Didier Long

All posts tagged Didier Long

Rating:

Après avoir été un  film avec Léonardo Di Caprio, voila une adaptation théâtrale totalement réussie, qui a connu un franc succès récemment à Avignon

En 1995 sortait le film d’Agnieszka Holland, qui racontait les amours entre deux des plus grands poètes  du 19ème sièce, Paul Verlaine et Arthur Rimbaud. Le scénario était signé Christopher Hampton. C’est d’après ce scénario que Didier Long a adapté et mis en scène cette version théâtre présentée actuellement au Théâtre de Poche Montparnasse. Non content d’être aux manettes, il se met aussi en scène, vu qu’il interprète Verlaine. Et celui qui joue Rimbaud est un acteur absolument époustouflant de vérité. J’avais déjà écrit tout le bien que je pensais de lui lorsqu’il était face à Davy Sardou dans les Voeux Du Coeur au théâtre La Bruyère : Julien Alluguette. Trois personnes sur la petite scène de la salle du théâtre de Poche Montparnasse, et la troisième est la femme de Verlaine: Mathilde (Jeanne Ruff).

En 1871, Rimbaud se rend pour la première fois chez les Verlaine. Les deux poètes ne se connaissent que par leurs écrits. ils n’ont pas vraiment le même âge puisque Rimbaud a tout juste 17 ans, et que l’autre est marié. Ce qui les rapproche, c’est le côté libertaire du temps de La Commune. Verlaine semble se lasser de sa femme, ils vivent tous les deux dans un appartement que leur alloue le père de Mathilde dans l’immeuble de ce dernier.  On voit comment Rimbaud emballe Verlaine, quasiment contre son gré, et comment évolue cette situation étrange, où Verlaine ne peut se passer ni de son amant, ni de sa femme.

Julien Alluguette est époustouflant de justesse, dans ce rôle très difficile qu’avait interprété Léonardo Di Caprio au cinéma. Il n’imite pas, il devient Rimbaud, avec un brio total. C’est à ce genre de choses qu’on reconnaît un grand comédien. Didier Long est lui aussi saisissant de vérité dans ce rôle tout aussi difficile. Les deux ont beaucoup de texte, et c’est un vrai plaisir de les voir dans ces joutes verbales…très physiques à certains moments.


Rimbaud Verlaine, Eclipse Totale c’est au théâtre de Poche Montparnasse du mardi au samedi à 21h00 jusqu’au 6 Mai
Tarifs : de 10€ (moins de 26 ans) à 26€.

Réservations au 01 45 44 50 21 ou au guichet les lundi, mardi, jeudi et vendredi de 14h00 à 18h00, mercredi, samedi et dimanche de 11h00 à 18h00

site internet : www.theatredepoche-montparnasse.com

Il s’agit de la petite salle, aux places non numérotées, je ne peux que vous conseiller d’arriver en avance pour choisir vos places!

Après avoir vu la pièce vous aurez certainement envie de comparer avec le film, même si ce DVD est difficile à trouver maintenant!

 

Rating:

Le film de Pierre Granier Deferre avec Jean Gabin et Simone Signoret est un chef d’oeuvre. L’adaptation théâtrale du roman de Simenon en est un autre!

onsortoupas032

 

Le roman de Georges Simenon est paru en 1967, le film en 1971. Et maintenant une adaptation pour la scène, absolument remarquable, qui se démarque toutefois de ce que vous avez pu connaitre. Tout d’abord avec une mise en scène éblouissante de Didier Long, qui nous raconte l’histoire avec des flash backs, avec le même décor, simplement un tableau tournant qui nous montre à quelle époque on se trouve. Dès la première scène on comprend que l’on va se régaler, avec un monologue De Jean Benguigui avec son chat décédé. Lui c’est Emile, qui vit avec Marguerite depuis quelques temps seulement. Elle était trop seule après la mort de son mari. Elle vient d’une famille aisée qui avait créé du temps de ses grands parents une fabrique de biscuits. On va nous raconter comment ils se sont rencontrés, pourquoi ils se sont mariés, et les difficultés qu’ils ont rencontrées. Difficultés qui les ont conduits à ne se parler que par billets, plus un mot entre eux. Les conflits se sont accélérés.

is-1507 is-1431

Sur le ton de la comédie, c’est un véritable drame qui se déroule sous nos yeux. Myriam Boyer est décidément une des plus grandes dames que l’on puisse applaudir sur les planches, et je peux vous certifier que les applaudissements furent mérités le soir où j’ai assisté à cette représentation du Chat. Quant à son partenaire, Jean Benguigui, il nous montre tout autant l ‘étendue de son talent. Tous deux sont toujours dans le juste ton. La mise en scène, le texte permettent de se démarquer totalement du film, tout en gardant l’essentiel.

Vraiment Le Chat au Théâtre de l’Atelier est un grand moment, un cadeau pour ceux qui aiment le théâtre, qui mélange humour et noirceur pour en faire une soirée d’exception

is-1417

Le Chat au Théâtre de l’Atelier, c’est du mardi au samedi à 21h00 et le dimanche à 15h00

Places de 17 à 39 € , Tarif jeune à 10 €, moins de 26 ans, selon disponibilité, sur place à partir d’1 heure avant la représentation).

Locations : 01 46 06 49  24  et www.theatre-atelier.com

Rating:

Ce site ne présente que le best of des spectacles, le haut du panier en matière de spectacle, impossible donc de ne pas parler de Chère Elena.

 

AFF CHERE ELENA Prologation

 

Certes, vous ne venez pas voir Chère Elena pour rire, loin s’en faut. Cette pièce de l’auteur russe Ludmilla Razoumovskaïa, qui nous est présentée avec une traduction signée Joëlle et Marc Blondel se situe en URSS. On sonne à la porte d’Elena, 4 de ses élèves viennent lui souhaiter son anniversaire, chose à laquelle elle ne s’attend pas le moins au monde. Mais ces voeux d’anniversaire ne sont qu’un prétexte. En fait ils ont besoin d’elle pour gagner quelques points à leur dernier contrôle, et pour cela ils veulent lui soutirer la clé du coffre où sont rangées les copies. Mais celle-ci refuse tout net. Un chantage épouvantable va tomber sur Elena, et ces élèves vont montrer toute la cruauté dont ils sont capable. elle va vivre une nuit de cauchemar. 

CHERE ELENA

Un cauchemar pour Eelena, mais un grand moment pour les spectateurs. On sait que Myriam Boyer est une grande actrice, mais là, elle est fantastique, surtout avec les 4 jeunes comédiens tout aussi grandioses avec un  visage d’ange, Gauthier Battoue,  (Pacha), Julien Crampon (Vitia) et el alternance François Deblock ou Alexis Gilot dans le rôle très difficile du meneur: Volodia. Une seule fille dans la bande de jeunes, mais qui est moins ‘méchante’ que les autres. On voit bien la progression de la violence, tout d’abors en s’attaquant à l’esprit, mais la violence deviendra physique. Mais où tout cela va-t-il mener. Jusqu’où iront-ils. Ne comptez pas sur moi pour vous donner le plus petit indice.

CHERE ELENA

Ce spectacle est vraiment époustouflant, et on comprend aisément que le public se bouscule pour découvrir de jeunes talents qui seront à coup sur des têtes d’affiche dans quelques années. Ce texte est vraiment d’une belle écriture et Didier Long assure une mise en scène des plus efficaces dans ce théâtre de Poche Montparnasse. Un grand coup de coeur!

CHERE ELENA

Chère Elena au théâtre de Poche Montparnasse du mardi au samedi à 21h00 et le dimanche à 15h00 Durée du spectacle : environ 105 minutes.

Prix des places :

plein tarif : 35€, tarif réduit : 28€, tarif jeunes (mpoins de 26 ans) 10€

réservations au guichet du théâtre : lundi, mardi jeudi et vendredi de 14h00 à 18h00 et mercredi, samedi et dimanche de 11h00 à 18h00

tél : 01 45 44 50 21 et www.theatredepoche-montparnasse.com

 

 

 

Rating:

L’histoire se répète et rien n’est plus vrai que celle du Système écrit par Antoine Rault.

unnamed

L’auteur de la pièce, Antoine Rault, donne une définition parfaite de ce que vous pourrez applaudir au théâtre Antoine : « L’histoire se passe il y a 300 ans…L’Ecossais John Law, joueur de cartes de génie, prétend pouvoir sauver l’Etat français de la faillite. Il convainc le Régent d’essayer son système : faire du commerce et des échanges avec de la monnaie de papier et des actions. Il vient d’inventer en France l’économie moderne. Au début, cela marche à merveille. Trop bien même. Bientôt, la machine s’emballe, tout le monde se met à spéculer, la bourse flambe. Alors, soudain, « la bulle » (le mot date de là) explose… John Law vient d’inventer aussi la crise financière. « Le Système » raconte la comédie du pouvoir qui se joue dans les coulisses de cette histoire : calculs, manipulations, trahisons et intrigues au cœur d’une cour libertine et cupide. L’économiste plein d’idées, idéaliste est utilisé par les hommes politiques. Tant qu’il est utile, il est flatté et choyé. Dès qu’il ne l’est plus, il est abandonné et brisé. »

helene pambrun13012015-_-121

Certes ainsi raconté, on peut penser qu’on risque de s’ennuyer à mourir. C’est sans compter sur les bons mots, ceux qui font mouche, qui nous font immédiatement penser à la France d’aujourd’hui. (Je vous vois déjà penser: époque libertine…non, il n’y a pas d’allusion aux procès de ce genre.) Mais lorsqu’on parle politique, lorsqu’on parle du système monétaire, on se pose la question: par quoi remplacer le papier (des billets de banque) il est impossible ne ne pas faire un parallèle avec les chéquiers, et à moyen terme à la monnaie en pièces ou billets.  Tout cela semble bien sérieux, mais l’intelligence de l’auteur, c’est de nous offrir un texte d’une justesse totale avec une dose d’humour qui nous fait passer une soirée formidable. 

helene pambrum13012015-_-101

Mais le théâtre ce sont aussi, et surtout des interprètes. Certes on va voir ce spectacle pour avoir l’occasion de voir Lorant Deutsch (dans le rôle de John  Law, l’écossais) et Stéphane Guillon (l’Abbé Dubois, confident  et âme damnée du Régent). Un rôle qui a beaucoup dû plaire à Lorant Deutsch, qui est comme chacun le sait passionné et féru d’Histoire. S’ils dominent la distribution, à juste titre, ils montrent l’immensité de leur talent. Et à leurs côtés d’autres comédiens méritent les louanges: Ainsi Eric Metayer (Paris, le fermier général chargé de collecter les impôts) et Urbain Cancelier, Philippe d’Orléans, Le Régent. Il domine la scène de sa prestance, c’est un régal de le voir évoluer, se soumettre aux demandes et souhaits de l’Abbé, folâtrer avec sa maîtresse , traiter John comme son meilleur ami quand tout va bien….et le désavouer quant il y est acculé. Les rôles féminins sont tenus par Sophie Barjac (la mère du Régent), Marie Bunel qui est la maîtresse du Régent, Stéphanie Caillol et Philippine Bataille.

Le Systeme Credit H. Pambrun 3

Vraiment ce texte est savoureux, ces acteurs dirigés par Didier Long tout aussi délicieux. Ne vous y trompez pas, vous n’allez pas vous régaler d’un soufflé, mais d’une pièce montée, créée par un pâtissier royal.

 

Photos : @Hélène Pambrun

Le Système, c’est au Théâtre Antoine, 14 boulevard de Strasbourg à Paris 10ème

Métro Strasbourg St Denis

du mardi au samedi à 21 h 00 et matinée le samedi à 16 h 00

Places de 21 à 69€

le film annonce :