Matthias Schoenaerts

All posts tagged Matthias Schoenaerts

Rating:

C’était en Août en l’an 2000. On apprenait qu’un sous marin nucléaire russe, le Kousrk, a sombré dans la mer de Barents, avec 23 hommes à bord qui tentent de survivre à la catastrophe.

Le 10 août 2000, le Koursk – sous-marin de deux fois la taille d’un Boeing 747 et d’une surface égale à celle d’un terrain de football, fleuron « insubmersible » de la flotte du Nord russe – appareille pour prendre part à des manoeuvres en mer. Celles-ci, d’une ampleur sans précédent depuis dix ans, réunissent trente navires de surface et trois sous-marins. Le surlendemain, deux explosions internes, si puissantes qu’elles sont enregistrées par des sismographes jusqu’en Alaska, envoient le Koursk au fin fond des eaux arctiques de la mer de Barents. Au moins vingt-trois des cent dix huit hommes d’équipage réchappent aux flammes. Durant les neuf jours qui suivent, le monde entier est en émoi tandis que les opérations de sauvetage échouent et que l’aide internationale est écartée. Le sort des marins à bord est en jeu.

Le film débute sur des notes de nostalgie, avec un enfant qui apprend à rester longtemps sous l’eau, puis un mariage où les hommes qui n’ont pas été payés par l’armée russe à laquelle ils appartiennent se séparent de leur montre pour payer le mariage de l’un des leurs. Quelques jours plus tard tout l’équipage, sous les ordres de Michail Averin (Matthias Schoenaerts) va prendre la mer, alors que la femme de ce dernier (Léa Seydoux) enceinte va s’occuper de leur fils. Quelques heures plus tard on apprend qu’une explosion a causé d’énormes dégâts, mais l’équipe de Michail échappe à la mort et va tenter de survivre en attendant les secours. Mais les russes n’ont pas le matériel adéquat, et leur commandant (Max Von Sydow) va tout d’abord refuser l’aide du Commodore David Russel ( Colin Firth). On va vivre les différentes tentatives de sauvetage, voir les conditions épouvantables dans lesquelles se trouvent les marins.

En un peu moins de 2 heures,le réalisateur, Thomas Vinterberg nous envoie au fond des mers. Le film a été adapté par Robert Rodat d’après le livre de Robert Moore. Franchement on est immergé avec eux, on souffre avec eux, on a leurs espoirs de survivre. Voilà du cinéma comme on l’aime, intelligemment réalisé, où l’écran au départ est serré, avant de prendre le format panoramique dès que le sous marin est à l’eau. Les acteurs sont tous magnifiques, mais là je ne vous apprend rien. On sait que Matthias Schoenaerts est toujours formidable, et une fois encore ici, que tous les comédiens qui sont sur l’écran méritent des superlatifs.

Certes on est très loin de la comédie, et on a du mal à comprendre pourquoi tous parlent anglais, mais les acteurs russes n’ont certainement pas eu l’occasion de tourner, vu la claque que le film envoie à ce pays.  Mais on finit par s’habituer , et certains qui verront le film en version française ne seront pas dépaysés de toutes façons.

Le film annonce

 

Rating:

La création du bosquet de Rocailles à Versailles. Quel joli film et quels interprètes!

Affiche

Nous voilà replongés en 1682, lorsque le roi de France (Alan Rickman), qui n’habite pas encore Versailles, y crée ses jardins par André Le Nôtre (Matthias Schoenaerts) , quelques mois avant que le roi Soleil n’emménage avec toute la Cour dans ce qui restera le plus beau château de France. Le Nôtre est fasciné par ce que réussit à faire Sabine De Barra (Kate Winslet), qui conçoit de superbes jardins, et la convoque pour réaliser le bosquet de rocailles. Ce bosquet se veut une des pièces maîtresse des jardins, avec une salle de bal à ciel ouvert.

_D3S6544.NEF

_ND44438.NEF

Tout le film nous montre la création de ce bosquet, avec la jalousie de certains, une rencontre totalement incroyable et impromptue avec le roi, pour une relation peu connue, mais qui n’a rien à voir avec le statut de Maîtresse, une relation de confiance et d’amitié. Elle saura aussi gagner l’amitié du frère du Roi Philippe d’Orléans (Stanley Tucci) et de sa femme. On est en plein coeur de la Cour de l’époque, avec ses non dits, avec ses surprises. Si le personnage de Sabine a été inventé pour le film, on y croit réellement , et c’est une fois encore preuve du talent de Kate Winslet

_D3S6185.NEF

On connaît plus Alan Rickman comme acteur ( Harry Potter: tous les films, le Majordome, Alice au pays des merveilles (Tim Burton), mais moins comme réalisateur, alors qu’il avait déjà mis en scène L’Invitée de l’Hiver avec Emma Thompson. Avec ce film il réussit le tour de force de nous apprendre une histoire que l’on ne connaissait pas, avec des interprètes plus que parfaits. Si le rythme n’est pas rapide, cela nous offre vraiment des tranches de vie de cette époque. La scène de la rencontre entre Sabine de Barra et Louis XIV dans un minuscule potager est un chef d’oeuvre de précision, d’humour. On ne peut qu’admirer le travail tout en finesse du réalisateur/acteur qui montre dans cette petite scène tout le talent dont il est capable avec ce film bien classique.

_D3S4511.NEF

Après avoir vu le film, on aurait envie de revenir en 1682, à la cour, voir ce bosquet et ses jeux d’eau, ou alors aller à Versailles pour voir ce qui reste de ce magnifique bosquet.

_ND43326.NEF

le film annonce :

Rating:

Un superbe film, très émouvant, tiré du roman d’Irène Némirovsky qui reçut le prix Renaudot en 2004.

120x160 SUITE FRANCAISE_HD

Le film se déroule en France pendant l’été 1940. Lucille (Michelle Williams) attend des nouvelles de son mari parti au front. Elle vit sous la coupe de sa belle-mère acariâtre et revêche (Kristin Scott Thomas). Cette dernière ne la lâche pas d’une semelle et l’accuse de tous les mots. (Non je ne vous raconte pas Cendrillon 1940!) Le petit village dans lequel elles vivent est géré par un maire, vicomte et seigneur des lieux, un homme pleutre (Lambert Wilson). L’arrivée des allemands dans le village va changer beaucoup de choses. Le vicomte n’hésitera pas une seconde à s’arranger avec les allemands pour conserver son titre et surtout ses avantages. Quant à Lucille et sa belle mère, elles vont hériter d’un lieutenant, Bruno Von Falk (Matthias Schoenaerts), qui s’avérera être un homme distingué, amoureux de musique. Lucille aura beau lutter, elle ne pourra pas ignorer longtemps son attirance pour cet officier différent de ses semblables. Mais un événement inattendu se produit dans le village qui aura des conséquences dramatiques!

 

SF2806134897.nef 200813SH_103.nef 130813SH_217.nef 120813SH_136.nef

Ce film prouve, mais en avait-on besoin?, la place primordiale qu’occupe Matthias Schoenaerts dans le cinéma. Il n’aura pas fallu beaucoup de films pour qu’il soit tête d’affiche et affirme son talent. Cette fois, il joue dans un nouveau domaine, tout en finesse, face à l’américaine Michelle Williams. Le réalisateur, le britannique Saul Dibb a trouvé l’endroit parfait pour décor du film , avec ce village (qu’il a trouvé en Belgique!) avec des comédiens au top. Lambert Wilson dans le rôle du vocomte est parfait, tout autant que Kristin Scott Thomas en douairière qui , elle, va évoluer pendant le film. Elle est superbe sous tous les angles. Voilà une grande comédienne, que je vois toujours avec plaisir au générique d’un film, qui a tourné avec les plus grands, en France, en Angleterre, aux Etats Unis. Dirigée par Robert Redford, Roman Polanski, Mike Newell, Philip Haas , Brian de Palma et Lasse Halström, c’est dire l’étendue de son talent.

Pour mémoire rappelons que’Irène Némirovski fut arrêtée en juillet 1942, déportée à Auchwitz où elle périra en Août, deux mois avant son mari. Ce sont leurs filles qui arriveront à se cacher et qui garderont une valise contenant le manuscrit alors inachevé. Ce ne sera qu’en 1995 que l’une d’elles (Denise) trouve la force de le lire et de le transcrire avant de le publier. On connait la suite et les milliers d’exemplaires vendus de par le monde.

080813SH_170.nef 120713SH_048.nef 300713SH_505.nef 300713SH_269.nef

Il n’y a pas que les comédiens qui sont importants dans ce film, il y a un élément primordial : la musique, puisque cette SUITE FRANÇAISE fait référence à une partition musicale composée par Bruno Von Falk dans le film, partition jouée au piano par les acteurs! Mais il n’y a pas que cette mélodie composée par Alexandre Desplat que l’on entend dans le film. Il y a beaucoup de jazz  et plus particulièrement du jazz allemand des années 30.

Cette suite française est sans aucun doute un des meilleurs films que j’ai pu voir en ce début d’année, et je ne peux que vous le recommander vivement!

_OSF0145-3.orf _OSF0195-4.orf 250713SH_0412.nef

Photos: @ Bruno Calvo ou Steffan Hill

le film annonce :

en vost :

 

en VF :