Patrick Zard

All posts tagged Patrick Zard

Rating:

Tout le monde se souvient du film de Christophe Barratier, en voilà la version scénique, plus musicale, aux Folies Bergère.

Le film Les Choristes, remake d’un film de Jean Dréville de 1945, fut le plus grand succès cinématographique de l’année 2004, qui avait largement dépassé les 8 millions de spectateurs, et la musique de Bruno Coulais, et plus particulièrement Va Sur Ton Chemin fut un tube. Les comédiens étaient tous parfaits : Gérard Jugnot ( le nouveau pion, Clément Mathieu), François Berléant, (le directeur de l’institution), Kad Merad (le prof de sport), Jean-Paul Bonnaire (le père Maxence, infirmier) et surtout le tout jeune Jean-Baptiste Maunier (Pierre Morhange) à la voix superbe.

Cinquante ans après l’histoire principale, Pierre Morhange, devenu chef d’orchestre, revient en France après avoir appris la mort de sa mère avant un de ses concerts. Un vieil ami, Pépinot, sonne à sa porte et lui apporte l’ancien journal intime de Clément Mathieu, un des anciens surveillants de l’école qu’ils fréquentaient . Les deux amis lisent le journal ensemble, qui commence en Janvier 1949.  Clément Mathieu, professeur de musique sans emploi, trouve un emploi de surveillant dans un internat de rééducation pour mineurs, appelé « Fond de l’étang », où les méthodes répressives appliquées par le directeur  ne fonctionnent pas sur certains élèves.  Clément amène de la joie dans l’établissement en créant une chorale, désapprouvée par le directeur. Mais le Pion, Clément repère  Morhange pour ses talents vocaux et insiste auprès de sa mère, dont il tombe amoureux, pour qu’il entre au conservatoire. On ajoute une promenade en forêt, une disparition d’argent, un incendie, et voilà que La France tombait sous le charme, et surtout sous l’émotion.

Cette fois on retrouve la majorité des personnages sur la scène des Folies Bergère, avec Jean-Louis Barcelona (Clément Mathieu), Jean Pierre Clami (Maxence), Patrick Zard ( le directeur) et Aude Candela (la mère de Morhange), Michel Pilorgé (le prof de maths) et Victor Le Blond (Pascal Mondain, le jeune voyou, que l’on voit malheureusement trop peu. Bien entendu ce sont les enfants les plus importants, qui se partagent les rôles, et qui  issus du chœur de la prestigieuse Maîtrise des Hauts-de-Seine, Si on adore entendre les enfants chanter, qui font passer les sentiments, il est quand même difficile de retrouver toute l’émotion ressentie lorsqu’on avait vu le film. L’orchestre n’est pas sur scène, ce qui n’est pas rare, les ‘musicals’ à succès actuellement à Paris comme Saturday Night Fever, Priscilla Folle du Désert, ne l’ont pas non plus.

C’est Christophe Barratier qui a écrit le nouveau livret et qui assure la mise en scène, en gardant la partition ancienne et rajoutée de Bruno Coulais. La salle est assez hétéroclite, avec beaucoup de grands parents accompagnés de leurs petits enfants, qui font une ovation plus particulièrement  aux chœurs de la jeune chorale. Les enfants présents sur scène ont du charisme à revendre, et tout particulièrement celui qui joue le tout petit Pépino, ou celui qui interprète Pierre Morhange. Des décors sympathiques, de bons jeux de lumière, voilà de quoi plaire au plus grand nombre.

 

Toutes les photos : @ Cyril Moreau / Bestimage

Les Choristes, aux Folies Bergère, rue Richer à Paris jusqu’au 21 Mai, suivi d’une tournée en France

Représentations : jeudi et vendredi à 20h00, vsamedi à 16h00 et 20h00 et dimanche à16h00.

Durée du spectacle, 2h30 environ

Prix des places de 30 à 89 €

Réservations : leschoristes-spectacle.com

Réservation au guichet de la salle du lundi au vendredi de 14h00 à 18h00 : 32 rue Richer – 75009 Paris
La réservation est possible le samedi, le dimanche et les jours fériés, s’il y a représentation, 1h avant la représentation

dates de la tournée: (sous réserve de modification)

22 Septembre Epernay

23 Septembre Zenith de Strasbourg

29 Septembre Caen

6 Octobre Amiens

7 Octobre Lille

13 Octobre Nice

14 Octobre Marseille

20 Octobre Pau

21 Octobre Toulouse

27 Octobre Limoges

28 Octobre Bordeaux

3 Novembre St Etienne

4 Novembre Lyon

9 Novembre Orleans

0 Novembre Cournon

11 Novembre Montpellier

17 Novembre Brest

18 Novembre Nantes

24 Novembre Le Mans

25 Novembre Rennes

8 Décembre Nancy

9 Décembre Forest National en Belgique

15 Décembre Chambéry

16 Décembre Dijon

 

 

 

Rating:

Un dîner de cons très intelligent et toujours aussi drôle!

