Rating:

Classique du théâtre, la pièce de Reginald Rose revient à Paris dans une nouvelle adaptation particulièrement réussie.

Nous sommes aux Etats Unis, dans une salle de délibération d’un jury qui doit décider de la vie ou de la mort d’un adolescent accusé d’avoir tué son père. 11 Jurés votent pour sa culpabilité, mais le 12ème se refuse à cette sentence. Or selon la Loi, il faut l’unanimité pour que le verdict soit reçu et entendu. Ils ont la vie d’un jeune homme entre les mains. Tout accable le jeune homme, mais les doutes  subsistent. Le juré va-t-il réussir à convaincre les 11 autres de la probabilité d’innocence? Chacun voit dans ces récits quelque chose en interaction avec sa vie personnelle. Peuvent-ils sur la foi de certains témoignages envoyer quelqu’un à la chaise électrique?

L’adaptation par Francis Lombrail de ce texte magnifique, qui date de 1953, et qui avait été adapté pour le grand écran par Sidney Lumet quelques années plus tard, est une véritable réussite. La mise en scène de Charles Tordjman est efficace, et les comédiens sont tous absolument parfaits: Jeoffroy Bourdenet, Antoine Courtray, Philippe Crubezy, Alain Cruveiller, Adel Djemaï, Christian Drillaud, Claude Guedj, Roch Leibovici, Pierre-Alain Leleu, Pascal Ternisien, Bruno Wolkowitch, et bien entendu Francis Lombrail.

Toutes les photos : @ Laurencine LOT

Un décor simplifié mais qui donne toute son ampleur à ce drame, signé Vincent Tordjman achève le tableau. Une telle oeuvre méritait une rencontre avec l’adaptateur, qui est aussi acteur et co-directeur du Théâtre Hébertot : Francis Lombrail:

Entretien exclusif Guy Courthéoux / Onsortoupas.fr. Tous droits réservés

Ne manquez surtout pas cette pièce magnifique qui se joue du mardi au dimanche à 19h00

Prix des places de 22 à 42 €

Réservations au 01 43 87 23 23

la bande annonce :

 

 

Rating:

Féérie, la revue actuelle du Moulin Rouge attire toujours autant de spectateurs du monde entier, un spectacle vraiment formidable.

C’est certainement la revue qui a la plus longue vie à Paris, et pourtant Féérie est indémodable, qui plaît à tous, parisiens, touristes venus du monde entier, jeunes et seniors. On en prend plein les yeux, plein les oreilles avec plusieurs tableaux dont le French-Cancan le plus célèbre au monde. Pourquoi une revue est-elle indémodable? Pour en savoir plus une rencontre avec la directrice artistique de ce magnifique établissement , Janet Pharaoh s’imposait. En voici les images, tournées au Moulin Rouge, avec la scène  en répétitions en fond:

 

Chaque soir, deux représentations : le spectacle à 21h00 et à 23h00 avec une 1/2 bouteille de Champagne par personne : 109€

ou la revue sans boisson à 21h00 ou 23h00 pour 99€

Vous pouvez réserver sur place entre 9h00 et 23h00, par téléphone au 01 53 09 82 82

ou beaucoup plus simple, par Internet : www.moulin-rouge.com,

réservations@moulin rouge.fr

Un petit extrait, en forme de bande annonce:

vous pouvez lire d’autres articles avec des photos de la revue :

Rating:

George Clooney nous démontre dans son 6ème film en tant que réalisateur, qu’il est un grand et qu’il ne se cantonne pas dans un style.

Bienvenue à Suburbicon  débute avec une publicité pour une petite ville modèle, Suburbicon, créée en 1959, avec des maisons aux prix abordables, des pelouses très bien entretenues, l’endroit idéal pour la famille modèle. Par là entendez qu’en ce temps la famille modèle est blanche, raciste, qui vit le rêve américain, dans la banlieue ensoleillée d’une grande ville. Mais l’arrivée d’une famille de couleur va bouleverser la vie de tous ces ‘banlieusards’ américains, qui vont montrer toute la haine dont ils sont capables. Voilà, vous avez le décor. Maintenant il faut y poser quelques personnages et ces personnages vont en fait nous entraîner dans une toute autre histoire, certes située à Suburbicon, avec une famille semble-t-il unie, le mari Gardner Lodge (Matt Damon), la femme handicapée par un accident de voiture, le soeur jumelle de cette dernière (Julianne Moore) , et l’enfant du couple un jeune garçon dans las 10/11 ans. Leurs voisins: les blacks, qui ont aussi un enfant du même âge, et les deux jeunes vont sympathiser et faire du sport ensemble. L’arrivée d’un duo  de mecs dangereux  en pleine nuit chez les  Lodge va avoir des suites désastreuses, et va vous réserver bien des surprises, avec quelques coups de théâtre.

