comédie musicale

Marlène Dietrich, une icône que les plus jeunes ne connaissent pas. L’occasion de la découvrir grâce à Cyrielle Clair sur la scène du Théâtre de la Tour Eiffel.

Certes les plus jeunes ne connaissent pas vraiment cette actrice, chanteuse, qui fut une égérie du cinéma et qui tourna sous la direction des plus grands: Joseph Von Sternberg, Maurice Tourneur, Rouben Mamoulian, Henry Hathaway, Ernst Lubitsch, George Marshall, Raoul Walsh, René Clair, Billy Wilder, Alfred Hitchcock, Fritz Lang, Orson Wells, Stanley Kramer. Sans oublier ses partenaires : Gary Cooper, James Stewart, John Wayne, Edward G. Robinson, Jean Gabin, Tyrone Power, Charlton Heston, Janet Leigh, Spencer Tracy, David Bowie…. Elle s’engage contre le nazisme dès les années 30, et participe activement  entre 1944 et 1945 à la seconde guerre mondiale, rendant célèbre la chanson Lily Marleen, et obtenant en 1947 la plus haute distinction militaire américaine que peut recevoir un civil : The Medal of Freedom. Née en 1901, elle débute en 1920. Elle s’est éteinte en mai 1992 à Paris.

Quelques photos de Marlène Dietrich :

Ecoutons Cyrielle Clair, qui a co-écrit et adapté ce spectacle avec Gérard Chambre: elle sera Marlene sur scène

voici quelques extraits filmés lors des répétitions au Théâtre de la Tour Eiffel;

photos Cyrielle Clair by Guy Courthéoux / onsortoupas.fr

Et quelques extraits de chansons interprétées par Marlène Dietrich:

Johnny :

que sont devenues les fleurs ?

 

lili marleen

 

la vie en rose

 

Rating:

48 ans avant il y avait un film, signé Jacques Demy, tiré du conte de Charles Perrault…en voici la version scénique:

On ne raconte pas le conte de Perrault, mais tout le monde se souvient du film de Demy qui réunissait Catherine Deneuve, Jean Marais et Jacques Perrin, avec des musiques et des chansons de Michel Legrand. Impossible d’oublier ces airs, qui depuis sont devenus cultes, et surtout totalement impossible de ne pas se souvenir de ces robes incroyables. On pourrait penser que rien ne ferait oublier le film, mais c’est sans compter sur des talents réunis. Tout d’abord le directeur de théâtre Marigny qui a rouvert ses portes récemment : Monsieur Jean-Luc Choplin. Le créateur de la musique, Michel Legrand, a adapté ses chansons du film vers la scène. La mise en scène mérite bien des éloges (merci Emilio Sagi); les costumes, et notamment ceux de l’héroïne peuvent faire oublier ceux du film. Merci cette fois à toute l’équipe de création : Daniel Bianco, Pepa Ojanguren, Nuria Castejon.

Mais les yeux se tournent surtout vers la belle héroïne : Marie Oppert, que l’on retrouve devant notre caméra, en salle de maquillage et de coiffure:

 

Vous aussi êtes tombé sous son charme? rien de plus normal. Non seulement elle est charmante, gentille dans le meilleur sens du terme, elle a une voix et une prestance sur scène. ce n’est pas de la graine de star, non, c’est une jeune star de 21 ans, qui ne se la joue pas.  Elle est Peau d’âne, mais c’est elle qui chante, qui joue la comédie, et qui éclipse quasiment tous les autres protagonistes, sans pour autant chercher cela. Profitez des dernières représentations, essayez de trouver encore quelques places, cette féerie vous enchantera dès les premières minutes, avec l’apparition de Claire Chazal dans le rôle de celle qui raconte l’histoire, et toute la troupe : Michael Denart, Emma Kate Nelson, Olivier Fredj, Marie Agnès Gillot, Christine Gagneux, Franck Lopez.

TOUTES LES PHOTOS / @ JULIEN BENHAMOU

Peau d’âne, c’est au Théâtre Marigny, jusqu’au 17 Février

Du mardi au samedi : soirée à 20h et en matinée à 15h le samedi et à 16h le dimanche

Prix des places de 36€ à 105€

Réservations : theatremarigny.fr ou 01 76 49 47 12

quelques extraits :

 

Rating:

1964 par Robert Stevenson : Julie Andrews, 2018 par Rob Marshall : Emily Blunt,  deux Mary Poppins avec plus de 50 ans de différence : du bonheur sur les écrans. Pratiquement parfaites sous tous rapports!

LE RETOUR DE MARY POPPINS

LE RETOUR DE MARY POPPINS

 

Mary Poppins qui a bercé des générations d’enfants, et de parents revient sur les écrans. Mais ce n’est pas un remake, donc la sublime Julie Andrews n’est pas remplacée dans la même histoire, c’est Emily Blunt qui doit tenter d’être Mary Poppins, , tâche difficile , mais c’est réussi. Le scénario est totalement différent, c’est une autre histoire, mais on retrouve la magie intacte. Les enfants de 1964 ont bien grandi, et ce sont eux qui ont des enfants. Le garçon, Michael Banks (Ben  Wishaw) s’est marié, sa femme décédée récemment et vu qu’un malheur n’arrive jamais seul, un très méchant banquier veut saisir leur maison. Sa soeur, Jane (Emily Mortimer) est d’une aide précieuse à la maison. Celle qui s’occupe de la maison , Ellen est délicieusement interprétée par Julie Walters. L’arrivée de Mary Poppins, comme auparavant par les airs, avec son parapluie magique risque fort de changer la donne.  Le réalisateur, Rob Marshall, à qui on doit la géniale version filmée du musical CHICAGO, remplit sa mission comme il se doit. Dans les premières scènes on retrouve les mimiques de la première mouture, et on s’habitue bien vite à Emily Blunt dans le rôle titre. Il fallait un ami à Mary Poppins, Dick Van Dyke en 1964 était le ramoneur. Il est cette fois les très vieux banquier, père du méchant William Wilkins (Colin Firth).

Emily Blunt

Mary Poppins

Emily Blunt, Joel Dawson , Pixie Davies , Nathanael Saleh

Colin Firth  Emily Mortimer& Ben Whishaw

Mary Poppins pour beaucoup reste mémorable par la scène où personnages réels dansaient avec des pingouins et autres créatures en images d’animation. Et cette fois encore une scène mélange animation et personnages réels avec, outre Mary Poppins et Jack (Lin-Manuel Miranda), les 3 enfants Annabel (Pixie Davies), John (Nathanael Saleh) et Georgie (Joel Sawson). Et une fois encore la scène a toutes les chances de rentrer dans les annales. Il y a aussi la dame aux ballons (Angela Lansbury) dont on ne se lasse pas. Beaucoup de musique, beaucoup de chansons, mais difficile de juger si ces nouvelles chansons composées par Marc Shaiman, Scott Wittman connaîtront le succès de supercalifragili…. des années 60.

Emily Blunt, Lin-Manuel Miranda , Pixie Davies, Nathanael Saleh Joel Dawson

Jack (lin-Manuel Miranda), Annabel (Pixie Davies), Georgie (Joel Dawson), John (Nathanael Saleh) & Mary Poppins (Emily Blunt)

Honnêtement la magie opère, mais je mettrai un petit bémol. Les enfants  ne sont pas habitués à des productions de cette longueur ( le film dure environ 2h10). Certes le premier film toujours énorme succès en DVD et Bluray durait déjà 2h14, qui avait quand même été couronné par 5 Oscars dont celui de meilleure actrice pour Julie Andrews) et pourtant semblait durer beaucoup moins.  La magie va-t-elle opérer? les titres en français, comme en version originale connaîtront-ils le même succès ( en particulier pour remplacer le cultissime Supercalifragili…) qui  est en français Luminomagifantastique, vous en jugerez selon la version que vous aurez choisie. Personnellement j’ai toujours détesté au plus haut point la pauvre voix française attribuée à Julie Andrews, et j’espère que celle de la version 2018 sera plus performante. Passons au j’ai adoré : la scène avec Meryll Streep, qui est une pure merveille!

Emily Blunt, Meryl Streep, Pixie Davies  Nathanael Saleh

Les enfants, tout comme les parents en prennent plein les yeux. C’est le cadeau de Noël des productions Disney pour toute la famille.

Emily Mortimer

Mary Poppins (Emily Blunt) .

 

les bandes annonces:

 

Rating:

10 ans après Mama Mia, voilà le second opus, toujours avec les tubes indémodables du groupe Abba

 

On se souvient que le film est tiré de la comédie musicale qui continue à tourner sur les scènes du monde entier, qui avait été montée en français à Mogador. Cette fois on oscille entre deux époques: la jeunesse de Donna ( Meryll Streep dans le 1er opus) et de nos jours, où Donna n’est plus.

1979 – Donna et ses deux meilleures amies, Tanya et Rosie,  décrochent leurs diplômes à Oxford. Donna décide de fair un grand voyage en Europe, et va à la rencontre de son destin qui l’attend sur la petite île grecque de Kalokairi. Sur son chemin, elle rencontre trois jeunes hommes: Harry à Paris, Bill, qui lui offre de l’emmener en bateau à Kalokairi, et finalement Sam, beau et courageux, résident temporaire de l’île.  La jeune fille qui possède une énergie aussi inébranlable que contagieuse, est bien décidée à faire sa vie sur cette île magique. Elle s’installe dans une ferme délabrée et se fait embaucher comme chanteuse dans la taverne du coin. Mais quand elle découvre que Sam est déjà fiancé, tous ses rêves s’écroulent. Tanya et Rosie se précipitent à la rescousse de leur amie, qu’elles pensent effondrée, mais Donna est en réalité plus radieuse que jamais : elle est enceinte.

De nos jours – Sophie la fille de Donna pleure le décès de sa mère. Avec l’aide de Sam, un de ses trois pères biologiques possibles, elle a décidé de réaliser le rêve de sa mère et de restaurer la ferme pour en faire le paradis qui lui est dédié : l’hôtel Bella Donna.  Tanya et Rosie débarquent pour l’inauguration. Une flotte de bateaux surgit, avec à son bord les deux autres pères biologiques possibles de la jeune femme, Bill et Harry, ainsi que son mari Sky, accompagnés de plus de 150 marins prêts à faire la fête. Pour couronner le tout, l’éblouissante grand-mère de la jeune fille fait une entrée aussi imprévue que fracassante mettant fin à une trop longue absence. En contemplant ce lieu où tout a commencé, la jeune femme se sent plus proche que jamais de sa mère.

 

Raconté ainsi cela peut sembler compliqué, mais n’oublions pas que tout ici est destiné à faire chanter les titres incontournables du groupe suédois. On oscille entre les deux époques, avec tous les acteurs : CHRISTINE BARANSKI, PIERCE BROSNAN,  DOMINIC COOPER,  COLIN FIRTH,  ANDY GARCIA,  LILY JAMES,  AMANDA SEYFRIED,  STELLAN SKARSGÅRD,  JULIE WALTERS. Sur l’affiche, on nous annonce la présence de Cher et de Meryll Streep, et c’est là qu’on se sent un peu floués. En effet les deux Divas n’arrivent que dans la dernière demi heure. et l’attente n’aura pas été vaine. Cher est splendide, éblouissante, bref, c’est Cher, et quand elle chante pour une fois, on écoute et on ne fredonne pas sur ses deux titres. Quant à Meryll Streep, c’est vraiment quelques minutes avant le final qu’elle apparaît, et une fois encore la magie opère à plein.  Hormis ce bémol, il est vrai qu’on aurait adoré voir ces deux stars beaucoup plus, on ne s’ennuie pas. On a rajouté nombre de titres, et on en a gardé quelques uns, incontournables :  “THANK YOU FOR THE MUSIC”, “WHEN I KISSED THE TEACHER”,  “ONE OF US”, “WATERLOO”,  “S.O.S.”  “WHY DID IT HAVE TO BE ME?”,  “I HAVE A DREAM”,  “KISSES OF FIRE”,  “ANDANTE, ANDANTE”,  “THE NAME OF THE GAME”,  “KNOWING ME, KNOWING YOU”,  “MAMMA MIA”,  “ANGELEYES”,  “DANCING QUEEN”,  “HASTA MAÑANA”,  “HOLE IN YOUR SOUL”,  “I’VE BEEN WAITING FOR YOU”,  “FERNANDO”,  “MY LOVE, MY LIFE”,  “SUPER TROUPER”. Une fois encore le final est un grand moment. La pub dit que c’est un feel good movie, et c’est vraiment le cas. Je me suis régalé pendant deux heures, j’avais envie de danser, de chanter, et pour tout vous avouer, j’ai fredonné plus d’un titre.Voilà du cinéma comme je l’aime. Certes je suis un fou de comédie musicale et cette année m’a gâté avec The Greatest ShowMan et maintenant avec ce Mama Mia, Here We Go Again!

Le réalisateur Ol Parker qui cumule aussi les fonctions de scénaristes avec Catherine Johnson et Richard Curtis a fait dans le sombre, et en fait un film tous publics où tout est bien propre et bien frais, malgré trois aventures sexuelles… En plus les vrais fans d’Abba reconnaîtront des caméos des deux hommes du groupe: BENNY ANDERSSON  et BJÖRN ULVAEUS.

un petit montage d’extraits

 

la bande annonce:

 

Si vous êtes nostalgiques et que vous ne possédez pas le 1er film, il est toujours disponible en BluRay :

 

Caractéristiques techniques du Blu-ray™ :

Image : 16/9  2.40:1  Widescreen –

durée : 1h53

Audio : Anglais Dolby Atmos, Français,  Espagnol Dolby Digital Plus 7.1

Sous-Titres : Anglais (sourds et malentendants), Français, Arabe, Espagnol, Danois, Néerlandais, Finnois, Hindi, Islandais, Norvégien, Portugais, Suédois Version karaoké (sous-titres de chansons en anglais)

Caractéristiques techniques du Blu-ray™ 4K UHD :

Image : 16/9  2.40:1  Widescreen –

durée : 1h53

Audio : Anglais Dolby Atmos, Français, Tchèque, Hongrois et Polonais (voice over) Dolby Digital Plus 7.1

Sous-Titres : Anglais (sourds et malentendants), Français, Tchèque, Danois, Néerlandais, Finnois, Grec, Hongrois, Norvégien, Polonais et Suédois Version karaoké (sous-titres de chansons en anglais)

Bonus DVD et Blu-ray™:

Chansons et scènes coupées •

Karaoké •

L’histoire •

Mamma Mia ! reformé •

Le rôle de Donna •

La rencontre avec Cher •

Costumes et dynamo •

Salut final •

Commentaire sur le film avec le réalisateur – scénariste Ol Parker •

Commentaire sur le film avec la productrice Judy Craymer

Bonus exclusifs du Blu-ray™ et du Blu-ray™ 4K UHD :

Remue-Ménage •

L’histoire de Donna •

L’histoire de Sophie •

Chorégraphier Mamma Mia ! Here we go again •

Les acteurs se rencontrent •

Dancing Queen : anatomie d’une scène •

Interprétation pour les légendes •

Classe de 79

Bernadette de Lourdes, un spectacle musical, qui sera représenté dans la ville de Lourdes à partir de juillet prochain!

Chose rare et notable, si le spectacle a de fortes chances d’être présenté dans d’autres pays au monde, la France devra se contenter de la ville de Lourdes, c’est ce que nous confie, lors d’un entretien exclusif, un des producteurs, Roberto Ciurleo, qui a déjà monté le Roi Soleil, puis Robin Des Bois, les 3 Mousquetaires et enfin Saturday Night Fever, avant ce spectacle dont on nous a proposé 11 extraits lors d’une présentation presse devant un parterre d’environ 400 personnes au coeur de l’Église du Val de Grâce à Paris dans le 5ème.:

Un premier extrait, interprété par Eyma : AQUERO.

Ayma, que nous avons rencontrée pour un petit entretien:

autre titre : Allez Dire

Autre rencontre, cette fois avec un compositeur de génie: Grégoire:

Grégoire qui a composé tous les titres de ce musical dont celui qui suit : Madame

Autre titre : Sans un Père

Autre entretien avec deux garçons, dont la voix n’a d’égale que leur humour : David Ban et Gregory Deck

 

Bernadette de Lourdes ce sera à partir du 1er Juiillet 2019 à L’espace Robert Hossein de Lourdes,

Places en individuel de 25 € (mobilité réduite) à 69 €, accompagnant et enfants 52€

TOUTES LES PHOTOS & VIDEOS @ Guy Courthéoux / Onsortoupas.fr

Informations et réservations : +33 645 716 784

www.bernadettedelourdes.fr

 

Rating:

Réaliser son rêve de gosse : créer un spectacle aux Folies Bergère, un pari réussi haut la main par Jean-Paul Gaultier

 

Dans la série des spectacles inclassables : Fashion Freak Show de Jean-Paul Gaultier est en bonne place. Ce n’est pas un défilé de mode, ce n’est pas une comédie musicale, ce n’est pas du théâtre, ce n’est pas de la danse, ni de la chanson, mais un joyeux mélange de tout cela.

Un Jean-Paul Gaultier très très jeune nous raconte une histoire, son histoire, qui commence dans sa plus tendre enfance avec un ourson qu’il va habiller à sa manière et qui apparaîtra sur scène, avec quelques transformations. L’écran nous montrera diverses époques de sa vie, illustrées par Rossy de Palma, , Cristina Cordula, Micheline Presle, Catherine Ringer, Line Renaud, Amanda Lear, Catherine Deneuve ou encore Antoine de Caunes pour n’en citer que les plus célèbres. Mais il n’y a pas que l’écran, il y a du monde sur la scène, une troupe bourrée de talents divers : dans le désordre le plus total : Lazaro Cuervo Costa, Julie Demont, Anna Cleveland, Maud’Amour, Fanny Coindel, Mike Gautier, Patric Kuo, Grégoire Malandain, Nacer Marsad, Marie Meyer, Mounia Nassangar, Anouk Viale, Jean-Charles Zambo, Lea Vlamos, Demi Mondaine. Tout ce petit monde sous la houlette de Tonie Marshall qui en assure la mise en scène, alors que JPG est le créateur du spectacle, des costumes ( on ne s’en serait pas douté!!), qui assure aussi une partie de la mise en scène. La musique porte la signature d’un grand : Nile Rodgers, auteur de nombreux tubes: dont : LE FREAK, I WANT YOUR LOVE, GOOD TIMES, il a aussi produit l’album Let’s Dance pour David Bowie et des tubes pour Madonna (Like a virgin) et Sheila (Spacer), Grace Jones, Diana Ross, Mick Jagger et beaucoup d’autres. Inutile donc d’ajouter que musicalement parlant aussi, ce Fashion Freak Show est une pure réussite.

Jean Paul Gaultier _ Nile Rodgers

Deux partie égales, de la naissance aux années Palace, puis de l’entrée dans ce haut lieu des nuits parisiennes du début des années 80 à nos jours, avec de vrais faux défilés, des décors de folie, des costumes abracadabrantesques, tout est ici Folie, Foll-ie, Folies (Bergère!). Un rythme d’enfer, deux heures de spectacle, et clou, lors des rappels, la présence du maestro quelques secondes, juste le temps d’un clin d’oeil à la salle et à ses admirateurs.

Ecrire que j’ai aimé est une fausse vérité: j’ai adoré cette FOLIE, ce spectacle inclassable mais si enthousiasmant. Une soirée superbe que je ne peux que recommander à tous ceux qui ont l’esprit ouvert, sans ornières, et qui admirent ce grand couturier, désormais aussi homme de spectacle!

TOUTES LES PHOTOS @ Boby ( sauf mention contraire)

FASHION FREAK SHOW, c’est aux Folies Bergère, Rue Richer

Du mardi au samedi à 20h00 – Les samedis et dimanches à 15h00

Détails et réservations : www.jpgfashionfreakshow.com

ou : www.foliesbergere.com

la bande annonce :

 

Après avoir dirigé Il était une fois Broadway, Pierre Yves Duchesne se retrouve sur un second projet : CLEMENCEAU, le musical toujours pour la scène du Palais des Congrès

Clémenceau le musical nous plonge dans les années de la Grande Guerre, à travers le destin de plusieurs jeunes poilus. Ce spectacle musical, qui va bénéficier d’une orchestration symphonique a été écrit et composé par Jacques Raveleau-Duparc, qui conte l’épopée de ces jeunes dont certains dans les tranchées. ce seront 100 minutes de spectacle total avec une centaine d’artistes sur scène, dont : l’auteur (Clémenceau) Pïerre-Yves Duchesne (Albert), Kevin Levy, Clément Julia, Grégory Arrieta, Fredéric Chupin, Mickael Roupie, Fabrice Todaro, Camille Polet, Laetitia Kullean, Laurence Cohen, Laura Tardino.

PHOTOS :  @ Guy Courthéoux / onsortoupas.fr

 

Nous avons rencontré Jacques Raveleau-Duparc lors d’une petite réunion où vous allez découvrir quelques extraits dans le décor du véritable jardin de Clémenceau dans le 16ème, qui est aussi le musée consacré à ce grand homme.

Rencontre avec l’auteur :

lien  vers youtube :

https://youtu.be/Zb6ATEFvH5A

 

quelques extraits :

https://youtu.be/aLkpDZ8Gyxc

 

https://youtu.be/uUa_onhuuCM

Réservations : 0892 050 050 (0.35€ la minute),  et sur www.fnac.com et autre billeteries

Prix des places 78€ (carré or), et de 39 à 65€.

représentations le samedi 10 Novembre à 16h00 et 20h30, dimanche 11 Novembre : 15h00 au Palais des Congès de la Porte Maillot

Rating:

Première de gala il y a quelques jours de CHICAGO, le superbe musical qui devrait connaître de beaux jours à Paris.

Au lendemain de cette première de Gala, onsortoupas a eu la possibilité de filmer quelques extraits, et de réaliser quelques interviews sur place:

après Roxie, voilà Billy Flynn:

et la star de l’ouverture, Velma Kelly :

 

si on parlait de Mama Morton?

Il y a une chanson mémorable, qui vous donne la larme çà l’oeil, mais nous n’avons pas pu la filmer, toutefois, nous avons rencontré son interprète, Pierre Samuel qui est Amos Hart: avec Monsieur Cellophane!

Sofia Essaïda ne pourra pas assurer toutes la série de représentations en tant que Velma Kelly , alors voici deux extraits avec celle qui la remplacera: Fanny Fourquez :

Vous voulez  vous souvenirs des répétitions :

 

Dans quelques jours retrouvez-nous pour nos impressions sur ce spectacle qui s’annonce magistral!

 

Chicago, le musical à l’affiche à Broadway depuis 1996 arrive à Paris dans quelques jours.

 

Fort de plus de 31 millions de spectateurs , et d’un grand nombre de Tony Awards, Chicago a été interprété par d’immenses personnalités : Ute Lemper, Liza Minelli, Brooke Shields, Patrick Swaizee, Mélanie Griffith, Cubaé Goodings Jr sur les planches et au cinéma, sous la direction de Rob Marshall, Catherine Zeta Jones, Renée Zelwegger, Richard Gere et Queen Latifah. L liste serait trop longue pour vous citer tous ceux et celles qui ont été acclamés dans ce musical. Normal pour un spectacle exploité dans 35 pays, en 12 langues. Chicago est une critique de la société américaine  surtout en matière de justice. Mais laissons parler Patrick Niero, qui connaît tout de la genèse de cette pièce:

La plupart des chansons de ce musical sont connues : la plus célèbre, c’est All That Jazz, en voici un extrait interprété par Sofia Essaïdi :

Mais il en a bien plus, dont celle-ci, par Carien Keizer qui est Roxie Hart :

Et pour vous faire patienter, en voici une 3ème, par Jean-Luc Guizonne, qui joue Billy Flynn l’avocat un peu véreux, mais tellement sympathique :

Toutes ces vidéos ont été tournées dans le cadre des répétitions, attendez-vous à 1000 fois mieux sur la scène de Mogador.

On voit qu’il y a des danseurs, en voilà 2 qui nous font une belle démonstration : Fleur Jagt et Alex Frei, sous le regard de la chorégraphe et  une des premières interprètes de Chicago: Ann Reining:

 

Une comédie musicale, c’est aussi et avant tout un orchestre: voici, toujours dans le cadre de ces répétitions la présentation de l’intro du spectacle par Rob Bowman et le directeur musical français de cette production : Dominique Trottein, introduits par Eric Lousteau Carrere :

Plutôt que vous embêter à lire des sous titres, j’ai laissé les images et le son parler. D’autres entretiens devraient suivre, mais ces images, fortes, donnent tellement envie de voir le spectacle que l’équipe d’onsortoupas a eu envie de vous les faire partager au plus vite!

Mais, allez-vous dire : et les textes  et les chansons, tout est en français: réponse de Nicolas Engel qui a tout adapté en français!

Toutes les photos et vidéos : @ onsortoupas / Guy Courthéoux

Les 100 représentations de Chicago débuteront avec une soirée de gala le 26 septembre prochain, mais certaines dates sont ouvertes en partie au public à partir du 18 Septembre.

Renseignements sur ces dates et réservations pour toute la durée des représentations  sur :

https://www.stage-entertainment.fr/billets-spectacles/chicago-billets1/

ou par téléphone : 01 53 33 45 30

Lundi – Vendredi: 10:00 – 19:00
Samedi: 12:00 – 19:00
Dimanche: fermé

Représentations : du mardi au vendredi à 20.00, samedi : 16h00 et 20h30, dimanche : 16h00

Tarifs en fonction des jours : mardi à jeudi : de 25€ à 85€ ( en Prestige : 250€)

vendredi et samedi : de 29€ à 99 € (Prestige : 250€)

Dimanche : de 29€ à 99 €

 

 

Rating:

J’ai pris un plaisir énorme à voir cette pièce et je vous encourage vivement à en faire autant.

Retour à Berlin dans les années où le nazisme apparaissait, où il ne faisait pas bon être juif , homosexuel ou communiste, et où les allemands appréciaient d’aller dans des cabarets un peu glauques, tels qu’on les a connus par exemple dans le célèbre film Cabaret. L’atmosphère est la même, l’histoire différente, qui est l’oeuvre de Stephan Druet, à qui on doit déjà des pièces comme :

  • Évita, amour, gloire etc.,  ou Renata avec Sebastian Galeota toutes 2 à la Comédie Bastille
  • ou plus récemment:
  • L’Histoire du Soldat (du livret de Charles-Ferdinand Ramuz) avec Julien Alluguette ( Molière 2018 de la comédie musicale)

 

 

BERLIN KABARETT , mise en scene Stephane Druet Marisa Berenson, Sebastian Galeota, photo : Victor Tonelli

Ce cabaret est mené par Kirsten (Marisa Berenson) qui a eu un fils Viktor, homosexuel exploité par sa mère au cabaret, fils qu’elle déteste (Sebastain Galeota) , et dans ce cabaret on y retrouve un pianiste compositeur, un ex amant de Kisten, ainsi que deux autres musiciens (Fritz :Stéphane Corbin en alternance avec Simon Legendre,  Karl ;Jacques Verzier en alternance avec Olivier Breitman, Loïc Olivier ou Hugo Chassagnol aux percussions, Victor Rosi, cornet) . Les costumes sont superbes et bien dans le ton, créés par Denis Evrard. Intelligemment la petite salle en sous sol du Théâtre de Poche Montparnasse a été totalement transformée pour l’occasion, on se croirait dans un cabaret, avec tables et chaises et consommations possibles si vous êtes à table. Stephan Druet a ainsi créé un cadre propice aux chansons interprétées par les principaux protagonistes, et on est totalement sous le charme. Certes Marisa Berenson n’avait rien à prouver, et elle est vraiment parfaite dans le rôle de cette femme aussi aigrie que méchante. Mais la découverte pour beaucoup sera Viktor, Sebastian Galeota, venu d’Argentine, qui chante, danse, virevolte, nous offre des pirouettes , et qui est au centre de cette pièce. C’est plus qu’une performance qu’il nous offre, comme il l’avait déjà fait dans Renata ou Evita, mais cette fois c’est encore plus fort et plus marquant, et j’espère bien rencontrer ce Monsieur pour un entretien prochainement.

Sebastian Galeota

Quand je vous dit que c’est du grand art, je ne suis pas le seul à le penser, parce que le public ne s’y trompe pas. Le spectacle affiche complet tous les soirs, et vu que le nombre de représentations est limité, on ne peut que réserver le plus possible en avance, en espérant que le Poche Montparnasse reprenne ce spectacle pour une durée encore plus longue tant c’est mérité.

Réservations OBLIGATOIRES, si vous voulez faire partie des 75 privilégiés à applaudir chaque soir Berlin Kabarett comme il se doit.

Renseignements et réservations par téléphone au 01 45 44 50 21 ou au guichet du théâtre les lundi, mardi, jeudi et vendredi de 14h à 18 h, les mercredi, samedi et dimanche de 11h à 18h

Réservations possibles sur le site : www.theatredepoche-montparnasse.com

Jusqu’au 15 juillet du jeudi au samedi à 21h et dimanche à 17h30

Tarifs à partir de 18€