jake gyllenhaal

All posts tagged jake gyllenhaal

Rating:

Quand un grand réalisateur français joue la carte WESTERN, manière américaine, cela donne un grand film!

Le roman de Patrick De Witt a donné de l’inspiration à Jacques Audiard, qui a co-écrit le scénario avec Thomas Bidegain, pour mettre en scène  LES FRÈRES SISTERS.  Eli Sisters (John C. Reilly) le frère aîné, et Charlie (Joaquin Phoenix) sont des tueurs à gage dans l’Amérique du temps des chercheurs d’Or. Le Commodore, personnage peu reluisant, les envoie à la poursuite d’Hermann Kermit Warm (Riz Ahmed) que John Morris (Jake Gyllenhaal) est chargé de retrouver. Pourquoi doivent-ils les suivre à la trace? Sombre histoire que vous comprendrez en allant voir ce film, parce que vous devez le voir! Les 2 frères , bien bavards, dont un très porté sur la boisson (Charlie) vont parcourir du terrain entre l’Oregon et la Californie, avec nombre de rencontres, avant de retrouver l’homme qu’ils recherchent pour lui soutirer un secret, et John Morris  déja envoyé par le Commodore, qui a déjà fait la connaissance de Warm. Pour en savoir plus, rendez-vous dans un bon cinéma, avec un grand écran (genre la salle 10 du Pathé Beaugrenelle), vous ne le regretterez pas.

Riz Ahmed, Jake Gyllenhaal

On pourrait penser que le film est un road western, ce n’est pas vraiment le cas. Le réalisateur ne s’est pas attardé à nous montrer force paysages comme on en a l’habitude dans les westerns. Il s’est surtout attardé à la psychologie des personnages, sans nous en mettre une bonne couche qui aurait alors pu nous ennuyer. Tout cela pour vous dire qu’on est cloué à notre siège, qu’on vit les aventures de ces 4 personnages, et surtout qu’on se demande comment cela va se terminer lorsqu’ils seront tous les 4 face à face. Bain de sang? complicité? meurtre? vengeance? Ne comptez pas sur moi pour vous le dévoiler. Tous les acteurs sont excellents, et John C Reilly que beaucoup connaissaient sans savoir son nom  a enfin acquis la notoriété à laquelle il a droit. Je l’avais adoré dans Chicago de Rob Marshall où il avait l’occasion de donner de la voix  en interprétant ‘Mister Cellophane’ et je le revois toujours avec grand plaisir sur les écrans.

Deux heures de grand cinéma, qui ne nous montre pas le grand Ouest américain, vu que la majeure partie du film a été réalisé en Espagne et en Roumanie, mais si on ne vous l’a pas dit, vous penserez certainement qu’il s’agit de ce qu’on a maintes fois vus dans des westerns ou films se situant là bas à la même époque.

Jacques Audiard nous prouve, une fois encore, qu’il est un des plus grands cinéastes français, si ce n’est le plus grand.

Dois-je le répéter? Précipitez-vous vers le cinéma le plus proche, et régalez-vous pendant près de 2 heures!

Joaquin Phoenix, John C Reilly

Riz Ahmed

 

Le film annonce :

 

Rating:

Jake Gyllenhaal dans un rôle à sa mesure, un film difficile.

187487039

Il a tout réussi dans la vie, ou presque, une belle femme, un métier qui lui rapporte plus que ce dont il a besoin pour vivre…..mais voilà, sa femme meurt dans un accident de voiture, alors qu’il se trouve à ses côtés. Son beau père le pousse à surmonter l’épreuve, mais impossible, il sombre. Il en est réduit à envoyer une lettre de réclamations à une société de distributeurs automatiques pour avoir perdu 50 cts dans une machine. Dans cette lettre il raconte sa vie, et attire l’attention d’une secrétaire de cette société, Karen,  qui s’occupe du service clientèle. Il noue peu à peu une relation étrange avec cette femme et son jeune fils. En essayant de se reconstruire, il va tout d’abord démolir tout ce qui reste de son ancienne vie.

Judah Lewis as “Chris Moreno” in DEMOLITION. Photo Courtesy Jake Gyllenhaal as "Davis" in DEMOLITION. Photo by Anne Marie Fo (From L-R): Jake Gyllenhaal as "Davis" and Heather Lind as “Ju Jake Gyllenhaal as "Davis" in DEMOLITION. Photo Courtesy of Fox 689362431 Jake Gyllenhaal as "Davis" in DEMOLITION. Photo by Anne Marie Fo

Un film difficile, un rôle dont Jake Gyllenhall peut être fier, mais pas lui uniquement, Les acteurs à ses côtés, comme Chris Cooper (le beau père), Naomi Watts (Karen) et le jeune Judah Lewis (le fils), tous sont dignes d’éloges. Il faut bien avouer que ce film est assez difficile, qu’on ne nage pas dans le bonheur. C’est un film d’auteur (signé Jean Marc Vallée, à qui on doit le sublime Dallas Buyer’s club, qui devrait trouver son public. Certes la sortie est assez difficile face à ces Visiteurs 4 ( que tout le monde s’ingénie à dire que c’est le 3ème, tant on veut oublier la catastrophe des Visiteurs en Amérique), mais le public visé n’est pas celui de la comédie, ni des films pour enfants ou ados.

198319491 DEM_0441.psd 220120918 475435060

A découvrir, ne serait-ce que pour la prestation des acteurs!

 

 

Rating:

3030Inspiré d’un fait divers , ce film vous offre des images en 3D à couper le souffle!

71O+MjQB5nL._SY445_ everest1

EVEREST_120_DATE

Inspiré par la tentative, en 1996, d’ascension de la plus haute montagne du monde, EVEREST retrace la trajectoire  de deux expéditions mises à l’épreuve par l’un des blizzards les plus redoutables de l’histoire. Tout en nouant des amitiés malgré les embûches et les conflits, et en voyant leur force de caractère ébranlée par les éléments déchaînés, les alpinistes vont affronter des obstacles quasi insurmontables, obnubilés par leur lutte acharnée pour la survie. Le 10 mai 1996,  Rob Hall, responsable consciencieux et prudent de l’agence néo-zélandaise Adventure Consultants, et Scott Fischer, alpiniste aguerri et patron d’une agence installée à Seattle, mènent leurs équipes respectives dans l’ascension de l’Everest, le plus haut sommet sur Terre qui culmine à 8 848 mètres . Les alpinistes ont passé les deux mois précédents  à s’acclimater à la très haute altitude, au froid extrême et à la raréfaction de l’air, et ils ont fait face à des taux d’oxygène si bas que le fait même de marcher s’avère totalement épuisant. 5 atteignent le sommet ce jour-là mais un orage imprévu d’une extrême violence s’abat sur les grimpeurs alors qu’ils entament leur descente.

AA44_D017_00771_R_CROP Everest AA44_TP_00035R AA44_TP_00018R AA44_TP_00002R

Un film signé BALTASAR KORMÁKUR, qui nous offre des images absolument incroyables, qui plus est tournées en 3D, et que l’on peut voir sur certains écrans en IMAX. Les comédiens ont dû beaucoup souffrir pour tourner dans des conditions improbables. JASON CLARKE, JOSH BROLIN, JOHN HAWKES, ROBIN WRIGHT, EMILY WATSON, MICHAEL KELLY, KEIRA KNIGHTLEY, SAM WORTHINGTON ,MARTIN HENDERSON, ELIZABETH DEBICKI, INGVAR SIGURDSSON et JAKE GYLLENHAAL sont au générique de ce film qui nous emmène sur le sommet du monde, avec tempêtes de neige et de froid, conditions météo épouvantables après nous avoir montré aussi le bon côté, lorsque le soleil est de la partie. On vibre avec les deux équipes, on voit à quel point certains surmontent les difficultés physiques, avec en plus la femme d’un des chefs d’expédition qui attend un enfant d’un jour à l’autre.

