Thomas Bidegain

All posts tagged Thomas Bidegain

Rating:
VOTRE VOTE

C’est presque un miracle: faire de cet évènement dont nous avions tous suivi le cours, un thriller qui nous scotche à notre fauteuil, alors qu’on en connait la fin, et c’est pourtant ce qu’a réussi avec brio Jean-Jacques Annaud, avec ce grand film: Notre Dame Brûle!

Tout le monde se souvient de ce qu’on faisait ce fameux soir où nous apprenions la nouvelle, et personnellement, étant parisien, sans être croyant je me dois de le signaler, je me souviens qu’à la première annonce sur RTL, j’ai mis une chaine d’infos télé et  suis resté quelques heures, m’étant endormi sans en connaitre le final. Réveil au milieu de la nuit, et j’apprends que Notre Dame est ‘sauvée’ et non détruite. Déjà à ce moment là je pensais aux pompiers et à ce qu’ils avaient réussi. Mais grace à Monsieur Annaud, j’ai vu la réalité des faits, j’ai compris les exploits de ces sapeurs pompiers, dont certains faisaient leur baptême du feu.

photo : david_koskas

photo : mickael_lefevre

photo : michael lefevre

Le plus incroyable, c’est de revivre ce que certains ont fait, véritablement au péril de leur vie pour sauver la cathédrale sur l’Ile de La Cité. Les parisiens savent que c’est une zone de très fort traffic, et on voit combien l’accès fut difficile. Ce que l’on voit aussi, c’est l’accumulation de problèmes dès le départ, qui auraient pu transformer l’évènement en catastrophe totale. Ces soldats du feu , et plus particulièrement ceux qui ont sauvé la tour du beffroi, ont certainement été décorés pour leur bravoure, tout au moins je le suppose. Le film n’est pas seulement constitué d’images d’archives, il y en a certes, comme la présence de la maire de Paris et d’Emmanuel Macron, mais il semblerait toutefois que Madame Hidalgo ait offert quelques minutes  de son temps pour une mini scène tournée dans un des bureaux de la Mairie de Paris.

Reste l’évènement. Ce film est d’un réalisme incroyable, que j’ai vu dans les meilleures conditions possibles dans la salle Dolby du Pathé Beaugrenelle. Vous pouvez aussi le voir dans des salles Imax comme le Pathé Quai d’Ivry. Plus l’écran sera grand plus vous serez aux cœur du feu., autre exemple la salle IMAX du Disney Village

photo : michael lefevre

photo : michael lefevre

photo : guy_ferrandis

Ce qui est curieux c’est le public: Je vais généralement au cinéma lors des séances en matinée. Je suis allé à celle de 15h30 et le public était à 80 % des personnes âgées. Les jeunes ne seraient ils pas intéressés par l’évènement? J’en doute fort. Je pense qu’ils attendent le Printemps du cinéma ( de dimanche à mardi) pour ne payer que 4€ leur place! Mais ce serait vraiment dommage que ce film ne rencontre pas tous les publics. Même si j’aime les grosses artilleries américaines, lorsque le cinéma français produit de telles oeuvres il faut le signaler, et je pense que le film sera vu part(out dans le monde, et qu’il le mérite amplement.

photo : guy_ferrandis

photo : guy_ferrandis

photo : david_koskas

photo : david_koskas

 

Si vous n’allez au cinéma qu’une fois par an, NOTRE DAME BRULE se doit d’être votre sortie cinéma. Courrez-y et croyez moi, vous ne le regretterez pas!

 

Rating:
VOTRE VOTE

Quand un grand réalisateur français joue la carte WESTERN, manière américaine, cela donne un grand film!

Le roman de Patrick De Witt a donné de l’inspiration à Jacques Audiard, qui a co-écrit le scénario avec Thomas Bidegain, pour mettre en scène  LES FRÈRES SISTERS.  Eli Sisters (John C. Reilly) le frère aîné, et Charlie (Joaquin Phoenix) sont des tueurs à gage dans l’Amérique du temps des chercheurs d’Or. Le Commodore, personnage peu reluisant, les envoie à la poursuite d’Hermann Kermit Warm (Riz Ahmed) que John Morris (Jake Gyllenhaal) est chargé de retrouver. Pourquoi doivent-ils les suivre à la trace? Sombre histoire que vous comprendrez en allant voir ce film, parce que vous devez le voir! Les 2 frères , bien bavards, dont un très porté sur la boisson (Charlie) vont parcourir du terrain entre l’Oregon et la Californie, avec nombre de rencontres, avant de retrouver l’homme qu’ils recherchent pour lui soutirer un secret, et John Morris  déja envoyé par le Commodore, qui a déjà fait la connaissance de Warm. Pour en savoir plus, rendez-vous dans un bon cinéma, avec un grand écran (genre la salle 10 du Pathé Beaugrenelle), vous ne le regretterez pas.

Riz Ahmed, Jake Gyllenhaal

On pourrait penser que le film est un road western, ce n’est pas vraiment le cas. Le réalisateur ne s’est pas attardé à nous montrer force paysages comme on en a l’habitude dans les westerns. Il s’est surtout attardé à la psychologie des personnages, sans nous en mettre une bonne couche qui aurait alors pu nous ennuyer. Tout cela pour vous dire qu’on est cloué à notre siège, qu’on vit les aventures de ces 4 personnages, et surtout qu’on se demande comment cela va se terminer lorsqu’ils seront tous les 4 face à face. Bain de sang? complicité? meurtre? vengeance? Ne comptez pas sur moi pour vous le dévoiler. Tous les acteurs sont excellents, et John C Reilly que beaucoup connaissaient sans savoir son nom  a enfin acquis la notoriété à laquelle il a droit. Je l’avais adoré dans Chicago de Rob Marshall où il avait l’occasion de donner de la voix  en interprétant ‘Mister Cellophane’ et je le revois toujours avec grand plaisir sur les écrans.

Deux heures de grand cinéma, qui ne nous montre pas le grand Ouest américain, vu que la majeure partie du film a été réalisé en Espagne et en Roumanie, mais si on ne vous l’a pas dit, vous penserez certainement qu’il s’agit de ce qu’on a maintes fois vus dans des westerns ou films se situant là bas à la même époque.

Jacques Audiard nous prouve, une fois encore, qu’il est un des plus grands cinéastes français, si ce n’est le plus grand.

Dois-je le répéter? Précipitez-vous vers le cinéma le plus proche, et régalez-vous pendant près de 2 heures!

Joaquin Phoenix, John C Reilly

Riz Ahmed

 

Le film annonce :