Rating:

Il est très rare que je trempe ma plume dans du venin, mais là je ne peux pas m’en empêcher.

Je sors d’une projection de ce film, pourtant vu dans d’excellentes conditions, et je dois avouer que j’ai ressenti un malaise pendant toute la durée du film. L’histoire d’Act Up au début des années 90, lorsque certains laboratoires pharmaceutiques ne pouvaient pas ( ne voulaient pas?) mettre en vente certains produits destinés à aider les malades su Sida. Plus de deux heures pour nous raconter avec force voyeurisme les faits et gestes de cette association, à l’époque du scandale du sang contaminé. La première demi heure est déjà une épreuve pour les spectateurs, où on assiste à des réunions sans fin dans les locaux d’Act Up. Ces dialogues auraient pu être résumés, qui sont d’un ennui mortel. Le film débute vraiment avec les premiers actes extérieurs, distribution de préservatifs dans des lycées, visite inamicale dans les locaux du laboratoire . Les personnages centraux, Sean  (Nahuel Perez Biscayart)  et Nathan (Arnaud Valois) vont prendre de l’importance lorsqu’ils vont vivre ensemble, vivre une belle histoire d’amour. Mais vu que le Sida est le sujet principal du film, on se doute que le bonheur ne sera que de courte durée. Certains spectateurs pourront être choqués par les scènes d’intimité, mais franchement il n’y a pas de quoi fouetter un chat. Ce n’est pas là que le côté voyeur est gênant. Non c’est la maladie, les prises de sang, les sarcomes, tout ce qui est laid qui occupe l’écran. Le réalisateur Robin Campillo a voulu ce côté démonstratif, cette lenteur, ces longueurs,  qui ont fait que j’ai vu nombre de spectateurs quitter la salle  pendant le film. Peut-être avaient-ils raison, puisque la dernière demi heure est vraiment difficile à regarder. Je ne prendrai qu’un exemple, pourquoi nous obliger à voir les moments post mortem (habillage d’un mort). On est quand même assez intelligents pour savoir que cela se passe, mais de là à nous en mettre quelques longues minutes….il y a un pas.

Positivons : les comédiens, cités ci-dessus sont vraiment époustouflants, tout comme d’autres (la mère d’un jeune transfusé atteint de la maladie (Catherine Vinatier), mais malheureusement dans un trop petit rôle. Primé d’un grand prix  ( NON! Pas la Palme d’Or!!) à Cannes, ce film n’a vraiment rien pour plaire qui est beaucoup trop long (2h20), alors qu’il avait été salué par nombre de critiques à Cannes…..Mais peut-être qu’avec une version raccourcie le film aurait touché un peu plus le grand public, celui qui paye sa place au cinéma!

Juste pour mémoire, j’ai perdu des amis très proches atteints de la maladie , ne croyez pas que je suis insensible, mais trop c’est trop!

A noter que la bande annonce est bien faite et donne très envie de voir ce film:

 

 

Rating:

Un film qui ne manque pas d’action, ni de cascades, ni de courses poursuites : bref un régal pour l’été!

Un garde du corps, Michael (Ryan Reynolds), qui fut le meilleur  jusqu’à une erreur fatale qui lui fut reprochée, va devoir escorter un tueur à gages, Kincaid (Samuel L. Jackson) avec qui il a eu quelques démêlées des années auparavant, qui doit témoigner devant la Cour Internationale de La Haye, contre un de ses ex employeurs, un dictateur épouvantable qui est à la tête de la Biélorussie (Gary Oldman). Ce dernier a réussi à placer des hommes à lui dans les hautes sphères et ne peut se permettre de laisser le tueur à gages faire son témoignage. Et pour lui, tous les coups sont permis. Kincaid a accepté ce témoignage  si sa femme (Salma Hayek) est libérée de prison. Quand à celle qui engage le garde du corps, c’est une française, membre d’Interpol ( Elodie Yung), qui va chercher la Taupe, vu l’embuscade qui va conduire à un massacre au départ. Si vous aimez les cascades, l’action, vous n’allez pas être déçus. Les comédiens s’amusent visiblement autant que les spectateurs dans la salle. leur querelle est vraiment drôle.

Elodie Yung et Ryan Reynolds. Photo by Jack English.

DARIUS KINCAID (Samuel L. Jackson)

Elodie Yung . Photo by Jack English.

Les scènes d’action ne manquent pas, avec entre autres une course poursuite dans les rues et les canaux d’Amsterdam, qui fera date. Certes Amsterdam a souvent été filmée avec des courses dans ses canaux, mais là, cela va à 100 à l’heure, et les voitures plongent plus d’une fois. Les héros viendront d’Angleterre, amis nombre de scènes ont été tournées en Bulgarie, et aussi au Ryjkmuseum d’Amsterdam. Quant aux voitures, vous en aurez en veux tu, en voilà, des voitures de grand luxe, mais aussi des Porsche, des BMX, une Audi, et Cadillac…et une Smart, il y en a pour tous les goûts!

Gary Oldman Photo by Jack English.

Ryan Reynolds  Photo by Jack English.

J’aime ce genre de film, qui certes ne donne pas sujet à réfléchir, mais où on passe vraiment un bon moment. C’est du blockbuster pour l’été, allez le voir dans une grande et bonne salle de cinéma, si possible avec du son Dolby Atmos, vous passerez sans nul doute un bon moment.

Ryan Reynolds . Photo by Jack English.

 

Le film annonce:

 

 

 

Rating:

On parle beaucoup du panda nouveau né au zoo de Berval, alors ce documentaire signé Disney est d’autant plus d’actualité.

Nous sommes en Chine, où nous allons suivre les chemins croisés de plusieurs familles d’animaux, qui vivent dans des conditions extrêmes. Nous allons voir leurs moments d’intimité, avec une maman panda géant, Yaya, qui guide les premiers pas de son petit, Mei Mei, alors qu’il fait ses premiers pas dans le monde et qu’il tente de gagner son indépendance. Vous aimez les singes, en voici de magnifiques, les singes dorés (Rhinopithèques de Roxellane), tout un nom pour ces jolies bêtes , avec Tao Tao qui se trouve relégué au second plan après la naissance de sa petite soeur, et qui va s’éloigner de son clan pour rejoindre un autre groupe des environs. Il y a aussi la magnifique panthère des neiges, Dawa, un animal rarement observé par les humains, qui va devoir affronter l’un des habitas les plus hostiles de la planète pour apprendre à ses deux rejetons la vie!

Ya Ya et Mei Mei – Pandas

Mei Mei

Mei Mei

Panda Rouge

Certes c’est un documentaire, formidablement raconté par Claire Keim, sur des images d’une beauté absolue. Si les enfants vont adorer, les adultes de tous âges ne pourront que s’émerveiller de ces images incroyables. Le président de Disney Nature , Monsieur Jean-François Camilleri, nous parle du film : « Le cinéaste Lu Chuan a mis toute son expérience cinématographique au service du film et nous fait voyager à travers les immensités de la Chine intérieure. Il a su capturer des scènes réelles du monde naturel et nous entraîner dans l’intimité des pandas géants, au cœur d’un groupe de rhinopithèques de Roxellane et au sein de l’habitat quasi inaccessible de la panthère des neiges ».

Dawa – Leopard des neiges

un bébé de Dawa

« La plupart de ces animaux ne pouvaient être filmés qu’en Chine », commente un des producteurs : Phil Chapman. « Pour un film tel que NÉS EN CHINE nous avions besoin de capturer leur intimité en détail, afin de construire le récit. Mais tourner ce genre de séquences est parfois très difficile, surtout quand il s’agit d’animaux qui n’ont jamais été confrontés à l’homme. Pour le réalisateur Lu Chan, , la présence de la majestueuse grue de Japon et de l’antilope chiru vient enrichir l’histoire des trois remarquables familles du film : une maman panda
géant et son petit, un rhinopithèque de Roxellane solitaire et une insaisissable panthère des neiges qui fait de son mieux pour élever ses deux petits. Le producteur Brian Leith commente: « Ces espèces sont emblématiques en Chine et représentent une facette du pays que l’on connaît moins. Le fait d’avoir pu les filmer comme nous l’avons fait est en soi un exploit car ils elles vivent dans des régions isolées et difficilement accessibles. Les défis auxquels nous avons été confrontés sont énormes et colossaux mais nous sommes impatients de pouvoir partager une partie de ce que nous avons vécu dans cette vaste et magnifique partie du monde. »

Tao Tao avec sa maman

Tao Tao –

Tao Tao en famille

Tao Tao –

Vous l’avez certainement compris, il s’agit là d’un film documentaire qui raconte une belle histoire, et je défie quiconque de renier ce magnifique film qui sort sur les écrans!

