Rating:

Sixième volet des aventures d’Ethan Hunt sur les écrans, certainement le meilleur à ce jour, et ce n’est pas peu dire.

Une fois encore Tom Cruise endosse plusieurs brassards pour ces aventures tirées d’une série télé ultra populaire. Producteur et acteur, certes, mais il a son mot à dire sur le scénario et il a choisi le réalisateur de ce 6ème volet, Christopher McQuarrie, qui en assume aussi le scénario et qui travaille donc sur son second MISSION IMPOSSIBLE.

Vanessa Kirby, Henry Cavill & Tom Cruise : MISSION: IMPOSSIBLE – FALLOUT, Paramount Pictures & Skydance.

Henry Cavill & Angela Bassett: MISSION: IMPOSSIBLE – FALLOUT

Henry Cavill , Tom Cruise , Frederick Schmidt , Vanessa Kirby

Tom Cruise / Ethan Hunt & Henry Cavill / August Walker dans MISSION: IMPOSSIBLE – FALLOUT ( Paramount Pictures & Skydance).

On retrouve ici tous les ingrédients qui ont fait le succés des films précédents. L’équipe IMF avec pour ces aventures : Luher Stickell (Ving Rhames), Benji Dunn (Simon Pegg) et on retrouve aussi Alec Balwin qui reprend le rôle de l’ancien directeur de la CIA.   Les rôles féminins sont légion, entre Angela Basset , directrice de la CIA qui veut mettre des bâtons dans les roues d’Ethan Hunt, en lui adjoignant Walker (Henry Cavill) mais aussi : Michele Monaghan, Rebecca Ferguson et Vanessa Kirby.  Sans oublier le super méchant: Solomon Lane (Sean Harris).

Tom Cruise/ Mission: Impossible – Fallout

Et si Tom Cruise est la star, Paris offre le décor de très belles courses poursuites et cascades: La Tour Eiffel, La place de l’Etoile, l’Arc de Triomphe, les parisiens ne manqueront pas de noter tous les lieux qu’ils connaissent bien et tout particulièrement l’Avenue de l’Opéra. C’est un régal dans tous les sens du terme. Mais il n’y a pas que Paris: Londres est aussi concerné, et d’autres scènes ont été tournées de par le monde, comme en Nouvelle Zélande. Bref il y a dans ce film tout ce qui a fait le succès des Bond, mais je dirai en mieux! Tom Cruise fait la majorité de ses cascades lui-même, et c’est totalement époustouflant.

Simon Pegg ( Benji Dunn ) & Ving Rhames (Luther Stickell) : MISSION: IMPOSSIBLE – FALLOUT

Voilà le film qui a tout pour plaire. Le blockbuster de l’été. Je l’ai vu avec le public, j’ai entendu et vu leurs réactions dans une grande salle (Pathé Beaugrenelle)  en VOST 3D et je n’ai qu’une envie: de le revoir dans la salle en 4D et Screen X, où on est plongé, immergé dans le film, avec l’écran qui vous entoure, les sièges qui bougent en fonction de l’action, et bien d’autres surprises qui vous laisseront sans voix.

MISSION: IMPOSSIBLE – FALLOUT

Bref Mission Impossible :  Fallout : MISSION RÉUSSIE  au delà de nos espérances.

la bande annonce :

 

 

Rating:

Les footballeurs et l’homosexualité : un sujet encore tabou.

Pour la première fois de sa vie Mario, un jeune footballeur suisse, tombe amoureux de Léon, nouvel attaquant venu d’Allemagne. Mais dans leur équipe, où tous voudraient être élus en 1ère division, des rumeurs commencent à circuler sur leur relation et Mario voit sa carrière compromise pour intégrer un club de première division. Il va devoir choisir, le sport, ou l’amour, avec les conséquences que cela sous entend.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le film réalisé par Marcel Gisler, ne manque pas de piment, et reste un sujet qui n’a pas été traité au cinéma. Ce film suisse allemand pose clairement les questions, avec deux acteurs totalement charismatiques : le blond, Mario, suisse de naissance  (Max Hubacher) et Leon, brun, très beau, allemand au charme ravageur (Aaron Altaras). L’histoire d’amour qui naît entre eux sur l’écran est belle, montrée sans que personne ne puisse être choqué. C’est une histoire d’amour, pas un film pour adultes avertis.

C’est là l’intelligence du propos, du film de Marcel Gisler, qui traite tout cela en finesse. Entretien avec Marcel Gisler:

Mario est actuellement en salles!

 

Rating:

10 ans après Mama Mia, voilà le second opus, toujours avec les tubes indémodables du groupe Abba,

On se souvient que le film est tiré de la comédie musicale qui continue à tourner sur les scènes du monde entier, qui avait été montée en français à Mogador. Cette fois on oscille entre deux époques: la jeunesse de Donna ( Meryll Streep dans le 1er opus) et de nos jours, où Donna n’est plus.

1979 – Donna et ses deux meilleures amies, Tanya et Rosie,  décrochent leurs diplômes à Oxford. Donna décide de fair un grand voyage en Europe, et va à la rencontre de son destin qui l’attend sur la petite île grecque de Kalokairi. Sur son chemin, elle rencontre trois jeunes hommes: Harry à Paris, Bill, qui lui offre de l’emmener en bateau à Kalokairi, et finalement Sam, beau et courageux, résident temporaire de l’île.  La jeune fille qui possède une énergie aussi inébranlable que contagieuse, est bien décidée à faire sa vie sur cette île magique. Elle s’installe dans une ferme délabrée et se fait embaucher comme chanteuse dans la taverne du coin. Mais quand elle découvre que Sam est déjà fiancé, tous ses rêves s’écroulent. Tanya et Rosie se précipitent à la rescousse de leur amie, qu’elles pensent effondrée, mais Donna est en réalité plus radieuse que jamais : elle est enceinte.

De nos jours – Sophie la fille de Donna pleure le décès de sa mère. Avec l’aide de Sam, un de ses trois pères biologiques possibles, elle a décidé de réaliser le rêve de sa mère et de restaurer la ferme pour en faire le paradis qui lui est dédié : l’hôtel Bella Donna.  Tanya et Rosie débarquent pour l’inauguration. Une flotte de bateaux surgit, avec à son bord les deux autres pères biologiques possibles de la jeune femme, Bill et Harry, ainsi que son mari Sky, accompagnés de plus de 150 marins prêts à faire la fête. Pour couronner le tout, l’éblouissante grand-mère de la jeune fille fait une entrée aussi imprévue que fracassante mettant fin à une trop longue absence. En contemplant ce lieu où tout a commencé, la jeune femme se sent plus proche que jamais de sa mère.

 

Raconté ainsi cela peut sembler compliqué, mais n’oublions pas que tout ici est destiné à faire chanter les titres incontournables du groupe suédois. On oscille entre les deux époques, avec tous les acteurs : CHRISTINE BARANSKI, PIERCE BROSNAN,  DOMINIC COOPER,  COLIN FIRTH,  ANDY GARCIA,  LILY JAMES,  AMANDA SEYFRIED,  STELLAN SKARSGÅRD,  JULIE WALTERS. Sur l’affiche, on nous annonce la présence de Cher et de Meryll Streep, et c’est là qu’on se sent un peu floués. En effet les deux Divas n’arrivent que dans la dernière demi heure. et l’attente n’aura pas été vaine. Cher est splendide, éblouissante, bref, c’est Cher, et quand elle chante pour une fois, on écoute et on ne fredonne pas sur ses deux titres. Quant à Meryll Streep, c’est vraiment quelques minutes avant le final qu’elle apparaît, et une fois encore la magie opère à plein.  Hormis ce bémol, il est vrai qu’on aurait adoré voir ces deux stars beaucoup plus, on ne s’ennuie pas. On a rajouté nombre de titres, et on en a gardé quelques uns, incontournables :  “THANK YOU FOR THE MUSIC”, “WHEN I KISSED THE TEACHER”,  “ONE OF US”, “WATERLOO”,  “S.O.S.”  “WHY DID IT HAVE TO BE ME?”,  “I HAVE A DREAM”,  “KISSES OF FIRE”,  “ANDANTE, ANDANTE”,  “THE NAME OF THE GAME”,  “KNOWING ME, KNOWING YOU”,  “MAMMA MIA”,  “ANGELEYES”,  “DANCING QUEEN”,  “HASTA MAÑANA”,  “HOLE IN YOUR SOUL”,  “I’VE BEEN WAITING FOR YOU”,  “FERNANDO”,  “MY LOVE, MY LIFE”,  “SUPER TROUPER”. Une fois encore le final est un grand moment, et j’imagine que les salles où le film est projeté verront les spectateurs se lever et danser avec toute la troupe. La pub dit que c’est un feel good movie, et c’est vraiment le cas. Je me suis régalé pendant deux heures, j’avais envie de danser, de chanter, et pour tout vous avouer, j’ai fredonné plus d’un titre.Voilà du cinéma comme je l’aime. Certes je suis un fou de comédie musicale et cette année m’a gâté avec The Greatest ShowMan et maintenant avec ce Mama Mia, Here We Go Again!

Le réalisateur Ol Parker qui cumule aussi les fonctions de scénaristes avec Catherine Johnson et Richard Curtis a fait dans le sombre, et en fait un film tous publics où tout est bien propre et bien frais, malgré trois aventures sexuelles… En plus les vrais fans d’Abba reconnaitront des caméos des deux hommes du groupe: BENNY ANDERSSON  et BJÖRN ULVAEUS.

un petit montage d’extraits

 

la bande annonce:

 

Si vous êtes nostalgiques et que vous ne possédez pas le 1er film, il est toujours disponible en BluRay :

Rating:

Retour du super héros qui peut changer de taille à volonté!

Après les événements survenus dans CAPTAIN AMERICA : CIVIL WAR, Scott Lang a bien du mal à concilier sa vie de super-héros et ses responsabilités de père. Mais ses réflexions sur les conséquences de ses choix tournent court lorsque Hope van Dyne et le Dr Hank Pym lui confient une nouvelle mission urgente… Scott va devoir renfiler son costume et apprendre à se battre aux côtés de la Guêpe afin de faire toute la lumière sur des secrets enfouis de longue date…

Wasp/Hope van Dyne (Evangeline Lilly) & Ant-Man/Scott Lang (Paul Rudd)

Le deuxième volet des aventures du super-héros à taille variable des studios Marvel, marque les débuts sur grand écran de son alliée tant attendue : la Guêpe.
Le docteur Hank Pym, brillant scientifique, et son alter ego Ant-Man sont apparus pour la première fois dans les comics Marvel en 1962 . Le personnage s’est ensuite illustré aux côtés des Avengers dans le premier numéro d’Avengers en 1963. Hank Pym a intégré le cercle très fermé des super-héros Marvel après avoir découvert une substance chimique  qui lui permet de changer de taille tout en décuplant sa force. La Guêpe, membre fondateur et première super-héroïne des Avengers aux côtés d’Ant-Man, est quant à elle apparue pour la première fois  en 1963.
Avec le film ANT-MAN, sorti en 2015, les studios Marvel ont fait découvrir un nouveau super-héros au public. Le Dr Hank Pym y choisissait Scott Lang, un sympathique cambrioleur, pour lui succéder dans le costume d’Ant-Man et réveiller le héros qui sommeillait en lui. Le film mettait également en scène la fille du scientifique, Hope van Dyne, qui s’apprêtait à devenir la Guêpe. Ce film de casse, déjà réalisé par Peyton Reed, s’était placé en tête du box-office dès sa sortie.

La guêpe/Hope van Dyne (Evangeline Lilly)& Hank Pym (Michael Douglas)

Hank Pym (Michael Douglas) ..Photo: Ben Rothstein

Photo: Ben Rothstein

Ghost (Hannah John-Kamen)..Photo: Ben Rothstein..©Marvel Studios 2018

Le réalisateur, Peyton Reed s’est entouré de quelques scénaristes pour ce second opus : Chris McKenna, Erik Sommers, Andrew Barrer, Gabriel Ferrari et Paul Rudd qui est aussi le super héros à l’écran. Autour de lui quelques comédiens chevronnés : Michael Douglas, Michelle Pfeiffer, Lawrence Fishburne, Michael Pena, et surtout la Guêpe : Evangeline Lilly.

Cassie Lang (Abby Ryder Fortson) & Ant-Man/Scott Lang (Paul Rudd) ..Photo: Ben Rothstein..©Marvel Studios 2018

Jimmy Woo (Randall Park) ..Photo: Ben Rothstein..©Marvel Studios 2018

Cassie Lang (Abby Ryder Fortson)..Photo: Ben Rothstein..©Marvel Studios 2018

Pas de doute, en 2 heures de film, les studios Disney/Marvel vous ont concocté une douceur en forme de blockbuster d’été. Quand j’écris douceur, je suis loin de ce qui se déroule. Action, courses poursuites incroyables, les héros qui rapetissent ou deviennent gigantesques, des décors de toute beauté ( en dehors de ceux de San Francisco que l’on reconnait bien,) des décors de science fiction où on fait un voyage vers l’infini et au delà ( tiens, ça me rappelle quelque choses!)

Bref 2 heures de spectacle réjouissant, le film parfait pour l’été!

Des cinémas Pathé-Gaumont se lancent  dans le ScreenX. Les salles de cinéma ne cessent de faire évoluer leurs technologies . L’année dernière Pathé et Gaumont ont introduit pour la première fois en France la 4DX. Une salle de cinéma où votre siège bouge en fonction de l’action, avec des odeurs , des lumières ou encore des projections d’eau synchronisées avec le film. Le succès  a poussé les cinémas Pathé – Gaumont à investir dans une nouvelle technologie, inédite en  Europe, le ScreenX.  Rendez-vous au Pathé Beaugrenelle pour goûter à cette expérience unique avec Ant Man ( petit supplément de prix à prévoir!)

Rating:

Pascal Rocher est un homme qui sait tout faire dans le théâtre, et il le prouve une fois de plus.

Pour ce Diner de Famille au théâtre Edgar, Pascal Rocher a enfilé deux casquettes: celle de co-auteur et celle de metteur en scène. On savait qu’il a beaucoup de talent pour l’écriture, et il l’a prouvé avec COMME ILS DISENT, qu’il a longtemps interprété, et la pièce continue sur sa lancée qui se joue toujours sur une scène ou une autre en France., après cet énorme succès, il a continué avec d’autres écritures, mais toujours dans la comédie Auparavant il avait mis en scène une pièce de Pierre Palmade et Muriel Robin : Ils se sont aimés. Et ensuite il a aussi écrit : OUI, qui s’est longtemps joué au Théâtre Edgar, et qui est encore actuellement à l’affiche du Café de la Gare avec Pascal Rocher comédien. Bref, On reconnaît la patte de Pascal Rocher, qui se joue des institutions, et qui aime beaucoup mettre un personnage gay dans chacun de ses spectacles.

Pour ce Dîner De Famille actuellement et jusqu’à la fin de l’année au Théâtre Edgar, deux troupes de comédiens jouent en alternance : Jean Fornerod, Joseph Gallet, Emmanuelle Gracci ou Emmanuel Donzella, Carole Massana, Mathieu Coniglio. La pièce a été écrite à 4 mains avec Joseph Gallet.

Alexandre fête ses  ans ce soir. Il voudrait surtout revoir ses parents qui ne se sont pas quittés en bons termes, et qui en fait ne se sont jamais occupés de lui. Son père est un animateur télé célèbre, sa mère femme au foyer dans une petite ville de province, et pour les faire venir tous deux à son anniversaire et peut-être régler quelques comptes avec eux, il va trouver de faux prétextes et ils vont donc débarquer. Un dîner de famille qui n’est pas totalement ce qu’il aimerait, mais qui réjouit le public, et c’est peu dire, vu les éclats de rires qui jalonnent la pièce de bout en bout. On savait que Luq Hamett avait du flair pour trouver des pièces pour sa petite salle du boulevard Edgar Quinet, et une fois encore il ne s’est pas trompé.

Une rencontre avec ce comédien, metteur en scène auteur ou co-auteur s’imposait, c’est chose faite comme vous pouvez en juger ci dessous:

 

la bande annonce du spectacle:

 

Dîner de famille c’est au Théâtre Edgar, une semaine sur 2 à 19h00, une semaine sur 2 à 21.00

voir le site : http://www.theatre-edgar.com/programmation/diner-de-famille/ pour les horaires et comédiens

Réservations au 01 42 79 97 97

ou www.theatre-edgar.com

Prix des places : 29 € , tarifs réduits : 17€

Rating:

Pour son grand retour en 2018, OHLALA revient plus fort que jamais.

Trois mois de casting ont été nécessaires pour trouver les artistes les plus talentueux de chaque pays. Ohlala 2018 vous proposera de nouveaux numéros encore plus sexy et impressionnants que les années précédentes.  Afin de proposer une version plus grandiose encore, la nouvelle équipe de production a décidé de se produire dans un nouveau théâtre : l’Alhambra à Paris. La troupe est composée de 9 danseurs professionnels Français, de contorsionnistes, d’un équilibriste, d’un numéro de strap aérien, d’un comique, d’un numéro de roller skates, d’un numéro de corde, et d’acrobates. En tout 24 artistes de nationalités différentes (Français, Russes, Espagnols, Italiens, Géorgiens …), un orchestre live de 4 musiciens et la très belle (et bonne) chanteuse : Aurore Delplace.

 

Ce spectacle mélange avec bonheur la danse, les numéros de Cirque que Le Lido, Le Moulin Rouge ou Le Cirque du Soleil peuvent apprécier à leur juste valeur.

La nouvelle chorégraphe, Inès Vandamme,  connaît bien le spectacle, comme elle  le confie au micro de Guy Courthéoux

Ohlala, c’est au Théâtre Alhambra proche de la place de la République:

Durée du spectacle : environ 120 mns

les Jeudis/Vendredis/Samedis à 20h30 jusqu’au 30 Septembre
Les dimanches à 17h00

Quelques photos lors de votre arrivée dans la salle

  photos : @ Guy Courthéoux

 

OFFRE DE LANCEMENT
POUR TOUTE PLACE ACHETÉE AVANT LE 30 JUILLET 2018

– Carré Or : 35€ au lieu de 45 €
– 1ère Cat. : 29€ au lieu de 38 €
– 2ème Cat. : 22€ au lieu de 27 €Ouverture des portes une heure avant le début du spectaclehttps://youtu.be/T_SHmIXg9LU

 

Rating:

Voilà une des meilleures comédies de cet été, avec des comédiens qui se donnent à fond.

Bernard et Philippe sont les meilleurs amis du monde. Bernard, marié et totalement infidèle, demande à Philippe de couvrir ses incartades… Début d’un engrenage infernal pour le pauvre Philippe dont le meilleur copain a l’amitié plutôt abusive ! Ce ne sont que des suites de mensonges plus incroyables les uns que les autres, et les deux amis s’enfoncent, et leurs femmes s’en mêlent et les situations seront de pire en pire pour le grand bonheur des spectateurs qui rient de plus en plus.

C’est totalement rocambolesque et l’auteur, Eric Assous s’en est donné à cœur joie lorsqu’il a écrit cette pièce, qui a été jouée à maintes reprises à Paris. Mais la distribution actuelle, avec des comédiens plus jeunes, donne un nouveau relief à cette oeuvre. Mis en scène par un des comédiens, Anthony Marty (Philippe), Mon Meilleur Copain fonctionne dès les premières minutes. A ses côtés, le copain envahissant, Arnaud Cermolacce, et les femmes : Anne-Laure Estournes, Florence Fahimi, Laure-Estelle Nezan sont au top.

Une rencontre avec les comédiens s’imposait , et c’est dans le cadre du joli Théâtre Michel que cela s’est déroulé:

 

Rires garantis avec cette pièce très drôle au Théâtre Michel

Durée du spectacle : environ 90 minutes

 

Jusqu’au 12 août :

mardi et mercredi – 20h30
jeudi – 21h15
vendredi – 21h15
samedi – 16h30
samedi – 21h15

du 16 août au 15 septembre 2018 :

mardi au vendredi – 20h30
samedi – 16h30 et 20h30

TARIFS

  • Catégorie 1 : 25€
  • Catégorie 2 : 18€
  • Rangée OR (rangs 4,5,6) : 29€

Réservations :

Tel. 01 42 65 35 02   et www.theatre-michel.fr

Le chant de LIZ McComb, de l’esclavage aux Invalides donnera lieu à un concert superbe aux Invalides à Paris

Le monde s’apprête à commémorer les 400 ans de l’un des pires crimes contre l’humanité : la déportation en Amérique, en 1619, du premier contingent d’esclaves africains.   Leurs descendants, évangélisés, ont inventé un chant original, le « negro spiritual». Blues, gospel, jazz, soul, rn’b, reggae, rock, rap…toutes ces musiques modernes en sont issues !   Pendant le même Grand Siècle, l’ouverture « à l’italienne » devient la « sinfonia » et le signe de distinction des élites européennes, enrichies par le commerce triangulaire.  Ces musiques évoluent chacune dans son propre ghetto, sans presque jamais se croiser.


Les deux termes de cette dialectique transatlantique fusionneront en une splendide apothéose dans la Grande Cour des Invalides, pour la clôture de la 18ème saison des « Opéras en plein air » qui ont invité la Diva Africaine-Américaine Liz McComb, pour une rencontre historique entre spiritual et symphonie, au fil des sublimes mélodies de George Gershwin, Jerome Kern, Duke Ellington…et Liz McComb… accompagnée par l’Orchestre Symphonique des Opéras en Plein Air sous la baguette de Nicolas Guiraud.

Personne n’incarne mieux que Liz McComb cette fameuse devise du Cantor de Leipzig : avec sa foi chevillée à sa voix, un swing irrésistible, et cette joie extatique, teintée de blues doux-amer, qui épice et illumine son chant pour en faire un délicieux enchantement… Oui, grande prêtresse de la « soul », citoyenne d’un ciel noir, nocturne et méditatif, qui se situe bien au-delà de la vénalité d’un certain gospel contemporain, banalisé sinon frelaté, Elizabeth McComb « délasse les âmes », elle distille inlassablement le bonheur, l’espérance et la sérénité.

Sa musique est digne, émotive, humaine, pieuse, aussi pure et sincère que celle de Bach, mais aussi très «aguichante» pour ne pas dire érotique ou sensuelle…  (qui croit à part les Puritains que Bach ne l’était pas aussi, lui qui conçut vingt enfants avec ses deux épouses officielles ?)  Liz McComb émerveille tout autant « celui qui croit au ciel » que « celui qui n’y croit pas » pour reprendre la formule du marxiste mystique Louis Aragon…  Il y a dix ans, la Diva du Gospel faisait sensation à l’Auditorium Ravel de Lyon, avec une synthèse inouïe entre negro spiritual et musique symphonique, sous la baguette complice de Kristjan, le dernier né des Järvi.

Rencontre avec cette immense artiste:

 

Château d’Haroué/Lorraine : Dimanche 2 Septembre 18h (29-39-49-60€)
Hôtel National des Invalides : Dimanche 9 Septembre 18h (39-49-59-75€)

Réservations dans les points de vente habituels

 

Rating:

Pour la sixième année, Bruno Seillier a conçu un nouveau spectacle : 1918, La Naissance d’Un Monde Nouveau, et c’est dans la cour d’honneur des Invalides!

Ce spectacle, conçu par Bruno Seillier, se déroule 4 soirs par semaine, tous les publics peuvent en profiter durant 45 minutes, à la nuit tombée, avec des touristes étrangers et français  autant que Franciliens, en famille ou entre amis. Le spectacle est en français mais des audio-guides disponibles en anglais rendent ce spectacle à la portée des touristes du monde entier !

Au sein de la Cour d’honneur des Invalides, le temps s’efface. Martin se souvient, il avait sept ans en ce mois d’août 1914. Découvrez par son regard d’enfant et de vieil homme, les vertiges de la première guerre mondiale. Célébrez la  paix retrouvée, croisez les chemins d’Eulalie et de Victoire, les deux tantes admirables de Martin, au milieu des gueules cassées ou à l’usine.
Laissez-vous empoigner par l’émotion, en suivant l’assaut de nos poilus, dans l’enfer des tranchées. Vibrez à l’évocation des Saint Cyriens du serment de 14, admirez les as dans la lumière des cieux, suivez les péripéties d’un conflit qui engendra le vingtième siècle

La narration se fait à 4 voix : Benoit Allemane, Céline Monsarat, Kacie Chace, Céline Duhamel. Fondé il y a 350 ans par le Roi Soleil, l’Hôtel National des Invalides est d’abord un repère géographique dans Paris. Plus de 12 hectares au cœur de la ville, une véritable petite cité dans l’enceinte de laquelle on trouve jardins, fossés, esplanades, cours et bâtiments aux fonctions variées. À l’origine, caserne, hospice et hôpital, couvent et manufacture que Louis XIV destinait aux vétérans de ses armées, il fut toujours considéré comme un modèle en Europe. Le Roi-Soleil en confia la construction à deux des plus grands parmi les architectes classiques, Libéral Bruant et Jules Hardouin Mansard.
Ce n’est pas un hasard si ce splendide monument reste le favori de beaucoup de Parisiens, avec son immense façade au nord et son dôme doré qui rayonne dans le paysage avec une majesté quelque peu intimidante ! Une grande rénovation des façades intérieures de la cour d’honneur, qui n’a quasiment pas changé depuis la fin du XVIIe siècle s’achèvera dans le courant de cette année.

Nous avons rencontré Bruno Seillier, qui nous parle de ce spectacle :

Et il a encore bien des choses à nous raconter :

Infos pratiques :

les mercredis, jeudis, vendredis et samedis

ENTRÉE
Esplanade des Invalides, 129 rue de Grenelle, PARIS 7e

HORAIRES
Du 27 juin au 31 juillet à 22 heures 30, les mercredis, jeudis, vendredis et samedis
Du 1er août au 1er septembre à 22 heures

TARIFS

Catégorie Or (place assise) 23€ (prévente)  25€ sur place
Catégorie 2 (debout) 18€ (prévente) 20€ (sur place)
Catégorie 2 Tarif réduit 15€ (prévente) 17€ (sur place)
GRATUIT Pour les enfants de moins de 7 ans

FAMILLES NOMBREUSES
Pour 2 adultes et 3 enfants – gratuit à partir du 4ème enfant : 75€
Prévente uniquement (tarif réservé aux détenteurs de la Carte famille nombreuse)

OPTIONS:
Visite nocturne du Dôme 8€
Casque traduction synchro en anglais 5€

et un aperçu du spectacle au Mont St Michel:

 

Rating:

Une comédie irrésistible tout l’été au Théâtre de la Michodière. Mais un des comédiens  n’est pas venu. Qui va donc le remplacer?

Philippe organise une soirée déterminante pour l’avenir de sa boîte. Il mise tout sur l’arrivée d’un invité mystère. Un certain Jean Louis…  Et si Jean-Louis ne venait pas ? Il va falloir le remplacer, mais par qui? Sur ce mini pitch, Gaëlle Gauthier a écrit une pièce délirante qui va être le point de départ d’un délire total, puisque le comédien manquant va être remplacé par une  personne volontaire tirée au sort parmi le public présent. En fait pas une, mais 3 personne différentes qui seront chacune sur scène pour un petit quart d’heure. Et c’est non pas hilarant, mais H.I.L.A.R.A.N.T. La salle est morte de rire. Chaque soir donc, les comédiens vont vous voir dans la salle et vont demander à certains (tous?) s’ils sont volontaires pour remplacer le comédien. Chacun peut donc avoir son 1/4 d’heure de gloire où la scène et les autres comédiens ( Karine Dubernet, Loïc Legendre, Flavie Péan, Alexandre Texier, Sébastien Pierre et Arnaud Gidoin) vont les aider à surmonter leur trac, et qui vont jouer la comédie à leu manière puisque le metteur en scène, Arthur Jugnot, n’est pas sur place pour les diriger ou leur donner des directives.

Certes, les spectateurs sont médusés par les prestations de ces ‘comédiens’ improvisés qui se montrent incroyables sur la scène. On peut se demander à quel point il n’y a pas de triche. Je peux vous affirmer que non, j’étais derrière une des personnes tirée au sort, et les dialogues entre son ami et elle,  ne laissent aucune place au doute. Elle était volontaire, et n’était pas de connivence.

Quand on parle de comédie de l’été, c’est certainement l’éclat de rire qui devrait non seulement remplir le théâtre de la Michodière jusqu’en septembre, mais qui pourrait fort bien revenir ensuite sur la scène de ce même théâtre (ou d’un autre).

Une rencontre avec un des comédiens s’imposait, écoutons Arnaud Gidoin, qui mène le bal sur la scène du Théâtre de la Michodière.

Où est Jean-Louis? au Théâtre de la Michodière,

du mardi au samedi à 21h00 et le dimanche à 17h00

Prix des places de 22 à 42 €, moins de 26 ans : 10€

Réservations au  01 47 42 95 22 ou en ligne : www.michodiere.com