RENÉ BARBERA

All posts tagged RENÉ BARBERA

Rating:

Un plaisir  ininterrompu que cette série de représentations du Barbier de Séville de Gioacchino Rossini à l’Opéra Bastille.

Quelle excellente surprise que ce ‘Barbier’ à Bastille. La mise en scène moderne signée Damiano Michieletto est intelligente, et surtout très drôle, et tout à fait actuelle. On voit par exemple une voiture, une moto, des portables sur scènes. Le décor tournant offre 4 faces servant tour à tour. L’action se déroule sur les différents étages, le dernier étage vous promettant quelques surprises, si vous y jetez un oeil. Les yeux, en fait, il les faudrait partout. .Dans chaque scène il y a des tas de détails qui pourraient passer inaperçus, lorsqu’on est pris par le chant et les voix (irréprochables, qui seront ovationnées par la totalité de la salle). La direction d’orchestre de Riccardo Frizza sait s’effacer quand il le faut et monter en puissance à d’autres moments, le lyrique à son sommet. Tout est fait ici pour que le spectateur soit ravi, conquis. Les décors et costumes sont hauts en couleur, les éclairages participant aussi à l’histoire. Que dire de plus? Seuls les superlatifs peuvent s’appliquer à cette  production du Barbier, production originale du Grand Théâtre de Genève. Profitez de cette occasion, rare, de sourire en allant à l’Opéra avec ce Barbier de Séville qui restera certainement dans les annales. Si vous n’aimez que les opéras représentés comme lors de leur création, ce n’est peut-être pas fait pour vous.

Si je parle de la mise en scène et de la direction de l’Orchestre, c’est bien sur pour laisser la part belle aux protagonistes, qui tous méritent des superlatifs. Lorsque j’ai vu le Barbier il y a quelques temps dans la même mise en scène , j’avais déjà pris une grande claque avec les interprètes. La distribution actuelle n’a rien à envier côté voix: René Barbera ou Levy Sekgapane (Il Conte d’Almaviva), Simone Del Savio (Bartolo), Olga Kulchynska (Rosita), Massimo Cavaletti ou Florian Semprey (Figaro), Nicolas Teste (Basilio), Pietro Di Blanco (Fiorello), Julie Boulianne (Berta) et Olivier Ayault (Un ufficiale).

Régal pour les yeux, régal pour les oreilles, régal tout court, vu que le sourire est quasiment omniprésent tout au long de ce spectacle haut en couleur.

Si ce n’est pas encore fait courez vers l’Opéra Bastille, et essayez de trouver des places, vous ne le regretterez pas, qui plus est, Rossini est facile à aborder, et si ce Barbier est ou sera votre premier Opéra, attention, vous risquez d’être totalement accroc….comme je le suis devenu!

Toutes les photos : @ Guergana_Damianova

Représentations : 27 et 30 Janvier à 19h30, 1er, 7, 9, 13 et 16 Février à 19h30 et diamnche 4 à 14h30

Prix des places : de 5 à 180 € selon les dates et les placements

bande annonce :

 

 

Rating:

Après la superbe Traviata, et avant le troisième opéra de cette trilogie des meilleurs opéras italiens, La Tosca, voici le Barbier de Séville.

Le barbier de Séville (Saison 2014-2015)

Dans une mise en scène de Damiano Michieletto et sous la direction musicale de Carlo Montanaro, cette nouvelle production du Barbier de Séville , L’Opéra célèbre de Giacomo Rossini créé en 1816 sur un livret de Cesare Sterbini, d’après une comédie de Beaumarchais

Le Barbier de Séville  est sans doute l’opéra bouffe le plus célèbre de l’histoire de la musique et un délice toujours renouvelé. Rossini le composa en quelques semaines, empruntant ouverture ou airs à ses propres ouvrages,toutefois  tous les  ensembles sont originaux. Dans le final du premier acte, Rossini mêle tous les styles et enchaîne avec une virtuosité stupéfiante duo, trio,quintette et sextuor. Le Barbier de Séville fut aussi l’un des premiers triomphes européens de l’opéra et reste, malgré les années une oeuvre avec un des airs les plus connus du grand public, celui de Figaro.

Le barbier de Séville (Saison 2014-2015)

Le barbier de Séville (Saison 2014-2015)

L’histoire est simple et commence ainsi :A  Séville,  la nuit est déjà noire. Le comte Almaviva vient chanter une sérénade devant la maison du vieux docteur Bartolo. Il s’adresse à Rosina, la jeune et belle pupille du docteur. Figaro, un ancien domestique du comte, barbier-chirurgien de Bartolo, fait une joyeuse entrée. Le comte Almaviva lui demande son aide pour courtiser Rosina.   Celle-ci finit par apparaître au balcon et laisse tomber un billet dans lequel elle invite le comte à se présenter. Quiproquos, contrats de mariage, déguisements, tout est fait pour que le public soit ravi, et il l’a toujours été, puisque cette oeuvre est joué avec succès depuis sa création.

L’Opéra de Paris a réuni quelques grandes voix pour cette production : RENÉ BARBERA  ou EDGARDO ROCHA Il Conte d’Almaviva
CARLO LEPORE ou PAOLO BORDOGNA Bartolo
KARINE DESHAYES ou MARINA COMPARATO  Rosina
DALIBOR JENIS ou FLORIAN SEMPEY  Figaro
ORLIN ANASTASSOV ou CARLO CIGNI  Basilio

Le barbier de Séville (Saison 2014-2015) Le barbier de Séville (Saison 2014-2015)

 

Quelle excellente surprise que ce ‘Barbier’ à Bastille. La mise en scène signée Damiano Michieletto est intelligente, et surtout très drôle, et tout à fait actuelle. On voit par exemple une voiture, une moto, des portables sur scènes. On fume beaucoup, et même des joints de la taille d’un barreau de chaise. Le décor tournant offre 4 faces servant tour à tour. L’action se déroule sur les différents étages, le dernier étage vous promettant quelques surprises, si vous y jetez un oeil. Les yeux, en fait, il les faudrait partout. Dnas chaque scène il y a des tas de détails qui pourraient passer inaperçus, lorsqu’on est pris par le chant et les voix (irréprochables, qui seront ovationnées par la totalité de la salle). La direction d’orchestre de Carlo Montanaro sait s’effacer quand il le faut et monter en puissance à d’autres moments. Tout est fait ici pour que le spectateur soit ravi, conquis. Les décors et costumes sont hauts en couleur, les éclairages participant aussi à l’histoire. Que dire de plus. Seuls les superlatifs peuvent s’appliquer à cette nouvelle production du Barbier, production originale du Grand Théâtre de Genève. Profitez de cette occasion, rare, de sourire en allant à l’Opéra avec ce Barbier de Séville qui restera certainement dans les annales. Si vous n’aimez que les opéras représentés comme lors de leur création, ce n’est peut-être pas fait pour vous, mais il vous reste une solution pour juger:  L’opéra fera l’objet d’une captation et sera diffusé ensuite sur France 3 et Culture Box à partir du 26 septembre, en plus d’une diffusion en direct sur France Musique, et dans certaines salles de cinéma le 25 septembre à 19h30.

 

Tarif  des places de 5 à 210€

 

Le barbier de Séville (Saison 2014-2015)

 

TOUTES LES PHOTOS @ Bernard-Coutant- OPERA DE PARIS