AA44_FP_00164R AA44_FP_00122R AA44_FP_00121R AA44_FP_00078RV2 AA44_FP_00007R

En deux heures, vous aurez une palette de sentiments qui vous tombera dessus, vous allez admirer les paysages, suivre les grimpeurs, applaudir aux prestations des comédiens, avoir peur pour ceux que vous voyez sur l’écran. Moi qui suis à 100% mer et soleil, qui suis très sujet au vertige, je peux vous dire que je suis resté collé à mon siège et que rien au monde ne m’en aurait fait bouger avant que je ne connaisse la fin du film. Pas de mention spéciale pour un comédien ou un autre, tous sont au sommet (je sais, c’est facile, mais bon). Certes, vous ne venez pas ici pour de la franche rigolade, mais vous verrez que vous ne regretterez pas d’être monté sur l’Everest!

Everest Everest Everest

La version BluRay est une vraie splendeur, tant au niveau des images que du son, que ce soit dans la version 2D ou 3D.

de superbes bonus :

« Course vers le somment » : le making of d’Everest 10’59
« Aspirer à l’authenticité » : la véritable histoire 6’47
« Apprendre à grimper » 4’42
« Une montagne de travail » 5’13
Commentaire audio de Baltasar Kormákur

il existe, 2 versions différentes : la version 3D (qui offre aussi la version 2D et la copie digitale) (22.9ç€ chez Amazon

et la version 2D avec la copie digitale offerte (17.99€ chez Amazon), vendue en boitier acier (SteelBook)

Le film annonce:

 

 

 

Rating:

Un suspense haletant, une mise en scène choc, et des acteurs au top.

images (9)prisoners002

Dans la banlieue d’une grande ville des Etats Unis, deux fillettes de 6 ans disparaissent lors de Thanksgiving. Un détective, Jake Gyllenhaal, enquête, c’est l’as des inspecteurs qui a toujours trouvé résolution de toutes ses investigations. Il privilégie nettement la thèse du kidnapping, suite aux témoignages des familles et surtout du père d’une des fillettes, Keller (Hugh Jackman). Un suspect est vite arrêté, mais il sera relâché, faute de preuves et surtout parce que son QI avoisine celui d’une huître et qu’il semble impossible de faire le mal. Keller est aveuglé par la douleur et fait tout ce qu’il peut pour retrouver les fillettes. La course à la montre, avec ce fameux suspect (Paul Dano, méconnaissable) commence, mais ne semble mener nulle part.

images (15) images (14) images (13)

Il faut le dire tout de suite, le film est long (2h33) mais on reste totalement cloué à son fauteuil de la première à la dernière minute. Le suspense est ravageur pour nos nerfs, et on se surprend de la violence de certaines scènes, de la réaction des deux pères de famille, du policier chevronné. Le film se base sur des éléments réels. Dans le cas d’un enlèvement, on sait que les premières heures sont cruciales, elles diminuent de moitié au bout d’une semaine et au bout d’un mois, les chances de retrouver un enfant disparu encore vivant sont quasiment nulles. On voit à quel point deux familles peuvent exploser, comment chacun réagit face à un drame aussi éprouvant.

images (10) images (11) images (12)

Les interprètes sont parfaits de bout en bout, non seulement les deux têtes d’affiche, mais aussi tous les autres rôles, et tout particulièrement Paul Dano, qui est actuellement un des meilleurs seconds rôles du cinéma américain, qui sait jouer les déjantés avec un brio rare. La mise en scène de Denis Villeneuve est plus qu’efficace, avec un montage qui ne vous laisse pas un instant de répits. Courez voir ce Prisoners, peut-être pas (surtout pas) avec des enfants trop jeunes, parce que certaines scènes sont très violentes, mais entre adultes. Vous ne le regretterez pas, et je vous garantis un suspense, une peur qui va vous habiter pour ne vous lâcher qu’avec le mot fin….enfin non, parce qu’il n’y a pas le mot fin…

Jake Gyllenhaal et Paul Dano

Jake Gyllenhaal et Paul Dano

Parlons maintenant du BluRay, qui est en fait un combo Blu Ray  plus DVD

Vous trouverez le film en français et en version originale sous titrée, avec un master DTS HD, format 1:85 16/9. Durée approximative : 150 minutes. Les bonus sont des interviews du réalisateur Denis Villeneuve en français et de Hugh Jackman avec sous titres. la bande annonce et un making of.

 

Le film annonce.