Opéra

Rating:

Retour de l’Elixir d’Amour de Donizetti, dans la mise en scène de Laurent Pelly, à l’Opéra Bastille

Un village au temps des moissons.  Nemorino (Vittorio Grigolo) admire de loin, comme tous les jours, la belle Adina (Lisette Oropesa / soprano) , qui s’intéresse aux arts, lit la légende de Tristan et Yseult et s’amuse beaucoup de l’histoire du philtre d’amour. Elle fait même la lecture aux paysans. Arrive le sergent Belcore (Etienne Dupuis), qui propose le mariage à Adina.   Survient le docteur Dulcamara (Gabriele Viviani), un bonimenteur qui vend un élixir magique guérissant tous les maux. Nemorino pense que le camelot doit sûrement posséder le philtre de la reine Yseult. Dulcarama, ravi de trouver un pareil naïf, confirme. Il vend à Nemorino un flacon de Bordeaux et lui promet un effet certain en vingt-quatre heures , le temps, pour lui, de quitter le village…. Nemorino, fou de joie, teste le breuvage et finit la bouteille, Nemorino feint l’indifférence vis-à-vis d’elle. Piquée au vif, Adina accepte alors d’épouser Belcore dans six jours. Mais Belcore va devoir  partir à la guerre le lendemain.

L’élixir du Docteur Dulcamara fait référence à la légende de Tristan et Iseult qui boivent par erreur un philtre qui transforme leur haine réciproque en un amour passionné. Vous verrez sur le rideau  toutes les maladies guéries par ce fameux Elixir…. De superbes trouvailles dans la mise en scène pétillante, drôle, inventive signée Laurent Pelly à qui on doit aussi la création des costumes, une direction musicale assurée de main de maître par  GIACOMO SAGRIPANTI, tout est réuni pour le succès, surtout que les voix de Vittorio Grigolo et Lisette Oropesa sont absolument fantastiques. A noter que pour certaines représentations, Lisette Oropesa sera remplacée par VALENTINA NAFORNIŢĂ (du 19 au 25 /11) , et Vittorio Grigolo par PAOLO FANALE le 10/11 . Ne tergiversons pas: Cet Elixir d’Amour est un des meilleurs Opéras que j’ai vus, je ne parle pas de la partition, mais des interprètes et de la mise en scène.

Toutes les photos : Guergana Damianova @ Opera de Paris

11 représentations du 25 octobre au 25 novembre 2018 à 19h30 sauf mention contraire :

jeudi 25 octobre 2018

mardi 30 octobre 2018

jeudi 1er novembre 2018

dimanche 04 novembre 2018 à 14h30

mercredi 07 novembre 2018

samedi 10 novembre 2018

mardi 13 novembre 2018

vendredi 16 novembre 2018

lundi 19 novembre 2018 : SOIRÉE MOINS DE 40 ANS  Ces soirées exclusives sont proposées à un tarif réduit de 40 % sur toutes les catégories de places (hors places à 5 et 10€), dans la limite de deux places par personne et par représentation. Des médiateurs accueillent le public avant le spectacle pour répondre à ses questions

jeudi 22 novembre 2018

dimanche 25 novembre 2018 à 14h30

TARIFS :
180€ 150€ 130€ 115€ 105€ 85€ 70€ 50€ 35€ 15€ 5€

Excepté mardi 30 octobre 2018 : 162€ 135€ 117€ 104€ 95€ 77€ 63€ 45€ 32€ 15€ 5€

Excepté samedi 10 novembre 2018 :  198€ 165€ 143€ 127€ 116€ 94€ 77€ 55€ 39€ 15€ 5€

DURÉE    2h45 (1 entracte)    En langue italienne Surtitrage en français et en anglais

RÉSERVATIONS
En ligne : www.operadeparis.fr

Via l’application Opéra national de Paris disponible sur iOS et Android pour smartphones et tablettes.

Par téléphone : 08 92 89 90 90* (numéro surtaxé à 0.35€ /mn)  du lundi au samedi de 9 h à 19 h (sauf jours fériés).
Aux guichets :  du lundi au samedi (sauf jours fériés) de 10 h à 18 h 30 au Palais Garnier (à l’angle des rues Scribe et Auber) et de 11 h 30 à 18 h 30 à l’Opéra Bastille (130, rue de Lyon).

Et une heure avant le début du spectacle les dimanches et jours fériés.

Pour vous donner l’eau à la bouche, voici quelques extraits, avec l’aimable autorisation de L’Opera National de Paris :

 

 

Rating:

Un grand moment de PUR BONHEUR, pour tous ceux qui aiment l’Opéra. Précipitez-vous, tout y est éblouissant, des interprètes à la direction d’orchestre, sans oublier la mise en scène.

Créé en 1853 par Giuseppe Verdi, sur un livret de Francesco Maria Piave, La Traviata est une des oeuvres les plus jouées dans le monde, qui est une adaptation de la Dame aux Camélias, d’Alexandre Dumas. Tout le monde connaît l’histoire de cette courtisane,  Violetta,  de santé fragile, qui choisira de renoncer à sa vie mondaine parisienne par amour pour Alfredo Germont, puis devra renoncer à cet amour par sacrifice. Et chacun pourrait fredonner  les airs les plus célèbres dont le  Libiamo ne’ lieti calici    sans oublier  E strano …Ah ! fors’e lui…Folilie, follie!!    

 Toutes les cantatrices les plus célèbres ont interprété Violetta, Maria Callas en est la figure emblématique, mais on ne peut passer sous silence des noms aussi célèbres que Natalie Dessay, Renée Fleming, Montserrat Caballé, ou  Angela Gheorghiu. 

