Archives

All posts for the month octobre, 2017

Rating:

François Berléant égal à lui même: irrésistible, grandiose, et c’est un Festival avec ce Ramsés II

Jean (François Berléant) et sa femme Elisabeth (Evelyne Buyle) attendent leur fille (Elise Diamant) et leur gendre Mathieu (Eric Elmosnino), pour un week -end dans leur maison de campagne. Mais ce dernier arrive seul, avec un cadeau pour Jean, un masque mortuaire de Ramsés II, mais semble incapable d’expliquer la raison de l’absence de leur fille. Coup de théâtre, il v annoncer à Jean qu’il a assassiné leur fille….C’est le moment que choisit leur fille pour arriver. Que s’est-il passé? Pourquoi leur gendre s’acharne-t-il ainsi sur Jean? Je ne suis pas stupide au point de vous en dévoiler plus. C’est une comédie à la fois psychologique et policière, sans qu’on ne voie l’ombre d’un flic ou d’un gendarme. Toutefois, on reste collé à notre fauteuil et ce grâce au talent de François Berléant qui est vraiment un des meilleurs acteurs de sa génération.

Côté talent, on se souvient de Momo, que François Berléant avait interprété aux côtés de Muriel Robin et de Sébastien Thierry, qui en avait écrit le texte. C’est donc ce dernier qui a pris sa plume une fois encore pour nous plonger dans une pièce que l’on regarde avec plaisir, dans une mise en scène d’un des grands, Stéphane Hillel, qui co-dirige , entre autres, le théâtre de Paris ainsi que le Théâtre des Bouffes Parisiens, et c’est la première fois qu’il met en scène une pièce de Sébastien Thierry. *

Une chose est certaine: le public marche à fond, et il faudrait vraiment avoir envie de faire la fine bouche pour bouder notre plaisir.

TOUTES LES PHOTOS : copyright Celine Nieszawer 

Ramsés II , c’est au Théâtre des Bouffes Parisiens,

du mardi au samedi à 21h – Matinées le samedi à 17h30 et dimanche à 15h- durée environ 1h40

TARIFS de 10€ à 66€ (hors samedi soir et hors frais de réservation)

Téléphone pour les réservations : 01 42 96 92 42

la bande annonce :

 

Rating:

La comédie à la française, avec des tonnes de clichés, mais avec de bons interprètes!

L’affiche annonce la couleur, on est dans les clichés gay! Et l’histoire part d’un bon sentiment. Un jeune marocain, Yassine (Tarek Boudali) genre surdoué rate un examen et va devoir quitter le territoire. La seule solution, le mariage arrangé. On lui propose plusieurs alternatives, toutes des pires qui soient. En désespoir de cause, il va demander à son voisin de palier Fred (Philippe Lachau), qui vit avec Lisa (Charlotte Gabris), de l’épouser, en sachant bien que ce sera un mariage blanc, vu qu’ils ne sont pas gay. Mais un inspecteur (Philippe Dussart) suspecte la supercherie et ne va pas les lâcher! Et c’est là que les ennuis commencent, et surtout que les pires clichés sur le monde gay vont arriver.

On sourit au départ, et plus les situations avancent, plus on se demande vers où on va, même si on soupçonne vite le final. C’est dommage. Quel que soit le talent du réalisateur (Tarek Boudali) et des interprètes, les lourdeurs s’amoncellent, et c’est bien dommage.

Les comédies qui traitent de ce sujet sont rares, et toujours datées. On était pliés de rire avec La Cage Aux Folles, mais c’était il y a très longtemps. On riait tout autant avec Pédale Douce, et cette fois on sourit au début et on aurait aimé que la sensibilité gay ne soit pas aussi ridiculisée, ni aussi caricaturale.

la bande annonce :

 

Rating:

Une réussite de plus que cette série de représentations de Falstaff à l’Opéra Bastille :