Yak Sauvage

Chiru

Le film annonce :

 

 

 

 

 

 

 

 

Rating:

Comment est née cette poupée diabolique, que l’on avait aperçue dans CONJURING puis dans ANNABELLE, en voici la genèse!

Annabelle fait son retour sur les écrans, et cette fois les spectateurs vont découvrir les origines de la redoutable poupée, de son premier foyer – la chambre d’une fillette – à sa première possession d’une âme d’enfant. Du coup, suite au succès de DANS LE NOIR, son premier film en tant que réalisateur sorti l’an dernier, David F. Sandberg a été engagé pour prendre les rênes d’ANNABELLE 2, LA CRÉATION DU MAL. Il s’agit du nouveau chapitre de l’univers CONJURING de James Wan, produit par Peter Safran et Wan lui-même.

Encore traumatisés par la mort tragique de leur petite fille, un fabricant de poupées et sa femme recueillent une bonne sœur et les six jeunes pensionnaires d’un orphelinat  dévasté. Mais ce petit monde est bientôt la cible d’Annabelle, créature du fabricant possédée par un démon…6 petites filles de l’orphelinat viennent s’installer chez les Mullins, avec la jeune bonne soeur qui les chaperonne . La suite, n’imaginez pas un instant que vous allez la connaître ici. C’est du cinéma fantastique, avec sa dose.

Les petites filles, notamment l’héroïne sont vraiment plus que crédibles. Certes on peut deviner que tout ne sera pas rose dans cette belle maison, et le réalisateur a réussi à trouver la voie pour effrayer, tout en maintenant le suspense. Certes nous n’avons pas le chef d’oeuvre de l’année avec cette suite, mais cette suite, qui est plutôt un prequel, ne manque pas d’attraits, et le moins que l’on puisse dire c’est qu’on ne s’ennuie pas et que l’on est bien effrayé. Si on va voir Annabelle 2, c’est quand même le but , non?

Parmi les interprètes : STEPHANIE SIGMAN (Soeur Charlotte), TALITHA BATEMAN (Janice, l’héroïne), LULU WILSON (Linda) , GRACE FULTON (Carol), ANTHONY LAPAGLIA (Samuel Mullins) , qui savent en rajouter sans en faire trop.

Le film annonce :

 

 

Rating:

Le plus grand écrivain actuel dans le domaine du fantastique, Stephen King,  n’a pas toujours été gâté par ses adaptations cinéma, mais cette fois, La Tour Sombre est une réussite totale qui nous tient en haleine de bout en bout!

Roland est le dernier PISTOLERO encore vivant de la contrée de Gilead, aujourd’hui disparue. Son monde, semblable à la Terre par certaines similarités culturelles ou certains vestiges technologiques, est proche d’un Far West futuriste , mais où la magie est également présente.
Au départ, à la poursuite d’un mystérieux homme en noir, Roland va partir en quête de la Tour sombre, un endroit fabuleux censé être le pivot de tous les mondes possibles. Trouver cette Tour dans le but de guérir son monde à l’agonie va tourner à l’obsession pour le pistolero, qui va également trouver un jeune compagnon de route pour l’épauler durant ce long périple à travers différents mondes.Ce monde n’est pas le seul…

Roland (Idris Elba)

 

Roland (Idris Elba) et Jake (Tom Taylor)

