Archives

All posts for the month octobre, 2022

Rating:
VOTRE VOTE

Voilà donc la première comédie romantique LGBT ( en fait gay), oeuvre du trio : Billy Eichner, Nicholas Stoller et Judd Apatow. Le public est donc dans la lignée, le film se joue sur très peu d’écrans.

Voilà la toute première comédie romantique gay, autour de deux hommes qui – peut-être – connaîtront le grand amour. Mais rien n’est sûr car ils sont tous les deux très, très occupés…

Dès les premières images le ton est donné. le héros est animateur radio, en talk show ce soir là, qui va ensuite aller dans une discothèque gay, où il va rencontrer un mec d’un soir. Que va-t-il se passer entre eux? Vous devinez déjà la suite, avec toutefois quelques surprises, mais on n’arrive pas vraiment à s’intéresser à cette relation, et ce sont surtout les personnages secondaires qui seront intéressants et apporteront une touche de fantaisie à cette bluette. L’affiche est accrocheuse, qui laisse à penser que c’est vraiment une comédie. Certes on ne pleure pas, si ce n’est du niveau de l’histoire, mais on sourit au mieux, sans aller plus loin.

Une très belle bande son, avec entre autres du David Bowie et des interprètes peu connus du grand public : Billy Eichner, Nicholas Stoller ,  Judd Apâtow, Luke MacFarlane, Ts Madison, Monica Raymund, Guillermo Díaz, Guy Branum , Amanda Bearse, Debra Messing, Bowen Yang, Harvey Fierstein, ce dernier étant à l’origine du superbe TORCH SONG TRILOGY

Bobby (Billy Eichner) & Aaron (Luke Macfarlane)

J’aurais aimé pouvoir inciter à aller le voir, mais dès les premières séances, le jeu était fait, et en 2ème semaine, rares , rarissimes, sont les écrans qui poursuivront l’aventure de BROS.. Félicitons les studios UNIVERSAL qui ont fait le pari, qui avaient quand même gagné le pari en France (et à l’étranger) avec Les Crevettes Pailletées.

le film annonce :

 

Rating:
VOTRE VOTE

Force est d’avouer que j’avais quelques réticences sur ce film, ayant adoré LE JOUET de Francis Véber sorti en 1976. J’en avais parlé plus tard avec le réalisateur lors de la sortie d’un autre de ses films. Et je dois dire que je suis très loin d’être déçu par ce NOUVEAU JOUET qu’a réalisé James Huth. Une vision plus actuelle de cette histoire avec des comédiens au top.

Nul n’est mieux servi que par soi -même dit le proverbe, et c’est le cas vu que le scénario a été habilement adapté par Jamel Debbouze,  James Huth et  Sonja Shilitto, bien entendu d’après le scénario original de Francis Véber, qui, ne l’oublions pas est quand même l’auteur de quelques très grands succès du cinéma français, comme Les Compères, Le Diner de cons, Les Fugitifs ou encore La chèvre, toujours servis par d’immenses comédiens.

Cette fois, un jeune fils de milliardaire français, qui a perdu sa maman peu de temps avant, enfant gâté, pourri, (Simon Fallu) va se voir offrir un cadeau qu’il choisira lui même dans un des grands magasins  que dirige son père ( Daniel Auteuil). Le moins que l’on puisse dire c’est que son choix sera des plus douteux, puisqu’il va demander son JOUET, en l’occurrence le gardien de nuit de ce grand magasin (Djamel Debbouze).  Ce dernier est totalement fauché  et n’acceptera ce deal d’une journée qu’avec compensation qui lui permettra d’aider sa femme enceinte La suite je ne vous la dévoilerai pas. Le choc entre deux mondes, les prolos et les grandes fortunes, avec un gamin  qui mérite des claques….

J’ai vu le film en salles, en soirée, et je dois bien me rendre à l’évidence, la salle a marché, a ri et j’ai pris un vif plaisir à cette comédie.  J’ai entendu de nombreux rires dans la salle, et la joie se lisait sur les visages à la sortie. Dommage que le circuit de salles se soit rétréci pour la seconde semaine d’exploitation. Le film méritait mieux, et je ne regrète pas de m’être déplacedans une salle pour passer un excellent moment.

N’hésitez pas, si ce film se joue près de chez vous, vous serez certain de passer 90 minutes agréables, même si les comédiens en font des tonnes, mais  bon, c’est une comédie, et accentuer les traits de caractère est une des ficelles dans ces cas là!

 

Le film annonce :

 

Rating:
VOTRE VOTE

DRUM BOTHERS, un titre de spectacle qui nous laisse penser immédiatement que c’est anglo-saxon, et que l’on ne va qu’entendre des joueurs de batterie, qui ne parlent que la langue de Shakespeare. Alors détrompez-vous tout de suite, ces frères, parce qu’ils sont frangins dans la vie de tous les jours sont bel et bien nés dans l’Hexagone et parlent Français comme vous et moi. Quand à la batterie, elle est bien sur scène, mais menée de main de maître par le plus jeune, alors que les deux autres sont plus jongleurs : Clément, Cyril et Stéphane  Colle sont acclamés pour leur prestation!

 

Ces finalistes d’Incroyables Talents 2021 ont plus d’une corde à leur arc.

Venez les découvrir, en même temps que moi lors d’un petit entretien :

 

 

et quelques photos de leur spectacle :

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les Frères Colle – Théâtre de Poissy – ©www.pallages.com

Les Frères Colle – Théâtre de Poissy – ©www.pallages.com

 

la bande annonce :

Ce spectacle qui est destiné à tous , jeunes et moins jeunes, familles est mis en scène par Eric Bouvron

Du jeudi au samedi à 19h, le dimanche à 15h au Théâtre Bobino, rue de la Gaité!

Durée : environ 70 minutes

Prix des places : de 20 à 52€

 

Rating:
VOTRE VOTE

Ce que j’aime au théâtre, c’est que l’on peut avoir de bonnes, et de très bonne surprises, tout comme il est possible de s’ennuyer à mourir. On ne sait jamais ce qui nous attend, surtout lorsqu’on fait partie des happy few, qui voient les spectacles dans les premiers jours. Je rassure tout le monde : j’ai vu LA CLAQUE et je ne m’y suis pas ennuyé, pas une seconde, et que c’est une des bonnes surprises de cette rentrée.

 

Il est vrai que la Claque, pour quasi tout le monde, sauf pour les ‘théâtreux’  est synonyme d’un soufflet, administré par la main sur la joue de quelqu’un d’autre. Mais ce n’est pas le cas ici, et vous le comprendrez aisément après avoir vu et écouté cet entretien avec Fred Radix, qui a créé ce spectacle hilarant de bout en bout.

Quelques images extraites de ce spectacle :

La Claque c’est au théâtre de la Gaité Montparnasse, les lundis et mardis à 20h30

Prix des places : de 28 à 42 €

Réservations : gaité.com  

et par téléphone au 01 43 20 60 56

Théâtre de la Gaité Montparnasse 26 rue de la Gaité 75014

VOTRE VOTE

La programmation du Théâtre des Béliers Parisiens reste toujours remarquable, et c’est à nouveau le cas avec LES POUPEES PERSANES de et avec Aïda Asgharzadeh, dans une mise en scène de Régis Vallée.

 

 

Une belle brochette de comédiens: Aïda Asghaezadeh,  Kamel Isker, Azize Kabouche,; Toufan Manoutcheri, Sylvain Mossot, Ariane Mourier, pour vous faire vibrer avec cette belle histoire.

C’est l’histoire de quatre universitaires dans l’Iran des années 70, de la chute du Shah à l’arrivée au pouvoir du régime islamique.

C’est l’histoire, en France, de deux sœurs pas très enthousiastes à l’idée de célébrer le passage à l’an 2000 aux sports d’hiver, en famille à Avoriaz.

C’est aussi  l’histoire d’amour de Bijan et Manijeh, couple mythique des légendes perses.

C’est l’histoire d’une jeunesse pleine d’espoir, d’une lutte avortée, d’un peuple sacrifié, de secrets qui s’entortillent, de la transmission dont on ne sait que faire et de l’amour qui ne sait plus où aller.

C’est l’histoire à vrai dire, de toutes les révolutions.

C’est surtout une très belle pièce, bien écrite et pour en savoir plus, allons donc à la rencontre de l’auteure et interprète,; en compagnie de son metteur en scène

 

et voilà quelques photos supplémentaires:

TOUTES LES PHOTOS @  Copyright : Alejandro Guerrero

 

 

VOTRE VOTE

Eugen Jebeleanu n’est pas encore bien connu du grand public, pourtant il mérite qu’on s’y attarde, vu qu’il est doublement dans l’actualité, avec un film et un spectacle.

Le meilleur moyen de faire sa connaissance est d’écouter cet entretien exclusif :

Quelques photos :

et le prix de l’or :

 

Rating:
VOTRE VOTE

Le cinéma français semble vouloir se réveiller et attirer le public dans les salles. Il y a eu UNE BELLE COURSE, qui a attiré un peu de monde dans les salles, mais ce furent les reprises de grands films américains qui avaient toutefois boosté les entrées, avec les ressorties de quelques chefs d’Oeuvre comme ET ou les DENTS DE LA MER, en version remasterisée et plus récemment pour une durée déterminée de 15 jours AVATAR, en guise de bande annonce du futur épisode pour les fêtes.  Comme quoi, même si le film existe en DVD, BLURAY, 4 K ou autre, rien ne remplace les grandes salles.

Cette semaine Pathé sort son  atout majeur : JACK MIMOUN ET LES SECRETS DE VAL VERDE, réalisé par Malik Bentalha et Ludovic Colbeau Justin, avec un belle brochette de comédiens : Jérôme Commandeur, François Damiens, Benoit Magimel, Joséphine Japy et Malik Bentalha.

Avec des clins d’œil à certains de grands succès du cinéma américain, comme Les Aventuriers de l’Archer perdu ou Le Diamant du Nil, avec un humour plus frenchy, on se laisse vite prendre  à ces aventures totalement rocambolesques .

Après avoir survécu seul sur l’île hostile de Val Verde, Jack Mimoun est devenu une star de l’aventure via la télé. Le livre racontant son expérience est un best-seller et son émission de télévision bat des records d’audience.

Il est alors approché par la mystérieuse Aurélie Diaz qui va ramener Jack Mimoun sur Val Verde pour l’entraîner à la recherche de la légendaire Épée du pirate La Buse. Accompagnés de Bruno Quézac, Jérome Commandeur,  le manager de Jack, et de Jean-Marc Bastos, François Damiens, un mercenaire aussi perturbé qu’imprévisible, ils vont se lancer dans une incroyable chasse au trésor.

Il ne faut surtout pas penser que tout cela est rocambolesque, il suffit de se laisser emporter par l’action, c’est du pur divertissement et on peut se laisser emporter sur cette île au milieu de nulle part. Si je dois décerner une bonne note, c’est à François Damiens, avec une mention spéciale à Jérôme Commandeur, qui en font certes des tonnes, mais je n’ose pas imaginer le film sans eux. C’est un genre auquel on n’est pas habitué dans le cinéma hexagonal, c’est du pur divertissement et on ne songerait pas à s’en plaindre.

le film annonce :

 

Rating:
VOTRE VOTE

Cette pièce est sans aucun doute une des meilleures surprises de cette rentrée théâtrale. La salle vibre, participe, applaudit à tout rompre, et rien de plus normal : le texte est extrêmement intelligent, et les comédiens sont parfaits. On comprend pourquoi la salle fait une telle ovation. Cette pièce mériterait une salle plus grande que celle du Petit Montparnasse,  vu que la salle est comble quasiment tous les soirs, un vrai chef d’oeuvre avec en tête de distribution un comédien que l’on découvre dans le rôle de Glenn Gould.

Ne manquez surtout pas ce spectacle! J’ai adoré, et la salle aussi, qui s’est levé immédiatement pour faire une ovation méritée, dès que les derniers mots de la piece ont été prononcés.

Quelques mots de l’auteur, Ivan Calbérac,  sur Glenn, naissance d’un prodige :

C’est l’histoire d’une mère qui fait reposer sur son fils tous les rêves qu’elle n’a pu réaliser elle-même. C’est aussi l’histoire d’une demoiselle qui tombe éperdument amoureuse d’un garçon qui lui joue trop bien du piano, garçon que la célébrité va rendre de plus en plus désirable, mais aussi, hélas, de plus en plus inaccessible. C’est enfin l’histoire d’un artiste inclassable, aussi libre dans son art qu’il était prisonnier au quotidien de ses insomnies, de ses phobies sociales, de son hypocondrie.

 

Un destin hors du commun, une réflexion sur le statut d’artiste qui sous tend la pièce, statut que Gould n’a jamais cessé d’interroger, et de réinventer. « A quoi bon jouer une œuvre de Bach, si elle a déjà été jouée comme ça ? », répétait souvent le pianiste. Son obsession était à chaque fois d’apporter sa propre lecture à une œuvre. Quitte à changer le tempo de la partition, voire parfois même, à ne pas jouer toutes les notes… ou en jouer de nouvelles.

Il fallait donc rencontrer ce jeune acteur, de 30 ans, qui joue le musicien de l’âge de 17 ans jusqu’à ses derniers jours, voilà chose faite:

Mardi, mercredi, jeudi, vendredi et samedi : 21h
Dimanche à 15h

Durée du spectacle: 1h30

TARIFS

(au guichet)

1° catégorie : 37 €
2° catégorie:  21 €
– de 26 ans: 10 €

Réservations par téléphone ou par internet: + 2€ de frais

la bande annonce :

 

VOTRE VOTE

L’espace Carpeaux à Courbevoie est un théâtre qui attire du monde avec une programmation qui peut plaire au plus grand monde. Ainsi pour cette saison qui  vient juste de commencer, ce théâtre va accueillir quelques spectacles qui devraient afficher complet : par exemple : LA REPRÉSENTATION DU DIABLE DANS LES CATHÉDRALES, le 7 octobre, conférence débat ( entrée libre), et dans les lundis du Jazz, Agathe Iracema Duo le 10 octobre.

Sylvie Vartan

Mais ce ne sera pas tout, dans le désordre, mais avec les dates, quelques pièces qui ont marqué les saisons précédentes à Paris : comme le récital Sylvie Vartan, qui est programmé le 6 Novembre 2022, François Xavier Demaison le 8 Novembre, Alex Vizorek le 15 pour AD VITAM. Ce même mois vous pourrez applaudir Car/Men par Chicos Mambo, un Carmen revu et totalement corrigé!

Alex Vizorek

Si vous l’aviez manqué, il y aussi LA COURSE DES Géants le 27 Novembre, et UN Cœur simple qui ouvrira le mois de décembre. Ensuite vous avez le très joli spectacle de Virginie Hocq OPU PRESQUE, le 7 décembre, puis L’Avare avec Michel Boujenah le 15, et dans les premiers jours de Janvier 2023,  Comme Il Vous Plaira qui a connu un triomphe récemment à La Pépinière.

La course des géants

Sylvie Vartan @Philippe Quaisse

Beaucoup d’autres spectacles devraient suivre jusqu’à fin juin, parmi lesquels :! Tout ça pour l’amour, Les Poupées persanes, Simone Veil les combats d’une vie, Fallait pas le dire avec Pierre Arditi, et Le Montespan, qui s’est joué à guichets fermés récemment au Théâtre de la Huchette. Impossible de vous donner tous les rendez-vous.

Mais vous le savez déjà, nous portons une admiration sans borne à cette star qui a traversé les sixties jusqu’à aujourd’hui, avec des tubes intemporels comme La Maritza, Comme un garçon, Nicolas, Par amour par pitié, L’amour c’est comme une cigarette, Irrésistiblement, La Plus Belle Pour Aller Danser ou encore qu’est ce qui fait pleurer les blondes, parmi des centaines de titres enregistrés.

Sylvie Vartan©️Francois Nars

Elle fit récemment à Paris quelques récitals au Théâtre Edouard 7 puis à la salle Pleyel,  avec une toute petite formation, où elle interprétait les titres suivants, qui devraient être au programme de ce récital plus intimiste que les grands shows à l’Olympia, au Palais des sports ou au Palais des Congrès : Le Bleu de la Mer Noire, Je croyais, En Novembre à la Rochelle, Par amour par pitié, Parle moi de ta vie, Rupture, Ce jour là, Deux Mains, On s’aime encore mais autrement, La plus belle pour aller danser, Une dernière danse, Les vents contraires, Aimer, Le Dimanche, Mon Père, Mon enfance, Darina, Je chante encore l’amour, Merci pour le regard, J’emporterai, Je n’aime encore que toi, A deux pas de vous, La Maritza, Quand on a que l’amour, Ma vie c’est moi qui l’ai choisie. Bien entendu ce furent les titres qu’elle a interprétés dans cette série de récitals, et rien ne nous indique qu’elle conservera cette playlist, ou qu’elle ajoutera ou enlèvera quelques titres à ce programme.

Tarifs pour cette représentation à 16.00 précises le dimanche 6 Novembre:

  • Plein • Carré or : 57€
  • Plein • Cat. 1 : 52€
  • Plein • Cat. 2 : 42€
  • Tarif Flash • Cat. 3 : 24€

 

  • -25 ans • Carré or : 43€
  • -25 ans • Cat. 1 : 39€
  • -25 ans • Cat. 2 : 32€
  • -25 ans • Cat. 3 : 24€

Il reste en plus des tarifs habituels, un tarif FLASH  à 24€ (cat 3 au lieu de 32€)

Sylvie Vartan @Philippe Quaisse

autres articles avec extraits de ces récitals :

Sylvie Vartan en récital à l’Espace Carpeaux à Courbevoie, quelques extraits

http://www.onsortoupas.fr/sylvie-vartan-les-concerts-2021-la-tournee-2021/

http://www.onsortoupas.fr/sylvie-vartan-en…moments-en-video/ ‎

http://www.onsortoupas.fr/le-meilleur-du-r…-12-octobre-2021/

Sylvie Vartan, extraits de son concert du lundi 11 Octobre au Théâtre Edouard VII

Rating:
VOTRE VOTE

5Julia Roberts & George Clooney ,  une affiche alléchante avec  2 superstars américaines qui n’avaient plus tourné ensemble depuis bien longtemps (la saga Ocean’s), sans oublier Money Monster en 2016.

Les voilà réunis dans une comédie romantique dont les américains raffolent . C’est Ol Parker (Now is good ; Mamma mia : Here we go again) qui dirige et qui respecte tous les ingrédients et autres codes : une histoire certes assez prévisible ,  autour d’une rencontre assez improbable) mais avec des réparties justes qui fusent souvent, des décors paradisiaques (essentiellement tournés à Bali) d’où le titre du film .

Les 2 têtes d’affiche sont  hauts en couleur qui se lâchent et cabotinent un peu, voire beaucoup et s’en donnent à cœur-joie pour notre plus grand bonheur et ça se voit à l’écran.

Il est question ici de l’éternelle rivalité entre homme et femme avec son lot de mauvaise foi et de dérapages , de coups bas en veux tu en voilà, de pacte de « non-agression » (mais pour combien de temps ?) et d’« opération sabotage » dans les règles du 7ème art. Là-dessus, il faut rajouter quelques séquences croustillantes  comme la soirée arrosée « Arrak-pong »), d’autres plus ou alors de réflexions sur la tolérance à avoir quand il s’agit d’un couple mixte.


On s’amuse beaucoup à les voir se chamailler et se disputer comme des enfants gâtés  ne laissant que peu de place aux autres rôles  (Kaitlyn Dever, Maxime Bouttier dont c’est le 1er film ; Lucas Bravo ou Billie Lourd.  C’est le style de production qui se laisse voir sans prétention et on ne  se prend pas la tête une seconde, qui rafraîchit l’atmosphère (George Clooney  avait déjà goûté à cette ambiance sur l’île Kauai – dans l’archipel d’Hawaï – lors du tournage de The descendants en 2011) et qui nous donne des envies de partir dans ces belles îles !

le film annonce: