VOTRE VOTE
Rating:

Sam Bernett n’est pas un homme de l’ombre pour les Vieilles Canailles. Il les a connus à leurs débuts et  jusqu’aux derniers concerts ensemble. Une rencontre avec ce géant de la radio, entre autres, s’imposait.

Il est vrai que nombre d’entre nous ont connu Sam Bernett quand il ‘faisait’ de la Rdio sur les grandes ondes, que ce soit à RTL ou à Europe 1. J’ai eu l’occasion de travailler sur les ondes FM, et j’ai gardé de lui le souvenir d’un mec BIEN. Il n’a pas fait que de la radio vu qu’il a aussi été un des instigateurs du Disney Village, et un des directeurs de Disneyland Paris. C’est dire qu’il a des choses à raconter. La parution de son nouveau livre : VIEILLES CANAILLES, Un Fabuleux Destin, aux éditions du Cherche Midi a été l’occasion de le croiser à nouveau, et je n’attends qu’une chose, une nouvelle occasion de l’écouter et de vous faire participer.

Magique non? On se laisse bercer par ces récits. On s’imagine l’effet que cela doit faire d’être l’ami des ces canailles, mais aussi de tous les autres, que ce soit Claude François, Michel Sardou, Sylvie Vartan parmi ceux qui l’ont marqué. En feuilletant ce livre, on vibre avec lui, avec ces 3 potes qui se sont connus de la fin des années 50 au Golf Drouot jusqu’au jour funeste du décès de Mr Jean-Philippe Smet, parce que Johnny n’est pas mort, et ne le sera jamais pour ses fans.

J’ai retrouvé quelques photos dont je ne peux pas créditer leur auteur. Ce que je ferai volontiers s’il s’agit de vous.

Sam a aussi quelques photos à partager avec vous. Certaines de ces photos sont inédites et on ne peut que le remercier une fois encore:

Eddy Barclay & Sam Bernett

Dick Rivers, Henri Leproux, Sam Bernett

Jacques DUTRONC, la guitare sur l’ épaule et une poupée à la main, se promenant au jardin des Tuileries

Eddy & Johnny

Eddy Mitchell et Jacques Dutronc sur la scène du Golf-Drouot à Paris.
1965
Photo André Crudo

Johnny & Sam, diner entre potes

La Pétanque….

souvenirs d’une émission RTL

Un petit plaisir avec un grand: Serge Gainsbourg

En studio radio avec Johnny et Eddy

Les Martin Circus & Sam

Dick Rivers, Henri Leproux & Sam Bernett

Merci Sam! Merci les Vieilles Canailles!

Guy Courthéoux

VOTRE VOTE
Rating:

Si ce n’est pas une surprise pour moi, qui suit la carrière de Rudy Milstein, cela reste une des meilleures surprises de la saison que ce CHERS PARENTS, à la salle Réjane Du THEATRE DE PARIS.

Difficile de parler de ce qui se trame sur ls scène, mais partons des toutes premières minutes où les 3 enfants d’un couple sont invité, convoqués chez leurs parents qui ont quelque chose à leur annoncer, les enfants, ce sont Elise Diamant, Rudy Milstein et Emmanuel Patron, ce dernier co-auteur de la pièce avec Armelle Patron. Les parents : Frédérique Tirmont et Bernard Alane, qui arriveront un petit peu plus tard sur la scène. Mais de quoi les parents veulent-ils leur parler, qui ne sont pas chez eux lorsque les enfants arrivent.

Pierre, Jules et Louise Gauthier s’adorent et aiment profondément leurs parents. Alors, lorsque ces derniers leur demandent de venir les rejoindre d’urgence – ils ont quelque chose de très important à leur annoncer – les trois enfants bouleversés se précipitent craignant le pire. Mais le pire n’a pas lieu, du moins pas tout de suite, et la merveilleuse nouvelle que leur annoncent Jeanne et Vincent va faire voler en éclats la belle unité familiale… faisant ardemment souhaiter aux trois rejetons ce qu’ils redoutaient le plus en arrivant quelques heures plus tôt !« Chers Parents » est une comédie qui parle de la famille, d’amour, d’argent, de la place de chacun dans la fratrie, de l’impermanence des sentiments, de la part d’ombre qui sommeille en chacun de nous et de ce que les parents doivent à leurs enfants.  Je ne vous en dirai pas plus, n insistez pas.

Même lorsque j’en parle à mes amis, je ne dévoile rien, sauf que j’ai ri en bout en bout tant les comédiens sont tous formidables. Et je vous garantis 90 minutes de rires, de surprises, qui démontrent que le théâtre a encore de belles années à venir. Que c’est bon de rire!!

 

Rendez-vous a donc été pris avec Rudy et Elise, devant la caméra: En voici le résultat:

 

La mise en scène co-signée Armelle Patron et Anne Dupagne est plus qu’efficace…

quelques photos:

Chers Parents

et quoi de mieux qu’une bande annonce?

Chers Parents, c’est du mardi au samedi à 20.30; mais aussi à 17.00 le samedi et à 15.30 le dimanche

Prix des places à partir de 33€

Réservez à l’avance, c’est complet quasiment tous les soirs

VOTRE VOTE
Rating:

Hamlet, Opéra en cinq actes d’Ambroise Thomas (1811-1896) sur un livret de Michel Carré et Jules Barbier d’après Shakespeare, crée à l’Opéra Comique le 9 mars 1868 revient pour une série de représentations à la salle Favart.

 

l’Opéra Comique répare une injustice, rendre à  Ambroise Thomas ce que nous lui devons. Et Hamlet le prince du Danemark porte des baskets et Ophélie des talons hauts. Rarement ces deux personnages ont été aussi bien interprétés.

 Ambroise Thomas est bien oublié, l’auteur de Mignon et d’Hamlet fut pourtant reconnu par le public qui réclamait ses œuvres à l’affiche. Le Caïd en 1849 remporte un grand succès, en 1850 Ambroise Thomas rencontre Shakespeare avec Le songe d’une nuit d’été. Si Mignon est un triomphe, il sera dépassé par celui d’ Hamlet.

-Photo : Vincent PONTET

Avec  ce Hamlet, le public est happé dés les premières minutes. Prés de l’orchestre, le prince Hamlet est  spectateur du couronnement de son oncle Claudius qui succède à son frère. Le défunt roi est le père d’ Hamlet. Est-ce par esprit de famille que le nouveau roi épouse la mère d’ Hamlet, le reine Gertrude ? Entre la pièce de Shakespeare et le livret, il y a des différences. Ambroise Thomas a tonifié la partition d’Ophélie qui, avant la folie fatale tente d’aider son fiancé Hamlet. Cela est dû à la créatrice du rôle Christine Nilsson, d’origine suédoise. Ambroise Thomas consacre à Ophélie l’acte IV, une ballade suédoise la Willis au charme languissant et funèbre. Hamlet devient un drame romantique. Hamlet est hanté par le fantôme de son père et lui promet de le venger. Tout bascule, le destin mélange coupable et innocent. Hamlet est dans l’opéra couronné roi et non pas empoisonné par la pointe d’une épée. «  Mon âme est dans la tombe. Hélas ! Et je suis Roi ! ».


Photos : Vincent PONTET

Cyril Teste nous offre une mise en scène inspirée, intelligente, tirant les personnages au pinacle. Tout nous séduit. Nous devons l’avouer, ici toutes nos  réticences habituelles envers les costumes sont balayées par sa conception de mise en scène. Ce Hamlet est totalement dans notre monde,  Ophélie est une jeune femme moderne, pétrie d’amour et de compassion. Hamlet porte des baskets et Ophélie des talons hauts, et nous les suivons pas à pas dans cette histoire qui est comme une spirale infernale qui les absorbe et les broie. Cyril Teste a pris possession de la scène de l’Opéra Comique.

Dés l’ouverture, lorsque Hamlet s’approche de l’orchestre nous assistons sur un écran devant nous à l’arrivée de Claudius et de Gertrude. La salle est allumée afin que nous puissions voir le cortège royal. Hamlet est spectateur au début, il est comme figée devant le spectre de son père, puis il deviendra metteur en scène de sa vengeance.

Des cameras suivront certains personnages dans les coulisses. Nous sommes au théâtre et les artisans de l’ombre, machinistes ou maquilleuse sont présents à l’image. Ici théâtre, opéra et cinéma se conjuguent pour une œuvre qui fait fi des étiquettes. La fluidité des changements de scènes et de décors ne laisse aucun temps mort.

Ambroise Thomas est un compositeur précis. Il aime les chanteurs et sait leur ménager des morceaux choisis. Sa partition est nuancée, poétique. Sa ligne mélodique et la souplesse de sa phrase musicale nous transportent. Il ne faut pas oublier que Thomas était un homme de son temps s’intéressant aux nouveaux instruments et il fut le premier à mettre le saxophone dans la fosse lyrique. Les solos de clarinette et de trombone donnent une nouvelle ampleur à l’orchestre. Nous sommes loin de l’académisme, on se doit de reconsidérer ce compositeur et sa musique élégante, précise, qui prouve sa puissance d’expression. Il y a bien sûr les moments attendus comme le monologue « Être ou ne pas être », ici le prince danois se livre à une introspection douloureuse, c’est une réflexion intime. Stéphane Degout est un baryton remarquable, alliant ses qualités de chanteur à celle de comédien, son Hamlet est douloureux, odieux dans sa froide détermination et pathétique dans sa dernière réplique. Ophélie est magnifiée par l’ interprétation de Sabine Devieilhe , belle soprano pour une Ophélie sensible et touchante. Laurent Alvaro, le terrible Claudius, et  Jérôme Varnier, le spectre glaçant, nous confondent d’admiration.


Photo : Vincent PONTET

La direction musicale est assuré par Louis Langrée qui rend à l’œuvre ce mélange de poésie et de maîtrise technique qui caractérise le compositeur avec un orchestre remarquable. Hamlet est le spectacle lyrique à voir, sans plus attendre. Il est rare d’avoir sur une même production autant d’artistes de ce niveau exceptionnel.

Marie Laure Atinault


A l Opera Comique –
Photo : Vincent PONTET

 

Hamlet

Direction musicale Louis Langrée

Mise en scène Cyril Teste

Décors Ramy Fischler

Costumes Isabelle Deffin

Conception Vidéo Nicolas Dorémus, Mehdi Toutain-Lopez

Cheffe de chant Marine Thoreau La Salle

Chef de chœur Joël Suhubiette

DISTRIBUTION

Hamlet : Stéphane Degout

Ophélie : Sabine Devieilhe

Claudius : Laurent Alvaro

Gertrude : Lucile Richardot

Laërte : Julien Behr

Le Spectre : Jérôme Varnier

Marcellus, 2ème Fossoyeur : Kevin Amiel

Horatio, 1er Fossoyeur : Yoann Dubruque

Polonius : Nicolas Legoux

Orchestre  des Champs-Élysées

Nouvelle production Opéra Comique

Représentations les 24, 26, 28, janvier à 20.00, 30 à 15.00 et 1 & 3 février 20.00

PRIX DES PLACES DE 6 à 145 €

https://www.opera-comique.com/fr/spectacles/hamlet-2022

Salle Favart Opéra Comique Tél : 01 70 23 01 31   opera-comique.com

la bande annonce :

 

VOTRE VOTE
Rating:

Un spectacle hors du commun, avec un comédien qui « dirige » la salle. Les rires fusent et on est ravis!

Thibaut Boidin a reçu le prix du meilleur spectacle à Avignon, et c’est bien mérité. Il se produit pour quelques jours encore au Grand point Virgule  à Paris. On se retrouve avec une salle pleine, et une ‘servante’ nous accueille chez Denise Jardinière, qui n’est pas tout à fait prête. Alors elle va s’occuper du public, à sa manière, et le moins que l’on puisse dire c’est qu’elle s’en occupe bien!

Difficile de dévoiler plus sur ce spectacle, alors la meilleure manière d’en parler c’est de rencontrer l’auteur et  comédien qui assure de bout en bout et qui sait parfaitement comment faire réagir la salle.

encore quelques photos :

Denise Jardinière vous invite chez elle, c’est au Grand Point Virgule:, encore deux dates, les 19 et 26 janvier à 19.30, mais des prolongations ou d’autres dates ne sont pas impossibles!

Places en placement libre tarif normal 26€, nombreux tarifs réduits à partir de 14.50€

VOTRE VOTE
Rating:

L’oeuvre la plus célèbre de Jacques Offenbach revient sur une scène parisienne, et dans une version intégrale, que je ne connaissais pas

Offenbach est au sommet de sa gloire lorsqu’il écrit La Vie Parisienne. Sur un livret du duo Meilhac et Halévy, il compose une réjouissante ode aux plaisirs de la fête de son temps. Vous allez découvrir, tout comme je l’ai fait, avec délice  la version originelle de La Vie parisienne telle qu’imaginée par son auteur en 1866. Récemment mis au jour, le matériel d’orchestre complet de l’orchestre du Palais-Royal contient la musique créée le soir de la première, ainsi que de précieuses indications d’exécution ajoutées alors que le compositeur est à la manœuvre. Deux actes nouveaux vous offrent des morceaux totalement inconnus. Le livret d’avant censure et des variantes oubliées offrent quant à eux un autre visage de certains des airs les plus célèbres. Une Vie parisienne inédite, mais qui conserve le charme et la présence des pages qui en ont fait la réputation.

Le succès est au rendez-vous vu l’ovation que lui réserve le public. La salle affichait totalement complet pour cette série de représentations. Une distribution exceptionnelle, des décors superbes, et surtout un orchestre dirigé par Romain Dumas.  La version que nous connaissions tous durait environ 90 minutes, cette version ‘intégrale vous en offre 2h50 suivi d’ un entracte de 20 mns  puis  100 minutes.

Parlons de la distribution : en alternance pour les rôles principaux

Jodie Devos / Florie Valiquette | Gabrielle
Rodolphe Briand / Flannan Obé | Gardefeu
Laurent Deleuil / Marc Mauillon  | Bobinet
Marc Labonnette / Franck Leguérinel | Le Baron
Sandrine Buendia / Marion Grange | La Baronne
Aude Extrémo / Eléonore Pancrazi | Métella
Damien Bigourdan / Eric Huchet | Le Brésilien / Gontran / Frick
Philippe Estèphe / Laurent Kubla
 | Urbain / Alfred
Elena Galitskaya | Pauline
Louise Pingeot | Clara
Marie Kalinine | Bertha
Ingrid Perruche | Madame de Quimper-Karadec
Carl Ghazarossian | Joseph / Alphonse / Prosper
Caroline Meng | Madame de Folle-Verdure

Je ne peux pas décerner une mention spéciale à qui que ce soit, vu que tous furent absolument époustouflants, et que tous ne méritent que des superlatifs : Christian Lacroix  a mis le cœur à l’ouvrage, vu qu’il met en scène, après avoir créé les décors et les costumes. Deux collaborateurs l’ont aidé dans ces tâches : Laurent Delvert & Romain Gilbert.   Glyslein Lefever assure la chorégraphie, et les danseurs et danseuses auraient mérité leur part des louanges malheureusement je n’ai pas pu noter leurs noms.

 

Quoi qu’il en soit si vous aimez l’opérette, ou l’opéra bouffe, que Monsieur Offenbach ne vous laisse pas indifférent, ne manquez pas cette série de représentation. Je ne peux qu’espérer que Le TCE va reprendre ce spectacles dans les saisons à venir. Pour ceux qui n’ont pas eu ma chance de découvrir ce spectacle il y aura une  représentation en audiodescription avec Accès Culture dimanche 2 janvier 2022

LA VIE PARISIENNE –
Photo : Vincent PONTET

LA VIE PARISIENNE –
Photo : Vincent PONTET

Voilà les dates restantes à ce jour :

  1. DIMANCHE26 décembre 17H00
  2. LUNDI27 décembre 19H30
  3. MARDI28 décembre 19H30
  4. MERCREDI29 décembre 19H30
  5. JEUDI30 décembre 19H30
  6. VENDREDI31 décembre 19H30
  7. DIMANCHE2 janvier 17H00
  8. MARDI4 janvier1 9H30
  9. MERCREDI5 janvier 19H30
  10. JEUDI6 janvier 19H30
  11. VENDREDI7 janvier 19H30
  12. SAMEDI8 janvier 19H30
  13. DIMANCHE9 janvier 17H00
Prix des places
CŒUR ORCH.110 €CAT. 195 €CAT. 278 €
CAT. 360 €CAT. 440 €CAT. 515 €
CAT. 65 €
CAT. 4 : visibilité réduite
CAT. 5 : visibilité très réduite / en vente aux caisses et en ligne
CAT. 6 : sans visibilité / en vente aux caisses 1h avant le spectacle
TOUTES Les Photos : @ Vincent Pontet
https://youtu.be/1I8QsyYBvPA
VOTRE VOTE

Quand on pense transformisme, c’est le nom de Michou qui arrive sur les lèvres. Pourtant il y a nombre de spectacles différents qui méritent qu’on s’y attarde, et c’est le cas  de Folles Illusions, par les Folles de Paris, qui se joue une fois par mois au Cabaret La Nouvelle Eve à Paris.

Un spectacle vraiment très drôle, avec en première partie Carolina Show, qui va bien chauffer le public, conquis dès son apparition : entretien avec Carolina:

Le spectacle a été produit par Richard Bertrand d’Amor y Tortilla Productions.

On a beaucoup parlé d’une des plus jeunes de la troupe, Icee Drag On, que les téléspectateurs fr M  connaissent bien, la voici devant notre caméra:

quelques extraits :

Prochaines représentations :  en 2022 : 12 janvier, 10 février, 10 mars, 7 avril

places 65 et 87 €

réservations sur tous les sites de réservations spectacles

 

VOTRE VOTE
Rating:

Les superlatifs ne suffisent pas pour dire tout le bien du WEST SIDE STORY que nous propose Monsieur Steven Spielberg; Des comédiens formidables, qui chantent et dansent avec un naturel incroyable, une direction musicale de Gustavo Dudamel plus que réussie. Le mot chef d’oeuvre est trop léger pour qualifier cette nouvelle adaptation de cette oeuvre musicale  créée à Broadway en 1957 et adaptée au cinéma en 1961 par Robert Wise et Jerome Robbins.

L’action de ce nouveau film se déroule durant l’été 1957 dans les rues des quartiers adjacents de l’Upper West Side, Lincoln Square et San Juan Hill, qui englobent la zone située à l’ouest de Broadway, de la 60e Rue Ouest à la 70e Rue Ouest, jusqu’à la limite de la ville, au niveau du fleuve Hudson. Au début des années 1950, Robert Moses, le commissaire aux travaux publics de la ville de New York, a fait raser toute cette zone pour construire, entre autres, le Lincoln Center for the Performing Arts et la Fordham University. On a l’impression d’être dans un grand terrain vague, avec décombres, immeubles quasi démolis, où deux camps s’affrontent :les Sharks (les latinoaméricains) et les Jets.

Scene du bal, 20th Century Studios’ WEST SIDE STORY, de Steven Spielberg. Photo courtesy of 20th Century Studios. © 2021 20th Century Studios. All Rights Reserved.

Rita Moreno/Valentina dans le film 20th Century Studios’ WEST SIDE STORY, réalisé par Steven Spielberg. Photo courtesy of 20th Century Studios. © 2021 20th Century Studios. All Rights Reserved.

Rachel Zegler & Ansel Elgort dans le film 20th Century Studios’ WEST SIDE STORY. Photo courtesy of 20th Century Studios. © 2021 20th Century Studios. All Rights Reserved.

Mike Faist/ Riff &Ansel Elgort /Tony in 20th Century Studios’ WEST SIDE STORY. © 2021 20th Century Studios. All Rights Reserved.

Scène du film 20th Century Studios’ WEST SIDE STORY. Photo courtesy of 20th Century Studios. © 2021 20th Century Studios. All Rights Reserved.

Lors d’un bal où les deux camps qui se haïssent sont présents, Maria (portoricaine) interprétée par Rachel Zegler tombe amoureuse de Tony,  Ansel Elgort, qui vient de sortir de prison. Mais cet amour naissant est trop difficile vu que les 2 sont dans des camps opposés. Pourtant un terrain d’entente existe, vu que Tony vit chez Valentina, la pharmacienne ( Rita Moreno) . Mais on le sait, la haine entre les 2 chefs de camps est inexorable. Inutile de vous raconter le film. Il y a des scènes qui resteront inoubliables. Celle du bal, évidemment, et celle qui se danse dans les rues de New York, qui marquera à tout jamais, avec AMERICA, que Steven Spielberg a réussie au delà de toute attente. Rien à redire sur Somewhere et autres titres célèbres. On vibre totalement, on  chante presque avec eux, et les principaux protagonistes, Ansel Elgort, Rachel Zegler et Rita Moreno sont parfaits en tous points.

Ariana DeBose/Anita in 20th Century Studios’ WEST SIDE STORY.

Ilda Mason / Luz, Ariana DeBose / Anita, and Ana Isabelle / Rosalia in 20th Century Studios’ WEST SIDE STORY. Photo by Niko Tavernise. © 2021 20th Century Studios. All Rights Reserved.

David Alvarez/Bernardo in 20th Century Studios’ WEST SIDE STORY.

Ariana DeBose/Anita in 20th Century Studios’ WEST SIDE STORY. Photo by Niko Tavernise. © 2021 20th Century Studios. All Rights Reserved.

Ariana DeBose /Anita &David Alvarez/Bernardo in 20th Century Studios’ WEST SIDE STORY.

Certes je suis un fan de comédies musicales, et j’avais adoré la version 1961, mais là je suis comblé bien au delà de toutes mes espérances; seul un génie du cinéma pouvait faire renaître cette histoire, qui n’est pas sans rappeler Roméo & Juliette, et nous donner une version 2021 parfaite en tous points. Ne manquez pas l’occasion de vibrer, de chanter, d’avoir la chair de poule, voire même de pleurer. De tels sentiments nous honorent . Nous ne pouvons que chanter les louanges à Monsieur Spielber. West Side Story est certainement les plus grand film de 2021, si ce n’est de la décennie, et restera un chef d’oeuvre éternel.

Mike Faist / Riff in 20th Century Studios’ WEST SIDE STORY. Photo courtesy of 20th Century Studios. All Rights Reserved.

Ansel Elgort /Tony in 20th Century Studios’ WEST SIDE STORY. Photo courtesy of 20th Century Studios. All Rights Reserved.

Rachel Zegler /Maria in 20th Century Studios’ WEST SIDE STORY. Photo courtesy of 20th Century Studios. © 2021 20th Century Studios. All Rights Reserved.

Ansel Elgort / Tony in 20th Century Studios’ WEST SIDE STORY. Photo by Niko Tavernise. © 2021 20th Century Studios. All Rights Reserved.

Rachel Zegler/Maria in 20th Century Studios’ WEST SIDE STORY. Photo by Niko Tavernise. © 2021 20th Century Studios. All Rights Reserved.

Sebastian Serra/Braulio, Ricky Ubeda / Flaco, & David Alvarez as Bernardo in 20th Century Studios’ WEST SIDE STORY. Photo by Niko Tavernise. © 2021 20th Century Studios. All Rights Reserved.

Ansel Elgort /Tony in 20th Century Studios’ WEST SIDE STORY.

A scene du film 20th Century Studios’ WEST SIDE STORY. Photo by Niko Tavernise. © 2021 20th Century Studios. All Rights Reserved.

Rachel Zegler /Maria & Ansel Elgort /Tony in 20th Century Studios’ WEST SIDE STORY. Photo by Niko Tavernise. © 2021 20th Century Studios. All Rights Reserved.

Ansel Elgort /Tony & Rachel Zegler /Maria in 20th Century Studios’ WEST SIDE STORY.

Dois je rajouter que je vais retourner plusieurs fois voir ce film qui mérite grand écran ( Imax) ou Salle Dolby (Pathé Beaugrenelle), le son et l’image étant plus qu’importants!

le film annonce :

 

VOTRE VOTE

Une nouvelle production de Turandot de Giacomo Puccini à l’Opéra Bastille!

Bonnes gens et peuple de Paris, une nouvelle mise en scène de Robert Wilson est à l’Opéra Bastille, Oyez, oyez, les trois énigmes que vous aurez à résoudre sont :
Je suis chinoise mais je chante en italien.
Mon père règne sur la Chine mais au mois de décembre je serai à Paris.
Qui sont Ping, Pong, Pung ?
N’ayez crainte si vous ne savez pas répondre, vous n’aurez pas la tête tranchée !


Une nouvelle mise en scène de Robert Wilson est un événement. Il retrouve le divin Puccini plus de 25 ans après sa mise en scène historique de Madame Butterfly dont on ne se lasse pas.
Turandot est une princesse chinoise à la virginité tatillonne. Elle doit se marier mais a mis une condition, il faudra que le prétendant soit capable de répondre à trois énigmes, si il échoue, et tout prince de sang qu’il soit il sera exécuté. Le dernier en date est le jeune Prince de Perse. La foule est touchée par la jeunesse et le port altier du jeune homme. Le peuple de Pékin demande à la princesse sa grâce mais elle refuse. Dans la foule Calaf tombe immédiatement amoureux de Turandot.
Calaf est, malgré ses modestes vêtements, le fils de Timur, un roi Tartare détrôné. Le hasard a mis en présence le père et le fils. Le vieil homme fut sauvé par une belle esclave Liû.
Nous vous laissons le plaisir de découvrir la suite de ce conte cruel dans lequel nous découvrirons trois ministres burlesques, un Empereur fatigué, une Princesse mauvaise joueuse, un amoureux transi peu reconnaissant.


Robert Wilson reste fidèle à son style. Tableaux épurés avec des lignes sobres et fortes, des costumes hiératiques qui donnent aux protagonistes l’air d’être ces poupées traditionnelles que l’on trouve aussi bien en Chine qu’au Japon. L’inspiration du théâtre Nô, et le burlesque des scènes avec le trio Ping, Pang,Pong, plonge le public dans une Chine un peu glacée. Les lumières crues rythment la progression dramatique. On assiste avec beaucoup d’émotion à la torture de la pauvre Liû.
Turandot est le dernier opéra de Puccini qui restera inachevé, car Puccini est mort vaincu par un cancer. Le compositeur avait entamé une approche de nouvelles lignes mélodiques dans lesquelles on retrouve la sensualité du maître. Gustavo Dudamel rend hommage à Puccini par sa direction sans faille, (NDLR :d’ailleurs le plus grand des réalisateurs cinéma au monde, Mr Steven Spielberg, l’avait compris bien avant nous qui lui a demandé de diriger la partition musicale de son nouveau chef d’oeuvre, West Side Story). Le public aime beaucoup le trio et lui reserve des applaudissement nourris , mais la reine de la soirée est sans conteste la magnifique soprano Guanqun Yu. Pour ses débuts à l’Opera de Paris, Guanqun Yu nous a plus qu’ému tant par la modulation de sa voix, son jeu simple et par la profondeur de son interprétation. Elle sera une Liû mémorable.

Marie Laure Atinault

 

Les infos:

Direction musicale Gustavo Dudamel

Mise en scène Robert Wilson

Co-mise en scène Nicola Panzer

Décors Robert Wilson, Stephanie Engeln

Costumes Jacques Reynaud

Maquillage Manu Halligan

Lumières Robert Wilson, John Torres

Vidéo Tomek Jeziorski

Dramaturgie José Enrique Macián

Cheffe des Chœurs Ching-Lien Wu

 

La distribution :

Turandot Elena Pankratova

Liù Guanqun Yu

Calaf Gwyn Hughes Jones

Timur Vitalij Kowaljow

L’Imperatore Altoum Carlo Bosi

Ping Alessio Arduini

Pang Jinxu Xiahou

Pong Matthew Newlin

Un Mandarino Bogdan Talos

 

Représentations à 19.30 (sauf indication contraires)

Vendredi 10 décembre

Lundi 13 décembre

Jeudi 16 décembre

Dimanche 19 décembre à 14.30

Mercredi 22 décembre

Dimanche 26 décembre  à 14.30

Jeudi 30 décembre

 

Prix des places :

210€ 190€ 175€ 155€ 135€ 100€ 70€ 50€ 35€ 15€

Excepté vendredi 10 et jeudi 16 décembre

231€ 209€ 193€ 171€ 149€ 110€ 77€ 55€ 39€ 15€

 

DURÉE 2h30 (1 entracte)

INFORMATIONS / RÉSERVATIONS
EN LIGNE
www.operadeparis.fr
VIA L’APPLICATION OPÉRA NATIONAL
DE PARIS
disponible sur iOS et Android pour
smartphones et tablettes.

AUX GUICHETS
> du lundi au samedi (sauf jours fériés)
de 10h à 18h30 au Palais Garnier (à l’angle des rues Scribe et Auber)

et de 14h30 (12h les jours d’ouverture des réservations) à 18h30 à l’Opéra Bastille (120, rue de Lyon).

une heure avant le début du spectacle,y compris les dimanches et jours fériés.

extraits :

 

VOTRE VOTE
Rating:

Je suis certes un amateur de comédies musicales, mais Charlie Et La Chocolaterie, actuellement au Théâtre du Gymnase est un véritable évènement. Philippe Hersen a réussi totalement son pari de transposer le musical en français. C’est un régal et comme toujours le public ne s’y trompe pas qui lui fait un triomphe chaque soir!

Tout le monde (ou presque) connait l’histoire de Roald Dahl , qui a connu un beau succès au cinéma, particulièrement avec le film de Tim Burton avec Johnny Depp en 2005, mais pas seulement. Maintenant le conte est au programme des scolaires et donc les enfants connaissent cette histoire :

Charlie Bucket est un petit garçon qui vit avec ses parents et ses grands-parents dans une frêle maison en bois, non loin d’une grande chocolaterie dirigée par  Willy Wonka , auquel la famille et surtout un des grand pères voue une grande admiration.. Un jour, Willy Wonka annonce qu’il organise un grand concours : il a placé dans  tablettes de chocolat, distribuées à travers le monde, cinq tickets d’or. Ceux qui les trouveront gagneront alors une visite guidée de la chocolaterie ainsi qu’un approvisionnement de chocolat à vie, et un des cinq gagnants se verra offrir un cadeau spécial à la fin de la visite.

Les ventes de Wonka montent en flèche et les quatre premiers tickets sont rapidement trouvés. Les gagnants sont alors Augustus, un garçon très glouton ; Veruca , pourrie-gâtée par ses parents riches ; Violette, fan de chewing gums, américaine & arrogante et Mike , américain, fan de télé au mauvais caractère. Charlie essaye de trouver un ticket, mais les deux tablettes qu’il parvient à s’acheter n’en contiennent pas. Charlie découvre le véritable cinquième et dernier ticket dans sa tablette. On lui propose alors d’importantes sommes d’argent contre ce ticket, mais il décide de le garder et invite son grand-père Joe à l’accompagner lors de la visite.

Le livre a connu des adaptations au cinéma, mais aussi en comédie musicale , qui ont connu un énorme succès partout dans le monde. Il a fallu le talent de Philippe Hersen qui a réussi son pari de monter la comédie musicale à Paris.

Retrouvons  l’entretien avec Philippe Hersen, lors des premières répétitions :

Retrouvons aussi l’interprète de Willy Wonka : Arnaud Denissel:

Et enfin, la joyeuse troupe des enfants, en partie, après une représentation, aux côtés de leur metteur en scène, Philippe Hersen, et de votre serviteur:

 

Est-il vraiment utile de dire que je suis fan absolu de Charlie et La Chocolaterie, Le Musical, qui se joue devant des salles familiales, avec des enfants heureux, des parents admiratifs. C’est un spectacle admirable et plein d’entrain, qui va se jouer longtemps espérons le au Théâtre du Gymnase Marie bell, sur les Grands Boulevards. Une tournée en France semble plus que probable, vu le succès rencontré à Paris

Nombreuses représentations en matinée:

  • mercredi 16h00 vendredi 20h30 samedi 16h00 et 20h30 et dimanche 16h00
  • Durée : 2h30 avec entracte
  • Ouverture des portes 30 minutes avant le début du spectacle
  • Cet événement est soumis au pass sanitaire.

    Pour cela, il vous faut au choix : 
    – Un test PCR ou antigénique de moins 48h
    – ou avoir réalisé le cycle complet de vaccination depuis 15 jours
    – ou avoir un certificat de rétablissement (avoir eu la Covid depuis plus de 15 jours et moins de 6 mois).
  • Réservations : par téléphone au 01 53 33 45 50 ou par mail à l’adresse reservations@eventim.fr
  • ou https://www.eventim.fr/eventseries/charlie-et-la-chocolaterie-le-musical-2859446/

Prix des places de 20 à 95€

 

VOTRE VOTE

Il n’a peut-être pas gagné The Voice, mais c’est quand même lui qui a remporté tous les suffrages dans le cœur du public : Jim Bauer. J’avais adoré la version revisitée du tube d’Annie Cordy, Tata Yoyo. Je n’allais certainement pas manquer une rencontre avec ce mec à la voix incroyable lors de la nuit de la Déprime de Raphael Mezrahi:

Auteur, compositeur, interprète et guitariste précoce, Jim Bauer fait ses armes très tôt comme musicien de rue et lors de concerts dans des pubs et des clubs à New York, Londres et Paris où il mène ses études au Cours Florent.

En 2017, Jim Bauer sort son 1er EP The Misfit Boy, composé de 4 titres en anglais et enchaine les concerts à Paris (Café de la danse, Salle Pleyel et Élysée Montmartre) et dans toute la France où il suit toute la tournée française de K’s Choice en première partie.

 

Parallèlement à son projet personnel, Jim Bauer écrit pour les autres (Florent Pagny, Barbara Pravi, Slimane etc) .

En février 2021, après avoir refusé pendant 10 ans de participer à l’émission The Voice, il se présente finalement à la 10e saison où il se fait remarquer par l’éclectisme de ses choix (It’s a Man Man Man’s World de James Brown, Angie des Rolling Stones, Tout va bien d’Orelsan, Tata Yoyo d’Annie Cordy. On attend avec impatience son album solo à paraître début 2022, et qui nous  donnera certainement l’occasion d’une nouvelle rencontre musicale et amicale !

En plus de cette rencontre sur un lit géant dans le hall d’entrée des Folies Bergère, il fallait quand même vous faire écouter sa prestation sur la scène quelques minutes plus tard :

Je ne peux résister à la tentation de vous refaire découvrir la vidéo de Tata Yoyo:

Sa voix, c’est quelque chose de rare, d’exceptionnel, franchement il m’a sidéré, sans oublier qu’il est d’une gentillesse remarquable!

Crossroad:

son prochain single, sortie le 3/12: C La Vie

 

VOTRE VOTE

Sheila à la Nuit de la Déprime 2021, voilà qui a comblé ses fans, et pour tous ceux qui n’étaient pas là, je vous réserve cette surprise:

Sheila avec deux titres :

La Rumeur, extrait de son dernier album, et en live!

Suivi d’un des titres que j’adore parmi tant d’autres dans une version nouvelle : Bang Bang

Rappelons l’entretien exclusif que nous avait accordé Sheila il y a quelques semaines :

Entretien avec SHEILA , nouvel album, ressortie CD Little Darlin, concerts à Pleyel: que du bonheur

Merci Sheila!