Accueil

Rating:

Un film qui se situe entre un super polar, une comédie musicale,  un suspense violent avec une belle brochette d’acteurs

Effectivement il est difficile de le classer, mais qu’importe, du moment qu’on ne s’y ennuie pas une seconde. Le film respecte les critères du théâtre classique , unité de temps et de lieu, mais la comparaison s’arrête là! En fait la première scène du film nous montre une personne qui cache une valise dans le plancher d’une chambre d’hôtel … Quelques péripéties plus tard ( je ne vais quand même pas vous dévoiler tout!,  on se retrouve à l’hôtel l’El Royale, un établissement autrefois luxueux maintenant bien défraîchi.
Situé sur la frontière entre la Californie et le Nevada, l’El Royale incarne parfaitement le choc entre passé et présent. Autrefois, célébrités et personnalités politiques influentes s’y côtoyaient, au casino, au bar, à la piscine ou dans les suites somptueuses.

Chris Hemworth

Chris Hemworth

Dakota Johnson

Dans cet hôtel oublié de tous, un prêtre, une chanteuse de soul, un voyageur de commerce, une hippie et sa sœur, un homme énigmatique, et le jeune gérant de l’hôtel vont se retrouver. Est-ce le hasard ou recherchent-ils tous quelque chose? Au cours d’une nuit comme seul le destin sait les orchestrer, tous auront une dernière chance de se racheter, avant que l’enfer ne se déchaîne…
Le réalisateur, Drew Goddard nous a concocté un suspense de plus de 2 heures où on n’a aucune envie de sortir. L’atmosphère est lourde comme du plomb et les acteurs absolument fantastiques : le père Daniel Flynn (Jeff Bridges) , Darlène Sweet (Cynthia Erivo) en chanteuse de blues,  Laramie Seymour Sullivan , un représentant en aspirateurs (John Hamm), puis Emily Summerspring (Dakota Johnson) . Le réceptionniste et homme à tout faire de l’établissement ( Lewis Pullman) semble désorienté. On n’oubliera pas la 5ème client, Rose (Caillee Spaeny) et bien plus tard Chris Hemworth. La musique a une place prépondérante, avec un superbe Juke Box qui joue les airs les plus célèbres de la fin des années 60 :  Miles (Santa Catalina) – The Four Preps . Twenty Five Miles – Edwin Starr , Bend Me, Shape Me – The American Breed, He’s A Rebel – Alana Da Fonseca , I Got A Feeling – Four Tops , Bernadette – Four Tops ,  He’s Sure The Boy I Love – The Crystals , The Letter – The Box Tops, Twelve Thirty (Young Girls Are Coming To The Canyon) – The Mamas & The Papas , Baby, I Love You – Tommy Roe

Jon Hamm

Jeff Bridges / Cynthia Erivo

046.RAF

 

Dakota Johnson / Lewis Pullman

Si la violence ne vous effraie pas,  si vous aimez le cinéma avec un vrai suspense, et de bons acteurs, n’hésitez pas à venir prendre une chambre à ‘hôtel El Royale, dont la particularité est qu’il est traversé par la frontière entre le Nevada et la Californie!

La bande annonce :

 

 

 

 

 

Quelques représentations au Palais des Congés de Paris, puis un retour en janvier prochain dans la salle mythique : IL ETAIT UNE FOIS BROADWAY!

 

Conçu par Pierre Yves Duchesne cette mini rétrospective avec quelque 160 artistes sur scène dont un orchestre symphonique de jeunes gens, des solistes, quelques stars comme Hélène Segara ou Liane Foly, voilà IL ETAIT UNE FOIS BROADWAY, interview de Pierre Yves Duchesne:

Il y aura aussi une partie consacrée à Michel Legrand, avec , entre autres, son fils Benjamin, comme il le confie à notre caméra :!

Vous voulez voir les répétitions? écouter quelques airs: suivez le guide :

 

 

IL ETAIT UNE FOIS BROADWAY, un spectacle vraiment superbe, l’orchestre et les cheours font tout avec des solistes de talent! Je regrette simplement la présence de Liane foly, que la salle a hué au regard de sa prestation, même si ces 10 minutes en scène nous ont semblées très très longues, le reste du psectacle était superbe, avec entre autres Hélène Ségara, qui, elle n’a pas joué les stars et a été applaudi comme elle mle méritait!

 

places de 39 à 115 €

 

Rating:

C’est parti pour la tournée 2018 d’Opéra en plein air, avec cette année Carmen, mise en scène par Radu Milaileanu

Comme chaque année Opéra en plein air propose un opéra célèbre, et cette année, il s’agit de l’Opéra le plus joué au monde: Carmen de Georges Bizet. Mise en scène de Radu Mihaileanu. Une nouveauté, cette année, un parrain va présenter chaque spectacle, et le premier de ces parrains est un comédien célèbre et adulé du public : Antoine Duléry. . La direction musicale est assurée par Vincent Renaud,  l’Orchestre et le premier violon, Anne Gravoin pour le Music Booking Orchestra. . La scénographie est l’oeuvre de Bastien Forestier, et les lumières sont celles du magicien de la lumière, Monsieur Jacques Rouveyrollis.  On le sait dans Carmen  les chœurs sont importants, et particulièrement celui des enfants, et ce sont les chœurs de l’Opéra National de Paris, sous la direction de Gael Darchen avec la Maîtrise des Hauts de Seine.

La mise en scène : Radu Mihaileanu:

 

le parrain de cette année : Antoine Duléry :

 

En ce premier soir de représentation, voilà les voix que l’on a pu applaudir : Gala El Hadidi (Carmen ) qui peut être remplacée dans d’autres lieux par Marion Lebègue. Don José est Eric Fennel, Micaela: Olga Tenyakova, Escamilo : Pierre Doyen, Frasquita : Gaëlle Méchaly, Mercédes: Pauline Sikirdji, Zuniga : Andriy Gnatiuk, Moralès : Tiago Matos, Le Dancaïre : Franck Lopez, Remendado : Sahy Ratia

extrait :

 

Prochaines représentations : Champ de Bataille (27) les 22 et 23 Juin à 20h30, Prix des places : de 25 à 75 €

Château de Vincennes les 29 et 30 juin à 20h30, Prix des places de 25 à 85€

Cité de Carcassonne (11) le 3 juillet à 21h30, Pris des places 56 et 66 €

Domaine National de Saint Germain en Laye (78), les 6 et 7 Juillet à 20h30, Prix des places de 25 à 85 €

Château de Haroué (54) les 31 Août et 1er Septembre  à 20h30, Prix des places de 25 à 85 €

et enfin à l’Hotel National des Invalides (Paris) les 5, 6, 7 & 8 Septembre à 20h30, Prix des places de 25 à 95 €

Pour les réservations : www.operaenpleinair.com

0892 68 36 22 ( N° surtaxé à 0.34€ la minute!)

et dans les points de vente billetterie, Fnac, Carrefour etc

pour Château du champ de bataille :possibilité d’achat à l’office du tourisme du Pays du Neubourg ( 02 32 35 40 57) ou Office de Tourisme du Grand Evereux ( 02 32 24 04 43)

Pour le Château de Vincennes : office de tourisme de Vincennes (01 48 08 13 00)

Pour Carcassonne : festivaldecarcassonne.fr  (04 68 11 59 15)

Pour le Domaine de Saint Germain en Lhaye : office de tourisme (01 30 87 20 63

Pour Château de Haroué : Nancy Tourisme (03 83 35 22 41), Office de tourisme d’Epinal (03 29 82 543 32) et Label Ln ( 03 83 45 81 60)

Bon à savoir: pour les personnes à mobilité réduite un accès facilité est prévu en signalant la venue à l’avance à la production, avec possibilité d’un parking VIP, une place garantie en orchestre (quel que soit le prix payé).

Premier Violon : Anne Gravoin

 

Caroline ROËLANDS a conçu ce nouveau spectacle de cabaret qui devrait faire salle comble les lundis de Décembre.

photo : Dominique Plaideau

Elle s’est entourée d’une bande d’amis, Patrick LAVIOSA,  Denis D’ARCANGELO, Charlène DUVAL, Jacques VERZIER,  Benoît ROMAIN, Sébastien MESNIL (dit le Zèbre)  Tiago DO NASCIMENTO, Frédéric-Sylvain JEAN-BAPTISTE, Mathieu MOREL,  François BÉRETTA, Alexandre BONSTEIN,  Pascal MARY, Christine BONNARD et surtout de la merveilleuse, pétillante grande dame qu’est Nicole Croisille pour ce spectacle.

Il n’en fallait pas plus pour que la caméra et le micro d’ONSORTOUPAS.fr se déplace pour rencontrer ces deux danseuses chanteuses actrices, comédiennes:

Première question :

De quoi s’agit-il pour ce spectacle YOUPI C’est REPARTI  ?

Comment vous-êtes vous rencontrées?

Nicole Croisille est venue se joindre à la troupe d’origine?

Entretien par Guy Courthéoux pour Onsortoupas.fr

Quelques photos de ce spectacle :

photo : Dominique Plaideau

photo : Dominique Plaideau

photo : Dominique Plaideau

photo : Dominique Plaideau

TOUTES LES PHOTOS SAUF MENTION CONTRAIRE : @ Paul Herman

YOUPI, C’est reparti pour 3 représentations à La Nouvelle Eve, 25 rue Pierre Fontaine dans le 9ème: Lundi 4, 11 et 18 décembre à 20 h 30

Réservations : 01 48 65 97 90

Rating:

Encore un nouvel ouvrage sur Claude François allez-vous penser? Détrompez-vous, c’est une bible quant à la discographie de l’idole, où vous retrouverez entre autres, tous les vinyles sortis de son vivant.

Baptiste Vignol , auteur d’autres ouvrages sur la chanson française (Guy Béart, , Renaud ou Téléphone, entre autres, se penche cette fois sur la carrière incroyable de celui qui près de 40 ans après sa mort est toujours présent dans les discothèques avec ses derniers tubes comme Magnolias for Ever, Alexandrie Alexandra, Je vais à Rio par exemple. Il a été et reste un des plus grands vendeurs de disques. Une carrière pourtant assez courte ( de 1962 à 1978), il reste l’idole absolue. On a tout dit, tout écrit sur lui, du bien, du mal, du vrai du faux, mais il a créé tellement de tubes, qu’il reste encore omniprésent dans la mémoire collective. Ceux qui étaient ados ou adultes le 11 Mars 1978 se souviennent tous de ce qu’ils faisaient au moment où sa mort a été annoncée, et comment la nouvelle s’est répandue très très vite. Il faut quand même se souvenir qu’à cette époque là le net n’existait pas, qu’il n’y avait que trois stations de radio et 2 ou trois chaînes de télévision, que le téléphone  (fixe) était encore un luxe. Et pourtant annoncé à 15.00, la France entière était au courant (sans aucun jeu de mot malsain) dans les 30 minutes qui suivaient. Ce livre, abondamment illustré, vous montre les pochettes de 45 tours, d’albums, mais aussi nombre de photos inédites de celui qui était Cloclo pour des millions de français.  Les chansons sont ‘disséquées’, expliquées, avec les incontournables, comme Chanson Populaire ou Le Téléphone Pleure, les quasi inconnues, comme celles de son 1er 45 tours qui ne s’est pas vraiment bien vendu, où il s’appelait KOKO, avant son premier Méga Tube : Belles, belles, belles suivi de tant d’autres, qui sera suivi de dizaines d’énormes succès : Le Mal Aimé, Toi et moi contre le monde entier, Le lundi au soleil, Viens à la maison, le jouet extraordinaire, Si j’avais un marteau, je vous laisse compléter la liste.

Il y a quelques disques en italien, et quelques mois avant sa mort un début de carrière outre manche, avec la reprise de certains de ses grands succès français traduits dans la langue de Shakespeare.

Inutile de rajouter qu’un de ses titres est encore aujourd’hui une des chansons les plus interprétées au monde : Comme d’habitude….qui fut repris avec le succès que l’on sait dans une adaptation de Paul Anka pour Franck Sinatra sous le titre de My Way et qui a depuis été enregistré par des centaines, voire des milliers d’autres interprètes de par le monde : Elvis Presley, les Sex Pistols, Nina Simone côté anglo saxon, et Michel Sardou ou Florent Pagny dans l’hexagone. Sans oublier un album de reprises par M. Pokora qui s’est écoulé à plus de 500.000 exemplaires.

Cet ouvrage vous dira tout sur cette carrière exceptionnelle, avec des anecdotes  recueillies auprès de ses proches, dont Jean-Pierre Bourtayre qui a été son directeur artistique, Sylvie Mathurin, son habilleuse, et vous vous rappellerez certains tubes, ses revues qu’il a créées avec beaucoup de succès pour Podium, et moins, que c’était alors un magazine de charme, Absolu. Vraiment cet ouvrage est complet, indispensable pour les fans, et un cadeau de choix pour tous ceux qui ont connu Claude François, que ce soit avant ou après sa mort.

