Wolfgang Amadeus Mozart

All posts tagged Wolfgang Amadeus Mozart

À l’occasion du 10e anniversaire de la disparition de Maurice Béjart et du 30e anniversaire de la compagnie, le BÉJART BALLET LAUSANNE a entamé une tournée internationale du ballet LA FLÛTE ENCHANTÉE.

Gil Roman, directeur artistique de la Compagnie, reprend la célèbre chorégraphie de Béjart sur l’œuvre magistrale et féérique de Mozart. 44 danseurs calent leurs pas sur la version musicale du Philharmonie de Berlin, dirigé par Karl Böhm en 1964. D’une durée inédite de trois heures, c’est tout un opéra en version dansée qui s’offre au public parisien pour 5 dates exceptionnelles après avoir enchanté Lausanne, Shanghai et Tokyo.

©BBL_Gregory_Batardon

©BBL_Gregory_Batardon

©BBL_Gregory_Batardon

©BBL_Gregory_Batardon

©BBL_Anne_Bichsel

©BBL_Anne_Bichsel

©BBL_Anne_Bichsel

A travers l’alternance de scènes magiques ou comiques, ce ballet met fidèlement en scène la partition de Mozart, rend la musique visible et révèle l’essence du mouvement qui vit en son cœur.  L’enregistrement qui sert de toile à cet Opéra est la version de l’Orchestre Philharmonique de Berlin sous la direction de Karl Böhm en 1964 avec :

Sarastro : Franz CRASS,  La Reine de la Nuit :  Roberta PETERS,  Pamina :  Evelyn LEAR,  Tamino :  Fritz WUNDERLICH,  Papageno : Dietrich FISCHER-DIESKAU,  Papagena :  Lisa OTTO,  Le récitant : Hans HOTTER,  Les trois prêtres : Hubert HILTEN, Martin VANTIN,  Manfred RÖHRL,  Monostratos : Friedrich LENZ,  Les trois Dames de la Reine de la Nuit : Hildegard HILLEBRECHT,  Cvetka AHLIN,  Sieglinde WAGNER,  Les trois enfants :  Rosl SCHWAIGER,  Antonia FAHBERG,  Raili KOSTIA,  Les hommes en armures :  James KING,  Martti TALVELA.K

La troupe, sous la direction de Gil Roman :

Danseurs :

Gabriel Arenas Ruiz, Connor Barlow,  Dorian Browne, Javier Casado Suárez, Michelangelo Chelucci, Julien Favreau, Mattia Galiotto, Fabrice Gallarrague, Daniel Goldsmith, Kwinten Guilliams,  Federico Matetich,  Keisuke Nasuno, Jaym O’Esso, Masayoshi Onuki, Vito Pansini, Wictor Hugo Pedroso, Angelo Perfido, Lawrence Rigg, Jiayong Sun, Demian Vargas, Denovane Victoire.

Danseuses :

Portia Adams,  Carme Andres,   Alanna Archibald,  Solène Burel,  Jasmine Cammarota,  Lisa Cano,  Oana Cojocaru,  Valerija Frank,  Chloé Lopes Gomes,  Haydée Herrero Feria,  Clélia Mercier, Mari Ohashi,  Chiara Posca,  Elisabet Ros,  Svetlana Siplatova,  Bianca Stoicheciu,  Kathleen Thielhelm,  Aldriana Vargas López.

©BBL_Gregory_Batardon

©BBL_Anne_Bichsel

©BBL_Lauren_Pache

Reprenons les paroles de Maurice Béjart : « La Flûte enchantée se présente à nous sous un double aspect : tout d’abord une féerie qui nous emporte dans la poésie pure de l’enfance ou du génie, ensuite, et surtout, un rituel précis, rigoureux, inspiré. Ce mélange peut nous sembler étrange. Constatons premièrement qu’il fonctionne parfaitement et que l’alternance des scènes, soit magiques, soit franchement comiques, avec un message philosophique d’une grande hauteur de pensée nous rend plus perméables à recevoir le symbolisme non seulement avec notre esprit, mais avec notre être total. »

©BBL_Anne_Bichsel

©BBL_Anne_Bichsel

©BBL_Anne_Bichsel

©BBL_Philippe_Pache

 

la bande annonce :

 

Rating:

On l’a vu en avant première, le spectacle sera présenté à Avignon, avant de revenir à Paris à la rentrée.

jsteyweb-9423 jsteyweb-9435

Vienne, décembre 1791. Wolfgang Amadeus Mozart vient de mourir. Constance, sa veuve, doit faire front. Seule et désargentée, il lui faut trouver le disciple capable de terminer le fameux Requiem. Franz-Xavier Süssmayer, qui ne la laisse pas indifférente, vient lui rendre visite, mais sera-t-il à la hauteur du Maître ? Sur ce sujet, on rentre dans le modèle classique, unité de temps et de lieu, pour un dialogue entre les deux protagonistes; Je ne connaissais pas Delphine Depardieu (pour ceux qui se poseraient la question, elle est la nièce de Gérard) qui joue une Constance absolument remarquable. En finesse, mais avec des pointes , et son partenaire, Guillaume Marquet est dans le même esprit, qui passe par une gamme de sentiments et d’expressions, qui devraient emporter le public dans leur sillon.

La pièce, écrite par Alain Tieulé a été mise en scène par Raphaëlle Cambray. Elle ne demande pas une grande scène, et la salle du petit Montparnasse est l’écrin parfait pour ce bijou.

jsteyweb-9225 jsteyweb-9135

Si vous passez par Avignon, ne la manquez pas, et si vous restez à Paris, vérifiez que LE DERNIER BAISER DE MOZART  se joue bientôt pour y réserver vos places.

Réservations au 01 43 22 77 74

Rating:

Un des opéras les plus célèbres de Mozart dans une mise en scène signée Michael Haneke, de retour à l’Opéra Bastille.

photo : Christophe Pele

photo : Christophe Pele

Cet opéra qui date de 1787, sur un livret de Lorenzo da Ponte, d’après un fait divers rapporté dans ‘La Chronique de Séville, qui donna naissance au personnage mythique de Don Juan.un personnage libertin qui séduit toutes les filles, quelque soit leur âge, quelle que soit leur beauté, juste pour l’amour du beau sexe, et pour ajouter à ses exploits.

L’Opéra signé Mozart est cette fois situé de  nos jours, dans un décor qui pourrait être dans une grande ville, avec une immense baie vitrée, sonnant sur d’autres baies vitrées. certains personnages comme Don Giovanni et son ‘valet’ Leporello, ou le commandeur, sont habillés avec classe. D’autres comme Zerlina ou Masetto font plus penser à des employés d’une société de nettoyage de locaux. Tout cela nous montre dès que le rideau se lève que Don Giovanni a été transposé de nos jours.

photo : Christophe Pele

photo : Christophe Pele

photo : Christophe Pele

photo : Christophe Pele

photo : Christophe Pele

photo : Christophe Pele

photo : Christophe Pele

photo : Christophe Pele

Si certains seront perdus dans ce décor signé Christoph Kanter, ils ne pourront toutefois pas résister aux voix, qui une fois de plus sont superbes, comme celle d’Artur Rucinski qui est Don Giovanni, ou Maria Bengtsson qui interprète Donna Anna.  ou la superbe vois de basse d’Alexander Tsymbalyuk, qui est le Commandeur. Matthew Polenzani est Don Ottavio, et Karine Deshayes Donna Elvira, encore deux voix superbes. Leparello aura la voix de Messio Arduini et Masetto celle de Fernando Rado, quant à sa fiancée elle a les traits et la voix splendide de Nadine Sierra dans la première série de représentations, avant d’être remplacée par Gaelle Arquez.

J’ai vu, et surtout entendu la version dirigée par Patrick Lange, toute en finesse, qui a recueilli tous les suffrages dans la salle, avec des applaudissements nourris. Il sera , lui aussi, remplacé ensuite par Marius Stieghorts.

Christian-Leiber---Opera-national-de-Paris-Don-Giovanni-15-16---C.-Leiber---OnP-1600 Christian-Leiber---Opera-national-de-Paris-Don-Giovanni-15-16---C.-Leiber---OnP--13--1600 Christian-Leiber---Opera-national-de-Paris-Don-Giovanni-15-16---C.-Leiber---OnP--12--1600 Christian-Leiber---Opera-national-de-Paris-Don-Giovanni-15-16---C.-Leiber---OnP--11--1600 Christian-Leiber---Opera-national-de-Paris-Don-Giovanni-15-16---C.-Leiber---OnP--10--1600 Christian-Leiber---Opera-national-de-Paris-Don-Giovanni-15-16---C.-Leiber---OnP--9--1600

Comme toutes les productions de l’Opéra de Paris, on ne peut que parler avec des superlatifs. Tous les spectacles que j’ai pu voir récemment et dont vous avez pu lire les commentaires sur ce site, tous, sans exception  étaient de grands moments d’opéra, et vu la saison qui s’annonce, il y a fort à parier, que l’Opéra Bastille, tout comme l’Opéra Garnier,  nous réserve encore de très belles surprises cette saison.

Christian-Leiber---Opera-national-de-Paris-Don-Giovanni-15-16---C.-Leiber---OnP--1--1600 Christian-Leiber---Opera-national-de-Paris-Don-Giovanni-15-16---C.-Leiber---OnP--2--1600 Christian-Leiber---Opera-national-de-Paris-Don-Giovanni-15-16---C.-Leiber---OnP--3--1600 Christian-Leiber---Opera-national-de-Paris-Don-Giovanni-15-16---C.-Leiber---OnP--4--1600 Christian-Leiber---Opera-national-de-Paris-Don-Giovanni-15-16---C.-Leiber---OnP--5--1600 Christian-Leiber---Opera-national-de-Paris-Don-Giovanni-15-16---C.-Leiber---OnP--7--1600

Toutes les photos, sauf mention contraire : @Christian-Leiber—Opera-national-de-Paris

 

Don Giovanni, c’est à l’Opéra Bastille les : 19/09, 23/9,26/9, 29/9, 2/10, 6/10, 16/10 à 19h30 et les dimanches 11 et 18 octobre à 14h30

tarif : de 10€ à 195€ ( sauf le 2 Octobre : de 10€ à 215€)

Durée du spectacle avec 1 entracte : 3 h 40

Réservations : par Internet : www.operadeparis.fr
aux guichets : au Palais Garnier et à l’Opéra Bastille tous les jours de 11h30 à 18h30 sauf dimanches et jours fériés