Al-Hassan Ly

All posts tagged Al-Hassan Ly

Rating:

Quelle mauvaise surprise! J’avais entendu quelques chroniques plutôt positives sur ce film signé Ladj Ly. Je ne suis pas d’accord avec ces chroniqueurs, pas du tout d’accord!

On se retrouve en banlieue, celle du côté chaud, à Montfermeil, dans les cités, où tous les ados que l’on voit à l’écran sont présentés, à un moment ou à un autre, comme des délinquants. Une brigade de police du BAC, toujours sur le terrain, accueille un nouveau venu, originaire de Cherbourg où il va rejoindre l’équipe de jour: Chris, le chef et Gwada. On ne peut pas dire que le quartier est calme, il y a des clans, des bandes et même un cirque avec des animaux, dont le proprio s’est fait voler un lionceau. Le personnage le moins antipathique de tout le casting, possède un drône, qu’il utilise surtout pour jouer les voyeurs, quand les filles des HLM se changent. Mais il y a une bavure lors d’une arrestation, et à partir de ce moment là, la violence va monter graduellement, vu que le dône aura filmé les faits. Et c’est là que je dis non. Je veux bien que tout le monde soit antipathique, je veux bien comprendre que dans ces banlieus la violence se vit au quotidien, mais pourquoi nous infliger une fois de plus cette violence, tant en paroles qu’en gestes et rebellion. On ne prend partie pour aucun des personnages, tant la caricature nous semble indigeste. En fait on sort de ce film avec un vrai malaise, une envie de vômir.

Franchement, je ne peux pas cautionner ce type de film. je ne parle pas des acteurs, Damien Bonnard, Alexis Manenti, Djebril Didier Zonga, Issa Perica, Al-Hassan Ly, Steve Tientcheu ni de la réalisation de Ladj Ly, mais du sujet, et de la manière dont il est traité. Pourtant, ce matin, en salles, il y avait bien du monde, même si certains se sont pressés vers la sortie avant que le film ne soit fini. Quant à moi, je me sentais vraiment trop mal, et on ne peut pas m’accuser de racisme, je voyais les images défiler et plus le film avançait plus je me sentais mal à l’aise, avec l’envie, moi aussi de quitter la salle.

Quoi qu’en dise le cinéaste, je n’arrive pas à trouver de lien avec le roman de Victor Hugo, mais peut-être n’ai je rien compris, et si c’est le cas je m’en vois contrit.

la bande annonce :