C’est en 1889, deux ans après avoir  fait ses adieux à la scène avec Otello, que Verdi entreprit la composition de Falstaff. Il avait fallu toute l’insistance d’Arrigo Boito, le librettiste de son dernier opéra, pour qu’il surmonte les réticences que lui inspiraient son âge et sa santé. S’il a été convaincu, c’était aussi parce que le sujet  lui donnait l’occasion d’écrire un opéra bouffe et de faire la preuve qu’il pouvait exceller dans ce genre. La composition s’étala sur plusieurs années. Lors de sa première représentation, on découvrit une œuvre d’un raffinement absolu, dans laquelle Verdi s’amuse et joue avec les figures musicales. Giuseppe Verdi livre, derrière le masque de son héros bouffon et cocasse, le témoignage d’une vie écoulée et dont la moralité serait, comme celle de l’œuvre : tout n’est que plaisanterie. Comédie inclassable, teintée de pessimisme, elle déroge à tous les principes traditionnels de l’opéra italien du XIXe siècle et témoigne de l’éternelle passion du maître de l’opéra pour le théâtre.

La mise en scène de Dominique Pitoiset, est vraiment très belle, dans des décors qui font songer aux années 30, avec des pirouettes qui donnent libre cours à la fantaisie et l’humour. La direction musicale de Fabio Luisi donne toute l’ampleur nécessaire à une oeuvre de Verdi, et rend hommage aux différents interprètes, tous excellents, avec surtout le rôle titre au baryton Bryn Terfel, entouré de grandes voix comme Franco Vassallo (Ford), Francesco Demuro (Fenton), Graham Clark (Dr Cajus) Thomas Dear (Pistola) ou Rodolphe Briand (Bardolfo). Sans oublier les belles sopranes : Aleksandra Kurzak (Madame Ford), Julie Fuchs (Nannetta) ou les mezzo Sopranes : Varduhi Abrahamyan (Mme Quickly), Julie Pasturaud (Mme Meg Page).

On passe vraiment une excellente soirée avec cet opéra, où il nous arrive de rire franchement, avec de belles voix. Même si je n’aime pas ce terme, Falstaff est un opéra plus facile d’accès pour les novices et c’est une très grande qualité.

Toutes les photos : @-Sebastien-Mathe Opéra de Paris

Représentations :

Mercredi 1er Novembre ,  Samedi 4 Novembre , Mardi 7 Novembre,  Vendredi 10 Novembre,  Jeudi 16 Novembre à 19h30; Fin du spectacle aux environs de 22h10, avec entracte de 30 minutes

Prix des places : de 180€ à 5€

Réservations aux guichets de Opera Bastille ou Garnier de 09h00 à 18h00, dimanche jusqu’à 13h00.

La bande annonce :

 

 

Rating:

61 ans après avoir ouvert son célèbre cabaret de la rue des Martyrs, Michou a enfin accepté de raconter sa vie dans un livre : MICHOU PRINCE BLEU DE MONTMARTRE.

François Soustre a passé beaucoup de temps à recueillir confidences et anecdotes de ce grand Monsieur, sans qui Paris la nuit ne serait pas pareil. Son cabaret de la rue des martyrs affiche complet tous les soirs, avec un dîner spectacle où on mange bien, on rit beaucoup, on se régale avec toute la troupe de ces messieurs-dames. Michou est là tous les soirs pour accueillir ceux qui viennent rue de Martyrs pour le rencontrer, et désormais vous allez pouvoir connaître un peu plus un certain Michel Catty, né à Amiens, qui a fait ses débuts dans le spectacle en imitant sure scène quelques unes des idoles des années 60 comme Brigitte Bardot ou France Gall. Il a même enregistré quelques chansons et ses légendaires tenues bleus, lunettes bleues en ont fait ce qu’il est un roi de la nuit, un prince à Montmartre. Si le cabaret ne désemplit pas, c’est non seulement grâce à la qualité de son spectacle, qui fait quelquefois revivre des célébrités comme Edith Piaf , La Callas ou Dalida, mais sans jamais se moquer, ou nous régaler  avec Nana Mouskouri, Sylvie Vartan, Céline Dion, Nolwen Leroy ou Zaz, parmi des dizaines d’autres.

 

Voici quelques confidences de Michou, en compagnie de François Soustre, au micro de Guy Courthéoux pour ONSORTOUPAS.FR:

LE LIVRE SERA DISPONIBLE EN LIBRAIRIES LE 9 NOVEMBRE PROCHAIN aux éditions du Cherche Midi

Autres articles sur Michou :

Vidéo :@ Guy Courthéoux / onsortoupas.fr

tous droits réservés

Formules Diner spectacle à 115€ et 145€ par personne, possibilité de spectacle seul,  en salle ou au bar en fonction des places disponibles:

RÉSERVATION PAR TÉLÉPHONE
AU 01 46 06 16 04

Rating:

Alors que généralement les suites sont de plus en plus mauvaises, hormis quelques exceptions, Thor réussit à nous plaire de plus en plus avec ce 3ème épisode : Thor Ragnarok

Au départ Thor croit sauver son monde en détruisant  Surtur, le démon du feu! Mais ensuite en combattant Hela, il verra son marteau cassé! Privé de ce dernier, Thor se retrouve  prisonnier sur une lointaine planète aux confins de l’univers.Pour sauver Asgard, il va devoir lutter contre le temps afin d’empêcher l’impitoyable Hela d’accomplir le Ragnarok – la destruction de son monde et la fin de la civilisation asgardienne. Mais pour y parvenir,il lui faut d’abord affronter dans un combat de gladiateurs titanesque celui qui était autrefois son allié au sein des Avengers : l’incroyable Hulk… Voilà un court résumé de ce scénario qui vous réserve des surprises à chaque moment. Les décors sont somptueux, les effets spéciaux plus que remarquables. Mais allez-vous me rétorquer, à raison, qu’en-est-il des acteurs ?

..Valkyrie (Tessa Thompson)..

.Thor (Chris Hemsworth)..

.Valkyrie (Tessa Thompson)..

Hulk (Mark Ruffalo) and Surtur..

.Hela (Cate Blanchett) .

Bruce Banner/Hulk (Mark Ruffalo) etThor (Chris Hemsworth)

Valkyrie (Tessa Thompson)et Thor (Chris Hemsworth)..Photo: Jasin Boland..©Marvel Studios

Thor (Chris Hemsworth), Valkyrie (Tessa Thompson) Bruce Banner/Hulk (Mark Ruffalo)..Ph: Jasin Boland..©Marvel Studios 2017

Photo: Jasin Boland..©Marvel Studios 2017

Chris Hemsworth  incarne à nouveau le super-héros Thor aux côtés de Tom Hiddleston dans le rôle de Loki, le frère adoptif de Thor ; Cate Blanchett est l’ultra méchante Hela ; Idris Elba  la sentinelle Heimdall ; Jeff Goldblum interprète le Grand Maître, l’excentrique dictateur de Sakaar ; Tessa Thompson est une guerrière Valkyrie ; Karl Urban Skurge, l’un des plus redoutables guerriers d’Asgard , Mark Ruffalo est à la fois  Bruce Banner et Hulk qu’il incarnait déjà dans AVENGERS et AVENGERS: L’ÈRE D’ULTRON ; et  enfin Anthony Hopkins est  à nouveau Odin, le souverain d’Asgard, destitué par son fils. Avec une aussi belle brochette d’acteurs, on se régale pendant les 130 minutes du film, et n’oubliez pas, c’est un film Marvel, ce qui veut dire qu’il vous faut rester jusqu’à la toute dernière image du générique puisqu’on vous offre deux surprises à ne pas manquer.

Hela (Cate Blanchett)..Photo: Jasin Boland..©Marvel Studios 2017

Topaz (Rachel House), Grandmaster (Jeff Goldblum) Valkyrie (Tessa Thompson)..Photo: Jasin Boland..©Marvel Studios 2017

Photo: Jasin Boland..©Marvel Studios 2017

Marvel Studios Thor: Ragnarok..L to R: Thor (Chris Hemsworth), Topaz (Rachel House), Grandmaster (Jeff Goldblum) Loki (Tom Hiddleston)..Photo: Jasin Boland..©Marvel Studios 2017

Loki (Tom Hiddleston)..Photo: Jasin Boland..©Marvel Studios 2017

Thor (Chris Hemsworth) et Hulk (Mark Ruffalo)..

Ph: Jasin Boland..©Marvel Studios

Grandmaster (Jeff Goldblum)..Photo: Jasin Boland..©Marvel Studios 2017

.Thor (Chris Hemsworth).

Skurge (Karl Urban) Hela (Cate Blanchett)..

J’ai vu ce film dans une salle pleine, en 3D avec un son Dolby Atmos, au Pathé Beaugrenelle, et il faut bien que j’avoue que le plaisir est complet, images de toute beauté, effets spéciaux, son qui vous en donne vraiment plein les oreilles. Certes c’est du Blockbuster, destiné à ‘ratisser’ large au niveau du public. Mais pourquoi bouder un tel plaisir?  La salle réagit et s’amuse. Voilà du cinéma populaire, mais de qualité!

Thor (Chris Hemsworth) Bruce Banner/Hulk (Mark Ruffalo)2017

La Bande annonce :

et quelques extraits en prime :

 

 

Rating:

Superbe duo/couple que celui formé par Barbara Schulz et Arié Elmaleh dans cette pièce écrite et mise en scène par Audrey Schebat

Un couple ( Barbara Schulz et Arié Elmaleh) attend des amis pour le dîner, mais ceux-ci n’arrivent pas et il semblerait bien qu’ils n’arriveront jamais… La femme a-t-elle eu un accident? A-t-elle été cambriolé? A-t-elle quitté le domicile conjugal?  A chercher les raisons de cette absence, l’homme et la femme vont se disputer au sujet du couple de leurs amis. Naturellement, la femme prend la défense de son amie Catherine et l’homme de son collègue David. A confronter leurs visions radicalement opposées, ils enchaînent les quiproquos absurdes et les révélations intimes, remettant en cause, sans s’en rendre compte, les fondements de leur propre couple. Vérités et mensonges? Quelle sera la version que l’on va voir se dérouler devant nos yeux?  LA VÉRITÉ va éclater, TOUTE LA VÉRITÉ ! Et cela risque fort de remettre bien des choses en question. L’auteure de la pièce, Audrey Schebat, a voulu écrire une histoire sous forme de drame, mais au fur et à mesure de l’écriture, il semble bien qu’elle ait évolué vers la comédie, et c’est tant mieux parce qu’on passe un excellent moment à écouter, et voir ce couple qui évolue sur scène.

Unité de temps et de lieu, c’est dans l’appartement que débute et se termine la pièce, avec ces deux comédiens, qui n’en font jamais trop, qui nous réservent quelques surprises, qui savent nous faire passer par toute la gamme des sentiments, rire, charme, drame, angoisse, on se régale des situations, des mensonges avoués, des vérités qui ont du mal à sortir, et il fallait bien deux comédiens pour réussir cet exploit. Arié Elmaleh et Barbara Schulz sont en tous points justes, et c’est que normal, vu qu’ils sont dirigés par celle qui a écrit la pièce. Oui, mais La Perruche dans tout ça, puisque c’est le titre de la pièce? Vous comprendrez plus facilement après avoir vu la pièce…sachant que Catherine vient d’ouvrir une boutique animalière!

TOUTES LES PHOTOS : @  Celine Nieszawer

N’hésitez pas et venez vous régaler à la salle Réjane du Théâtre de Paris

Représentations du mardi au samedi à 19h et le dimanche à 17h
Tarifs : (frais inclus)  Cat 1 : 33€ Cat 2 : 23€

la bande annonce :

 

Réservations au 01 42 80 01 81 ou www.theatredeparis.com

 

Rating:

7ème saison de cette série géniale, et pour ceux qui ne la connaissent pas encore, les 7 saisons sont sorties dans un coffret « INTÉGRALE »

Je ne vais certainement pas résumer les 6 premières saisons, et encore moins vous dévoiler l’intrigue de cette 7ème. Sachez toutefois que les 30 premières minutes du premier épisode sont difficilement soutenables et qu’elles ne doivent pas traîner devant des enfants tant c’est violent. Cela ne retire rien à la qualité de l’intrigue, mais le ton est donné, ce ne sera pas de la guimauve que cette nouvelle saison, qui suit les dernières images de la saison précédente.

Voilà les différents épisodes de cette nouvelle saison :

 

1/ Le jour où tu ne seras plus

2/ Le Puit

3/ La Cellule

4/ Service

5/ Des mecs qui ont la gnaque

6/ Donne moi ta parole

7/ Chante Moi Une Chanson

8/ Les coeurs battent toujours

9/ Une Pierre sur la Route

10/ De nouveaux meilleurs amis

11/ Divers ennemis et autres menaces

12/ Dis Ok

13/ Enterrez moi ici

14/ L’autre Côté

15/ Ce qui leur manque

16/ Le premier jour du reste de ta vie.

Parmi les bonus de cette saison :

Dans les coulisses de Walking Dead, Le making Of, Un monde plus vaste, Briser et reconstruire, En Mémoire, Un nouveau chapitre de la peur, Les écrivains, Les meilleurs rodeurs, Des femmes guerrières, et des scènes coupées.

L’intégrale est bourrée de suppléments pour chaque saison, ce qui est un véritable bonheur pour tous les aficionados, dont je suis.

On y retrouve la majorité des personnages, certains ayant disparu ou vont disparaître (voir le début du premier épisode) : Andrew Lincoln (Rick Grimes), Norman Reedus (Daryl Dixon), Steven Yeun  (Glenn Rhee), Laren Cohan (Maggie Greene), Chandler Riggs (Carl Grimes), Melissa Mac Bride (Carol Peletier), Danaï Gurira (Michonne), Michael Cudlitz (Sergeant Abeaham Ford), Lennie James ( Morgan Jones), Sonequa Martin-Greene (Sasha), Alana Masterson (Tara Chambler), Josh Mc Dermitt (Dr Eugene), Christian Serratos  ( Rosita) Jeffery Dean Morgan (Negan).

Bref, cette 7ème saison qui ne sera pas la dernière va encore faire monter l’adrénaline, et surtout la dose de violence.

La saison 7 en Bluray : 35.99 € (Amazon)

L’intégrale :

 

Rating:

Une des plus célèbres comédies de Carlo Goldoni, maître incontesté de la comédie italienne du XVIIIe siècle, actuellement au théâtre Hébertot.

Deux jumeaux, Zanetto et Tonino, sont séparés à leur naissance : Zanetto sera élevé dans la montagne, Tonino à Venise. Le premier est un crétin, le second un homme de bien. Ils ne se sont  pas vus depuis leur naissance lorsque, le même jour, le hasard les fait arriver tous deux à Vérone pour des histoires de mariage : chacun des deux ignore que son frère se trouve dans la ville, ce qui va créer une succession de malentendus, de quiproquos, de situations invraisemblables et loufoques . Duels, amours et amours, fuites éplorées, intervention de la police, retrouvailles, emprisonnement…  Goldoni n’a de cesse de pousser l’action de sa comédie en mêlant rire et émotion, tendresse et gravité, sans jamais se départir de ce qui sera sa conduite d’homme de théâtre : amuser le public .

 

Un très beau rôle en costumes , et pour endosser ce double rôle, il fallait un comédien parmi les meilleurs de sa génération. Le choix est vite fait qui s’est arrêté sur Maxime d’Aboville, qui domine toute la distribution en étant Tonino et Zanetto. Tous est dans la gestuelle, et le ton, puisque le comédien est quasi omniprésent sur la scène, aux côtés d’Olivier Sitruk, Victoire Bélézy, Philippe Berodot, Adrien Gamba-Bompard, Benjamin Jungers, Thibault Lacroix, Agnés Pontier, Luc Tremblay et Margaux Van Der Plas. La mise en scène très habile de Jean-Louis Benoit nous transporte immédiatement dans de beaux décors qui rappellent que l’oeuvre n’a pas été écrite hier, bien qu’elle n’ai pas pris de ride, peu-être est-ce du à cette nouvelle adaptation qu’en a réalisé le metteur en scène. Les directeurs du Théâtre Hébertot, Francis Lombrail et Pascal Legros ne s’y sont pas trompés, et ont vidé juste. La pièce est intelligente, et fait rire, les décors de Jean Haas méritent leur part de louanges.

TOUTES LES PHOTOS :  Pascal Victor/ArtComPress

On passe une excellente soirée, ne vous y trompez pas. J’ai écrit que Maxime d’Aboville dominait la distribution. De là à vouloir le rencontrer pour un entretien, il n’y a  qu’un pas. Maxime d’Aboville a reçu Onsortoupas dans sa loge, et en voici le résultat filmé:

Entretien : Guy Courthéoux pour Onsortoupas.fr

et voici la bande annonce :