Claude François : Je reviendrai comme d’habitude, c’est aux éditions Gründ, et c’est vendu 24.95€

 

Une nouvelle grille pour Sud Radio, ça se présente, et rien de tel que rencontrer le président de cette radio et une animatrice de charme  pour cela!

La nouvelle grille de Sud Radio voit quelques noms célèbres à l’antenne comme Patrick Roger, Natacha Polony, Henri Guaino, Yolaine de la Bigne, Dany Mauro, Valérie Expert, André Bercoff, Jacques Pessis, Brigitte Lahaie, Liane Foly parmi beaucoup d’autres. Entretien avec le Président de Sud Radio : Didier Maïsto.

 

Parmi les princesses de cette radio, une personnalité que j’adore pour son gentillesse autant que son franc parler : Brigitte Lahaie.

La fréquence de Sud Radio à Paris , c’est 99.9

Rating:

Quand on me dit : théâtre à la Michodière, je sais que je vais passer une bonne soirée, et c’est bien le cas avec ce Tant qu’il y a de l’amour!!

Jean (Patrick Chesnais) est toujours amoureux de sa femme Marie (Marie-Anne Chazel), avec qui il vit depuis 30 ans, mais il est aussi amoureux de sa jeune maîtresse Inès (Valérie Bègue) qui a de bien belles fesses (c’est lui qui le dit). Mais Marie , elle aussi est amoureuse, d’un pharmacien veuf, Paul (Laurent Gamelon), avec qui elle passe de très bons moments. Mais elle ne veut plus de cette situation, et va demander au pharmacien de lui concocter un poison pour se débarrasser de ce mari encombrant. L’amant ne peut que s’exécuter.  Mais le poison n’est pas suffisant et Jean se réveille en pleine forme…..Il faut tout recommencer.

Les comédiens se déchaînent totalement sur scène, les rires fusent de partout, et cela par la magie du théâtre, la malice de la  mise en scène d’Anne Bourgeois avec des décors mobiles signés Edouard Laug, qui permettent de montrer plusieurs endroits où se situe l’action. J’ai beaucoup ri, et je peux vous assurer que je n’étais pas le seul, la salle était pliée de rires. En plus je me dois de saluer la performance de Marie-Anne Chazel qui s’était cassé le pied la veille et qui a quand même joué, ce qui est quand même admirable. Mais chacun des protagonistes mérite tout autant un concert de louanges. On assiste à une performance, et on se demande comment Patrick Chesnais réussit à boire autant, que ce soit un liquide qui a l’apparence de l’alcool, ou un autre coloré en bleu. Ce sont ces petits détails qui font les grands, sans oublier Laurent Gamelon qui est admirable lorsqu’il passe du calme à la tempête. Vous l’avez compris, j’ai passé une excellente soirée, et vous pourrez en faire autant si vous prenez vos places pour le théâtre de la Michodière. Bob Martet a écrit une pièce qui va faire les belles soirées parisiennes.

Toutes les photos: @William LET

TANT QU’IL Y A DE L’AMOUR, c’est au Théâtre de la Michodière du mardi au samedi à 20h30
Matinées le samedi à 16h30
Matinées le dimanche à 15h30

Places de : 18 à 70€ selon les jours et horaires

bande annonce :

 

 

 

Francis Huster est un grand comédien, et si vous êtes un habitué de ce site, vous savez à quel point il peut toucher son public, dans de nombreux registres. Cette fois, c’est un peu différent puisque Monsieur Huster se remet à la plume avec un nouveau livre :

Il n’en fallait pas plus pour que l’envie de le rencontrer soit forte et voilà l’entretien qu’il a accepté pour vous:

Le livre de Francis Huster : N’abandonnez jamais, ne renoncez à rien est édité aux éditions du Cherche Midi, vendu au prix de 18 €

 

Rating:

Un monastère en dehors du temps, entièrement en bois, et dans un bon état .

suite de l’article : http://www.onsortoupas.fr/mandalays-en-photos-ce-quil-faut-voir-1ere-partie-le-palais-royal-pictures-of-mandalay-myanmar-what-you-must-see-part-1-the-royal-palace/

 

IMG_0525

Le monastère Shawinigan est le bâtiment le plus significatif de l’histoire de Mandalay. Il provient du palais royal en bois d’Amapurma, déplacé en 1857 par le roi Mindon dans sa nouvelle capitale. Il constituait une partie des appartements royaux, et était installé dans la partie nord du palais. Le roi Mindon y mourut et son fils et successeur, le roi Thibaw s’y rendit souvent pour méditer. Mais, persuadé que l’esprit de son père le hantait, il demanda qu’il soit à nouveau démonté et retiré de la cité royale en  1878. Pendant les cinq années qui suivirent, il fut reconstruit pour devenir un monastère dédié à la mémoire de Mindon. Occupé par les japonais durant la seconde guerre mondiale, presque tout le reste du palais brûla en mars 1945 sous les bombes britanniques. La superstition de Thibaw permit de préserver ce seul monument. Le monastère Shwenandaw est  en teck sculpté et ciselé à la perfection selon les principes de l’architecture birmane du 19ème siècle

C’est un large Shen-yang avec quatre niveaux de toitures séparés . Les décorations et ornements, les sculptures raffinées des parapets et des portes donnent une indication de la richesse du palais royal disparu. Le bâtiment est entouré d’une plateforme en teck avec des sculptures élaborées et des piliers de marbre. Des nâgas et autres animaux mythiques, ainsi que des danseurs, des fleurs et des pampres sont sculptés sur les panneaux à l’intérieur et à l’extérieur. Les restaurations des parties usées n’ont toutefois jamais atteint la perfection des originaux restant. Le hall principal est soutenu par de massifs piliers en teck, le plafond est richement sculpté également. Il s’y trouve une réplique du trône du Lion (trône royal) et des sculptures exceptionnelles des Nats les esprits qui vénèrent l’image du Bouddha.

IMG_0528 IMG_0526 IMG_0524 IMG_0523 IMG_0522

A monastery out of time, all in teck wood, in a rather good state

IMG_0504

Shwenandaw Monastery is one of the most significant buildings in the History of Mandalay. It come from a Royal palace in Amapurma, all wooden made, and was moved in 1857 by King Mindon in his new capital. It was part of the Royal appartments, in the north part of the Palace. King died tehre and his son and successor King Thibaw, came very often there, but he was afarid that the spirit of his father wahn haunting the place, and moved out of the city in 1878. In the next 5 years it was rebuilt to become a monastery dedicated to King Mindon. The occupation by the Japanaese during second world war saw the building partly  destroyed . Only superstition from Thibaw could save this part. The monument is entiurely in tack wooden scultures, according to the way it was in the 19th century in Burma.

IMG_0506 IMG_0507 IMG_0508 IMG_0509 IMG_0511 IMG_0512 IMG_0513 IMG_0514

This is a large Shen-Tang with 4 separated levels of roof. Ornaments and scuptures from the parapets and doord give a good view of the wealth in the now destryed royal palace. A teck platform and marbel pilars are around the monastery. Nagas and other mystics animals, danseurs, flowers, can been seen inside and outside. But the new scuptures never have been as great as they used to be. Main Hall is sustained by massive teck pillars, the roof also has scuptures. You can see a replica of the Lion Throne (The Rotyal throne) and amazing sculptures, that represent Nats, the spirits that revere Bouddha.

IMG_0521 IMG_0520 IMG_0519 IMG_0518 IMG_0517 IMG_0504

Toutes les photos / all pictures : @ guy courtheoux / onsortoupas

 

La prochaine édition de Lire à Limoges est organisée par la Ville de Limoges les 1er, 2 et 3 avril 2016.

Affichette A3

Près de 300 auteurs de littérature générale, régionale, jeunesse, et bande dessinée, viendront à la rencontre du public lors des séances de dédicaces, rendez-vous littéraires, animations et conférences organisés sur des sujets d’actualité ou de société. Yasmina Khadra sera invité d’honneur de l’édition 2016 dont la plupart des romans sont traduits dans 42 pays. Ce que le jour doit à la nuit – meilleur livre de l’année 2008 pour le magazine Lire et prix France Télévisions 2008 – a été adapté au cinéma par Alexandre Arcady en 2012. Son livre L’Attentat a reçu, entre autres, le prix des Libraires 2006, et a été adaptée au cinéma par  Ziad Doueiri  en 2013 . Son dernier ouvrage, La Dernière nuit du Raïs, est paru en août dernier.
Il y aura aussi une grande nouveauté : La 1ère édition du Prix Régine Deforges.
Ce prix littéraire créé par les enfants de Régine Deforges (Camille Deforges-Pauvert, Léa Wiazemsky et Franck Spengler) et la Ville de Limoges, récompensera un premier roman écrit par un auteur francophone. Le Comité de Lecture du Prix s’est réuni en janvier dernier pour fixer la sélection finale qui sera remise au jury. Celui-ci est présidé par les trois enfants de Régine Deforges et composé de Julie Bonnie, Marina Carrère d’Encausse, Noëlle Châtelet, Grégoire Delacourt, David Foenkinos, Daniel Picouly et Eric Portais..

De nombreux temps forts sont également programmés tout au long du week-end : René Guitton donnera une conférence sur le thème de l’Orient, Clémentine Célarié réservera au public une lecture musicale de son dernier roman, la concertiste H.J. LIM proposera une rencontre tout en musique, Noëlle Châtelet échangera avec les élèves d’hypokhâgne et la présence de Louis Chedid sera l’occasion d’un délicieux clin d’oeil.

Espace jeunesse Lire +á Limoges2013 (1) Ambiance 20150411 (38) Lire +á Limoges 2015 - Cr+®dit photo Ville de Limoges Vincent Schrive (1) Espace jeunesse Lire +á Limoges2013 (2)

 Extraits du PROGRAMME :
VENDREDI 1er AVRIL
9h00 « A la folie, pas du tout », projet de deux classes d’écoles maternelles
En présence de Zina Modiano, auteure et illustratrice jeunesse
14h30 « Juste jouer le jeu », projet d’élèves de deux classes du secondaire
En présence de François Bégaudeau
20h30 Pièce de théâtre “Jouer Juste” – Compagnie Thomas Visonneau
CCM Jean Gagnant

Remise Prix Regine Deforges -® Thierry Laporte Remise Prix Regine Deforges -® Thierry Laporte (1) Lire +á Limoges 2015- Cr+®dit photo Ville de Limoges (3)
SAMEDI 2 AVRIL
11h00 Débat « Résistez pour (sur) vivre », avec Pascal Manoukian, Jean Rouaud, Lassana Bathily, Isabelle Alonso, Hafid Aggoune, Sigolène Vinson, Hervé Ghesquière, animé par Eric Portais, critique littéraire
12h00 Remise du prix coeur de France et du prix Izzo
13h00 Autour du prix Régine Deforges, animé par le pôle francophone
14h00 Lecture et entretien avec Clémentine Célarié accompagnée au piano. Animé par Eric Portais, critique littéraire

15h00 Grand entretien avec Yasmina Khadra, animé par Eric Portais, critique littéraire
16h00 Gérard Meudal reçoit Maryse Wolinski pour « Chérie, je vais à Charlie »
Débat « Ces grands défis qui nous attendent », avec Loïk Le Floch-Prigent, Stéphanie Maupas, Célia Mercier, Yves Deloison, conduit par Eric Portais, critique littéraire
16h30 Conférence avec René Guitton
16h40 Rencontre avec Christine Jordis, Laurence Cossé, Christine Orban, Colombe Pringle, animée par Gérard Meudal
17h00 Rencontre avec Louis Chedid, animée par Eric Portais, critique littéraire
17h30 Remise du prix BD
18h30 Lectures érotiques de Régine Deforges par Léa Wiazemsky, sa fille, avec Mireille Podleur et Orlando Bass au clavecin
19h00 Remise du prix Régine Deforges animée par Jérôme Piperaud

Lire +á Limoges 2015 - Cr+®dit photo Ville de Limoges Vincent Schrive (1) Lire +á Limoges 2015 - Cr+®dit photo Ville de Limoges Vincent Schrive (2) Lire +á Limoges 2015 - Cr+®dit photo Ville de Limoges Vincent Schrive (3)

DIMANCHE 3 AVRIL
11h00 Entretien avec Véronique Jannot animé par Eric Portais, critique littéraire
16h40 Conférence sur le polar avec Stéphane Bourgoin et Claire Favan, animée par Gérard Meudal

Les photos illustrant cet article sont celles des années précédentes @DR