Spectacles

Rating:

Casse Noisette, de Tchaïkovsky , dans une version toute nouvelle du ballet, par le Ballet National de Chine

Le Ballet National de Chine s’était déjà produit à Paris au Palais Garnier en 2009, puis au Chatelet en 2013, sous la direction artistique de Feng Ying et revient pour nous présenter une version toute neuve et inédite d’un des ballets les plus célèbres du répertoire : Casse Noisette, de Piotr IIyich Tchaïkovsky. Il y a nombre de représentations du Casse Noisette, dont les plus célèbres sont celle de Vassili Vainonen, ou de Rudolph Noureïev ou Barichnikov. Sans oublier la notoriété due à Walt Disney dans son Fantasia de 1940, où seuls des extraits furent mis à l’écran.

Sur la grande scène de la Seine Musicale, vous serez nombreux à vous émerveiller  avec ce ballet venu de Chine, avec l’orchestre Pasdeloup, avec 60 musiciens et plus de 70 danseurs et même 13 enfants de la Maîtrise des Hauts de Seine. Vous allez vous plonger avec délice dans la culture chinoise, tout en conservant l’idée originale de l’oeuvre, avec nombre d’éléments issus du folklore de Chine, comme les costumes, les peintures, les décors, les monstres et surtout les grues qui sont des oiseaux très populaire dans ce pays où ils ont la signification de longévité et sagesse.

Ceux qui ont vu le Casse Noisette dans une autre version seront peut-être surpris, mais tomberont vite sous le charme de cette troupe de grande classe, sous la direction de Feng Ying, qui est directrice et directrice artistique de ce corps de ballet. Impossible de vous citer tous les danseurs et danseuses, qui jouent tous en alternance, en voici toutefois quelques uns : Cao Shusi, Qiu Yunting, Wang Yo, Xy Yan, Ma Xiaodong, Run Ruichen, , Wu Sicong, Li Wentao…

Images populaires hautes en couleurs, décors de rêve, plus la présence de l’orchestre dans la fosse, tout ici est réuni pour passer un excellent moment

Casse Noisette, à la Seine Musicale, jusqu’au 4 Novembre : à 20h30 les mardi et vendredi avec matinées samedi à 16h00 et dimanche à 16h00

places de 25 à 95€

réservations : laseinemusicale.com

 

Ce sera la première fois que Peter Bence,  génie du piano va se produire en France, 2 jours seulement au Casino de Paris

Son  succès phénoménal est dû à son jeu de main audacieux, rythmé, et expressif  qui brise toutes les frontières entre la musique classique et la musique pop. Il amène ainsi le piano à un tout autre niveau inspirant différentes générations de musiciens et de mélomanes dans le monde entier. Aujourd’hui, le pianiste a plus de 500 millions de vues cumulées sur Facebook et Youtube. Interprète, compositeur, et producteur, il détient le record du « Guinness World Record » pour être « le pianiste jouant le plus rapidement au monde ».  L’an passé, il a joué dans plus de 16 pays et il se produira en France pour la première fois au Casino de Paris les 19 et 20 novembre prochain.

Dès l’âge de 2 ans il joue déjà à l’oreille diverses mélodies de dessins animés et de films sur le piano de ses grands-parents, et commence sa formation musicale à 4 ans dans une école de musique de sa ville natale, Hajduboszormeny, en Hongrie. Considéré comme un prodige musical par ses professeurs et ses pairs, il est accepté à l’Université Franz Liszt de Debrecen malgré son très jeune âge. A 7 ans, il écrit sa première composition fortement influencée par la musique de Mozart et Chopin. A 11 ans, il sort un premier album solo de ses compositions.  Adolescent, Peter commence à s’intéresser de plus près aux musiques de film et tout particulièrement à la musique de John Williams. Ce dernier ouvre alors pour lui un tout nouveau monde et l’inspire à explorer son propre monde musical intérieur.   Après sa formation en Hongrie, il poursuit ses études au Berklee College of Music aux Etats-Unis en tant que pianiste et compositeur de musiques de film. Explorant tous genres de musique, il trouve néanmoins sa vraie inspiration dans l’oeuvre de Michael Jackson. Avec à son arrangement de « Bad » de Michael Jackson, il atteint rapidement  la célébrité récoltant 10 millions de vues en quelques jours seulement. Il devient alors la nouvelle coqueluche du moment.   Il a conquis Internet d’une façon fulgurante grâce à ses arrangements musicaux de Michael Jackson, Queen et Sia, récoltant 500 millions de vues et un énorme suivi sur Youtube et Facebook durant ces deux dernières années. L’annnée dernière, il a joué dans plus de 16 pays et  a été mis en vedette sur nombre de sites internet comme celui d’Ellen DeGeneres, ou Billboard.  Il peaufine actuellement son premier album à sortir en fin d’année, où il présentera ses meilleures reprises et des compositions de piano solo.

Peter Bence,  le 19 et 20 Novembre sur la scène du Casino De Paris.

Prix des places 75€ (Carré Or), 59€, 44€, 39€

Réservations 0 892 69 8926 (0.40 euros/mn) www.casinodeparis.fr / www.fnac.com

 

un petit extrait :

 

 

 

 

 

Rating:

Le retour du Grand Guignol dans un endroit qui nous réserve souvent de bonnes surprises : Le Théâtre Tristan Bernard.

Le Grand Guignol, qui était un théâtre parisien pour faire peur, qui n’avait pas peur de trancher des membres humains, couper des têtes, a fermé ses portes depuis belle lurette. Qu’importe? Sébastien Azzopardi et Sacha Danino le font revivre à leur manière…. avec qualité au Théâtre Tristan Bernard avec Chapitre XIII. Vous vous retrouvez dans une chambre d’un monastère où un écrivain, Franz Muller, est en train de peaufiner son nouveau roman. Jusque là, tout va bien. Sauf qu’au même moment un moine se fait trucider dans les bois voisins et que le meurtre ressemble comme une goutte d’eau au dernier chapitre qu’il vient de décrire dans son roman. Coïncidence? Meurtre maquillé pour accuser qui? Nous rentrons alors dans un suspense policier avec plus d’un protagoniste. les 6 acteurs ( THOMAS RONZEAU, TADRINA HOCKING, PATRICE LATRONCHE, ALEXANDRE JÉRÔME, MARICA SOYER, PHILIPPE DE MONTS) ont souvent plusieurs rôles, vu que les crimes se poursuivent, tous bien sanglants. Les habitués des films d’horreur ou d’épouvante gagnent un petit plus, surtout s’ils se trouvent dans les premiers rangs, puisque le sang gicle  de tous les côtés, et plus particulièrement des cadavres qui arrivent sur la scène. Mais, si les tout petits ne sont pas dans la salle, les ados et les adultes se réjouissent de toutes les péripéties, surtout si tout cela est du meilleur effet macabre. Tête tranchée, doigts coupés, éviscération, vous en aurez plein la vue, et si vous êtes dans les premiers rangs, les risques d’aspersion existent. Mais ne vous affolez pas, le sang est incolore, mais la sensation quand on en reçoit provoque des élans d’hilarité. Quel bonheur pour les spectateurs, qui sont à la fois captivés par la recherche de l’assassin, qui est, ….suspense…Dzkdjgbzreliuvbd (je n’allais quand même pas vous donner d’indice, ce serait dommage. De toutes façons vous allez bien le découvrir vu que nombre de protagonistes passent de vie à trépas tout au long de la pièce.

Je n’avais pas connu le Grand Guignol, dont les spectacles, ai-je compris, ne brillaient pas par leur qualité. Ce qui n’est pas le cas ici. Les deux auteurs nous ont concocté un cocktail explosif ( non, pas de risque d’explosion dans la salle!!) d’une rare intelligence, et surtout avec une dose d’humour qui fait qu’on ressort de la salle avec le sourire.Sébastien Azzopardi a trouvé ce qu’il fallait pour que la mise en scène soit totalement efficace. A aucun moment nous n’avons envie de sortir. L’histoire est passionnante, les acteurs  excellents, on passe une superbe soirée dans ce chapitre XIII. Pourquoi ce titre? Réponse au théâtre!! il ne s’agit pas du remake d’un jeu vidéo!

Toutes les photos : @CHAPITREXIII_EmilieBrouchon

Chapitre XIII, au Théâtre Tristan Bernard

Du mardi au vendredi à 21h00 et le samedi à 16h00 et 21h00. Je ne conseillerai pas ce spectacle aux moins de 12 ans, mais les ados plus âgés et les adultes de tous poils devraient se régaler

Vous pourrez trouver plus d’infos sur KIMAIMEMESUIVE.FR   

Réservations au 01 45 22 08 40

Une offre spéciale est en cours actuellement : 1 place achetée plein tarif en 1ère catégorie ( achetée par téléphone uniquement) 1 place offerte, dans la limite des places disponibles. Attention cette offre n’est valable que mardi, jeudi et vendredi à 21h00 et samedi à 16h00

la bande annonce :

 

Rating:

Réaliser son rêve de gosse : créer un spectacle aux Folies Bergère, un pari réussi haut la main par Jean-Paul Gaultier

 

Dans la série des spectacles inclassables : Fashion Freak Show de Jean-Paul Gaultier est en bonne place. Ce n’est pas un défilé de mode, ce n’est pas une comédie musicale, ce n’est pas du théâtre, ce n’est pas de la danse, ni de la chanson, mais un joyeux mélange de tout cela.

Un Jean-Paul Gaultier très très jeune nous raconte une histoire, son histoire, qui commence dans sa plus tendre enfance avec un ourson qu’il va habiller à sa manière et qui apparaîtra sur scène, avec quelques transformations. L’écran nous montrera diverses époques de sa vie, illustrées par Rossy de Palma, , Cristina Cordula, Micheline Presle, Catherine Ringer, Line Renaud, Amanda Lear, Catherine Deneuve ou encore Antoine de Caunes pour n’en citer que les plus célèbres. Mais il n’y a pas que l’écran, il y a du monde sur la scène, une troupe bourrée de talents divers : dans le désordre le plus total : Lazaro Cuervo Costa, Julie Demont, Anna Cleveland, Maud’Amour, Fanny Coindel, Mike Gautier, Patric Kuo, Grégoire Malandain, Nacer Marsad, Marie Meyer, Mounia Nassangar, Anouk Viale, Jean-Charles Zambo, Lea Vlamos, Demi Mondaine. Tout ce petit monde sous la houlette de Tonie Marshall qui en assure la mise en scène, alors que JPG est le créateur du spectacle, des costumes ( on ne s’en serait pas douté!!), qui assure aussi une partie de la mise en scène. La musique porte la signature d’un grand : Nile Rodgers, auteur de nombreux tubes: dont : LE FREAK, I WANT YOUR LOVE, GOOD TIMES, il a aussi produit l’album Let’s Dance pour David Bowie et des tubes pour Madonna (Like a virgin) et Sheila (Spacer), Grace Jones, Diana Ross, Mick Jagger et beaucoup d’autres. Inutile donc d’ajouter que musicalement parlant aussi, ce Fashion Freak Show est une pure réussite.

Jean Paul Gaultier _ Nile Rodgers

Deux partie égales, de la naissance aux années Palace, puis de l’entrée dans ce haut lieu des nuits parisiennes du début des années 80 à nos jours, avec de vrais faux défilés, des décors de folie, des costumes abracadabrantesques, tout est ici Folie, Foll-ie, Folies (Bergère!). Un rythme d’enfer, deux heures de spectacle, et clou, lors des rappels, la présence du maestro quelques secondes, juste le temps d’un clin d’oeil à la salle et à ses admirateurs.

Ecrire que j’ai aimé est une fausse vérité: j’ai adoré cette FOLIE, ce spectacle inclassable mais si enthousiasmant. Une soirée superbe que je ne peux que recommander à tous ceux qui ont l’esprit ouvert, sans ornières, et qui admirent ce grand couturier, désormais aussi homme de spectacle!

TOUTES LES PHOTOS @ Boby ( sauf mention contraire)

FASHION FREAK SHOW, c’est aux Folies Bergère, Rue Richer

Du mardi au samedi à 20h00 – Les samedis et dimanches à 15h00

Détails et réservations : www.jpgfashionfreakshow.com

ou : www.foliesbergere.com

la bande annonce :

 

Rating:

Totalement inclassable, mais très drôle, avec un côté burlesque, un duo de musiciens comédiens au TOP!

Ils sont deux et à 4 mains on peut en faire des choses avec un instrument de musique. Elle, qui ouvre le bal, c’est Nathalie Miravette, qui est au piano, et qui attend l’entrée en scène de son complice, Laurent Cirade, au violoncelle. Lui, c’est un colosse, elle une femme pas si fragile qu’il n’y paraît. Et à eux 2, ils réussissent un exploit, faire rire, en musique, sans parler, ou avec des  borborygmes  et rien d’autre. Il en faut du talent pour captiver une salle pendant 1h20 avec des mimiques, de la musique, des gags. Il n’y a pas un genre de musique exclusif. Vous aurez du Bach, mais aussi du Michael Jackson, du classique célèbre , plus ou moins connu, disons quand même plutôt plus aux côtés des Beatles ou des Rolling Stones.  Il y a même du AC/DC aux côtes de Beethoven, c’est tout dire!

Une rencontre avec les deux musiciens / comédiens s’imposait, en voilà le résultat. Ce que vous allez voir et entendre  donne un avant goût de ce que vous pourrez découvrir sur la scène du Théâtre de la Gaîté Montparnasse:

Une mise en scène signée Gil Galliot, qui donne libre cours à la folie de ces deux comédiens. Voilà un spectacle qui est vraiment drôle, bien joué, qui plaît à tout le monde. Les étrangers qui étaient dans la salle riaient de concert avec les parisiens ou français. Venez donc découvrir ce spectacle fou!

Pour vous mettre en appétit, voici quelques extraits:

DUEL OPUS 3, c’est au Théâtre de la Gaité Montparnasse du mercredi au samedi à 19h00

Matinées les dimanche à 18h00

Réservations au 01 43 22 16 18 ou www.gaite.fr

Prix des places : de 16 à 36 €

Théâtre de la Gaîté Montparnasse, 26 rue de la Gaité 75014 Paris

Rating:

Un comédien connu Philippe Torreton, un musicos ultra célèbre, Richard Kolinka ( ex TELEPHONE) et aux claviers :  Aristide Rosier…..c’est MEC !

Un concept curieux : déclamer des textes de chansons d’un auteur méconnu, Allain Leprest, avec deux musiciens, qui ne jouent pas la musique que ce chanteur avait écrite sur ces paroles. Et pourtant ça fonctionne, et même très bien, servi par cet excellent comédien, détenteur d’un César en 1997 pour Capitaine Conan, Philippe Torreton. Un spectacle qui mérite le détour et surtout une explication, alors quoi de mieux que de demander à Monsieur Philippe Torreton :

 

MEC ! c’est au théâtre Edouard VII jusqu’au 21 Octobre, du jeudi au samedi à 19h00, et le dimanche à 18h00.

Locations: sur place, 10 place Edouard VII , ou par téléphone : 01 47 42 59 92

les lundis de 11h00 à 18h00, du mardi au samedi : de 11h00 à 21h00 et le dimanche de 11h00 à 18h00

 

Une série de portraits distrayants entre un jeune homme et une femme plus mature!

Ils sont 2 sur scène,  Dominique FROT et Florian HESSIQUE qui se glissent dans la peau de différents personnages contemporains tout au long d’un spectacle découpé en sketchs. Ainsi, pendant plus d’une heure, ces différents personnages mettent le doigt, avec humour, sur les absurdités et aberrations du quotidien de Monsieur et Madame tout le monde. De la case « Pôle emploi » en passant par les services de « la poste » ou les petits arrangements entre amis de la politique, ce duo cynique à l’humour grinçant revisite les travers de la société… Ecrit par Florian Hessique, ce ‘BONHEUR AU QUOTIDIEN’ montre que ce jeune homme sait écrire, avec un peu d’acide dans la plume, et qu’il est aussi bon comédien. La mise en scène de Michel Alexandre donne son rythme à ces diverses situations, dont la première dans une mairie d’une petite ville de province ne manque pas de piquant.

Florian Hessique est à la fois acteur, réalisateur et scénariste . Il effectue ses débuts à la télévision en 2010 avec sa toute première création, à savoir la série  « AUTOROUTE EXPRESS ». En plus d’être actif derrière la caméra, le jeune homme y interprète Sébastien, un pompiste dragueur et incompétent. Après trois saisons du programme, il  réalise et scénarise un long-métrage « LE CASSE DES CASSES » sorti en 2014, au sein duquel il campe également l’un des rôles titre. Au casting, : entre autres Philippe Vasseur et Jean-Pierre Castaldi. Il contribue également à la fiction de TF1 « NOS CHERS VOISINS » en prêtant ses traits au fils de Jean-Pierre Lambert, incarné par Martin Lamotte. Dès 2015, les téléspectateurs peuvent reconnaître le comédien sur MyTF1 VoD ET MCE TV dans « A VOTRE SERVICE », centrée sur le quotidien d’un jeune chauffeur de VTC .

Rencontre avec cet homme aux multiples talents :

le teaser:

 

LE BONHEUR AU QUOTIDIEN c’est au  THEATRE DAUNOU Du mardi au samedi à 19h00.

Réservations au 01 42 61 69 14 et sur : http://www.theatre-daunou.com

Prix des places de 20 à 35€

Il y a quelques jours, nous vous avions parlé de la pièce Françoise par Sagan, qui se joue au Lucernaire:

Voici, en exclusivité pour onsortoupas.fr, un entretien avec l’auteure, la comédienne qui a pris les traits, et les intonations de Françoise Sagan : Caroline Loeb:

 

 

 

Entretien réalisé par Guy Courthéoux

Rating:

Caroline Loeb revient avec la pièce qui a connu un franc succès, nommée aux Molières, Françoise par Sagan, et cette fois c’est au Lucernaire.

Qui mieux que Caroline Loeb, que beaucoup ont connu avec un énorme succès discographique dans les années 80, C’est La Ouate, qui, mieux qu’elle peut nous expliquer comment est née cette rencontre avec Sagan :

 » Ma rencontre avec ces interviews de Sagan publiées chez Stock sous le titre de Je ne renie rien, a tout d’un coup de foudre. J’ai d’abord vu le livre chez Alex Lutz, alors que nous travaillions encore sur le spectacle autour de George Sand. Je ne connaissais de Sagan que le personnage, quelques moments de télévision mémorables, mais quand j’ai ouvert ce livre, une compilation d’interviews qu’elle a données entre 1954 et 1993, j’ai été bouleversée par l’honnêteté, la drôlerie, l’intelligence et l’humour de l’auteure de Bonjour Tristesse. J’y ai trouvé énormément de choses qui me touchaient profondément, et qui me semblaient d’une pertinence, d’une force et d’une évidence absolues. »

Photo : Richard Schroeder

Elle a présenté alors son projet à son ami Alex Lutz :

« Quand Caroline Loeb m’a fait part de son projet de mettre sur scène les textes de Je ne renie rien, j’ai tout de suite eu envie de la mettre en scène. J’ai voulu que l’on retrouve la silhouette de Sagan, sa mèche blonde, derrière laquelle elle se cachait, ses épaules rentrées, cette attitude à la fois timide et frondeuse. Mais Sagan, c’était aussi une voix. Il a fallu, sans jamais chercher à l’imiter, trouver un phrasé, une musique dans la voix qui évoque cette façon tellement particulière qu’elle avait de parler.  Donner corps à ce phrasé curieusement rythmé, rapide, boulé, une forme de bouderie presque enfantine parfois dans le ton, une manière mélodique de rendre les propos imparables et évidents »

C’est donc ainsi qu’est né ce spectacle, qui est un véritable bonheur, et une belle performance de Caroline Loeb. On ne voit pas Loeb, on voit, on entend, on écoute Sagan. Il y a beaucoup d’émotions, signe qui ne trompe pas. Le public est conquis dès les premières minutes et s’il écoute, il sait réagir à tout ce qui se déroule devant ses yeux dans la petite salle du Paradis du Lucernaire. Quand je l’ai vu la salle était pleine, et , comme toujours, j’écoute les commentaires à la sortie. Je n’entendais que des éloges, avec quelques superlatifs amplement mérités. Ce seul(e) en scène est un excellent moment de théâtre et de réflexion . On a l’impression que Madame Sagan est revenue à la vie pour un peu plus d’une heure, de l’entrée en scène jusqu’aux saluts où Caroline Loeb redevient Caroline Loeb.

Photo : Laurence Sudre

Photo : Laurence Sudre

Françoise par Sagan, c’est au Lucernaire jusqu’au 10 Novembre à 19h00, du mardi au samedi

RELÂCHES EXCEPTIONNELLES LES 22 ET 28 SEPTEMBRE 16, 17 et 18 OCTOBRE 2018.

Réservations :

• sur internet: www.lucernaire.fr
• par téléphone au 01 45 44 57 34
• sur place aux horaires d’ouvertures

tarifs :  SEMAINE : 26 € – W – E : 28 € / + DE  65 A N S : 22 € / ÉTUDIANT, DEMANDEUR D’EMPLOI , RSA , INTERMITTENT : 18 € / – DE  26 A N S : 10 €

la bande annonce :

 

 

 

 

 

Rating:

Prix Pulitzer du texte dramatique, le récit de Doug Wright raconte l’histoire de Charlotte von Mahlsdorf, née Lothar Bergelde

 

Qui est Charlotte von Mahlsdorf ? Entre fascination et scandale, un travesti bouscule l’Histoire.
Thierry Lopez est Charlotteà partir du 8 Septembre au Théâtre de Poche Montparnasse. Une femme piégée dans un corps d’homme. Un travesti allemand qui a survécu aux deux régimes les plus brutaux du XXe siècle : le nazisme et le communisme. Élégant, excentrique, il a passé sa vie à sauver les meubles de la destruction… habillé en femme. Tirée d’une histoire vraie, la pièce retrace l’enquête troublante menée par son auteur, Doug Wright, pour tenter de percer le mystère de cette figure du transgenre. Et montre comment, entre fascination et scandale, la société contemporaine s’empare et juge d’une existence libre, subversive, résonnant avec le chaos de l’Histoire. Sur scène : un seul comédien – Thierry Lopez –, et plus de trente personnages. La mise en scène, brillante est signée Steve Suissa et les éclairages ont la signature du plus grand : Jacques Rouveyrollis. L’adaptation de Marianne Groves est quant à elle un grand moment: Bravo à toute l’équipe et au producteur : Jean-Marc Dumontet. Si je me permets d’écrire ces louanges c’est que j’ai pu assister à une répétition, que j’ai donc vu ce spectacle dans ses décors, ses éclairages et que j’en suis ressorti bouleversé!

Un texte captivant de bout en bout, une performance hors norme de ce comédien que vous avez peu-être vu dans Georges et Georges au Théâtre Rive Gauche, ou dans Avanti aux côtés de Francis Huster aux Bouffes Parisiens, ou plus récemment dans Nuit d’Ivresse où il reprend le rôle immortalisé par Josiane Balasko, et où il a captivé la salle qui croulait de rire à chaque réplique culte.

Il fallait rencontrer cet excellent comédien, tout d’bord pour Ich Bin Charlotte et ensuite on le retrouvera sur les routes de France pour quelques semaines avec Nuit D’Ivresse:

Entretien : Guy Courthéoux pour ONSORTOUPAS.FR

 

Infos pratiques:

Représentations du mardi au samedi à 21h00, et dimanche à 15h00

Tarifs à partir de 19€ ( moins de 26 ans : 10€)

Durée du spectacle : environ 1h10

Réservations par téléphone : 01 45 44 50 21

Au Théâtre : lundi, mardi, jeudi, vendredi  de 14h00 à 18h00; mercredi, samedi, dimanche de 11h00 à 18h00

sur internet : www.theatredepoche-montparnasse.com