Damien Chazelle

All posts tagged Damien Chazelle

Rating:
VOTRE VOTE

29 Juillet 1969, un homme marche pour la première fois sur la Lune et des centaines de millions de téléspectateurs l’ont vécu en direct. Voila le résumé de ce film signé Damien Chazelle.

Neil Armstrong sera, le 21 juillet 1969, le premier homme à marcher sur la lune. Durant huit ans, il avait subi un entraînement de plus en plus difficile, assumant courageusement tous les risques d’un voyage vers l’inconnu total. Meurtri par des épreuves personnelles Armstrong tente d’être un mari aimant auprès d’une femme qui l’avait épousé en espérant une vie normale. FIRST MAN : LE PREMIER HOMME SUR LA LUNE raconte le parcours fascinant d’un héros.  Adapté du livre de James R. Hansen, FIRST MAN : LE PREMIER HOMME SUR LA LUNE plonge dans l’intimité d’un héros légendaire et révèle notamment des détails de sa vie jusque-là inconnus. Le programme Gemini a servi de terrain d’entraînement au programme Apollo qui a envoyé pour la première fois des hommes sur la lune. Entre mars 1965 et novembre 1966, dix équipes ont successivement pris place à bord du vaisseau biplace Gemini, entre le programme Mercury et le programme Apollo. Un bon nombre de pilotes du programme Gemini ont participé au programme Apollo, ayant pour but, entre autres, de mener une exploration scientifique de la lune et d’établir la suprématie américaine dans le domaine de l’exploration spatiale.  Neuf hommes ont été alors sélectionnés pour prendre part au programme : Neil Armstrong (Ryan Gosling), Ed White (Jason Clarke), Jim Lovell (Pablo Schreiber), Gus Grissom (Shea Whigham), Pete Conrad (Ethan Embry), Elliot See (Patrick Fugit), David Scott (Chris Abbott), Buzz Aldrin (Corey Stoll) et Richard F. Gordon (Skyler Bible). Le but de la mission Apollo 11 était de remplir l’un des objectifs nationaux fixés par le président John. F. Kennedy le 25 mai 1961, c’est-à-dire d’envoyer un homme sur la lune et de le ramener sur Terre en toute sécurité. Entre le décollage et le retour sur Terre, il aura fallu 8 jours, 3 heures et 35 secondes pour que les trois pilotes de la mission Apollo 11 entrent dans l’histoire. C’est ce qu’ils ont fait le 20 juillet 1969.

Après avoir été couronné par l’Oscar du meilleur film pour La La Land, le réalisateur Damien Chazelle a engagé l’acteur qu’il avait alors dirigé dans la comédie musicale : Ryan Gosling, avec à ses côtés Claire Foy qui joue la femme de l’astronaute. Si le sujet ne manque pas d’intérêt, ne serait-ce que parce que les nouvelles générations n’ont pas connu cette odyssée, le réalisateur nous transporte pour près de deux heures  dans les années , à l’époque où les missions spatiales se succédaient dans une guerre entre l’URSS et les USA. Le début du film semble toutefois interminable, avant que la mission spatiale ne devienne vraiment passionnante. Certes tout a été recréé en détails et la NASA a prêté son concours à la réalisation du film, mais la première partie est quand même interminable et on s’y ennuie quelque peu.

Toutefois, si vous regardez ce film sur un écran géant, voire en Imax, avec un son Dolby Atmos, ces défauts peuvent vous paraître anodins.

la bande annonce :

 

Rating:
VOTRE VOTE

Ovationné aux Golden Globes, favori dans la course aux oscars avec 14 nominations, cet OVNI cinématographique débarque dans les salles françaises.

 

Le film commence sur un plan curieux pris sur une autoroute de Los Angeles, qui tourne vite au musical, avec des dizaines de danseurs, on se croirait revenu aux comédies musicales de l’âge d’or, mais avec des couleurs, et des danses plus actuelles. Là-dessus il faut quand même une histoire, bien que les deux principaux protagonistes soient apparus dans cette première scène: Ryan Gosling et Emma Stone. Elle est actrice, enfin plus précisément vendeuse dans une boutique où on vend des cafés et des viennoiseries, en attendant de décrocher un rôle au cinéma. Lui doit se contenter de jouer du piano dans des restaurants où personne ne l’écoute, et incompris, ne peut jouer la musique qu’il aime : le jazz. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils ne vivent pas la vie qu’ils voudraient vivre. Mais leur rencontre, qui pourrait sembler plus qu’improbable, va les réunir. L’amour est au rendez-vous. Le destin va-t-il enfin favoriser leurs carrières, et ces carrières alors souffriront-elles alors de leurs amours? Ou l’amour sera plus fort? les carrières plus fortes que tout? leurs envies, leurs destins?

A toutes ces différentes questions, des débuts de réponse, mais peut-être pas celles auxquelles on s’attend! Les deux comédiens font vraiment des prouesses. Le réalisateur, Damien Chazelle, a sûrement rêvé d’avoir pu diriger Fred Astaire, Ginger Rogers, Gene Kelly, entre autres.

Il a réussi son pari et bien plus puisque la critique est quasi unanime dans tous les pays où il a été projeté. En sera-t-il de même en France?  La réponse dans quelques jours. Le public français aimera-t-il Ryan Gosling en pianiste, et Emma Stone en Wanna be  star de cinéma. Le charme opère dès les premières images, et ce serait dommage de laisser passer une telle possibilité de rêver au cinéma. quoi qu’il en soit, Damien Chazelle peut s’enorgueillir de plans magnifiques, d’une chorégraphie superbe, d’images d’Hollywood comme on en voit rarement. Un joli film!

14 nominations ( à légal de Titanic) la compétition sera rude pour les gros Oscars ( meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur acteur et meilleure actrice) vu les autres nominés, mais c’est quand même une grosse surprise pour ce film qui n’est pas une super production, ni une major!

 

Ce film bénéficie d’un nouveau format : ECLAIRCOLOR, qui donne plus de luminosité et plus de couleurs. Vous allez pouvoir découvrir ce nouveau procédé dès mercredi dans les salles suivantes :

GAUMONT MARIGNAN CHAMPS ELYSÉES – PARIS
PATHÉ WEPLER – PARIS
CINEMA CONFLUENCES – VARENNES SUR SEINE
LE SIRIUS – LE HAVRE

 

Le mercredi suivant d’autres salles devraient le programmer.

Le film annonce :

en vost:

en VF :