George Clooney jongle avec la caméra, la casquette de producteur, et celle de co-scénariste, puisque les frères Joel et Ethan Cohen  ont travaillé avec lui et Grant Heslov pour vous ménager un suspense digne des plus grands du 7ème art. Dès l’apparition de l’horrible duo, on se fait quelques idées….mais on est très loin du compte, et les surprises vont se poursuivre tout au long des 95 minutes du film.

Voilà du grand art, du cinéma comme on l’aime, avec des acteurs remarquables en tous points, des premiers rôles aux moins importants. Tous sont parfaits et d’une justesse de ton que seuls les grands acteurs peuvent vous offrir. Matt Damon n’est pas le super héros, il est très loin de ses énormes succès comme Il faut sauver le soldat Ryan, la trilogie Océan ou le rôle de Jason Bourne. Il va vous surprendre, et c’est le moins que l’on puisse dire.

Le cinéma américain se porte bien, nous sommes aux antipodes du blockbuster avec Bienvenue à Suburbicon, et pourtant on rentre dans le film pour en sortir avec quelques séquelles. Thriller et racisme….un cocktail détonnant!

Le film annonce :

en VOST :

en Version Française:

 

 

Rating:

Poétique, coloré, différent de tout ce qu’on a pu voir à ce jour en animation, COCO des studios Pixar / Disney est un chef d’oeuvre absolu que les adultes vont adorer autant que les enfants!

L’histoire peut sembler compliquée pour les tous petits alors que les plus grands vont se régaler avec cette histoire mexicaine: Depuis déjà plusieurs générations, la musique est bannie dans la famille de Miguel, un jeune garçon dans les 11/12 ans . Un vrai déchirement pour le jeune garçon,dont le rêve  est de devenir un musicien aussi accompli que son idole, Ernesto de la Cruz, un chanteur ultra populaire, mort depuis quelques décennies et dont le funérarium se trouve dans son village. Bien décidé à prouver son talent de guitariste et chanteur, Miguel, par un étrange concours de circonstances, se retrouve propulsé dans un endroit aussi étonnant que coloré : le Monde des Ancêtres, où il se lie d’amitié avec le sympathique arnaqueur Hector. Ensemble, ils vont accomplir un voyage extraordinaire qui leur révélera la véritable histoire qui se cache derrière celle de la famille de Miguel…

Le film d’animation, des studios Pixar a été réalisé par l’équipe de La Haut, qui avait déjà bouleversé les codes du cinéma d’animation. Lee Unkrich et Adrian Molina  ont créé ce film très original sur un scénario de Adrian Molina et Matthew Aldrich. Si les deux personnages principaux sont attachants, les animaux, qui ont la place belle sont plus que remarquables. Le premier est un chien errant, ami de Miguel, toujours la langue pendante, très longue, sur le côté de sa gueule, et qui est vraiment expressif et très drôle. Le second ressemble à un tigre ailé, de couleurs vives, bleu, rose et autres, qui est d’une beauté à couper le souffle. Il a toutes sortes de camarades, qui ont l’apparence d’animaux connus, mais tellement colorés qu’on comprend immédiatement qu’ils ne sont pas méchants.

Autres détails : la famille de Miguel, vivants comme ceux du monde des ancêtres . Les vivants: ses parents, sa grand-mère et son arrière grand mère Mama Coco qui vit un peu recluse sur son fauteuil dans l’espoir vain de revoir son papa. Quoique…. Dans le monde des ancêtres il retrouve d’autres membres de sa famille, qu’il reconnaît d’après les portraits exposés dans sa maison.

Le Monde Des Ancêtres, peut sembler une idée périlleuse pour un film d’animation destiné de prime abord aux enfants, et pourtant ce n’est pas le cas. Ces Défunts vivants fait d’os ont tous un faciès sympathique, amusant. Les voix françaises : Andrea Santamaria, Ary Abittan et François-Xavier Demaison

Vous l’avez d’ores et déjà compris, je n’ai pas aimé ce film: JE L’AI ADORE de la première à la dernière minutes, numéros chantés compris. 1h40 de bonheur, et d’émerveillement. Je l’ai vu en famille avec plusieurs générations présentes et l’avis est unanime, un excellent Pixar, si ce n’est le meilleur à ce jour!

Le film annonce :

 

Rating:

Un thriller glaçant, tiré d’un roman à succès de Jo Nesbo, entièrement tourné dans l’hiver glacial de Norvège dans les villes d’Oslo, Bergen et dans la région de Rjukan.

Un assassin psychopathe opère en  Norvège et signe ses crimes : le bonhomme de neige. Il a pris pour cible la seule personne capable de comprendre ses talents aussi effroyables que méthodiques :un inspecteur de la brigade criminelle spéciale, Harry Hole (Michael Fassbender), à la dérive alcoolique. L’assassin cherche un adversaire digne de ce nom pour se livrer à un jeu pervers. Pour le détective, l’assassinat d’une jeune femme aux premiers jours de l’hiver aurait pu être un meurtre banal. Mais plus l’enquête avance, plus le bonhomme de neige le nargue et multiplie les meurtres sadiques. Suspectant un tueur en série supposé mort et enterré, il s’associe avec Katrine Bratt ( Rebecca Ferguson) pour tenter de faire le lien entre certaines vieilles affaires classées et la sauvagerie des meurtres plus récents. Ajoutons que la femme d’Harry, Rakel Fauke (Charlotte Gainsbourg), qui vit désormais avec un autre homme risque fort d’être entraînée dans ce tourbillon de violence, avec son fils . Si le duo de flics  réussit, ils déjoueront les pièges du psychopathe qui les épie dans l’ombre. Mais que se passera-t-il s’ils échouent?

Passionnant de bout en bout, violent avec des scènes difficiles à conseiller à ceux qui n’aiment pas le sang, ce Bonhomme de Neige, réalisé par Tomas Alfredson est une pure réussite. Mené par de grands comédiens, il nous offre quelques apparitions d’acteurs de renom comme Val Kilmer ou J. K. Simons. Le scénario de Peter Snaughan est d’une écriture précise, et si je vous dis qu’on tremble, ce n’est pas que de froid, puisque tout le film se déroule avec des décors enneigés. Mais la terreur que nous inspire cette histoire est telle que lorsque l’on pense que c’en est fini, un rebondissement nous entraîne encore plus loin dans la peur.

Avec de tels films, on a vraiment envie d’aller au cinéma, on a peur, c’est certain, on est totalement dépaysé, les acteurs et le réalisateur vous gardent en haleine pendant 2 heures et on sort de la salle avec un sentiment d’apaisement! Du grand cinéma !

Le film annonce :

 

 

 

 

Rating:

Encore un nouvel ouvrage sur Claude François allez-vous penser? Détrompez-vous, c’est une bible quant à la discographie de l’idole, où vous retrouverez entre autres, tous les vinyles sortis de son vivant.

Baptiste Vignol , auteur d’autres ouvrages sur la chanson française (Guy Béart, , Renaud ou Téléphone, entre autres, se penche cette fois sur la carrière incroyable de celui qui près de 40 ans après sa mort est toujours présent dans les discothèques avec ses derniers tubes comme Magnolias for Ever, Alexandrie Alexandra, Je vais à Rio par exemple. Il a été et reste un des plus grands vendeurs de disques. Une carrière pourtant assez courte ( de 1962 à 1978), il reste l’idole absolue. On a tout dit, tout écrit sur lui, du bien, du mal, du vrai du faux, mais il a créé tellement de tubes, qu’il reste encore omniprésent dans la mémoire collective. Ceux qui étaient ados ou adultes le 11 Mars 1978 se souviennent tous de ce qu’ils faisaient au moment où sa mort a été annoncée, et comment la nouvelle s’est répandue très très vite. Il faut quand même se souvenir qu’à cette époque là le net n’existait pas, qu’il n’y avait que trois stations de radio et 2 ou trois chaînes de télévision, que le téléphone  (fixe) était encore un luxe. Et pourtant annoncé à 15.00, la France entière était au courant (sans aucun jeu de mot malsain) dans les 30 minutes qui suivaient. Ce livre, abondamment illustré, vous montre les pochettes de 45 tours, d’albums, mais aussi nombre de photos inédites de celui qui était Cloclo pour des millions de français.  Les chansons sont ‘disséquées’, expliquées, avec les incontournables, comme Chanson Populaire ou Le Téléphone Pleure, les quasi inconnues, comme celles de son 1er 45 tours qui ne s’est pas vraiment bien vendu, où il s’appelait KOKO, avant son premier Méga Tube : Belles, belles, belles suivi de tant d’autres, qui sera suivi de dizaines d’énormes succès : Le Mal Aimé, Toi et moi contre le monde entier, Le lundi au soleil, Viens à la maison, le jouet extraordinaire, Si j’avais un marteau, je vous laisse compléter la liste.

Il y a quelques disques en italien, et quelques mois avant sa mort un début de carrière outre manche, avec la reprise de certains de ses grands succès français traduits dans la langue de Shakespeare.

Inutile de rajouter qu’un de ses titres est encore aujourd’hui une des chansons les plus interprétées au monde : Comme d’habitude….qui fut repris avec le succès que l’on sait dans une adaptation de Paul Anka pour Franck Sinatra sous le titre de My Way et qui a depuis été enregistré par des centaines, voire des milliers d’autres interprètes de par le monde : Elvis Presley, les Sex Pistols, Nina Simone côté anglo saxon, et Michel Sardou ou Florent Pagny dans l’hexagone. Sans oublier un album de reprises par M. Pokora qui s’est écoulé à plus de 500.000 exemplaires.

Cet ouvrage vous dira tout sur cette carrière exceptionnelle, avec des anecdotes  recueillies auprès de ses proches, dont Jean-Pierre Bourtayre qui a été son directeur artistique, Sylvie Mathurin, son habilleuse, et vous vous rappellerez certains tubes, ses revues qu’il a créées avec beaucoup de succès pour Podium, et moins, que c’était alors un magazine de charme, Absolu. Vraiment cet ouvrage est complet, indispensable pour les fans, et un cadeau de choix pour tous ceux qui ont connu Claude François, que ce soit avant ou après sa mort.

Claude François : Je reviendrai comme d’habitude, c’est aux éditions Gründ, et c’est vendu 24.95€

 

Rating:

Si j’avais eu des doutes sur les qualités d’un mentaliste, il est certain qu’Antonio m’a totalement bluffé et convaincu!

Antonio, pour ceux qui regardent régulièrement les programmes télé, cela doit vous dire quelque chose. En effet il a gagné la compétition de LA FRANCE A UN INCROYABLE TALENT  en 2016. Il était donc logique qu’Antonio se produise sur scène…devant un large public, parce qu’il faut bien dire qu’il a beaucoup voyagé pour des shows prives depuis 25 ans. Un mélange parfaitement dosé de magie, de mentalisme avec une belle dose d’humour. La salle marche à fond, et ne croyez pas qu’il choisisse d’une manière ou d’une autre les personnes qu’il va faire monter sur scène. Et une fois sur scène, je vous laisse la surprise de voir ce qu’il peut faire.

Après avoir vu ce spectacle un soir où la salle était bien jeune, j’ai eu envie de rencontrer ce personnage , non pas pour lui demander ses secrets (je ne suis pas stupide au point de penser qu’il m’aurait répondu!), mais pour en savoir plus sur lui. Je peux vous assurer que je ne le connaissais pas, et que la réciproque est tout aussi vraie. Nous n’avions convenu de rien, et juste avant d’allumer la caméra, je lui ai simplement demandé s’il pouvait nous réserver une petite démonstration. Il m’a simplement demandé de penser à quelqu’un, d’écrire son prénom et son âge sur une feuille de papier, hors de sa vue. J’ai gardé ce petit morceau de papier dans la main du début à la fin de cet interview…. et ma première question est toute simple : c’est quoi un mentaliste? en voilà le résultat:

bluffant non?

 

Précipitez-vous à l’Apollo Théâtre, 9 rue du Faubourg du Temple dans le 11ème

Tous renseignements sur les dates du spectacle et les tarifs :

http://www.apollotheatre.fr/spectacles/antoniolemagicien

 

Rating:

Ce nom ne vous dit pas grand chose? Pourtant il mérite d’être découvert.

Dan Cardoso est un humoriste qui ne manque pas de talent. Dans son Seul En Scène, qu’il a intitulé Contes de Faits, il nous conte son parcours, son voyage aux Etats Unis, notamment à Orlando ,  capitale des parcs d’attraction.

Le voici au micro de Guy Courthéoux en exclusivité pour ONSORTOUPAS.fr:

Vous pouvez découvrir le spectacle de Dan Cardoso au Théâtre Montmartre Galabru

Tous les vendredis à 21h30 jusqu’à fin décembre 2017

Tarif plein : 22€

Tarifs chômeurs, -26ans, étudiants : 12€

réservations : http://theatregalabru.com/conte-de-faits/

Rating:

François Berléant égal à lui même: irrésistible, grandiose, et c’est un Festival avec ce Ramsés II

Jean (François Berléant) et sa femme Elisabeth (Evelyne Buyle) attendent leur fille (Elise Diamant) et leur gendre Mathieu (Eric Elmosnino), pour un week -end dans leur maison de campagne. Mais ce dernier arrive seul, avec un cadeau pour Jean, un masque mortuaire de Ramsés II, mais semble incapable d’expliquer la raison de l’absence de leur fille. Coup de théâtre, il v annoncer à Jean qu’il a assassiné leur fille….C’est le moment que choisit leur fille pour arriver. Que s’est-il passé? Pourquoi leur gendre s’acharne-t-il ainsi sur Jean? Je ne suis pas stupide au point de vous en dévoiler plus. C’est une comédie à la fois psychologique et policière, sans qu’on ne voie l’ombre d’un flic ou d’un gendarme. Toutefois, on reste collé à notre fauteuil et ce grâce au talent de François Berléant qui est vraiment un des meilleurs acteurs de sa génération.

Côté talent, on se souvient de Momo, que François Berléant avait interprété aux côtés de Muriel Robin et de Sébastien Thierry, qui en avait écrit le texte. C’est donc ce dernier qui a pris sa plume une fois encore pour nous plonger dans une pièce que l’on regarde avec plaisir, dans une mise en scène d’un des grands, Stéphane Hillel, qui co-dirige , entre autres, le théâtre de Paris ainsi que le Théâtre des Bouffes Parisiens, et c’est la première fois qu’il met en scène une pièce de Sébastien Thierry. *

Une chose est certaine: le public marche à fond, et il faudrait vraiment avoir envie de faire la fine bouche pour bouder notre plaisir.

TOUTES LES PHOTOS : copyright Celine Nieszawer 

Ramsés II , c’est au Théâtre des Bouffes Parisiens,

du mardi au samedi à 21h – Matinées le samedi à 17h30 et dimanche à 15h- durée environ 1h40

TARIFS de 10€ à 66€ (hors samedi soir et hors frais de réservation)

Téléphone pour les réservations : 01 42 96 92 42

la bande annonce :

 

Rating:

La comédie à la française, avec des tonnes de clichés, mais avec de bons interprètes!

L’affiche annonce la couleur, on est dans les clichés gay! Et l’histoire part d’un bon sentiment. Un jeune marocain, Yassine (Tarek Boudali) genre surdoué rate un examen et va devoir quitter le territoire. La seule solution, le mariage arrangé. On lui propose plusieurs alternatives, toutes des pires qui soient. En désespoir de cause, il va demander à son voisin de palier Fred (Philippe Lachau), qui vit avec Lisa (Charlotte Gabris), de l’épouser, en sachant bien que ce sera un mariage blanc, vu qu’ils ne sont pas gay. Mais un inspecteur (Philippe Dussart) suspecte la supercherie et ne va pas les lâcher! Et c’est là que les ennuis commencent, et surtout que les pires clichés sur le monde gay vont arriver.

On sourit au départ, et plus les situations avancent, plus on se demande vers où on va, même si on soupçonne vite le final. C’est dommage. Quel que soit le talent du réalisateur (Tarek Boudali) et des interprètes, les lourdeurs s’amoncellent, et c’est bien dommage.

Les comédies qui traitent de ce sujet sont rares, et toujours datées. On était pliés de rire avec La Cage Aux Folles, mais c’était il y a très longtemps. On riait tout autant avec Pédale Douce, et cette fois on sourit au début et on aurait aimé que la sensibilité gay ne soit pas aussi ridiculisée, ni aussi caricaturale.

la bande annonce :