Théâtre

Rating:

Monsieur Alexis Michalik est un  des auteurs actuels les plus en vogue, avec pluseiurs pièces à l’affiche, toutes avec un succès non démenti. Voici la reprise en continuation de INTRA MUROS au Théâtre La Pépinière, pour sa troisième saison.

Richard, un metteur en scène sur le retour, vient dispenser son premier cours de théâtre en centrale, donc en univers carcéral! . Il espère une forte affluence, qui entraînerait d’autres cours – et d’autres cachets – mais seuls deux détenus se présentent : Kevin, un jeune chien fou, et Ange, la cinquantaine mutique, qui n’est là que pour accompagner son ami. Richard, secondé par une de ses anciennes actrices – accessoirement son ex-femme – et par une assistante sociale inexpérimentée, choisit de donner quand même son cours…

Toutes les Photos : @ François Fonty

Les comédiens sont tous excellents qui jouent en alternance : Christopher Bayemi, Chloé Berthier, Raphaèle Bouchard, Hocine Choutri, Johann Dionnet, Jean Fornerod, Sophie de Fürst, Jean-Louis Garçon, Ariane Mourier, Arnaud Pfeiffer, Fayçal Safi, Marie Sambourg, Léopoldine Serre  ainsi que les musiciens en alternance :  Raphaël Bancou, Sylvain Briat, Raphäel Charpentier et Mathias Louis.

Un huis clos avec son lot de surprises, comme toutes les oeuvres de l’auteur, INTRA MUROS est un superbe moment de tghéâtre, au même titre que les oeuvres les plus connues d’Alexis Michalik ; EDMOND ( actuellement au Théâtre du Palais Royal), LE CERCLE DES ILLUSIONISTES ( au Théâtre de l’Oeuvre), mais on sait que ses oeuvres se jouent régulièrement, comme Le Porteur d’histoire.On a pu le voir aussi en tant que comédien, avant qu’il ne connaisse la gloire avec ses pièces.

Admirable que de nous offrir ce huis clos en centrale ( pour les non initiés, la centrale est une prison pour les incarcérés purgeant de longues peines). En 90 minutes, on change d’univers et on rentre dans le vif du sujet. on s’intéresse aux personnages, on vibre avec eux, et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’on passe un excellent moment, comme avec toutes les oeuvres d’Alexis Michalik, qui a bien entendu mis en scène cette pièce.

Rencontre avec un des comédiens de la distribution actuelle : Arnaud Pfeiffer, pour un entretien exclusif pour on sortoupas, avec Guy Courthéoux:

la bande annonce :

et quelques extraits :

 

Du mardi au samedi à 19h
Matinée le samedi à 16h
Durée 1h40 environ

Relâches exceptionnelles :
Jeudi 9, vendredi 9 et samedi 10 janvier 2020  et  Jeudi 27, vendredi 28 et samedi 29 février 2020

ACHETER VOS PLACES PAR TELEPHONE
AU 01 42 61 44 16

Prix des places : de 12 à 40€

Rating:

Feydeau , légèrement revu et corrigé, s’installe au Théâtre Edgar et c’est rien que du bonheur!

Une pièce pas trop connue de Feydeau, adaptée avec bonheur par Emmanuelle Hamet, et c’est un excellent moment de théâtre et de rires au Théâtre Edgar. Décidémment Luq Hamett  sait choisir les pièces qui sont à l’affiche de son théâtre, qu’il dirige depuis quelques années boulevard Edgar Quinet dans le 14ème, à 2 pas de la célèbre rue de la Gaité. Après avoir  créé de nombreux spectacles, il a choisi cette fois de monter un ‘classique’  du théâtre. On le sait, à l’époque de sa création, les pièces étaient plus longues pour bien des raisons, alors que maintenant la durée idéale est de 90 minutes. C’est pourquoi l’adaptation est géniale, qui garde l’histoire, et qui fait mouche à tous les coups avec l’intervention de tous les comédiens : Luq Hamett, David Martin, Gwenola de Luze, Nadège Lacroix, Jean_Marie Lhomme, Sylvain Katan, Thomas Vernant, et, en alternance: Eric Massot qui remplacera Luq pendant quelques représentations en Novembre et Décembre.

Ne vous y trompez-pas, on rit énormément, cela bouge, les portes s’ouvrent sans claquer et on passe de délicieux moments, seul, à 2, à plus,  en famille. Bref de quoi plaire à tous les publics.

 

Rencontre avec le maître des lieux, Luq Hamett, et un des comédiens de CIEL MA BELLE MERE : David Martin, avec une surprise au final…

Vous avez entendu ce qu’il fallait entendre concernant la pièce, donc inutile de faire doublon. Vous avez bien compris que c’est une bonne adresse pour rire,. Quant au détails sur les horaires (une semaine sur 2 : à 19h00 et la semaine suivante à 21h00, avec des matinées selon les semaines : le mieux est de vous rendre sur se site du théâtre où vous trouverez tous les détails : https://www.theatre-edgar.com/

Vous pouvez aussi appeler le théâtre pour renseignements et réservations : 01 42 79 97 97

la bande annonce :

 

 

 

 

 

Rating:

Entendre une salle rire, c’est toujours quelque chose de communicatif, et c’est une fois encore vérifié avec ce Père ou Fils, au Théâtre de la Renaissance

Bertrand et Alexandre Delorme, le père et le fils ne se voient quasiment jamais. Des relations  dégradées et qui n’ont jamais vraiment existées entre eux. Mais le père décide de venir voir le fils, et ils vont vivre un week end particulièrement incroyable, vu qu’ils vont se retrouver dans le corps l’un de l’autre. Le problème est que Bertrand est en pleine campagne électorale, et qu’Alexandre a prévu une virée surprise avec sa fiancée. Vous imaginez bien que les quiproquos vont aller bon train. Mais tout n’est pas si mal que cela pourrait sembler l’être puisque le père et le fils arrivent enfin à se comprendre, et que l’arrivée de la mère d’Alexandre sera prétexte à de nouvelles vagues de rires. Sans oublier l’arrivée d’une jeune journaliste politique bien en vogue, qui n’en ratera pas une pour montrer ce qu’elle sait faire pour son métier!

Tout cela se déroule à une vitesse incroyable. Vous riez de bon coeur, et déjà on vous offre une nouvelle occasion de vous amuser qui arrive dans la foulée. Il faut bien avouer que les deux personnages du père et du fils interprétés par Patrick Braoudé et Arthur Jugnot sont vraiment cocasses, et quelle belle occasion pour ces comédiens de montrer leur savoir faire. Dans cette série d’éloges, il ne faut surtout pas oublier Catherine Hosmalin, qui, certes, ne leur vole pas la vedette, mais que le public adore, et qui arrive à nous surprendre. Les autres comédiens sont tous au diapason : Flavié Péan, Julien Personnaz et Laurence Porteil.

La mise en scène co-signée David Roussel et Arthur Jugnot ne vous offrira aucun temps mort. Préparez-vous à rire pendant 1h30.

Un bonheur n’arrivant jamais seul, Onsortoupas.fr a eu la chance de rencontrer les deux principaux protagonistes :

Père ou Fils, c’est au Théâtre de la Renaissance, 20 blvd St Martin 75010 Paris

du mardi au samedi à 21h00

matinées : samedi et dimanche 16h30 **

Prix des places : de 15 à 59€

Réservation : 01 42 08 18 50

la bande annonce :

 

Rating:

Il y a des personnes comme cela. On les admire et on a très envie de les rencontrer, parce qu’ils transpirent la sympathie, la gentillesse,la joie de vivre et Monsieur Lorànt Deutsch est de ceux là. Alors , mieux que le livre, le voir sur scène est un délice : dans ROMANESQUE à la salle Réjane du Théâtre de Paris:

Le livre Romanesque , ou la folle aventure de la langue française a été publié il y a un peu plus d’un an. une seconde édition, illustrée a rejoint la liste des oeuvres de Lorànt Deutsch il y a quelques jours. Vous dire que vous allez apprendre bien des choses sur le français , tout en rigolant ne peut pas suffire. son seul en scène, mis en scène ( désolé si je fais un bis repetitam) par celui que vous êtes nombreux à connaître pour son écriture ou ses talents d’acteur, Nicolas Lumbreras, est un moment délicieux. Il joue avec le public, qui réagit immédiatement.

C’est une gageure de transformer un livre en une pièce de théâtrte, et c’est un pari réussi au delà de toutes espérances. J’ai passé une excellente soirée, et j’ai vraiment eu envie de vous en parler. Mais pourquoi moi? Le plus simple est quand même de leur laisser la parole. Voilà chose faite, avec une rencontre mémorable avec ces deux  mecs bourrés de talent, comme vous allez en juger. Lorànt a bien de l’humour et sait comment ‘mettre en boite’ la personne qui l’interrroge, surtout lorsque, comme moi, on fait une erreur malencontreuse sur le titre de son spectacle et de son livre et qu’on le transforme, comme vous allez l’entendre et le voir dans les minutes à venir :

J’espère que vous allez apprécier cette rencontre autant que moi, je vous l’ai livrée en intégralité. L’humour étant important. Même si je me dois d’avoir  honte (Booh!) de ce que j’ai dit au départ, vous verrez que Lorànt a pris cela avec humour.

Le spectacle est à la hauteur de ce que vous entendrez et verrez dans cet entretien.

Ne le manquez surtout pas.

Succès oblige, il était prévu pour 2 représentations chaque semaine, les dimanche et lundi, et désormais, succès oblige, le théâtre de Paris a rajouté le mardi soir. Et il est programmé jusque fin décembre.

Les prix sont vraiment à portée de toutes les bourses. S’amuser et apprendre? c’est possible, et Lorànt et Nicolas vous en donnent la preuve.

Croyez moi sur parole, courrez réserver vos places au Théâtre de Paris. C’est quasiment complet à chaque représentation. Et c’est mérité. Voir une salle rire et participer au spectacle fait toujours plaisir. Vous l’avez compris, j’ai adoré! Merci Lorànt, merci Nicolas!

 

Lieu
théâtre de paris
15, rue Blanche
75009 Paris 9

Tarifs
Catégorie 2 : 24 €
Catégorie 1 : 34.90 €

Site officiel
www.theatredeparis.com

une petite bande annonce?: voilà en cadeau pour vous.

Rating:

Après le Cercle de Whitechappel, Julien Lefebvre nous offre sa nouvelle pièce écrite en collaboration avec Florence Lefebvre, sur cette grande dame à côté de la Seine, symbole de Paris. Mais connaît-on la genèse de cette tour? Si vous pensez le savoir, allez donc au Théâtre Fontaine, et vous apprendrez certainement bien des choses.

Nous sommes à Paris, en 1884. La préparation de l’Exposition Universelle de 1889 bât son plein. Gustave Eiffel s’ennuie. Bien qu’il soit l’un des plus grands ingénieurs de son temps, ses élans créatifs s’essoufflent. Il tourne en rond et songe à passer la main à son second : le jeune  Adolphe Salles. D’ailleurs, ce dernier a un plan pour la société Eiffel : prendre moins de prises de risques et donc être plus rentable. Il rejette donc le projet délirant et coûteux que lui apportent Nouguier et Koechlin, deux ingénieurs passionnés qui veulent construire le plus haut monument du monde. C’est sans compter sur Claire Eiffel, qui rêve d’accompagner son père dans de nouvelles grandes aventures architecturales. Et si cette tour à l’aspect étrange, qui serait plus proche d’un pylone,  cette soi-disant “idée du siècle”, était justement l’occasion de prouver ses compétences et de faire capoter cette idée de mariage avec Salles, qu’elle semble détester ? Mais la Tour offre de telles possibilités qu’elle va intéresser quelques personne, pas toutes bien attentionnées. Et la mise en chantier va se faire, chantier qui devient vite un tourbillon incontrôlable avec tout ce que cela implique….et surtout beaucoup de rires pour les spectateurs.

Alors qu’à 21.00 le théâtre Fontaine ne sésemplit pas, qui fait salle comble tous les soirs  avec des spectateurs qui se todent de rire avec la pièce de Sébastien Castro : J’ai envie de toi, la direction de ce théâtre est tombée sur une deuxième pépite, qui devrait à coup sur connaitre un destin proche de celui de J’ai envie de toi. Les comédiens sont vraiment extraordinaires, qui nous font revivre ces mois avec la construction du monument.  Les comédiens s’en donnent à coeur joie : Frédéric IMBERTY (Gustave EIFFEL), Margaux VAN DEN PLAS (Claire EIFFEL), Thomas RONZEAU (Aldophe SALLES), Axel BLIND (Émile NOUGUIER), Nicolas LE GUEN (Maurice KOECHLIN), Héloïse WAGNER (Armande BERNOUILLE) et Jean FRANCO  qui se démultiplie  et nous fait donc rire 5 fois plus (Alfred BERNOUILLE / TAILLESEC, SCAPARELLI, Leconte DE LISLE, Edouard LOCKROY) .

La mise en scène de Jean-Laurent Silvi avec des petits changement de décors réguliers est efficace, et nous fait vibrer du début à la fin de ces aventures. Bref une heure et demie (ou peu s’en faut) de bonheur, de rires . Un pièce visible par tout le monde, sans aucune vulgarité. Au cinéma on utilise le terme Feel Good pour un film,  gardons ce qualitatif pour cette pièce (Feel Good : se sentir bien) parce qu’on se sent vraiment bien, on a le sourire aux lèvres du début à la fin, et on sort avec une pêche d’enfer!

N’hésitez pas une seconde, prenez une dose de Plus haut que le ciel, et si vous n’avez pas peur de trop rire dans une même soirée, prenez une seconde dose de rires avec J’ai envie de Toi

Photos : @Bernard Richebé

Plus haut que le ciel : la pièce est surtitrée en anglais les mercredi, vendredi et dimanche.

Jusqu’au 19 janvier 2020 (prolongations possibles)

Théâtre Fontaine
10 rue Pierre Fontaine 75009 Paris
Métro : Pigalle, Blanche, Saint-Georges
Du mercredi au dimanche à 19h00
sauf les mercredis 25 décembre et 1er janvier
Prix des places : 10 € à 30 € selon catégorie

voir l’article sur J’ai envie de toi : http://www.onsortoupas.fr/jai-envie-de-toi-de-avec-sebastien-castro-lenorme-eclat-de-rires-de-la-rentree-l/

Rating:

Après le roman de John Wainwright, le film de Claude Miller voici l’adaptation théâtrale de Francis Lombrail et Frédéric Bouchet.

Nous sommes dans une bourgade de province, le soir du réveillon de Noël. Le maire de cette petite ville, monsieur Bergerot (Thibault de Montalembert), se voit convoqué au commissariat dans le cadre d’une enquête sur le viol et l’assassinat de trois jeunes filles. Au départ simple témoin,, il va passer au statut de principal suspect  pour le commissaire Toulouse ( Wladimir Yordanoff) et de son adjoint Berthil (Francis Lombrail). Le pire qui puisse arriver va se produire puisque la femme de Bergerot (Marianne Bassler) va l’accabler alors que ce dernier, s’il s’avère coupable, est passible de la peine de mort (qui n’était pas abolie à l’époque des faits). Beaucoup de souviennent du chef d’oeuvre de Claude Miller qui aréunissait Lino Ventura, Michel Serrault, Romy Schneider et Guy Marchand, avec des dialogues de Michel Audiard. Et pourtant, dès que le rideau se lève, on est scotché sur notre fauteuil, et on suit les périgrinations de ces personnages hors du commun. On oublie le film.

Indiscutablement, cette adaptation au théâtre est une pure réussite, un sujet toujours brulant, un texte passionnant, une mise en scène signée Charles Tordjman qui reste sobre et fait la part belle aux comédiens. Voilà le théâtre comme on l’aime. Tout est réuni pour que le spectateur soit passionné.

Les raisons ne manquent donc pas pour une rencontre avec l’adaptateur, comédien, et directeur du Théâtre Hébertot, Francis Lombrail. Ce dernier se retrouve devant la caméra d’Onsortoupas.fr, aux côtés de Guy Courthéoux:

EN GARDE A VUE, c’est du mardi au samedi à 21h00 et le dimanche à 15h30 au théâtre Hébertot.

Prix des places : de 18€ à 53€

Locations : 01 43 87 23 23 ou www.theatrehebertot.com

 

la bande annonce :

 

Rating:

Voilà une rencontre vraiment pittoresque bien qu’inventée, celle entre Alexandrine Zola et un apothicaire, au moment où le corps du célèbre écrivain a été transporté au Panthéon.

 

Nous sommes en 1908, pour la date exacte, référez-vous à celle où la dépuoille d’Emile Zola a rejoint sa dernière demeure!

Au début de la pièce Alexandrine Zola, toujours très amoureuse de son défunt mari, bavarde avec lui, un dialogue à sens unique, mais qui nous fait comprendre sa détresse et son désaroi. L’arrivée inopinée de l’apothicaire Fleury va nous montrer cette femme, qui a des problèmes de santé, va accueillir ce nouveau venu, et parler beaucoup avec lui. D’elle, de Zola, mais aussi d’une femme à qui Emile Zola a fait deux enfants, dont elle prend grand soin. C’est le portrait d’une vraie femme, anti conformiste à laquelle on s’attache très vite. Annick le Goff a écrit cette pièce après avoir lu la biographie d’Evelyne Bloch-Dano sur l’illustre écrivain, et elle a été touchée par le fait que Madame Zola est en fait une grande inconnue pour le public. . Qui peut se vanter de savoir qu’elle était issue des bas fonds de Paris, qu’elle a été orpheline à l’âge de 7 ans, qu’elle fut blanchisseuse et qu’à 14 ans, elle ne savait ni lire, ni écrire?

On est totalement captivé par les différents récits et ceux de son nouvel ami, en tout bien tout honneur, Fleury. L’auteure, Annick Le Goff nous fait vivre cette histoire avec beaucoup de talent.  On se délecte de ces dialogues et on apprécie la mise en scène d’Anouche Setbon. Mais on vibre d’autant plus pour celle qui interprête Alexandrine : Catherine Arditi.

Il n’en fallait pas plus pour que nous ayons envie de rencontrer cette immense comédienne.

Voilà chose faite dans les locaux du Théâtre Montparnasse :

Venez vous régaler avec MADAME ZOLA, au Petit Montparnasse.

C’est du mardi au samedi à 21.00, avec matinée le dimanche à 17.00. Tarif au guichet : 18€ et 34 €

Locations : 01 43 22 77 74 ou sur www.theatremontparnasse.com   

TOUTES LES PHOTOS / @J. Stey

et voilà la bande annonce :

 

Rating:

Adaptation pour le théâtre des chefs d’oeuvre d’Irène Némirovsky,  Tempête en Juin & Suite Française ont été adaptés pour les planches par Virginie Lemoine et Stéphane Laporte.

Heureuse initiative du Théâtre La Bruyère que de programmer les deux oeuvres à la suite l’une de l’autre. Tempête en juin d’abord, suivi de Suite Française .

3 juin 1940… « Hier, pour la première fois, des bombes sont tombées sur Paris ».
En quelques heures, les habitants désertent la capitale. Ils fuient. Ils s’entassent dans des véhicules bondés, malles et matelas sur les toits. Ils traînent leurs
valises, espérant se hisser dans les rares trains suffoquant de voyageurs, ou partent à pied, emportant les maigres bagages de toute une vie. Quelques privilégiés se glissent sur les banquettes de limousines conduites par leurs chauffeurs. Ils fuient… Les personnages de Tempête en juin s’entrechoquent sur les routes de l’exode. Et c’est Franck Desmet qui sera tous ces personnages pour le moins pittoresques.

Changement de ton pour Suite Française :

1941 : l’Allemagne a envahi la France. Dans un village de Bourgogne, Madame Angellier, dont le fils unique est prisonnier de guerre, se voit contrainte d’accueillir chez elle un officier de la Wehrmacht, le séduisant Bruno von Falk. Dans cette sombre maison, le jeune soldat rencontre Lucile, la belle-fille de Madame Angellier, dont il s’éprend immédiatement. La jeune femme lui résiste.︎ Mais comment rester ︎fidèle ︎ à un mari ︎qu’︎elle n︎’a ︎jamais aimé et ne ︎pas succomber au c︎harme indéniable de cet ︎homme ︎qu’elle devrait ︎pourtant détester ?
Un fait de résistance dans le village va révéler de façon surprenante la nature profonde de tous les personnages qui se croisent dans la demeure de Mme Angellier. Cette fois, ils sont bien plus nombreux sur scène : Florence Pernel, Béatrice Agenin, guilaine Londez, Samuel Glaumé, Emmanuelle Bougerol et soit Cédric Revollon, soit Gaëtan Borg.

Photo : Karine Letellier

Pièce de théatre mise en scène par Virginie Lemoine

Photos : Copyright :  Ginna Nonne / Karine LETELLIER

 

Retrouvons le personnage central de Suite Française, Lucile, interprétée avec grâce par Florence Pernel, devant la caméra d’onsortoupas.fr

 

C’est un régal de voir ou redécouvrir les textes d’Irène Némirovsky, qui devait au départ écrire plusieurs tomes, mais qui mourra dans les camps avant d’avoir pu achever son oeuvre. Traité avec sérieux, mais avec quelque touche d’humour, on se laisse entraîner avec ces deux pièces vers un plaisir évident. Enchainer les 2 me semble vraiment ce qui peut être le mieux. On reste dans le ton, avec des comédiens formidables, que ce soit Franck Desmedt, seul sur scène pour Tempête En Juin, ou les protagonistes de Suite Française qui sont tous formidables. Virginie Lemopine nous démontre ( mais le fallait-il vraiment tant on sait qu’elle possède de talents) qu’elle est devenue en peu de temps une incontournable de la mise en scène, même si cette fois, elle n’est pas sur les planches. Merci aussi à Francis Nani, Sébastien Azzopardi, du Théâtre du Palais Royal, qui se sont investis énormément pour ces spectacles!

 

Tempête en juin, du mardi au samedi à 19.00, samedi : matinée 15.00

Suite Française : du mardi au samedi à 21.00, samedi matinée samedi 16.45

Places : : si vous venez voir les 2 pièces le même jour : 40€ au lieu de 76€ (en 1ère catégorie)

Réservations par téléphone pour Tempête en juin :  au 01 48 74 76 99 : places de 26 à 34 €     prix via internet : www.theatrelabruyere.com  : 21€ à 28 €

Réservations pour Suite Française : 26€ à 48€

promo internet : de 19€ à 34€

 

bandes annonce :

Tempête En Juin :

Suite Française :

 

Rating:

Une rencontre au sommet! Michel Sardou interprête du Guitry. Et c’est du grand art!

Créée en 1942 par Sacha Guitry, cette pièce n’avait pas été montée depuis longtemps à Paris.

Michel Sardou, et le directeur du Théâtre de la Michodière, Richard Caillat ont longuement parlé de mettre en scène Sardou, qui avait connu un triomphe avec Représailles dans ce même théâtre. Chose faite! On se retrouve au milieu des années 40, voire avant, dans un aoppartement cossu, chez l’antiquaire  Daniel Bachelet (Michel Sardou) qui s’adresse au public dans un monologue à faire pâlir certain(e)s de rage. Mais quel délice.

Tout cela parce que la jolie Madeleine (Lisa Martino), qu’il a épousée en seconde noces n’est pas rentrée de la nuit, et que c’est la deuxième fois en deux semaines. Il n’en faut pas plus pour que Daniel soupçonne sa femme d’adultère. Le divorce est envisagé, le femme priée de quitter le domicile conjugal. A peine sortie, ne voilà pas que la première épouse, Valentine (Carole Richert) revient dans l’espoir de reconquérir son ex mari. Beaucoup d’histoires de valises portées , d’un tableau que vend une coquette ruinée qui a connu Toulouse Lautrec , interprétée avec génie par une dame que j’adore : Nicole Croisille, dont je regrette que le rôle ne soit pas plus étendu, ses apparitions étant trop courtes à mon goût. Il y a a aussi un commissaire, un ancien ami de Daniel, et d’autres protagonistes interprétés par des comédiens qui ne sont pas des inconnus: Eric Laugérias, Laurent Spielvogel, Patrick Raynal ainsi que Michel Dussarat et Dorothée Deblaton.

Franchement ce N’écoutez Pas Mesdames est excellent. La mise en scène de Nicolas Briançon ne donne aucun temps morts, les décors sont superbes qui laissent les comédiens entrer et sortir comme dans les meilleurs textes de boulevard.

Voilà du Théâtre comme on l’aime: Un texte superbe, des comédiens au top, et la salle ne s’y trompe pas. C’est complet tous les soirs et tous reçoivent une véritable ovation, Michel Sardou en tête.

Toutes les photos : ©Celine Nieszawer

N’écoutez pas Mesdames, c’est du Du mercredi au samedi à 20h00
Matinées les samedis à 16h30 et les dimanches à 15h30*

TARIFS
Carré Or : 65€ en semaine / 69€ le week-end
1ère CAT : 53€ en semaine / 57€ le week-end
2ème CAT : 42€ en semaine / 45€ le week-end
3ème CAT : 30€ en semaine / 33€ le week-end
4ème CAT : 18€ en semaine et le week-end

 

la bande annonce :

 

 

Rating:

Il y a des comédien(ne)s que l’on adore, et c’est le cas de Myriam Boyer qui est actuellement sur la scène du Petit Gymance avec Louise au Parapluie

Louise a passé toute sa vie en usine à enfiler des baleines de parapluie . Elle vit dans un village de moins de 1000 habitants. Et dernièrement, elle désespère de son fils Antoine, ex sportif, qui vit grace à des apparitions pour le moins déplacées sur Youtube, où un sponsor l’habille de survêtements de couleurs et le paye pour cela. Elle en parle avec sa collègue et meilleure amie, Jacqueline. Et suite à une discussion, pour montrer à son fils qu’elle existe, va décider de se présenter aux élections municipales de son patelin. Une complicité naît de ces deux femmes interprétées par Myriam Boyer et Prune Litchlé. Et le fils va un peu y perdre son latin (interprété par Guillaume Viry). Myriam est Louise, une femme de bon sens. La pièce écrite et mise en scène par Emmanuel ROBERT-ESPALIEU, se laisse voir avec plaisir, et la présence de Myriam Boyer y est pour beaucoup.

Toutes les photos : (c) Jeremy Mathur

 

Ecoutons cette grande comédienne pour un entretien exclusif devant la caméra d’on sortoupas.fr

Vous pouvez retrouver cette immense comédienne dans une des salles du Théâtre du Gymnase, Myriam aime son public qui le lui rend bien, tout autant que la profession : Elle a reçu à deux reprises le Molière de la meilleure comédienne pour ses rôles dans les pièces Qui a peur de Virginia Woolf et La vie devant soi.

Représentations :
mardi mercredi 20h – jeudi vendredi et samedi 21h30 – dimanche 15h30

Réservations : THÉÂTRE DU GYMNASE
38, boulevard de Bonne Nouvelle 75010 Paris  Tel :  01 42 46 79 79

Places : 22€