Archives

All posts for the month février, 2019

Le texte de Theodor Holman a dejà été 2 fois adapté au cinéma. cette fois après un succès en Avignon, en voici l’adaptation française sur la scène de la Manufacture des Abbesses.

Théo Van Gogh a adapté ce texte en 2003 pour le cinéma, et Steve Buscemi en a fait de même en 2007 avant que Laurence Postma en fasse une version hindi en 2011. C’est dire si ce texte semble toucher beaucoup de monde. La version théâtrale se base plus sur le film de Steve Buscemi et a été adapté en français par Tom Morton, qui en est aussi l’acteur principal aux côtés de Tiffany Hofstetter, dans une mise en scène de Thierry Harcourt.

 

Ce face à face se déroule en majeure partie dans une chambre d’hôtel où un journaliste un peu raté rencontre une jeune actrice, plus connue pour ses formes agréables et son joli visage que pour ses talents de comédienne, en gros une pure people comme on en voit des centaines dans Gala ou Voici, qui ne doivent leur célébrité qu’à leur physique. Ce n’est pas pour autant que ce texte soit une critique de ce genre de personnes. Les 2 protagonistes jouent un peu au chat et à la souris, sans qu’on sache vraiment qui est le chat ou la souris.

La jeune et jolie  Tiffany Hosfstetter prête ses traits à Katia, et se confie à la caméra d’Onsortoupas:

Difficile de mettre en scène ces joutes verbales, et pourtant Thierry Harcourt a réussi ce pari, comme il va l’expliquer au micro d’Onsortoupas:

INTERVIEW,c’est à la Manufacture de Abbesses

les lundi, mardi et mercredi à 21h00, et dimanche à 20h00

in English March 17 & 31 and April 7, 14, 21.

Manufacture des Abbesses 7 rue Véron 75018 Paris

Réservations : 01 42 33 42 03 ou www.manufacturedesabesses.com

Alors que ce site est parmi les favoris des fans de Sylvie Vartan ou de Claude François, qu’il s’intéresse beaucoup à l’Opéra, voilà un coup de coeur qu’il nous fallait vous faire partager: Le groupe SKÁLD, avec son chant des Vikings!

SKÁLD puise son inspiration dans la mythologie nordique. Mûri de longue date par un groupe de passionnés, ce projet est né de la rencontre du producteur et compositeur Christophe Voisin-Boisvinet avec un trio de chanteurs aux timbres atypiques. Ensemble, ils décident de faire revivre la poésie des anciens scaldes qui chantaient dans leur langue – le vieux norrois – l’histoire des peuples et des dieux vikings.

Dans la société scandinave de la première moitié du Moyen Âge, les scaldes sont conteurs, poètes et musiciens qui chantent les louanges d’une lignée, narrent l’épopée d’un héros ou les exploits des dieux. Il existe très peu d’informations sur leurs fonctions et leurs origines. Étaient-ils les héritiers des chamanes ? Un peu sorciers, un peu magiciens ? Avaient-ils une fonction rituelle ou cultuelle ? Personne aujourd’hui ne peut vraiment l’affirmer. Cependant, grâce à des témoignages uniques – comme la formidable Edda poétique qui est un ensemble de poèmes rassemblé par l’Islandais Snorri Sturluson – une part de leur héritage est parvenu malgré tout à traverser les siècles. C’est cet héritage que SKÁLD fait revivre aujourd’hui en immergeant l’auditeur dans un paysage sonore riche et évocateur, utilisant pour cela une palette d’instruments spécialement choisis pour l’occasion. Percussions tribales, comme les tambours chamaniques de différentes tailles, évoquent la puissance martiale et les conquêtes ; les petites percussions constituées d’ossements d’animaux et de bois de cerf s’inspirent surtout du paganisme, alors que la musicalité des cordes – comme la Lyre, la Talharpa, la Maurache à archet, le Jouhikko ou la Nyckelharpa – dévoile toute la richesse de la culture scandinave. Quant au chant, omniprésent, il porte en lui tous ces aspects à la fois.

SKÁLD est avant tout un projet vocal porté par trois interprètes spécialistes des techniques du chant des scaldes tel qu’il a été rapporté par les rares témoignages de l’époque. Pour cela, ils utilisent la pleine puissance de leurs voix à la tessiture particulière, et qu’il soit guttural ou lyrique, leur chant – toujours profond et organique – fait naître une multitude d’images fortes et évocatrices. Justine Galmiche, Pierrick Valence et Mattjö Haussy, viennent d’univers musicaux différents, mais ont pour point commun une parfaite connaissance des cultures scandinaves. On revient quelques 1000 ans en arrière, on est au cœur de Games of Throne ou des séries comme Les Vikings, musicalement tout au moins c’est ce que l’on ressent.

TOUTES LES  PHOTOS / @ Die Frau

 

En concert récemment à la Cigale devant un public d’amateurs du genre, avec beaucoup de gothiques dans la salle, ils ont reçu une véritable ovation, amplement méritée. La vidéo ci dessous ne rend pas hommage à leur travail, mais vous donne une petite idée de ce que vous pouvez découvrir sur scène

Vidéo : onsortoupas.fr

De bien  meilleures vidéos ci dessous :

 

 

 

D’autres dates pour leurs prochains concerts:

le 29 Mars : L’Usine  à Istres

30 Avril : Le Grillen à Colmar

23 Juin : Hellfest à Clissons

 

 

 

 

Rating:

Le vie à la cour de Louis XIV, avec sa femme l’Infante d’Espagne, sa maîtresse en titre, Madame de Montespan, revue et corrigée sous forme de comédie….et de musique.

Vous dévoiler plus avant ce que vous allez voir serait trop difficile. La troupe, va vous faire rire aux éclats pendant plus de 90 minutes. Il faut bien avouer que Nicolas Lumbreras possède bien des talents, qui a non seulement écrit et mis en scène cette pièce ( assisté, pour la mise en scène par Delphine Piard!) mais il en a aussi composé les musiques. Bref un homme à tout faire, un génie qui connaît la mécanique du rire et en fait profiter la salle. les comédiens  sont tous au top, qui se partagent tous les rôles: Emmanuelle Bougerol (L’Infante), Serge da Silva (Louis XIV, entre autres), Nicolas Lumbreras ( Dieu, entre autres), Constance Carrelet (Madame de Montespan entre autres), Benjamin Gauthier  et Benoît Morêt qui ont de nombreux rôles différents.

Je l’ai dit et je le répète. On ne prend rien au sérieux, mais on se base sur la réalité, avec des entorses qui ne peuvent que vous faire rire.

Nous nous sommes dépêchés d’aller applaudir cette pièce délirante et nous en avons profité pour rencontrer Dieu, et l’Infante d’Espagne, rien que ça! En fait nous avons rencontré Nicolas Lumbreras et Emmanuelle Bougerol:

Jean Louis XIV, c’est au Théâtre des Béliers Parisiens, 14 rue Sainte Isaure Paris 18

du mardi au samedi à 21h00
le dimanche à 15h00

Réservations : 01 42 62 35 00

ou https://www.theatredesbeliersparisiens.com

Placement libre

  • 32 € : Tarif unique
  • 18 € : Habitants du 18ème (uniquement au guichet en fonction des places disponibles)
  • 10 € : – 26ans (uniquement au guichet en fonction des places disponibles)

quelques extraits:

 

Molière et Madeleine Béjart, une histoire d’amour, qui va connaître des bouleversements lorsque le célèbre auteur va vouloir épouser Armande, fille de Madeleine.

En 1661 Molière (Christophe de Mareuil) connaît enfin la célébrité. c’est le moment où il décide d’abandonner sa maîtresse pour en épouser sa fille. Mais comment Madeleine (Anne Bouvier) va -t-elle réagir? On se retrouve plongé dans ces années où on parle de Boileau, La Fontaine, Corneille, et du Grand Roi. Il fallait bien du talent pour écrire cette histoire, et c’est Gérard Savoisien qui nous la raconte, dans une mise en scène d’Arnaud Denis.

Photo Fabienne Rappeneau

Photo Fabienne Rappeneau

Photo Fabienne Rappeneau

Photo Fabienne Rappeneau

 

Les comédiens sont absolument parfaits. On rentre dans l’histoire dès que le rideau s’ouvre, avec des décors somme toute,  assez simples, mais qui semblent être la parfaite illustration de cette époque, ou d’une ‘loge’ de théâtre de cette époque.

Photo Fabienne Rappeneau

Photo Fabienne Rappeneau

Photo Fabienne Rappeneau, tous droits réservés. Toute diffusion, utilisation interdite sans autorisation de l’auteur.

Je vous ai parlé de 3 personnages, et pourtant ils ne sont que 2 sur scène, la fille étant juste représentée par une très belle robe d’époque dans un des recoins de la scène du Théâtre Rive Gauche.

Photo Fabienne Rappeneau

On ne s’ennuie pas une seconde, on vibre avec les 2 comédiens, on sourit, on rit, et on se sent concernés.

Une fois encore une rencontre s’imposait, avec Anne Bouvier, resplendissante dans le rôle de Madeleine:

Mademoiselle Molière, au Théâtre rive Gauche, c’est du mardi au samedi à 19h00, matinée le dimanche à 17h30

Prix des places au guichet: de 17à 35 €

locations au 01 43 35 32 31

ou

www.theatre-rive-gauche.com

Rating:

Quand une histoire vraie qui s’est déroulée pendant la seconde guerre mondiale devient pièce de théâtre…. Après son triomphe au Théâtre des Béliers Parisiens, la voici dans la très belle salle du Splendid St Martin

 

Les crapauds fous raconte l’histoire de médecins polonais qui vont sauver un village, mais aussi des milliers de vies , tout simplement en organisant une  énorme supercherie. On raconte l’histoire sur 2 époques; de nos jours, et au moment où les faits se sont déroulés dans une petite ville de Pologne. Une vingtaine de personnages qui vont  vous captiver pour  vous faire vivre avec une bonne dose d’humour une histoire qu’on pourrait croire trop belle pour être vraie. Et pourtant c’est une histoire vraie.

Beaucoup de comédiens certes , si on compte ceux qui se retrouvent sur l’affiche, beaucoup de personnages, mais au final, beaucoup de comédiens en alternance: Benjamin Arba, Merryl Beaudonnet, Charlotte Bigeard, Constance Carrelet, Hélie Chomiac, Gaël Cottat, Rémi Couturier, Charlie Fargialla, Tadrina Hocking, Frédéric Imberty, Damien Jouillerot, Blaise Le Boulanger, Claire-Lise Lecerf, Valentine Revel, Thibaud Pommier, Christian Pelissier. Tout ce petit monde va vous faire vivres ces aventures sous la direction de celle qui a écrit la pièce : Mélody Mourey.

Auteur et metteur en scène, voilà une bonne raison de rencontrer Mélody:

LES CRAPAUDS FOUS, c’est au Splendid St Martin, les vendredis et samedis à 19h00, dimanche à 17h30

49 rue du Faubourg St Martin, Métro Strasbourg Saint Denis

Locations au 01 42 62 35 00

Places de 20 à 43 €

 

 

Rating:

Si vous pensez voir du Jules Verne, comme dans ses oeuvres…c’est peine perdue, mais si vous avez envie de vous plier en 2 de rires, avec pour toile de fond LE TOUR DU MONDE EN 80 JOURS, alors courez au Théâtre de la Tour Eiffel.

 

Tout le monde connaît l’histoire de Philéas Fogg le célèbre roman de Jules Verne, qui fut écrit( en 1872. Soyons honnêtes, on en retrouve la trame dans cette adaptation théâtrale signée Sébastien Azzopardi. Suite à un pari, Philéas doit réaliser un tour du monde en 80 jours, à la minute près. Avec son domestique Passepartout, ils vont voyager, par train et bateau, poursuivis par l’inspecteur Fix qui le soupçonne du vol d’une somme énorme à la banque d’Angleterre. Sur leur chemin Philéas va secourir la Princesse Aouda, suite au décès de son Rajah de mari. Je passe la liste des personnages qui apparaissent sur la scène, ce serait trop long. Il y a cependant un personnage redondant, qui doit délivrer les cachets sur le passeport. Et il y a même un éléphant…. qui est un des grands moments de ce délire théâtral.

La pièce a été jouée depuis 10 ans et a déjà été vue par 1.000 000 de spectateurs. Sébastien Azzopardi a réuni une bande de joyeux drilles pour cette nouvelle série de représentations : Pierre Cachia, Erwan Cregnou, Margaux Maillet et Benoit Tachoires. Il a ajouté des faits divers liés à l’actualité, et le moins que l’on puisse dire, c’est que les spectateurs sont pliés  en 2 de rires du début à la fin, avec le texte, avec les costumes, avec les comédiens, et on passe un moment délectable dans cette ré-adaptation nouvelle de la pièce. Et vous pouvez y aller en famille, chacun trouvera de quoi rire, et sortir heureux .

Sébastien Azzopardi est le maître d’oeuvre de ce tour Du Monde. Raison de plus pour le rencontrer. Voilà qui est chose faite:

LE TOUR DU MONDE EN 80 JOURS, c’est au Théâtre de la tour Eiffel pour 50 représentations exceptionnelles!

Du mardi au samedi à 20h454, avec matinées le dimanche à 16h45

Prix des places :

Carré VIP : 28 à 35 € ( avec Champagne et vestiaire offerts)

1ère catégorie : 25.50 à 30€

2ème catégorie : 15 €

locations : 01 40 67 77 77

Le théâtre de la Tour Eiffel, c’est au 4 Square Rapp à Paris 7ème

La bande annonce  actualisée:

 

Rating:

Rabbit Hole, drôle de titre, vous en aurez l’explication plus loin dans ce post, par deux des comédiens : Patrick Catalifo et Lolita Chammah

 

Que faire lorsqu’on a perdu ce qui nous est le plus cher dans notre vie? Becky (Julie Gayet) et Howard (Patrick Catalifo) tentent tous les deux, sans succès de surmonter un évènement qui a détruit leur vie. Dans la toute première scène, la soeur de Becky (Lolita Chammah) lui raconte quelques déboires avant de lui apprendre qu’elle attend un enfant. Leur mère sera aussi sur scène (Christiane Cohendy) ainsi qu’un voisin qui semble bien prêt de l’évènement épouvantable (Renan Prévot). Je ne vais pas vous en dévoiler plus, il faut aller voir la pièce pour entrer dans cette intrigue qui ne peut que vous remuer les tripes.

L’adaptation française de la pièce de David Lindsay Abaire est signée Marc Lesage dans une mise en scène très intelligente de Claudia Stavisky, qui joue avec les décors dans ce huis clos.

 

Toutes les photos : @Simon Gosselin

Rencontre avec 2 des comédiens: Lolita Chammah et Patrick Catalifo.

Comédiens vraiment au Top, mise en scène intelligente, texte qui va vous surprendre, ce Rabbit Hole est un bon moment de Théâtre qui ne se joue que pour une durée limitée ( 60 représésentations exceptionnelles); Ne manquez pas ce spectacle

Rabbit Hole, aux Théâtre des Bouffes Parisiens, du mardi au samedi à 21h00 et le dimanche à 15h00

Prix des places : de 15 à 46 €

Théâtre des Bouffes Parisiens 4 rue Monsigny 75002 Paris

 

 

Rating:

Basée sur les mangas de Yukito Kishiro, ALITA : BATTLE ANGEL est sans conteste un film majeur sur les écrans, grâce à James Cameron (Producteur) et Robert Rodriguez (Réalisateur)

Lorsqu’Alita se réveille sans aucun souvenir de qui elle est, dans un futur qu’elle ne reconnaît pas, elle est accueillie par Ido, un médecin qui comprend que derrière ce corps de cyborg abandonné, se cache une jeune femme au passé extraordinaire. Ce n’est que lorsque les forces dangereuses et corrompues qui gèrent la ville d’Iron City se lancent à sa poursuite qu’Alita découvre la clé de son passé – elle a des capacités de combat uniques, que ceux qui détiennent le pouvoir veulent absolument maîtriser. Si elle réussit à leur échapper, elle pourrait sauver ses amis, sa famille, et le monde qu’elle a appris à aimer…

Nous sommes au 23ème siècle, la Terre a connu « la Chute », une guerre dévastatrice qui a stoppé tout progrès technologique et laissé derrière elle une société où chaque outil technologique est réutilisé et reformaté, et où seuls les plus forts survivent.300 ans plus tard, le cœur de la vie sur Terre est Iron City, une oasis de survivants,  où les gens ordinaires et les humains cybernétiquement optimisés cohabitent sous Zalem, la dernière grande Cité du ciel. Iron City est sur le point de se découvrir un héros improbable ; une adolescente cyborg qui s’éveille au milieu d’une décharge et part à la recherche de son identité, et qui va devenir la flamme de l’espoir pour le monde entier.

Tout commence lorsque le Dr Dyson Ido, un cybermédecin (Christoph Walz), fait une découverte dans une décharge qui changera à jamais sa vie et le destin d’Iron City : les restes d’une fille-cyborg (Rosa Salazar) dont le corps est brisé, mais dont le cerveau humain fonctionne encore. Ido ne peut se résoudre à l’abandonner. Il se lance dans la restauration de ce mystérieux cyborg et va la voir apprendre, grandir et goûter pour la première fois aux plaisirs merveilleux de la vie. Mais la fillette douce et curieuse qu’Ido baptise Alita cache de lourds secrets. Lorsqu’elle révèle par inadvertance qu’elle possède des aptitudes au combat depuis longtemps oubliées, il devient clair qu’elle doit se forger sa propre destinée. Car même si l’art de la guerre est depuis toujours ancré en elle, Alita doit découvrir au plus profond d’elle-même les raisons de se battre.

Nous sommes vite sous le charme de cette jeune cyborg, qui va évoluer dans des décors incroyables, faire des rencontres qui changeront sa cvie ( et qui nous surprendront par la même occasion). On connaissait le talent du producteur et du réalisateur. la conjugaison des 2 est un véritable bonheur pour le spectateur. Inutile de vous dire que c’est un film à voir absolument dans les meilleures conditions (IMAX, Dolby Atmos, écran géant, 3D….) Vous serez transporté dans ce monde de visonnaires par la magie du cinéma et vous allez rester collé à votre fauteuil pendant les 2 heures du film. Les fans de manga, de science fiction, de  cinéma vont être aux anges…mais pas qu’eux!

Le film annonce

 

 

 

Rating:

Un classique de la littérature, une adaptation théâtrale réussie, un succès mérité,  arrive au Théâtre La Bruyère

 

Faire un voeu et s’apercevoir qu’il se réalise, voilà ce qui arrive au jeune Dorian Gray (Mickael Winum). Alors qu’il se faire peindre son portrait par Basil (Fabrice Scott ou  Maxime de Toledo), il fait ce voeu de demeurer pour toujours dans la splendeur de sa jeunesse. Il fait ce voeu en la présence de celui qui deviendra son ami et mentor (voire plus?) (Thomas Le Douarec). Ajoutons Celle qui jouera plusieurs rôles : en alternance Caroline Devisme ou Solenn Mariani, et les cartes sont placées. Le roman d’Oscar Wilde est superbe, classique de la littérature et tout le monde, ou presque, connaît l’histoire de ce tableau qui vieillit  alors que celui qui a posé garde à jamais les traits de la jeunesse.

Thomas Le Douarec  est l’auteur et le metteur en scène de cette fable pour la scène. La pièce a déjà connu le succès partout où elle a été jouée. Cet homme de théâtre a de nombreux succès à son actif, citons, entre autres, Vol au dessus d’un nid de coucous (Théâtre de Paris), Le Dindon de Feydeau (Théâtre La Bruyère), Arrête de pleurer Pénélope ( Café de la gare, Palais des glaces) qui a attiré plus d’un million de spectateurs! C’est donc avec des assurances de qualité qu’on peut se rendre au Théâtre le Ranelagh pour voir cette version du Portrait de Dorian Gray. Et il est certain qu’on ne peut pas être déçu. On tombe immédiatement sous le charme de celui qui incarne Dorian : Mickael Winum.

Pour que vous en soyez assurés, une rencontre filmée s’est imposée: la voici dans son intégralité :

Le spectacle se joue en français du mardi au samedi à 21h00, matinées samedi à 16h30 et dimanche à 15h00

Renseignements et Réservations : 01 48 74 76 99

Pris des places : 22 à 32 €

Théâtre la Bruyère 5 rue La bruyère 75009 Paris, Métro : St Georges (ligne 12)

Toutes les photos : @ Ben Dumas

 

Rating:

Jean Poiret, Michel Roux, Gérard Rinaldi, sans oublier Corinne Le Poulain sont quelques uns des comédiens qui ont joué dans cette pièce devenue un classique. Voici la nouvelle version mise en scène par Nicolas Briançon

Hugh Preston est un animateur-vedette de la BBC, marié depuis 15 ans à Liz qu’il trompe avec de nombreuses maîtresses.Un vendredi soir, Hugh apprend que sa femme a un amant.
Au pied du mur, elle avoue alors à Hugh sa liaison avec un homme avec qui elle compte partir le dimanche matin suivant. Hugh offre à sa femme de prendre les torts à sa charge, et de se faire prendre en flagrant délit d’adultère au domicile conjugal avec sa secrétaire, et invite l’amant à passer le week-end à la maison.  Voici donc Liz (la femme), Hugh (le mari), John (l’amant), Patricia (la secrétaire de Hugh), plus Mme Grey (la gouvernante) et un canard , réunis pour un week-end au cours duquel Hugh, en joueur d’échecs qu’il est, va tout faire pour reconquérir sa reine.

Le pièce de William Douglas Home, créée en  1967, et adaptée en français par Marc Gilbert Sauvajon au début des années 70. La pîèce est devenue un véritable classique du boulevard  et la mise en scène de Pierre Mondy a donné à Jean Poiret ainsi qu’à Michel Roux  de grands succès  sur les planches. Revoilà la pièce, toujours dans l’adaptation française de Sauvajon, et dans une mise en scène actualisée de Nicolas Briançon.

Dois-je écrire qu’on rit de bout en bout avec cette bande de joyeux drilles qui rendent parfaitement hommage au texte. : Nicolas Briançon, François Vincentelli, Anne Charrier, Alice Dufour et Sophie Artur qui joue la bonne à tout faire? Inutile! Les rires fusent de toutes parts. les comédiens s’amusent visiblement autant que le public et aucun n’est laissé pour compte. Chacun a sa dose de bonnes répliques, chacun a ses situations cocasses.

Certes nombre de téléspectateurs avaient pu voir la version filmée pour Au Théâtre Ce Soir, à la télévison, avec Jean Poiret, qui, on le sait, a toujours su choisir ses rôles. C’était en 1979, et nombre d’entre nous en ont entendu parler, mais malheureusement n’avaient pas vu cette version. Elle a été éditée en cassette vidéo ensuite, mais qui donc a encore ce matériel désormais totalement dépassé? J’aimerais tellement que l’INA ressorte la version filmée avec l’autorisation des ayants droits, ceci dit sans renier la version actuelle qui est quand même hilarante et qui va à coup sur finir la saison, ne serait-ce qu’à écouter les rires dans la salle.

Quoi qu’il en soit, si vous ne l’aviez jamais vu, alors précipitez-vous au Théâtre de la Michodière, vous allez rire de bon coeur avec cette histoire extravagante avec femme mari  et amant, sans oublier la gouvernante qui gère tout. C’est un excellent moment de théâtre et les occasions de rire ne sont pas monnaie courante ces derniers temps.

LE CANARD A L’ORANGE, c’est au Théâtre de la Michodière

Du mardi au vendredi à 20h30, samedi 16h30 et 20h30, dimanche 15h30

Prix des places : 18 à 46 €

location

Par téléphone : 01 47 42 95 22

En ligne : www.michodiere.com