Irène Némirovsky

All posts tagged Irène Némirovsky

Rating:

Adaptation pour le théâtre des chefs d’oeuvre d’Irène Némirovsky,  Tempête en Juin & Suite Française ont été adaptés pour les planches par Virginie Lemoine et Stéphane Laporte.

Heureuse initiative du Théâtre La Bruyère que de programmer les deux oeuvres à la suite l’une de l’autre. Tempête en juin d’abord, suivi de Suite Française .

3 juin 1940… « Hier, pour la première fois, des bombes sont tombées sur Paris ».
En quelques heures, les habitants désertent la capitale. Ils fuient. Ils s’entassent dans des véhicules bondés, malles et matelas sur les toits. Ils traînent leurs
valises, espérant se hisser dans les rares trains suffoquant de voyageurs, ou partent à pied, emportant les maigres bagages de toute une vie. Quelques privilégiés se glissent sur les banquettes de limousines conduites par leurs chauffeurs. Ils fuient… Les personnages de Tempête en juin s’entrechoquent sur les routes de l’exode. Et c’est Franck Desmet qui sera tous ces personnages pour le moins pittoresques.

Changement de ton pour Suite Française :

1941 : l’Allemagne a envahi la France. Dans un village de Bourgogne, Madame Angellier, dont le fils unique est prisonnier de guerre, se voit contrainte d’accueillir chez elle un officier de la Wehrmacht, le séduisant Bruno von Falk. Dans cette sombre maison, le jeune soldat rencontre Lucile, la belle-fille de Madame Angellier, dont il s’éprend immédiatement. La jeune femme lui résiste.︎ Mais comment rester ︎fidèle ︎ à un mari ︎qu’︎elle n︎’a ︎jamais aimé et ne ︎pas succomber au c︎harme indéniable de cet ︎homme ︎qu’elle devrait ︎pourtant détester ?
Un fait de résistance dans le village va révéler de façon surprenante la nature profonde de tous les personnages qui se croisent dans la demeure de Mme Angellier. Cette fois, ils sont bien plus nombreux sur scène : Florence Pernel, Béatrice Agenin, guilaine Londez, Samuel Glaumé, Emmanuelle Bougerol et soit Cédric Revollon, soit Gaëtan Borg.

Photo : Karine Letellier

Pièce de théatre mise en scène par Virginie Lemoine

Photos : Copyright :  Ginna Nonne / Karine LETELLIER

 

Retrouvons le personnage central de Suite Française, Lucile, interprétée avec grâce par Florence Pernel, devant la caméra d’onsortoupas.fr

 

C’est un régal de voir ou redécouvrir les textes d’Irène Némirovsky, qui devait au départ écrire plusieurs tomes, mais qui mourra dans les camps avant d’avoir pu achever son oeuvre. Traité avec sérieux, mais avec quelque touche d’humour, on se laisse entraîner avec ces deux pièces vers un plaisir évident. Enchainer les 2 me semble vraiment ce qui peut être le mieux. On reste dans le ton, avec des comédiens formidables, que ce soit Franck Desmedt, seul sur scène pour Tempête En Juin, ou les protagonistes de Suite Française qui sont tous formidables. Virginie Lemopine nous démontre ( mais le fallait-il vraiment tant on sait qu’elle possède de talents) qu’elle est devenue en peu de temps une incontournable de la mise en scène, même si cette fois, elle n’est pas sur les planches. Merci aussi à Francis Nani, Sébastien Azzopardi, du Théâtre du Palais Royal, qui se sont investis énormément pour ces spectacles!

 

Tempête en juin, du mardi au samedi à 19.00, samedi : matinée 15.00

Suite Française : du mardi au samedi à 21.00, samedi matinée samedi 16.45

Places : : si vous venez voir les 2 pièces le même jour : 40€ au lieu de 76€ (en 1ère catégorie)

Réservations par téléphone pour Tempête en juin :  au 01 48 74 76 99 : places de 26 à 34 €     prix via internet : www.theatrelabruyere.com  : 21€ à 28 €

Réservations pour Suite Française : 26€ à 48€

promo internet : de 19€ à 34€

 

bandes annonce :

Tempête En Juin :

Suite Française :

 

Rating:

Une pièce à la fois drôle, grinçante et superbement interprétée, au Théâtre Rive Gauche.

Dans le Paris des années 20, Antoinette vient de fêter ses 16 ans. Ses parents, nouveaux riches, veulent se faire une place dans la société, et décident d’organiser un bal. Le rêve d’Antoinette: participer à ce bal, où seront invités toutes sortes de personnages qui se doivent de voir que les Kampf sont des gens riches. Mais la mère d’Antoinette, ne se préoccupant que de se montrer, refuse à sa fille cette joie. Et la vengeance d’Antoinette risque fort d’être terrible.

L’auteur de la pièce, Irène Nemirovsky est née en 1903 en Ukraine, et ses parents et elle,  ont dû quitter la Russie pour se rendre en France où ils vont s’installer en 1919. Mais aprés avoir écrit quelques romans, , mariée, elle finira ses jours à Auschwitz. C’est sa fille qui retrouvera dans une valise un épais manuscrit, et il aura fallu  50 ans pour que sa fille transcrive le manuscrit qui deviendra : Une Suite Française, récemment devenu film.

Si les acteurs sont tous formidables : Lucie Barret, Brigitte Faure, Serge Noël, Françoise Miquelis, Pascal Vannon, c’est certes de par le texte, adapté en français par Virginie Lemoine, qui en assure avec un brio rare la mise en scène avec Marie Chevalot. On se régale de ce texte dès les premières secondes, les spectateurs réagissent à tous les bons mots, à toutes les situations.  Une fois encore, il faut saluer la direction du Théâtre rive Gauche pour sa programmation et la qualité de ses spectacles.

Toutes les photos : @ Cyril Nyai

Représentations du mardi au samedi à 19h00

Réservations au 01 43 35 32 31  ou www.theatre-rive-gauche.com

Tarifs : de 21 à 33 €

 

Rating:

Un superbe film, très émouvant, tiré du roman d’Irène Némirovsky qui reçut le prix Renaudot en 2004.

120x160 SUITE FRANCAISE_HD

Le film se déroule en France pendant l’été 1940. Lucille (Michelle Williams) attend des nouvelles de son mari parti au front. Elle vit sous la coupe de sa belle-mère acariâtre et revêche (Kristin Scott Thomas). Cette dernière ne la lâche pas d’une semelle et l’accuse de tous les mots. (Non je ne vous raconte pas Cendrillon 1940!) Le petit village dans lequel elles vivent est géré par un maire, vicomte et seigneur des lieux, un homme pleutre (Lambert Wilson). L’arrivée des allemands dans le village va changer beaucoup de choses. Le vicomte n’hésitera pas une seconde à s’arranger avec les allemands pour conserver son titre et surtout ses avantages. Quant à Lucille et sa belle mère, elles vont hériter d’un lieutenant, Bruno Von Falk (Matthias Schoenaerts), qui s’avérera être un homme distingué, amoureux de musique. Lucille aura beau lutter, elle ne pourra pas ignorer longtemps son attirance pour cet officier différent de ses semblables. Mais un événement inattendu se produit dans le village qui aura des conséquences dramatiques!

 

SF2806134897.nef 200813SH_103.nef 130813SH_217.nef 120813SH_136.nef

Ce film prouve, mais en avait-on besoin?, la place primordiale qu’occupe Matthias Schoenaerts dans le cinéma. Il n’aura pas fallu beaucoup de films pour qu’il soit tête d’affiche et affirme son talent. Cette fois, il joue dans un nouveau domaine, tout en finesse, face à l’américaine Michelle Williams. Le réalisateur, le britannique Saul Dibb a trouvé l’endroit parfait pour décor du film , avec ce village (qu’il a trouvé en Belgique!) avec des comédiens au top. Lambert Wilson dans le rôle du vocomte est parfait, tout autant que Kristin Scott Thomas en douairière qui , elle, va évoluer pendant le film. Elle est superbe sous tous les angles. Voilà une grande comédienne, que je vois toujours avec plaisir au générique d’un film, qui a tourné avec les plus grands, en France, en Angleterre, aux Etats Unis. Dirigée par Robert Redford, Roman Polanski, Mike Newell, Philip Haas , Brian de Palma et Lasse Halström, c’est dire l’étendue de son talent.

Pour mémoire rappelons que’Irène Némirovski fut arrêtée en juillet 1942, déportée à Auchwitz où elle périra en Août, deux mois avant son mari. Ce sont leurs filles qui arriveront à se cacher et qui garderont une valise contenant le manuscrit alors inachevé. Ce ne sera qu’en 1995 que l’une d’elles (Denise) trouve la force de le lire et de le transcrire avant de le publier. On connait la suite et les milliers d’exemplaires vendus de par le monde.

080813SH_170.nef 120713SH_048.nef 300713SH_505.nef 300713SH_269.nef

Il n’y a pas que les comédiens qui sont importants dans ce film, il y a un élément primordial : la musique, puisque cette SUITE FRANÇAISE fait référence à une partition musicale composée par Bruno Von Falk dans le film, partition jouée au piano par les acteurs! Mais il n’y a pas que cette mélodie composée par Alexandre Desplat que l’on entend dans le film. Il y a beaucoup de jazz  et plus particulièrement du jazz allemand des années 30.

Cette suite française est sans aucun doute un des meilleurs films que j’ai pu voir en ce début d’année, et je ne peux que vous le recommander vivement!

_OSF0145-3.orf _OSF0195-4.orf 250713SH_0412.nef

Photos: @ Bruno Calvo ou Steffan Hill

le film annonce :

en vost :

 

en VF :