Denis Villeneuve

All posts tagged Denis Villeneuve

VOTRE VOTE
Rating:

Voilà le film qui nous rassure sur la science fiction au cinéma, et sur l’adaptation du célèbre roman de Franck Herbert au cinéma, du grand art!

DUNE raconte l’histoire de Paul Atreides, jeune homme aussi doué que brillant, (Timothée Chalamet) voué à connaître un destin hors du commun qui le dépasse totalement. Car s’il veut préserver l’avenir de sa famille et de son peuple, il devra se rendre sur la planète la plus dangereuse de l’univers – la seule à même de fournir la ressource la plus précieuse au monde, capable de décupler la puissance de l’humanité. Tandis que des forces maléfiques se disputent le contrôle de cette planète, seuls ceux qui parviennent à dominer leur peur pourront survivre…

L’histoire de Dune débute en l’année 10191!  après que fut fondée la  Guilde Spaciale. L’univers connu est régi par un emprereur , qui exerce son pouvoir total sur la multitude de planètes de l’Imperium, un  empire qui s’étend sur des centaines de mondes dans la galaxie. Mais, on ne trouve l’EPICE que sur la planète  Arrakis, la          « planète des sables » que ses habitants autochtones appellent « Dune ». Cette épice est la seule qui permette des voyages intergalactiques sans risque de se perdre.

J’avais dévoré le roman lors de sa sortie en France, premier de plusieurs tomes parus. J’en gardais un souvenir très fort. Je m’étais précipité lors de la sortie du film de David Lynch en 1984, et, curieusement le seul pays où il a connu un certain succés fur la France, échec commercial partout ailleurs dans le monde. cette fois aucun souci à se faire pour Denis Villeneuve. Ce qu’il nous offre est un véritable diamant. Des décors superbes ( la majorité ayant été tournée en Jordanie), et surtout un scénario que l’on comprend vraiment. Sans oublier les interprêtes. Certes Timothée Chalamet est bouleversant que je mets déjà en tête de liste pour des prix d’interprétation, oscars etc. Il est de toutes les scènes, omniprésent, aux côtés de celle qui joue sa mère : Rebecca Fergusson. Au générique, des noms célèbres : Oscar Isaac, Jason Momoa, Stellan Skarsgard, Josh Brolin, Javier Bardem, Charlotte Rampling, dans des rôles nettement moins importants.

Seul regret, et ce n’en est pas vraiment un : il va falloir attendre quelques mois avant de voir la deuxième partie ( et pourquoi pas une 3ème, cela nous ferait triple dose de bonheur au cinéma). pour cette première dose : 2h6 de bonheur!

 

Toutes les photos : @Warnerbros pictures

Certes on va rester sur sa faim parce que ce qui nous est proposé n’est que la première partie. Mais c’est à couper le souffle! Surtout si vous voyez le film dans une grande salle. Je ne peux que vous conseiller pour les salles parisiennes : La salle Dolby Atmos du Pathé beaugrenelle, avec son écran géant, qui rest le must des must pour moi, mais aussi les salles IMAX, comme le salle Dolby Atmos du Pathé beaugrenelle ou le Pathé la Villette, Pathé Belle Epine, Quai d’Ivry ou Disneyland! Il y a de très nombreuses salles dans toute la France vous pouvez y aller sans risque de regretter d’avoir acheté votre place. Je crois que c’est un des meilleurs films de scince fiction que j’ai pu voir, aussi fort qu’un 2001 l’odyssée de l’Espace, ce qui n’est pas peu dire!

le film annonce :

et en version française:

 

 

VOTRE VOTE
Rating:

Un suspense haletant, une mise en scène choc, et des acteurs au top.

images (9)prisoners002

Dans la banlieue d’une grande ville des Etats Unis, deux fillettes de 6 ans disparaissent lors de Thanksgiving. Un détective, Jake Gyllenhaal, enquête, c’est l’as des inspecteurs qui a toujours trouvé résolution de toutes ses investigations. Il privilégie nettement la thèse du kidnapping, suite aux témoignages des familles et surtout du père d’une des fillettes, Keller (Hugh Jackman). Un suspect est vite arrêté, mais il sera relâché, faute de preuves et surtout parce que son QI avoisine celui d’une huître et qu’il semble impossible de faire le mal. Keller est aveuglé par la douleur et fait tout ce qu’il peut pour retrouver les fillettes. La course à la montre, avec ce fameux suspect (Paul Dano, méconnaissable) commence, mais ne semble mener nulle part.

images (15) images (14) images (13)

Il faut le dire tout de suite, le film est long (2h33) mais on reste totalement cloué à son fauteuil de la première à la dernière minute. Le suspense est ravageur pour nos nerfs, et on se surprend de la violence de certaines scènes, de la réaction des deux pères de famille, du policier chevronné. Le film se base sur des éléments réels. Dans le cas d’un enlèvement, on sait que les premières heures sont cruciales, elles diminuent de moitié au bout d’une semaine et au bout d’un mois, les chances de retrouver un enfant disparu encore vivant sont quasiment nulles. On voit à quel point deux familles peuvent exploser, comment chacun réagit face à un drame aussi éprouvant.

images (10) images (11) images (12)

Les interprètes sont parfaits de bout en bout, non seulement les deux têtes d’affiche, mais aussi tous les autres rôles, et tout particulièrement Paul Dano, qui est actuellement un des meilleurs seconds rôles du cinéma américain, qui sait jouer les déjantés avec un brio rare. La mise en scène de Denis Villeneuve est plus qu’efficace, avec un montage qui ne vous laisse pas un instant de répits. Courez voir ce Prisoners, peut-être pas (surtout pas) avec des enfants trop jeunes, parce que certaines scènes sont très violentes, mais entre adultes. Vous ne le regretterez pas, et je vous garantis un suspense, une peur qui va vous habiter pour ne vous lâcher qu’avec le mot fin….enfin non, parce qu’il n’y a pas le mot fin…

Jake Gyllenhaal et Paul Dano

Jake Gyllenhaal et Paul Dano

Parlons maintenant du BluRay, qui est en fait un combo Blu Ray  plus DVD

Vous trouverez le film en français et en version originale sous titrée, avec un master DTS HD, format 1:85 16/9. Durée approximative : 150 minutes. Les bonus sont des interviews du réalisateur Denis Villeneuve en français et de Hugh Jackman avec sous titres. la bande annonce et un making of.

 

Le film annonce.