Chaque été, c’est la fête pour les amateurs danse avec les étés de la danse d’Alvin Ailey, et cette année, c’est à la Seine Musicale que se dérouleront les festivités, vu les travaux de rénovation du Chatelet!

L’Alvin Ailey American Danse Theater vous propose ce qui se fait de mieux en ballets, qui est dirigé par Robert Battle. Aprés le New york City Ballet l’année dernière, c’est le retour de cette compagnie américaine créée en 1958. Et on a le plaisir de retrouver celui qui désormais régente la Seine Musicale: Jean-Luc Choplin, que j’avais connu lorsqu’il était directeur des spectacles à Disneyland Paris, avant de le retrouver aux rennes du Chatelet.

r-Evolution, Dream      Choreography: Hope Boykin Photo: Paul Kolnik

C’est du 4 au 22  Juillet que vous allez pouvoir admirer, applaudir un de ces 5 spectacles, qui est composés à chaque fois de différentes oeuvres, selon les jours.

Programme A ( les 5, 13, 18 et 22 Juillet à 20.30:

The Winter in Lisbon (Billy Wilson/ Dizzy Gilepsie, Charles Fishman

The Winter in Lisbon      Choreography: Billy Wilson    Photo: Paul Kolnik

Piazzolla Caldera (Paul Taylor/Astor Piazzolla, Jerzy Peterburshsky)

The Hunt Posed photo @Rosalie O’Connor

Ella (Robert Battle/ Ella Fitzgerald)

Ella /Jacquelin-Harris-and-Megan-Jakel        photo@Teresa Wood

Revelations (Alvin Ailey /Chants traditionnels)

Revelations.-Photo-by-Pierre-Wachholder

Programme I (les 6, 12 et 14 juillet à 20.30 et le 8 juillet à 15.00)

R-Evolution, Dream (Hope Boykin / Ali Jackson)

r-Evolution, Dream    Choreography: Hope Boykin Photo: Paul Kolnik

Open Door (Ronald K Brown / Luis Demetrio, Arturo O’Farrill, Tito Puente)

Open Door       Choreography: Ronald K. Brown Photo: Paul Kolnik

In/Side (Robert Battle / Nina Simone)

Samuel Lee Roberts IN/SIDE  Choreography :Robert Battle  photo: ©Paul Kolnik

The Winter in Lisbon ( Billy Wilson /  Dizzy Gilepsie, Charles Fishman)

The Winter in Lisbon
Choreography: Billy Wilson Photo: Paul Kolnik

Progamme L     les 7, 11, 15 et 20 Juillet à 20.30

Exodus (Rennie Harris / Raphael Xavier, Ost & Kjex)

Exodus Choreography: Rennie Lorenzo Photo: Paul Kolnik

No longer silent ( Robert Battle / Erwin Schulhoff)

No Longer Silent     Choreography: Robert Battle    Photo: Paul Kolnik

Revelation (Alvin Ailey /  Chants traditionnels)

Revelations photos @Pierre Wachholder

 

Programme E    les 10 et 19 juillet à 20.30 et le 22 à 15.00

Night Creature (Alvin Ailey / Duke Ellington)

Night_Creature Photo : Gert Krautbauer

Cry ( Alvin Ailey / Alice Coltrane, Laura Nyro, The Voices od East Harlem)

Cry Choreography: Alvin Ailey Photo: Paul Kolnik

Blues Suite ( Alvin Ailey / Chants traditionnels)

BLUES SUITE, photo : Nan Melville

Revelation  (Alvin Ailey / Chants traditionnels)

-Revelations.-Photo-by-Pierre-Wachholder

Programme Y  les 8 17 et 21 juillet à 20.30 et le 15 juillet à 15.00

Four Corners ( Ronald k Brown / Carl Hancock Rux, Rahsaan Roland Kirk, Yacoub)

Four Corner Choreography by Ronald K. Brown
Photo: Paul Kolnik

After the rain pas de 2 (Christopher Wheeldon / Arvo Pärt)

After The Rain   Choreography: Christopher Wheeldon   Photo: Paul Kolnik

In/Side ( Robert Battle / Nina Simone)

Grace,Home,In side, Photo Pierre Wachholder

Ella  (Robert Battle / Ella Fitzgerald)

Jacquelin Harris & Megan-Jakel-/Ella.-Photo: Christopher-Duggan

The Hunt (Robert Battle / Les tambours du Bronx)

The Hunt photo : Rosalie O’Connor

The Hunt Photo : Rosalie O’Connor

Exodus (Rennie Harris / Raphael Xavier, Ost & Kjex)

Exodus Choreography: Rennie Lorenzo Photo: Paul Kolnik

Tarif des places selon les spectacles de 20 à 90 €

réservations :  https://billetterie.laseinemusicale.com/fr

infos pratiques:

Metro9METRO ligne 9 – station terminus Pont de Sèvres, sortie numéro 1 (emprunter le Quai Georges Gorse puis le Pont Renault)
BusBUS station Pont de Sèvres – lignes 160169171179279291389426467
TramwayT2TRAMWAY ligne 2 – stations Brimborion ou Musée de Sèvres, puis emprunter la passerelle
Taxis ou VTC : dépose minute sur le parvis de l’île, au bout du Pont Renault

PARKINGS À PROXIMITÉ :
– Indigo – Cours de l’île Seguin (au pied du pont Renault)
53 cours de l’île Seguin, 92100 Boulogne-Billancourt
– Indigo – Rives de Seine (4 min à pied)
38 quai Georges Gorse, 92100 Boulogne-Billancourt
– Q-Park – île de Monsieur Sud (9 min à pied)
D7 – Rue de Saint-Cloud, 92310 Sèvres
– Indigo – Pont de Sèvres (10 min à pied)
82 rue de Sèvres, Quai Alfonse Le Gallo, 92100 Boulogne-Billancourt

 

 

 

Rating:

Quelle belle surprise que de découvrir une version nouvelle, revue, corrigée du ballet très  connu, LE CORSAIRE, avec un danseur dont on n’a pas fini de parler!

@ David Herrero

 

C’est dans le cadre de Trancendanses que nous avons pu découvrir ce ballet dans ine mise en scène et une chorégraphie signées Kader Belarbi, pour le BALLET DU CAPITOLE DE TOULOUSE, avec trop peu de représentations au Théâtre des Champs Elysées. Le ballet fut créé en 1856 à Paris par Joseph Mazilier, mais n’était jamais ré-apparue en France, tout au moins dans une version française. On avait pu le voir dans le cadre de certaines tournées avec des artistes étrangers. Monsieur Belarbi nous offre sa propre version, sa propre lecture, en ré-organisant la trame narrative, tout autant que la partition musicale., tout en gardant l’esprit de l’oeuvre que l’on connaît.  Musicalement on entend des extraits d’Adolphe Adam, Anton Arenski, David Coleman, Edouard Lalo, Jules Massenet et  Jean Sibelius, sans  que nos oreilles en soient choquées, bien au contraire. Si les spectateurs parisiens la découvrent enfin, ceux de Toulouse ont eu la chance de le découvrir déjà en 2013. Mais peu auront eu la chance de voir le nouveau danseur étoile : Ramiro Gomez Samon, originaire de Cuba, et qui vient tout juste d’être nommé premier danseur. Il est éblouissant dans le rôle du Corsaire, et dès qu’il apparaît, tout le monde n’a d’yeux que pour lui. Il dégage de lui tout ce qu’on aime dans un danseur, une justesse dans les pas, une grace, et quand on le voit évoluer sur scène, on pense aux plus grands. Il est quasiment certain que ce jeune homme va gravir encore bien des échelons vers la célébrité. Ce qui n’efface pas les autres rôles, comme celui du Sultan ( Minoru Kaneko le soir où j’ai vu ce ballet), ni celui de la belle esclave ( Natalia de Froberville), de la Favorite (Juliette Thélin), de son compère (Demian Vargas) ou celui du marchand ( Dennis Cala Valdès). Je ne parle que de la distribution que j’ai pu applaudir, qui s’est produite deux fois sur la scène du Théâtre des Champs Elysées.

@ Guy Courthéoux /onsortoupas

@ David Herrero

@ David Herrero

Pour ceux qui ne connaissent pas l’histoire, en voici un court résumé : Dans un sultanat, ce dernier règne en maître. Le Corsaire, un hors la loi arrive lors d’une vente d’esclaves et ce dernier tombe amoureux de la plus belle d’entre elles. Mais l’esclave sera vendue au sultan. La favorite de ce dernier , très jalouse, va peut-être aider à leurs amours, qui fera rentrer le Corsaire dans le Palais.. Mais le Sultan semble bien amoureux de la belle….

La mise en scène de Kader Belarbi est plus qu’efficace, dans des décors qui laissent la place belle aux danseurs, qui tous sont excellents, qu’ils soient en troupe, ou en solo. Voilà qui est un des meilleurs spectacles de danse que j’ai pu voir, et je n’ai qu’un seul regret, de ne pas avoir été libre d’autres soirs pour me régaler avec LE CORSAIRE, qui, si je l’ai bien compris, entame une tournée actuellement! S’il passe près de chez vous, précipitez-vous!

D’autres photos avec autre distribution :

 

@Francette Levieux

@Francette Levieux

@Francette Levieux

@Francette Levieux

@Francette Levieux

 

 

Rating:

30 ans près sa disparition, Dalida est toujours aussi présente, comme le prouve cet excellent biopic.

Lors de sa sortie, la critique a été unanime sur la qualité de ce film signé Lisa Azuelos. La vie de cette immense chanteuse, qui a traversé quelques générations puisqu’elle a débuté dans la chanson populaire à la fin des années 50 pour se terminer en 1987. Née au Caire en 1933, Yolande Gigliotti passera pour la première fois à l’Olympia sous son nom de scène : Dalida en 1956, elle était alors celle qu’on appelait Mademoiselle Bambino! Comment elle est arrivée ainsi au firmament des stars, les hommes qui ont sillonné sa vie, ces hommes qui ont souvent connu des destins tragiques, comme Lucien Morisse qui fut son premier mari, et directeur des programmes d’Europe N°1. Sveva Alviti est  Dalida. Elle a réussi à trouver le ton, le charme, les gestes de la chanteuse. A ses côté, une belle brochette d’acteurs : Jean-Paul Rouve, qui incarne Lucien Morisse, Riccardo Scarmaccio qui est son frère, que l’on connaît sous le nom d’Orlando et qui fut à ses côtés toute sa vie. Il ne faut pas oublier Alessandro Borghi, qui fut un amour éphémère, Luigi Tenco, et qui, tout comme Lucien Morisse, se suicida, sans oublier Richard Chamfray que l’on a connu sous le nom de comte de St Germain, personnage à la personnalité douteuse, qui a cette fois les traits de Nicolas Duvauchelle. Il y en a eu d’autres, mais ceux-là furent connus du grand public. On ne peut pas parler de sa carrière sans parler de Bruno Coquatrix (Patrick Timsitt) ou Eddie Barclay (Vincent Perez). Le biopic est quelque chose de difficile, et bien peu en France ont été réussis, il y eut La Môme (Edith Piaf), Claude François et Dalida.

La réussite de ce film est due en partie au scénario, en partie à l’interprétation, en partie à la réalisation. Les scènes où Dalida chante sont époustouflantes de vérité. On ne fait plus de personnages comme celui là, Dalida a vendu des millions de disques, a connu des succès planétaires avec Gigi L’Amoroso, il venait d’avoir 18 ans, Laissez Nous Danser et bien d’autres, que l’on retrouvera tout au long de ce film.

 

Photos : @Luc Roux

Le Bluray , chez Pathé Vidéo nous offre une superbe copie en format respecté en DTS 5.1 ou son Dolby 2.0 .

Peu de suppléments toutefois: Les images du tournage de Je suis Malade, Le casting de Sveva Alvivi, les Décors, et le maquillage de Dalida

 

le film annonce :

 

 

 

 

Rating:

Un drame qui ressemble à une comédie avec des comédiens remarquables, et particulièrement Catherine Hiegel.

Dans une maison de retraite une maman reçoit les visites régulières de son fils. Mais, si certains jours elle le reconnaît, d’autres elle le confond avec le directeur de l’établissement. Chaque visite est prétexte à certains problèmes, elle peut s’avérer agitée, avoir ’emprunté’ la chaise roulante d’un voisin et refuser d’en sortir, elle peut connaître quelques problèmes et les résoudre à sa manière, mais toujours avec des dialogues mordants, qui peuvent créer des situations cocasses, voire franchement drôles, ou beaucoup moins…

Jean Claude Grumberg a écrit cette pièce qui nous régale de bout en bout, dans une mise en scène de Charles Torjman. Très grand rôle pour Catherine Hiegel, qui est la maman affligée d’ Alzheimer, mais qui nous subjugue avec son talent, face à son fils, Bruno Putzulu, le directeur de l’établissement, Philippe Fretun. Le 4ème personnage est plus effacé, interprété par Paul Rias.

Certes vous pouvez avoir peur du sujet, on n’apprécie pas toujours se retrouver dans une maison de retraite, et entendre parler des problèmes de maladie, mais surtout ne vous laissez pas arrêter par ces détails, la mise en scène, et les comédiens sont époustouflants. On rit souvent, on est captivés par ces dialogues, ces petits sketchs du quotidien, que nombre de personnes doivent vivre au quotidien. Cette pièce est magnifique, et vous passerez, sans coup férir, un très bon moment.

Toutes les photos : @Ch Volz

Votre Maman, c’est au théâtre de l’Atelier, Place Charles Dullin à Paris 18,

Du mardi au samedi à 19h, matinée dimanche à 16h
Le vendredi 16 et samedi 17 juin 2017, la représentation aura lieu à 18H30.

RELACHES :
mardi 13, mercredi 14, jeudi 15 et mercredi 21 juin 2017

Prix des places : de 17 à 37 €, Tarif jeune : 10 € (moins de 26 ans, selon disponibilité, pas de réservation sur internet, uniquement sur place à partir d’1 heure avant la représentation).

Tout ça peut aller cahin-caha jusqu’au moment où la cocasserie a ses limites, jusqu’au jour où on lui annonce que sa mère a disparu…

Rating:

Le premier épisode était réussi, celui-la surpasse le premier en drôlerie et c’est du spectacle totalement déjanté!

Pourquoi raconter le film? il suffit d’en donner les lignes directrices. Les gardiens se retrouvent pourchassés pour avoir dérobé quelques objets de valeur avant de s’enfuir d’une planète où vivent des personnes à la peau dorée. Lors de cette poursuite ils vont se trouver face au géniteur de  Star Lord (Chris Pratt) , un homme ultra mégalo (Kurt Russell) qui domine une planète à lui seul, où il n’y a qu’une seule personne : Pom Klimentieff, qui semble être sous ses ordres. Voilà pour le canevas, avec cela les studios Marvel ont choisi James Gunn comme réalisateur qui était déjà au même poste pour le premier épisode. On retrouve les personnages farfelus du premier film : Gamora (Zoe Saldana), Drax (Dave Battista), Bébé Groot ( avec dans la version originale la voix de Vin Diesel), Rocket (avec la voix de Bradley Cooper en version originale), Youndu (Michael Rooker), ainsi que l’apparition de Sylvester Stallone et Karen Gillan, Elisabeth Debicki, Chris Sullivan, Sean Gunn. A noter qu’une actrice française est au générique, la belle Pom Klimentieff.

Le film s’ouvre sur une séquence épique, qui nous replonge dans cet univers unique, et qui donne le ton. Et le film se poursuit sur cette voie. D’ailleurs c’est sans surprise que l’on nous promet, à la manière des James Bond : Les Gardiens de la Galaxie reviendront! avec des moments de drôlerie jusqu’à la toute dernière image. Ne manquez donc surtout pas le générique final, bourré de surprises.

Inutile de préciser que j’ai adoré, je me suis marré de bout en bout, les effets spéciaux sont formidables, les images de toute beauté, et Baby Groot  est drolissime, tout comme Rocket.

Bref, rien à jeter, c’est du blockbuster avant l’été, et sans nul doute ce film va « casser la baraque » au box office dans le monde entier.

Ne cherchez pas , on n’est pas dans le film intello, on se laisse bercer par ce film où l’action est importante, et où on se régale, comme devant le meilleur dessert au monde!

Le film annonce :

 

Rating:

Une belle franchise, qui en est à son 8ème opus, et on nous promets encore deux  épisodes de plus avant que la saga ne se termine!

Les fous de bolides seront, une fois de plus aux anges. Les courses poursuites sont toujours aussi intenses, dont deux particulièrement spectaculaires. La première en début de film qui se déroule à Cuba, et qui a été entièrement tournée la bas!. Et une autre en Arctique qui est vraiment le clou du film. Dom (Vin Diesel) et Letty Michelle Rodriguez) sont mariés, Brian et Mia se sont rangés, et le reste de l’équipe se la coule douce, vu qu’ils ont été amnistiés. Mais une anarchiste pour le moins dangereuse ( Charlyze Theron) va bousculer tout l’ordre établi, qui va obliger Dom à passer du mauvais côté et qui devra se battre contre toute son équipe, Letty y compris. L’équipe sera dirigée par Hobbs (Dwayne Johnson), avec, à ses côtés Ronan (Tyrese gibson) et Tej (Chris Ludacris Bridges). Deckerd Shaw (Jason Statham) va-t-il les combattre? Kurt Russel (Mr Nobody) et son nouvel assistant Mr Small Nobody (Scott Eastwood) vont être derrière cette équipe de choc. A cette belle distribution, ajoutons une belle apparition d’Hellen Mirren et surtout un bébé qui en verra de toutes les couleurs, , qui possède un charme fou, et qui en fera rire plus d’un.

On ne tergiverse pas. On sait qu’on va voir Fast & Furious, donc on ne vient pas ici pour s’ennuyer ferme. Ce n’est pas du cinéma d’art et d’essai, on est en plein blockbuster, et on en voit de toutes les couleurs sans une seule seconde de répit. C’est du grand spectacle! Ce 8ème volet débute une série de 3 films qui termineront les aventures des fous de belles voitures aux cylindrées ultra puissantes. C’est F. Gary Gray qui prend cette fois les manettes de ce 8ème épisode de Fast & Furious, et il ne décevra personne. Certes j’ai un faible pour ce genre de productions, mais je ne vais pas bouder mon plaisir pour faire à quelques intellos. J’aime et je le dis!

 

Et je suis convaincu que nombre d’entre vous serez de mon avis! 2 heures et quart de ce genre de films qui vous fait oublier tous vos soucis, petits problèmes et autres . En outre on dit souvent qu’un très bon méchant fait toujours un excellent film. La méchante, en l’occurrence est extraordinaire. Charlize Theron est éblouissante! J’attends déjà le 9ème volet avec impatience!

le film annonce en VF:

 

Rating:

Première représentation le samedi 8 Avril pour le 15ème Olympia de Frédéric François qui fête quand même ses 45 ans de carrière, avec des dizaines de tubes!

Découvrez ce spectacle vous aussi. Frédéric François continue sa tournée. Tous les détails et une vidéo interview exclusive en suivant ce lien : http://www.onsortoupas.fr/frederic-francois-son-15eme-olympia-sa-tournee-2017-interview-en-exclusivite/

Le public ne s’y trompe pas qui l’adore :

Toutes les photos : @ Guy Courthéoux exclusivité pour ONSORTOUPAS.FR

Rating:

Ne craignez rien, les zombies sont sur scène, et n’attaquent pas (pas encore?) les spectateurs!

Paris, de nos jours, les zombies attaquent sans prévenir. Il y en a partout, et les rares survivants doivent s’organiser pour ne pas se transformer à leur tour. Parmi les survivants: un fan de films de zombies, La Smoule, Kahina, une jeune ado qui est réfugiées dans la cave / réserve de son épicier de père, Karen qui a trouvé sa fille en train d’ingurgiter son compagnon, le professeur Vallet, une scientifique un peu dérangée, et son aide, Jacques, qui est en fait un agent de sécurité dans l’hôpital où elle travaille. Tous ces personnages évoluent, et se débattent pour que l’espèce humaine ne soit pas éradiquée de Paris.

C’est la première pièce de théâtre à traiter de ce sujet, revenu très à la mode avec des séries comme Walking Dead, qui en est à sa 7ème saison, dont les 6 premières ont déjà rencontré un énorme succès en BluRay. Ecrite par Denis Baronnet et Ronan Yvon, et mise en scène par Frédéric Thibault, , Alimentation Générale est une des meilleures surprises de ce début d’année. Certes, si vous êtes allergique au genre, vous pourriez être un peu récalcitrant. Mais l’humour constant, dans les dialogues et les situations vous aideront à passer une bonne soirée. Quant aux autres, dont je suis, alors aucun bémol. On rit, on est effrayé, on admire les maquillages, les situations cocasses, et on passe vraiment une soirée mémorable.

Il faut dire que les 6 comédiens se donnent à fond, qui ne se contentent pas tous d’un seul rôle. On recycle un peu les rôles disparus en de nouveaux rôles et c’est incroyable, mais on marche à fond. Philippe Bérodot, Arianne Brousse, Martin Darondot, Nathalie Mann, Ariane Mourier, Ghita Serraj, tous sont excellents et s’en donnent visiblement à coeur joie. La direction du théâtre des Béliers parisiens a vraiment trouvé un, nouveau filon, qui devrait amener de nouveaux amateurs vers les salles de théâtre. C’est intelligent, drôle, c’est un changement dans nos habitudes, et franchement lorsque j’ai vu cette pièce, la salle était conquise. Remuez-vous les tripes, et venez donc dans ce joli petit théâtre, vous devriez être conquis.

ALIMENTATION GÉNÉRALE, c’est du mardi au samedi à 21h00, et le dimanche à 17h00, au théâtre des Béliers Parisiens, 14 bis sur Sainte Isaure dans le 18ème

Le spectacle est réservé aux plus de 16 ans!

Réservations au 01 42 62 35 00: Tarif: prix normal : 32€ habitants du 18ème : 18€, et moins de 26 ans : 10€ en fonction des disponibilités.

 

 

Un des plus gros vendeurs de disques en France, un homme remarquable de professionnalisme et de gentillesse , voilà Frédéric François!

J’avais déjà rencontré Frédéric François il y a quelques années pour un passage à l’Olympia. En 2017, il fête son 15ème passage dans la salle Mythique du Boulevard des Capucines. Une tournée qui a débuté il y a quelques semaines, et qui se poursuit après son passage parisien:

– 29/04/17 : Bruxelles – Forest National
– 12/05/17 : Strasbourg – Palais de la Musique et des Congrès
– 13/05/17 : Metz – Les Arènes
– 14/05/17 : Dijon – Zénith
– 19/05/17 : Sochaux – La MALS
– 20/05/17 : Port sur Saone – Saonexpo
– 27/05/17 : Beyrouth (Liban) – Salle Platea
– 17/06/17 : Saint Dizier – Les Fuseaux
– 18/06/17 : Remiremont – Palais des Congrès
– 23/06/17 : Sisteron – La Citadelle – Théâtre en plein air
– 24/06/17 : Loriol – Le Gymnase
– 30/06/17 : Grenoble – Summum
– 01/10/17 : Saint-Etienne – Zénith
– 07/10/17 : Nice – Acropolis – Salle Apollon
– 08/10/17 : Marseile – Le Silo
– 21/10/17 : Lille – Zénith
– 22/10/17 : Longuenesse / Saint Omer – Scénéo
– 27/10/17 : Chalon sur Saone – Salle Marcel Sembat
– 28/10/17 : Pontarlier – Espace René Pourny
– 29/10/17 : Autun – Parc Eduen
– 18/11/17 : Amiens – Zénith

D’autres dates peuvent se rajouter.

45 ans de carrière , des millions de disques vendus, des tubes qui se sont enchaînés depuis le début des années 70. C’est le moment que nous avons choisi pour parler avec ce chanteur, qui mérite bien des éloges, entre autres celui de la FIDÉLITÉ, et de la gentillesse. Cet entretien exclusif a été réalisé avant son passage à l’Olympia:

@ Guy Courthéoux / onsortoupas.fr

 

et la photo souvenir (@ Claude Laplace/onsortoupas.fr):

LES MOLIERES, LES NOMINATIONS ET LES CHOIX D’ONSORTOUPAS!

29ème nuit des Molières, ce sera le lundi 29 Mai sur France 2

Les trois dernières éditions orchestrées par Mr Jean-Marc Dumontet ont connu un franc succès, et le maître de cérémonie sera à nouveau Nicolas Bedos. Lé cérémonie sera filmée quelques jours auparavant aux Folies Bergère. Voici donc la liste des nominations, avec le choix d’Onsortoupas, en rouge.

Molière du Théâtre Privé: 

Bigre au Théâtre Tristan Bernard

Edmond au Théâtre du Palais Royal

La Garçonnière au Théâtre de Paris

Les Femmes Savantes au Théâtre de la Porte St Martin

Molière du Théâtre public:

Karamazov

La grenouille avait raison

Les Damnés

Les enfants du silence

Molière de la Comédie:

Bigre

Edmond

La Garçonnière

Silence on tourne

Molière de la Création visuelle:

Edmond

La Garçonnière     difficile de faire mon choix entre ces deux superbes spectacles

La grenouille avait raison

Les Damnés

Molière du meilleur spectacle musical:

Ivo Livi ou le destin d’Yves Montand

LesSea Girls

Oliver Twist le musical

Traviata

Molière de l’humour:

Dany Boon

François Xavier Demaison

Gaspard Proust

Vincent Dedienne

Molière du jeune public:

Dormir 100 ans

L’après midi d’un foehn

Le bossu de Notre Dame

Les Fourberies de Scapin

Molière du Seul(e) en scène:

L’asticot de Shakespeare (Clémence Massart)

L’esprit de contradiction (Camille Chamoux)

Réparer les vivants (Emmanuel Noblet)

Venise n’est pas en Italie (Thomas Solivérès)

Molière du Meilleur Comédien dans un spectacle privé:

Pierre Arditi (Le cas Sneijder)

Jean-Pierre Bacri ( Les Femmes Savantes)

Jean-Pierre Bouvier (La version Browning)

Guillaume de Tonquédec (La Garçonnière)

 

Molière du  comédien dans un spectacle du Théâtre public:

Patrick Catalifo (Timon d’Athènes)

Philippe Caubère (Bac 68)

Laurent Natrella (Les Enfants du silence)

Denis Podalydès (Les Damnes)

Molière de La Comédienne dans un spectacle de Théâtre privé:

Béatrice Agenin (La Louve)

Catherine Arditi (Ensemble)

Clémentine Célarié (Darius)

Christiana Réali (M’man)

Molière de la comédienne dans un spectacle public:

Romane Bohringer (La Cantatrice Chauve)

Isabelle Carré (Honneur à notre élue)

Françoise Gillard (Les Enfants du Silence)

Elsa Lepoivre (Les Damnés)

Molière du meilleur comédien dans un second rôle:

Jean-Paul Bordes (Vient de Paraître)

Jacques Fontanel (La Garçonnière)

Pierre Forrest (Edmond)

Gilles Privat (Le temps et la chambre)

Patrick Raynal (La Louve)

Didier Sandre (Les Damnés)

Molière de la Comédienne dans un second rôle:

Evelyne Buyle (Les Femmes Savantes)

Ludivine de Chastenet (Politiquement correct)

Anne Loiret (Avant de s’envoler)

Josiane Stoleru (Bella Figura)

Dominique Valadié (Le Temps de la Chambre)

Florence Viala (Le Petit Maître Corrigé)

Molière de la Révélation Masculine:

Fabio Mara (Ensemble)

Christophe Montenez (Les Damnés)

Mathieu Sampeur (La Mouette)

Guillaume Sentou ( Edmond)

Molière de la révélation Féminine:

Anna Cervinka (Les Enfants du Silence)

Hélène Degy (La Peur)

Delphine Depardieu (Le Dernier Baiser de Mozart)

Mélodie Richard (La Mouette)

Molière de l’auteur francophone vivant:

Nasser Djemaï (Vertiges)

Salomé Lelouch (Politiquement correct )

Alexis Michalik (Edmond)

Marie Ndiaye ( Honneur à notre élue)

Pierre Notte (C’est Noël, tant pis)

Gérard Watkins (Scènes de violences conjugales)

Molière du Metteur en Scène d’un spectacle de Théâtre privé:

Pierre Guilloius (Bigre)

Catherine Hiegel (Les Femmes savantes)

Alexis Michalik (Edmond)

José Paul (La Garçonnière)

Molière du Metteur en Scène d’un spectacle de Théâtre public:

Jean Ballorini (Karamazov)

Julien Gosselin ( 2666)

James Thierrée (La Grenouille avait Raison)

Ivo Van Hove ( Les Damnés)

 

Résultats sur France 2 le 29 Mai