Accueil

Rating:

L’histoire poignante d’un coming out et d’un faux traitement thérapeutique encore pratiqué aux Etats Unis.

 

BOY ERASED est l’histoire vraie du coming out de Jared Eamons (Lucas Hedges), le fils d’un pasteur baptiste dans une petite commune rurale des États-Unis où son orientation sexuelle est brutalement dévoilée à ses parents (Nicole Kidman et Russell Crowe), à l’âge de 19 ans. Craignant le rejet de sa famille, de ses amis et de sa communauté religieuse, Jared accepte d’entreprendre une thérapie de conversion (aussi appelée thérapie réparatrice ou thérapie de réorientation sexuelle). Il va entrer en conflit avec le thérapeute principal (Joel Edgerton), découvrant et revendiquant progressivement sa réelle identité.

14 ans après sa thérapie de conversion à Love in Action, mais le temps n’a pas effacé la douleur du traumatisme, subi par l’auteur du livre (Garrad Conley). Les employés de Love in Action ne sont pas de simples tyrans.   La thérapie de conversion n’est plus un sujet de moqueries, ni un problème se limitant au monde rural et à ses bourgades isolées aux Etats Unis, mais une pratique redoutable issue du passé colonial et dont les effets durables n’ont pas seulement dévasté la vie de patients « anciennement gay » mais celle de leur famille et de leurs amis. Les préjugés nuisent à tous, victimes et adeptes. Une telle intolérance peut être perpétuée par des gens qui en leur for intérieur célèbrent l’amour de leur prochain. Ce film montre que ces injustices ne sont pas toujours perpétrées par des monstres, mais par des gens proches de nous.

.Credit: Focus Features

Credit: Focus Features

Actuellement, 36 États ne disposent pas de loi interdisant les thérapies de conversion. 14 États, plus Washington D.C., ont passé des lois protégeant les jeunes LGBTQ contre ces formes de thérapie. • D’après Human Rights Campaign (HRC), les jeunes gens LGBTQ, largement rejetés, sont 8 fois plus susceptibles de faire une tentative de suicide, 6 fois plus susceptibles de souffrir de grave dépression, et plus de 3 fois plus susceptibles de prendre des drogues et de courir le risque d’être séropositifs ou de contracter une MST, les jeunes gens LGBTQ, largement rejetés, sont 8 fois plus susceptibles de faire une tentative de suicide. L’Association Américaine de Psychiatrie (AAP) a déclaré comme risques possibles liés à la pratique de « thérapies réparatrices » : la dépression, l’angoisse et les comportements auto-destructeurs, dans la mesure où l’adoption par le thérapeute des préjugés sociaux contre les personnes LGBTQ renforcerait la haine de soi ressentie par les patients. • De nombreux patients ayant suivi des « thérapies réparatrices » déclarent qu’on leur a affirmé à tort que les personnes LGBTQ étaient tristes, solitaires, insatisfaites et frustrées. • La possibilité d’être heureux et d’avoir des relations humaines satisfaisantes en tant qu’homosexuel n’est pas évoquée, pas plus que d’autres façons de faire face à la stigmatisation sociale.

Troye Sivan Credit: Kyle Kaplan / Focus Features

Lucas Hedges & Nicole Kidman
Credit: Kyle Kaplan / Focus Features

Ce film parle de tout cela, sous la supervision de l’auteur du livre, qui est un des rares qui ait réussi à s’en sortir dans la vie après les traumatismes subis. Le film est vraiment poignant. Il nous tient par les tripes. On vibre avec les personnages, qui tous sont plus que crédibles. On notera que parmi les acteurs, on retrouve Xavier Dolan (Jon) et Troye Sivan (Gary). Mais celui sur les épaules de qui le film repose c’est Lucas Hedges  que l’on a vu dans THREE BILLBOARDS, LADY BIRD, MANCHESTER BY THE SEA ou THE GRAND BUDAPEST HOTEL. Une fois encore Nicole Kidman montre toute l’étendue de son talent, et le réalisateur  Joel Edgerton est aussi bien connu pour avoir participé à de nombreux films comme acteur , récemment RED SPARROW , mais aussi GATSBY LE MAGNIFIQUE ou ANIMAL KINGDOM, parmi de nombreux autres . Ce film est son second en tant que réalisateur.

Je suis sorti totalement bouleversé de ce film, qui montre qu’aujourd’hui encore des pratiques comme celles que l’on montre peuvent avoir encore cours aux Etats Unis. Voilà un grand film, et même si vous ne vous sentez pas concernés, vous comprendrez qu’il faut que tout ce qui y est montré se doit être mis au ban de la société!

 

le film annonce :

 

Rating:

Alors que l’exposition ouvre ses portes à la Grande Halle de la Villette et qu’on s’attend à des records de fréquentation, quelques privilégies (dont ONSORTOUPAS) ont pu admirer ces trésors fabuleux avec quelques jours d’avance.

.

La visite est pour le moins magnifique, bien que tout le monde sache que le masque ultra célèbre du Pharaon ne soit pas exposé. Mais il y a tant de choses à voir et à découvrir qu’on sort avec des étoiles dans les yeux:

Une présentation de l’exposition par Dominique Farout, le conseiller scientifique de l’exposition pour la caméra d’Onsortoupas:

Pour vous faire saliver, voici quelques photos exclusives d’objets exposés:

Toutes les photos ci dessus ( sauf affiche) @Guy Courthéoux / onsortoupas

 

Vous voulez savoir ce que sont ces objets et tout apprendre sur la découverte du tombeau par Howard Carter, alors rendez-vous à la Grande Halle de la Villette:

TOUTÂNKHAMON, LE TRÉSOR DU PHARAON

Exposition du 23 mars au 15 septembre 2019

Grande Halle de la Villette – 211 avenue Jean Jaurès 75019 Paris (métro Porte de Pantin)

HORAIRES D’OUVERTURE DE L’EXPOSITION :

Tous les jours de 10h à 20h Dernière séance à 18h30
Billets en vente : www.expo-toutankhamon.fr
Par téléphone au 0892 390 100 (lundi au samedi de 9h30 à 18h30 sauf dimanche et fériés, coût de l’appel : 0,45€/min).
Billetterie sur place tous les jours de 10h00 à 19h00 à partir du 23 mars 2019.

TARIFS

Plein tarif semaine : 22€

Plein tarif weekend, vacances scolaires (zone C) et jours fériés : 24€

Tarifs enfants (de 4 à 14 ans) semaine : 18€

Tarifs enfants (de 4 à 14 ans) week-end, vacances scolaires (zone C) et jours fériés : 20€

Enfants (-4 ans) : gratuit

Tarif pour les personnes à mobilité réduite : 20€ en semaine et 22€ le weekend, vacances scolaires (zone C) et jours fériés.

Tarif groupes (semaine) : 20€ (à partir de 20 places)

Audio-guide disponible au tarif de 6 €.

lien vers le premier article :

L’exposition la plus attendue: TOUTANKHAMON, le trésor du Pharaon arrive à la Grande Halle de La Villette, jusqu’au 15 Septembre

Rating:

Décidément le théâtre Marigny sait nous envoyer au firmament des comédies musicales. Après le superbe PEAU D’ÂNE, voila GUYS AND DOLLS!

À New York (Broadway), des amateurs de jeux de hasard (craps) et  une Mission locale de l’Armée du Salut. Sky Masterson , qui ne sait pas refuser un pari, surtout lorsqu’il est certain de gagner accepte le pari proposé par Nathan Detroit : séduire la première jeune femme qu’il lui montrera et l’emmener dîner à Cuba (La Havane) Nathan lui désigne Sarah Brown, une sœur de la Mission,  et Sky entreprend de la séduire en prétendant aider la Mission qui connaît des difficultés. Mais l’amour va déjouer les plans de Nathan (qui tente de monter un établissement de jeux) et de Sky ; le premier a pour « fiancée depuis 14 ans » la chanteuse de night-club ‘Miss’ Adelaide qui voudrait vraiment qu’on lui passe enfin la bague au doigt ; le second ne sera pas insensible aux charmes de Sarah, et réciproquement…

Jean-Luc Choplin qui dirige le Théâtre Marigny a eu l’heureuse idée de présenter cette comédie musicale qui n’avait jamais été montée en France.

