Rating:

Le premier épisode était réussi, celui-la surpasse le premier en drôlerie et c’est du spectacle totalement déjanté!

Pourquoi raconter le film? il suffit d’en donner les lignes directrices. Les gardiens se retrouvent pourchassés pour avoir dérobé quelques objets de valeur avant de s’enfuir d’une planète où vivent des personnes à la peau dorée. Lors de cette poursuite ils vont se trouver face au géniteur de  Star Lord (Chris Pratt) , un homme ultra mégalo (Kurt Russell) qui domine une planète à lui seul, où il n’y a qu’une seule personne : Pom Klimentieff, qui semble être sous ses ordres. Voilà pour le canevas, avec cela les studios Marvel ont choisi James Gunn comme réalisateur qui était déjà au même poste pour le premier épisode. On retrouve les personnages farfelus du premier film : Gamora (Zoe Saldana), Drax (Dave Battista), Bébé Groot ( avec dans la version originale la voix de Vin Diesel), Rocket (avec la voix de Bradley Cooper en version originale), Youndu (Michael Rooker), ainsi que l’apparition de Sylvester Stallone et Karen Gillan, Elisabeth Debicki, Chris Sullivan, Sean Gunn. A noter qu’une actrice française est au générique, la belle Pom Klimentieff.

Le film s’ouvre sur une séquence épique, qui nous replonge dans cet univers unique, et qui donne le ton. Et le film se poursuit sur cette voie. D’ailleurs c’est sans surprise que l’on nous promet, à la manière des James Bond : Les Gardiens de la Galaxie reviendront! avec des moments de drôlerie jusqu’à la toute dernière image. Ne manquez donc surtout pas le générique final, bourré de surprises.

Inutile de préciser que j’ai adoré, je me suis marré de bout en bout, les effets spéciaux sont formidables, les images de toute beauté, et Baby Groot  est drolissime, tout comme Rocket.

Bref, rien à jeter, c’est du blockbuster avant l’été, et sans nul doute ce film va « casser la baraque » au box office dans le monde entier.

Ne cherchez pas , on n’est pas dans le film intello, on se laisse bercer par ce film où l’action est importante, et où on se régale, comme devant le meilleur dessert au monde!

Le film annonce :

 

Rating:

Une belle franchise, qui en est à son 8ème opus, et on nous promets encore deux  épisodes de plus avant que la saga ne se termine!

Les fous de bolides seront, une fois de plus aux anges. Les courses poursuites sont toujours aussi intenses, dont deux particulièrement spectaculaires. La première en début de film qui se déroule à Cuba, et qui a été entièrement tournée la bas!. Et une autre en Arctique qui est vraiment le clou du film. Dom (Vin Diesel) et Letty Michelle Rodriguez) sont mariés, Brian et Mia se sont rangés, et le reste de l’équipe se la coule douce, vu qu’ils ont été amnistiés. Mais une anarchiste pour le moins dangereuse ( Charlyze Theron) va bousculer tout l’ordre établi, qui va obliger Dom à passer du mauvais côté et qui devra se battre contre toute son équipe, Letty y compris. L’équipe sera dirigée par Hobbs (Dwayne Johnson), avec, à ses côtés Ronan (Tyrese gibson) et Tej (Chris Ludacris Bridges). Deckerd Shaw (Jason Statham) va-t-il les combattre? Kurt Russel (Mr Nobody) et son nouvel assistant Mr Small Nobody (Scott Eastwood) vont être derrière cette équipe de choc. A cette belle distribution, ajoutons une belle apparition d’Hellen Mirren et surtout un bébé qui en verra de toutes les couleurs, , qui possède un charme fou, et qui en fera rire plus d’un.

On ne tergiverse pas. On sait qu’on va voir Fast & Furious, donc on ne vient pas ici pour s’ennuyer ferme. Ce n’est pas du cinéma d’art et d’essai, on est en plein blockbuster, et on en voit de toutes les couleurs sans une seule seconde de répit. C’est du grand spectacle! Ce 8ème volet débute une série de 3 films qui termineront les aventures des fous de belles voitures aux cylindrées ultra puissantes. C’est F. Gary Gray qui prend cette fois les manettes de ce 8ème épisode de Fast & Furious, et il ne décevra personne. Certes j’ai un faible pour ce genre de productions, mais je ne vais pas bouder mon plaisir pour faire à quelques intellos. J’aime et je le dis!

 

Et je suis convaincu que nombre d’entre vous serez de mon avis! 2 heures et quart de ce genre de films qui vous fait oublier tous vos soucis, petits problèmes et autres . En outre on dit souvent qu’un très bon méchant fait toujours un excellent film. La méchante, en l’occurrence est extraordinaire. Charlize Theron est éblouissante! J’attends déjà le 9ème volet avec impatience!

le film annonce en VF:

 

Rating:

Première représentation le samedi 8 Avril pour le 15ème Olympia de Frédéric François qui fête quand même ses 45 ans de carrière, avec des dizaines de tubes!

Découvrez ce spectacle vous aussi. Frédéric François continue sa tournée. Tous les détails et une vidéo interview exclusive en suivant ce lien : http://www.onsortoupas.fr/frederic-francois-son-15eme-olympia-sa-tournee-2017-interview-en-exclusivite/

Le public ne s’y trompe pas qui l’adore :

Toutes les photos : @ Guy Courthéoux exclusivité pour ONSORTOUPAS.FR

Rating:

Ne craignez rien, les zombies sont sur scène, et n’attaquent pas (pas encore?) les spectateurs!

Paris, de nos jours, les zombies attaquent sans prévenir. Il y en a partout, et les rares survivants doivent s’organiser pour ne pas se transformer à leur tour. Parmi les survivants: un fan de films de zombies, La Smoule, Kahina, une jeune ado qui est réfugiées dans la cave / réserve de son épicier de père, Karen qui a trouvé sa fille en train d’ingurgiter son compagnon, le professeur Vallet, une scientifique un peu dérangée, et son aide, Jacques, qui est en fait un agent de sécurité dans l’hôpital où elle travaille. Tous ces personnages évoluent, et se débattent pour que l’espèce humaine ne soit pas éradiquée de Paris.

C’est la première pièce de théâtre à traiter de ce sujet, revenu très à la mode avec des séries comme Walking Dead, qui en est à sa 7ème saison, dont les 6 premières ont déjà rencontré un énorme succès en BluRay. Ecrite par Denis Baronnet et Ronan Yvon, et mise en scène par Frédéric Thibault, , Alimentation Générale est une des meilleures surprises de ce début d’année. Certes, si vous êtes allergique au genre, vous pourriez être un peu récalcitrant. Mais l’humour constant, dans les dialogues et les situations vous aideront à passer une bonne soirée. Quant aux autres, dont je suis, alors aucun bémol. On rit, on est effrayé, on admire les maquillages, les situations cocasses, et on passe vraiment une soirée mémorable.

Il faut dire que les 6 comédiens se donnent à fond, qui ne se contentent pas tous d’un seul rôle. On recycle un peu les rôles disparus en de nouveaux rôles et c’est incroyable, mais on marche à fond. Philippe Bérodot, Arianne Brousse, Martin Darondot, Nathalie Mann, Ariane Mourier, Ghita Serraj, tous sont excellents et s’en donnent visiblement à coeur joie. La direction du théâtre des Béliers parisiens a vraiment trouvé un, nouveau filon, qui devrait amener de nouveaux amateurs vers les salles de théâtre. C’est intelligent, drôle, c’est un changement dans nos habitudes, et franchement lorsque j’ai vu cette pièce, la salle était conquise. Remuez-vous les tripes, et venez donc dans ce joli petit théâtre, vous devriez être conquis.

ALIMENTATION GÉNÉRALE, c’est du mardi au samedi à 21h00, et le dimanche à 17h00, au théâtre des Béliers Parisiens, 14 bis sur Sainte Isaure dans le 18ème

Le spectacle est réservé aux plus de 16 ans!

Réservations au 01 42 62 35 00: Tarif: prix normal : 32€ habitants du 18ème : 18€, et moins de 26 ans : 10€ en fonction des disponibilités.

 

 

Un des plus gros vendeurs de disques en France, un homme remarquable de professionnalisme et de gentillesse , voilà Frédéric François!

J’avais déjà rencontré Frédéric François il y a quelques années pour un passage à l’Olympia. En 2017, il fête son 15ème passage dans la salle Mythique du Boulevard des Capucines. Une tournée qui a débuté il y a quelques semaines, et qui se poursuit après son passage parisien:

– 29/04/17 : Bruxelles – Forest National
– 12/05/17 : Strasbourg – Palais de la Musique et des Congrès
– 13/05/17 : Metz – Les Arènes
– 14/05/17 : Dijon – Zénith
– 19/05/17 : Sochaux – La MALS
– 20/05/17 : Port sur Saone – Saonexpo
– 27/05/17 : Beyrouth (Liban) – Salle Platea
– 17/06/17 : Saint Dizier – Les Fuseaux
– 18/06/17 : Remiremont – Palais des Congrès
– 23/06/17 : Sisteron – La Citadelle – Théâtre en plein air
– 24/06/17 : Loriol – Le Gymnase
– 30/06/17 : Grenoble – Summum
– 01/10/17 : Saint-Etienne – Zénith
– 07/10/17 : Nice – Acropolis – Salle Apollon
– 08/10/17 : Marseile – Le Silo
– 21/10/17 : Lille – Zénith
– 22/10/17 : Longuenesse / Saint Omer – Scénéo
– 27/10/17 : Chalon sur Saone – Salle Marcel Sembat
– 28/10/17 : Pontarlier – Espace René Pourny
– 29/10/17 : Autun – Parc Eduen
– 18/11/17 : Amiens – Zénith

D’autres dates peuvent se rajouter.

45 ans de carrière , des millions de disques vendus, des tubes qui se sont enchaînés depuis le début des années 70. C’est le moment que nous avons choisi pour parler avec ce chanteur, qui mérite bien des éloges, entre autres celui de la FIDÉLITÉ, et de la gentillesse. Cet entretien exclusif a été réalisé avant son passage à l’Olympia:

@ Guy Courthéoux / onsortoupas.fr

 

et la photo souvenir (@ Claude Laplace/onsortoupas.fr):

LES MOLIERES, LES NOMINATIONS ET LES CHOIX D’ONSORTOUPAS!

29ème nuit des Molières, ce sera le lundi 29 Mai sur France 2

Les trois dernières éditions orchestrées par Mr Jean-Marc Dumontet ont connu un franc succès, et le maître de cérémonie sera à nouveau Nicolas Bedos. Lé cérémonie sera filmée quelques jours auparavant aux Folies Bergère. Voici donc la liste des nominations, avec le choix d’Onsortoupas, en rouge.

Molière du Théâtre Privé: 

Bigre au Théâtre Tristan Bernard

Edmond au Théâtre du Palais Royal

La Garçonnière au Théâtre de Paris

Les Femmes Savantes au Théâtre de la Porte St Martin

Molière du Théâtre public:

Karamazov

La grenouille avait raison

Les Damnés

Les enfants du silence

Molière de la Comédie:

Bigre

Edmond

La Garçonnière

Silence on tourne

Molière de la Création visuelle:

Edmond

La Garçonnière     difficile de faire mon choix entre ces deux superbes spectacles

La grenouille avait raison

Les Damnés

Molière du meilleur spectacle musical:

Ivo Livi ou le destin d’Yves Montand

LesSea Girls

Oliver Twist le musical

Traviata

Molière de l’humour:

Dany Boon

François Xavier Demaison

Gaspard Proust

Vincent Dedienne

Molière du jeune public:

Dormir 100 ans

L’après midi d’un foehn

Le bossu de Notre Dame

Les Fourberies de Scapin

Molière du Seul(e) en scène:

L’asticot de Shakespeare (Clémence Massart)

L’esprit de contradiction (Camille Chamoux)

Réparer les vivants (Emmanuel Noblet)

Venise n’est pas en Italie (Thomas Solivérès)

Molière du Meilleur Comédien dans un spectacle privé:

Pierre Arditi (Le cas Sneijder)

Jean-Pierre Bacri ( Les Femmes Savantes)

Jean-Pierre Bouvier (La version Browning)

Guillaume de Tonquédec (La Garçonnière)

 

Molière du  comédien dans un spectacle du Théâtre public:

Patrick Catalifo (Timon d’Athènes)

Philippe Caubère (Bac 68)

Laurent Natrella (Les Enfants du silence)

Denis Podalydès (Les Damnes)

Molière de La Comédienne dans un spectacle de Théâtre privé:

Béatrice Agenin (La Louve)

Catherine Arditi (Ensemble)

Clémentine Célarié (Darius)

Christiana Réali (M’man)

Molière de la comédienne dans un spectacle public:

Romane Bohringer (La Cantatrice Chauve)

Isabelle Carré (Honneur à notre élue)

Françoise Gillard (Les Enfants du Silence)

Elsa Lepoivre (Les Damnés)

Molière du meilleur comédien dans un second rôle:

Jean-Paul Bordes (Vient de Paraître)

Jacques Fontanel (La Garçonnière)

Pierre Forrest (Edmond)

Gilles Privat (Le temps et la chambre)

Patrick Raynal (La Louve)

Didier Sandre (Les Damnés)

Molière de la Comédienne dans un second rôle:

Evelyne Buyle (Les Femmes Savantes)

Ludivine de Chastenet (Politiquement correct)

Anne Loiret (Avant de s’envoler)

Josiane Stoleru (Bella Figura)

Dominique Valadié (Le Temps de la Chambre)

Florence Viala (Le Petit Maître Corrigé)

Molière de la Révélation Masculine:

Fabio Mara (Ensemble)

Christophe Montenez (Les Damnés)

Mathieu Sampeur (La Mouette)

Guillaume Sentou ( Edmond)

Molière de la révélation Féminine:

Anna Cervinka (Les Enfants du Silence)

Hélène Degy (La Peur)

Delphine Depardieu (Le Dernier Baiser de Mozart)

Mélodie Richard (La Mouette)

Molière de l’auteur francophone vivant:

Nasser Djemaï (Vertiges)

Salomé Lelouch (Politiquement correct )

Alexis Michalik (Edmond)

Marie Ndiaye ( Honneur à notre élue)

Pierre Notte (C’est Noël, tant pis)

Gérard Watkins (Scènes de violences conjugales)

Molière du Metteur en Scène d’un spectacle de Théâtre privé:

Pierre Guilloius (Bigre)

Catherine Hiegel (Les Femmes savantes)

Alexis Michalik (Edmond)

José Paul (La Garçonnière)

Molière du Metteur en Scène d’un spectacle de Théâtre public:

Jean Ballorini (Karamazov)

Julien Gosselin ( 2666)

James Thierrée (La Grenouille avait Raison)

Ivo Van Hove ( Les Damnés)

 

Résultats sur France 2 le 29 Mai

 

Rating:

On se demande souvent ce que peuvent se dire deux présidents lorsque l’un remet les clefs de l’Elysée à l’autre, et qu’ils sont ennemis politiques…

Voilà une pièce qui est en pleine actualité. Que peuvent donc se dire deux présidents, l’ancien et le nouveau lors de la passation de pouvoir. Christophe Mory, l’auteur, a imaginé que ces deux adversaires politiques, dont on ne connaîtra jamais l’opinion politique, se retrouvent dans le bureau du président, et on voit toutes les roublardises  du pouvoir. La pièce se déroule  en mai à l’Élysée après l’élection présidentielle : un battu, un vainqueur; de la dignité mais la bagarre n’est pas finie… Vainqueur et vaincu se sentent désormais inscrits dans l’Histoire et mesurent leurs paroles. Pourtant le naturel revient au galop quand l’amertume de la défaite de l’un sécrète des petites vengeances ; quand la victoire de l’autre encourage un sentiment de puissance. Avant de sortir ils attendent leurs épouses qui prennent leur temps. Sont-ils surveillés ? Qui les observe ? Et pendant ce temps, le monde tourne : Washington appelle, Israël se signale et les coups bas entre eux vont pleuvoir. Acte suivant : Cinq ans plus tard, la situation est inversée . Les deux hommes connaissent parfaitement le fonctionnement du palais mais la passation de pouvoir n’en sera pas écourtée pour autant : ils mâchent leurs mots comme leurs ressentiments.

Deux comédiens sur scène qui jouent sobrement, comme il se doit dans les circonstances . Eric Laugérias, le nouvel élu, et Pierre Santini, le premier perdant , sont dirigés par Alain Sachs dans cette comédie quand même bien sérieuse. Les bons mots fusent, tout autant que les vacheries qu’ils s’envoient. Certes on en a quelque peu raz le bol de ces élections qui s’annoncent, mais vu comme cela, le contexte actuel ressemble encore plus à de la fiction,  comparé à ce que la pièce à l’affiche aux Feux de la Rampe nous offre.

La passation, c’est Au Théâtre Les Feux De la Rampe, rue Richer, juste à côté des Folies Bergère.

Du mardi au samedi à 19h30 jusqu’au 19 Mai. Durée : environ 1h20

Places 24, 28 et 33 €

Réservations : 01 42 46 26 19  ou : http://www.theatre-lesfeuxdelarampe.com/spectacle/la-passation/

Toutes les photos : @ LOT

Rating:

Une comédie avec du suspense, des personnages intrigants, et surtout d’excellents comédiens, voilà le programme de Piège Mortel

Quand un auteur dramatique, Sidney Brown (Nicolas Briançon) qui a connu d’énormes succès , qu’il manque d’inspiration depuis quelques temps, que peut-il se passer lorsqu’il reçoit un très bon manuscrit, que lui a envoyé un admirateur qui se trouve être un de ses anciens élèves. Le titre de la pièce qu’il reçoit : Piège Mortel. Le jeune auteur, Clifford (Cyril Garnier)lui dit qu’il est le seul récipiendaire de cet envoi, que personne n’a lu. Il en parle à sa femme Myra (Virginie Lemoine), et lui laisse entendre qu’il tuerait pour un tel chef d’oeuvre! Ajoutons au tableau une voisine medium Helga (Marie Vincent), et Pierre (Damien Gadja), et vous allez obtenir un cocktail détonnant.

Tiré d’une pièce d’Ira Levin, adaptée en français par Gérald Sibleyras, Piège Mortel bénéficie d’une mise en scène moderne et très intelligente d’Eric Métayer. Les coups de théâtre se succèdent, et s’il est bien quelque chose à ne pas faire c’est de vous dévoiler les tenants et aboutissants. La pièce avait donné naissance à un film en 1982, signé Sidney Lumet, avec Michael Caine et Christopher Reeves.

Cette pièce mérite vraiment le détour, tant pour le suspense que pour les comédiens qui, visiblement, sont heureux de tenir une telle pièce. Le public ne s’y trompe pas qui applaudit à tout rompre, et c’est amplement mérité.

 

Toutes les photos : @ LOT

Piège Mortel , c’est au théâtre La Bruyère, du mardi au samedi à 21h00 avec matinée le samedi à 15h30
Prix des places : de 22 à 38 € ( moins de 26 ans : 10€ ( plus frais de réservation)

Renseignements et Réservations : 01 48 74 76 99 et au guichet du théâtre du lundi au samedi de 11h00 à 19h00.

 

La Bande annonce :

 

Rating:

Dire de cette pièce qu’elle est belle ne suffit pas, c’est une pièce qui vous touche au coeur, un appel, un hymne à la tolérance!


Un banc et un Réverbère.Sur le banc, Joseph (Michel Jonasz) , un vieux juif solitaire. Soudain, des halos de gyrophare…. contrôle d’identité d’Haïssa (Samy Seghir) , un jeune rebeu : «Tu descends de ta voiture et tu sors tes papiers !!!!!! », « Mais j’ai rien fait, M’sieur »… Ça dégénère, un malentendu, une bousculade, un coup de feu… A vingt ans, Haïssa meurt sur le coup, le 19 février 2017. Une porte s’ouvre lourdement…. Haïssa entre en scène et tombe sur Joseph, tué le 16 juillet 1942, jour de la rafle du Vel d’Hiv. La porte se referme. Ce sont deux fantômes ! Sur leur banc, Joseph et Haïssa voient la vie de la rue Papillon se dérouler devant eux. , ce sont des fantômes quasi vivants!. Ils se racontent… En dépit de la différence de génération et de culture leurs difficultés se ressemblent : pour l’un, l’occupation allemande ; pour l’autre, les brimades en 2017.

« Les fantômes de la rue Papillon » évoque, grâce à une facture très moderne (lumières, son, vidéo), la nécessité de rester vigilants face à toute forme d’exclusion, de racisme et d’antisémitisme . La pièce est signée Dominique Coubes qui en assure aussi la mise en scène. Deux comédiens seulement, mais quelle classe! On savait que Monsieur Michel Jonasz était un excellent comédien, même si la majorité  le connaît surtout par disques interposés. Ici il est d’une justesse de ton incroyable, qui ne tire pas la couverture, bien au contraire, qui laisse la place à un jeune comédien absolument remarquable, Samy Seghir, qui a quand même une dizaine de films à son actif, alors qu’il n’a que 22 ans, films parmi lesquels : Neuilly Sa Mère , ou A Toute Epreuve. Sa voix bien posée, son côté canaillou, mais de bonne éducation face à un grand comédien, donne l’impression que le rôle a été écrit pour lui, avec une innocence, un dynamisme, une certaine roublardise qui font que le spectateur se régale de bout en bout. Impossible de passer sous silence une apparition filmée de Judith Magre qui est vraiment émouvante.

Le texte et la mise en scène méritent tout autant d’éloges. C’est un grand moment de théâtre que vous pourrez voir au Théâtre du Gymnase Marie Bell
38, boulevard de Bonne Nouvelle    75010 Paris

Représentations du mardi au samedi à 20.00 et le dimanche à 18h00. Durée du spectacle : environ 1h25.

Réservations : 01 42 46 79 79   ou www.theatredugymnase.com

 

 

 

 

 

Rating:

Le conte de Jeanne-Marie Leprince de Beaumont a connu de nombreuses adaptations au cinéma, comme celle de Jean Cocteau en 1946, ou le film d’animation des studios Disney en 1991. En voilà une nouvelle, plus que réussie, avec, entre autres, Emma Watson.

Tout le monde connaît l’histoire de Belle (Emma Watson), qui part à la recherche de son père (Kevin Kline), prisonnier dans un château où vit une étrange créature, la Bête (Dan Stevens). Elle échangera sa place avec celle de son père. Mais ce qu’elle ne sait pas encore, c’est que la Bête peut retrouver son allure humaine si quelqu’un tombe amoureux d’elle avant qu’une rose ne perde sa dernière pétale. Ajoutons maintenant les personnages qui donnent toute la magie au film: Gaston (Luke Evans) qui voudrait épouser Belle, son meilleur ami, Lefou (Josh Gad), et surtout Lumière (Ewan McGregor),  Big Ben (Ian McKellen), Madame Samovar et son fils Zip (Emma Thomson et Nathan Mack), Madame de GardeRobe (Audra McDonald),  Maestro Cadenza (Stanley Tucci), Plumette (Gugu Mbatha-Raw), sans oublier un jeune acteur français que l’on avait vu dans l’adaptation française en musical de La Belle et La Bête sur la scène de Mogador, où il était Gaston : Alexis Loizon, qui fut aussi Aladin dans le musical Aladin, Faites un Voeu, et qui est un des compagnons d’infortune de Gaston dans cette nouvelle adaptation signée Bill Condon. Cette version est très proche de celle du film d’animation de Gary Trousdale et Kirk Wise, où on retrouve tous les objets qui parlent, bougent et les titres musicaux les plus célèbres dans une version nouvelle, et plus particulièrement : C’est la fête / Be My Guest ou encore : Something  There, Beauty and the Beast. On se souvient que la chanson du générique final du film d’animation était interprétée par Céline Dion, que l’on retrouve aussi, mais dans une nouvelle chanson et toujours au générique  final.

Belle (Emma Watson) .

Emma Watson , Belle et Kevin Kline  Maurice,

Gaston (Luke Evans)

Gaston (Luke Evans) et Belle (Emma Watson)

Luke Evans , Gaston et Josh Gad  LeFou,

Maintenant pourquoi ce film est-il mieux qu’une réussite et qu’il frise la perfection, Tout simplement parce que le réalisateur a compris l’importance de tous les personnages, ne se concentrant pas uniquement sur les deux protagonistes du titre. Tout cela est superbe, plein d’humour avec des effets spéciaux tellement incroyables que pas une seconde on ne pense: mais ce ne sont que des objets. On retrouve le charme du film d’animation mais avec une force décuplée. Je ne trouve pas le plus petit détail qui choquerait. J’avais lu que pour la première fois une production Disney montrait un personnage gay, et j’en ris encore, les allusions étant tellement infimes que seuls les plus avertis s’en rendront compte. Et encore en y prenant bien attention. Les enfants n’y verront que du feu tellement c’est peu visible. Quoi qu’il en soit, vous ressortirez du film avec du bonheur plein les yeux, avec une seule envie: y retourner au plus vite. Et le public de par le monde s’en est vite rendu compte. Le film a encaissé plus de 170 millions de dollars uniquement sur le sol américain et 350 millions dans la totalité des pays où il est sorti…et ce, en trois jours d’exploitation uniquement. Il y a fort à parier que La Belle et la Bête va être un des plus gros succès de cette année cinématographique, et c’est amplement mérité!

La Bête (Dan Stevens)

Big Ben, Madame Samovar, Lumière, Plumette

Le film sort en version 3D et 2D, je vous conseille des salles avec son Dolby Atmos, comme le Pathé Beaugrenelle à Paris, avec une image extraordinaire.

la film annonce: