Cinema

Rating:
VOTRE VOTE

J’ai rarement eu un tel coup de coeur pour un film et mieux encore pour 2 films en quelques jours, puisque j’ai aimé MISS déjà sur les écrans

Valérie Lemercier m’a toujours impressionné, même si je n’ai pas eu la chance de la rencontrer, et je ne désespère pas, quoiqu’avec son nouveau film, Aline, elle prendra encore plus d’importance en tant que réalisatrice ou même actrice, et ce non seulement en France mais bien au delà de nos frontières.

Pour son dernier film, Aline, elle s’est inspirée librement de la vie et de la carrière de Céline Dion, et dès les premières images on est sous le charme, avec notamment la vision d’une Aline encore toute jeune, avec sa famille.  Ce n’est pas vraiment un biopic, mais ça y ressemble toutefois un peu. Les effets spéciaux sont admirables.

Québec, fin des années 60, Sylvette (Danielle FICHAUD)  et Anglomard Dieu (Roc LAFORTUNE) accueillent leur 14ème enfant : Aline (Valérie Lemercier). Dans la famille Dieu, la musique est reine et quand Aline grandit on lui découvre  une voix en or. Lorsqu’il entend cette voix, le producteur de musique Guy-Claude (Sylvain MARCEL)  n’a plus qu’une idée en tête… faire d’Aline la plus grande chanteuse au monde. Épaulée par sa famille et guidée par l’expérience puis l’amour naissant de Guy-Claude, ils vont ensemble écrire les pages d’un destin hors du commun, et le film s’arrête il y a quelques années, puisqu’on voit les jumeaux nouveaux nés!

Même si les fans (et les autres) connaissent l’histoire, ils ne sauraient être déçus. Le plus incroyable c’est que , alors qu’on vibre, qu’on chante avec Aline, ce n’est pas la voix de Céline que l’on entend, mais une voix qui lui ressemble tellement que je me suis fait avoir. En effet c’est Victoria SIO qui chante, et c’est un exploit.

Les nombreuses apparitions sur scène d’ALINE sont filmées d’une manière magistrale. On se croirait dans les salles de concert, comme à Las Vegas. On sait que Valérie Lemercier n’a pas demandé de détails à Céline, qui a simplement donné son accord pour qu’un film sur elle soit tourné. Et, à ce jour, on ne sait pas si elle a déjà vu le film. Mais vu l’immense respect que Valérie montre envers Céline, il n’y a aucun doute quant à sa réaction. Jamais la moindre moquerie ou méchanceté, mais on sent l’admiration de la française pour la canadienne!

Quoi qu’il en soit, ce film est magique, non seulement de par son histoire et sa réalisation, mais grâce à ses comédiens. J’ai dit toute mon admiration pour Valérie Lemercier, mais elle est loin d’être la seule à mériter des superlatifs. Les autres comédiens, canadiens,  sont pour la grande majorité totalement inconnus dans l’Hexagone, mais cela ne saurait durer. Danielle Fichaud qui joue sa mère nous touche à chacune de ses apparitions. Elle est formidable de justesse. Sylvain Marcel (Guy-Claude) est tout aussi grandiose quant à son interprétation.

Il n’y a , selon moi, aucun défaut dans ce film de 2 heures, au point qu’à la fin, on se dit déja? oh please encore un peu…

Je pense que vous avez compris que s’il n’y a qu’un film à voir en cette période sombre, c’est bien ALINE.

le film annonce :

 

Rating:
VOTRE VOTE

Le cinéma peut nous apporter des instants magiques. C’est le cas avec MISS, actuellement au cinéma, et ce plaisir sera renouvelé le 8 Novembre avec un autre film : ALINE !

Alex, petit garçon  de 9 ans a un rêve : être un jour élu Miss France. 15 ans plus tard, Alex (Alexandre Wetter) a perdu ses parents et stagne dans une vie monotone, mais entouré d’une drôle de famille, puisqu’ils sont plusieurs colocataires dans la maison de Yolande (Isabelle Nanty). Parmi ces colocataires, une prostituée sur le retour (Thibault de Montalembert) . Une rencontre imprévue va réveiller ce rêve oublié. Alex décide alors de concourir à Miss France en cachant son identité de garçon. Beauté, excellence, camaraderie… Au gré des étapes d’un concours sans merci, aidé par une famille de coeur haute en couleurs, Alex va partir à la conquête du titre, de sa féminité et surtout, de lui-même…

Après un film que j’avais alors adoré (La Cage Dorée), Ruben Alves réussit un film qui nous fait passer par bien des sentiments, le rire, et les larmes….de bonheur notamment. Le scénario se situe certes dans le domaine des Miss, domaine dont je suis pour le moins étranger, même si j’ai eu la chance de rencontrer 2 miss dont Miss Corse et l’actuelle Miss France ( dans un hôtel cet été, accompagnées par la plus célèbre de toutes (Sylvie Tellier). J’avoue franchement ne pas savoir qui était qui, et j’ai été subjugué par leur gentillesse, comme le prouvent ces 2 photos.

