Archives

All posts by Guy Courtheoux

Rating:

Il est né garçon, mais s’est toujours senti fille…

Difficile de mettre ce film dans une case. Girl raconte l’histoire de Lara, née garçon, qui s’est toujours senti fille. A 16 ans, son rêve devenir ballerine, et transformer son corps en celui d’une vraie femme. Elle est entièrement soutenue par son père. On ne parle pas de mère, la famille, c’est le père, son petit frère de 6 ans et elle. Lara réussit son entrée dans une des meilleures écoles de danse, mais son corps ne suit pas et le réalisateur nous montre plus d’une fois ses pieds mutilés par les exercices pour bien nous montrer que Lara est encore un garçon. Elle subit un traitement hormonal, mais voudrait que tout se déroule beaucoup plus vite, qu’on lui enlève ce bout de chair entre les jambes, qu’on lui crée un corps 100% féminin. Mais rien ne se fait du jour au lendemain. C’est peut-être la raison pour laquelle le réalisateur, Lukas Dhont, nous montre quelques scènes répétitives, sans lesquelles le film serait un pur chef d’oeuvre. le jeune acteur, Victor Polster, a l’âge de l’héroïne du film et on voit bien que c’est un excellent danseur. Il tient le film sur ses épaules, film qui est d’une pudeur extrême. Avec un tel sujet, certains pourraient penser que des scènes plus crues, ou plus démonstratives auraient été de mise, mais ce n’est pas le cas. Et il faut saluer chapeau bas toutes les scènes dansées, qui sont mieux que remarquables!

On suit le parcours de cette jeune fille, totalement soutenue par sa famille, et qui s’intègre tant bien que mal dans son école. On voit que ses profs connaissent la vérité, on apprend que ses amies (?) danseuses le savent aussi, mais en dehors de ces personnes, les voisins, voient Lara comme la jolie fille qu’elle paraît être à l’écran. Je dois avouer que j’admire le jeune acteur/danseur pour sa prouesse, tant il est crédible. On m’aurait dit que c’était une jeune fille qui jouait ce rôle je l’aurai cru .

Le réalisateur, dont c’est le premier film long métrage, et qui est aussi l’auteur du scénario,  a déjà reçu quelques récompenses pour ce film : Caméra d’Or au dernier Festival de Cannes, et Victor Polster a aussi eu le prix d’interprétation dans la section UN CERTAIN REGARD. De plus le film représente la Belgique pour la prochaine cérémonie des Oscars à Hollywood. Un film à découvrir nonobstant les quelques réserves sur sa durée et certaines scènes très ‘douloureuses’ que je ne vous décrirai pas. A noter que ce film a une partie des dialogues en Français, et une partie en Flamand sous titré français.

TOUTES LES PHOTOS : @ Menuet

 

un lien vers la bande annonce :

 

Après avoir dirigé Il était une fois Broadway, Pierre Yves Duchesne se retrouve sur un second projet : CLEMENCEAU, le musical toujours pour la scène du Palais des Congrès

Clémenceau le musical nous plonge dans les années de la Grande Guerre, à travers le destin de plusieurs jeunes poilus. Ce spectacle musical, qui va bénéficier d’une orchestration symphonique a été écrit et composé par Jacques Raveleau-Duparc, qui conte l’épopée de ces jeunes dont certains dans les tranchées. ce seront 100 minutes de spectacle total avec une centaine d’artistes sur scène, dont : l’auteur (Clémenceau) Pïerre-Yves Duchesne (Albert), Kevin Levy, Clément Julia, Grégory Arrieta, Fredéric Chupin, Mickael Roupie, Fabrice Todaro, Camille Polet, Laetitia Kullean, Laurence Cohen, Laura Tardino.

PHOTOS :  @ Guy Courthéoux / onsortoupas.fr

 

Nous avons rencontré Jacques Raveleau-Duparc lors d’une petite réunion où vous allez découvrir quelques extraits dans le décor du véritable jardin de Clémenceau dans le 16ème, qui est aussi le musée consacré à ce grand homme.

Rencontre avec l’auteur :

lien  vers youtube :

https://youtu.be/Zb6ATEFvH5A

 

quelques extraits :

https://youtu.be/aLkpDZ8Gyxc

 

https://youtu.be/uUa_onhuuCM

Réservations : 0892 050 050 (0.35€ la minute),  et sur www.fnac.com et autre billeteries

Prix des places 78€ (carré or), et de 39 à 65€.

représentations le samedi 10 Novembre à 16h00 et 20h30, dimanche 11 Novembre : 15h00 au Palais des Congès de la Porte Maillot

Rating:

Saviez-vous qu’Alexandre Dumas avait un nègre ( en écriture!) ? Non, et pourtant ce fut le cas, et vous l’apprendrez dans ce Signé Dumas au Théâtre La Bruyère

Le nom Auguste Maquet ne vous dit rien? C’est pourtant celui d’un des deux co-auteurs de romans historiques ultra célèbres comme : LES TROIS MOUSQUETAIRES, LE COMTE DE MONTE CRISTO, LA REINE MARGOT, ou encore / LE VICOMTE DE BRAGELONNE. Tous ces romans furent écrits par Alexandre Dumas et Auguste Maquet, et si ce dernier n’est pas passé à la postérité, il n’en a pas moins existé.  Voilà donc que deux auteurs contemporains, Cyril Gély et Eric Rouquette  ont travaillé sur ce canevas. La pièce débute le 24 février 1848, alors qu’Alexandre Dumas est à l’apogée de la célébrité. Les deux hommes Alexandre Dumas ( Xavier Lemaire) et Auguste Maquet (Davy Sardou) travaillent dans le château de Port Marly. un maréchal des logis, Mulot (Thomas Sagols) arrive avec des nouvelles de Paris. Louis Philippe abdique, une nouvelle révolution est en marche, et Dumas veut absolument envoyer un courrier à l’assemblée, qui prend parti pour la Régente. Maquet s’y oppose farouchement, et de là naît une dispute, qui pourrait fort bien aboutir à la fin de leur duo.

Le metteur en scène, Tristan Petitgirard, nous offre sa vision de l’histoire dans un décor signé Olivier Prost , la pièce du château où travaille surtout Maquet, et où Dumas ne vient que peaufiner et donner son point de vue sur ce qui est écrit ou à écrire. On se régale de ces dialogues, bien que ce ne soit pas une création. En effet la pièce fut créée en 2003 au théâtre Marigny, dans une mise en scène de Jean-Luc Tardieu. On se régale des dialogues entre les deux hommes, de ce huis clos où les deux co-auteurs travaillent, avec l’apparition régulière de Mulot. Ce n’est pas un rôle facile pour ces comédiens, mais quand on voit arriver Xavier Lemaire, on croit voir Dumas, avec une stature imposante. Davy Sardou nous montre ses talents de comédiens, qui passe par différentes intonations, du mec un peu en retrait, du mec en colère, de celui qui se bat pour ses droits entre autres.

En 20 ans de carrière, Davy Sardou est devenu un des grands du théâtre, qui fait honneur à la famille de comédiens.

Nous l’avons rencontré, et vous allez le connaître un peu mieux:

pour ceux qui n’arrivent pas à voir l’interview ( ce qui arrive souvent sur smartphone) , voici le lien que vous pouvez cliquer:

https://youtu.be/0YenfIJL8yc

Signé Dumas , c’est au Théâtre La Bruyère,

du mardi au samedi à 21h00, avec matinée le samedi à 15h30

Tarifs : de 22 à 38€ (hors frais de location) et pour les moins de 26 ans du mardi au jeudi, en fonction des places disponibles : 10€

locations au 01 48 74 76 99

www.theatrelabruyere.com

la bande annonce :

 

Rating:

Et revoilà les dinosaures à nouveau sur les écrans dans un film produit par Steven Spielberg, et réalisé par J.A. BAYONA

Cela fait trois ans que les dinosaures se sont échappés de leurs enclos, détruisant le parc à thème  Jurassic World et les hôtels de luxe. Isla Nublar a été désertée des hommes et seuls quelques dinosaures  survivants restent livrés à eux-mêmes dans les jungles. Alors, lorsque le volcan endormi de l’île entre en  éruption, Owen (Chris Pratt) et Claire (Bryce Dallas Howard) s’allient pour sauver les derniers dinosaures  de l’extinction. Owen n’a qu’une idée en tête : sauver Blue, son raptor leader qui a disparu dans la  nature. Arrivant sur l’île peu à peu recouverte de lave, leur aventure prend un tournant inattendu  lorsqu’ils mettent à jour un complot, qui pourrait mettre en péril le destin de la planète entière.

 

Voila les deux trailers en VO.ST, qui donnent envie d’aller sur cette ile….mais assis dans un fauteuil devant son grand écran du salon:

 

au générique : CHRIS PRATT, BRYCE DALLAS HOWARD, JAMES CROMWELL, JEFF GOLDBLUM, TED LEVINE, TOBY JONES, BD WONG, RAFE SPALL, GERALDINE CHAPLIN, DANIELLA PINEDA, JUSTICE SMITH, MICHAEL PAPAJOHN, ROBERT EMMS, CHARLIE RAWES, JO HARTLEY, FAITH FAY, EMANUEL COELHO, DAVID OLAWALE AYINDE, JUKE HARDY, MITCHELL L. JOHNSON, KEVIN LAYNE, RAID MATWI, LEE MAYO, SAINT THOMPSON, JORDAN PARSONS

Le Bluray mérite bien des superlatifs:

Tout d’abord les langues disponibles:

Anglais en DTX, Français, Espagnol , Castillan et le film en audio description

Les sous-titres : Anglais, Français, Espagnol, Catalan, Hollandais, Danois, Finlandais, Norvégien, Suédois, Portugais, Russe, Islandais

Mais c’est surtout au niveau des Bonus que la liste est longue:

Sur le plateau avec Chris & Bryce : making of avec Chris Pratt et Bryce Dallas Howard
« Le royaume évolue » : les cinéastes expliquent comment le second chapitre de la trilogie Jurassic World fait évoluer la franchise dans une nouvelle direction
« Action sur l’île » : coulisses de la scène du bunker et de la séquence de la gyrosphère
Naissance de l’Indoraptor : découvrez comment est né l’Indoraptor
« Commencez les enchères » : un coup d’oeil la scène de la vente aux enchères
« Tué par un dino » : making of de l’Indoraptor qui affronte un personnage clé
« Monstre dans le manoir » : J.A. Bayona explique comment Jurassic Park et Dracula (1979) ont influencé sa façon de tourner la scène du manoir
« Confrontation sur le toit » : le terrifiant affrontement sur le toit du manoir Lockwood
« Le retour de Malcom » : dans les coulisses avec Jeff Goldblum
« Effets visuels évolués » : l’équipe d’ILM explique la façon dont ils ont créé les dinosaures
Les journaux de Jurassic de Chris Pratt :- Vivian Baker (maquilleuse)- Mary Mastro (coiffeuse) Chris Murphy (1er assistant son)- Dean Bailey (pilote cascadeur)- Peter Harcourt (plongeur)- Daniella Pineda et Justice Smith- Jody Wiltshire (assistante décors)- Kelly Krieg (assistant – superviseur script)- J.A. Bayona- James Cox (cascadeur)- Rachelle Beinart (cascadeurs)- Chris Pratt
Retour à Hawaï : l’équipe du film évoque le tournage à Hawaï
À bord de l’Arcadia : l’équipe du film partage son expérience de travail avec des créatures animées
« Jurassic World : Fallen Kingdom, La Discussion » : conversation avec l’équipe autour du film
« Chanson pour le royaume » : quand Justice Smith chante pour l’équipe du film

 

 

Aucun doute ce BluRay est du pur 5*, disponible en plusieurs versions toutes en Steelbook et édition limitée actuellement :

BluRay + version digitale  environ 19€

BluRay 3D + bluRay + version digitale, environ 25€

et Bluray 4K + version digitale environ 33€

 

Rating:

Richard Berry à la mise en scène, de bons acteurs, une pièce drôle, que demander de plus?

 

Bernard (Richard Darmon) vit avec Juliette (Pascale Louange), qui a l’âge d’être sa fille. Alors qu’elle attend le retour de son mari, elle voit débarquer Thomas (Vincent Desagnat) qui prétend, avec pour preuve des tests ADN, qu’il est le fils de Bernard. Seul hic, mais de taille, Bernard prétend qu’il a toujours été stérile. Où est la vérité? A-t-il eu un fils caché? Thomas est-il son fils ou non? Les rebondissements seront nombreux , grâce à l’écriture efficace de Marc Fayet.

Le théâtre de la Michodière enchaîne les succès depuis quelques temps, et L’Ordre des Choses complète la liste des succès publics. Il faut avouer que Richard Berry, qui nous a offert une prestation extraordinaire avec son seul en scène dans PLAIDOIRIES au Théâtre Antoine,  nous offre cette fois une mise en scène vraiment efficace. Beaux décors , scénographie signée Philippe Chiffre, on suit le courant de la pièces avec un plaisir certain. Même si vous n’êtes pas fan de Gérard Darmon, il réussit à rester à l’aise dans ce rôle, il faut avouer que les deux comédiens qui l’accompagnent sur la scène, Vincent Desagnat et Pascale Louange sont, quant à eux parfaits, qui ne surjouent pas. On nous offre de la dentelle, et le public , qui ne se trompe jamais, leur réserve une belle ovation amplement méritée.

L’auteur, qui est aussi comédien Marc Fayet, avait déjà écrit : Jacques a dit (2004) puis Il est passé par ici ( 2009), sans oublier : Des Gens Intelligents qu’il avait interprété aussi au Théâtre de Paris, salle Réjane en 2014 dans une mis en scène de José Paul. On ne compte plus ses apparitions en tant que comédien, que ce soit sur scène, sur le petit ou sur le grand écran.

TOUTES LES PHOTOS : Céline NIESZAWER

L’Ordre des choses, c’est au théâtre de la Michodière,

Du mardi au samedi à 20h30

Matinées samedi à 16h30 et dimanche à 15h30

Locations :

Par téléphone : 01 47 42 95 22

En ligne : www.michodiere.com

TARIFS: Du mardi au jeudi (frais inclus)
Carré Or : 59 € / Cat 1 : 49 € / Cat 2 : 39 € / Cat 3 : 29 € / Cat 4 : 18 €
Du vendredi au dimanche (frais inclus)
Carré Or : 64 € / Cat 1 : 54 € / Cat 2 : 44 € / Cat 3 : 34 € / Cat 4 : 18 €

la bande annonce :

 

 

Rating:

Un sujet dans l’air du temps par Laurent Ruquier : le coming out d’un jeune mec et la réaction de ses parents!

Claudine (Fanny Cottençon) et Maxime (Francis Huster) apprennent par un magazine people que leur fils (Louis le Barazer)  est gay. Quelle sera leur réaction?  Le sujet qui fut tabou, mais qui l’est nettement moins depuis quelques années a inspiré Laurent Ruquier, qui, en 3 cates, nous donne 3 points de vue différents sur la question. Certes on peut se poser la question, pourquoi dans la première partie, le père est-il aussi fermé, alors que sa femme est plutôt cool, alors que dans le deuxième acte, c’est tout le contraire. Ruquier aurait tout aussi bien pu nous donner deux autres actes: le père et la mère farouchement contre , genre Frigide Barjot ou Christine Boutin, ou alors des personnes très raisonnables comme il en existe beaucoup, qui comprennent que l’amour entre personnes du même sexe n’est pas une tare, et qui se réjouissent du bonheur de ceux qui s’aiment. Mais le troisième acte se consacre plus au fils, sa vision de la vie, ses joies, ses malheurs, sa réconciliation avec sa famille à qui il n’avait pas osé avouer ses penchants.

Certes l’écriture de Laurent Ruquier est toute en nuances, tout comme la mise en scène de Steve Suissa, mais les réactions parentales des deux premiers actes sont quand même difficiles, qui peuvent faire sourire ou pleurer. On est loin des comédies auxquelles Ruquier nous avait habitué. C’est peut-être pourquoi la comédie évolue au fil des 3 actes, et que la fin est très loin d’un éclat de rire. Il fallait tout le talent de ces comédiens ( oui, même le jeune Louis Le Barazer, qui est formidable de justesse, et qui nous arrache même quelques larmes) pour traiter un tel sujet .

On sait depuis longtemps que Laurent Ruquier a fait son coming out, mais qu’il n’en a jamais fait son cheval de bataille, ayant parlé de cela dans un sketch à l’époque d’un one man show, pardon, d’un seul en scène. C’est un mec comme vous ou moi, tout simplement. On ne lui demandera pas s’il a vécu cet épisode de sa vie tel qu’il le décrit différemment dans les deux premiers actes de la pièce.  On se contentera d’écouter ces dialogues, ces piques, ces moments drôles ou non dans ce POURVU QU’IL SOIT HEUREUX.

TOUTES LES PHOTOS : ©Svend Andersen

POURVU QU’IL SOIT HEUREUX! c’est au théâtre Antoine, du mardi au samedi à 21h00 et les samedi et dimanche  matinées à 16h00

Locations au 01 42 08 77 71 ou www.theatre-antoine.com

un extrait :

 

 

autre article onsortoupas sur le sujet :

http://www.onsortoupas.fr/la-saison-2018-2019-sannonce-magnifique-au-theatre-antoine-interview-des-auteurs-comediens/

Rating:

Rire pendant 90 minutes quasiment sans s’arrêter, voilà ce que nous propose LA MOUSTACHE au Théâtre de la Gaîté Montparnasse!

Sylvain Sabourdin (Patrick Mille) est un homme discret, réservé, qui est gentil avec tout le monde et qui n’aime pas contrarier les gens. Il vit avec sa compagne (Pauline Lefevre), et ils acceptent un de ses amis (Fabrice Donnio) qui squatte chez eux depuis des lustres! Un drôle de concierge (Sacha Judaszko)  , homme à tout faire de l’immeuble passe son temps chez eux!
Aujourd’hui est un grand jour : il doit rencontrer son futur beau-père (Jean Benguigui), il doit passer un entretien d’embauche et doit prendre de grandes décisions. Mais alors qu’il se prépare et se rase avec un rasoir électrique, une panne d’électricité l’empêche de se raser complètement et le laisse avec une moustache… la moustache d’Hitler.

A partir de ce moment, donc quelques minutes après le début de la pièce, on enchaîne quiproquos, jeux de mots, situations incroyables et d’un burlesque total pour l’immense plaisir de la salle, qui est pliée en deux de rires. Il faut avouer que les situations, l’écriture et le jeu des comédiens qui s’en donnent à coeur joie, font que la pièce fonctionne au maximum.

Intile de dire que tous les comédiens sont au top, et que Jean Benguigui est parfait. Sacha Judaszko en fait des tonnes, et franchement on ne s’en lasse pas. A certains moments on a envie de crier: encore, tant c’est drôle. Mais les situations évoluent pour que le spectateur n’ait pas le temps de s’ennuyer. La pièce tourne à 100 à l heure, et la mise en scène de Jean-Luc Moreau est d’une efficacité à toute épreuve. Il faut bien avouer que les auteurs : Sacha Judaszko et Fabrice Donnio ont tout compris à l’écriture d’une comédie réussie!

Franchement, croyez moi sur parole quand je vous dit que c’est une soirée vraiment superbe que vous allez passer au théâtre de la Gaité Montparnasse, avec cette joyeuse bande de comédiens, et que vous aurez envie en sortant d’y envoyer tous vos amis, et même d’y retourner. C’est une heureuse surprise, ne manquez pas cette occasion de vous tordre de rires. Toutefois, ce spectacle n’est pas recommandé aux incontinents qui n’ont pas pris leurs précautions.

La Moustache, au Théâtre de la Gaité Montparnasse,

DU MARDI AU SAMEDI À 21H, LE SAMEDI ET LE DIMANCHE À 16H

TARIFS : DE 19€ À 41€ – LE SAMEDI SOIR : DE 19€ À 45€

LOC : 01 43 22 16 18

WWW.GAITE.FR

la bande annonce :

 

 

Rating:

Certainement la star la plus populaire dans le monde entier, qui presque 10 ans après sa mort reste un incontournable : Michael Jackson.

Riad Bettouche et Benoît Cachin ont réalisé un travail de fourmis pour nous montrer l’intégrale de sa carrière, un album abondamment illustré, comme vous le prouvent ces photos tirées du livre.

 

 

Michael Jackson (1958 – 2009) sur scène avec Jackson Five Inglewood Forum in California, 26th Août 1973. (Photo by Michael Ochs Archives/Getty Images)

Michael Jackson le 12 juin 1971 Los Angeles, California. (Photo by Michael Ochs Archives/Getty Images)

1970: »Jackson 5″ Jermaine Jackson, Tito Jackson, Michael Jackson, Marlon Jackson, Jackie Jackson. (Photo by Michael Ochs Archives/Getty Images)

Michael Jackson 1975. (Photo : Michael Ochs Archives/Getty Images)

 

Un tel ouvrage méritait qu’on rencontre un des auteurs. Voilà qui est chose faite: Benoît Cachin au micro de Guy Courthéoux / onsortoupas.fr:

Michael Jackson,L’Intégrale,    Gründ éditions, 29.95€

Rating:

Un comédien connu Philippe Torreton, un musicos ultra célèbre, Richard Kolinka ( ex TELEPHONE) et aux claviers :  Aristide Rosier…..c’est MEC !

Un concept curieux : déclamer des textes de chansons d’un auteur méconnu, Allain Leprest, avec deux musiciens, qui ne jouent pas la musique que ce chanteur avait écrite sur ces paroles. Et pourtant ça fonctionne, et même très bien, servi par cet excellent comédien, détenteur d’un César en 1997 pour Capitaine Conan, Philippe Torreton. Un spectacle qui mérite le détour et surtout une explication, alors quoi de mieux que de demander à Monsieur Philippe Torreton :

 

MEC ! c’est au théâtre Edouard VII jusqu’au 21 Octobre, du jeudi au samedi à 19h00, et le dimanche à 18h00.

Locations: sur place, 10 place Edouard VII , ou par téléphone : 01 47 42 59 92

les lundis de 11h00 à 18h00, du mardi au samedi : de 11h00 à 21h00 et le dimanche de 11h00 à 18h00

 

Quelques représentations au Palais des Congés de Paris, puis un retour en janvier prochain dans la salle mythique : IL ETAIT UNE FOIS BROADWAY!

 

Conçu par Pierre Yves Duchesne cette mini rétrospective avec quelque 160 artistes sur scène dont un orchestre symphonique de jeunes gens, des solistes, quelques stars comme Hélène Segara ou Liane Foly, voilà IL ETAIT UNE FOIS BROADWAY, interview de Pierre Yves Duchesne:

Il y aura aussi une partie consacrée à Michel Legrand, avec , entre autres, son fils Benjamin, comme il le confie à notre caméra :!

Vous voulez voir les répétitions? écouter quelques airs: suivez le guide :

 

 

IL ETAIT UNE FOIS BROADWAY, un spectacle vraiment superbe, l’orchestre et les cheours font tout avec des solistes de talent! Je regrette simplement la présence de Liane foly, que la salle a hué au regard de sa prestation, même si ces 10 minutes en scène nous ont semblées très très longues, le reste du psectacle était superbe, avec entre autres Hélène Ségara, qui, elle n’a pas joué les stars et a été applaudi comme elle mle méritait!

 

places de 39 à 115 €