qui part à la recherche de son père (Kevin Kline), prisonnier dans un château où vit une étrange créature, la Bête (Dan Stevens). Elle échangera sa place avec celle de son père. Mais ce qu’elle ne sait pas encore, c’est que la Bête peut retrouver son allure humaine si quelqu’un tombe amoureux d’elle avant qu’une rose ne perde sa dernière pétale. Ajoutons maintenant les personnages qui donnent toute la magie au film: Gaston (Luke Evans) qui voudrait épouser Belle, son meilleur ami, Lefou (Josh Gad), et surtout Lumière (Ewan McGregor),  Big Ben (Ian McKellen), Madame Samovar et son fils Zip (Emma Thomson et Nathan Mack), Madame de GardeRobe (Audra McDonald),  Maestro Cadenza (Stanley Tucci), Plumette (Gugu Mbatha-Raw), sans oublier un jeune acteur français que l’on avait vu dans l’adaptation française en musical de La Belle et La Bête sur la scène de Mogador, où il était Gaston : Alexis Loizon, qui fut aussi Aladin dans le musical Aladin, Faites un Voeu, et qui est un des compagnons d’infortune de Gaston dans cette nouvelle adaptation signée Bill Condon. Cette version est très proche de celle du film d’animation de Gary Trousdale et Kirk Wise, où on retrouve tous les objets qui parlent, bougent et les titres musicaux les plus célèbres dans une version nouvelle, et plus particulièrement : C’est la fête / Be My Guest ou encore : Something  There, Beauty and the Beast. On se souvient que la chanson du générique final du film d’animation était interprétée par Céline Dion, que l’on retrouve aussi, mais dans une nouvelle chanson et toujours au générique  final.

Belle (Emma Watson) .

Emma Watson , Belle et Kevin Kline  Maurice,

Gaston (Luke Evans)

Gaston (Luke Evans) et Belle (Emma Watson)

Luke Evans , Gaston et Josh Gad  LeFou,

Maintenant pourquoi ce film est-il mieux qu’une réussite et qu’il frise la perfection, Tout simplement parce que le réalisateur a compris l’importance de tous les personnages, ne se concentrant pas uniquement sur les deux protagonistes du titre. Tout cela est superbe, plein d’humour avec des effets spéciaux tellement incroyables que pas une seconde on ne pense: mais ce ne sont que des objets. On retrouve le charme du film d’animation mais avec une force décuplée. Je ne trouve pas le plus petit détail qui choquerait. J’avais lu que pour la première fois une production Disney montrait un personnage gay, et j’en ris encore, les allusions étant tellement infimes que seuls les plus avertis s’en rendront compte. Et encore en y prenant bien attention. Les enfants n’y verront que du feu tellement c’est peu visible. Quoi qu’il en soit, vous ressortirez du film avec du bonheur plein les yeux, avec une seule envie: y retourner au plus vite. Et le public de par le monde s’en est vite rendu compte. Le film a encaissé plus de 170 millions de dollars uniquement sur le sol américain et 350 millions dans la totalité des pays où il est sorti…et ce, en trois jours d’exploitation uniquement. Il y a fort à parier que La Belle et la Bête va être un des plus gros succès de cette année cinématographique, et c’est amplement mérité!

La Bête (Dan Stevens)

Big Ben, Madame Samovar, Lumière, Plumette

Le film sort en version 3D et 2D, je vous conseille des salles avec son Dolby Atmos, comme le Pathé Beaugrenelle à Paris, avec une image extraordinaire.

la film annonce: