13 ans après son dernier album, et revoilà DAVE, avec un nouvel album, et un récital très bientôt à Bobino.

 

Idole de plusieurs générations, qui a débuté dans les années 70, Dave est un homme à qui on doit de nombreux tubes: doit-on citer Vanina? Lettre à Hélène, Tant qu’il y aura, Du côté de chez Swann? ou encore : La décision, Mon coeur est malade, Dansez maintenant, Hurlevent, Est-ce par hasard?

Nous n’allons pas citer tous ses tubes ni ses albums.  Homme de télévision, qui a animé des programmes dont des soirées Eurovision, voilà que Dave arrive avec un nouvel album, produit par Renaud (oui, le chanteur!) avec des textes plus engagés, et toujours de belles mélodies. Il va se produire à Bobino le 18 Novembre prochain pour présenter ces nouvelles chansons, et bien entendu les tubes qui jallonnent sa carrière.

Peut-on trouver meilleure raison pour rencontrer cet homme formidable, qui ne manque certainement pas d’humour, comme vous allez l’entendre dans l’entretien exclusif qu’il a réservé à onsortoupas.fr

Découvrez ce nouvel album avec ces titres:

Dernier regard, Deux moitiés d’une même orange,quittons nous bons amants, la fille aux 2 papas, plus libre que l’air, Sous quel arc en ciel parmi d’autres.

C’est vraiment différent de ce qu’il a fait jusqu’à aujourd’hui, mais toujours avec de superbes mélodies et son parolier attitré, Patrick Loiseau, qui lui a concocté 11 des 12 titres de cet album

Merci Dave

Rendez-vous à Bobino et cette pochette, c’est pour le souvenir!!

Rating:

Si, comme moi, vous ne vous êtes pas encore remis de la fin de la série télé après 6 saisons, vous allez vous précipiter, à juste titre pour voir le film…Downton Abbey

Ne vous y trompez pas! ce film n’est pas le résumé de la série, c’est un peu comme les numéros spéciaux, chaque année. Il s’agit d’une histoire entièrement nouvelle, mais on y retrouve tous les personnages que l’on a adorés dans la série télé, interprétés par les mêmes acteurs. C’est en quelque sorte un cadeau de Noël pour les fans. Alors de quoi s’agit-il au juste cette fois? Un courrier, mais pas de n’importe qui : Le Roi et la Reine d’Angleterre s’invitent pour une nuit au château. Branle bas pour tout le monde: L’histoire porte sur les effets en série provoqués par la visite du couple royal, à la fois au sein de la famille et au sein du personnel. Les événements principaux du film sont la préparation de la visite, l’arrivée du roi et de la reine, un déjeuner, un défilé au cours duquel le roi inspecte les hussards du Yorkshire et un grand dîner royal. La journée s’achève sur un magnifique bal à Harewood House. Selon le protocole, la délégation royale débarque avec un grand nombre de serviteurs, ce qui suscite une compétition avec le personnel de Downton et de nombreuses situations cocasses. On ne s’ennuie pas une seconde. On est juste très ennuyé à la dernière seconde du film parce qu’on va quitter tous ces personnages que l’on aime. Quoique il y a une petite porte entr’ouverte, que je me garderai bien de vous dévoiler.


Dame Maggie Smith & Michelle Dockery 
Credit: Jaap Buitendijk / © 2019 Focus Features

Chose curieuse, le réalisateur, n’avait pas participé à la série, et n’est pas d’origine anglais, il s’agit de  Michael Engler, dont on pourrait jurer qu’il a toujours fait partie de l’équipe, ce qui est un peu vrai parce qu’il est un grand fan de la série! Mais allez-vous rétorquer, et à juste titre: ‘Je ne connais pas la série, je n’en ai vu aucun épisode et ne connais pas les personnages! La vérité, c’est que vous pouvez voir ce film sans connaître la série. Vous vous régalerez à coup sur, et vous aurez alors l’envie de visionner les 6 années de la série.  Voila les principaux personnages : Michelle Dockery ( Mary Crawley), Hugh Bonneville (Robert Crawley), Maggie Smith (Violet Crawley), Elisabeth Mc Govern (Cora), Laura Carmichael (Lady Edith), Jim Carter (Charles Carson), Zllen Leech ( Tom Branson), Imelda Staunton ( Maud Bgashaw), Tuppence Middleton (Lucy), David Haig ( XWilson), Geraldine James (Queen Mary), Simon Jones ( Roi George V), Kevin Doyle (Moseley), Raquel Cassidy ( Phyllis Baxter), Sophie Mc Shera ( Daisy), Phyllis Logan ( Mrs Hughes), Lesley Nicol (Mrs Patmore).

Jim Carter 
Credit: Jaap Buitendijk / Focus Features


Matthew Goode& Michelle Dockery as Mary Crawley 
Credit: Jaap Buitendijk / Focus Features

2 heures de bonheur, dans ce monde so british. Ce film ne peut que plaire au plus grand nombre. il se passe bien des choses, avec toujours cette note d’humour et les personnages qui avaient fait de cette série une des meilleures made in UK. Courrez-y, et laissez-vous entraîner dans ces tourbillons, avec le luxe surrané de ces années passées. UN VRAI COUP DE COEUR!

la bande annonce en VF:

et en VOST :

les extraits suivants : avec l’aimable autorisation  @ UNIVERSAL pictures / FOCUS FEATURES

 

Rating:

Un des opéras les plus célèbres du répertoire fait son retour à l’Opéra Bastille dans la mis en scène de Robert Wilson

Créé en 1993, cette mise en scène de Robert Wilson donne la place belle aux voix, avec de très beaux costumes japanisants signés Frida Parmeggiani.  Il faut avouer que cet opéra de Giacomo Puccini  a connu de grands succès sur la scène des maisons d’Opéra depuis 1904, date de sa création, notamment à Paris à Garnier en 1978 puis 1983. Le livret signé Luigi Illica, Giuseppe Giacosa d’après David Belasco, piece adaptée d’une nouvelle de John Luther Long nous emmène au Japon, où Pinkerton, ujn américain séjourne pour quelques temps. Il projette d’épouser Cio Cio San, plus pour le plaisir de la compagnie que pour du réellement long terme. Un mariage est arrangé. Le consul américain avertit toutefois qeu Cio Cio San prend l’histoire très au sérieux, et lui demande de ne pas briser le coeur et la vie de la jolie japonaise….

La musique est absolument magnifique que l’on a l’impression de connaître par coeur, et plus particulièrement le choeur à bouche fermée du second acte. Les vois, une fois encore sont superbes, et on ne voit rien à leur reprocher, de toute évidence. Ana Maria Martinez est une Cio Cio San remarquable. (Elle sera remplacée par  Dinara Alieva les  12, 26, 29 oct., 1, 6, 9 nov. Sa servante Susuki a les traits et la voix de Marie‑Nicole Lemieux (14, 19 sept., 30 oct., 2, 5, 6, 8, 9, 13 nov.) ou Eve‑Maud Hubeaux (9, 12, 19, 26, 29 oct., 1 nov.). Pinkerton est interprété par Giorgio Berrugi qui fait ses débuts à l’Opéra National de Paris,   en sept. 19, 30 oct., 2, 5, 8, 13 nov. ou par Dmytro Popov  les 12, 26, 29 oct., 1, 6, 9 nov. On retrouve aussi : Laurent Naouri,  Rodolphe Briand,  Tomasz Kumięga, Jeanne Ireland,Robert Pomakov, Jian-Hong Zhao, Chae‑Wook Lim, Hyoung‑Min Oh, Laura Agnoloni, Carole Colineau, Sylvie Delaunay

 

TOUTES LES PHOTOS : @Svetlana-Loboff

Profitez de cette belle série de représentatioins pour vous régaler de cette belle partition, dirigée de main de maître par Giacomo Sagripanti. La salle a ovationné comme il se doit les principaux protagonistes, et j’avoue avoir salué leur prestation avec un plaisir immense. Cela donne envie d’aller à l’Opéra, y découvrir de nouvelles oeuvres, de nouvelles mises en scène, de se ragaler d’Opéra.

REPRESENTATIONS : à 19h30 sauf le 1er novembre, à 14h30

jeudi 19 septembre 2019

mercredi 9 octobre 2019

samedi 12 octobre 2019

samedi 19 octobre 2019

samedi 26 octobre 2019

mardi 29 octobre 2019

mercredi 30 octobre 2019

vendredi 1er novembre 2019

samedi 2 novembre 2019

mardi 5 novembre 2019

mercredi 6 novembre 2019

vendredi 8 novembre 2019

samedi 9 novembre 2019

mercredi 13 novembre 2019

attention : Soirée réservée aux moins de 40 ans le 5 novembre 2019

TARIFS

145€ 120€ 105€ 90€ 80€ 65€ 50€ 40€ 35€ 15€ 5€

Excepté samedi 12 octobre et samedi 9 novembre 2019

160€ 132€ 116€ 99€ 88€ 72€ 55€ 44€ 39€ 15€ 5€

Excepté mardi 29 et mercredi 30 octobre 2019

131€ 108€ 95€ 81€ 72€ 59€ 45€ 36€ 32€ 15€ 5€

DURÉE

2h45 (avec 1 entracte)

Quelques extraits, avec l’aimable autorisation de L’Opéra National de Paris :

 

Lille va accueillir un festival musical d’un nouveau genre : le Transsibérien.

Le Festival Transsibérien Station Jeunesse est le premier arrêt européen d’un parcours lancé en 2014 à Novossibirsrk, par un des plus grands violonistes actuels : Vadim Repin, avce son ami Oleg Bely, ce derneir étant le directeur du Trans-Siberian Art Fesrtival, qui a déjà été au Japon,, aux Etats Unis et en Corée du sud. Des artistes de renommée mondiale s’y croisent. Et ce parcours va s’arrêter cette fois en Europe, en France et plus précisément à Lille, sous l’égide de Vadim Repin, Marina Bowers et Jean-Claude Casadesus. Ce festival qui se déroulera  dans la salle LE NOUVEAU SIECLE à Lille, va se dérouler sur 3 jours: 12 /13 et 14 décembre 2019.

JeanClaudeCasadesus.PIAS    photo:asappictures

VADIM REPIN ET JEAN-CLAUDE CASADESUS

3 jours de concerts et de masterclass, avec desn solistes de renommée mondiale, outre Vadim Repin au violon, Alexander Kniazev, violoncelle, Nicholas Angelich ,  et Andrei Korobeinikow, 2 pianistes, Jing Zhao, violoncelle…. Un programme bien complet où vous pourrez entendre des oeuvres de Sibelius, Brahms, Schumann, Tchaikowsky, Dvorak, Beethoven,  Choskatovitch parmi d’autres. Pluisieurs jeunes orchestres : Orchestre symphonique des jeunes de l’Oural, l’Orchestre des jeunes d’Ile de France, et le jeune orchestre du Hainaut- Cambrésis.

JeanClaudeCasadesus-PIAS
photo:UgoPonte

Vadim-Repin
photo:gela-megrelidze

Mais qui mieux qu’un grand maître , qui assure la direction artistique de ce festival, Jean-Claude Casadesus, pour en parler devant la caméra d’Onsortoupas.fr :

 

Entretien : @Guy Courthéoux / onsortoupas.fr

Réservation des places : FNAC et Office du Tourisme de Lille

Prix des places : Carré d’or : (sans distinction d’age) : 30€

Tarif normal : 20€

Jeunes (11/25) 15€

enfants (6/10) : 10€

gratuit pour les moins de 6 ans

Vadim-Repin
photo:gela-megrelidze

Rating:

Un des géants du théâtre et du cinéma, Michel Bouquet qui aura les traits de Maxime d’Aboville, qui va raconter ses débuts sur les planches  et quelques anecdotes de sa carrière au cinéma

1943. Fuyant une réalité qui l’opprime, le jeune Bouquet embrasse la vocation d’acteur comme on entre dans les ordres. Traversant un siècle déroutant émaillé de rencontres exaltantes – son premier employeur s’appelle Albert Camus – il sera au service des grands textes pour montrer l’homme à l’homme et lui révéler ses mystères.

Deux ou trois heures avant une représentation, Michel Bouquet est seul sur une scène devant le rideau de fer qui masque le décor. C’est un rituel de rester un moment là pour se recentrer, «sentir » la salle avant de rejoindre sa loge pour mettre son costume et se reposer.  Peut-être aussi pour lui rendre la tendresse, selon le mot de Jouvet – l’un de ses maîtres –, non en l’abreuvant de bons sentiments mais en le réconciliant avec la vérité de ce qu’il est . Dans une société qui englobe et nivelle, cette parole singulière, intuitive et souvent drôle, sonne comme un vibrant plaidoyer en faveur de la liberté intérieure, l’exigence personnelle et la restauration de l’individu.

Maxime d’Aboville nous fait vibrer, on a l’impression que Monsieur Michel Bouquet est sur la scène. Il conte, avec sérieux, avec humour, son entrée au théâtre, et des rencontres dans le 7ème art, comme celle de Claude Chabrol. Un très grand moment, et le public, qui ne se trompe jamais, fait une véritable ovation au comédien, qui partage celle-ci avec celui qui a donné son titre à ce spectacle. La mise en scène Damien BRICOTEAUX est sobre qui donne la part belle au texte et à son interprête!

J’avais fait la connaissance avec un interview de ce comédien hors pair pour LES JUMEAUX VENITIENS au Théâtre Hébertot, mais il a bien d’autres spectacles à son actif : comme The Servant mise en scène Thierry Harcourt, qui lui a valu la reconnaissance de la profession avec un Molière bien mérioté en 2015. On l’a aussi vu en Chaplin dans : Un Certain Charles Spencer Chaplin au théâtre Montparnasse, ans oublier ses propres oeuvres :Une leçon d’histoire de France France, parmi tous les spectacles qu’il a joués sur scène.

Une rencontre avec Maxime d’Aboville se devait d’être, faisons nous petit, et rentrons dans une loge du Théâtre de Poche Montparnasse…

 

Du mardi au samedi 19h00

Réservations :  01 45 44 50 21
Lundi, mardi, jeudi et vendredi de 14h à 18h00
Mercredi, samedi et dimanche de 11h à 18h00

Prix des places : de 10 à 40 €
Tarifs réduits à 30 jours sur les réservations
Une place achetée en plein tarif au guichet donne droit à une place à tarif réduit pour un autre spectacle (uniquement sur présentation du billet utilisé et dans la limite des places disponibles).
Formule d’abonnement :
Carte Pass en Poche 35 €, donnant accès au tarif Pass. Disponible sur demande au guichet du Théâtre

 

la bande annonce :

 

 

 

Rating:

Ils sont 5, ont entre 13 et 17 ans, ce sont les PETITES CANAILLES et ils sortent un album avec des titres mythiques des années 60.

 

Ces 5 là ont de très belles voix, et lors d’un show case, j’ai eu le plaisir de rencontrer 2 d’entre eux ( normal le canapé n’avait que 3 places! )

voici donc Carla et Hindy pour un entretien exclusif pour onsortoupas.fr

vous voulez connaître tous les titres sur ce CD :

 

Mais le mieux n’est-il pas de les écouter chanter en direct, devant une salle totalement conquise lors d’un show-case qui s’est déroulé il y a quelques jours. OnSortOuPas.fr y était et a filmé nombre de titres. Les voilà, régalez-vous

A tout seigneur, tout honneur  : ma préférée  qui est aussi celle d’hindy et Carla : Bang Bang ( autrefois créé en français par Sheila)

une version très douce de J’attendrai : ( en français par Claude François)

 

Deux titres ont été interprétés par Sylvie Vartan :

Le Locomotion

 

et DadouRon ron ( immense succés  pour Hallyday aussi)

 

Sans oublier Françoise Hardy : Comment te dire Adieu

Et Jacques Dutronc : Fais Pas Ci, Fais Pas Ca:

Autres canailles ( des vieilles canailles) :

Johnny Hallyday : Pour moi la vie va commencer,

 

puis Eddy Mitchell : Be bop a lula

autre star des sixties : Richard Anthony avec un tube immense : J’entends siffler le train :

Impossible de passer sous silence Christophe et ses Marionettes :

Il manque un titre en anglais que tout le monde connaît : Pretty Woman, créé par Roy Orbinson:

et un bonus final un medley :

TOUTES LES VIDEOS @ GUY COURTHEOUX POUR LE SITE  ONSORTOUPAS.FR, avec l’aimable autorisation de la production des petites Canailles. Toute reporduction interdite sans accord

 

 

Le CD avec 13 titres est actuellement disponible avec Lilian, Hindy ,  Carla, Madison et Ermonia

distribué par MCA / Universal

 

 

 

Rating:

Le premier épisode fut la plus grosse réussite du cinéma de genre , il fallait donc adapter la seconde partie d’un des meilleur, si ce n’est le meilleur et le plus terrifiant roman de Stephen King Voilà chose faite!

Le mal ressurgit à Derry dans le deuxième et dernier chapitre de ÇA réalisé par Andy Muschietti qui réunit les membres du ‘Club des Ratés’ pour un  retour aux sources. En effet on peut voir les héros jeunes, lorsqu’ils signent un pacte puis 27 ans plus tard. 27 ans après la victoire du ‘Club des Ratés’ sur Grippe-Sou. Mais le sinistre Clown est de retour pour semer la terreur dans les rues de Derry et la première scène du film avec aggression homophobe a de quoi faire frémir. Désormais adultes, les membres du Club ont tous, sauf un, quitté la petite ville pour faire leur vie. Cependant, lorsqu’on signale de nouvelles disparitions d’enfants, Mike, le seul du groupe à être demeuré sur place, demande aux autres de le rejoindre. Traumatisés par leur expérience du passé, ils doivent maîtriser leurs peurs les plus enfouies pour anéantir Grippe-Sou. Mais il leur d’abord faudra affronter le Clown, devenu plus dangereux que jamais…

ÇA 2 réunit James McAvoy, Jessica Chastain, Bill Hader, Isaiah Mustafa, Jay Ryan, James Ransone, et Andy Bean. On retrouvera sous les traits des membres du Club des Ratés : Jaeden Martell (Bill), Wyatt Oleff (Stanley), Jack Dylan Grazer (Eddie), Finn Wolfhard (Richie), Sophia Lillis (Beverly), Chosen Jacobs (Mike), et Jeremy Ray Taylor (Ben). Enfin, Bill Skarsgård campe de nouveau le mythique Clown Grippe-Sou. Stephen King en personne  sera un boutiquier bien spécial, et les fans pourront apprcécier une petite apparition de Xavier Dolan.

Andy Muschietti a signé la mise en scène sur un scénario de Gary Dauberman (ÇA, la saga ANNABELLE), d’après le roman de Stephen King, qui n’a pas ajouté de scène au scénario.

Il est bien rare que ce genre de production dépasse les 90 minutes, alors qu’ici on est proche des 3 heures et qu’on ne s’y ennuie pas. Les premières 30 minutes sont une prouesse, avant les retrouvailles des protagoniste et la dernière partie n’hésite pas à faire de grands pas vers l’épouvante sans que l’on soit trop éclaboussé d’hémoglobine. Certes, ceux qui ont lu et frémi  à CA eccrit par Stephen King en 1986 seront toujours effrayés, mais peut-être moins que ceux qui vont découvrir l’histoire pour la première fois. Les enfants, sages ou non, ne seront pas conviés à frémir toutefois, le film étant réservé aux plus de 12 ans.

Et surtout ne dites pas :  »Même pas peur », il y a de quoi faire peur trés souvent.

la bande annonce :

 

Rating:

Il y a des comédiens dont on se souvient, vu qu’ils nous ont tiré des larmes…de rires et c’est le cas de Sébastien Castro qui a écrit sa première pièce  J’AI ENVIE DE TOI.

Youssouf, trentenaire sans emploi, garde ponctuellement des personnes âgées chez lui. Ce soir, il doit s’occuper de Madame Brachet, 80 ans, qui a perdu l’usage de la parole et de ses membres depuis que son mari est mort d’une crise cardiaque. Sa fille, Sabine, qui s’en occupe à plein temps, va la lui emmener le temps d’un dîner au restaurant avec sa meilleure amie.  Dans l’appartement contigu, Guillaume vient d’emménager. Il a invité Julie, une fille canon avec qui il espère bien passer un très bon moment. Mais Youssouf , son voisin, fair irruption chez lui, en passant par le placerd qui sépare les 2 appartements. Ayant été en guerre pendant des années avec ses anciens voisins, Youssouf souhaite profiter de l’arrivée de Guillaume pour récupérer le placard de celui-ci dont il prétend être le propriétaire légal, plan de l’immeuble à l’appui. Déconcerté par la présence de Youssouf et par le manque d’intimité qui règne désormais entre les deux
appartements, Guillaume se trompe de destinataire en envoyant un texto. Et Christelle, son ex, reçoit « J’ai envie de toi »… un message destiné à Julie. Christelle, qui n’attendait que ça pour reprendre contact, est déjà en route ! Julie aussi. Guillaume a besoin d’aide. Par chance, Youssouf ne demande qu’à se rendre utile… En fait est-ce par chance ou pour son malheur? Vous le comprendrez en voyant la pièce.

90 minutes de bonheur total. On rit de bout en bout avec cette joyeuse bande de comédiens, Maud Le Guénédal, Guillaume Clérice, Anne-Dophie Germanaz, Astrid Roos et Alexandre Jérôme, dirigés avec une efficacité totale par José Paul.

Pluôt que s’attarder sur les détails, le mieux est de rencontrer l’auteur, comédien, qui joue Youssouf : Sébastien Castro.

Pour une première écriture, c’est une pure réussite et il y a fort à parier que J’AI ENVIE DE TOI, va rester très longtemps à l’affiche du Théâtre Fontaine. Le public ne s’y trompe pas, lorsque je suis venu, les rires fusaient de toute la salle qui a fait un véritable triomphe à toute la troupe. Si vous voulez vraiment rire, c’est évident que c’est au théâtre Fontaine qu’il vous faut réserver au plus vite

 

REPRÉSENTATIONS
1h30 sans entracte.
Jusqu’au dimanche 5 janvier 2020. (Prologations possibles)
Du mardi au vendredi à 21h00.
Samedi à 16h30 et 21h00, dimanche à 16h00.
Séance supplémentaire exceptionnelle : mardi 5 novembre à 15h00.
Réveillon de Noël : mardi 24 décembre 20h00 (pas de représentation le 25 décembre).
Réveillon de la St Sylvestre : mardi 31 décembre 16h30 et 21h00 (pas de représentation le 1er janvier).

LOCATIONS
Sur place : au guichet du théâtre, du lundi au dimanche de 11h00 à 18h00 (coupure de 13h00 à 14h00 lundi et mardi).
Par téléphone : au 01 48 74 74 40 du lundi au dimanche de 11h00 à 18h00

TARIFS DE LANCEMENT
Valables jusqu’au 29 septembre inclus :
Catégorie 1 : 30€
Catégorie 2 : 20€
Catégorie 3 : 10€
PLEIN TARIF
À partir du 1er octobre :
Catégorie 1 : 40€
Catégorie 2 : 30€
Catégorie 3 : 20€

 

 

Rating:

Acclamé lors de sa présentation au dernier festival de Cannes, MA VIE AVEC JOHN F. DONOVAN  est le nouveau film de Xavier Dolan.

Tous ceux, et ils sont nombreux, qui aiment Games of Throne, vont avoir le plaisr de retrouver Kit Harrington en tête d’affiche de ce film. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que nous sommes ici aux antipodes de la fameuse série. Dix ans après la mort d’une vedette de la télévision américaine, un jeune acteur se remémore la correspondance jadis entretenue avec cet homme, de même que l’impact que ces lettres ont eu sur leurs vies respectives. C’est lors d’une interview que le jeune garçon, devenu acteur depuis, va se dévoiler et raconter cette histoire de correspondance. Celui qui est ce jeune acteur a les traits de Ben Schnetzer, et que l’on voit aussi lorsqu’il était plus jeune ( interprété par Jacob Tremblay). Kit Harrington est John F. Donovan. Vous avez plus d’une satr au générique de ce film : Natalie Portman, Kathy Bates, Suzan Sarrandon. En 2 heures, on revit la correspondance entre ce jeune anglais et cette vedette de télé américaine, correspondance qui a bien des répercutions sur la vie des protagonistes.

Xavier Dolan poursuit sa carrière de cinéaste, sans se mettre en scène cette fois où il va se contenter de rester derrière la caméra. Et ce film est une véritable réussite.

Le film vient de sortir en Bluray TF1  avec les spécificités suivantes :

Image : 16/9 2.39:1 Widescreen
Audio : Français et Anglais DTS-HD Master Audio 5.1
Sous-titres : sourds et malentendants
Durée du film 2H03

En bonus : scène coupées et making of

 

Le film annonce :

 

Rating:

Un opéra peu connu et pourtant une des meilleures soirées pour les mélomanes avec la voix extraordinaire de’Elsa Dreisig.

L’action se déroule près de Plymouth, en Angleterre, à l’époque de la guerre civile qui oppose les Puritains – républicains et partisans d’Oliver Cromwell – et les Cavaliers – fidèles à la royauté et aux Stuart. La fille de Lord Walton, Elvira, est éprise d’Arturo, un Cavalier fidèle aux Stuart, mais son père l’a promise à Riccardo Forth, allié comme lui de Cromwell.. Giorgio, l’oncle d’Elvira, annonce à la jeune fille qu’il a intercédé en sa faveur auprès de son frère pour qu’elle puisse épouser Arturo, qui se jette dans les bras de sa bien-aimée. Cependant, Lord Walton s’apprête à conduire une mystérieuse prisonnière qui s’avère être la reine Henriette, veuve de Charles Ier et condamnée à mort. Il jure de la sauver… Elvira essaie son voile nuptial sur la prisonnière ce qui suggère à Arturo l’idée d’utiliser ce déguisement pour délivrer la reine. Dans leur fuite, ils rencontrent Riccardo qui reconnaît la fugitive mais la laisse s’enfuir avec Arturo, voyant là un moyen de conquérir Elvira. Cette dernière, se croyant trahie, sent la raison lui échapper…

Pour ceux qui, comme moi adorent la présence de cheours dans une oeuvre lyrique, sachez qu’ils sont ici omniprésents, et que c’est un régal tant pour les oreilles que pour les yeux, avec des costume signés Chantal Thomas. Les choeurs sont dirigés de main de maître par José Luis Basso, alors que l’orchestre est mené par Riccardo Frizza, avec un mise en scène de Laurent Pelly. Bien que les airs ne soient pas aussi connus que ceux des opéras les plus célèbres du répertoire, on se délecte de chaque instant avec des interprêtes vraiment excellents : LUC BERTIN-HUGAULT Basse – Lord Gualtiero Valton, NICOLAS TESTÉ Basse – Sir Giorgio, JAVIER CAMARENA Ténor – Lord Arturo en alternance avec  FRANCESCO DEMURO les (10, 17 sept., 2, 5 oct.), IGOR GOLOVATENKO Baryton – Sir Riccardo Forth, JEAN-FRANÇOIS MARRAS Ténor – Sir Bruno Roberton, GEMMA NÍ BHRIAIN Mezzo-soprano – Enrichetta di Francia. Tous ont des voix puissantes et méritent force louanges; toutefois, on est ébloui par la soprano : Elsa Dreizig.

De nationalité franco-danoise, Elsa Dreisig fait ses études au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris et à la Hochschule für Musik de Leipzig. En 2016, elle remporte le Premier Prix féminin au prestigieux concours Operalia-Plácido   Domingo, et fera ses débuts parisiens dans LA FLUTE ENCHANTEE. Elle retrouve l’Opéra national de Paris en 2018 (Lauretta dans Gianni Schicchi) et 2019 (Zerlina de Don Giovanni) et fait par ailleurs ses débuts dans le rôle-titre de Manon (nouvelle production) à l’Opéra de Zürich en 2019. On devrait la retrouver en Gilda (Rigoletto) à l’Opéra national de Paris, Musetta (La Bohème), Natasha (Violetter Schnee de Beat Furrer), Dircé (Medea), Fiordiligi (Così fan tutte) et Pamina au Staatsoper de Berlin.

 

TOUTES LES PHOTOS : Sebastien Mathe, Opéra national de Paris

 

Réeprésentations :

samedi 7 septembre 2019

mardi 10 septembre 2019

vendredi 13 septembre 2019

mardi 17 septembre 2019

vendredi 20 septembre 2019

mercredi 25 septembre 2019

dimanche 29 septembre 2019

mercredi 2 octobre 2019

samedi 5 octobre 2019

 

TARIFS

145€  120€  105€  90€  80€  65€  50€  40€  35€  15€  5€

Excepté mardi 10 et mardi 17 septembre 2019 :

131€  108€  95€  81€  72€  59€  45€  36€  32€  15€  5€

Excepté samedi 5 octobre 2019:

160€  132€  116€  99€  88€  72€  55€  44€  39€  15€  5€

Quelques extraits marquants de cet Opéra, avec l’aimable autorisation de l »Opéra national de Paris: