Cinema

Rating:

George Clooney nous démontre dans son 6ème film en tant que réalisateur, qu’il est un grand et qu’il ne se cantonne pas dans un style.

Bienvenue à Suburbicon  débute avec une publicité pour une petite ville modèle, Suburbicon, créée en 1959, avec des maisons aux prix abordables, des pelouses très bien entretenues, l’endroit idéal pour la famille modèle. Par là entendez qu’en ce temps la famille modèle est blanche, raciste, qui vit le rêve américain, dans la banlieue ensoleillée d’une grande ville. Mais l’arrivée d’une famille de couleur va bouleverser la vie de tous ces ‘banlieusards’ américains, qui vont montrer toute la haine dont ils sont capables. Voilà, vous avez le décor. Maintenant il faut y poser quelques personnages et ces personnages vont en fait nous entraîner dans une toute autre histoire, certes située à Suburbicon, avec une famille semble-t-il unie, le mari Gardner Lodge (Matt Damon), la femme handicapée par un accident de voiture, le soeur jumelle de cette dernière (Julianne Moore) , et l’enfant du couple un jeune garçon dans las 10/11 ans. Leurs voisins: les blacks, qui ont aussi un enfant du même âge, et les deux jeunes vont sympathiser et faire du sport ensemble. L’arrivée d’un duo  de mecs dangereux  en pleine nuit chez les  Lodge va avoir des suites désastreuses, et va vous réserver bien des surprises, avec quelques coups de théâtre.

George Clooney jongle avec la caméra, la casquette de producteur, et celle de co-scénariste, puisque les frères Joel et Ethan Cohen  ont travaillé avec lui et Grant Heslov pour vous ménager un suspense digne des plus grands du 7ème art. Dès l’apparition de l’horrible duo, on se fait quelques idées….mais on est très loin du compte, et les surprises vont se poursuivre tout au long des 95 minutes du film.

Voilà du grand art, du cinéma comme on l’aime, avec des acteurs remarquables en tous points, des premiers rôles aux moins importants. Tous sont parfaits et d’une justesse de ton que seuls les grands acteurs peuvent vous offrir. Matt Damon n’est pas le super héros, il est très loin de ses énormes succès comme Il faut sauver le soldat Ryan, la trilogie Océan ou le rôle de Jason Bourne. Il va vous surprendre, et c’est le moins que l’on puisse dire.

Le cinéma américain se porte bien, nous sommes aux antipodes du blockbuster avec Bienvenue à Suburbicon, et pourtant on rentre dans le film pour en sortir avec quelques séquelles. Thriller et racisme….un cocktail détonnant!

Le film annonce :

en VOST :

en Version Française:

 

 

Rating:

Poétique, coloré, différent de tout ce qu’on a pu voir à ce jour en animation, COCO des studios Pixar / Disney est un chef d’oeuvre absolu que les adultes vont adorer autant que les enfants!

L’histoire peut sembler compliquée pour les tous petits alors que les plus grands vont se régaler avec cette histoire mexicaine: Depuis déjà plusieurs générations, la musique est bannie dans la famille de Miguel, un jeune garçon dans les 11/12 ans . Un vrai déchirement pour le jeune garçon,dont le rêve  est de devenir un musicien aussi accompli que son idole, Ernesto de la Cruz, un chanteur ultra populaire, mort depuis quelques décennies et dont le funérarium se trouve dans son village. Bien décidé à prouver son talent de guitariste et chanteur, Miguel, par un étrange concours de circonstances, se retrouve propulsé dans un endroit aussi étonnant que coloré : le Monde des Ancêtres, où il se lie d’amitié avec le sympathique arnaqueur Hector. Ensemble, ils vont accomplir un voyage extraordinaire qui leur révélera la véritable histoire qui se cache derrière celle de la famille de Miguel…

Le film d’animation, des studios Pixar a été réalisé par l’équipe de La Haut, qui avait déjà bouleversé les codes du cinéma d’animation. Lee Unkrich et Adrian Molina  ont créé ce film très original sur un scénario de Adrian Molina et Matthew Aldrich. Si les deux personnages principaux sont attachants, les animaux, qui ont la place belle sont plus que remarquables. Le premier est un chien errant, ami de Miguel, toujours la langue pendante, très longue, sur le côté de sa gueule, et qui est vraiment expressif et très drôle. Le second ressemble à un tigre ailé, de couleurs vives, bleu, rose et autres, qui est d’une beauté à couper le souffle. Il a toutes sortes de camarades, qui ont l’apparence d’animaux connus, mais tellement colorés qu’on comprend immédiatement qu’ils ne sont pas méchants.

Autres détails : la famille de Miguel, vivants comme ceux du monde des ancêtres . Les vivants: ses parents, sa grand-mère et son arrière grand mère Mama Coco qui vit un peu recluse sur son fauteuil dans l’espoir vain de revoir son papa. Quoique…. Dans le monde des ancêtres il retrouve d’autres membres de sa famille, qu’il reconnaît d’après les portraits exposés dans sa maison.

Le Monde Des Ancêtres, peut sembler une idée périlleuse pour un film d’animation destiné de prime abord aux enfants, et pourtant ce n’est pas le cas. Ces Défunts vivants fait d’os ont tous un faciès sympathique, amusant. Les voix françaises : Andrea Santamaria, Ary Abittan et François-Xavier Demaison

Vous l’avez d’ores et déjà compris, je n’ai pas aimé ce film: JE L’AI ADORE de la première à la dernière minutes, numéros chantés compris. 1h40 de bonheur, et d’émerveillement. Je l’ai vu en famille avec plusieurs générations présentes et l’avis est unanime, un excellent Pixar, si ce n’est le meilleur à ce jour!

Le film annonce :

 

Rating:

Un thriller glaçant, tiré d’un roman à succès de Jo Nesbo, entièrement tourné dans l’hiver glacial de Norvège dans les villes d’Oslo, Bergen et dans la région de Rjukan.

Un assassin psychopathe opère en  Norvège et signe ses crimes : le bonhomme de neige. Il a pris pour cible la seule personne capable de comprendre ses talents aussi effroyables que méthodiques :un inspecteur de la brigade criminelle spéciale, Harry Hole (Michael Fassbender), à la dérive alcoolique. L’assassin cherche un adversaire digne de ce nom pour se livrer à un jeu pervers. Pour le détective, l’assassinat d’une jeune femme aux premiers jours de l’hiver aurait pu être un meurtre banal. Mais plus l’enquête avance, plus le bonhomme de neige le nargue et multiplie les meurtres sadiques. Suspectant un tueur en série supposé mort et enterré, il s’associe avec Katrine Bratt ( Rebecca Ferguson) pour tenter de faire le lien entre certaines vieilles affaires classées et la sauvagerie des meurtres plus récents. Ajoutons que la femme d’Harry, Rakel Fauke (Charlotte Gainsbourg), qui vit désormais avec un autre homme risque fort d’être entraînée dans ce tourbillon de violence, avec son fils . Si le duo de flics  réussit, ils déjoueront les pièges du psychopathe qui les épie dans l’ombre. Mais que se passera-t-il s’ils échouent?

Passionnant de bout en bout, violent avec des scènes difficiles à conseiller à ceux qui n’aiment pas le sang, ce Bonhomme de Neige, réalisé par Tomas Alfredson est une pure réussite. Mené par de grands comédiens, il nous offre quelques apparitions d’acteurs de renom comme Val Kilmer ou J. K. Simons. Le scénario de Peter Snaughan est d’une écriture précise, et si je vous dis qu’on tremble, ce n’est pas que de froid, puisque tout le film se déroule avec des décors enneigés. Mais la terreur que nous inspire cette histoire est telle que lorsque l’on pense que c’en est fini, un rebondissement nous entraîne encore plus loin dans la peur.

Avec de tels films, on a vraiment envie d’aller au cinéma, on a peur, c’est certain, on est totalement dépaysé, les acteurs et le réalisateur vous gardent en haleine pendant 2 heures et on sort de la salle avec un sentiment d’apaisement! Du grand cinéma !

Le film annonce :

 

 

 

 

Rating:

La comédie à la française, avec des tonnes de clichés, mais avec de bons interprètes!

L’affiche annonce la couleur, on est dans les clichés gay! Et l’histoire part d’un bon sentiment. Un jeune marocain, Yassine (Tarek Boudali) genre surdoué rate un examen et va devoir quitter le territoire. La seule solution, le mariage arrangé. On lui propose plusieurs alternatives, toutes des pires qui soient. En désespoir de cause, il va demander à son voisin de palier Fred (Philippe Lachau), qui vit avec Lisa (Charlotte Gabris), de l’épouser, en sachant bien que ce sera un mariage blanc, vu qu’ils ne sont pas gay. Mais un inspecteur (Philippe Dussart) suspecte la supercherie et ne va pas les lâcher! Et c’est là que les ennuis commencent, et surtout que les pires clichés sur le monde gay vont arriver.

On sourit au départ, et plus les situations avancent, plus on se demande vers où on va, même si on soupçonne vite le final. C’est dommage. Quel que soit le talent du réalisateur (Tarek Boudali) et des interprètes, les lourdeurs s’amoncellent, et c’est bien dommage.

Les comédies qui traitent de ce sujet sont rares, et toujours datées. On était pliés de rire avec La Cage Aux Folles, mais c’était il y a très longtemps. On riait tout autant avec Pédale Douce, et cette fois on sourit au début et on aurait aimé que la sensibilité gay ne soit pas aussi ridiculisée, ni aussi caricaturale.

la bande annonce :

 

Rating:

Alors que généralement les suites sont de plus en plus mauvaises, hormis quelques exceptions, Thor réussit à nous plaire de plus en plus avec ce 3ème épisode : Thor Ragnarok

Au départ Thor croit sauver son monde en détruisant  Surtur, le démon du feu! Mais ensuite en combattant Hela, il verra son marteau cassé! Privé de ce dernier, Thor se retrouve  prisonnier sur une lointaine planète aux confins de l’univers.Pour sauver Asgard, il va devoir lutter contre le temps afin d’empêcher l’impitoyable Hela d’accomplir le Ragnarok – la destruction de son monde et la fin de la civilisation asgardienne. Mais pour y parvenir,il lui faut d’abord affronter dans un combat de gladiateurs titanesque celui qui était autrefois son allié au sein des Avengers : l’incroyable Hulk… Voilà un court résumé de ce scénario qui vous réserve des surprises à chaque moment. Les décors sont somptueux, les effets spéciaux plus que remarquables. Mais allez-vous me rétorquer, à raison, qu’en-est-il des acteurs ?

..Valkyrie (Tessa Thompson)..

.Thor (Chris Hemsworth)..

.Valkyrie (Tessa Thompson)..

Hulk (Mark Ruffalo) and Surtur..

.Hela (Cate Blanchett) .

Bruce Banner/Hulk (Mark Ruffalo) etThor (Chris Hemsworth)

Valkyrie (Tessa Thompson)et Thor (Chris Hemsworth)..Photo: Jasin Boland..©Marvel Studios

Thor (Chris Hemsworth), Valkyrie (Tessa Thompson) Bruce Banner/Hulk (Mark Ruffalo)..Ph: Jasin Boland..©Marvel Studios 2017

Photo: Jasin Boland..©Marvel Studios 2017

Chris Hemsworth  incarne à nouveau le super-héros Thor aux côtés de Tom Hiddleston dans le rôle de Loki, le frère adoptif de Thor ; Cate Blanchett est l’ultra méchante Hela ; Idris Elba  la sentinelle Heimdall ; Jeff Goldblum interprète le Grand Maître, l’excentrique dictateur de Sakaar ; Tessa Thompson est une guerrière Valkyrie ; Karl Urban Skurge, l’un des plus redoutables guerriers d’Asgard , Mark Ruffalo est à la fois  Bruce Banner et Hulk qu’il incarnait déjà dans AVENGERS et AVENGERS: L’ÈRE D’ULTRON ; et  enfin Anthony Hopkins est  à nouveau Odin, le souverain d’Asgard, destitué par son fils. Avec une aussi belle brochette d’acteurs, on se régale pendant les 130 minutes du film, et n’oubliez pas, c’est un film Marvel, ce qui veut dire qu’il vous faut rester jusqu’à la toute dernière image du générique puisqu’on vous offre deux surprises à ne pas manquer.

Hela (Cate Blanchett)..Photo: Jasin Boland..©Marvel Studios 2017

Topaz (Rachel House), Grandmaster (Jeff Goldblum) Valkyrie (Tessa Thompson)..Photo: Jasin Boland..©Marvel Studios 2017

Photo: Jasin Boland..©Marvel Studios 2017

Marvel Studios Thor: Ragnarok..L to R: Thor (Chris Hemsworth), Topaz (Rachel House), Grandmaster (Jeff Goldblum) Loki (Tom Hiddleston)..Photo: Jasin Boland..©Marvel Studios 2017

Loki (Tom Hiddleston)..Photo: Jasin Boland..©Marvel Studios 2017

Thor (Chris Hemsworth) et Hulk (Mark Ruffalo)..

Ph: Jasin Boland..©Marvel Studios

Grandmaster (Jeff Goldblum)..Photo: Jasin Boland..©Marvel Studios 2017

.Thor (Chris Hemsworth).

Skurge (Karl Urban) Hela (Cate Blanchett)..

J’ai vu ce film dans une salle pleine, en 3D avec un son Dolby Atmos, au Pathé Beaugrenelle, et il faut bien que j’avoue que le plaisir est complet, images de toute beauté, effets spéciaux, son qui vous en donne vraiment plein les oreilles. Certes c’est du Blockbuster, destiné à ‘ratisser’ large au niveau du public. Mais pourquoi bouder un tel plaisir?  La salle réagit et s’amuse. Voilà du cinéma populaire, mais de qualité!

Thor (Chris Hemsworth) Bruce Banner/Hulk (Mark Ruffalo)2017

La Bande annonce :

et quelques extraits en prime :

 

 

Rating:

Dans la lignée des James Bond, avec de l’humour so British, des acteurs de choc et des apparitions  de certains mythes comme Sir Elton John!

KINGSMAN, l’élite du renseignement britannique en costume trois pièces, fait face à une menace sans précédent.  Alors qu’une bombe s’abat et détruit leur quartier général, les agents font la découverte d’une puissante organisation  alliée nommée Statesman, fondée il y a bien  longtemps aux États-Unis. Face à cet ultime danger, les deux services  d’élite n’auront d’autre choix que d’unir leurs forces pour sauver le monde des griffes  d’un impitoyable ennemi, qui ne reculera  devant rien dans sa quête destructrice.

Taron Egerton

Channing Tatum

Jeff Bridge Photo Credit: Giles Keyte.

Dans le premier opus on avait découvert une association d’agents secrets qui avait son siège dans une boutique de tailleur huppée dans le centre de Londres. Cette fois, vu que la boutique va être bombée, le siège et ses habitués va devoir bouger….enfin s’il reste quelques vivants. Tout cela parce qu’une méchante, très méchante, incarnée par Julianne Moore a des ambitions extrêmes, et des méthodes bien peu orthodoxes.  Il vaut mieux ne pas travailler pour elle, qui détient un élixir qui pourrait faire basculer le monde dans un chaos total. D’ailleurs elle détient un chanteur, un certain Elton John prisonnier à cause de cette drogue élixir. Il faut que espions de différents pays se rassemblent pour tenter le tout pour le tout. On retrouve donc Eggsy (Taron Egerton) en bien mauvaise posture, mais aussi : Harry Hart, alias Galahad (Colin Firth),  Merlin (Mark Strong),  Chester King, alias Arthur (Michael Caine), Roxy (Sophie Cookson), une nouvelle recrue et des agents américains : Champagne (Jeff Bridges), Tequila (Channing Tatum), Ginger Ale (Halle Berry), et Whiskey (Pedro Pascal).

Julianne Moore

Taron Egerton, et Colin Firth

Comme dans tout bon film d’action, on voyage beaucoup, rapidement, et Poppy la méchante vit au milieu d’une jungle d’opérette. Je n’ai pas encore mentionné que si vous avez eu le malheur de lui déplaire, elle vous envoie tout droit dans un immense hachoir électrique  pour fabriquer de la viande à Burgers!! Le réalisateur  Matthew Vaughn a mis tous les atouts de son côté, outre un scénario totalement délirant, des scènes d’action à vous scotcher au fauteuil, un humour désarmant et des bagarres totalement folles. On s’amuse du début à la fin,  dans cette histoire totalement invraisemblable que l’on regarde avec délice. Quand le cinéma sait vous transporter ainsi, il ne faut pas bouder son plaisir, et je dois avouer avoir passé un excellent moment avec ce deuxième épisode de Kingsman, Le Cercle d’Or, qui arrive sur les écrans!

Hanna Alström

Taron Egerton,et Mark Strong

Taron Egerton

Le film annonce :

 

Rating:

Quel bonheur de vivre cette belle histoire sous l’Angleterre victorienne!

Tiré d’une histoire vraie et pourtant méconnue, ce film parle de l’amitié qui lia la Reine Victoria (Judi Dench) et un  jeune valet indien de 24 ans ,  Abdul Karim (Ali Fazal). Cette amitié se renforcera rapidement et ce dernier devient son professeur, son guide spirituel, mais aussi son ami le plus dévoué, et tout cela au grand dam de la cour, de l’entourage et même de la famille de la reine toute puissante. Tout débute en 1887, lorsque le jeune Abdul quitte l’Inde pour remettre un cadeau lors du jubilé de la reine, qui est, ne l’oublions pas Impératrice des Indes.  Celle-ci va porter l’oeil sur lui, et elle va en faire son valet de pied.  Si l’amitié qui se noue entre ces deux personnes n’attire que des ennuis au jeune indien, seule la reine  qui le gardera près d’elle le sauvera de tout. La vision de l’Empire Britannique, ses règles étriquées, servent de toile de fond, nous montrant les côtés les pires, comme les relations avec la religion, le racisme, et la politique tant interne qu’externe.

Stephen Freas nous avait déjà offert plus d’un chef d’oeuvre, comme, par exemple My Beautiful Laundrette (1985), Prick Up Your Ears (1987), Héros Malgré lui (1992), The Queen ( 2006), ou plus récemment Florence Foster Jenkins. Sa filmographie nous montre qu’il est tout autant à l’aise dans les films historiques que dans les histoires contemporaines. Et cette fois c’est un régal victorien, avec une histoire totalement inconnue, vu que tous les documents prouvant l’existence de ces épisodes avaient été détruits sitôt la reine décédée par son fils Albert Edward dit Bertie, qui sera le futur roi Edward VII. Il aura fallu attendre 2006 pour qu’une auteur, Shrabani Basu, fasse des recherches et retrouve le journal de la reine, écrit en langue urdu, et qu’elle se fit traduire toute cette histoire pour en faire un roman paru aux presses de la cité sous le même titre que celui de ce film.

Passionnant de bout en bout avec des comédiens qui sont des grands. On le savait depuis longtemps pour Judi Dench, mais on découvre ce jeune acteur indien, Ali Fazal, qui tous deux dominent la distribution. On aime aller au cinéma pour découvrir de telles oeuvres, vibrer à une belle histoire, une belle mise en scène, et bien entendu des décors comme on n’en voit pas tous les jours

Un très grand moment de cinéma!

le film annonce :

 

 

Rating:

Les enfants vont être aux anges, voilà un joli film qui leur est totalement destiné!

Pour une fois on ne parlera pas des petites têtes blondes vu que le jeune héros est un petit rouquin au charmant minois. Le Petit Spirou (Sacha Pinault) est issu d’une famille où tout le monde est GROOM de père en fils, mère comprise. Donc son avenir professionnel est d’ores et déjà assuré, il sera Groom, et pour cela on va aller chez un tailleur lui couper son costume sur mesure, ce qui fera la fierté de son grand père ( Pierre Richard) et de sa mère (Natacha Régnier). Quant à Spirou, il a bien d’autres préoccupations, , garder ses amis qu’il perdra s’il va à l’école de groom, et faire les yeux doux à celle qui est déjà l’élue de son coeur.

Ajoutons au tableau : un prof de sport déjanté (François Damiens), un curé un peu trop porté sur ACDC (Philippe Katerine), une voyante peu orthodoxe (Armelle) et une jolie prof (Gwendolyn Gourvenec), et vous verrez une adaptation réussie des aventures de Spirou. Surtout que l’imagination de Spirou dans le film de Nicolas Bary est sans limite. Il veut faire le tour du monde pour les yeux de sa belle, et ils vont monter dans un engin ‘trop cool’, et avec l’aide de ses potes, vont faire un voyage extraordinaire.

Ce qui est agréable dans ce film c’est que l’humour est omniprésent, que toues les personnages sont fantasques, loufoques, attendrissants. Les méchants ne sont pas vraiment des méchants, et cela permet aux acteurs d’en faire des tonnes, plus particulièrement Pierre Richard, François Damiens, Philippe Katerine et Armelle. C’est un peu comme un joli dessert, les anciens apprécieront les clins d’oeil, les plus jeunes vont avoir envie de construire leur vélo de voyage et tout se monde sera d’accord pour dire qu’ils ont passé un bon moment au cinéma!

le film annonce:

 

Rating:

Efficace, bien rythmé , de bons acteurs, que demander de plus?

Mich Rapp ( Dylan O’Brien) est une nouvelle recrue pour l’élite du contre espionnage américain, dirigée depuis longtemps par Stan Hurley ( Michael Keaton, un des plus hauts gradés de la CIA. Une vague de terrorisme va submerger le Monde, et les hommes vont tenter de s’attaquer à Ghost, un individu insaisissable et extrêmement dangereux dont le but est simple : déclencher une guerre nucléaire qui a toutes les chances de détruire notre monde. Le film est tiré d’une sage de Vince Flynn aujourd’hui disparu, et qui met à l’honneur un héros de l’ombre, Mitch Rapp, qui va canaliser son énergie contre les meurtriers les plus coriaces. La mission est de retrouver , c’est rien, juste 15 kilos de plutonium qui ont été volés.. La mise en scène de Michael Cuesta est particulièrement efficace qui fait se rejoindre deux générations d’acteur, un presque vétéran Michael Keaton et un jeune héros, Dylan O’Brien  que les jeunes connaissent bien pour avoir incarné Thomas dans la sage : Le Labyrinthe. . Bien entendu ils ne sont pas seuls à l’écran, avec autour d’eux de nombreux seconds rôles, ennemis ou alliés, avec entre autres la directrice de la CIA interprétée par Saana Lathan. Comme tous les bons films d’espionnage et action, on voyage, des Etats Unis en Europe, et au Moyen Orient, avec un tournage aux Etats Unis, mais aussi en Thaïlande, à Malte, en Italie, en Angleterre entre autres.

Dylan O’Brien.

On rêve, on se bat, on combat, on lutte contre le terrorisme, tout cela avec brio, ce qui fait qu’on reste cloué à notre fauteuil du début à la fin. Cet American Assassin est un blockbuster de fin d’été qui possède la qualité essentielle, nous intéresser de bout en bout!

le film annonce :

 

 

Rating:

Un très beau film sur l’univers des ROMS en Italie, que Monsieur Martin Scorcese aime beaucoup et a soutenu!

Pio a 14 ans et veut grandir vite, trop vite. Comme son grand frère Cosimo, il boit,et fume et apprend l’art des petites arnaques de la rue. Alors le jour où Cosimo n’est plus en mesure de veiller sur la famille, Pio va devoir prendre sa place. Mais ce rôle trop grand pour lui va vite le dépasser et le mettre face à un choix impossible.

C’est une véritable voyage en terre inconnue, et pourtant cela se situe dans le sud de l’Italie, dans des sortes de bidonvilles avec des Roms, qui vivent de divers larcins plus ou moins dangereux. Dans ce monde où les gamins fument à l’âge de 5/6 ans, on se sent vraiment dépaysé.

Les acteurs dirigés par JONAS CARPIGNANO sont en fait des membres d’une même famille. Le jeune Pio en est à son second long métrage avec ce réalisateur et il est criant de vérité. On l’admire, on frémit pour lui, on regrette ses choix, on comprend ses faits et gestes pour aider sa famille dans le désarroi alors que son frère aîné est dans l’impossibilité de les aider.

Ce film est un OVNI dans le domaine cinématographique, qui se situe au juste milieu entre le reportage, documentaire et la pure fiction. Toute la famille est incroyable de justesse, et plus particulièrement les plus âgés. Voilà un film qui m’a emporté de bout en bout, sans le côté voyeuriste auquel on peut s’attendre avec ce genre de sujet.

Certes ne film ne sort pas dans un énorme circuit, mais s’il passe dans votre ville ou votre quartier, vous verrez que vous ne serez pas déçu!

 

le film annonce :