Meryll Streep

All posts tagged Meryll Streep

Rating:

1964 par Robert Stevenson : Julie Andrews, 2018 par Rob Marshall : Emily Blunt,  deux Mary Poppins avec plus de 50 ans de différence : du bonheur sur les écrans. Pratiquement parfaites sous tous rapports!

LE RETOUR DE MARY POPPINS

LE RETOUR DE MARY POPPINS

 

Mary Poppins qui a bercé des générations d’enfants, et de parents revient sur les écrans. Mais ce n’est pas un remake, donc la sublime Julie Andrews n’est pas remplacée dans la même histoire, c’est Emily Blunt qui doit tenter d’être Mary Poppins, , tâche difficile , mais c’est réussi. Le scénario est totalement différent, c’est une autre histoire, mais on retrouve la magie intacte. Les enfants de 1964 ont bien grandi, et ce sont eux qui ont des enfants. Le garçon, Michael Banks (Ben  Wishaw) s’est marié, sa femme décédée récemment et vu qu’un malheur n’arrive jamais seul, un très méchant banquier veut saisir leur maison. Sa soeur, Jane (Emily Mortimer) est d’une aide précieuse à la maison. Celle qui s’occupe de la maison , Ellen est délicieusement interprétée par Julie Walters. L’arrivée de Mary Poppins, comme auparavant par les airs, avec son parapluie magique risque fort de changer la donne.  Le réalisateur, Rob Marshall, à qui on doit la géniale version filmée du musical CHICAGO, remplit sa mission comme il se doit. Dans les premières scènes on retrouve les mimiques de la première mouture, et on s’habitue bien vite à Emily Blunt dans le rôle titre. Il fallait un ami à Mary Poppins, Dick Van Dyke en 1964 était le ramoneur. Il est cette fois les très vieux banquier, père du méchant William Wilkins (Colin Firth).

Emily Blunt

Mary Poppins

Emily Blunt, Joel Dawson , Pixie Davies , Nathanael Saleh

Colin Firth  Emily Mortimer& Ben Whishaw

Mary Poppins pour beaucoup reste mémorable par la scène où personnages réels dansaient avec des pingouins et autres créatures en images d’animation. Et cette fois encore une scène mélange animation et personnages réels avec, outre Mary Poppins et Jack (Lin-Manuel Miranda), les 3 enfants Annabel (Pixie Davies), John (Nathanael Saleh) et Georgie (Joel Sawson). Et une fois encore la scène a toutes les chances de rentrer dans les annales. Il y a aussi la dame aux ballons (Angela Lansbury) dont on ne se lasse pas. Beaucoup de musique, beaucoup de chansons, mais difficile de juger si ces nouvelles chansons composées par Marc Shaiman, Scott Wittman connaîtront le succès de supercalifragili…. des années 60.

Emily Blunt, Lin-Manuel Miranda , Pixie Davies, Nathanael Saleh Joel Dawson

Jack (lin-Manuel Miranda), Annabel (Pixie Davies), Georgie (Joel Dawson), John (Nathanael Saleh) & Mary Poppins (Emily Blunt)

Honnêtement la magie opère, mais je mettrai un petit bémol. Les enfants  ne sont pas habitués à des productions de cette longueur ( le film dure environ 2h10). Certes le premier film toujours énorme succès en DVD et Bluray durait déjà 2h14, qui avait quand même été couronné par 5 Oscars dont celui de meilleure actrice pour Julie Andrews) et pourtant semblait durer beaucoup moins.  La magie va-t-elle opérer? les titres en français, comme en version originale connaîtront-ils le même succès ( en particulier pour remplacer le cultissime Supercalifragili…) qui  est en français Luminomagifantastique, vous en jugerez selon la version que vous aurez choisie. Personnellement j’ai toujours détesté au plus haut point la pauvre voix française attribuée à Julie Andrews, et j’espère que celle de la version 2018 sera plus performante. Passons au j’ai adoré : la scène avec Meryll Streep, qui est une pure merveille!

Emily Blunt, Meryl Streep, Pixie Davies  Nathanael Saleh

Les enfants, tout comme les parents en prennent plein les yeux. C’est le cadeau de Noël des productions Disney pour toute la famille.

Emily Mortimer

Mary Poppins (Emily Blunt) .

 

les bandes annonces:

 

Une histoire vraie, qui n’est pas sans rappeler un film français sorti l’année dernière avec Catherine Frot!

FLORENCE FOSTER JENKINS_DP-1

L’histoire  de Florence Foster Jenkins, (Meryl Streep)très riche héritière new-yorkaise et célèbre mondaine, qui n’a jamais renoncé à son rêve de devenir une grande cantatrice d’opéra. Si elle était convaincue d’avoir une très belle voix, tout son entourage la trouvait aussi atroce que risible. Son « mari » et imprésario, St. Clair Bayfield, ( Hugh Grant) comédien anglais aristocratique, tenait coûte que coûte à ce que sa Florence bien-aimée n’apprenne pas la vérité. Mais lorsque Florence décide de se produire en public à Carnegie Hall en 1944, St. Clair comprend qu’il s’apprête à relever le plus grand défi de sa vie…

ffj_02749 Florence-first-still ffj_05914_1

Il faut avoir vu, et surtout entendu Meryl Streep dans ce film pour comprendre ce que veut dire chanter faux. Elle qui possède une belle voix, et qui chante bien, comme on l’avait vu dans Mama Mia, a du apprendre à chanter faux, au point que c’est un mauvais moment pour nos oreilles quand elle pousse la chanson.. L’entourage se garde bien de persuader la richissime héritière de son manque de talent, soit parce qu’ils sont sourds, soit parce qu’ils entretiennent des liens d’amitiés avec elle, soit pour ne pas lui faire de peine. Lorsqu’elle recrute un jeune pianiste, celui-ci ne sait pas  qu’il va devoir rejoindre le troupeau. Même la presse est achetée, prétendant que ses mini concerts dans de petites salles ont été extraordinaires. Son mari achète les journalistes, sauf un. On  apprendra dans le film que Florence Foster Jenkins est atteinte d’une maladie très grave qui l’aura empêché d’avoir des enfants (entre autres).

ffj_00325 ffj_08183

C’est un des plus grands réalisateurs actuels, Stephen Frears qui a pris cette histoire en mains, et l’a mené sur les grands écrans avec brio. Le duo Meryl Streep / Hugh Grant fonctionne à merveille, et celui qui joue le rôle du pianiste Cosmé McMoon , Simon Helberg  est d’une justesse prodigieuse. Il apporte la pointe d’humour nécessaire à cette histoire somme toute tragique. Nombre de scènes sont touchantes et le trio d’acteurs est vraiment parfait.

ffj_03153 ffj_04949_1

N’ayez quand même pas trop peur, elle ne chante pas pendant tout le film, mais certains moments comme le concert de Carnegie Hall vont vous transporter sur une autre planète. Juste pour info, le concert qui a eu lieu, se déroulait le lendemain d’un concert de Franck Sinatra, et c’est l’enregistrement  le plus demandé de toutes les archives de ce grand music hall!

 

le film annonce :

 

Rating:

Une bonne surprise que ce petit film de science fiction, superbement réalisé et interprété!

THE GIVER_120_HD_RVB

Nous sommes plongés dans un futur sans date, où toutes les émotions ont été supprimées pour créer un monde idéal. Toutefois, un ancien (Jeff Bridges) est chargé de conserver la mémoire de tout ce qui s’est passé dans le monde jusque là. Et il va devoir former un jeune pour que la chaîne de ‘passeur’ de mémoire puisse continuer. Tout cela supervisé par un personnage étrange, Chef Elder (Meryll Streep). C’est Jonas, un jeune mec qui ressemble à tous les autres qui obtient ce poste, qu’il n’a certainement pas sollicité. Et il va découvrir tout ce qui entoure leur petit monde. Mais peut-on repousser les limites, et tenter de faire connaître à ses concitoyens que la vie est autre chose que ce qu’ils vivent.

THE GIVER THE GIVER THE GIVER THE GIVER THE GIVER

Le film est tiré d’un roman de Lois Lowry, qui en a vendu quelques 10 millions d’exemplaires de par le monde, au point que le roman est au programme de nombreux collèges aux Etats Unis. Le réalisateur, Phillip Noyce (Danger Immédiat, Calme Blanc, Patriot Games, Salt) a su tirer le meilleur du livre pour une réalisation qui joue sur la couleur et le noir et blanc, et encadre le jeune Brenton Twaites avec des acteurs de premier plan, comme Jeff Bridges ou Meryll Streep, qui tous deux ont de petits rôles, comparés à l’omniprésence de Jonas. On reconnaîtra un des personnages principaux de True Blood dans le rôle du père de Jonas (Alexander Skasgard) et Katie Holmes dans celui de la mère du héros. Mais tous ces rôles restent secondaires, les 2 rôles les plus importants aux côtés de Jonas étant ceux de la petite amie et du copain d’enfance de Jonas : Odeya Rush et Cameron Monaghan.

THE GIVER THE GIVER THE GIVER THE GIVER THE GIVER THE GIVER

Au départ, on se demande un peu vers où le film va se tourner. On entre dans un film en noir et blanc, qui semble pour le moins fade, et en quelques minutes on rentre d ans le film pour n’en plus sortir. Un tout petit peu plus d’une heure 30 pour connaître le dénouement de cette histoire. Je suis resté sous le charme, et je ne doute pas que ceux qui iront voir ce film en salles seront d’accord avec moi.

Allez donc voir The Giveur, le passeur, vous serez conquis.

THE GIVER THE GIVER THE GIVER THE GIVER THE GIVER THE GIVER

 

Le film annonce en VF :

 

la version originale, différente, du film annonce (vost)