This is why Broadway was born (Voilà pourquoi est né!) , pouvait-on lire dans Newsweek, au lendemain  de la première de Guys and Dolls, le 24 novembre 1950.  À l’affiche du 46 street Theater, à Broadway, le musical y reste pour 1 200 représentations, jusqu’en 28 novembre 1953. Un record et une pluie de récompenses, cinq Tony Awards en 1951 : meilleur musical, meilleure chorégraphie, meilleure direction musicale, meilleur acteur (Robert Alda) et meilleure actrice (Isabel Bigley). Dès 1953 Guys and Dolls  traverse l’Atlantique pour le West End de Londres et enchaîne 555 représentations au London Colliseum. Hollywood s’empare de cette histoire pour en faire un film qui sort en 1955. Pour porter à l’écran, Guys and Dolls qui venait de connaître un succès  colossal sur scène, à Broadway, le producteur  Samuel Goldwyn veut des stars.; Marlon Brando dans le rôle de Sky Masterson et Frank Sinatra dans celui de Nathan Detroit. Le titre français : Blanches Colombes et vilains messieurs ! Et avec le réalisateur Joseph L. Mankiewicz aux commandes !

TOUTES LES PHOTOS : @ Julien BENHAMOU

Et maintenant pour une série limitée de représentations, voici Guys And Dolls sur une scène parisienne, en version originale avec des comédiens, chanteurs, danseurs qui méritent amplement la standing ovation à laquelle ils ont droit :

Delycia Belgrave:  Agatha, Brendan Cull : Calvin,  Adam Denman : Liver Lips Louie,  Emily Goodenough : Martha, Matthew Goodgame :  Sky Masterson, Joanna Goodwin :  Margie, Swing,  Clare Halse : Sarah Brown,  Christopher Howell : Nathan Detroit,  Barry James : Arvide Abernathy,  Ria Jones :  Miss Adelaide, Ian Gareth Jones :  Lt. Brannigan, Rachel Izen :  Générale Cartwright,  Thomas-Lee Kidd : Angie the Ox,  Bobbie Little : Mimi,  Louis Mackrodt : Jackson the Jock, Swing,  Ross McLaren:  Harry the Horse,  Robbie McMillan:  Society Max,  Joel Montague : Nicely-Nicely Johnson

Jo Morris :Betsy ,  Jack North : Rusty Charlie,  Alexandra Waite-Roberts : Mabel,  Matthew Whennell-Clark:  Benny Southstreet, Joey Biltmore,  Gavin Wilkinson : Big Jule

 

Ria Jones est vraiment la perle rare, qui reçoit toutes les ovations,même s’il faut bien souligner que les 4 rôles principaux, dont le sien, sont extraordinaires. On vibre avec eux, dans cette mise en scène pétillante signée Stephen Mear, qui signe aussi la chorégraphie dans des décors somme toute assez simples de Peter McKintosh, et des éclairages de Tim Mitchell. Si seulement toutes les comédies musicales étaient de cet acabit, de cette qualité, le nombre amateurs décuplerait. J’ai pris un plaisir énorme à cette production. Il faut dire que je faisais totale confiance  à Jean-Luc Choplin qui après avoir créé des spectacles dans les premières années d’existence de Disneyland, avait ensuite pris les rennes du Chatelet, où il avait pu monter ou offrir les tournées des plus célèbres comédies musicales, comme LA MELODIE DU BONHEUR, HELLO DOLLY, CARROUSEL, 42d STREET, UN AMERICAIN A PARIS, SINGIN’ IN THE RAIN, LE ROI ET MOI, MY FAIR LADY, parmi bien d’autres comme Les Misérables (dans sa version anglaise). Croyez bien que je n’ai pas regretté cette soirée, et que j’attends avec impatience de savoir quelles surprises nous réserve le Théâtre Marigny pour la saison prochaine!

120 représentations  jusqu’ au 27 juillet 2019

En soirée à 20h et en matinée à 15h le samedi et 16h le dimanche
Tarif : à partir de 36 euros jusqu’à 105€ en Carré Or

Réservations : 01 76 49 47 12

HORAIRES DES GUICHETS :

Lundi : 13H00 à 17H00

Mardi au Samedi : 13H00 à 18H00

Dimanche : 13H00 a 17H00

bande annonce et extraits :

 

Quand les Russes s’enflamment, c’est le titre de cette 5ème édition du festival du cinéma russe à Paris qui se tient du 11 au 18 mars dans 4 salles de cinéma

40 films dans 4 salles à Paris, avec 2 compétitions de films inédits, des rétrospectives, des avant-premières et des soirées exceptionnelles comme l’intégrale de GUERRE ET PAIX de Bondartchuk.

Depuis toujours, les cinéastes russes filment leur pays en décrivant mieux que quiconque la vie quotidienne, ses petits et grands bonheurs, avec humour chez Ryazanov, acidité chez Kira Mouratova, flamboyance chez Bondarchuk. Revoir Andreï Roublev de Tarkovski jadis vilipendé et dont les photos des films ornent aujourd’hui les murs de Mosfilm… Revoir au Max Linder Panorama : Leto de Kirill Sérébrénikov, film qui vient de connaître le succès que l’on sait et qui sera suivi d’un concert rock avec un groupe venu de Moscou. Pour cette 5ème édition , vous pouvez découvrir de nouveaux talents  au cinéma le Balzac avec 5 long-métrages inédits en compétition et 6  courts métrages au Max Linder. Il y aura aussi la première rétrospective des comédies d’Eldar Ryazanov, et, au cinéma Christine 21, un choix de films de la « nouvelle vague » venue de l’Est dans la foulée des années 1960, en guise d’hommage à Kira Mouratova… Avec  deux belles surprises : un ciné concert à Montmartre, au Studio 28 avec le film russe que Jean Cocteau choisit, en 1928 pour ouvrir cette salle qu’il décora et qui reste un bijou, et l’intégrale de Guerre et Paix, 7 heures épiques, présentée au Balzac!

Pour nous présenter ce festival, qui mieux que la marraine et co-présidente, Macha Meril, pour un entretien exclusif :

Vous voulez connaître tous les détails et les horaires rendez-vous sur :  http://www.quandlesrusses.com/

 

Rating:

Enorme succès au Petit Montpanasse, la pièce a traversé la rue pour prendre ses nouveaux quartiers au Théâtre Rive Gauche!

Nous sommes à Paris, en 1942. Le port de l’étoile jaune pour les Juifs est décrété. Au bord de la faillite, Joseph Haffmann, bijoutier juif, propose à son employé, Pierre Vigneau, de lui confier sa bijouterie, s’il accepte de le cacher en attendant que la situation s’améliore. Pierre prendra-t-il le risque d’héberger clandestinement son “ancien” patron dans les murs de la boutique ? Et si oui, à quelle condition. Ecrit et mis en scène par Jean-Philippe Daguerre, ADIEU MONSIEUR HAFFMANN a reçu 4 Molières dont celui du meilleur auteur francophone vivant, révélation féminine pour Julie Cavanna, meilleur spectacle en théâtre privé et enfin : meilleur comédien dans un second rôle pour Franck Desmedt.

Occasion idéale pour’ rencontrer ce grand monsieur du théâtre à Paris: Franck Desmedt, qui est non seulement comédien mais directeur d’un autre théâtre à Paris,  devant la caméra d’Onsortoupas pour un entretien exclusif!

Merci au restaurant l’Opportun pour son accueil pour réaliser cet entretien

Nous sommes au théâtre et c’est du grand art! On passe par toute une gamme de sentiments, incrédulité, on s’amuse, on sourit, on est ému presque aux larmes. Avec des pièces comme celle-là on comprend que tout le monde veut aller au théâtre. C’est vraiment un bijou qu’il ne faut surtout pas manquer. Il y a de nombreux comédiens qui se partagent l’affiche et les rôles: PIERRE VIGNEAU :
Grégori BAQUET en alternance avec Charles LELAURE ou Benjamin BRENIERE
JOSEPH HAFFMANN :
Alexandre BONSTEIN en alternance avec Marc SIEMIATYCKI
ISABELLE VIGNEAU :
Julie CAVANNA en alternance avec Anne PLANTEY
OTTO ABETZ :
Franck DESMEDT en alternance avec Jean-Philippe DAGUERRE ou Benjamin EGNER
SUZANNE ABETZ :
Charlotte MATZNEFF en alternance avec Salomé VILLIERS ou Herrade VON MEIER

Photos : Crédit / Copyright : Evelyne Desaux

Adieu Monsieur Haffmann, c’est au théâtre Rive Gauche, 6 rue de la Gaité

du mardi au samedi à 21h00, matinées dimanche (plus samedi 23 mars) à 15h00

Prix des places de 25 à 40€

location anticipée ( au moins 30 jours à l’avance) -15 %

Rating:

