Michel Jonasz

All posts tagged Michel Jonasz

Rating:
VOTRE VOTE

Un sujet original, servi par de bons comédiens, une jolie réussite pour le cinéma hexagonal

Au coeur du Morvan, Nico est  dernier véto du coin, et il se  se démène pour sauver sa clinique, ce qui est vraiment difficile surtout quand Michel, son associé et mentor, lui annonce son départ à la retraite, et qu’il lui aurait déjà trouvé la perle rare pour le remplacer. Mais cette perle c’est  Alexandra, sa petite nièce, diplômée depuis peu, brillante, misanthrope qui vit avec un petit rat qui se juche sur son épaule, et qui n’est pas du tout d’accord pour revenir s’enterrer dans le village de son enfance. Tout au long du film on se retrouve dans cette région pour le moins rurale, où Alexandra devra affronter bien des difficultés.

TOUTES LES PHOTOS ; @ Roger-DO-MINH

Un peu de fraicheur, dans ce scénario écrit et réalisé par Julie Manoukian qui réunit Clovis Cornillac et Noémie Schmidt, aux côtés de Carole Franck, Matthieu Samper, Juliane Lepoureau et Michel Jonasz. On rentre immédiatement dans le vif du sujet, et si le film ne réserve guère de surprise quant au final, on reste sous le charme des protagonistes et sur leur activité dans ce petit village où le cabinet vétérinaire n’a rien à voir avec les cliniques parisiennes. Là-bas, il n’y a pas que chiens et chats, mais vaches, chèvres, tous les animaux de la ferme, même (et c’est vrai), des escargots! Les amis des bêtes de tous poils seront ravis. J’ai vu ce film dans une salle enthousiaste et presque pleine, ce qui est rare, même s’il faut bien avouer que ce n’était pas la salle la plus grande d’un complexe Gaumont. Malgré les photos que vous pouvez découvrir, il n’y a pas d’images ‘sanglantes’  ce qui fait que le film peut être vu par tous, même le vélage qui est émouvant.

TOUTES LES PHOTOS : @ Roger-DO-MINH

la bande annonce:

 

Rating:
VOTRE VOTE

Dire de cette pièce qu’elle est belle ne suffit pas, c’est une pièce qui vous touche au coeur, un appel, un hymne à la tolérance!


Un banc et un Réverbère.Sur le banc, Joseph (Michel Jonasz) , un vieux juif solitaire. Soudain, des halos de gyrophare…. contrôle d’identité d’Haïssa (Samy Seghir) , un jeune rebeu : «Tu descends de ta voiture et tu sors tes papiers !!!!!! », « Mais j’ai rien fait, M’sieur »… Ça dégénère, un malentendu, une bousculade, un coup de feu… A vingt ans, Haïssa meurt sur le coup, le 19 février 2017. Une porte s’ouvre lourdement…. Haïssa entre en scène et tombe sur Joseph, tué le 16 juillet 1942, jour de la rafle du Vel d’Hiv. La porte se referme. Ce sont deux fantômes ! Sur leur banc, Joseph et Haïssa voient la vie de la rue Papillon se dérouler devant eux. , ce sont des fantômes quasi vivants!. Ils se racontent… En dépit de la différence de génération et de culture leurs difficultés se ressemblent : pour l’un, l’occupation allemande ; pour l’autre, les brimades en 2017.

« Les fantômes de la rue Papillon » évoque, grâce à une facture très moderne (lumières, son, vidéo), la nécessité de rester vigilants face à toute forme d’exclusion, de racisme et d’antisémitisme . La pièce est signée Dominique Coubes qui en assure aussi la mise en scène. Deux comédiens seulement, mais quelle classe! On savait que Monsieur Michel Jonasz était un excellent comédien, même si la majorité  le connaît surtout par disques interposés. Ici il est d’une justesse de ton incroyable, qui ne tire pas la couverture, bien au contraire, qui laisse la place à un jeune comédien absolument remarquable, Samy Seghir, qui a quand même une dizaine de films à son actif, alors qu’il n’a que 22 ans, films parmi lesquels : Neuilly Sa Mère , ou A Toute Epreuve. Sa voix bien posée, son côté canaillou, mais de bonne éducation face à un grand comédien, donne l’impression que le rôle a été écrit pour lui, avec une innocence, un dynamisme, une certaine roublardise qui font que le spectateur se régale de bout en bout. Impossible de passer sous silence une apparition filmée de Judith Magre qui est vraiment émouvante.

Le texte et la mise en scène méritent tout autant d’éloges. C’est un grand moment de théâtre que vous pourrez voir au Théâtre du Gymnase Marie Bell
38, boulevard de Bonne Nouvelle    75010 Paris

Représentations du mardi au samedi à 20.00 et le dimanche à 18h00. Durée du spectacle : environ 1h25.

Réservations : 01 42 46 79 79   ou www.theatredugymnase.com

 

 

 

 

 

Rating:
VOTRE VOTE

4ème film de Lucien Jean Baptiste en tant que réalisateur, et certainement le meilleur à ce jour.

Rien de plus normal, on se retrouve dans une famille on ne peut plus normale. Paul et Sali (Lucien Jean Batiste et Aïssa Maïga) sont mariés et ne peuvent pas avoir d’enfant. Ils ont déposé une demande d’adoption, et celle-ci est sur le point d’aboutir grâce à l’ouverture d’esprit du directeur de l’office d’adoption (Michel Jonasz), et ce malgré l’opposition d’une assistante sociale qui refuse un état de fait, Madame Mallet, ( Zabou Breitman). Oui, les parents adoptifs sont blacks, lui martiniquais, elle africaine, et le bébé, Benjamin, est blond comme les blés. On ajoute à ce cocktail les parents africains (Marie Philomène Nga et Bass Dhem) qui sont totalement opposés à l’idée d’avoir un petit fils blanc, et le meilleur ami de Paul, Manu, un mec pour le moins farfelu, (Vincent Elbaz), et vous allez obtenir un cocktail délirant.

Dès les premières scènes on est sous le charme. Non pas uniquement à cause de la situation, mais avec la dose d’humour que nous prodigue le réalisateur, Lucien jean Batiste. Et tout cela pendant toute la durée du film, qui accumule les situations extravagantes, qui oscille entre plusieurs formes d’humour, dont une , en fin de film qui rappelle les grandes comédies, même si alors on se doute un peu de ce qui va arriver. Je me suis laissé aller, à rire, à être ému par ce bébé qui ne cesse de sourire, à m’intéresser à toute cette gamme de personnages et à ces situations pour le moins rocambolesques. Voilà une comédie dont on sort avec un large sourire. Un film qui nous fait du bien. Bien mieux qu’un médicament contre l’anxiété. Il a déjà tes yeux…nous on a encore le sourire.

Il est sur les écrans depuis quelques jours, et semble attirer le public. Preuve que le bouche à oreille est efficace!

 

le film annonce :