Pierre Lacotte

All posts tagged Pierre Lacotte

Rating:

Ils ont été 2 à des époques bien différentes à redéfinir le ballet et la danse, Nijinsky et Rudolph Noureev. Voici l’histoire du passage à l’Ouest de ce dernier.

Si l’affiche parle de 1961, c’est parce que c’est à cette date qu’il a demandé l’asile politique en France, mais tout le film parle de ses premières années, plus en forme de flash back, donc d’une manière non linéaire. Sa naissance dans un train, sa vie où il apprend la danse, sa famille avant d’entrer au Kirov, son professuer de danse, la femme de ce dernier, tout cela vous l’apprendrez dans ce film réalisé par Ralph Fiennes, qui joue aussi dans le film, c’est lui son prof. Pour le rôle titre un inconnu, Oleg Ivenko, danseur, comme il se doit, dont la ressemblance physique avec Noureev est quand même spectaculaire. En 1961 la troupe du ballet de Kirov doit se produire à Paris, bien encadrée par le KGB. Mais Noureev découvre les nuits parisiennes, la vie culturelle  et il se lie d’amitié avec Clara Saint ( Adèle Exarchopoulos) et un de ses amis, Pierre Lacotte ( Raphaël Personnaz) ,Clara  a des liens avec André Malraux le ministre de la culture d’alors.

On nous montre le jeune noureev, dont le rêve est d’être le plus grand de tous les danseurs, féru d’art, qui passe son temps libre au musée de l’Hermitage à St Petersbourg, ou au Louvre quand il sera à Paris. Juste pour mémoire; lorsqu’il arrive un matin pour visiter le Louvre, il parle à une femme de ménage, qui est une comédienne que j’adore, Emmanuelle Bougerol. la scène dure moins d’une minute. Il y a bien des anecdotes, qui cernent ce personnage. On lui prête même une (ou plus?) conquête féminine, et son homosexualité reconnue, est montrée  avec force tact.

Ce film n’est pas une carte postale, mais un ou des instants de la vie de ce célèbre danseur, et l’histoire ne montre pas sa vie après ce changement de cap que fut 1961, date à laquelle il a demandé l’asile politique en France. Il y a certes des scènes de danse, mais elles sont intégrées à l’histoire et ne sont que de courts extraits. Cela reste un beau film, et on regrette que cela s’arrête là. On aimerait voir sa vie ensuite lorsqu’il devint le monstre sacré qu’il est et reste encore pour nombre d’entre nous, au même titre que La Callas pour sa voix!

la bande annonce :

 

 

Rating:

Un bonheur de ballet que nous présente Pierre Lacotte à l’Opéra Garnier

Paquita 3

Paquita c’est un ballet en deux actes, sur des airs de Ludwig Minkus et Edouard Marie Deldevez, sur un livret de Paul Foucher et Joseph Massilier. Pierre Lacotte en a fait l’adaptation et le chorégraphie pour L’Opéra National de Paris, où il fur créé en Janvier 2001. Le ballet est une adaptation d’après Joseph Mazilier et Marius Petita.

L’histoire se déroule en Espagne lors de l’occupation napoléonienne. Paquita a été élevée après avoir été enlevée par les Gitans, alors qu’elle est de famille noble. Elle sauvera un jeune et bel officier français, Lucien d’Hervilly,  d’un complot criminel. Mais arrivera-t-elle à prouver ses origine nobles? Le ballet mérite des éloges à tous niveaux. Les décors et les costumes signés Luisa Spinatelli  sont de toute beauté. la musique est envoûtante, et même si on n’a pas lu l’histoire auparavant, rien ne nous empêche de comprendre l’intrigue. C’est tout l’art du chorégraphe qui réussit là ce que je considérerai comme une oeuvre majeure. Tout d’abord il y a nombre de figures de bravoure, ce ballet ne doit pas être d’un accès facile pour les danseurs, et pourtant tous sont absolument prodigieux. Je l’ai vu avec Laura Hecquet dans le rôle de Paquita et Karl Paquette dans celui de l’officier, mais toute la troupe mérite des bravos: François Alu, Pascal Aubin, Stéphanie Romberg, Bruno Bouché ou Marie Hélène Boulet. D’autres interprètes en alternance:  comme Hannah O’Neil et Mathias Heyman, mais aussi, dans les rôles principaux: Amandine Albisson, Alice Revanand, Florian Magnenet, Léonore Baulac et Jeremy Loup Quer. Il est difficile de préférer un ou l’autre de ces danseurs qui sont tous exceptionnels. Il faut aussi avouer que la direction d’orchestre par Fayçal Karoui est digne des mêmes louanges. Chaque fois que je vais voir un spectacle à l’Opéra Garnier, je suis ébloui. Je suis comme un enfant à qui on vient d’offrir un nouveau jouet.

 

Du Samedi 02 Mai 2015 au Mardi 19 Mai 2015

Du Samedi 02 Mai 2015 au Mardi 19 Mai 2015

Je vois la grâce de cette troupe, je suis ébahi devant leurs prouesses, devant leur dextérité, j’ai envie de me lever de mon siège et de leur crier les bravos qu’ils méritent. Mais je reste bien sage et je me contente d’applaudir à tout rompre, et encore plus aux saluts. je n’exagère pas, je ressens une admiration sans borne pour tous ceux que je vois danser. Essayez donc de voir un ballet de l’Opéra de Paris, vous comprendrez alors pourquoi ces danseurs sont célèbres.

paquita 4

Voila les prochaines représentations : durée du spectacle , environ 2h05 avec un entracte

9 Mai à 19h30, 11 Mai à 19h30, 13 Mai à 19h30, 15 Mai 19h30, 16 Mai à 14h30, 16 Mai à 20h00, 19 Mai à 19h30

TARIFS : 12€, 25€, 50€, 80€, 110€, 130€
les   9, 15, 16 mai 12€, 27€, 55€, 88€, 121€, 143€
les 11, 16 mai 12€, 22€, 45€, 72€, 99€, 117€

paquita 2

Toutes les photos : © Laurent Philippe / Opéra national de Paris ( sur ces photos: Karl Paquette et  Laura Hecquet)

 

un extrait des représentations de 2003: