Archives

All posts for the month juin, 2019

Rating:

C’est un incontournable pour tous ceux qui aiment les animaux et qui ont la chance de se rendre au Nord de la Thailande, à Chiang Mai, les éléphants!

Pour ne pas les confondre avec des endroits bannis, à savoir ceux où vous allez grimper sur des éléphants maltraités pour le plaisir du touriste, le nord de la Thailande, et tout particulièrement la région de Chiang Mai regorge de ‘sanctuaires’. Explications : c’est là que les animaux maltraités sont recueillis, soignés, aimés. Vous ne monterez pas sur leur dos, mais vous aurez l’occasion de passer quelques heures  avec eux, à les nourir, à préparer leurs soins ( les éléphants sont des animaux délicats, et ont besoin de nourriture, beaucoup de nourriture, des bananes au maïs, en passant par la canne à sucre. Ils aiment se vautrer dans la boue, et ensuite se baigner , et toutes ces activités vous allez pouvoir les faire avec eux et leurs MAHOUTS ( ce sont des personnes qui dédient leur vie, chacun à un éléphant, qui vous montreront ce qu’il faut faire). Il faut savoir qu’un éléphant ne possède pas une bonne vue, mais une bonne ouie. Donc, nous autres, aides soigneurs, devont prendre le costume local, chaque Mahout étant habillé de la même couleur dans le parc.

Il y a nombre de possibilités, et il est difficile de conseiller un endroit plus qu’un autre. le meilleur conseil, en dehors des périodes de forte influence ( à savoir novembre à avril), c’est d’aller dans une des nombreuses boutiques , agence de voyage, et y faire votre choix, en fonction de ce que vous recherchez. Personnellement, je n’avais qu’une seule envie : passer le plus de temps possible avec ces pachidermes, mais en tout petit comité. Et l’agence que j’avais choisi avait parfaitement compris mes desiderata , vous trouverez en fin de cet article leurs coordonnées. Ils réagissent très vite, mais pour les francophones, je ne saurai vous donner de conseils, tous les agents parlent anglais bien entendu, mais je ne sais pas s’il en existe un qui pratique la langue de Molière.

Vaste choix entre tous ces ‘camps’, mais certains ne font pas de grands groupes et n’accueillent que 6 opersonnes maximum, alors que d’autres ont des groupes jusqu’à 20 personnes. J’ai eu bien de la chance la première fois, nous étions 5, pour 2 éléphantes et un bébé éléphant, copmme vous pourrez le voir sur les photos. ELEPHANT EMPIRE est définitivement un excellent choix. Trajet assez long  1heure et demie dans la montagne, par chance en voiture ou minibus climatisé. Sitôt arrivé, on se change pour une tenue verte et on va vers les éléphants qui attendent avec une certaine impatience ces touristes qui vont s’occuper d’eux pendant quelques heures. Vous pouvez choisir de rester passer la nuit sur place, et tout est prévu. Avantage de ELEPHANT EMPIRE, votre chauffeur prendra des photos du groupe, et si vous lui tendez votre appareil photo ou smartphaone, il en fera d’autres rien pour vous. Second avantage: on va voir les éléphants et rien d’autre, pas de trekking, de randonnées sous le cagnard, ou autres activités que d’autres compagnies vous proposeront en full day ( journée complète) Mais bon départ vers 9 heures et retour vers 17h00, voyage inclus, vous serez bien fatigués en rentrant avec des étoiles éléphantesques dans les yeux.

Toutes les photos @ Guy Courthéoux / onsortoupas.fr

 

Ayant adoré cette journée, qui coute un minimum de 60 euros ( là aussi les prix varient en fonction de la saison et du remplissage), je n’ai pas pu résister à la tentation de faire une seconde excursion, cette fois dans les plaines , côté ouest de Chiang Maï. Le prix pour la demi journées est comparable à celui de EMPIRE. il s’agit de Chang Thai Heritage. J’avais pris l’option demi journée, n’ayant pas envie de rafting ou de trekking sous le soleil. Départ prévu vers 7.00 le matin. On m’avait oublié et on me fait entrer dans un groupe qui va passer la journée avec trekking et rafting. On passe me prendre aux environs de 8.15. Super quand vous attendez devant la porte de l’immeuble! Avantage : le temps en voiture/mini bus est nettement plus court (moins d’une heure. Arrivés sur place on change de tenue, et  on va dire bonjours aux pachidermes avant de leur préparer des morceaux de canne à sucre puis on va abattre  des morceaux de bois dont l’utilité vous sera confirmée à l’heure du bain. On n’oublie pas de nous montrer la recette du médicament indispensable à la digestion des animaux. Ici aussi 3 éléphants, mais l’élépanteau avait une petite blessure à une patte est devait rester enchainé, en attendant les soins du vétérinaire.

Voici l’adresse de l’agence de voyage :

Chiang Mai Siam Travel que vous pouvez joindre: whats app : +66 89 4320638    Wechat : kung476 et téléphone : +66 89 4320638 et + 66 82 7687391. Ils possèdent plusieurs adresses dans la ville

Les sites internet des sancturaires ( en anglais)

CM ELEPHANT EMPIRE :  https://www.cmelephantempire.com/

CHANG THAI HERITAGE : https://www.changthaiheritage.com/

 

petit cadeau quelques mini vidéos :

 

L’Opérette certainement la plus célèbre du répertoire, jouée partout dans le monde, LA VIE PARISIENNE de Jacques Offenbach revient  pour quelques représentations aux Grandes ecuries du Roi à Versailles, avant d’aller ravir les spectateurs en Avignon.

Pour sa nouvelle création, Nicolas Rigas offre un spectacle lyrique  avec plus de 10 artistes sur scène: des Musiciens, Comédiens, Acrobates et Chanteurs . L’un des chefs d’oeuvres les plus connus et les plus populaires du répertoire, un savant mariage entre Opéra et Théâtre pour fêter les 200 ans de la naissance d’Offenbach et les 100 ans du Théâtre du Petit Monde. Un spectacle divertissant et drôle ! Sans conteste l’une des œuvres les plus emblématiques de son auteur, univers musical merveilleux et succès populaire, Jacques Offenbach offre un mbel écrin artistique, où il dépeint la joie de vivre, le spectacle, la frénésie, l’amour, une certaine folie, bref … La Vie Parisienne.

Un riche baron étranger débarque à Paris avec sa femme pour goûter au plaisir de la capitale. Un riche parisien rêve d’amour avec une Femme du Monde. Le Parisien va duper le Baron pour lui voler sa femme. Voilà comment débute, dans le hall d’une gare, La Vie Parisienne. De dîners en salon, de danses effrénées en soirées inoubliables, le Baron va découvrir la folle Vie Parisienne !  Cette opérette a certes des relents du passé, mais les airs célèbres ne manquent pas, comme LE BRESILIEN qui fut un tube dans les années 50 par Dario Moreno, parmi nombre d’airs connus.

Les artistes :

Nicolas Rigas – Metteur en scène et Gardefeu, Philippe Ermelier – Le Baron, Antonine Bacquet – La Baronne, Martin Loizillon – Bobinet, Florence Alayrac – Métella, Amélie Tatti – Gabrielle, Olivier Hernandez – Le Brésilien, Salvatore Ingoglia – Joseph, Romain Cannone – Alfonse, Nicolas Aubagnac – Urbain

Toutes les photos : @ Philippe Branet

Une rencontre avec le metteur en scène, qui est aussi acteur et chanteur dans le cadre superbe des Grandes Ecuries du Roi à Versailles, où Nicolas Rigas va noux donner quelques explications sur son choix de LA VIE PARISIENNE :

 

la bande annonce :

Représentations à venir :

Versailles : 29/30/juin

Avignon : Salle Rouge Théâtre Notre Dame du 5 au 28 juillet à 14h10

Rating:

Depuis 18 ans, Opéra en plein air propose les plus grandes oeuvres lyriques, en extérieurs dans des lieux de rêve, que sont certains châteaux de France, comme celui de Vincennes, ou celui de St Germain En Laye, ou encore Les Invalides à Paris. Cette année, c’est le superbe TOSCA de Giacomo Puccini que vous allez pouvoir applaudir.

