Théâtre

Rating:
VOTRE VOTE

Pour la première fois sur une scène de théâtre, un acteur hors du commun, qui nous prouve qu’un grand comédien se sent à l’aise autant au cinéma qu’au théâtre. Richard Anconina est absolument parfait dans COUPABLE!

Nous sommes dans un commissariat, mais pas n’importe lequel. Le centre de Police Secours, le 17 si vous préférez.  Pendant une nuit de garde, Pascal reçoit l’étrange appel d’une femme en danger retenue par un homme qui pourrait être son mari. La communication est subitement coupée. Prêt à tout pour sauver cette voix dans la nuit, Pascal bascule dans une course effrénée contre la montre. C’est presque un sel en scène, pourtant Richard Anconina a une collègue (Gaelle Voukissa) qui le visite régulièrement, vu qu’il termine son service dans les minutes qui suivent. Si ce sont les 2 seuls sur scène, plusieurs personnes se manifestent au téléphone, puisque Pascal est en liaison avec d’autres services, puisqu’il tente tout pour retrouver la femme saine et sauve.

Je ne vous en conterai pas plus, cela gâcherait l’intrigue, à moins que vous n’ayez vu le film danois DEN SKYLDIGE de Gustav Möller et Emil Nygaard Albertsen, sorti il y a quelques années. Ici le suspense est total jusqu’à la dernière minute, et je dois bien avouer que je me suis retrouvé scotché à mon fauteuil, et que pour rien au monde  je ne me serais levé. Jérémie Lippmann a réussi ce tour de force dans la mise en scène, et la salle est totalement conquise. Tout dans cette pièce mérite des superlatifs, avec une unité de temps et de lieu, mais ne vous inquiétez pas: la pièce n’est pas en vers, mais avec des dialogues actuels adaptés par Camilla Barnes et Bertrand Degrémont . Une des meilleures surprises de cette rentrée théâtrale.

Photos @ Céline Nieszawer

On savait que Monsieur Anconina était un grand acteur, qui a joué souvent devant les caméras de Claude Lelouch ( entre autres : Itinéraire d’un enfant gâté, aux côtés de Belmondo, ou Police De Maurice Pialat,  mais aussi pour Claude Berri (Tchao Pantin, avec Coluche) , Le Battant, de et avec Alain Delon, et la série La Vérité Si Je Mens, parmi bien d’autres. Maintenant on peut l’applaudir sur la scène. Et ce sont des applaudissements vraiment mérités, et chaleureux.

Représentations du mardi au samedi à 20h, Matinées les samedis et dimanches à 16h en septembre

et à partir du 1er octobre du mardi au samedi 20.00 plus samedi et dimanche 16.00

Prix à partir de 29 euros, jusqu’à 69€

 

Réservations sur le site : https://www.theatremarigny.fr/spectacle/coupable/   

ou au  : 01 76 49 47 12.

 

La bande annonce Teaser du spectacle:

 

Rating:
VOTRE VOTE

Et si Edith Piaf, malade avait eu une doublure dès les première années? C’est sur ce postulat de départ qu’est née cette comédie musicale : Edith Piaf, Je Me Fous Du Passé.

Cela mérite une explication, et pour cela onsortoupas s’est rendu au Studio Hébertot où se joue cette pièce.

De plus, pour mieux vous troubler, il n’y a pas qu’une ‘Piaf’ sur scène, mais 2 : la plus jeune, interprétée par Léa Tavares, et la plus âgée, qui a les traits de Béatrice Bonnaudeau qui est à l’origine du projet..

Vous voulez savoir comment l’idée est née, allons donc à la rencontre des deux interprètes, où nous serons rejoints par le metteur en scène : Loïc Fieffé, et où mieux que sur la scène du Studio Hébertot, pour vous mettre dans l’ambiance :

Un spectacle que les fans ou amateurs de cette immense  chanteuse devraient aimer, où vous retrouverez certains titres qui ont marqué sa carrière :  Fais Moi Valser : Mon légionnaire: Mon cœur est au coin d’une rue / C’était un jour de fête/ Mon amant de St Jean/ J’men fous pas mal / La vie en Rose / L’Hymne à l’Amour / Padam : La Foule / Mon manège à moi / Milord / Non je ne regrette rien. Mais ce track listing peut (et va certainement) évoluer.

Il n’y a pas que ces 2 « Piaf » sur scène , vous y retrouverez aussi Lionel Losada, Gérald Cesbron, Franck Jasédé, Nicolas Soulié.

A ce jour le spectacle est programmé jusqu’au 7 Novembre, les jeudis, vendredis et samedis à 21.00 avec matinée les dimanches à 14.30.

Durée du spectacle : environ 1h40

Prix des places : Plein tarif : 28€, tarifs réduits 10€ 15€ 18€

Locations au 01 42 39 13 04 ou sur : wwwstudiohebertot.com

TOUTES LES PHOTOS @ Ph. Escalier

l’Adresse :

78 bis boulevard des Batignolles, au fond de la cour à côté du Théâtre Hébertot

Rating:
VOTRE VOTE

On s’était rencontrés il y a environ 2 ans pour sa première pièce, Les Crapauds Fous, lors de sa reprise au Théâtre du Splendid, et la voici maintenant au Théâtre des Béliers Parisiens pour présenter sa 2ème pièce : LA COURSE DES GEANTS, qui se joue tout l’été. On reconnaît déjà son style qui avait attiré les foules avec son premier opus. Et le public ne s’y trompe pas qui fait une ovation aux comédiens tous les soirs.

Nous sommes au début des années 60 à Chicago. Jack Mancini (Jordi Le Bolloc’h), un jeune mec aux capacités intellectuelles hors-normes rêve de conquête spatiale, tout en habitant avec sa mère qui a quelques problèmes de drogue, qui plus est dépressive. Il va croiser un professeur en psychologie (Éric Chantelauze) qui travaille pour la NASA , dans la petite pizzeria où il travaille, et dès lors,  la possibilité d’un nouveau destin s’offre à lui. La pièce suivra l’évolution de ce petit génie attachant dont les rencontres au fil des années façonneront un destin totalement hors du commun. Il y a de multiples personanges qui auront les traits de cette petite troupe. Le seul à n’avoir qu’un seul rôle de bout en bout est Jordi Le Bolloc’h. Tous les autres ; Eric Chantelauze, Nicolas Lumbreras, Anne-Sophie Picard, Valentine Revel-Mouroz et Alexandre Texier, changent de costumes plus d’une fois pendant ces 90 minutes de spectacle.

Rencontre avec l’auteur qui assure en plus la mise en scène : Mélody Mourey:

Un talent que l’on va découvrir, et qu’on ne risque pas d’oublier : Jordi Le Bolloc’h, pour un entretien plein d’humour :

Quelques photos pour vous mettre dans l’ambiance :

Toutes les photos : Alejandro Guerrero

LA COURSE DES GEANTS, au Théâtre des Béliers Parisiens    Pass Sanitaire  obligatoire pour l’entrée en salle

du mardi au samedi à 21.00 et le dimanche à 15.00

durée : environ 1h 40

placement libre

tarif web  25€ ou 37€ plus 1€ de frais de réservation

via le site : https://www.theatredesbeliersparisiens.com/

 

 

Rating:
VOTRE VOTE

Le pièce de Ray Cooney qui avait été adaptée par Michel Blanc et Gérard Jugnot il y a quelques années retrouve une nouvelle vie au Théâtre de la Renaissance dans une mise en scène signée Arthur Jugnot!

Etant fan absolu du père (Gérard) et du fils (Arthur), impossible de résister à l’envie de voir ce petit monument du rire qu’est ESPECES MENACEES, qui  se joue tout l’été au Théâtre de la Renaissance. Pour en parler, qui mieux que deux des interprêtes, Gaëlle Gauthier et Arnaud Gidoin, devant la caméra d’ONSORTOUPAS!

Le jour de son anniversaire, Yvon (Laurent Ournac) échange par mégarde sa mallette de comptable contre celle d’un inconnu dans le RER et y découvre des millions. Il décide aussitôt de s’envoler pour Buenos Aires, en Argentine, afin d’y commencer une nouvelle vie au soleil. Mais c’est sans compter sur le refus obstiné de sa femme (Gaelle Gauthier), les intrusions successives d’un couple d’amis inopportuns (Arnaud Gidoin & Zoé Bruneau), d’un policier douteux (Yannik Mazzili), d’un commissaire tatillon (Thierry Heckendorn), d’un chauffeur de taxi irascible (Sébastien Pierre), et l’arrivée d’un tueur (Serge Da Silva) bien décidé à récupérer son dû…

Ca bouge dans tous les sens, les portes cachent les uns ou les autres et les rebondissements  créent des salves de rires dans toute la salle! C’est le genre de comédie dont on ne se lasse pas, et qui font la réputation de Ray Conney (C’est Encore Mieux l’Après Midi, Tout le Plaisir est Pour Nous, Un Oreiller ou Trois? Chat ou Souris, parmi les pièces adaptées en français). Si vraiment vous avez envie de rire, et ici attention c’est très contagieux, même avec un masque, mais sans risque pour la santé, si ce n’est du bien, voilà une bonne adresse.

Espèces Menacées, jusqu’au 11 septembre au Théâtre de la Renaissance, 20 Boulevard St Martin Paris

du mercredi au samedi à 20h30, matinées samedi à 17h00

Prix des places de 19 à 45 €

VOTRE VOTE

Voilà une pièce qui a réjoui des milliers de spectateurs, que ce soit à Paris, en province ou même en vidéo, puisqu’elle peut se targuer de plus de 2000 représentations, avec chaque soir des salles pliées de rire: Bonjour Ivresse, écrit par Franck Le Hen.

Pour cette nouvelle série de représentations estivales, c’est au Théâtre Trévise que Bonjour Ivresse a planté ses décors avec une distribution où Franck Le Hen se trouve aux côtés de Clair Jaz, Cyril Garnier et Eleonore Sarrazin, et vu qu’on n’est jamais aussi bien servi que par soi-même, Franck cumule les emplois. Certes l’auteur connait sa pièce comme peu peuvent s’en vanter, mais il est aussi le metteur en scène, en s’inspirant toutefois de celle qu’il avait crée avec Christine Hadida. Fallait-il une raison supplémentaire pour le rencontrer, Que Nenni!

Il est vrai que j’ai suivi sa carrière et que chaque fois que je vois son nom sur une affiche, je suis sur de rire, et c’est peu de le dire. Tout a commencé avec Les homos Préfèrent Les  Blondes, avant cette pièce, qui sera suivie de La Famille est dans le Pré (Théatre Edgar), sans oublier Comme Un Boomerang pour lequel on s’était déjà rencontrés au Théâtre Apollo. L’avantage d’une pièce comme Bonjour Ivresse c’est que même si on connait les répliques et les situations, on rit à tous les coups, et en ces temps troubles, le rire est franchement important!

Photos @ Sandra Sanji

 

Représentations les vendredis et samedis à 21.30 au théâtre Trévise,  rue de Trévise

matinées à 17.30 à partir du 24 Juillet

Prix des places : 29.50€  ou 38€ (carré Or)

24.00€pour Demandeurs d’emploi,  Étudiants De – 26ans, Intermittents, Et Les + De 65ans.

 

 

et un petit teaser :

 

Rating:
VOTRE VOTE

Antoine de Saint-Exupéry, si tout le monde (ou presque) connait le Petit Prince de cet auteur, peu connaissent vraiment l’homme, sa vie, ses amours. Et c’est ce que vous propose Jean-Claude IDÉE, qui non seulement a écrit, mais qui met en scène, et a créé les décors et les lumières.

C’est une toute petite tranche  de sa vie que l’on va découvrir ici. Nous sommes en 1942, St Ex vit dans une villa proche de la mer , non loin de New York. Il y a sa femme, Consuelo, l’amant de cette dernière : le philosophe Denis de Rougemont. Et vu qu’il faut faire la part belle aux amours, on verra aussi la maîtresse en titre de St Ex, Sylvia Hamilton, une jeune et jolie journaliste. L’aviateur est en train d’écrire ce qui restera son oeuvre la plus célèbre, Le Petit Prince, mis les évènements font qu’il souhaite reprendre du service avec son avion, pour retourner en Afrique. Tous et toutes vont tenter de le convaincre de rester aux Etats Unis.

Une jolie pièce, interprétée par de très bons comédiens : Gael Giraudeau ( St Ex), Alexandra Ansidei ( Consuelo), Adrien Melin ( Rougemont) et Roxanne Bennett (Sylvia).

Une petite rencontre avec le mari et la femme (au théâtre s’entend) se devait d’être: la voici :

C’est toujours agréable de converser avec des comédiens de talent, comme vous pouvez le constater. Voila, en prime quelques photos en situtaion sur la scène du Petit Montparnasse:

photo tous droits réservés Fabienne Rappeneau. Toute utilisation, diffusion interdite sans autorisation de l’auteur.

photo tous droits réservés Fabienne Rappeneau. Toute utilisation, diffusion interdite sans autorisation de l’auteur.

photo tous droits réservés Fabienne Rappeneau. Toute utilisation, diffusion interdite sans autorisation de l’auteur.

photo tous droits réservés Fabienne Rappeneau. Toute utilisation, diffusion interdite sans autorisation de l’auteur.

photo tous droits réservés Fabienne Rappeneau. Toute utilisation, diffusion interdite sans autorisation de l’auteur.

photo tous droits réservés Fabienne Rappeneau. Toute utilisation, diffusion interdite sans autorisation de l’auteur.

photo tous droits réservés Fabienne Rappeneau.

photo tous droits réservés Fabienne Rappeneau.

Le spectacle se joue encore  du mercredi 16 juin 2021 à 21h00 au dimanche 4 juillet 2021 à 15h00, avec reprise du mercredi 8 septembre 2021 à 21h00 au dimanche 19 décembre 2021 à 15h30

Prix des places au guichet, réservations au théâtre : tel :01 43 22 77 74

1° catégorie :  36 €
2° catégorie:  18 
– de 26 ans: 10 €

Réservations par téléphone ou par internet: + 2€ de frais

Mardi, mercredi, jeudi, vendredi et samedi: 21h et matinée Dimanche: 15h

la bande annonce :

 

Rating:
VOTRE VOTE

Voilà une des meilleures surprises que l’on puisse voir au Théâtre actuellement : Joséphine B , ….comprendre Joséphine Baker.

 

Lorsque je suis allé voir ce spectacle, je ne savais pas trop à quoi m’attendre, pire, je n’avais fait qu’une supposition sur le fait que Joséphine B pouvait certainement avoir un rapport avec la célèbre chanteuse/meneuse de revue que fut JoséphineBaker. Les plus jeunes ont peu de chance de connaître Joséphine Baker, puisqu’elle s’est éteinte en avril 1975. Elle fut célèbre pour son physique , mais aussi pour une tenue particulière, où elle n’était vêtue que d’une ceinture de bananes. On sait aussi qu’elle avait adopté 12 enfants, ne pouvant elle même pas en concevoir. Née dans le Missouri, Freda Joséphine McDonald, a vécu dans la pauvreté toute sa jeunesse.Elle arrivera en France en 1925 . C’est alors qu’elle connut la célébrité avant d’obtenir la nationalité française en 1937. Ce que l’on sait moins c’est qu’elle travailla pour le contre espionnage pendant la guerre 39/45, avant de devenir une ambassadrice de la haute couture  et de la mode.. Voilà pour l’histoire. Vous en apprendrez plus en vous rendant au théâtre La Scène Parisienne où Clarisse Caplan interprête de manière magistrale cette icône de l’après guerre.

Mais Clarisse n’est pas seule en scène. Elle est accompagnée par Thomas Armand. Et à eux deux ils vont nous faire revivre avec beaucoup d’humour les débuts de la carrière de celle avec qui le CHARLESTON ou La RevueNègre au Casino de Paris sont devenus des références. C’est en 1931 qu’elle créa la chanson la plus célèbre de son répertoire : J’ai 2 amours.

Chant et surtout danse sont au rendez-vous. C’est un spectacle vraiment génial que nous offre La Scène Parisienne. On se régale de bout en bout et les applaudissements au final sont plus que nourris. Ils triomphent et c’est amplement mérité!

Il n’en fallait pas plus pour que j’ai envie de rencontrer les deux comédiens.

C’est chose faite :

THEATRE LA SCENE PARISIENNE , 34 rue Richer Paris 9, juste à côté des Folies Bergères

DU JEUDI AU SAMEDI A 19h00 

MATINEE LE DIMANCHE A 15h00

LOCATION : 01 40 41 00 00 ou www.tlsp.paris

 

une petite bande annonce?

Rating:
VOTRE VOTE

Cela faisait longtemps que je n’avais pas ressenti un tel bonheur d’être au théâtre. Je suis tombé sous le charme de cette pièce écrite par Jean-Philippe Daguerre: LE PETIT COIFFEUR.

 

On se retrouve aux lendemains de la libération, à Chartres, en Août 1944, chez les Giraud, qui sont coiffeurs de père en fils, et c’est Pierre (Félix Beaupérin) qui a repris le flambeau après la mort de son père dans un camp de travail un an auparavant, son frère ainé ayant un déficit mental ( Arnaud Dupont) et ne pouvant assumer la tâche. Sa mère (Brigitte Faure) est une héroïne de le résistance et s’occupe du salon femmes , la porte à côté. Elle est aussi un peu entremetteuse, vu qu’elle « rabat » ses clientes vers son fils, qui est plus intéressé par la peinture que par le travail sur les cheveux des mecs. Elle a un nouvel homme dans sa vie (Romain Lagarde). L’arrivée d’une institutrice (Charlotte Mazneff) va bouleverser l’ordre des choses. Je ne vous raconte là que les premières minutes de cette pièce qui vous réservera des surprises jusqu’au final. Le texte et la mise en scène sont d’une rare intelligence. Les comédiens tous parfaits. J’ai eu la chance de découvrir le texte lors de sa première représentation publique, et je suis rentré dans l’histoire dès les premières minutes. La salle a réagi en offrant des tonnerres d’applaudissements.

photo tous droits réservés Fabienne Rappeneau. Toute utilisation, diffusion interdite sans autorisation de l’auteur.

photo tous droits réservés Fabienne Rappeneau. Toute utilisation, diffusion interdite sans autorisation de l’auteur.

photo tous droits réservés Fabienne Rappeneau. Toute utilisation, diffusion interdite sans autorisation de l’auteur.

J’ai demandé à rencontrer l’auteur et metteur en scène : Jean-Philippe Daguerre:

Mais cela ne me suffisait pas : Le petit coiffeur, alias Félix Beaupérin, était dans les parages, et l’entretien se devait d’être filmé.

Il est à noter que cet entretien a été réalisé quelques heures avant l’allocution télévisée d’Emmanuel Macron, et qu’en conséquent les horaires annoncés lors de ces entretiens ont changé. Les nouveaux horaires m’ont été communiqués directement apr le théâtre. Il n’y aura pas de représentations les mardis et mercredi, les représentations des jeudis et vendredis seront à 18h30, et chaque samedi, 2 représentations 16h00 et 18h30 ainsi que le dimanche à 15h00.

Pour plus d’informations n’hésitez pas à appeler directement le théâtre au 01 43 35 32 31.

photo tous droits réservés Fabienne Rappeneau. Toute utilisation, diffusion interdite sans autorisation de l’auteur.

photo tous droits réservés Fabienne Rappeneau. Toute utilisation, diffusion interdite sans autorisation de l’auteur.

photo tous droits réservés Fabienne Rappeneau. Toute utilisation, diffusion interdite sans autorisation de l’auteur.

LA BANDE ANNONCE :

 

VOTRE VOTE

Le petit Théâtre de la Huchettea été un des premiers à ré-ouvrir ses portes post confinement, et qui est toujours le théâtre parisien qui accueille depuis 50ans les deux pièces d’Eugène Ionesco : LA CANTATRICE CHAUVE et LA LECON. Mais ce théâtre produit aussi de nouvelles créations. Voici  quelques unes de celles prévues en cette rentrée.

 

Parmi ces nouveautés, une a retenu toute notre attention, et qui mieux pour en parler que celui qui a adapté la nouvelle de Guy de Maupassant pour la scène  : Alain Payen:

Au tribunal du Flagrant déni tous les coups sont permis.
Du paysan normand qui, pris d’un excès de boisson, veut vendre sa femme au mètre cube, au sacristain qui réclame son dû pour avoir engrossé une bourgeoise, Maupassant fait comparaître à la barre une galerie de personnages tous plus cocasses les uns que les autres. Un Maupassant drôle, caustique, mais aussi profondément humain. 

photo : ®Philippe_Escalier

photo Fabienne Rappeneau.

photo Fabienne Rappeneau.

photo tous droits réservés Fabienne Rappeneau. Toute utilisation, diffusion interdite sans autorisation de l’auteur.

 Flagrant Déni : Du mardi au samedi à 21h15, à partir du 7 octobre

Places : Plein Tarif : 26.99€

web ( tarif promo : 20.99€ ) étudiant (web) : 18.88€

 

Et une suprise que nous serons très certainement nombreux à vouloir découvrir : LES CARTES BLANCHES marainées par Florence Pernel : 

Ces images et les suivantes ont été tournées lors d’une présentation du programme, avec beaucoup de bruits de fond, veuillez nous en excuser :

Voilà ce que nous dit Virginie Lemoine sur ces cartes blanches :

Dès que nous en saurons plus, nous reviendrons, c’est certain sur la programmation des ces Cartes Blanches les lundis au Théâtre de la Huchette!

 

Rating:
VOTRE VOTE

Si vous êtes passionné d’histoire et plus particulièrement de cette période trouble de l’Histoire de France où Jeanne d’Arc  fut une héroïne, ne manquez surtout pas cette série de représentations de Jeanne d’Arc qui vous contera sa vie, ses faits, et bien entendu son procés .

Séverine Cojannot est une comédienne que l’on a pu voir dans Marie Tudor qu’elle a joué plus de 300 fois à Paris, ele fut aussi Portia dans Le Marchand De Venise au Lucernaire et en tournée, et a montré ses talents de comédie dans La Baby Sitter de René de Obaldia ou encore dans Les Précieuses Ridicules. Cette fois elle fait une réelle performance dans Jeanne d’Arc où elle est seule en scène.

La pièce a été écrite, mise en scène et interprétée en Italie par Monica Guerritore, qui en assure la mise en scène pour sa création en France. Je ne vais pas vous conter  l’histoire,  Séverine le fera mieux que personne sur la scène du Théâtre de la Contrescarpe où elle reçoit une ovation méritée tous les soirs. La mise en scène reste sobre, pas de décor si ce n’est une buche plantée au milieu de la scène, quelques accessoires pour nous montrer qu’elle fut guerrière, donc épée et la moitié d’armure pour bien nous plonger dans le passé. Et vous verrez que vous allez apprendre beaucoup de choses, ou vous souvenir des cours d’histore, ou de certains cours religieux puisque ce personnage sera sanctifié, mais quelques 500 ans plus tard. Da la bergère en pleine campgne à Domrémy en Lorraine à la Sainte, vous apprendrez tout ce qu’il vous faut savoir sur elle et surtout sur ce procès.

photo tous droits réservés Fabienne Rappeneau. 

photo tous droits réservés Fabienne Rappeneau. 

photo tous droits réservés Fabienne Rappeneau. 

Il en faut du talent pour nous passionner pendant plus d’une heure avec une histoire que tout le monde ou presque connaît, mais si vous écoutez bien l’entretien qui suit vous verrez que votre serviteur a quand même appris quelque chose.

Entretien avec Séverine Cojannot :

Jeanne d’Arc, c’est au Théâtre de la Contrescarpe, 5 rue Blainville dans le 5ème,

du mercredi au samedi à 19.00 et dimanche à 18.30

Réservations : 01 42 01 81 88

photo tous droits réservés Fabienne Rappeneau.

photo tous droits réservés Fabienne Rappeneau.

photo tous droits réservés Fabienne Rappeneau. Toute utilisation, diffusion interdite sans autorisation de l’auteur.

 

la bande annonce :