Un roman célèbre de  Francis Scott Fitzgerald, deux films, et maintenant un ballet: The Great Gatsby / Gatsby Le Magnifique arrive aux Folies Bergère!

Roman éternel de Fitzgerald, publié en 1925 aux Etats Unis, Gatsby le Magnifique n’a pas fini de nous étonner

Cette fois il est transposé sous la forme d’un ballet, mais qui sera du grand spectacle. Trois stars se sont réunies pour ce faire :  Konstantin Malatze pour la partition originale, le grand danseur Denis Matvienko, étoile du Mariisnky Ballet et Dwight Rhoden le chorégraphe. Nous avons rencontré ce grand chorégraphe pour nous parler de ce ballet et lui avons demandé d’où venait l’idée de ce ballet:

En voici quelques images qui devraient vous donner envie de vous rendre aux Folies Bergère pour cette courte série de représentations: Outre la star Denis Matvienko, vous pourrez aussi applaudir : Anastasia Matvienko, Clifford Williams, Arthur Gaspar, Katerina Kaldrenko, Stanislav Skynnik , Irina Surneva.

THE GREAT GATSBY, c’est aux Folies Bergère, les 16, 17 et 18 octobre à 20.00

Prix des places de 28 à 84 €

Réservations sur le site folies bergère : https://foliesbergere.com/fr/

Réservation et informations par téléphone

Du lundi au vendredi de 10h00 à 13h00 et de 14h00 à 18h00 (hors jours fériés) : 0892 68 16 50   numéro surtaxé à 0.40€ la minutes

► Réservation au guichet de la salle

Du lundi au vendredi de 14h00 à 18h00 : 32 rue Richer – 75009 Paris
La réservation est possible le samedi, le dimanche et les jours fériés, s’il y a représentation, 1h avant la représentation

Rating:

 

30 ans après sa création française dans une mise en scène de Pierre Mondy, avec Jacques Villeret et Pierre Mondy au Théâtre des Variétés, voilà une pièce qui n’a pas pris une ride et qui revient au Théâtre des Nouveautés.

L’action se déroule dans un hôtel très proche de l’Assemblée Nationale à Paris, où un célèbre député de province (José Paul) se prépare un après midi coquin avec une secrétaire du premier ministre (Pascale Louange). Il charge son assistant  (Sébastien Castro) d’organiser les choses, ! Mal lui en prend, celui-ci enchaîne gaffe sur gaffe, et tente de ‘couvrir les frasques du député tant bien que mal . Ajoutons au tableau sa femme qui est ‘chaude’ comme de la braise (Lysiane Meys), et qui voudrait bien se taper l’assistant, un directeur d’hôtel suspicieux (Guilhem Pellegrin), un valet de chambre hilarant ( Thomas Sagol), le mari de la secrétaire (Guillaume Clérice) et la réceptionniste (Anne-Sophie Germanaz), des portes qui claquent, des quiproquos et vous obtenez un cocktail absolument détonnant mis en scène par José Paul, qui s’y connaît lorsqu’il est question de faire rire.

photo : B Richebé

Jean Poiret avait adapté cette pièce hilarante de Ray Cooney en 1987 qui connut un succès énorme avec plus de 600 représentations au théâtre des Variétés. En tête d’affiche Pierre Mondy (qui en assurait la mise en scène) et Jacques Villeret. L’adaptation pour les planches du théâtre Hébertot fut une pure réussite, décors modernes, portes qui claquent, et c’est cette version que nous propose le Théâtre des Nouveautés. C’est du boulevard, mais boulevard assumé, dans la grande tradition. La salle rit de bout en bout et j’avoue m’être laissé entraîner très facilement dans ce tourbillon. C’est une mécanique du rire, un vrai bijou, et les comédiens s’amusent dans ces situations. La mise en scène de José Paul est précise, totalement efficace, c’est un grand moment de théâtre. Tous les comédiens sont excellents, dont José Paul, et celui qui crée les rires de bout en bout c’est Sébastien Castro, un assistant vraiment atypique!

phto : B Richebé

photo B Richebé

Si vous voulez être absolument certain de rire du début à la fin d’une pièce, n’hésitez pas, la recette est simple: c’est au Théâtre des Nouveautés et C’est Encore Mieux l’Après midi. Du boulevard, des portes qui claquent, des rires qui fusent, des répliques qui font mouche. C’est la 3ème fois que je vois cette pièce et je m’y régale toujours autant

Avec une telle profusion de talents, un entretien avec celui qui se donne à fond, qui est sur scène quasiment pendant toute la pièce, Sébastien Castro s’imposait. Il nous parle de la création le la pièce :

 

la bande annonce :

 

C’est encore mieux l’après midi, c’est au Théâtre des Nouveautés,

Du mercredi  au vendredi à 21h,
Samedi à 16H30 et 21h
et Dimanche à 16h.
A partir du 31 octobre :
Du mardi au vendredi à 21h,
Samedi à 16h30 et 21h,
Dimanche à 16h.

Places de 15 à 42€

Rating:

Deux sœurs qui ne se sont pas vu depuis longtemps se retrouvent pour le mariage de leur cadette. Rencontre pour le moins explosive!

 

Deux sœurs, mais au tempérament totalement différent: Il y a Charlotte, qui est l’épouse et la mère de famille modèle, totalement coincée,  qui vit par et pour son mari et sa famille, et de l’autre côté il y a Claire, totalement libérée. Avec deux sœurs aussi différentes, il est certain que tout ne peut pas se passer au mieux. Elles vont ressortir de vieilles rancœurs, d’anciennes déceptions,  mais aussi de bons souvenirs avec une certaine complicité et retrouveront toutes deux une expérience nouvelle. Charlotte est interprétée en alternance par Marie-Hélène Lentini et Claire Gérard, alors que Claire a les traits de Karine Dubernet.

Photo tous droits réservés Fabienne Rappeneau.

La pièce, écrite par Marilyne Bal est mise en scène avec justesse par Jean-Philippe Azéma. Des décors épurés, un duo sur scène, qui recentre l’attention de la salle sur les deux comédiennes. On retrouve souvent des choses que l’on pensait enfouies au fond de nous dans ces dialogues percutants. Karine Dubernet a travaillé avec Laurent Ruquier sur Europe1 et France 2, puis a fait des chroniques sur MFM, et a joué au théâtre, entre autres dans deux pièces de Laurent Baffie. Marie Hélène Lentini est fidèle à Didier Caron, pour qui elle a joué dans Coiffures et Confidences au Théâtre Michel, ou dans Fleur de Cactus au Théâtre Antoine. Quant à Claire Gérard, on se souvient d’elle pour son One Woman Show : Blonde …mais pas trop, puis dans le Clan des Divorcées, qu’elle jouera plus de 2000 fois.

Photo tous droits réservés Fabienne Rappeneau.

Une jolie pièce, courte, pétillante, que le public apprécie vivement.

Représentations du dimanche au mercredi à 21.00 et le samedi à 15.00 à La Comédie Bastille, 5 rue Nicolas Appert dans le 11ème.

Réservations au 01 48 08 52 07

Places 27 et 32 €, tarifs réduits : 10€ au guichet, 11€ sur internet et pour résidents du 11ème, en fonction des places disponibles sauf représentations du samedi soi

La salle est climatisée et accessible aux personnes à mobilité réduite.

Photo tous droits réservés Fabienne Rappeneau.

Photo tous droits réservés Fabienne Rappeneau.

bande annonce :

 

 

Une nouvelle grille pour Sud Radio, ça se présente, et rien de tel que rencontrer le président de cette radio et une animatrice de charme  pour cela!

La nouvelle grille de Sud Radio voit quelques noms célèbres à l’antenne comme Patrick Roger, Natacha Polony, Henri Guaino, Yolaine de la Bigne, Dany Mauro, Valérie Expert, André Bercoff, Jacques Pessis, Brigitte Lahaie, Liane Foly parmi beaucoup d’autres. Entretien avec le Président de Sud Radio : Didier Maïsto.

 

Parmi les princesses de cette radio, une personnalité que j’adore pour son gentillesse autant que son franc parler : Brigitte Lahaie.

La fréquence de Sud Radio à Paris , c’est 99.9

Rating:

Un spectacle total, le ballet dans ce qui se fait de meilleur ! Quel bel hommage à cet artiste que fut Nijinsky

Celui qui fut peut-être le plus grand danseur, puis chorégraphe de tous les temps, Vaslav Nijinsky, était de son temps réputé pour une exceptionnelle virtuosité et des sauts incroyables, il a changé la donne de la danse, avant se sombrer dans la folie, ce qui mit fin à sa carrière. Ce ballet de John Neumeier pour le Ballet National du Canada, dirigé par Karen Kaim nous fait faire un retour dans le temps, un certain 19 Janvier 1919, à 17h00 pour être précis. Vaslav Nijinsky (sous les traits de Guillaume Côté) va se produire pour la toute dernière fois en public. Dans la première partie, nous sommes en Suisse où on retrouve ceux qui ont marqué sa vie: son mentor et amant, Serge Diaghilev (Evan McKie), Romola, sa femme (Heather Odgen), sa seour Bornislava (Jenna Savella), son frère Stanislas (Dylan Tedaldi), mais aussi les autres membres de sa famille: le père (Brent Parolin), la mère (Xiao Nan Yu), mais aussi Nijinsky dans les costumes qui l’ont rendu célèbre: Harlequin dans Carnaval (Naoya Ebe), L’Esprit de la Rose dans Le Spectre de la Rose (Naoya Ebe), L’esclave d’or  dans Schéhérazade (Francesco Gabriele Frola, Le jeune Homme dans Jeux (Skymlar Campbell), Le Faune dans L’Après-midi d’un faune (Francesco Gabriele Frola). Tout ce petit monde évolue avec et autour de lui, dans une expérience d’une beauté incroyable. On est au cœur de la danse, au cœur de ses amours dans des scènes homo-érotiques absolument magnifiques. On voit sa poursuite de la perfection, sa recherche d’un nouveau langage du corps et de la danse. Tous les souvenirs confus tournent autour de lui. La seconde partie est plus sombre où la folie est de plus en plus visible, avec des visions assez cauchemardesques de la guerre de 14/18.

Guillaume Côté, photo : Cylla Von Tiedermann

Guilaume Côté et Heather Ogden, photo : Bruce Zinger

Guillaume Côté, photo Bruce Zinger

Guillaume Côté, photo Bruce Zinger

Guillaume Côté et Heather Ogden , photo Erik Tomasson

Guillaume Côté et Evan MvKie, photo Aleksandar Antonijevic

Ce spectacle est vraiment époustouflant. On se régale de voir plusieurs Nijinsky sur scène, avec des décors au départ et ensuite des jeux de lumière et des pans colorés. Tout est beau, tout semble magique. La troupe est formidable, et la performance de Guillaume Côté digne des plus grands danseurs. Il est certain qu’il aurait impressionné le grand danseur qu’il incarne sur scène. Profitez des quelques représentation dans le cadre de Transcendanses au Théâtre des Champs Elysées : les 4, 6 et 7 octobre à 19h30 et le dimanche 8 en matinée .

Vous pourrez y entendre des oeuvres de Chopin (Prélude N°20), Schumann (Carnaval op 26, 1er mouvement), Rimsky-Korsakov : Schéhérazade op 35, extraits) et Chostakovich (Sonate pour alto et piano op 147 et Symphonie N°11 op 103)

La troupe de Nijinsky photo Alexandar Antonijevic

Guillaume Côté, photo Aleksandar Antonijevic

Réservations :

Par téléphone 01 49 52 50 50

du lundi au vendredi (sauf jours fériés) de 11h à 18h
le samedi de 14h à 18h

sur le site du théâtre : http://www.theatrechampselysees.fr

Tarif : de 15 à 110 €

 

Quelques photos de Vaslaj Nijinsky:

Nijinsky dans l’Après-midi d’un faune en 1912, photo : Walery, BnF/BMO

Nijinsky dans Le Spectre De La Rose en 1911, Photo: Roosen, BnF / BMO

 

bande annonce :

https://youtu.be/pnfhcvmZJY0

 

Après nous avoir donné un grand aperçu de son spectacle en cercle privé il y a quelques mois, revoilà ZIZE à Paris, et Zize Dupanier est vraiment très drôle…

Mais qui est donc Zize? Thierry Wilson, marié de longue date avec l’artiste Coccinelle, Zize se produit depuis longtemps dans le Sud de la France où elle a connu un succès grandissant. Il lui fallait donc ‘monter’ à Paris, et c’est chose faite puisqu’elle va se produire quelques mois à la Comédie Caumartin dans un spectacle délirant. Il nous fallait rencontrer ce personnage hors norme en voici les images.

entretien exclusif : Guy Courthéoux /onsortoupas.fr

 

Zize à la Comédie Caumartin,  jusqu’au 30 décembre, du mardi au samedi à 19.00

places de 21 à 34 euros, tarifs promotionnels : de 10 à 23€

Voir l’article paru précédemment sur le showcase de Zize :

Après avoir fait les beaux soirs au Gymnase, , revoilà des Fantômes de la rue Papillon, avec deux acteurs superbes: Michel Jonasz et Eddy Moniot

Ce jeune comédien qui ne manque ni de talent, ni de bonnes humeur fait ses débuts au théâtre, et c’est une bonne raison pour le rencontrer et lui demander s’il avait vu la pièce dans sa première version :

Rating:

Quel bonheur de vivre cette belle histoire sous l’Angleterre victorienne!

Tiré d’une histoire vraie et pourtant méconnue, ce film parle de l’amitié qui lia la Reine Victoria (Judi Dench) et un  jeune valet indien de 24 ans ,  Abdul Karim (Ali Fazal). Cette amitié se renforcera rapidement et ce dernier devient son professeur, son guide spirituel, mais aussi son ami le plus dévoué, et tout cela au grand dam de la cour, de l’entourage et même de la famille de la reine toute puissante. Tout débute en 1887, lorsque le jeune Abdul quitte l’Inde pour remettre un cadeau lors du jubilé de la reine, qui est, ne l’oublions pas Impératrice des Indes.  Celle-ci va porter l’oeil sur lui, et elle va en faire son valet de pied.  Si l’amitié qui se noue entre ces deux personnes n’attire que des ennuis au jeune indien, seule la reine  qui le gardera près d’elle le sauvera de tout. La vision de l’Empire Britannique, ses règles étriquées, servent de toile de fond, nous montrant les côtés les pires, comme les relations avec la religion, le racisme, et la politique tant interne qu’externe.

Stephen Freas nous avait déjà offert plus d’un chef d’oeuvre, comme, par exemple My Beautiful Laundrette (1985), Prick Up Your Ears (1987), Héros Malgré lui (1992), The Queen ( 2006), ou plus récemment Florence Foster Jenkins. Sa filmographie nous montre qu’il est tout autant à l’aise dans les films historiques que dans les histoires contemporaines. Et cette fois c’est un régal victorien, avec une histoire totalement inconnue, vu que tous les documents prouvant l’existence de ces épisodes avaient été détruits sitôt la reine décédée par son fils Albert Edward dit Bertie, qui sera le futur roi Edward VII. Il aura fallu attendre 2006 pour qu’une auteur, Shrabani Basu, fasse des recherches et retrouve le journal de la reine, écrit en langue urdu, et qu’elle se fit traduire toute cette histoire pour en faire un roman paru aux presses de la cité sous le même titre que celui de ce film.

Passionnant de bout en bout avec des comédiens qui sont des grands. On le savait depuis longtemps pour Judi Dench, mais on découvre ce jeune acteur indien, Ali Fazal, qui tous deux dominent la distribution. On aime aller au cinéma pour découvrir de telles oeuvres, vibrer à une belle histoire, une belle mise en scène, et bien entendu des décors comme on n’en voit pas tous les jours

Un très grand moment de cinéma!

le film annonce :

 

 

Rating:

Inutile de revenir sur ce que j’ai déjà mis en ligne sur ce musical qui est vraiment plus qu’excellent.

Premier extrait :

 

Mais allons donc faire un tour sur la scène de Mogador, faufilons nous dans les décors et allons à la rencontre de celle qui a mis en scène avec un brio incroyable cette comédie musicale: Véronique Bandelier:

 

 

Le héros de la pièce, c’est sans conteste Danny Zuko, interprété par Alexis Loizon, un habitué des comédies musicales puisqu’on l’avait déjà vu dans le rôle de Geston dans la belle et la bête à Mogador, mais aussi au Comédia, dans Aladin, sans oublier un rôle dans la version film de la Belle Et La Bête des studios Disney:

 

 

Sa partenaire de charme, Sandy Dumbrowski est interprétée avec grâce par Alyzée Lalande, qui, elle aussi a déjà joué dans quelques musicaux à Mogador:

Avant la suite des entretiens, voilà un second extrait interprété par Alyzée Lalande,, l’adaptation française de Hoplessly Devoted To You, paroles de Nicolas Engel:

 

 

L’élément comique est un atout pour tout musical, ici ils sont en duo, avec la directrice de Rydell, Miss Lynch, interprétée par Céline Groussard:

 

 

Et enfin, le comique au masculin, lui aussi habitué des comédies musicales, puisqu’il était dans Circus Circus aux Folies Bergère, ainsi qua dans d’autres musicals à Mogador, dans le rôle d’Eugène : Alexandre Faitrouni:

et un dernier extrait : Grease is the world!

Toutes les vidéos @ Guy Courthéoux, vidéos musicales avec l’aimable autorisation du Théâtre Mogador, entretiens exclusifs par Guy Courthéoux pour onsortoupas.fr

Autres articles sur Grease, avec  autres extraits et autres interviews :

Rating:

Alexis Moncorgé explose sur la  scène du Lucernaire, après avoir fait les beaux jours du Théâtre de Poche Montparnasse

 

Le terme est peut-être exagéré, mais pas dans le cas de la performance qu’il nous offre  dans AMOK, sur un texte de Stefan Zweig, traduit par celle qui le met en scène : Caroline Darnay, et qu’il a adapté lui même : AMOK.  Un homme seul sur scène, il est sur le pont d’un navire, il se tient à l’écart de tous, et il veut partager un secret avec nous. Il nous fait ses confidences sur ce qui l’a amené là, Pourquoi fuit-il le monde? Il fuit un pays, qui pourrait être l’Inde ou la Malaisie. Il est médecin, et a travaillé pendant 5 ans dans la jungle, l’action se situe au tout début des années 1900.

Il va nous conter, nous jouer toute cette histoire en 1 heure et quart environ, nous offrant les dialogues dans sa voix, nous montrant sa détresse avec des larmes dans les yeux, au point que nous, spectateurs souffrons autant que lui à certains moments. Si le nom de Moncorgé ne vous dit rien, je vous rappelle, à toutes fins utiles que c’est le vrai patronyme  de Jean Gabin, et qu’on sent bien que le sang de cet illustre acteur coule dans ses veines. Alexis, petit fils de cet immense comédien est absolument époustouflant, qui nous prend aux tripes dès les premières secondes pour ne nous lâcher qu’à la dernière seconde. La salle est sur un nuage, qui lui offre une véritable ovation. Ce n’est certainement pas pour rien qu’il a obtenu le Molière de la Révélation Masculine lors de la dernière cérémonie, il y a quelques mois

AMOK Photo 3 libre de droits (c )Christophe Brachet AMOK Photo 4 libre de droits (c )Christophe Brachet AMOK Photo 6 libre de droits (c )Julien Jovelin AMOK Photo Saut (libre de droits (c)Christophe Brachet)

A n’en pas douter, AMOK est un des grands moments de cette rentrée théâtrale. Certes vous ne viendrez pas ici pour rire aux éclats, vous êtes prévenus, mais si vous aimez le théâtre et connaissez un tant soit peu Zweig, vous vous en doutiez déjà.

Voilà vraiment un comédien à découvrir si ce n’est déjà fait. Une rencontre avec cet excellent comédien  s’imposait, et voilà qui est fait: Est-ce une nouvelle aventure que de changer de théâtre?

 

 

Toutes les photos : @ Christophe Brachet

AMOK, du 11 Octobre au 3 décembre,

Du Mardi au Samedi à 21h00, matinées Dimanche à 18h00

durée du spectacle environ 1h25

Prix des places :  26 € / + de 65ans   : 21 € / étudiant, RSA, Intermittent   : 16 € / – de 26ans   : 11 €

Comment réserver ?
• sur internet: www.lucernaire.fr
• par téléphone au 01 45 44 57 34
• sur place aux horaires d’ouvertures

Dates de tournée à venir
Dimanche 19 Novembre – Malesherbes
Vendredi 12 Janvier – Villeparisis
Samedi 20 Janvier – Meru
Samedi 27 Janvier – Avallon
Samedi 3 Février – L’Ile d’Yeu
Mardi 6, Mercredi 7 Février – Arques
Mardi 13 Février – Béziers
Vendredi 16 Février – Le Havre
Du Mercredi 21 Février au Lundi 26 Février – Montréal
Vendredi 9 Mars – Soisson
Mercredi 14 Mars – Saint–Germain en Laye
Vendredi 23 Mars – Gerzat
Samedi 24 Mars – Verrieres le buisson
Vendredi 13 Avril – Vibraye
Vendredi 20 Avril – Sainte Geneviève des Bois
Jeudi 26 Avril – Floirac
Samedi 28 Avril – Colmart
Jeudi 3 Mai – Dubai
Mardi 15 Mai – Arcachon