Eric Metayer

All posts tagged Eric Metayer

Rating:

Une comédie avec du suspense, des personnages intrigants, et surtout d’excellents comédiens, voilà le programme de Piège Mortel

Quand un auteur dramatique, Sidney Brown (Nicolas Briançon) qui a connu d’énormes succès , qu’il manque d’inspiration depuis quelques temps, que peut-il se passer lorsqu’il reçoit un très bon manuscrit, que lui a envoyé un admirateur qui se trouve être un de ses anciens élèves. Le titre de la pièce qu’il reçoit : Piège Mortel. Le jeune auteur, Clifford (Cyril Garnier)lui dit qu’il est le seul récipiendaire de cet envoi, que personne n’a lu. Il en parle à sa femme Myra (Virginie Lemoine), et lui laisse entendre qu’il tuerait pour un tel chef d’oeuvre! Ajoutons au tableau une voisine medium Helga (Marie Vincent), et Pierre (Damien Gadja), et vous allez obtenir un cocktail détonnant.

Tiré d’une pièce d’Ira Levin, adaptée en français par Gérald Sibleyras, Piège Mortel bénéficie d’une mise en scène moderne et très intelligente d’Eric Métayer. Les coups de théâtre se succèdent, et s’il est bien quelque chose à ne pas faire c’est de vous dévoiler les tenants et aboutissants. La pièce avait donné naissance à un film en 1982, signé Sidney Lumet, avec Michael Caine et Christopher Reeves.

Cette pièce mérite vraiment le détour, tant pour le suspense que pour les comédiens qui, visiblement, sont heureux de tenir une telle pièce. Le public ne s’y trompe pas qui applaudit à tout rompre, et c’est amplement mérité.

 

Toutes les photos : @ LOT

Piège Mortel , c’est au théâtre La Bruyère, du mardi au samedi à 21h00 avec matinée le samedi à 15h30
Prix des places : de 22 à 38 € ( moins de 26 ans : 10€ ( plus frais de réservation)

Renseignements et Réservations : 01 48 74 76 99 et au guichet du théâtre du lundi au samedi de 11h00 à 19h00.

 

La Bande annonce :

 

Une comédie très estivale avec des comédiens en totale liberté…pour le deuxième année.

AFFICHE BD FOLLE EVASION

On se retrouve dans une minuscule station service à quelques pas de la Suisse. Les clients de passage sont très rares. Les deux employés ( Vincent Varinier et Angélique Thomas) s’ennuient ferme, qui ont la caisse vide. Arrive une femme très Neuilly/Passy (Armelle), avec une petite valise, dont la voiture est tombée en panne d’essence à quelques kilomètres de là. Et un tout petit peu plus tard, un homme masque, qui vient pour faire un hold up (Eric Laugérias). Le moins que l’on puisse dire c’est qu’il n’est pas doué pour ça, et qu’il n’a pas choisi le commerce le plus florissant pour procéder à son larcin.

Eric Metayer a laissé libre cours à ses comédiens, qui en font des tonnes pour le plus grand bonheur du public, qui adore les situations rocambolesques décrites (et écrites par deux des comédiens : Angélique Thomas et Vincent Varinier). C’est un vrai festival avec Eric Laugérias qui est déchaîné, à moins que je l’ai vu un jour où il était particulièrement en forme, ce dont je doute.

LFE3 Folle évasion (144)

Certes ne vous attendez pas à du Feydeau et encore moins à du Shakespeare. Mais si vous venez voir La Folle Evasion, c’est pour passer un bon moment, en famille, en couple ou en solitaire. Peu de chances que vous vous y ennuyez, bien au contraire

LFE2

La folle Evasion c’est au Théâtre de La Gaité Montparnasse, les dimanche à 17h00 et les lundis à 20h00, et jusqu’au 3 septembre en matinée le samedi à 16h00

Prix des places : de 20 à 32 €

locations au 01 43 22 16 18

 

 

 

Rating:

MOLIÈRE DE LA MEILLEURE COMÉDIE  ET DE LA MEILLEURE ADAPTATION EN 2010, les 39 marches revient sur la scène du théâtre Le Palace

affiche

 Après le meurtre de Scudder, Richard Hannay se trouve mêlé à une drôle d’aventure. Il doit, en 20 jours seulement, rassembler les pièces d’un puzzle ahurissant.
Vingt jours durant lesquels, ce Britannique va  fuir de Londres, courir à travers toute l’Ecosse, se travestir pour échapper à ses poursuivants, déjouer tous les
pièges de ses adversaires et surtout sortir vivant de cette aventure rocambolesque.
Au centre de l’histoire, un complot international, une organisation secrète et surtout un nom de code incompréhensible….. 
« Les 39 marches » est une parodie burlesque du film éponyme d’Alfred Hitchcock . 

DSC_8917 DSC_8898 DSC_8854

Cette comédie est un concept original de Simon CORBLE et Nobby DIMON. avec une adaptation Française de Gérald SIBLEYRAS. Il n’y a que 4 comédiens pour interpréter environ 150 rôles différents. On passe d’un gag à l’autre tout au long du spectacle. Onb entre ici dans un domaine qu’on découvre au théâtre. Ce n’est pas du non sense, ce n’est pas du fantastique, ce n’est pas vraiment du polar, mais on trouve des traces de tout cela dans ces 90 minutes de spectacle. Mis en scène par Eric Metayer, les 4 comédiens forcent l’admiration : Christophe Laubion, Sarah Gelle,  Thomas Ronzeau et Kevin Metayer changent de tête, de fringues , de look toutes les 2 minutes, ils sortent d’un côté pour revenir quelques secondes plus tard dans la peau d’un autre personnage. C’est époustouflant! Il est certain qu’on n’a pas le temps de s’ennuyer, le rythme est rapide, et il faut suivre de bout en bout, pour ne rien manquer.

DSC_8817 DSC_8732 DSC_8652 DSC_8595

Toutes les photos : COPYRIGHT   STEVE BOUTEILLER 

 

Theâtre le PALACE   8 ,rue du Faubourg Montmartre 75009 Paris

Représentations :  lundi et mardi  à 21h30 –  Samedi à 15h00 et dimanche à 14h30

Prix des places : Carré Or : 49 €  – 1ère catégorie : 39 € – 2ème catégorie : 32 €  – 3ème catégorie : 23 € frais de location inclus.

Location :  Le Palace  tel  01 40 22 60 00 – www.theatrelepalace.fr-

 

 

Rating:

L’histoire se répète et rien n’est plus vrai que celle du Système écrit par Antoine Rault.

unnamed

L’auteur de la pièce, Antoine Rault, donne une définition parfaite de ce que vous pourrez applaudir au théâtre Antoine : « L’histoire se passe il y a 300 ans…L’Ecossais John Law, joueur de cartes de génie, prétend pouvoir sauver l’Etat français de la faillite. Il convainc le Régent d’essayer son système : faire du commerce et des échanges avec de la monnaie de papier et des actions. Il vient d’inventer en France l’économie moderne. Au début, cela marche à merveille. Trop bien même. Bientôt, la machine s’emballe, tout le monde se met à spéculer, la bourse flambe. Alors, soudain, « la bulle » (le mot date de là) explose… John Law vient d’inventer aussi la crise financière. « Le Système » raconte la comédie du pouvoir qui se joue dans les coulisses de cette histoire : calculs, manipulations, trahisons et intrigues au cœur d’une cour libertine et cupide. L’économiste plein d’idées, idéaliste est utilisé par les hommes politiques. Tant qu’il est utile, il est flatté et choyé. Dès qu’il ne l’est plus, il est abandonné et brisé. »

helene pambrun13012015-_-121

Certes ainsi raconté, on peut penser qu’on risque de s’ennuyer à mourir. C’est sans compter sur les bons mots, ceux qui font mouche, qui nous font immédiatement penser à la France d’aujourd’hui. (Je vous vois déjà penser: époque libertine…non, il n’y a pas d’allusion aux procès de ce genre.) Mais lorsqu’on parle politique, lorsqu’on parle du système monétaire, on se pose la question: par quoi remplacer le papier (des billets de banque) il est impossible ne ne pas faire un parallèle avec les chéquiers, et à moyen terme à la monnaie en pièces ou billets.  Tout cela semble bien sérieux, mais l’intelligence de l’auteur, c’est de nous offrir un texte d’une justesse totale avec une dose d’humour qui nous fait passer une soirée formidable. 

helene pambrum13012015-_-101

Mais le théâtre ce sont aussi, et surtout des interprètes. Certes on va voir ce spectacle pour avoir l’occasion de voir Lorant Deutsch (dans le rôle de John  Law, l’écossais) et Stéphane Guillon (l’Abbé Dubois, confident  et âme damnée du Régent). Un rôle qui a beaucoup dû plaire à Lorant Deutsch, qui est comme chacun le sait passionné et féru d’Histoire. S’ils dominent la distribution, à juste titre, ils montrent l’immensité de leur talent. Et à leurs côtés d’autres comédiens méritent les louanges: Ainsi Eric Metayer (Paris, le fermier général chargé de collecter les impôts) et Urbain Cancelier, Philippe d’Orléans, Le Régent. Il domine la scène de sa prestance, c’est un régal de le voir évoluer, se soumettre aux demandes et souhaits de l’Abbé, folâtrer avec sa maîtresse , traiter John comme son meilleur ami quand tout va bien….et le désavouer quant il y est acculé. Les rôles féminins sont tenus par Sophie Barjac (la mère du Régent), Marie Bunel qui est la maîtresse du Régent, Stéphanie Caillol et Philippine Bataille.

Le Systeme Credit H. Pambrun 3

Vraiment ce texte est savoureux, ces acteurs dirigés par Didier Long tout aussi délicieux. Ne vous y trompez pas, vous n’allez pas vous régaler d’un soufflé, mais d’une pièce montée, créée par un pâtissier royal.

 

Photos : @Hélène Pambrun

Le Système, c’est au Théâtre Antoine, 14 boulevard de Strasbourg à Paris 10ème

Métro Strasbourg St Denis

du mardi au samedi à 21 h 00 et matinée le samedi à 16 h 00

Places de 21 à 69€

le film annonce :