Jean Lefebvre

All posts tagged Jean Lefebvre

VOTRE VOTE
Rating:

Que c’est bon de rire, d’entendre une salle comble qui s’esclaffe et ce pendant 90 minutes, rien que pour cela cela vaut la peine de venir voir ‘LA BALASKO’ sur scène, parmi bien d’autres raisons.

Françoise (Josiane Balasko) et Jean-Jacques Lombard (Stephan Wojtowicz) , très riches exilés fiscaux dont la fortune repose sur les inventions du mari, s’apprêtent à recevoir un couple d’amis dans leur superbe chalet en Suisse, Alicia (Armelle) et Grégoire Lagarde (Philippe Uchan). Ce dernier est un  fils à papa, Alicia est une aristocrate richissime et bête à manger du foin. Tout pourrait bien se passer si Alicia ne s’était entichée d’un coach spirituel, gourou sur les bords (George Aguilar) qui les accompagne au dîner. Et forcément, le vernis va finir par craquer, surtout lorsque le gourou va leur annoncer le pire : leur fortune est menacée et leur « pognon de dingue » pourrait bien partir en fumée. Tout cela sous l’œil aiguisé de la personne qui est à leur service, du vernis à ongle au service Champagne ( Justine Le Pottier). Je ne vous en dirai pas plus, la surprise est quand même un atout important.

On sait que Josiane Balasko est géniale quand il s’agit de nous faire rire. Elle a toujours réussi dans ce domaine. Au cinéma en tant qu’interprète, mais aussi derrière la caméra entre autres pour Gazon Maudit ou Un Grand Cri d’Amour dont elle avait écrit le scénario. J’ai rencontré Josiane à maintes reprises, que ce soit pour la scène, pour le cinéma, tant comme réalisatrice que comme interprète, et je me dois de confesser que je l’adore encore plus ( si c’est possible) à chaque rencontre. Et ici, elle excelle. On a besoin de rire, de se distraire, surtout après ces dernières années d’inconfort. J’ai adoré Armelle qui est un des atouts majeurs de cette pièce, qui joue les idiotes à merveille. Personne ne tire la couverture, on voit bien l’entente sur scène! Et ce CHALET A GSTAAD qui se joue au Théâtre des Nouveautés est un super moment de théâtre pour qui aime la comédie, dans ce temple du rire depuis très longtemps ( c’est ici que le regretté Jean Lefebvre s’est produit pendant des années, et c’est ici aussi qu’Amanda Lear a créé Panique au Ministère, et qu’Isabelle Mergault a créé ELLE ET LUI, entre autres. Tous ces titres démontrent bien que le Théâtre dirigé de main de maître par Pascal Legros depuis 2010, est un temple du rire.

Le Chalet se joue actuellement tous les soirs à 21.00 du mercredi au samedi à 21.00 et en matinée le samedi à 16.30 ainsi que le dimanche à 16.00

Prix des places : de 15€ à 60€ ( il existe des tarifs réduits en 1ère et 2ème catégorie les mercredi et jeudi soir)

Théâtre des Nouveautés : 24 Boulevard Poissonnière   75009 Paris

Réservations :

en ligne : https://www.theatredesnouveautes.fr/

par téléphone : 01 47 70 52 76

ou aux guichets : du lundi au samedi de 11h à 13h et de 14h à 20h et le dimanche de 11h à 16h30 (les jours de représentation, le guichet est ouvert jusqu’au démarrage du spectacle).

VOTRE VOTE
Rating:

Les seconds rôles ont souvent été de grands personnages dans le cinéma français, et Ludovic Berthillot est l’un d’eux et en parle sur la scène du Théâtre de dix heures.

Avec près de 200 films ou téléfilms, une dizaine de pièces de théâtre et un premier seul en scène en 2014, Ludovic Berthillot illustre à merveille la définition de l’immense Raimu sur les seconds rôles au cinéma : ”dans le gigot c’est qui est bon ce n’est pas la viande, c’est les pointes d’ail.” Mais il ne parle pas que de lui dans ce seul en scène, il parle  des autres ceux qui ont pour nom : Robert Dalban, Paulette Dubosc, Pauline Carton, André Pousse, Jean Carmet, mais on ne peut passer sous silence des Claude Gensac (celle qui fut Madame De Funés dans nombre de films), mais aussi Louis de Funès, qui fut longtemps cantonné dans ses seconds rôles, tout comme Michel Galabru ou Jean Lefebvre et nombre d’autres. Je ne cite que certains d’entre eux, malheureusement aujourd’hui disparus.

En 75 minutes Ludovic Berthillot leur rend hommage avec la participation du public, et rend hommage aux Gabin, Ventura, de Funès, Bourvil et à ce génie des mots, qui leur a offert des ‘partitions’ sur mesure, Michel Audiard.

Co écrit par Pierre Delavène et Jean-Philippe Zappa, on passe un moment sympathique avec ces souvenirs de personnes que certains ont connu, d’autres non, dans une mise en scène alerte d’un grand Monsieur du cinéma, Gérard Moulevrier. Mais le grand public ne connaît pas son nom. C’est pourtant lui à qui on doit le casting (choix des comédiens)  de films comme Bienvenue Chez Les Ch’tis,  les 3 films Camping, Astérix et Obélix contre César, mais aussi Pédale Douce, Les 3 frères et tant d’autres vu qu’il travaille ou a travaillé avec des réalisateurs célèbres comme Claude Berri, Bertrand Blier, Patrice Leconte, Yves Robert, Alain Corneau. Les grands acteurs sont son lot de tous les jours et ses meilleur(e)s ami(e)s s’appellent Juliette Binoche, Michèle Laroque, Gérard Depardieu, Audrey Tautou, Gérard Lanvin, André Dussolier…si je devais les citer tous, je manquerai de place dans cet article.

J’avais rencontré Gérard Moulevrier dans de nombreux Festivals de films, entre autres et c’était cette l’occasion rêvée de lui donner la parole. Entretien avec grand Monsieur, d’une élégance et d’une gentillesse sans pareille :Gérard Moulevrier:

SECOND RÔLE, c’est au Théâtre de Dix Heures

les mercredis à 21h30 et les samedis à 17h00

places 22€51, tarifs réduits disponibles

Renseignements  et réservations : 01 46 06 10 17 ou www.theatrededixheures.fr

 

quelques images extraites du spectacle :