Stéphanie Caillol

All posts tagged Stéphanie Caillol

Rating:

Décidément cette saison théâtrale nous offre d’excellent moments, et le dernier en date, c’est Edmond au théâtre du Palais Royal.

image1.jpeg

Après Le Porteur d’Histoire et Le Cercle des illusionistes, Alexis Michalik nous offre une nouvelle création qui retourne dans le temps, avec Edmond, ou comment Edmond Rostand a créé le fameux Cyrano de Bergerac. Nous sommes à Paris en 1897, Edmond Rostand (Guillaume Sentou) est encore jeune, marié avec une femme qui l’adore et qu’il adore tout autant. Deux enfants, mais question théâtre c’est le bide total. Il a monté une pièce qui est un four total. Avec l’aide de sa grande amie Sarah Bernhardt (Valérie Vogt) , il va essayer de proposer une pièce au grand Constant Coquelin (Pierre Forrest) , pièce dont il n’a pas idée du sujet, et par conséquent pas écrit la première ligne. La pièce devra être en vers! Il va devoir faire fi  des caprices des actrices, des exigences de ses producteurs corses, de la jalousie de sa femme, des histoires de cœur de son meilleur ami et d’une muse que son meilleur ami voudrait mettre à son tableau de chasse, et du manque d’enthousiasme de l’ensemble de son entourage, Edmond se met à écrire cette pièce à laquelle personne ne croit.  Pour l’instant, il n’a que le titre : Cyrano de Bergerac.

fd9116_e30a6827d401479e8fc2c7a3c9e88bcc-mv2_d_2595_1242_s_2 fd9116_e30a6827d401479e8fc2c7a3c9e88bcc-mv2_d_2595_1242_s_2-1 fd9116_ad378c95755d4c90bc693b84bedc2d0f-mv2_d_2560_1469_s_2

La pièce est tellement bien écrite que malgré une certaine longueur, on ne voit pas le temps passer. La troupe est remarquable:  Pierre Bénézit,  Christine Bonnard,  Stéphanie Caillol,  Pierre Forest,  Kevin Garnichat,  Nicolas Lumbreras,  Jean-Michel Martial,  Anna Mihalcea,  Christian Mulot,  Guillaume Sentou,  Régis Vallée ,  Valérie Vogt, certains endossent plusieurs rôles. La mise en scène est tout aussi efficace, et c’est une fois encore Alexis Michalik qui est aux manettes. Les décors bougent, se transforment et la salle est sous le charme. Franchement j’avais un peu peur, à cause du sujet, mais je dois avouer que j’ai été impressionné, intéressé, amusé, j’en suis sorti totalement emballé. On rit beaucoup à ces mésaventures un peu rocambolesques, et il n’y a pas le plus petit temps mort. Nous sommes ici dans du grand théâtre, du beau texte. Seuls les meilleurs adjectifs sont à utiliser pour cet Edmond. D’ailleurs le public ne s’y trompe pas, la salle était pleine à craquer. Décidément Messieurs Francis Nani et Sébastien Azzopardi sont des directeurs de théâtre qui savent choisir leurs spectacles. Déjà récemment La Dame Blanche qui fut un triomphe et qui fait sa nouvelle saison dans un autre théâtre. 

fd9116_a25db2589f80454baca6c6c3593941d8-mv2_d_2560_1707_s_2 fd9116_847566f220a54863838a2af131820eb4-mv2_d_2509_1672_s_2

Alexis Michalik

Alexis Michalik

Courez donc au superbe Théâtre du Palais Royal pour applaudir EDMOND

Représentations du mardi au samedi à 21h, dimanche à 16h30

Places de 17 à 60 €

Réservations au guichet et par téléphone 01 42 97 4000.
Lundi et mardi de 12h à 18h, du mercredi au samedi de 12h à 20h, le dimanche de 12h à 17h

 

 

Rating:

L’histoire se répète et rien n’est plus vrai que celle du Système écrit par Antoine Rault.

unnamed

L’auteur de la pièce, Antoine Rault, donne une définition parfaite de ce que vous pourrez applaudir au théâtre Antoine : « L’histoire se passe il y a 300 ans…L’Ecossais John Law, joueur de cartes de génie, prétend pouvoir sauver l’Etat français de la faillite. Il convainc le Régent d’essayer son système : faire du commerce et des échanges avec de la monnaie de papier et des actions. Il vient d’inventer en France l’économie moderne. Au début, cela marche à merveille. Trop bien même. Bientôt, la machine s’emballe, tout le monde se met à spéculer, la bourse flambe. Alors, soudain, « la bulle » (le mot date de là) explose… John Law vient d’inventer aussi la crise financière. « Le Système » raconte la comédie du pouvoir qui se joue dans les coulisses de cette histoire : calculs, manipulations, trahisons et intrigues au cœur d’une cour libertine et cupide. L’économiste plein d’idées, idéaliste est utilisé par les hommes politiques. Tant qu’il est utile, il est flatté et choyé. Dès qu’il ne l’est plus, il est abandonné et brisé. »

helene pambrun13012015-_-121

Certes ainsi raconté, on peut penser qu’on risque de s’ennuyer à mourir. C’est sans compter sur les bons mots, ceux qui font mouche, qui nous font immédiatement penser à la France d’aujourd’hui. (Je vous vois déjà penser: époque libertine…non, il n’y a pas d’allusion aux procès de ce genre.) Mais lorsqu’on parle politique, lorsqu’on parle du système monétaire, on se pose la question: par quoi remplacer le papier (des billets de banque) il est impossible ne ne pas faire un parallèle avec les chéquiers, et à moyen terme à la monnaie en pièces ou billets.  Tout cela semble bien sérieux, mais l’intelligence de l’auteur, c’est de nous offrir un texte d’une justesse totale avec une dose d’humour qui nous fait passer une soirée formidable. 

helene pambrum13012015-_-101

Mais le théâtre ce sont aussi, et surtout des interprètes. Certes on va voir ce spectacle pour avoir l’occasion de voir Lorant Deutsch (dans le rôle de John  Law, l’écossais) et Stéphane Guillon (l’Abbé Dubois, confident  et âme damnée du Régent). Un rôle qui a beaucoup dû plaire à Lorant Deutsch, qui est comme chacun le sait passionné et féru d’Histoire. S’ils dominent la distribution, à juste titre, ils montrent l’immensité de leur talent. Et à leurs côtés d’autres comédiens méritent les louanges: Ainsi Eric Metayer (Paris, le fermier général chargé de collecter les impôts) et Urbain Cancelier, Philippe d’Orléans, Le Régent. Il domine la scène de sa prestance, c’est un régal de le voir évoluer, se soumettre aux demandes et souhaits de l’Abbé, folâtrer avec sa maîtresse , traiter John comme son meilleur ami quand tout va bien….et le désavouer quant il y est acculé. Les rôles féminins sont tenus par Sophie Barjac (la mère du Régent), Marie Bunel qui est la maîtresse du Régent, Stéphanie Caillol et Philippine Bataille.

Le Systeme Credit H. Pambrun 3

Vraiment ce texte est savoureux, ces acteurs dirigés par Didier Long tout aussi délicieux. Ne vous y trompez pas, vous n’allez pas vous régaler d’un soufflé, mais d’une pièce montée, créée par un pâtissier royal.

 

Photos : @Hélène Pambrun

Le Système, c’est au Théâtre Antoine, 14 boulevard de Strasbourg à Paris 10ème

Métro Strasbourg St Denis

du mardi au samedi à 21 h 00 et matinée le samedi à 16 h 00

Places de 21 à 69€

le film annonce :