Le dernier Pistolero, Roland Deschain (Idris Elba), est condamné à livrer une éternelle bataille contre Walter O’Dim, alias l’Homme en noir (Matthew McConaughey), qu’il doit à tout prix empêcher de détruire la Tour sombre, clé de voûte de la cohésion de l’univers. Le destin de tous les mondes est en jeu, le bien et le mal vont s’affronter dans l’ultime combat, car Roland est le seul à pouvoir défendre la Tour contre l’Homme en noir… C’est un jeune garçon de onze ans, Jake Chambers (Tom Taylor) qui sera le compagnon de route de Roland. Il voue une admiration sans bornes au pistolero et est très intelligent pour son âge. Jake est doté du « Shining », don mélangeant la télépathie et l’empathie, ce qui lui permet d’avoir des prémonitions ou de lire dans les pensées. Leurs aventures sont vraiment passionnantes, et ne comptez pas sur moi pour vous en dévoiler plus. Si vous avez lu les 8 volumes, vous connaissez déjà certains détails, bien que ce soit ici le 1er volet , et sans nul doute les autres épisodes suivront. Belle franchise pour Columbia / Sony Pictures.

 

Walter (Matthew McConaughey) et Tirana (Matthew McConaughey)

Jake

Walter (Matthew McConaughey)

En 1h30 vous serez totalement ébahi par ce que vous allez voir sur l’écran. Comme dans tout blockbuster estival, les effets spéciaux ne se comptent plus. Vous serez dans ces mondes, transportés par la magie de l’image et du son. Les scénaristes : Nicolaj Arecel, Akiva Goldsman, Anders Thomas Jensen et Jeff Pinker, ont fait un travail remarquable sur l’adaptation pour le grand écran!

Roland (Idris Elba) et Walter (Matthew McConaughey)

Roland (Idris Elba)

Cet été ce sera la fête pour les amateurs du maître du fantastique, puisque l’adaptation d’un de ses romans les plus célèbres, CA, pointe le bout de son nez avec e clown qui sort des égouts et qui m’avait empêché de dormir lorsque j’avais lu le bouquin. La sortie est prévue le 20 septembre, Si le film réalisé par Andres Muschietti est de la qualité de celui-ci, réalisé par Nicolaj Arcel, soyez certains que vous pourrez  en lire les commentaires sur ONSORTOUPAS!

Le film annonce :

 

Rating:

Une belle franchise, qui en est à son 8ème opus, et on nous promets encore deux  épisodes de plus avant que la saga ne se termine!

Les fous de bolides seront, une fois de plus aux anges. Les courses poursuites sont toujours aussi intenses, dont deux particulièrement spectaculaires. La première en début de film qui se déroule à Cuba, et qui a été entièrement tournée la bas!. Et une autre en Arctique qui est vraiment le clou du film. Dom (Vin Diesel) et Letty Michelle Rodriguez) sont mariés, Brian et Mia se sont rangés, et le reste de l’équipe se la coule douce, vu qu’ils ont été amnistiés. Mais une anarchiste pour le moins dangereuse ( Charlyze Theron) va bousculer tout l’ordre établi, qui va obliger Dom à passer du mauvais côté et qui devra se battre contre toute son équipe, Letty y compris. L’équipe sera dirigée par Hobbs (Dwayne Johnson), avec, à ses côtés Ronan (Tyrese gibson) et Tej (Chris Ludacris Bridges). Deckerd Shaw (Jason Statham) va-t-il les combattre? Kurt Russel (Mr Nobody) et son nouvel assistant Mr Small Nobody (Scott Eastwood) vont être derrière cette équipe de choc. A cette belle distribution, ajoutons une belle apparition d’Hellen Mirren et surtout un bébé qui en verra de toutes les couleurs, , qui possède un charme fou, et qui en fera rire plus d’un.

On ne tergiverse pas. On sait qu’on va voir Fast & Furious, donc on ne vient pas ici pour s’ennuyer ferme. Ce n’est pas du cinéma d’art et d’essai, on est en plein blockbuster, et on en voit de toutes les couleurs sans une seule seconde de répit. C’est du grand spectacle! Ce 8ème volet débute une série de 3 films qui termineront les aventures des fous de belles voitures aux cylindrées ultra puissantes. C’est F. Gary Gray qui prend cette fois les manettes de ce 8ème épisode de Fast & Furious, et il ne décevra personne. Certes j’ai un faible pour ce genre de productions, mais je ne vais pas bouder mon plaisir pour faire plaisir à quelques intellos. J’aime et je le dis!

 

Et je suis convaincu que nombre d’entre vous serez de mon avis! 2 heures et quart de ce genre de films qui vous fait oublier tous vos soucis, petits problèmes et autres . En outre on dit souvent qu’un très bon méchant fait toujours un excellent film. La méchante, en l’occurrence est extraordinaire. Charlize Theron est éblouissante! J’attends déjà le 9ème volet avec impatience!

Le Bluray :

  • Audio : Français (DTS 5.1), Espagnol (DTS 5.1), Arabe, Grec, Anglais, Norvégien, Néerlandais, Islandais, Finnois, Suédois, Danois
  • Sous-titres : Espagnol, Islandais, Danois, Portugais, Arabe, Norvégien, Grec, Néerlandais, Français, Suédois, Finnois
  • Les Bonus : L’esprit cubain
    Dans la famille :
    – Les traîtres de la famille : Cipher et Dom
    – Sans chef : les enfants perdus
    – Les valeurs de la famille Shaw
    – La famille personne
    Culture automobile :
    – Les voitures héros de Fast and Furious
    – Voitures zombies
    – Le ripsaw
    Tout sur les cascades :
    – La course sur le Malecon
    – Journal des cascades en Islande
    – Les rues de New-York
    Version longue des scènes de combat :
    – Combat dans la prison
    – Combat dans l’avion
    Commentaire du film par le réalisateur F.Gary Gray
  • et : un vrai cadeau : Les fans de la saga auront exceptionnellement la possibilité d’obtenir la version longue Director’s Cut via un code numérique, offrant une qualité d’image optimale et la découverte de multiples options de visionnage

Un BVluray choc

existe aussi en coffret avec mes 8 épisodes de la série, en DVD ou en Bluray

le film annonce en VF:

 

Rating:

Un film à la plastique époustouflante, un scénario qui vous accroche à votre fauteuil! bref une réussite totale

 

Lockhart, Dane DeHaan,  jeune cadre très  ambitieux, est lancé par les associés de la boite où il travaille sur la trace de son patron disparu dans un mystérieux centre de bien-être en Suisse. A peine arrivé, il lui arrive un accident et il se retrouve pris au piège de l’Institut et de son énigmatique corps médical. Il va peu à peu découvrir les mystères  qui entourent ce centre de soin en pleine montagne,  proche seulement d’un village où le mystère est encore plus enfoui. De quelle nature sont ces soins proposés aux patients? Alors qu’on lui diagnostique le même mal qui habite l’ensemble des pensionnaires, Lockhart n’a plus d’autres choix que de se soumettre à l’étrange traitement délivré par le centre…la Cure. Un curieux médecin (Jason Isaacs) et une jeune malade (Mia Goth) sont ils responsables ou victimes?

Gore Verbinski, le réalisateur à qui on doit quelques épisodes de Pirates Des Caraïbes, ou Lone Rangers s’est illustré aussi dans le film d’animation, mais côté fantastique avec Rango. C’est donc un réalisateur reconnu, et cette fois, il nous immerge dans un univers fantastique qui nous cloue à notre fauteuil pendant près de 2h30 sans qu’on ne voit le temps passer. Des images somptueuses, telles que celles que vous pouvez découvrir dans le film annonce, mais bien d’autres que vous verrez dans le film. Inutile de vous préciser que j’ai vraiment adoré ce film de bout en bout, avec une fin que je me garderai de vous dévoiler. Les décors (signés : Mark Rosinski et Michael Standisc )  sont de toute beauté, comme ceux du château Hohenzollern en Allemagne ou ceux des sous sols. Certains détails ne manqueront pas de nous faire penser au film de Martin Scorcese avec Leonardo di Caprio : Shutter Island, qui était déjà magnifique, mais il y a un ‘je ne sais quoi’ qui me fait encore préférer ce A Cure For Life.

Dane DeHaan est un acteur encore un presque inconnu du public, mais il fait une carrière comme di Caprio, et je ne doute pas qu’on parle bientôt de lui dans la course aux statuettes, on l’avait déjà vu dans deux épisodes de Spiderman, mais c’est maintenant qu’il devrait gagner son statut de star avec le film de Luc Besson : Valerian et la Cité Des Mille Planètes, un acteur aussi beau que talentuex, ce qui n’est pas peu dire! Quant au médecin, Jason Isaacs, on l’avait déjà vu dans Green Zone ou The Patriot, alors que sa jeune partenaire, Mia Goth, elle apparut dans Nymphomaniac et Everest récemment

Si vous aimez le fantastique, le suspense, et surtout une photo à faire pâlir de rage les meilleurs photographes ( signée : Bojan Bazelli) , il ne vous reste qu’à vous précipiter pour acheter ce magnifique Bluray ( la version digitale est offerte)

Dans ce Bluray:

  • Audio : Anglais (DTS-HD 7.1), Français (DTS 5.1)
  • Sous-titres : Anglais, Français
  • Bonus  :Scène inédite : « C’est merveilleux ici »
    Méditations
    Bande originale
  • Au risque de me répéter, les images sont sublimes, le son parfait, voilà le genre de film que vous pouvez regarder en boucle, ne serait-ce que pour la beauté des ilmages

le film annonce :

 

Rating:

Un blockbuster qui devrait satisfaire les plus difficiles

Des centaines de milliers de soldats anglais et alliés sont encerclés par les forces ennemies. Ils sont bientôt pris en étau entre la mer et les Allemands… L’histoire se déroule sur terre, en mer et dans les airs. Des avions Spitfire de la Royal Air Force prennent en chasse l’ennemi, tendant de protéger les hommes sans défense, coincés sur la plage. Entre temps, des centaines de petites embarcations pilotées par des civils et des militaires cherchent à rejoindre Dunkerque pour sauver les soldats. Une opération à haut risque et une véritable course contre la montre…

C’est certes un film de guerre, mais tellement différent de tout ce qu’on a pu voir jusqu’à ce jour. Au point que jamais on ne voit le visage des ennemis. Il y a plusieurs histoires imbriquées les unes dans les autres, et les stars, ou les noms les plus connus ne sont que des acteurs parmi les autres. Le casting est pourtant  beau : Kenneth Branagh, Tom Hardy se retrouvent avec de jeunes comédiens fantastiques comme Fionn Whitehead, Tom Glynn-Carney, Jack Lowden, Harry Styles, Aneurin Barnard parmi beaucoup d’autres. Ne cherchez pas non plus de présence féminine. Il s’agit de soldats dans les années 40, donc que des hommes jeunes ou moins jeunes!

Tourné en décors naturels, en France  notamment, ce Dunkerque s’inscrit de suite dans la lignée des grands films, , et son réalisateur, Christopher Nolan, nous offre une oeuvre bouleversante, superbement réalisée et pourtant loin des films qui ont fait son succès comme Inception, Interstellar, The Dark Night. Aucun temps mort on oscille constamment entre ce qui se passe sur la mer ( les moments les plus forts), sur terre ou dans les airs. Aucun temps mort, en 96 minutes , on est happé par l’écran, et il est certain qu’on n’a aucune envie de sortir de la salle.

La musique, signée Hans Zimmer est omniprésente, qui sait donner l’accent sur ce qu’on voit sur l’écran. J’ai vu le film dans une des plus belles salles de Paris, le Pathé Beaugrenelle, et bien que cette salle ne projette pas le film en 70mm ou en Imax, le son Dolby Atmos et l’écran géant sont des atouts impressionnants pour ce film.

le film annonce :

 

 

 

Rating:

Une vision très poétique d’un monde nocturne viennois qui est bien loin de l’image des Strauss, sort en DVD, celui des jeunes gens qui fréquentent un bar  que n’aurait pas renié Jean Genêt.

Certes ce film n’est pas destiné à tous les publics qui nous présente de jeunes garçons venus de Bulgarie pour travailler en Autriche, ils veulent une certaine liberté et de l’argent facile, quoi donc de plus facile que de fréquenter un certain café et y vendre leur corps, et peut-être aussi en partie leur esprit. Patric Chiha qui a réalisé ce film  ne s’est pas contenté de clichés, et ne montre rien de scabreux. Toutefois ces jeunes mecs ont une curieuse façon de voir les choses. Quand ils parlent de femmes, il est toujours question d’argent. Certains sont mariés, mais pensent à acheter (oui vous avez bien lu) une autre femme. Avoir une femme c’est avoir de l’argent. Tout comme une voiture. On a l’impression, à les entendre, de revenir il y a 50 ans, voire plus, et personnellement je trouve ça plus difficile à admettre que leur choix de vendre leur corps.

Vu que le film est assimilé à un documentaire Patric Chiha, laisse libre cours à leurs fantaisies. Ici la réalité dépasse la fiction, entrez donc dans le ‘Cafe Reiniger’ au centre de Vienne, et faites un tour dans le passé, où le décor et la salle de billard aurait pu faire le plaisir de nos parents et grands parents ( je ne parle pas de la clientèle!).

Le film a été présenté dans de nombreux Festivals : Berlin, Belfort, Marseille, Chéries Chéries à Paris, Lussas, La roche sur Yon, Montréal, Lisbonne, Transilvania, Beyrouth, Bergen, Bogota, Curitiba, Duisburger!

Pour en savoir plus, venez rencontrer le réalisateur, Patric Chiha, et découvrez ce film en DVD!

entretien exclusif par Guy Courthéoux:

 

Rating:

Encore une histoire vraie tirée d’un fait divers tragique qui s’est déroulé en 2013 à Boston, qui avait connu un bilan tragique: 3 morts et 264 blessés

Co produit par Mark Wahlberg et réalisé par Peter Berg, auteur de l’histoire originale , et scénariste, on se retrouve à Boston, lors du marathon, qui attire les foules. La ville est sous le choc de plusieurs explosions, et un sergent de police, Tommy Saunders (Mark Wahlberg) rejoint les enquêteurs sur le terrain, vu qu’il connaît parfaitement la ville et les lieux des explosions. C’est une course contre la montre pour les enquêteurs qui traquent les responsables de l’attentat, de crainte qu’ils ne récidivent rapidement. Le récit est passionnant une fois encore où on croise les destinées d’un agent spécial du FBI, Richard Deslauriers (Kevin Bacon), un commissaire, Ed Davis ( John Goodman), un sergent, Jeffrey Pugliese ( J.K. Simmons, ainsi qu’une infirmière , Carol Saunders (Michele Monaghan). Une chasse à l’homme qui s’inspire des récits et des témoignages des premiers secours, des témoins de l’attentat et des rescapés. Cela se déroulait le jour du Patriot Day, date commémorative des batailles de Concord et Lexington lors de la guerre d’indépendance. Ce lundi 15 Avril 2013 restera pour toujours dans les annales de la ville.

La production a fait le maximum pour tourner sur les lieux du drame, ce qui donne à ce thriller une puissance maximale. Dire qu’on ne s’y ennuie pas est un euphémisme. On vibre , même si nombre d’entre nous se souviennent des faits et du dénouement. Peter Berg a réussi cet exploit de faire revivre au plus grand nombre une tragédie qui a marqué l’histoire de cette ville. Les acteurs, dominés par Mark Wahlberg ( on n’est jamais aussi bien servi que par soi-même, vu qu’il est la star du film, mais aussi coproducteur, et que c’est lui qu’on voit sur l’affiche) sont plus que crédibles et le suspense est absolument haletant.

J’aime quand le cinéma américain nous offre de bons moments comme celui-là. On n’est pas dans le blockbuster, mais on se régale tout autant.

 

Pour le Bluray, il est vraiment de toute beauté, tant pour les images que pour le son :

Format image :
2.39 : 1 – 16/9 – HD 1920x1080p
Format audio :
Anglais et Français 5.1 DTS HD Master Audio
Sous-titres : Français
Sourds et malentendants

Durée du film : 133 mn

Suppléments :
Boston Strong : trois courageux héros (vost/22’29),  A la recherche de l’authenticité (vost/11’21),  Boston Bond : retour sur la tragédie (vost/21’43),  L’histoire des vraies patriotes (vost/19’48),  L’engagement des acteurs (vost/05’51),  Rencontres entre cinéma et réalité (vost/18’13),  les bandes-annonces (vf/vost)

La bande annonce: