Olivier Bériot

All posts tagged Olivier Bériot

C’est le grand moment pour tous les élèves de l’Ecole de Danse de l’Opéra de Paris, avec 4 galas où ils nous montrent leur savoir faire.

Ecole-de-danse-de-l-Onp-D-Ores-et-deja-B.-Massin-N.-Paul-Svetlana-Loboff-OnP

Élisabeth Platel , qui dirige l’école,  a commencé à étudier la danse au Conservatoire de Saint-Germain-en-Laye, puis entre au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris. Elle en sort en 1975 avec un Premier Prix qui lui ouvre les portes de l’École de Danse de l’Opéra de Paris. Engagée l’année suivante dans le Corps de ballet, elle est promue « Première danseuse » en 1979. A l’issue de sa première Giselle – le 23 décembre 1981 – Élisabeth Platel est nommée «danseuse Étoile». Grande interprète du répertoire classique et académique, elle est choisie par Rudolf Noureev – alors Directeur de la danse à l’Opéra de Paris – pour créer les rôles principaux de Raymonda – 1983, du Lac des cygnes – 1984, de La Belle au bois dormant – 1989, et de La Bayadère – son ultime création en 1992. Le 9 juillet 1999, elle fait ses adieux « officiels » à l’Opéra dans La Sylphide, tout en continuant à s’y produire en qualité d’étoile invitée (La Bayadère et Raymonda en 2000, Le Songe d’une nuit d’été en 2001). Pendant plusieurs années, Élisabeth Platel a également enseigné comme professeur invitée en France et à l’étranger et a travaillé comme répétitrice, notamment aux côtés de Claude Bessy – pour remonter Suite en blanc en 1996 et Daphnis et Chloé en 1998 au Théâtre de Rio de Janeiro – et de Pierre Lacotte – pour la recréation de La Sylphide en 1997, dans ce même Théâtre ainsi que de Paquita en 2001 au Palais Garnier. Elle a enseigné à l’Opéra national de Paris pendant la saison 2002-2003. À la rentrée 2004, elle succède à Claude Bessy à la direction de l’École de danse. En 2008, elle remonte avec Manuel Legris La Sylphide dans la version de Pierre Lacotte pour le Ballet de Hambourg et en 2011 pour le Staatsoper de Vienne. Élisabeth Platel est régulièrement invitée en tant que professeur et appelée à être membre de nombreux jury dans des compétitions internationales (Lausanne, Varda, New York).

Ecole-de-danse-de-l-Onp-Conservatoire-A.-Bournonville-Svetlana-Loboff-OnP

Ecole-de-danse-de-l-Onp-Conservatoire-A.-Bournonville-Svetlana-Loboff-OnP

Ecole-de-danse-de-l-Onp-Conservatoire-A.-Bournonville-Svetlana-Loboff-OnP

Ecole-de-danse-de-l-Onp-S.-Leduc-M.-Rubio-Conservatoire-A.-Bournonville-Svetlana-Loboff-OnP

Svetlana_Loboff___Opera_national_de_Paris-Ecole-de-danse-de-l-Onp-S.-Leduc-M.-Rubio-Mailene-Katoch-Conservatoire-A.-Bournonville-Svetlana-Loboff-OnP

Cette année, l’Opéra national de Paris célèbre les 350 ans de l’Opéra. Pour cette saison anniversaire, l’École de danse choisit de programmer des chorégraphes s’inscrivant dans une tradition toujours vivante où rigueur s’allie à virtuosité et héritage avec modernité. Rendez-vous annuel essentiel à l’évolution du parcours des jeunes élèves de l’École de danse, le spectacle réunit chorégraphes, répétiteurs et professeurs dans une même volonté de transmettre et de porter haut le lambeau d’un art vivant, enrichissement d’un répertoire classique et contemporain qui ne cesse de se renouveler. Le temps de préparation offre aux élèves la possibilité de valoriser et perfectionner les acquis de l’année et d’apprendre à travailler collectivement autour d’un projet scénique.

Ecole-de-danse-de-l-Onp-Ines-Mcintosh-Gregoire-Duchevet-Les-Deux-Pigeons-A.-Aveline-Svetlana-Loboff-OnP

Ecole-de-danse-de-l-Onp-Les-Deux-Pigeons-A.-Aveline-Svetlana-Loboff-OnP

Ecole-de-danse-de-l-Onp-Les-Deux-Pigeons-A.-Aveline-Svetlana-Loboff-OnP

Ecole-de-danse-de-l-Onp-Les-Deux-Pigeons-A.-Aveline-Svetlana-Loboff-OnP

Ecole-de-danse-de-l-Onp-Les-Deux-Pigeons-A.-Aveline-Svetlana-Loboff-OnP

Ecole-de-danse-de-l-Onp-Les-Deux-Pigeons-A.-Aveline-Svetlana-Loboff-OnP

À travers son spectacle annuel, l’École de danse poursuit son œuvre de transmission auprès des jeunes générations et fait rayonner une formation fondée sur une longue tradition orale. Les œuvres de cette saison offrent un voyage dans les styles et techniques de plusieurs époques. D’ores et déjà conjugue vocabulaire baroque et danse contemporaine sous le regard de Rameau. Conservatoire ouvre une fenêtre sur l’École danoise, tout en vivacité et noblesse. Enfin, Les Deux Pigeons propose une comédie pleine d’allant qui dévoile la richesse de l’école française de la première moitié du XXe siècle .

Ecole-de-danse-de-l-Onp-D-Ores-et-deja-B.-Massin-N.-Paul-Svetlana-Loboff-OnP

Ecole-de-danse-de-l-Onp-D-Ores-et-deja-B.-Massin-N.-Paul-Svetlana-Loboff-OnP

Ecole-de-danse-de-l-Onp-D-Ores-et-deja-B.-Massin-N.-Paul-Svetlana-Loboff-OnP

Ecole-de-danse-de-l-Onp-D-Ores-et-deja-B.-Massin-N.-Paul-Svetlana-Loboff-OnP

Ecole-de-danse-de-l-Onp-D-Ores-et-deja-B.-Massin-N.-Paul-Svetlana-Loboff-OnP

Cette année l’Orchestre est dirigé par Yannis Pouspourikas qui dirige les oeuvres suivantes :

D’ORES ET DÉJÀ, Musique : Jean-Philippe Rameau sur une chorégraphie de  Béatrice Massin, Nicolas Paul et des costumes d’Olivier Bériot

CONSERVATOIRE,  Musique: Holger Simon Paulli sur une chorégraphie d’ August Bournonville,  DÉCORS ET COSTUMES  Maurice Le Nestour D’après  Edgar Degas

LES DEUX PIGEONS, Musique André Messager, sur une chorégraphie d’Albert Aveline D’après Louis Mérante,  DÉCORS Alexandre Obolensky d’après les maquettes de la création,  COSTUMES Paul Larthe

 

Rencontrer un Monsieur avec autant de talent que Yannis Pouspourikas est un honneur. Voilà qui est fait, dans une loge de l’Opéra Garnier:

Prochaines représentations :

Lundi 1er avril 2019 – 19h30

Mercredi 3 avril 2019 – 19h30

Jeudi 4 avril 2019 – 19h30

Prix des places : de 10 à 65 €

Réservations : aux guichets : au Palais Garnier et à l’Opéra Bastille, du lundi au samedi de 11h30 à 18h30   ou sur Internet : www.operadeparis.fr

Transcendanses a présenté le dernier ballet de la saison à Paris, très beau spectacle avec deux danseurs hors du commun.

onsort oupas014

En effet, Nicolas Le riche et Clairemarie Osta nous ont offert un spectacle mis en musique par Matthieu Chedid, Para-ll-èles, pour une petite série de représentations au Théâtre des  Champs Elysées. Un récit curieux qui permet aux spectateurs de plonger dans leur univers. En ouverture, ce que j’appellerai RUNNING, avec deux êtres, elle tout en blanc, contrairement à lui, tout dans les tons foncés. Ils symbolisent les énergies, les puissances de la condition humaine. On sent la complicité entre eux, l’amour. On passe du Running ou Loving, puis on entre plus dans la métaphore pour un final en étoiles. Des duos, des solos, les deux interprètes utilisent tous les ressorts de la danse contemporaine pour en faire un spectacle complet. C’est à Matthieu Chedid qu’on doit la partition originale pour cette création, partition composée et mixée dans son labo. Les éclairages de Jean-Michel Désiré laissent la part belle aux côtés sombres, pour qu’on discerne mieux les corps et les mouvements.

pola.tif

d92ffeae-6286-4a20-ab02-9ac96ad29ee0

Photos : Lisa Roze

1614007_461227804072208_4535439472033072869_o

de gauche à droite : Nicolas le Riche, Jean-Michel Désiré (lumières), Clairemarie Osta, Matthieu Chedid (musique), Olivier Bériot (costumes)

photo: Jean-Philippe Raibaud

Si vous n’avez pas trouvé de place pour cette série de représentations, nul doute que vous aurez d’autres occasions, entre autres avec les dates de la mini tournée à suivre :

24 mars 2016, 20h30 : L’Octogone, Théâtre de Pully – Suisse
25 mars 2016, 20h00 : Théâtre en Dracénie, Draguignan
5 avril 2016, 20h30 : Le Corum, Montpellier

 

En attendant d’autres dates, et la 3ème saison de Trancendanses.