Sibelius

All posts tagged Sibelius

Lille va accueillir un festival musical d’un nouveau genre : le Transsibérien.

Le Festival Transsibérien Station Jeunesse est le premier arrêt européen d’un parcours lancé en 2014 à Novossibirsrk, par un des plus grands violonistes actuels : Vadim Repin, avce son ami Oleg Bely, ce derneir étant le directeur du Trans-Siberian Art Fesrtival, qui a déjà été au Japon,, aux Etats Unis et en Corée du sud. Des artistes de renommée mondiale s’y croisent. Et ce parcours va s’arrêter cette fois en Europe, en France et plus précisément à Lille, sous l’égide de Vadim Repin, Marina Bowers et Jean-Claude Casadesus. Ce festival qui se déroulera  dans la salle LE NOUVEAU SIECLE à Lille, va se dérouler sur 3 jours: 12 /13 et 14 décembre 2019.

JeanClaudeCasadesus.PIAS    photo:asappictures

VADIM REPIN ET JEAN-CLAUDE CASADESUS

3 jours de concerts et de masterclass, avec desn solistes de renommée mondiale, outre Vadim Repin au violon, Alexander Kniazev, violoncelle, Nicholas Angelich ,  et Andrei Korobeinikow, 2 pianistes, Jing Zhao, violoncelle…. Un programme bien complet où vous pourrez entendre des oeuvres de Sibelius, Brahms, Schumann, Tchaikowsky, Dvorak, Beethoven,  Choskatovitch parmi d’autres. Pluisieurs jeunes orchestres : Orchestre symphonique des jeunes de l’Oural, l’Orchestre des jeunes d’Ile de France, et le jeune orchestre du Hainaut- Cambrésis.

JeanClaudeCasadesus-PIAS
photo:UgoPonte

Vadim-Repin
photo:gela-megrelidze

Mais qui mieux qu’un grand maître , qui assure la direction artistique de ce festival, Jean-Claude Casadesus, pour en parler devant la caméra d’Onsortoupas.fr :

 

Entretien : @Guy Courthéoux / onsortoupas.fr

Réservation des places : FNAC et Office du Tourisme de Lille

Prix des places : Carré d’or : (sans distinction d’age) : 30€

Tarif normal : 20€

Jeunes (11/25) 15€

enfants (6/10) : 10€

gratuit pour les moins de 6 ans

Vadim-Repin
photo:gela-megrelidze

Rating:

Quelle belle surprise que de découvrir une version nouvelle, revue, corrigée du ballet très  connu, LE CORSAIRE, avec un danseur dont on n’a pas fini de parler!

@ David Herrero

 

C’est dans le cadre de Trancendanses que nous avons pu découvrir ce ballet dans ine mise en scène et une chorégraphie signées Kader Belarbi, pour le BALLET DU CAPITOLE DE TOULOUSE, avec trop peu de représentations au Théâtre des Champs Elysées. Le ballet fut créé en 1856 à Paris par Joseph Mazilier, mais n’était jamais ré-apparue en France, tout au moins dans une version française. On avait pu le voir dans le cadre de certaines tournées avec des artistes étrangers. Monsieur Belarbi nous offre sa propre version, sa propre lecture, en ré-organisant la trame narrative, tout autant que la partition musicale., tout en gardant l’esprit de l’oeuvre que l’on connaît.  Musicalement on entend des extraits d’Adolphe Adam, Anton Arenski, David Coleman, Edouard Lalo, Jules Massenet et  Jean Sibelius, sans  que nos oreilles en soient choquées, bien au contraire. Si les spectateurs parisiens la découvrent enfin, ceux de Toulouse ont eu la chance de le découvrir déjà en 2013. Mais peu auront eu la chance de voir le nouveau danseur étoile : Ramiro Gomez Samon, originaire de Cuba, et qui vient tout juste d’être nommé premier danseur. Il est éblouissant dans le rôle du Corsaire, et dès qu’il apparaît, tout le monde n’a d’yeux que pour lui. Il dégage de lui tout ce qu’on aime dans un danseur, une justesse dans les pas, une grace, et quand on le voit évoluer sur scène, on pense aux plus grands. Il est quasiment certain que ce jeune homme va gravir encore bien des échelons vers la célébrité. Ce qui n’efface pas les autres rôles, comme celui du Sultan ( Minoru Kaneko le soir où j’ai vu ce ballet), ni celui de la belle esclave ( Natalia de Froberville), de la Favorite (Juliette Thélin), de son compère (Demian Vargas) ou celui du marchand ( Dennis Cala Valdès). Je ne parle que de la distribution que j’ai pu applaudir, qui s’est produite deux fois sur la scène du Théâtre des Champs Elysées.

@ Guy Courthéoux /onsortoupas

@ David Herrero

@ David Herrero

Pour ceux qui ne connaissent pas l’histoire, en voici un court résumé : Dans un sultanat, ce dernier règne en maître. Le Corsaire, un hors la loi arrive lors d’une vente d’esclaves et ce dernier tombe amoureux de la plus belle d’entre elles. Mais l’esclave sera vendue au sultan. La favorite de ce dernier , très jalouse, va peut-être aider à leurs amours, qui fera rentrer le Corsaire dans le Palais.. Mais le Sultan semble bien amoureux de la belle….

La mise en scène de Kader Belarbi est plus qu’efficace, dans des décors qui laissent la place belle aux danseurs, qui tous sont excellents, qu’ils soient en troupe, ou en solo. Voilà qui est un des meilleurs spectacles de danse que j’ai pu voir, et je n’ai qu’un seul regret, de ne pas avoir été libre d’autres soirs pour me régaler avec LE CORSAIRE, qui, si je l’ai bien compris, entame une tournée actuellement! S’il passe près de chez vous, précipitez-vous!

D’autres photos avec autre distribution :

 

@Francette Levieux

@Francette Levieux

@Francette Levieux

@Francette Levieux

@Francette Levieux