Je sors tout juste d’une représentation, et je dois avouer que je suis heureux. triplement heureux. Heureux d’avoir passé une des plus belles soirées Opéras avec un de mes opéras préférés. Heureux de voir cette version dans une mise en scène moderne et intelligente de Benoit Jacquot, qui arrive à nous surprendre avec le second acte, où la scène est divisée en deux, un arbre géant pour la rencontre entre Violetta et  Germont père, avec juste à côté un immense escalier, où les personnages restent de marbre pendant  une bonne 1/2 heure, au point que l’on pense que ce sont des décors eux mêmes. Lorsque l’escalier devint vivant on passe de surprise en surprise, avec  les danseuses espagnoles…qui ont des airs de Conchita Wurst…alors que les matadors ne sont pas très masculins.  Cela ne nuit aucunement à l’intrigue, cela nous fait juste sourire, en plein milieu du drame, sans que l’on en souffre en quoi que ce soit. Et enfin dernier bonheur, et pas des moindres, ce sont les interprètes. Violetta -Aleksandra Kurzak , est éblouissante, juste, la voix limpide, qui a réussi à m’arracher des larmes (je ne mens pas!) lors du dernier acte. Giorgio Germont – George Gagnidze est un baryton qui a été acclamé à juste titre pas la salle. Que dire de plus? L’orchestre, dirigé de main de maître par  Giacomo Sagripanti, un chef qui semble bien jeune, sait s’effacer derrière les voix des chanteurs, et monter en puissance lorsque besoin est.  Je crois que vous avez compris à quel point j’ai adoré cette version, qui sans me faire oublier celle que j’avais vu en 1997  au répertoire de l’Opéra Bastille  dans une mise en scène de Jonathan Miller, avec Angela Gheorghiu,  Deux versions qui marquent l’Opéra. Deux séries de représentations sont prévues. DIRECTION MUSICALE Giacomo Sagripanti (sept. / oct.)  puis :Karel Mark Chichon  (déc.)

Les distributions :

VIOLETTA VALERY Aleksandra Kurzak (sept. / oct.),  Ermonela Jaho (déc.) ,

FLORA BERVOIX Virginie Verrez

ANNINA,  Cornelia Oncioiu,

ALFREDO GERMONT Jean-François Borras (29 sept. > 23 oct.) Roberto Alagna (26 oct.) Charles Castronovo (déc.)

GIORGIO GERMONT George Gagnidze (29 sept. > 17 oct.) Luca Salsi (21 > 26 oct.) Ludovic Tézier (déc.)

GASTONE Julien Dran (sept. / oct.) François Rougier (déc.)

IL BARONE DOUPHOL Igor Gnidii

IL MARCHESE D’OBIGNY Christophe Gay

DOTTOR GRENVIL Luc Bertin-Hugault

GIUSEPPE Emanuel Mendes

DOMESTICO Andrea Nelli

COMMISSIONARIO Fabio Bellenghi

 

TOUTES LES PHOTOS / @ Sebastien Mathe Opera National de Paris La-Traviata-18.19

Représentations à 19h30 ( sauf mention contraire )

samedi 29 septembre 2018

mardi 02 octobre 2018

vendredi 05 octobre 2018

lundi 08 octobre 2018

jeudi 11 octobre 2018

dimanche 14 octobre 2018 (14h30)

mercredi 17 octobre 2018

dimanche 21 octobre 2018 (14h30)

mardi 23 octobre 2018

vendredi 26 octobre 2018

mardi 11 décembre 2018

vendredi 14 décembre 2018

lundi 17 décembre 2018

jeudi 20 décembre 2018

dimanche 23 décembre 2018 (14h30)

mercredi 26 décembre 2018

samedi 29 décembre 2018

TARIFS

210€  190€  175€  155€  135€  100€  70€ 50€  35€  15€  5€

Excepté vendredi 05 et vendredi 26 octobre, vendredi 14 et samedi 29 décembre : 231€  209€  193€  171€  149€  110€  77€  55€  39€  15€  5€

RÉSERVATIONS
En ligne : www.operadeparis.fr
Via l’application Opéra national de Paris disponible sur iOS et Android pour smartphones et tablettes.
Par téléphone : 08 92 89 90 90* ou +33 1 71 25 24 23 depuis l’étranger, du lundi au samedi de 9 h à 19 h (sauf jours fériés).
Aux guichets : > du lundi au samedi (sauf jours fériés) de 10 h à 18 h 30 au Palais Garnier (à l’angle des rues Scribe et Auber) et de 11 h 30 à 18 h 30 à l’Opéra Bastille (130, rue de Lyon). > une heure avant le début du spectacle les dimanches et jours fériés.

DURÉE

3h10 (2 entractes)

Quelques extraits: tous droits réservés @ Opéra de Paris:

 

 

 

 

Rating:

Tristan & Isolde ouvre la saison Opéra  à Bastille en beauté.

TRISTAN ET ISOLDE –
Photo : Vincent PONTET

Cet Opéra de Richard Wagner est un de ses plus célèbres et la version qui nous est proposée est une création de 2005, dans une mise en scène de Peter Sellars et Bill Viola. On le sait les œuvres de Wagner durent généralement plus longtemps que les opéras italiens. Mais cela ne doit pas vous arrêter. Ici ce qui compte c’est la direction d’orchestre plus que remarquable  de Philippe Jordan, toute en subtilité qui laisse la place belle aux voix wagnériennes. Et tout particulièrement celles de Tristan : Andreas Schager, d’Isolde : Martina Serafin, mais impossible de ne pas citer le roi Marke : René Pape  ou Brangäne : Ekaterina Gubanova ou encore Kurwenal : Matthias Goerne. Dans Tristan & Isolde nous sommes loin des envolées  des Walkyries, Tannhauser et autres chefs d’oeuvre du célèbre compositeur.

Tristan & Isolde a été représenté pour la première fois  le 10 juin 1865 au Hoftheater de Munich sous la direction de Hans von Bülow. Tristan et Isolde a été représenté pour la première fois au Palais Garnier le 11 décembre 1904. Parmi les interprètes célèbres de l’ œuvre, on peut citer : Germaine Lubin, Kirsten Flagstad, Astrid Varnay, Birgit Nilsson (Isolde) et Lauritz Melchior, Max Lorenz, Wolfgang Windgassen, Jess Thomas (Tristan), sous la direction de chefs tels que André Messager, Wilhelm Furtwängler, Herbert von Karajan, Hans Knappertsbusch, Georges Sebastian.

TRISTAN ET ISOLDE – –
Photo : Vincent PONTET

TRISTAN ET ISOLDE –
Photo : Vincent PONTET

TRISTAN ET ISOLDE –
Photo : Vincent PONTET

TRISTAN ET ISOLDE –
Photo : Vincent PONTET

TRISTAN ET ISOLDE –
Photo : Vincent PONTET

La mise en scène de Peter Sellars  donne libre cours à un écran géant  avec des projections tout au long de la pièce, que certains peuvent trouver gênantes, puisque notre regard est tourné vers ces écrans et non vers les protagonistes. Mais en dépit de cette réserve, l’oeuvre est puissante. Résumé en quelques mots:  Tristan ramène sur son navire la princesse Isolde, promise à son oncle le roi Marke,  mais celle-ci est irritée par l’attitude  dédaigneuse de Tristan à son égard ; en fait tous deux sont amoureux l’un de l’autre – mais leur relation est sans issue. En échangeant un philtre de mort par un philtre d’amour, Brangäne, suivante d’Isolde, ravive la flamme des amants lorsque ceux-ci boivent la coupe, et c’est dans une ivresse foudroyante qu’ils abordent en Cornouailles. Malgré le mariage d’Isolde, la passion des héros s’épanouit dans le plus grand secret à la cour du Roi Marke ; mais lorsque Marke surprend le couple, il s’estime trahi, bouleversé par le geste de Tristan.

TRISTAN ET ISOLDE –
Photo : Vincent PONTET

TRISTAN ET ISOLDE –
A l Opera Bastille –
Photo : Vincent PONTET

TRISTAN ET ISOLDE –
Opéra Bastille –
Photo : Vincent PONTET

TRISTAN ET ISOLDE –
Photo : Vincent PONTET

TRISTAN ET ISOLDE –
Photo : Vincent PONTET

TOUTES LES VIDÉOS : @ OPÉRA DE PARIS, tous droits réservés, aucune exploitation sans l’autorisation de l’Opéra de Paris

Les dates des prochaines représentations:

dimanche 16 septembre 14h00

mercredi 19 septembre 18h00

samedi 22 septembre 18h00

jeudi 27 septembre 18h00

dimanche 30 septembre 14h00

mercredi 3 octobre 18h00

samedi 6 octobre 18h00

mardi 9 octobre 2018 18h00

 

Tarifs :

195€ 165€ 155€ 145€ 125€ 100€ 70€ 50€ 35€ 15€ 5€

Excepté  mercredi 19 septembre :   176€ 149€ 140€ 131€ 113€ 90€ 63€ 45€ 32€ 15€ 5€
Excepté dimanche 30 septembre et samedi 6 octobre :   215€ 182€ 171€ 160€ 138€ 110€ 77€ 55€ 39€ 15€ 5€
DURÉE
5h20 (avec 2 entractes)
LANGUE
En langue allemande Surtitrage en français et en anglais

 

Dans un article récent sur ONSORTOUPAS, nous vous avons présenté la nouvelle saison de VIVA l’Opéra, qui se déroulera dans les salles UGC, tant à Paris, en banlieue que dans certaines salles en Province

L’occasion de faire le point sur ces présentations d’Opéras plus ou moins célèbres et de rencontrer Alain Duault qui doit être le plus grand connaisseur d’Opéra en France si ce n’est en Europe :

Entretien avec Alain Duault par Guy Courthéoux pour onsortoupas.fr

 

Pour découvrir toute la programmation de cette saison :

Vous êtes amateur d’Opéra ou fan de ballets? Malheureusement les billets ne sont pas toujours bon marché, et les places difficiles à trouver. C’est pourquoi depuis quelques années les 2 grands exploitants de salles offrent au public la possibilité de voir certains spectacles dans les salles de cinéma.

La saison 201/2019 est particulièrement riche dans les salles UGC avec une programmation de haut vol. Alain Duault grand spécialiste français de l’Opéra et le directeur actuel de l’Opéra de Paris, Mr Stéphane Lissner, ont peaufiné une programmation des plus intelligentes, dans un nombre conséquent de salles en France, et presque toutes les représentations sont doublées

En voici le programme quasi complet

JEUDIS 13 ET 20 SEPTEMBRE 2018, enregistré aux Arênes de Vérone : Nabucca de Verdi, DIRECTION MUSICALE :Daniel Oren   MISE EN SCÈNE ET COSTUMES :Arnaud Bernard

DISTRIBUTION
Nabucco : George Gagnidze
Ismaël : Rubens Pelizzari
Zaccaria : Rafał Siwek
Abigaille : Susanna Branchini
Fenena : Nino Surguladze
Grand prêtre de Belo : Nicolò Ceriani
Abdallo : Paolo Antognetti
Anna : Elena Borin
DURÉE DU SPECTACLE
(durée indicative)
2 H 37, dont 1 entracte de 20 min

REPRÉSENTATION À 19 H 30

 

 

JEUDI 4 OCTOBRE 2018 en direc de l’Opéra Bastille /LES HUGUENOTS de Giacomo Meyerbeer    DIRECTION MUSICALE : Michele Mariotti   MISE EN SCÈNE Andreas Kriegenburg

DISTRIBUTION
Marguerite de Valois : Diana Damrau
Raoul de Nangis : Bryan Hymel
Valentine : Ermonela Jaho
Urbain : Karine Deshayes
Marcel : Nicolas Testé
Le comte de Saint-Bris : Paul Gay
Une dame d’honneur, une jeune fille catholique, une bohémienne : Julie Robard-Gendre
Cossé, un étudiant catholique : François Rougier
Le Duc de Nevers : Florian Sempey

DURÉE DU SPECTACLE (durée indicative)
4 H 50, dont 2 entractes  et 5 actes

REPRESENTATION à 18H00

 

JEUDIS 11 ET 18 OCTOBRE 2018 : PALAIS DES FESTIVALS DE BADEN BADEN

LA FLÛTE ENCHANTÉE de Wolfgang Amadeus Mozart DIRECTION MUSICALE Sir Simon Rattle  MISE EN SCÈNE Robert Carsen

DISTRIBUTION
Tamino : Pavol Breslik
Pamina : Kate Royal
Sarastro : Dimitry Ivashchenko
La Reine de la Nuit : Ana Durlovski
Papageno : Michael Nagy
Papagena : Regula Mühlemann
Première dame : Annick Massis
Deuxième dame : Magdalena Kožená
Troisième dame : Nathalie Stutzmann
Narrateur : José van Dam
Monostatos : James Elliott
Prêtres : Andreas Schager, Jonathan Lemalu

DURÉE DU SPECTACLE (durée indicative)
3 H 00, dont 1 entracte de 20 min  2 actes

REPRESENTATIONS à 19H30

Wolfgang Amadeus Mozart: Die Zauberfloete / Neuinszenierung am Festspielhaus Baden-Baden /

 

JEUDI 8 NOVEMBRE 2018 en direct du Palais Garnier

HOMMAGE À JEROME ROBBINS
Afternoon of a Faun,  A Suite of Dances,  Fancy Free,  Glass Pieces

REPRESENTATION à 20h00

 

JEUDIS 15 ET 22 NOVEMBRE 2018 :

LA TRAVIATA, Giuseppe Verdi, TEATRO REAL – MADRID, DIRECTION MUSICALE Renato Palumbo,  MISE EN SCÈNE : David McVicar

DISTRIBUTION
Violetta Valéry : Ermonela Jaho
Alfredo Germont : Francesco Demuro
Giorgio Germont : Juan Jesús Rodríguez
Flora Bervoix : Marifé Nogales
Annina : Marta Ubieta
Gastone : Albert Casais
Doctor Grenvil : Fernando Radó
Giuseppe : Alejandro González
Marqués d’Obigny : Damián del Castillo
Barón Duphol : César San Martin

DURÉE DU SPECTACLE (durée indicative)
2 H 35, dont 1 entracte de 20 min

REPRESENTATIONS à 19h30

Visuel La Traviata(c)Javier del Real Teatro Real

 

JEUDIS 6 ET 20 DÉCEMBRE 2018

LES CONTES D’HOFFMANN de Jacques Offenbach, DIRECTION MUSICALE Evelino Pidò  MISE EN SCÈNE John Schlesinger

DISTRIBUTION
Hoffmann : Vittorio Grigolo
Lindorf /Coppélius /Dappertutto/
Miracle : Thomas Hampson
Olympia : Sofia Fomina
Giulietta : Christine Rice
Antonia : Sonya Yoncheva
Nicklausse : Kate Lindsey
Spalanzani : Christophe Mortagne
Crespel : Eric Halfvarson

DURÉE DU SPECTACLE (durée indicative)
3 H 10, dont 1 entracte de 20 min
1 prologue, 3 actes, 1 épilogue

REPRESENTATIONS à 19h30

 

 

JEUDI 13 DÉCEMBRE 2018 en direct de l’Opéra Bastille

SIMON BOCCANEGRA de Giuseppe Verdi, DIRECTION MUSICALE Fabio Luisi, MISE EN SCÈNE de Calixto Bieito

DISTRIBUTION
Simon Boccanegra : Ludovic Tézier
Jacopo Fiesco : Mika Kares
Maria Boccanegra (Amelia Grimaldi) : Maria Agresta
Gabriele Adorno : Francesco Demuro
Paolo Albani : Nicola Alaimo
Pietro : Mikhail Timoshenko
Un capitano dei balestrieri : Cyrille Lovighi
Un’ancella di Amelia : Virginia Leva-Poncet

DURÉE
DU SPECTACLE (durée indicative)
2 H 50, dont 1 entracte 1 prologue et 3 actes

REPRESENTATION à 19h30

 

JEUDIS 17 ET 24 JANVIER 2019

CARMEN de Georges Bizet   DIRECTION MUSICALE Sir Mark Elder    MISE EN SCÈNE  Calixto Bieito

DISTRIBUTION
Carmen : Elīna Garanča
Don José : Roberto Alagna
Micaëla : Maria Agresta
Escamillo : Ildar Abdrazakov
Frasquita : Vannina Santoni
Mercédès : Antoinette Dennefeld
Le Dancaïre : Boris Grappe
Le Remendado : François Rougier
Zuniga : François Lis
Moralès : Jean-Luc Ballestra
Lillas Pastias : Alain Azéro

DURÉE DU SPECTACLE (durée indicative)
3 H00, dont 1 entracte 4 actes

REPRESENTATIONS à 19h30

 

JEUDIS 7 ET 14 FÉVRIER 2019

EUGENE ONEGUINE de Piotr Ilitch Tchaïkovski , DIRECTION MUSICALE   Omer Meir Wellber,   MISE EN SCÈNE  Mariusz Trelińsk

DISTRIBUTION
Larina : Helene Schneiderman
Tatiana : Kristine Opolais
Olga : Lena Belkina
Filipéna : Margarita Nekrasova
Eugène Onéguine : Artur Ruciński
Lenski : Dmitri Korchak
Prince Gremin : Günther Groissböck

 

DURÉE DU SPECTACLE (durée indicative)
2 H 45, dont 1 entracte de 20 min

REPRESENTATIONS à 19h30

Eugene Onegin_DSF7192 (c) Tato Baeza_Palau de les Arts Reina Sofia

 

 

JEUDI 21 FÉVRIER 2019

En direct de l’Opéra Bastille: LE LAC DES CYGNES /  Rudolf Noureev

MUSIQUE Piotr Ilitch Tchaïkovski    DIRECTION MUSICALE   Valery Ovsyanikov    CHORÉGRAPHIE  Rudolf Noureev  d’après Marius Petipa, Lev Ivanov

DURÉE DU SPECTACLE (durée indicative)
2 H 35, dont 1 entracte

REPRÉSENTATION À 19 H 30

 

 

JEUDIS 7 ET 14 MARS 2019

ROYAL OPERA HOUSE – LONDRES    :   OTELLO Giuseppe Verdi,  DIRECTION MUSICALE Antonio Pappano,  MISE EN SCÈNE Keith Warner

DISTRIBUTION
Montano : Simon Shibambu
Cassio : Frédéric Antoun
Iago : Marco Vratogna
Roderigo : Thomas Atkins
Otello : Jonas Kaufmann
Desdemona : Maria Agresta
Emilia : Kai Rüütel
Un hérault : Thomas Barnard
Lodovico : In Sung Sim

 

DURÉE DU SPECTACLE (durée indicative)
3 H 10, dont 1 entracte de 20 min 4 actes

REPRÉSENTATION À 19 H 30

JONAS KAUFMANN AS OTELLO, MARCO VRATOGNA AS IAGO, MARIA AGRESTA AS DESDEMONA (C) ROH. PHOTO BY CATHERINE ASHMORE

 

 

JEUDIS 21 ET 28 MARS 2019

DEUTSCHE OPER BERLIN , JENUFA de Leoš Janáček, DIRECTION MUSICALE Donald Runnicles,  MISE EN SCÈNE Christof Loy

DISTRIBUTION
Grand-mère Starenka Buryjovka :
Hanna Schwarz
Laca Klemeň : Will Hartmann
Števa Buryja : Ladislav Elgr
Kostelnička Buryjovka : Jennifer Larmore
Jenůfa : Michaela Kaune
Contremaître : Simon Pauly
Le maire : Stephen Bronk
L’épouse du maire : Nadine Secunde
Karolka : Martina Welschenbach

 

DURÉE DU SPECTACLE (durée indicative)
2 H 40, dont 1 entracte de 20 min 3 actes

REPRÉSENTATION À 19 H 30

Jenufa_148_(c) MonikaRittershaus

 

JEUDIS 4 ET 11 AVRIL 2019 ROYAL OPERA HOUSE – LONDRES

MADAMA BUTTERFLY de Giacomo Puccini   ,  DIRECTION MUSICALE Antonio Pappano   MISE EN SCÈNE   Moshe Leiser et Patrice Caurier

DISTRIBUTION
B.F. Pinkerton : Marcelo Puente
Goro : Carlo Bosi
Suzuki : Elizabeth Deshong
Sharpless : Scott Hendricks
Cio-Cio-San (Madama Butterfly) : Ermonela Jaho

 

DURÉE DU SPECTACLE durée indicative)
3 H 10, dont 1 entracte de 20 min 3 actes

REPRÉSENTATION À 19 H 30

Madama Butterfly_ROH Covent Garden,    Conductor; Antonio Pappano,

 

MARDI 16 AVRIL 2019  en direct de l’Opéra Bastille

LADY MACBETH DE MZENSK de Dmitri Chostakovitch, DIRECTION MUSICALE Ingo Metzmacher,  MISE EN SCÈNE Krzysztof Warlikowski

DISTRIBUTION
Boris Timofeevich Ismailov : Dmitry Ulyanov
Zinovy Borisovich Ismailov : John Daszak
Katerina Lvovna Ismailova : Aušrinė Stundytė
Serguei : Pavel Černoch
Aksinya : Sofija Petrović
Le balourd miteux : Wolfgang Ablinger-Sperrhacke
Sonietka : Oksana Volkova
Un maître d’école : Andrei Popov
Un pope, un gardien : Krzysztof Bączyk
La bagnarde : Veta Pilipenko
Le chef de la police, le vieux bagnard : Alexander Tsymbalyuk
Un officier : Sava Vemic
Le régisseur : Florent Mbia
Le portier : Julien Joguet
Les contremaîtres : Hyun-jong Roh, Paolo Bondi, Antonel Boldan
Le meunier : Jian-hong Zhao
Le cocher : John Bernard
Le policier : Pierpaolo Palloni
Un invité ivre : Fernando Velasquez

DURÉE DU SPECTACLE (durée indicative)
3 H 30, dont 1 entracte 4 actes et 9 tableaux

REPRÉSENTATION À 19 H 30

 

 

JEUDIS 25 AVRIL ET 9 MAI 2019    Opéra Bastille

CENDRILLON Rudolf Noureev, MUSIQUE Sergueï Prokofiev ADAPTATION, CHORÉGRAPHIE, MISE EN SCÈNE Rudolf Noureev

DURÉE DU SPECTACLE (durée indicative)
2 H 50, dont 2 entractes de 20 min 3 actes

REPRÉSENTATION À 19 H 30

 

JEUDIS 16 ET 23 MAI 2019  ROYAL OPERA HOUSE – LONDRES

NORMA Vincenzo Bellini, DIRECTION MUSICALE Antonio Pappano MISE EN SCÈNE Àlex Ollé

DISTRIBUTION
Oroveso : Brindley Sherratt
Pollione : Joseph Calleja
Flavio : David Junghoon Kim
Norma : Sonya Yoncheva
Adalgisa : Sonia Ganassi
Clotilde : Vlada Borovko
Les enfants de Norma : Niamh Worrell, Matteo Di Lorenzo

DURÉE DU SPECTACLE (durée indicative)
3 H 25, dont 1 entracte de 20 min 2 actes

REPRÉSENTATION À 19 H 30

NORMA_ROH,

 

JEUDIS 6 ET 13 JUIN 2019  ZURICH OPERA HOUSE

I CAPULETI E I MONTECCHI  Vincenzo Bellini, DIRECTION MUSICALE Fabio Luisi  MISE EN SCÈNE Christof Loy

DISTRIBUTION
Capellio : Alexei Botnarciuc
Juliette : Olga Kulchynska
Romeo : Joyce DiDonato
Tebaldo : Benjamin Bernheim
Lorenzo : Roberto Lorenzi
Le compagnon : Gieorgij Puchalski

DURÉE DU SPECTACLE (durée indicative)
2 H 45, dont 1 entracte de 20 min 2 actes

REPRÉSENTATION À 19 H 30

Capuleti_Zurich_(c) Accenus Music, Monika Rittershaus

 

 

VENDREDI 21 JUIN 2019   en direct du Palais Garnier

 

DON GIOVANNI Wolfgang Amadeus Mozart, DIRECTION MUSICALE  Philippe Jordan   MISE EN SCÈNE   Ivo Van Hove

DISTRIBUTION
Don Giovanni :
Étienne Dupuis
Il Commendatore :
Ain Anger
Donna Anna :
Jacquelyn Wagner
Don Ottavio :
Stanislas de Barbeyrac
Donna Elvira : Nicole Car
Leporello : Philippe Sly
Masetto :
Mikhail Timoshenko
Zerlina : Elsa Dreisig

DURÉE DU SPECTACLE (durée indicative)
3 H 40, dont 1 entracte 2 actes

REPRÉSENTATION À 19 H 30

 

Liste des salles où vous pourrez vivre : VIVA L’OPERA :à Paris:

UGC NORMANDIE

UGC MONTPARNASSE

UGC GOBELINS*

UGC CINÉ CITÉ PARIS 19

UGC DANTON

UGC CINÉ CITÉ BERCY

Banlieue Paris :

UGC CINÉ CITÉ LA DÉFENSE

UGC ROXANE (VERSAILLES)

UGC MAJESTIC MEAUX

UGC CINÉ CITÉ CRÉTEIL

UGC CINÉ CITÉ ROSNY

UGC CINÉ CITÉ CERGY LE HAUT

UGC VÉLIZY

UGC ENGHIEN

UGC CINÉ CITÉ NOISY

UGC CINÉ CITÉ O’PARINOR

 

Province :

UGC CINÉ CITÉ SQY OUEST

UGC TOULOUSE

UGC CINÉ CITÉ ATLANTIS

UGC CINÉ CITÉ BORDEAUX

UGC CINÉ CITÉ LUDRE

S UGC CINÉ CITÉ INTERNATIONALE (LYON)

UGC CINÉ CITÉ STRASBOURG

UGC CINÉ CITÉ LILLE

UGC CINÉ CITÉ MONDEVILLE

UGC CINÉ CITÉ CONFLUENCE (LYON)

UGC NANCY SAINT-JEAN

UGC CINÉ CITÉ VILLENEUVE D’ASCQ

UGC TALENCE

 

Rating:

C’est certainement l’oeuvre la plus connue de Giaccomo Puccini, mais dans une version allégée.

Version allégée? Cela mérite une explication. L’oeuvre a été adaptée par Marc-Olivier Dupin pour faire une durée de moins de 90 minutes,  avec moins de protagonistes, pas de chœurs, un orchestre réduit, tout en gardant la trame. Pourtant la mise en scène signée Pauline Bureau est éblouissante, avec des décors modernes, des jeux de lumière et on ne risque pas d’oublier l’essentiel : les voix. Je les ai entendus en répétitions, donc ils ne se donnaient pas à fond, et pourtant j’ai été sous le choc : Mimi ( Sandrine Buendia) et Musette (Marie Eve Munger) sont absolument parfaites, entourées par les garçons : Rodolphe (Kevin Amiel), Marcel (Jean Christophe Lanièce) , Colline (Nicolas Legous), Schanart (Renan Debois), Alcindor (Benjamin Alunni) sans oublier le garçon de café (Anthony Roullier). Les vois sont puissantes, la mise en scène alerte, et la durée pourra satisfaire les néophytes puisque le spectacle dure environ 1h20. L’adaptateur, a traduit les textes en français, et n’en a gardé que l’essentiel. Les puristes vont peut-être crier au scandale, mais les autres vont apprécier sans aucun doute.

Écoutons les commentaires de l’adaptateur : Marc-Olivier Dupin:

 

Ainsi que de celle qui a co adapté, traduit et mis en scène cette BOHEME NOTRE JEUNESSE: Pauline Bureau

 

Représentations à l’Opéra Comique, à Paris :

les 9, 11 , 13, 17 Juillet à 20 h 00 ainsi que le 15 Juillet à 15 h 00

Tarifs : de 6 à 60 €

réservations : sur place :

Par téléphone 0 825 01 01 23(0,15€/minute – frais de dossier 3€)

Au guichet 1 place Boieldieu 75002 Paris

Horaires
Du lundi au vendredi de 11h à 19h
En période de représentation : les samedis de 13 h à 19h et les dimanches de 13h à 15h

internet : www.opera-comique.com

Rating:

C’est parti pour la tournée 2018 d’Opéra en plein air, avec cette année Carmen, mise en scène par Radu Milaileanu

Comme chaque année Opéra en plein air propose un opéra célèbre, et cette année, il s’agit de l’Opéra le plus joué au monde: Carmen de Georges Bizet. Mise en scène de Radu Mihaileanu. Une nouveauté, cette année, un parrain va présenter chaque spectacle, et le premier de ces parrains est un comédien célèbre et adulé du public : Antoine Duléry. . La direction musicale est assurée par Vincent Renaud,  l’Orchestre et le premier violon, Anne Gravoin pour le Music Booking Orchestra. . La scénographie est l’oeuvre de Bastien Forestier, et les lumières sont celles du magicien de la lumière, Monsieur Jacques Rouveyrollis.  On le sait dans Carmen  les chœurs sont importants, et particulièrement celui des enfants, et ce sont les chœurs de l’Opéra National de Paris, sous la direction de Gael Darchen avec la Maîtrise des Hauts de Seine.

La mise en scène : Radu Mihaileanu:

 

le parrain de cette année : Antoine Duléry :

 

En ce premier soir de représentation, voilà les voix que l’on a pu applaudir : Gala El Hadidi (Carmen ) qui peut être remplacée dans d’autres lieux par Marion Lebègue. Don José est Eric Fennel, Micaela: Olga Tenyakova, Escamilo : Pierre Doyen, Frasquita : Gaëlle Méchaly, Mercédes: Pauline Sikirdji, Zuniga : Andriy Gnatiuk, Moralès : Tiago Matos, Le Dancaïre : Franck Lopez, Remendado : Sahy Ratia

extrait :

 

Prochaines représentations : Champ de Bataille (27) les 22 et 23 Juin à 20h30, Prix des places : de 25 à 75 €

Château de Vincennes les 29 et 30 juin à 20h30, Prix des places de 25 à 85€

Cité de Carcassonne (11) le 3 juillet à 21h30, Pris des places 56 et 66 €

Domaine National de Saint Germain en Laye (78), les 6 et 7 Juillet à 20h30, Prix des places de 25 à 85 €

Château de Haroué (54) les 31 Août et 1er Septembre  à 20h30, Prix des places de 25 à 85 €

et enfin à l’Hotel National des Invalides (Paris) les 5, 6, 7 & 8 Septembre à 20h30, Prix des places de 25 à 95 €

Pour les réservations : www.operaenpleinair.com

0892 68 36 22 ( N° surtaxé à 0.34€ la minute!)

et dans les points de vente billetterie, Fnac, Carrefour etc

pour Château du champ de bataille :possibilité d’achat à l’office du tourisme du Pays du Neubourg ( 02 32 35 40 57) ou Office de Tourisme du Grand Evereux ( 02 32 24 04 43)

Pour le Château de Vincennes : office de tourisme de Vincennes (01 48 08 13 00)

Pour Carcassonne : festivaldecarcassonne.fr  (04 68 11 59 15)

Pour le Domaine de Saint Germain en Lhaye : office de tourisme (01 30 87 20 63

Pour Château de Haroué : Nancy Tourisme (03 83 35 22 41), Office de tourisme d’Epinal (03 29 82 543 32) et Label Ln ( 03 83 45 81 60)

Bon à savoir: pour les personnes à mobilité réduite un accès facilité est prévu en signalant la venue à l’avance à la production, avec possibilité d’un parking VIP, une place garantie en orchestre (quel que soit le prix payé).

Premier Violon : Anne Gravoin

 

Rating:

Si le nom d’Henri Rabaud a peu de chances de vous rappeler quelque chose, les 1001 nuits vous rappelleront que les contes sont toujours d’actualité, et c’est le cas avec cette oeuvre composée et créée en Mai 1914, sur un livret de Lucien Népoty et une partition signée Henri Rabaud

Marouf est un pauvre savetier flanqué d’une épouse CALAMITEUSE, acariâtre, qui le déteste à un point difficile à envisager. Par suite d’une querelle, elle fera en sorte qu’il subisse la bastonnade , et ce dernier va s’enfuir sur une felouque et se retrouver inanimé sur les rivages de Kheitan, où il va retrouver Ali,  son ami d’enfance, marchand très riche. Ce dernier va le présenter autour de lui comme le marchand le plus riche au monde, ce qui va attirer le sultan qui va lui offrir sa jolie fille en mariage. Mais la vérité est que Marouf est pauvre, très pauvre et que sa promesse d’une caravane remplie d’or, de bijoux et autres richesses, a toutes les chances de ne jamais être tenue, surtout lorsque le vizir soupçonne la supercherie. Mais nous sommes dans un conte des 1001 nuits….où tout peut arriver.

Cette oeuvre reprise à l’Opéra Comique en 2013 dans une mise en scène admirable de Jérôme Deschamps, revient pour quelques jours dans la salle Favart, et c’est une merveille de drôlerie, avec des décors tout simples, mais des costumes bariolés, des toques incroyables et surtout d’excellentes voix : Jean Sébastien Bou (Marouk), Vannina Santoni (la princesse Saacheddine), Jean Teitgen (Le Sultan), Franck Leguérinel (Le Vizir) ou Lionel Peintre (Ali). Autour d’eux : Aurélia Legay, Valerio Contaldo, , Luc Bertin-Hugault, Yu Shao, Jeremy Duffau, Didney Fierro, Simon Solas et David Ortega, sans oublier toute la troupe de danseurs. C’est au chef Marc Minkowski que revient l’honneur de diriger l’Orchestre national de Bordeaux Aquitaine et les choeurs de l’Opéra National de Bordeaux

C’est un plaisir des yeux et des oreilles, même si nous ne sommes pas habitués aux mélodies d’Henri Rabaud, ne serait ce que pour les costumes superbes créés par Nanessa Sannino. Ce spectacle conviendra aux parents mais aussi aux jeunes ados . Mais ce spectacle mérite vraiment d’être découvert. 5 actes, avec un  seul entracte après le 3ème acte. La durée totale de la représentation est de 3h10 ( entracte compris)

Représentations : 23, 25, 27 avril à 20h00

et le 29 Avril à 15h00

Places de 6 à 135 €

Réservations : www.opera-comique.com ou 0 825 01 01 23 (0,15 € la minute)

 

Rating:

Un plaisir  ininterrompu que cette série de représentations du Barbier de Séville de Gioacchino Rossini à l’Opéra Bastille.

Quelle excellente surprise que ce ‘Barbier’ à Bastille. La mise en scène moderne signée Damiano Michieletto est intelligente, et surtout très drôle, et tout à fait actuelle. On voit par exemple une voiture, une moto, des portables sur scènes. Le décor tournant offre 4 faces servant tour à tour. L’action se déroule sur les différents étages, le dernier étage vous promettant quelques surprises, si vous y jetez un oeil. Les yeux, en fait, il les faudrait partout. .Dans chaque scène il y a des tas de détails qui pourraient passer inaperçus, lorsqu’on est pris par le chant et les voix (irréprochables, qui seront ovationnées par la totalité de la salle). La direction d’orchestre de Riccardo Frizza sait s’effacer quand il le faut et monter en puissance à d’autres moments, le lyrique à son sommet. Tout est fait ici pour que le spectateur soit ravi, conquis. Les décors et costumes sont hauts en couleur, les éclairages participant aussi à l’histoire. Que dire de plus? Seuls les superlatifs peuvent s’appliquer à cette  production du Barbier, production originale du Grand Théâtre de Genève. Profitez de cette occasion, rare, de sourire en allant à l’Opéra avec ce Barbier de Séville qui restera certainement dans les annales. Si vous n’aimez que les opéras représentés comme lors de leur création, ce n’est peut-être pas fait pour vous.

Si je parle de la mise en scène et de la direction de l’Orchestre, c’est bien sur pour laisser la part belle aux protagonistes, qui tous méritent des superlatifs. Lorsque j’ai vu le Barbier il y a quelques temps dans la même mise en scène , j’avais déjà pris une grande claque avec les interprètes. La distribution actuelle n’a rien à envier côté voix: René Barbera ou Levy Sekgapane (Il Conte d’Almaviva), Simone Del Savio (Bartolo), Olga Kulchynska (Rosita), Massimo Cavaletti ou Florian Semprey (Figaro), Nicolas Teste (Basilio), Pietro Di Blanco (Fiorello), Julie Boulianne (Berta) et Olivier Ayault (Un ufficiale).

Régal pour les yeux, régal pour les oreilles, régal tout court, vu que le sourire est quasiment omniprésent tout au long de ce spectacle haut en couleur.

Si ce n’est pas encore fait courez vers l’Opéra Bastille, et essayez de trouver des places, vous ne le regretterez pas, qui plus est, Rossini est facile à aborder, et si ce Barbier est ou sera votre premier Opéra, attention, vous risquez d’être totalement accroc….comme je le suis devenu!

Toutes les photos : @ Guergana_Damianova

Représentations : 27 et 30 Janvier à 19h30, 1er, 7, 9, 13 et 16 Février à 19h30 et diamnche 4 à 14h30

Prix des places : de 5 à 180 € selon les dates et les placements

bande annonce :

 

 

Rating:

La Clémence de Titus est peut-être l’opéra le moins connu de Mozart, mais c’est un spectacle à découvrir.

Titus vient d’être couronné empereur, mais une femme très ambitieuse,  Vitellia est amoureuse de lui, alors que Titus  préfère Bérénice. Le grand ami de Titus, Sextus , est, quant à lui totalement épris de Vitellia qui le manipule,  et il va consentir malgré lui, à tuer Titus, son ami. Renversement de situation :  Titus renonce par devoir à Bérénice, et choisit d’épouser Servilla, la sœur de Sextus. Apprenant les sentiments profonds de Servilla et d’Annius, Titus s’engage alors, à épouser Vitellia, qui ignore ce choix et pousse Sextus à l’irréparable. Le Capitole est en feu mais Titus échappera à la mort. ..

Commande des Etats de Bohême pour le couronnement de l’empereur Léopold II, La Clémence de Titus a été composé en un temps record ( trois semaines), sur un livret de Métastase (le plus célèbre librettiste du XVIIIe siècle). Il appartient au genre seria, c’est-à-dire à un genre qui obligeait à de rigoureuses contraintes formelles (succession d’airs reliés par des récitatifs); La Clémence de Titus a été longtemps le moins aimé et le moins joué de ses opéras .

La Clémence de Titus a été représenté pour la première fois à l’Opéra de Paris (OpéraComique) le 29 juin 1987,  L’œuvre fait son entrée au Palais Garnier en 1997 dans une mise en scène de Willy Decker, des décors et des costumes de John Macfarlane, avec Cynthia Lawrence, Anne Sofie von Otter, Christine Schäfer, Keith Lewis, Angelika Kirchschlager et David Pittsinger, sous la direction d’Armin Jordan. En 2005, une production du Théâtre Royal de La Monnaie de Bruxelles est présentée au Palais Garnier, dans une mise en scène d’Ursel et Karl-Ernst Herrmann, avec Catherine Naglestad, Susan Graham, Ekaterina Siurina, Christophe Prégardien, Hannah Esther Minutillo et Roland Bracht . C’est la production de Willy Decker, dans laquelle on a également pu entendre Deon van der Walt, Charles Workman et Klaus Florian Vogt dans le rôle-titre, Christine Goerke et Hibla Gerzmava en Vitellia, Vesselina Kasarova et Stéphanie d’Oustrac en Sesto, qui est à nouveau à l’affiche actuellement.

La direction d’orchestre de Dan Ettinger est toute en nuances. Il est directeur musical du Nationaltheater de Mannheim depuis la saison 2009-2010, ainsi que chef principal de l’Orchestre Symphonique d’Israël, du New Tokyo Philharmonic Orchestra et de l’Orchestre Philharmonique de Stuttgart. La mise en scène très dénuée en dehors du buste de Titus que l’on découvre petit à petit laisse la part belle aux interprètes, dont on se doit de parler avec des superlatifs. J’ai vu la version interprétée par Ramon Vargas (Ténor) dans le rôle titre, aux côtés duquel Amanda Majeski (Soprano)est Vittelia, Sextus a les traits de Stéphanie d’Oustrac (Mezzo-soprano), Annio : Antoinette Denefeld (Mezzo Soprano). Ces rôles sont attribués pour les dates suivantes : 18, 20, 28 nov., 17, 21, 25 déc. Les deux autres rôles ne changent pas dans les deux distributions : Valentina Nafomita (soprano) est Servilia, et Publio, Marco Mimica.  Pour les représentations de la seconde série ( les  23, 25, 30 nov., 3, 5, 8, 11, 14 déc) , Michael Spyres sera Titus, Aleksandra Kurzak: Vitellia, Sextus : Marianne Crabassa et Angela Brower : Annio.

C’est un vrai régal que d’entendre ces superbes voix , sur la scène de Garnier, où les décors de John Macfarlane laissent la place belle à la musique et au chant.

Une fois de plus c’est une fête pour les yeux et surtout les oreilles dans ce magnifique Opéra qu’est Garnier.

Toutes les représentations ci-dessus sont à 19h30 sauf les deux dimanches : 3 décembre et 17 décembre à 14h30. L’opéra est chanté en italien, avec doubles surtitrages : français et anglais.

TARIFS
190€ 160€ 130€ 70€ 45€ 25€ 10€

Excepté sam. 18 nov., sam 25 Nov, dim. 3 déc. et ven. 8 déc. :

209€ 176€ 143€ 77€ 50€ 25€ 10€

Excepté lun. 20 nov. et lun 11 déc.

171€ 144€ 117€ 63€ 41€ 25€ 10€

Réservations par téléphone (surtaxé) au 08 92 89 90 90 ou mieux : directement aux guichets de l’Opéra Garnier ou Bastille du lundi au samedi de 11h30 à 18h30 (sauf jours fériés) et une heure avant le début des représentations., les dimanche et jours fériés.

Toutes les photos : @ Sebastien Mathe Opéra de Paris