Affiche LEDINERDECONS

 

Francis Véber est un des grands du théâtre et du cinéma puisqu’on lui doit de grands succès du rire . Au cinéma, personne ne peut oublier les Compères, Le jouet, La Chèvre qu’il a réalisés. On sait moins qu’il fut aussi le scénariste et/ou dialoguiste de Coup de tête, On aura tout vu, Adieu poulet, mais aussi de l’emmerdeur, d’après sa pièce et de petits chefs d’oeuvre d’humour comme Le Grand Blond avec une chaussure Noire et mon film préféré avec Jean Paul Belmondo : Le Magnifique, et enfin, on ne peut pas passer sous silence qu’il a adapté La Cage aux folles, d’après la pièce de Jean Poiret. Au théâtre ses succès sont légions, antre autres L’emmerdeur , Cher Trésor et surtout le fameux dîner de cons.

2014-01-24_76A3477 2014-01-24_76A4090 2014-01-24_76A4024 2014-01-24_76A3960

J’ai eu la chance de voir la pièce à sa création avec Claude Brasseur et Jacques Villeret, et ensuite deux autres fois avec d’autres interprètes, dont Michel Roux. Je ne m’en suis jamais lassé et je crois avoir ri  à chaque fois aux répliques qui fusaient. Il faut avouer que Jacques Villeret qui fut plus de 600 fois Pignon sur scène reste inoubliable. Alors je partais pour le théâtre de la Michodière, récemment acquis par Mr Vente-privée.com : Jacques Antoine Granjon sans trop d’à-priori. Je me souviens avoir vu Patrick Haudecoeur et José Paul , les deux interprètes principaux il y a longtemps sur scène, et que je les avais trouvés formidables. Donc aucune raison de craindre le pire.

Et c’est en fait le meilleur qui nous est offert, avec Patrick Haudecoeur éblouissant dans le rôle fétiche de François Pignon. Il est d’une drôlerie rare, et peut se comparer sans en souffrir à celui qui créa ce rôle. La mise en scène est elle aussi légère avec de bonnes trouvailles, qui laisse le spectateur se régaler des situations et surtout du texte de Francis Véber. Certes le duo Patrick Haudecoeur /François Pignon, et José Paul / Pierre Brochant ne manque pas de piquant. Les comédiens  n’en font pas des tonnes, et pourtant la salle est hilare. Ils savent laisser le texte faire son effet, etpour que les spectateurs puissent ainsi  déguster ce délice.

2014-01-24_76A3912 2014-01-24_76A3900 2014-01-24_76A3767

Je ne vous ferai pas l’affront de vous raconter la pièce. Vous en connaissez l’histoire, celle d’un éditeur comblé, qui, chaque mardi organise un dîner un peu spécial, en invitant un CON, dont tous les convives vont rire à ses dépens. Bien entendu, celui qui trouve le plus cons des cons est vainqueur au finish. Et Pierre Brochant semble bien avoir trouvé un invité gagnant en la personne d’un contrôleur des impôts, passionné de maquettes en allumettes. Lorsque François Pignon arrive, brochant est cloué sur son canapé, pris d’un lumbago fulgurant. l’arrivée de Pignon va bouleverser sa vie, et les catastrophes s’enchaînent à un rythme effréné, sous les rires de toute la salle. La troupe qui entoure les deux comédiens a quelquefois du mal à garder son sérieux, et tous entourent les deux comédiens avec une précision d’horloger. Lucien Cheval – Grégoire Bonnet, Juste Leblanc- Patrick Zard, , Florence Maury, Anne Marie Germanaz et Stéphane Cottin, dans des rôles moins importants ont chacun trouvé leur place. La mis en scène d’Agnés Boury est efficace, légère, et s’efface devant le texte et les comédiens. C’est ainsi que le théâtre qui a vocation de faire rire se doit d’être. certes certains comédiens comme le duo Jean Poiret et Michel Serrault dans La Cage aux Folles prenait largement ses distances avec le texte…mais bon, l’auteur était sur scène, et le metteur en scène, Pierre Mondy, savait qu’il fallait leur laisser s’amuser. C’est d’ailleurs la seule pièce que j’ai vu 4 fois, et je pense avoir vu 4 pièces différentes. avec le Diner de cons, j’ai eu aussi l’impression de redécouvrir ce texte, m’amuser auditant, sinon plus que la première fois. Et ça tient du miracle. On rit constamment pendant toute la durée de la pièce, même si on l’avait vu sur scène, même si on connait les répliques par coeur, même si on avait ri au film. Alors a qui doit-on dire merci pour une aussi belle soirée? Les comédiens, celle qui a mis en scène? Le Théâtre? l’Auteur? ….Je les salue tous, je les remercie tous, et les félicite tout autant!

2014-01-24_76A3484 2014-01-24_76A3520 2014-01-24_76A3559 2014-01-24_76A3623

toutes les photos@ Bernard Richebé

Le Dîner de Cons  au théâtre de la Michodière, 4 bis rue de la Michodière Paris 2 (proche Métro Opéra et Quatre Septembre)

Représentations du mardi au samedi à 20h30, matinées samedi à  17h00 et le dimanche à 15h00.

Places de  15 à 47€,

Réservations : par téléphone : 01.47.42.95.22 ou http://www.michodiere.com

 

la bande annonce :

 

un extrait du film avec Thierry Lhermitte et Jacques Villeret, réalisation : Francis Véber