Les 2 photos ci-dessus :@ Guy Courthéoux / onsortoupas.fr

Mais là, nous sommes dans leur univers, mais il ne s’agit pas du tout d’un film sur les Miss. C’est plus profond, plus fédérateur que ces élections qui pourtant attirent des millions de téléspectateurs chaque année.

Il faut surtout parler des comédiens et comédiennes que l’on voit sur l’écran : En tout premier Isabelle Nanty qui a chaque film réussit à nous montrer une autre facette de son talent Je ne vais pas mentir : JE L’ADORE. Dans MISS, elle nous bouleverse et avec son talent réussit à nous faire rire ou sourire. Le plus improbable reste Thibault de Montalembert, dans le rôle de la prostituée du Bois de Boulogne, Lola, dans lesquel on ne pouvait pas s’attendre à le voir et où il excelle. Tous les acteurs de la bande de la maison méritent d’être cités : Quentin Faure (Elias), Moussa Mansaly (Randy), Hedi Bouchenafa (Ahmed). Stéfi Celma, Miss Paca, rivale d’Alex n’a rien à envier aux autres question talent. A noter la présence de 2 comédiens que l’on adore dans l’équipe d’onsortoupas : Jean Franco, et un caméo de Guillaume Mélanie. Je vous laisse la surprise de découvrir une célébrité qui fait une courte apparition, grande amie de ces 2 comédiens. On ne peut passer sous silence celle qui joue l’organisatrice de ce concours, Pascale Arbillot, qui s’est quand même retrouvée face à Sylvie Tellier, qui officie dans ce rôle dans la vie réelle. Et enfin, celui sur qui repose tout le film, ex mannequin, d’une beauté à faire frémir tous ceux et celles qui verront ce film : Alexandre Wetter, dont c’est le premier rôle au cinéma, et à mon avis certainement pas le dernier. Il crêve l’écran.

Toutes les photos sauf celles des véritables Miss / Sylvie Tellier : @ Julien Panié © 2020 ZAZI FILMS – CHAPKA FILMS – FRANCE 2 CINEMA – MARVELOUS PRODUCTIONS

Je suis certes dithyrambique, mais je vous donne mon ressenti à la sortie de la salle où je l’ai vu. Cela fait longtemps que je n’avais pas adoré un film comme celui-là, et comme les bonnes choses n’arrivent jamais seules, il y aura un autre grand film à venir: ALINE de et avec Valérie Lemercier dans quelques jours sur nos écrans.

la bande annonce :

 

Rating:
VOTRE VOTE

Nicolas Vannier nous avait comblés avec DONNE MOI DES AILES ou BELLE ET SEBASTIEN, le revoilà avec POLY, un film familial où un animal, en l’occurence un Poney nommé Poly est le héros.

 

Cécile (Elisa de Lambert), 10 ans, déménage dans le sud de la France avec sa mère, Louise (Julie Gayet). L’intégration avec les autres enfants du village est loin d’être facile. Lorsqu’un cirque de passage s’installe à côté, Cécile découvre que Poly le poney vedette est maltraité. Elle décide de le protéger et d’organiser son évasion ! Poursuivis par Brancalou (Patrick Timsit), le directeur du cirque, et le mystérieux Victor (François Cluzet), Cécile et Poly s’embarquent dans une cavale pleine de rebondissements, un véritable voyage initiatique et une incroyable histoire d’amitié…avec des paysages de toute beauté, et un poney dont on rêve…

On est en plein dans le film familial, et ça tombe bien, les enfants sont actuellement en vacances. Et Nicolas Vannier réussit à intéresser les enfants autant que les adultes. Il sait filmer dans les grands extérieurs, il n’ y a que très peu de scènes en lieu clos, et le poney est filmé avec amour, ce qui fait qu’on s’y intéresse dès les premières minutes. De plus le scénario est tiré de la série  de Cécile Aubry LES AVENTURES DE POLY, et tout le monde connait ou se souvient de BELLE ET SEBASTIEN, du même auteur.

Quant aux acteurs ils restent dans le ton. Que ce soit François Cluzet ou Julie Gayet, ils n’en font pas trop. En revanche, dans le rôle du méchant, Partick Timsit en fait des tonnes, ce qui ne sera pas pour déplaire aux petites têtes blondes, parce qu’on ne peut pas oublier que le public à qui ce film est destiné, ce sont les enfants de tous âges. Et qu’actuellement il y a peu de films qui leur soit destinés en salles, en dehors des films d’animation.

la bande annonce :

 

 

Rating:
VOTRE VOTE

En ces temps où on a envie de se distraire, qu’il ne reste que très peu de solutions,c’est à dire le théâtre en fin d’après midi ou le cinéma entre les matinées vers 11h00 et la dernière séance à 18h00, on essaie de se précipiter vars les salles obscures pour tenter de se distraire. Alors, qu’en est-il de ce 30 JOURS MAX réalisé par Tarek Boudali?

Rayane (Tarek Boudali), jeune flic trouillard, qui vit avec sa grand-mère est le modèle type du maladroit, dont tous les collègues se moquent, dont l’ex-femme squatte son appart, et qui est amoureux transi de sa coéquipière Stéphanie (Vanessa Guide). Le jour où son médecin lui apprend qu’il n’a plus que trente jours à vivre, il comprend que c’est sa dernière chance de devenir un héros au sein de son commissariat et impressionner sa collègue. L’éternel craintif se transforme alors en véritable tête brûlée qui prendra tous les risques pour coincer un gros caïd de la drogue (José Garcia)…C’est sans compter sur des confrères jaloux, un commissaire qui se fout de lui (Philippe Lacheau, Julien Arruti, Nicolas Marié). Personnellement, la touche comique est surtout apportée par Chantal Ladesou, qui joue une prostituée et par la grand-mère de Rayane , en l’occurrence Marie-Anne Chazel.

Maintenant, je dois bien avouer que je n’ai pas trouvé beaucoup de ressorts comiques, je n’ai pas été surpris, et très vite je me suis désintéressé de  ce qui se déroulait devant mes yeux. Un voyage à Las Végas (mais quel intérêt ?). Parmi les bons moments une scène qui se déroule dans l’Ambassade du Mexique, et on se souviendra d’un hérisson.

Nous n’étions pas nombreux dans la salle, dommage pour le cinéma, mais j’ai du mal à conseiller d’aller voir cette comédie. On nous avait habitués à mieux avec leur bande, même « Epouse moi mon pote » utilisait mieux les ficelles de la comédie. Cela ne manque pas de trouvailles, les 3 scénaristes ( Tarek Boudali, Pierre Dudan, Grégory Boutboul) tentent au mieux de nous distraire, mais je n’ai vraiment pas été réceptif. Peut-être parce que j’attendais beaucoup de ce film, que j’avais vraiment envie de rire… et que je n’ai malheureusement pas ri.

TOUTES LES PHOTOS : ©-David-Koskas-Axel-Films-Production

la bande annonce :

 

Rating:
VOTRE VOTE

Il y a des films difficiles à classer sans dévoiler trop l’intrigue, et c’est le cas de UN MONDE AILLEURS d’Etienne Faure.

Dans une forêt équatoriale, en Equateur à la frontière Brésilienne, cinq garçons entreprennent une longue marche à la rencontre d’un mystérieux guérisseur. Suite à la blessure de l’un d’entre eux, ils se retrouvent bloqués au bord d’une rivière. De l’autre côté de la rivière, ils aperçoivent un campement assez étrange qui semble occupé par trois filles. Mais il est absolument impossible de traverser et de communiquer…

Inspiré d’un fait réel survenu aux Philippines il y a quelques années, le réalisateur filme un huit clos avec cinq garçons en pleine nature. Qu’y a t-il de l’autre côté du cours d’eau infranchissable ? Pourquoi aller de l’autre côté à la recherche de l’inconnu ? Les 5 jeunes mecs Paul Bartel, Emile Berling, Alain-Fabien Delon, Pierre Prieur et Ernst Umhauer semblent à l’aise dans les rôles qu’on leur a attibués. Deux d’entre eux ont des noms qui vous rappellent quelqu’un, la réponse est oui, ils sont bien  fils d’Alain  et fils de Charles. Convainquants.

Difficile de parler du film, c’est pourtant l’exercice que nous avons tenté. Tout d’abord avec un entretien avec Pierre Prieur :

Rencontre avec le réalisateur: Etienne Faure :

 

Quelques photos tirées du film:

et, enfin, la bande annonce :

 

 

Rating:
VOTRE VOTE

Ce film est un petit OVNI dans le paysage cinéma français actuel. une fable, avec de très bons interprêtes, qui ne laissera pas indifférent

Crooner au cœur brisé, Gaspard s’était juré de ne plus retomber amoureux. Quant à Lula, jolie sirène, elle n’a que le chant pour se défendre des hommes, en faisant s’emballer leur cœur jusqu’à l’explosion.
Lorsque la Seine en crue vient déposer Lula au pied du Flowerburger, la péniche-cabaret où chante Gaspard, c’est un mini-tsunami qui va bouleverser leur existence. Lui, l’homme qui a souffert d’avoir trop aimé, et elle, la créature qui n’a jamais connu l’amour, vont apprendre à se connaître.
Et à chanter d’une même voix…

Le réalisateur Mathias Malzieu a concocté un film sans genre. On est certes dans le fantastique, le domaine du rêve, des contes pour enfants, entre adultes, avec un petit côté musical et fantastique. En prenant tous ces qualificatifs, et en les mixant savamment vous allez obtenir ce film poétique parfaitement interprété par Nicolas Duvauchelle et Marilyn Lima, superbe en sirène. A leurs côtés un acteur formidable, Tchéky Karyo et une voisine qui comprend tout et qui n’est autre que Rossy De Palma.

Le film n’a pas connu de carrière exemplaire en salles, une ressortie post confinement s’étant fait dans une certaine discrétion. C’est peut-être le moment de découvrir ce film qui est disponible sur quasiment toutes les plateformes de VOD, et aussi désormais en DVD mais malheureusement pas en Bluray.

prix du DVD amazon : 14.99

sur la plateforme VOD : location en HD pour 4.99€ et achat en VOD : 13.99

 

le film annonce :

 

 

Rating:
VOTRE VOTE

Il y a des artistes qui sont capables de tout, en restant toujours au top. C’est le cas d’Isabelle Huppert, qui nous en fait la démonstration avec LA DARONNE  réalisé par Jean-Paul Salomé, une comédie qui fait honneur au cinéma hexagonal en cette rentrée somme toute morose pour le cinéma.

 

Patience est interprète_ traductrice pour des services de Police dans le domaine des stupéfiants.. Elle est spécialisée dans les écoutes téléphoniques en arabe, qu’elle maitrise parfaitement. Lors d’une écoute, elle réalise que le fils de l’infirmière qui s’occupe vraiment bien de sa mère dans un EHPAD, va transporter un énorme chargement de drogue vers Paris, et va tenter de couvrir les frais. Mais où va se trouver cette drogue pure? Son petit ami, le commissaire, est sur les charbons ardents et ne se doute pas de ce qui se trame dans son dos.

Dans le rôle très sympathique de la traductrice, c’est bien entendu Isabelle Huppert, qui semble parler parfaitement l’arabe ( ne m’en veuillez pas, je ne le parle pas et je ne juge que par ce que j’entends). Le commissaire, c’est Hippolyte Girardot, il faudrait ne pas oublier celle qui est sa mère, Liliane Rovère. Autres acteurs : Farida Ouchani (l’infirmière) et les petits truands Rachid Guellaz, Lourad Boudaoud. une autre personnalité s’affirme, celle de la concierge de Patience, Jade Nadja Nguyen.

Cette comédie est franchement une bonne surprise, sur un scénario certes fort improbable, mais qui réussit à nous intéresser et nous amuser pendant plus d’une heure et demie.

Si tous les films français étaient de cet acabit, il y aurait bien plus de monde dans les salles, où, malheureusement, en ces temps deCOVI, le nombre de séances est divisé par deux voire plus. Les séances qui débutaient autrefois le matin, commencent vers 16.00 en semaine, et 14h00 le week end.

le film annonce :

 

Rating:
VOTRE VOTE

Attendu comme le Messie ou le sauveur du cinéma à l’échelle mondiale, qu’en est-il exactement de ce film de Christopher Nolan?

Résumer l’histoire? plus que difficile. A la fois voyage dans le temps ou renversement temporel, à la fois espionnage avec méchants très vilains,  courses poursuites et scènes  d’explosion, on voyage dans plusieurs coins de la planète. Voilà qui ne résume rien, mais qui explique tout, ou tout au moins ce que j’ai compris. Une belle brochette de comédiens, certains bien connus du grand public : Robert Pattinson, Kenneth Branagh, Michael Caine ou la française Clémence Poésie, d’autres quasi inconnus comme le héros, John Davis Washington, digne fils de son père Denzel,  Elisabeth Debicki, Dimple Kapadia, parmi une belle pléiade.

Alors une réponse à la question: Chef d’oeuvre au daube totale?

Prenons d’abord le côté positif. La réalisation mérite un Oscar, où tout est quasi parfait. Les comédiens sont vraiment crédibles, les images de toute beauté, sans oublier les effets spéciaux qui sont spectaculaires. Maintenant, il faut bien que j’avoue être un peu stupide, mais je n’ai pas tout compris, et j’ai eu du mal à suivre les passages temporels. Et ce particulièrement dans la dernière 1/2 heure de ce film qui dure quand même 2h30. Etant proche de la sortie j’ai quand même vu une dizaine de spectateurs quitter la salle, au bout de 90 mns. Ce qui est quand même peu pour ce genre de production. C’est vrai que j’étais vraiment en manque de cinéma américain, de ces films qu’on appelle Blockbusters. Et que je ne comprends absolument pas les productions Disney qui n’ont pas sorti Mulan, que j’ai eu la chance de voir avant le confinement, et qui est absolument fantastique, à coup sur une bombe qui aurait donné envie de se précipiter vers les salles obscures.

Warner, distributeur de Tenet joue vraimentun gros atout avec la sortie tellement attendue, dont on ne connaît pas les chiffres, qui devraient être rendus publics en début de semaine prochaine, car, ne l’oublions pas, ce ne sont pas les critiques qui font le cinéma, une mauvaise critique ou une très mauvaise n’aura que peu d’influence sur les entrées. Certes, si 100% détruisent un film on peut penser qu’il n’y a pas de fumée sans feu, idem dans le sens inverse. Mais ce n’est pas le cas pour Tenet, et cette fois les commentaires sont mitigés, sans jamais être cassants.

Toutes les photos :

Copyright: © 2020 Warner Bros. Entertainment Inc. All Rights Reserved.

Photo Credit: Melinda Sue Gordon

 

Bon je n’ai pas donné mon avis, et je reste mitigé moi aussi. Admiratif du travail du cinéaste et de la réalisation. Mais je reste sur ma faim, parce que j’aime une histoire avec un début et une fin.

Donc allez-y et soumettez votre avis si vous le désirez. Ajoutez des étoiles sur cette page si le coeur vous en dit, et si vous avez a.d.o.r.é ou si vous avez détesté, dites nous pourquoi?

Voici la bande annonce :

Le film se joue en IMAX au Pathé quai d’IVRY, et au Pathé La Villette

en 4DX Pathé Quai d’Ivry, Pathé La Villette, Gaumont Aquaboulevard ainsi au Pathé Wepler et au Pathé Beaugrenelle

Dans cette même salle il y a des séance en Dolby Cinéma, ce qui est une expérience superbe!

 

 

Rating:
VOTRE VOTE

LA BONNE SURPRISE de l’été, qui nous vient des Etats Unis : La Voix Du Succès:

Grace Davis (Tracee Ellis Ross) est adulée par plusieurs générations de fans, elle doit beaucoup au dévouement sans borne de Maggie (Dakota Johnson), son assistante personnelle, qui remue ciel et terre pour satisfaire ses moindres exigences. Maggie n’a pas pour autant renoncé à son rêve qui est  de devenir productrice musicale. Mais quand le fidèle manager de Grace propose à la star un projet susceptible de bouleverser sa carrière, à savoir se produire à long terme à Las Vegas,  Maggie se retrouve face à un choix crucial. Un choix dont même elle, malgré son professionnalisme,n’aurait pu imaginer les conséquences … Une rencontre avec un jeune musicien, David (Kelvin Harrison Jr)  va peut-être changer la donne. Choisira-t-elle la star ou le jeune musicien de talent? Ou retournera-t-elle chez son père (Bill Pullman) DJ radio?

Il y a tout dans ce film, des sentiments, des moments de bonheur intense, des interprètes au summum, des personnages auxquels on s’attache, et pas seulement la jeune héroïne, pas seulement le jeune chanteur, mais tous les personnages, même ceux qui ne sont pas toujours les plus sympas. Et tout cela, vu que l’on est dans un monde de musique, avec de superbes chansons. Je n’ai pas vu ce film dans les meilleures conditions, pourtant j’ai gardé les yeux rivés à l’écran, ne voulant pas en perdre une miette. Et je ne mentirai pas en disant que j’ai versé quelques fois des larmes de bonheur!

Inutile de dire que tous les interprètes sont superbes. profitez de cette surprise estivale, qui vous donnera l’envie de courir vers les salles. Si cela ne tenait qu’à moi, je ferai un marathon en commençant par la séance du matin (qui j’espère va revenir bientôt dans les grandes salles parce qu’à l’heure actuelle les premières séances sont plutôt vers 16h00 en semaine). D’ailleurs je n’ai qu’une envie c’est de re-découvrir ce film dans une grande salle, avec le meilleur son et la meilleure image possibles. Merci à Nisha Ganatra qui nous offre ce film merveilleusement réalisé, sans aucun temps mort. N’hésitez pas, ce genre de film vous fera aimer, que dis-je adorer le cinéma, et vous donnera vraiment envie de retourner vers les salles de cinéma.

toutes les photos : @ UNIVERSAL Pictures, tous droits réservés

le film annonce :

et deux petits extraits :

 

Rating:
VOTRE VOTE

Voilà comme un OVNI dans le paysage audio visuel qui mêle cinéma, immersion dans l’image, beauté des images et du son, 5 spectacles différents et tous absolument magnifiques.

 

visuel capsule Jardins Mystiques

visuel capsule Japon

visuel capsule -CALLAS

visuel capsule 3ème Scène

 

Décrire cette expérience de Jam Capsule  est assez difficile. Un concept : un espace culturel inédit ouvert à tous et à tous les publics. Sur un espace de plus de 2500 m2 vous allez voyager sur 5 univers totalement différents, chaque domaine dure entre 45 et 50 minutes. Bien des arts sont représentés : la dans, l’opéra, la peinture, le voyage, la photographie, avec un grand maître : Yann Arthus-Bertrand. Je n’ai pas vu tous les films, chacun ayant sa propre spécificité, mais je peux vous dire que j’ai été subjugué par la qualité et la force des images de LEGACY.

Fondé par ATHEM, THE JAM PROJECT est un atelier parisien dédié à la production, la scénographie et la création appliquées au secteur culturel. Sa particularité est de favoriser les collaborations artistiques interdisciplinaires inattendues afin de provoquer la conjonction d’un hasard heureux et créer des oeuvres singulières et audacieuses. Le projet est né à l’initiative de Philippe Ligot, en collaboration avec Renaud Donnedieu de Vabres, Marleen De Backer, Nicolas Laugero Lasserre et Delphine Schaack.

Philippe Ligot présente le projet à la caméra d’Onsortoupas,

Un des réalisateurs, Tom Volf, qui a réalisé Maria by Callas ainsi que Jardins Mythiques nous conte son projet :

un extrait qui vous donnera une idée plus précise :

L’actuel directeur de l’Opéra de Paris, Stéphane Lissner est venu en personne présenter une capsule:

3ème Scène – le lac perdu

et une série de photos :

Peintres Flamands 4

Peintres Flamands 3

Peintres Flamands 2

Peintres Flamands 1

La Callas – The Jam Project

La Callas – The Jam Project

La Callas – The Jam Project

Legacy – The Jam Project

The Jam Project – Japon

 

DIMENSIONS DE LA JAM CAPSULE
Longueur : 40 mètres
Largeur : 25 mètres
Hauteur : 12 mètres
Surface de vidéoprojection : 2 500 mètres carrés

Quelques infos pratiques:

la Grande Halle de la Villette : Métro Porte de Pantin

Jam Capsule, c’est du mardi au dimanche de 12h00 à 23h00 jusqu’au 12 Septembre

AUTRES RENSEIGNEMENTS ET BILLERIE  : jamcapsule.fr

Pass journée  disponible pour voir les 5 capsules : 38€

Prix par séance :

Offre de lancement, limitée : 10€, tarif normal web : 18€, et, à partir de 4 places : 15@ par personne

jeunes de 7 à 25 ans : 10€ gratuit pour les moins de 7 ans

seniors et demandeurs d’emploi (avec justificatif à l’entrée) : 15€