C’est une des plus belles versions de cet opéra célèbre qui nous est présentée. Il faut bien avouer que tout est mis en oeuvre pour que le succès soit au rendez_vous. la mise en scène d’Agnés Jaoui  permet au public d’apprécier les voix, sans oublier la direction d’orchestre d’une rare perfection, sous la direction de Yannis Pouspourikas. L’orchestre, dirigé par Anne Gravoin  est plus important qu’à l’accoutumée. Bref un grand moment de lyrique.

Doit-on raconter l’histoire de Tosca, qui se déroule à Rome en 1800, où le peintre Cavaradossi, amant de la célèbre cantatrice Tosca,  va recueillir un ancien Consul qui s’est échappé de prison. Le chef de police Scarpia, personnage sadique, manipulateur, fantasme sur Tosca. Si celle-ci accepte le chantage de Scarpia, le peintre sera relaché…

Impossible de passer sous silence les interprètes : Karine Babajanyan ( en alternance avec Deniz Yetim et Ewa Vesin), Paolo Scariano, en alternance avec Christophe Berry ( Cavaradossi), Jean-Luc Ballestra ( Scarpia) Javid Samadov ( Angelotti), Yuri Kissin (le sacristain), Romain Pascal (Spoletta), Piotr Kumon  (Sciarrone). Une fois encore chapeau bas à Jacques Rouveyrollis pour ses magnifiques éclairages.

Ne ratez surtout pas cette occasion de vivre cet opéra au grand air!

Anne Gravoin nous parle de son expérience d’Opéra en Plein Air :

Coup de coeur absolu pour le baryton Jean Luc Ballestra, qui joue l’épouvantable Scarpia, mais on aimerait presque qu’il reste encore plus longtemps sur scène tant sa prestation est hors norme:

Vous voulez comprendre pourquoi un tel coup de coeur pour cette version de Tosca? Ecoutez et regardez ces extraits tournés au chateau de Vincennes :

Sciarpia:

Toutes les vidéos : @ Guy Courthéoux / onsortoupasfr

 

Les dates de cette tournée estivale:

Chateau de Vincennes 27/28/29 Juin

Cité de Carcassonne : 2 Juillet

Domaine de Saint germain en Laye: 5 & 6 juillet

Hotel National des Invalides : 4/5/6/7 et 8 Septembre

 

 

Rating:

Ils ont été 2 à des époques bien différentes à redéfinir le ballet et la danse, Nijinsky et Rudolph Noureev. Voici l’histoire du passage à l’Ouest de ce dernier.

Si l’affiche parle de 1961, c’est parce que c’est à cette date qu’il a demandé l’asile politique en France, mais tout le film parle de ses premières années, plus en forme de flash back, donc d’une manière non linéaire. Sa naissance dans un train, sa vie où il apprend la danse, sa famille avant d’entrer au Kirov, son professuer de danse, la femme de ce dernier, tout cela vous l’apprendrez dans ce film réalisé par Ralph Fiennes, qui joue aussi dans le film, c’est lui son prof. Pour le rôle titre un inconnu, Oleg Ivenko, danseur, comme il se doit, dont la ressemblance physique avec Noureev est quand même spectaculaire. En 1961 la troupe du ballet de Kirov doit se produire à Paris, bien encadrée par le KGB. Mais Noureev découvre les nuits parisiennes, la vie culturelle  et il se lie d’amitié avec Clara Saint ( Adèle Exarchopoulos) et un de ses amis, Pierre Lacotte ( Raphaël Personnaz) ,Clara  a des liens avec André Malraux le ministre de la culture d’alors.

On nous montre le jeune noureev, dont le rêve est d’être le plus grand de tous les danseurs, féru d’art, qui passe son temps libre au musée de l’Hermitage à St Petersbourg, ou au Louvre quand il sera à Paris. Juste pour mémoire; lorsqu’il arrive un matin pour visiter le Louvre, il parle à une femme de ménage, qui est une comédienne que j’adore, Emmanuelle Bougerol. la scène dure moins d’une minute. Il y a bien des anecdotes, qui cernent ce personnage. On lui prête même une (ou plus?) conquête féminine, et son homosexualité reconnue, est montrée  avec force tact.

Ce film n’est pas une carte postale, mais un ou des instants de la vie de ce célèbre danseur, et l’histoire ne montre pas sa vie après ce changement de cap que fut 1961, date à laquelle il a demandé l’asile politique en France. Il y a certes des scènes de danse, mais elles sont intégrées à l’histoire et ne sont que de courts extraits. Cela reste un beau film, et on regrette que cela s’arrête là. On aimerait voir sa vie ensuite lorsqu’il devint le monstre sacré qu’il est et reste encore pour nombre d’entre nous, au même titre que La Callas pour sa voix!

la bande annonce :

 

 

Voilà la seconde édition de Paris de la danse, qui se tiendra au Théâtre de Paris.

Pour mieux comprendre de quoi il s’agit, voici ce qu’en dit Lisa Martino:

« Je connais bien Richard Caillat et Stéphane Hillel (NDLR : les deux directeurs du Théâtre de Paris) ; j’ai eu la chance en tant que comédienne de jouer plusieurs fois au Théâtre de Paris. Richard savait que j’avais été petit rat de l’Opéra de Paris et même si j’avais choisi une autre voie, mon amour pour cet art est resté intact. Ils m’ont tous les deux proposé de relever le défi et c’est avec joie et honneur que depuis 2 ans je travaille à offrir une programmation inédite, accessible et de qualité. J’espère que nos Paris de la Danse deviendront un rendez-vous incoutournable, chaque mois de juin pour tous les amoureux de la danse.»

Il y aura tout d’abord, pour ouvrir ce programme, une master class:  MasterClass exceptionnelle animée par l’ancien danseur étoile et maître de Ballet de l’Opéra national de Paris : Laurent Hilaire, autour du Lac des Cygnes.
En 2017, il est nommé directeur du ballet du Théâtre Stanislavski ou bien du « Théâtre académique musical de Moscou », en russe le MAMT. Lors de cette carte blanche il sera accompagné des deux danseurs étoiles du ballet du Théâtre Stanislavski de Moscou :

Oxana KARDASH et Ivan MIKHALEV

Pour en savoir plus un entretien avec Laurent Hilaire :

Représentation
Le lundi 03 juin 2019 à 20h30
Tarifs (frais inclus) Catégorie 1 : 43€ Catégorie 2 : 33€ Catégorie 3 : 23€

 

La suite du programme est tout aussi alléchante : propos d’Alessio Carbone :

Lisa Martino, responsable de la danse au Théâtre de Paris, a envisagé la première date parisienne de mon groupe : Les Italiens de l’Opéra. Depuis sa création en 2016, nous avons tourné un peu partout dans le monde, mais jusque là, nous ne nous étions jamais produits à Paris-même. Le Théâtre de Paris a tout de suite été enthousiaste à l’idée de nous faire finalement rencontrer le public parisien.
Au fur et à mesure de nos rendez-vous, nous nous sommes rendus compte que pour offrir quelque chose d’original aux spectateurs, dans la même ville que notre maison-mère, il fallait élargir le répertoire.
Daniel Ulbricht et moi nous croisons dans des soirées de galas dans le monde entier depuis 15 ans. «Principal Dancer» lui aussi, il représente le New York City Ballet et moi l’Opéra de Paris.

Rencontre avec Alessio Carbone:

Distribution
Les Italiens de l’Opéra À l’Opéra de Paris, seul un petit pourcentage des 154 danseurs est d’origine étrangère : actuellement, ils ne sont que 16 dont 11 Italiens ! A l’initiative du Premier Danseur Alessio Carbone, le groupe Les Italiens de l’Opera de Paris a été créé pour fêter le succès de ces onze danseurs qui ont réussi à intégrer l’une des compagnies les plus prestigieuses du monde.

Valentine Colasante Etoile de L’ Opéra de Paris
Bianca Scudamore ,Letizia Galloni, Ambre Chiarcosso, Sofia Rosolini ,Paul Marque, Francesco Mura, Simone Valastro, Andrea Sarri, Antonio Conforti, Giorgio Foures

Stars of american Ballet Stars of American Ballet a été crée par Daniel Ulbricht, danseur étoile au New York City Ballet. Une de leur principale mission est d’accroître l’accès à la danse et à l’art aux Etats Unis. Ils donnent des conférences et des masterclass sur la danse, espérant élargir les pratiques et les connaissances de cet art sur le territoire.
DANSEURS
Indiana Woodward,Teresa Reichlen ,Megan Fairchil,d Sterling Hyltin ,Ask la Cour ,Tyler Angle, Gonzalo Garcia, Joseph Gatti ,Daniel Ulbrich

programmes des galas
Programme A

Jeudi 13 juin à 20h30

amedi 15 juin à 20h30

Dimanche 16 juin à 20h30

“Scarlatti pas de deux” Chorégraphie : José Martinez Musique : Domenico Scarlatti (Opéra)
“Andantino” Chorégraphie : Jerome Robbins Music : P. I. Tchaikovsky (NYC)
« Sylphide » Chorégraphie : August Bournonville Musique : Jean Schneitzhoeffer (Opéra)
« Donizetti pas de deux » Chorégraphie : Manuel Legris Musique : Gaetano Donizetti (Opéra)
“Tarantella” Chorégraphie : George Balanchine Musique : Louis Moreau Gottschalk (NYC)
“Mort du cygne” Chorégraphie : Michel Fokine Musique : Camille Saint Saens (Opéra)
“Liturgy” Chorégraphie : Christopher Weeldon Musique : Arvo Pärt (NYC)
“Corsaire” Chorégraphie : Jules Perrot Musique : Adolf Adam (Opéra)
“Divertissement from Midsummer Night’s Dream” Chorégraphie : George Balanchine Musique : Felix Mendelssohn (NYC)
“In the middle somewhat elevated” Chorégraphie : William Forsythe Musique : Thom Willems (Opéra)
“Les lutins” Chorégraphie : Johan Kobborg Musique : G. Veniavsky & A.Bazzini (NYC)
“Finale”

Programme B

Vendredi 14 juin à 20h30

Samedi 15 juin à 15h00

Dimanche 16 juin à 15h00

“Sonatine” Chorégraphie : George Balanchine Musique : Maurice Ravel (NYC)
‘’Caravaggio’’ Chorégraphie : Mauro Bigonzetti Musique : Monteverdi (Opéra)
“Diamands Pas de deux ” Chorégraphie : George Balanchine Musique : P. I. Tchaikovsky (NYC)
“Tchaikovsky pas de deux” Chorégraphie : Balanchine Musique : p.I. Tchaikovsky (NYC)
“Don Quichotte Pas de deux ” Chorégraphie : Rudolf Nureyev Musique : Léon Minkus (Opéra)
“Palindrome presque parfait’’ Chorégraphie : Simone Valastro Musique : John Adams (Opéra)
“Agon pas de deux” Chorégraphie : George Balanchine Musique : Igor Stravinsky (NYC)
“Delibes Suites” Chorégraphie : José Martinez Musique : Léo Delibes (Opéra)
“Apollo Pas de Deux” Chorégraphie : George Balanchine Musique : Igor Stravinsky (NYC)
“Aunis” Chorégraphie : Jacques Garnier Musique : Maurice Pacher (Opéra)
‘’Finale’’

Pour cette deuxième édition, Pétia Iourtchenko assurera une master class unique et participative. Le Théâtre de Paris vous propose une soirée exceptionnelle autour de la culture tzigane.


Pétia Iourtchenko est né à Donetzk en 1957, dans la tribu des «Vlach». A l’âge de 16 ans, il passe le concours du prestigieux «Théâtre Romen» de Moscou. Dès son intégration, il participe aux spectacles et devient alors le plus jeune comédien, danseur, chanteur dans l’histoire du théâtre.
Il se forme parallèlement à l’institut «Gnesenikh», où il étudie l’art dramatique, la danse, le chant et l’histoire de l’art. Pétia se produit dans toute la Russie, ainsi qu’à l’étranger. En 1994, Pétia fonde à Paris la compagnie Romano Atmo (l’âme tzigane), avec l’aide de sa femme Anne-Marie Iourtchenko. Cette compagnie a été créée dans l’objectif de préserver la culture, la tradition et la danse tzigane. Pétia est le créateur de la première méthode de danse tzigane. Il présente sa méthode et son répertoire chorégraphique, grâce à des Master-Class et des spectacles internationaux (Brésil, Portugal, République Tchèque…)
DANSE TZIGANE
Représentation
Lundi 17 juin 2019 à 20h30
Tarifs (frais inclus) Catégorie 1 : 43€ Catégorie 2 : 33€ Catégorie 3 : 23€

Et enfin : KIBBUTZ CONTEMPORARY


Dans sa dernière création, Asylum, Rami Be’er se confronte à l’une des questions actuelles brulantes de l’actualité à travers le monde : celle du statut de réfugié, de l’immigration, du sort des demandeurs d’asile.

Le chorégraphe aborde le thème d’un point de vue existentiel, soulevant des questions qui examinent les concepts profonds de l’immigration tels que : la patrie, l’identité, l’appartenance, la notion d’étranger, le désir et le foyer.
Selon Rami Be’er, il s’agit de concepts propres à chacun.
La signification du statut de réfugié est une expérience unique qui fait partie de notre recherche de patrie et d’identité. Rami Be’er nous offre à nouveau une oeuvre d’une force exceptionnelle et nous invite à la réflexion sur ce thème brulant.

Représentations
Le 21 juin à 20h30

Le 22 juin à 15h00 et 20h30

Le 23 juin à 16h00

Tarifs (frais inclus)

Carré Or : 58€ Catégorie 1 : 43€ Catégorie 2 : 33€ Catégorie 3 : 23€ Catégorie 4 : 18€

Rating:

Les mentalistes sembvlent être à la mode depuis quelques années. Difficile de faire le tri. En voici un qui propose un spectacle totalement différent des autres : POURANG

Différent de qulle manière. Il y a un scénario, et certes les spectateurs montent sur scène. Mais il y a quelques comédiens qui aident à l histoire et cela fait toute la différence. Un coup de chapeau donc à la mise en scène de Jan Olszewski.

Quand j’écris comédiens, ce ne sont pas des comédiens cachés dans le punlic. Non, ils sont sur scène, et vont dans la salle, mais pas incognito.

SONY DSC

Labyrinthe (les couloirs de l’infini) est un spectacle de mentalisme sur le thème envoûtant de cette mystérieuse forme architecturale. C’est l’histoire originale d’un voyage de l’Antiquité jusqu’à nos jours en passant par le Londres de l’époque victorienne, hanté par Jack l’Eventreur.

SONY DSC

Vous pensez que je me serai fait berner, vu que je suis monté sur scène? que nenni! j’y suis monté quand on me l’a proposé quand je suis venu voir le spectacle. Ensuite, queklques jours plus tard j’y suis remonté, cette fois pour interviewer Pourang, toujours sur cette même scène de la Comédie de Paris:

Pourang LABYRINTHE, à la Comédie de Paris:

mardi et mercredi 19h30
Durée : 1h15 environ

Réservation : 01 42 81 00 11

ou : https://www.comediedeparis.com/pourang-labyrinthe/spectacle/238