Basée sur les mangas de Yukito Kishiro, ALITA : BATTLE ANGEL est sans conteste un film majeur sur les écrans, grâce à James Cameron (Producteur) et Robert Rodriguez (Réalisateur)

Lorsqu’Alita se réveille sans aucun souvenir de qui elle est, dans un futur qu’elle ne reconnaît pas, elle est accueillie par Ido, un médecin qui comprend que derrière ce corps de cyborg abandonné, se cache une jeune femme au passé extraordinaire. Ce n’est que lorsque les forces dangereuses et corrompues qui gèrent la ville d’Iron City se lancent à sa poursuite qu’Alita découvre la clé de son passé – elle a des capacités de combat uniques, que ceux qui détiennent le pouvoir veulent absolument maîtriser. Si elle réussit à leur échapper, elle pourrait sauver ses amis, sa famille, et le monde qu’elle a appris à aimer…

Nous sommes au 23ème siècle, la Terre a connu « la Chute », une guerre dévastatrice qui a stoppé tout progrès technologique et laissé derrière elle une société où chaque outil technologique est réutilisé et reformaté, et où seuls les plus forts survivent.300 ans plus tard, le cœur de la vie sur Terre est Iron City, une oasis de survivants,  où les gens ordinaires et les humains cybernétiquement optimisés cohabitent sous Zalem, la dernière grande Cité du ciel. Iron City est sur le point de se découvrir un héros improbable ; une adolescente cyborg qui s’éveille au milieu d’une décharge et part à la recherche de son identité, et qui va devenir la flamme de l’espoir pour le monde entier.

Tout commence lorsque le Dr Dyson Ido, un cybermédecin (Christoph Walz), fait une découverte dans une décharge qui changera à jamais sa vie et le destin d’Iron City : les restes d’une fille-cyborg (Rosa Salazar) dont le corps est brisé, mais dont le cerveau humain fonctionne encore. Ido ne peut se résoudre à l’abandonner. Il se lance dans la restauration de ce mystérieux cyborg et va la voir apprendre, grandir et goûter pour la première fois aux plaisirs merveilleux de la vie. Mais la fillette douce et curieuse qu’Ido baptise Alita cache de lourds secrets. Lorsqu’elle révèle par inadvertance qu’elle possède des aptitudes au combat depuis longtemps oubliées, il devient clair qu’elle doit se forger sa propre destinée. Car même si l’art de la guerre est depuis toujours ancré en elle, Alita doit découvrir au plus profond d’elle-même les raisons de se battre.

Nous sommes vite sous le charme de cette jeune cyborg, qui va évoluer dans des décors incroyables, faire des rencontres qui changeront sa cvie ( et qui nous surprendront par la même occasion). On connaissait le talent du producteur et du réalisateur. la conjugaison des 2 est un véritable bonheur pour le spectateur. Inutile de vous dire que c’est un film à voir absolument dans les meilleures conditions (IMAX, Dolby Atmos, écran géant, 3D….) Vous serez transporté dans ce monde de visonnaires par la magie du cinéma et vous allez rester collé à votre fauteuil pendant les 2 heures du film. Les fans de manga, de science fiction, de  cinéma vont être aux anges…mais pas qu’eux!

Le film annonce

 

 

 

Rating:

Un film qui se situe entre un super polar, une comédie musicale,  un suspense violent avec une belle brochette d’acteurs

Effectivement il est difficile de le classer, mais qu’importe, du moment qu’on ne s’y ennuie pas une seconde. Le film respecte les critères du théâtre classique , unité de temps et de lieu, mais la comparaison s’arrête là! En fait la première scène du film nous montre une personne qui cache une valise dans le plancher d’une chambre d’hôtel … Quelques péripéties plus tard ( je ne vais quand même pas vous dévoiler tout!,  on se retrouve à l’hôtel l’El Royale, un établissement autrefois luxueux maintenant bien défraîchi.
Situé sur la frontière entre la Californie et le Nevada, l’El Royale incarne parfaitement le choc entre passé et présent. Autrefois, célébrités et personnalités politiques influentes s’y côtoyaient, au casino, au bar, à la piscine ou dans les suites somptueuses.

Chris Hemworth

Chris Hemworth

Dakota Johnson

Dans cet hôtel oublié de tous, un prêtre, une chanteuse de soul, un voyageur de commerce, une hippie et sa sœur, un homme énigmatique, et le jeune gérant de l’hôtel vont se retrouver. Est-ce le hasard ou recherchent-ils tous quelque chose? Au cours d’une nuit comme seul le destin sait les orchestrer, tous auront une dernière chance de se racheter, avant que l’enfer ne se déchaîne…
Le réalisateur, Drew Goddard nous a concocté un suspense de plus de 2 heures où on n’a aucune envie de sortir. L’atmosphère est lourde comme du plomb et les acteurs absolument fantastiques : le père Daniel Flynn (Jeff Bridges) , Darlène Sweet (Cynthia Erivo) en chanteuse de blues,  Laramie Seymour Sullivan , un représentant en aspirateurs (John Hamm), puis Emily Summerspring (Dakota Johnson) . Le réceptionniste et homme à tout faire de l’établissement ( Lewis Pullman) semble désorienté. On n’oubliera pas la 5ème client, Rose (Caillee Spaeny) et bien plus tard Chris Hemworth. La musique a une place prépondérante, avec un superbe Juke Box qui joue les airs les plus célèbres de la fin des années 60 :  Miles (Santa Catalina) – The Four Preps . Twenty Five Miles – Edwin Starr , Bend Me, Shape Me – The American Breed, He’s A Rebel – Alana Da Fonseca , I Got A Feeling – Four Tops , Bernadette – Four Tops ,  He’s Sure The Boy I Love – The Crystals , The Letter – The Box Tops, Twelve Thirty (Young Girls Are Coming To The Canyon) – The Mamas & The Papas , Baby, I Love You – Tommy Roe

Jon Hamm

Jeff Bridges / Cynthia Erivo

046.RAF

 

Dakota Johnson / Lewis Pullman

Si la violence ne vous effraie pas,  si vous aimez le cinéma avec un vrai suspense, et de bons acteurs, n’hésitez pas à venir prendre une chambre à ‘hôtel El Royale, dont la particularité est qu’il est traversé par la frontière entre le Nevada et la Californie!

La bande annonce :

 

 

 

 

 

Quelques représentations au Palais des Congés de Paris, puis un retour en janvier prochain dans la salle mythique : IL ETAIT UNE FOIS BROADWAY!

 

Conçu par Pierre Yves Duchesne cette mini rétrospective avec quelque 160 artistes sur scène dont un orchestre symphonique de jeunes gens, des solistes, quelques stars comme Hélène Segara ou Liane Foly, voilà IL ETAIT UNE FOIS BROADWAY, interview de Pierre Yves Duchesne:

Il y aura aussi une partie consacrée à Michel Legrand, avec , entre autres, son fils Benjamin, comme il le confie à notre caméra :!

Vous voulez voir les répétitions? écouter quelques airs: suivez le guide :

 

 

IL ETAIT UNE FOIS BROADWAY, un spectacle vraiment superbe, l’orchestre et les cheours font tout avec des solistes de talent! Je regrette simplement la présence de Liane foly, que la salle a hué au regard de sa prestation, même si ces 10 minutes en scène nous ont semblées très très longues, le reste du psectacle était superbe, avec entre autres Hélène Ségara, qui, elle n’a pas joué les stars et a été applaudi comme elle mle méritait!

 

places de 39 à 115 €

 

Rating:

C’est parti pour la tournée 2018 d’Opéra en plein air, avec cette année Carmen, mise en scène par Radu Milaileanu

Comme chaque année Opéra en plein air propose un opéra célèbre, et cette année, il s’agit de l’Opéra le plus joué au monde: Carmen de Georges Bizet. Mise en scène de Radu Mihaileanu. Une nouveauté, cette année, un parrain va présenter chaque spectacle, et le premier de ces parrains est un comédien célèbre et adulé du public : Antoine Duléry. . La direction musicale est assurée par Vincent Renaud,  l’Orchestre et le premier violon, Anne Gravoin pour le Music Booking Orchestra. . La scénographie est l’oeuvre de Bastien Forestier, et les lumières sont celles du magicien de la lumière, Monsieur Jacques Rouveyrollis.  On le sait dans Carmen  les chœurs sont importants, et particulièrement celui des enfants, et ce sont les chœurs de l’Opéra National de Paris, sous la direction de Gael Darchen avec la Maîtrise des Hauts de Seine.

La mise en scène : Radu Mihaileanu:

 

le parrain de cette année : Antoine Duléry :

 

En ce premier soir de représentation, voilà les voix que l’on a pu applaudir : Gala El Hadidi (Carmen ) qui peut être remplacée dans d’autres lieux par Marion Lebègue. Don José est Eric Fennel, Micaela: Olga Tenyakova, Escamilo : Pierre Doyen, Frasquita : Gaëlle Méchaly, Mercédes: Pauline Sikirdji, Zuniga : Andriy Gnatiuk, Moralès : Tiago Matos, Le Dancaïre : Franck Lopez, Remendado : Sahy Ratia

extrait :

 

Prochaines représentations : Champ de Bataille (27) les 22 et 23 Juin à 20h30, Prix des places : de 25 à 75 €

Château de Vincennes les 29 et 30 juin à 20h30, Prix des places de 25 à 85€

Cité de Carcassonne (11) le 3 juillet à 21h30, Pris des places 56 et 66 €

Domaine National de Saint Germain en Laye (78), les 6 et 7 Juillet à 20h30, Prix des places de 25 à 85 €

Château de Haroué (54) les 31 Août et 1er Septembre  à 20h30, Prix des places de 25 à 85 €

et enfin à l’Hotel National des Invalides (Paris) les 5, 6, 7 & 8 Septembre à 20h30, Prix des places de 25 à 95 €

Pour les réservations : www.operaenpleinair.com

0892 68 36 22 ( N° surtaxé à 0.34€ la minute!)

et dans les points de vente billetterie, Fnac, Carrefour etc

pour Château du champ de bataille :possibilité d’achat à l’office du tourisme du Pays du Neubourg ( 02 32 35 40 57) ou Office de Tourisme du Grand Evereux ( 02 32 24 04 43)

Pour le Château de Vincennes : office de tourisme de Vincennes (01 48 08 13 00)

Pour Carcassonne : festivaldecarcassonne.fr  (04 68 11 59 15)

Pour le Domaine de Saint Germain en Lhaye : office de tourisme (01 30 87 20 63

Pour Château de Haroué : Nancy Tourisme (03 83 35 22 41), Office de tourisme d’Epinal (03 29 82 543 32) et Label Ln ( 03 83 45 81 60)

Bon à savoir: pour les personnes à mobilité réduite un accès facilité est prévu en signalant la venue à l’avance à la production, avec possibilité d’un parking VIP, une place garantie en orchestre (quel que soit le prix payé).

Premier Violon : Anne Gravoin

 

Caroline ROËLANDS a conçu ce nouveau spectacle de cabaret qui devrait faire salle comble les lundis de Décembre.

photo : Dominique Plaideau

Elle s’est entourée d’une bande d’amis, Patrick LAVIOSA,  Denis D’ARCANGELO, Charlène DUVAL, Jacques VERZIER,  Benoît ROMAIN, Sébastien MESNIL (dit le Zèbre)  Tiago DO NASCIMENTO, Frédéric-Sylvain JEAN-BAPTISTE, Mathieu MOREL,  François BÉRETTA, Alexandre BONSTEIN,  Pascal MARY, Christine BONNARD et surtout de la merveilleuse, pétillante grande dame qu’est Nicole Croisille pour ce spectacle.

Il n’en fallait pas plus pour que la caméra et le micro d’ONSORTOUPAS.fr se déplace pour rencontrer ces deux danseuses chanteuses actrices, comédiennes:

Première question :

De quoi s’agit-il pour ce spectacle YOUPI C’est REPARTI  ?

Comment vous-êtes vous rencontrées?

Nicole Croisille est venue se joindre à la troupe d’origine?

Entretien par Guy Courthéoux pour Onsortoupas.fr

Quelques photos de ce spectacle :

photo : Dominique Plaideau

photo : Dominique Plaideau

photo : Dominique Plaideau

photo : Dominique Plaideau

TOUTES LES PHOTOS SAUF MENTION CONTRAIRE : @ Paul Herman

YOUPI, C’est reparti pour 3 représentations à La Nouvelle Eve, 25 rue Pierre Fontaine dans le 9ème: Lundi 4, 11 et 18 décembre à 20 h 30

Réservations : 01 48 65 97 90