Pablo Schreiber

All posts tagged Pablo Schreiber

Rating:

Un des succès du box office, un film qui vous donne le vertige, dans bien des sens du terme;

 

Will Sawyer (Dawayne Johnson) un ancien chef du commando de libération des otages du FBI et vétéran de l’armée américaine,est désormais responsable de la sécurité des gratte-ciel. Alors qu’il est affecté à Hong Kong, on l’accuse d’avoir déclenché un incendie dans la tour la plus haute tour du monde, le Pearl, également réputée comme la plus sûre de toutes. Considéré comme fugitif, Will doit retrouver les criminels, prouver son innocence et surtout sauver sa femme et ses deux enfants prisonniers du bâtiment en flammes. Beaucoup de traîtres, beaucoup de flammes, et surtout des scènes qui vont vous donner le vertige, je ne vais pas vous en dévoiler plus. J’avais ‘raté’ le film lors de sa sortie en salles, mais j’ai été impressionné quand je l’ai regardé sur mon écran télé.

C’est un mélange de plusieurs genres, il y a du muscle, de l’action, de vrais méchants, un immeuble en flamme, une ‘très belle’ méchante qui n’a peur de rien. Tous les ingrédients sont réunis pour qu’on passe un bon moment avec ce Bluray.

Lé réalisateur, Rawson Marshal Thurber n’y va pas de main morte, et les acteurs se donnent à fond, outre Dwayne Johnson, Neve Campbell, Chin Han, Hannah Quinlivan, Roland Möller, Pablo Schreiber, Byron Mann, McKenna Roberts, Noah Cottrell ou Adrian Holmes, tous nous entraînent à Hong Kong pour ces aventures dans le plus haut gratte ciel au monde.

Caractéristiques techniques du Blu-ray™ et Blu-ray™ 3D :

Image :16/9   2.40:1   Widescreen–durée :1h42

Audio: Anglais Dolby Digital 5.1 & Dolby Atmos,

Français, Espagnol, Italien Dolby DigitalPlus7.1

 Sous-titres : Anglais (sourds et malentendants), Français, Arabe, Danois, Néerlandais, Finnois, Hindi, Islandais, Norvégien, Suédois

Bonus du Blu-ray™ et Blu-ray™ 4K UHD :

Scènes coupées et scènes en version longue (avec commentaire audio du réalisateur Rawson Marshall Thurber) 

Dwayne Johnson : incarner un héros

 Inspiration

 Forces opposées

 Fin d’une amitié

 Enfants en action

 L’histoire de l’ananas

 Commentaire audio par le réalisateur Rawson Marshall Thurber

la bande annonce :

 

 

Rating:

29 Juillet 1969, un homme marche pour la première fois sur la Lune et des centaines de millions de téléspectateurs l’ont vécu en direct. Voila le résumé de ce film signé Damien Chazelle.

Neil Armstrong sera, le 21 juillet 1969, le premier homme à marcher sur la lune. Durant huit ans, il avait subi un entraînement de plus en plus difficile, assumant courageusement tous les risques d’un voyage vers l’inconnu total. Meurtri par des épreuves personnelles Armstrong tente d’être un mari aimant auprès d’une femme qui l’avait épousé en espérant une vie normale. FIRST MAN : LE PREMIER HOMME SUR LA LUNE raconte le parcours fascinant d’un héros.  Adapté du livre de James R. Hansen, FIRST MAN : LE PREMIER HOMME SUR LA LUNE plonge dans l’intimité d’un héros légendaire et révèle notamment des détails de sa vie jusque-là inconnus. Le programme Gemini a servi de terrain d’entraînement au programme Apollo qui a envoyé pour la première fois des hommes sur la lune. Entre mars 1965 et novembre 1966, dix équipes ont successivement pris place à bord du vaisseau biplace Gemini, entre le programme Mercury et le programme Apollo. Un bon nombre de pilotes du programme Gemini ont participé au programme Apollo, ayant pour but, entre autres, de mener une exploration scientifique de la lune et d’établir la suprématie américaine dans le domaine de l’exploration spatiale.  Neuf hommes ont été alors sélectionnés pour prendre part au programme : Neil Armstrong (Ryan Gosling), Ed White (Jason Clarke), Jim Lovell (Pablo Schreiber), Gus Grissom (Shea Whigham), Pete Conrad (Ethan Embry), Elliot See (Patrick Fugit), David Scott (Chris Abbott), Buzz Aldrin (Corey Stoll) et Richard F. Gordon (Skyler Bible). Le but de la mission Apollo 11 était de remplir l’un des objectifs nationaux fixés par le président John. F. Kennedy le 25 mai 1961, c’est-à-dire d’envoyer un homme sur la lune et de le ramener sur Terre en toute sécurité. Entre le décollage et le retour sur Terre, il aura fallu 8 jours, 3 heures et 35 secondes pour que les trois pilotes de la mission Apollo 11 entrent dans l’histoire. C’est ce qu’ils ont fait le 20 juillet 1969.

Après avoir été couronné par l’Oscar du meilleur film pour La La Land, le réalisateur Damien Chazelle a engagé l’acteur qu’il avait alors dirigé dans la comédie musicale : Ryan Gosling, avec à ses côtés Claire Foy qui joue la femme de l’astronaute. Si le sujet ne manque pas d’intérêt, ne serait-ce que parce que les nouvelles générations n’ont pas connu cette odyssée, le réalisateur nous transporte pour près de deux heures  dans les années , à l’époque où les missions spatiales se succédaient dans une guerre entre l’URSS et les USA. Le début du film semble toutefois interminable, avant que la mission spatiale ne devienne vraiment passionnante. Certes tout a été recréé en détails et la NASA a prêté son concours à la réalisation du film, mais la première partie est quand même interminable et on s’y ennuie quelque peu.

Toutefois, si vous regardez ce film sur un écran géant, voire en Imax, avec un son Dolby Atmos, ces défauts peuvent vous paraître anodins.

la bande annonce :