Maxime d’Aboville

All posts tagged Maxime d’Aboville

Rating:

Une des plus célèbres comédies de Carlo Goldoni, maître incontesté de la comédie italienne du XVIIIe siècle, actuellement au théâtre Hébertot.

Deux jumeaux, Zanetto et Tonino, sont séparés à leur naissance : Zanetto sera élevé dans la montagne, Tonino à Venise. Le premier est un crétin, le second un homme de bien. Ils ne se sont  pas vus depuis leur naissance lorsque, le même jour, le hasard les fait arriver tous deux à Vérone pour des histoires de mariage : chacun des deux ignore que son frère se trouve dans la ville, ce qui va créer une succession de malentendus, de quiproquos, de situations invraisemblables et loufoques . Duels, amours et amours, fuites éplorées, intervention de la police, retrouvailles, emprisonnement…  Goldoni n’a de cesse de pousser l’action de sa comédie en mêlant rire et émotion, tendresse et gravité, sans jamais se départir de ce qui sera sa conduite d’homme de théâtre : amuser le public .

 

Un très beau rôle en costumes , et pour endosser ce double rôle, il fallait un comédien parmi les meilleurs de sa génération. Le choix est vite fait qui s’est arrêté sur Maxime d’Aboville, qui domine toute la distribution en étant Tonino et Zanetto. Tous est dans la gestuelle, et le ton, puisque le comédien est quasi omniprésent sur la scène, aux côtés d’Olivier Sitruk, Victoire Bélézy, Philippe Berodot, Adrien Gamba-Bompard, Benjamin Jungers, Thibault Lacroix, Agnés Pontier, Luc Tremblay et Margaux Van Der Plas. La mise en scène très habile de Jean-Louis Benoit nous transporte immédiatement dans de beaux décors qui rappellent que l’oeuvre n’a pas été écrite hier, bien qu’elle n’ai pas pris de ride, peu-être est-ce du à cette nouvelle adaptation qu’en a réalisé le metteur en scène. Les directeurs du Théâtre Hébertot, Francis Lombrail et Pascal Legros ne s’y sont pas trompés, et ont vidé juste. La pièce est intelligente, et fait rire, les décors de Jean Haas méritent leur part de louanges.

TOUTES LES PHOTOS :  Pascal Victor/ArtComPress

On passe une excellente soirée, ne vous y trompez pas. J’ai écrit que Maxime d’Aboville dominait la distribution. De là à vouloir le rencontrer pour un entretien, il n’y a  qu’un pas. Maxime d’Aboville a reçu Onsortoupas dans sa loge, et en voici le résultat filmé:

Entretien : Guy Courthéoux pour Onsortoupas.fr

et voici la bande annonce :

 

L’épopée d’un des hommes les plus populaires du XXe siècle, Charles Spencer Chaplin

CHAPLIN

Adapter la vie d’un personnage célèbre pour la scène et faire revivre les plus grands moments en moins de deux heures, voilà une gageure à laquelle s’est attelé Daniel Colas qui est à la fois l’auteur et le metteur en scène de cette pièce qui se joue actuellement au Théâtre Montparnasse. On le voit dans les premières scènes dans ses premiers films fin 1913 lors d’une tournée dans les music- halls américains, où il est remarqué par Mack Sennett et engagé par la Keystone Comedy Company à Hollywood. C’est le début d’une longue série de courts et de moyens métrages. Il crée alors le costume et le maquillage qui vont le rendre célèbre, celui de Charlot. Sa popularité et son compte en banque vont lui permettre de faire venir son frère Sidney qui vit encore à Londres. Il créera la célèbre firme : United Artists en 1919, connaitra bien des déboires par la faute de J. Edgar Hoover qui dirige alors le FBI, et il sera interdit de séjour aux Etats Unis en 1952. On verra Oona qui fut sa compagne. Cette pièce est tour à tour drôle ou grave, une réflexion sur la liberté individuelle, sur l’humanisme et la tolérance, et les paradoxes du génie.

_MG_9960WEB

Il fallait surtout une équipe de comédiens qui puissent nous montrer tous ces flashs sur la vie de Charlie Chaplin, et tête desquels, le rôle titre, tenu par Maxime d’Aboville, que l’on avait déjà applaudi récemment dans The Servant au théâtre de Poche Montparnasse (http://www.onsortoupas.fr/the-servant-au-theatre-de-poche-montparnasse/#5). Il est vraiment parfait ici encore, et se trouve sur scène pendant quasiment toute la représentation. A ses côtés: Béatrice Agenin(Hannah), Linda Hardy (Oona), Benjamin Boyer (Sidney), Xavier Lafitte (Reeves), Adrien Melin (Hoover, Mack Sennett), Coralie Audret (Paulette) , Alexandra Ansidei (Mabel), Thibault Sauvage (Ted, le commandant) , Yann Couturier (Jack).

_MG_8951NB

On ne raconte pas toute la vie, ni tous les déboires qu’a connus Chaplin, ce qui semble être la volonté de l’auteur, mais des bribes qui montrent qui fut ce personnage, qui connut une célébrité incroyable. Maintenant ses films les plus célèbres sont considérés comme des chefs d’oeuvre, mais n’ont plus d’impact sur le grand public. Une bonne occasion pour les plus anciens de vérifier leur mémoire, pour les cinéphiles de se souvenir de La Ruée vers l’or ou du dictateur..

Photos : J. STEY

Toujours est-il que la performance des acteurs et plus particulièrement de Maxime d’Aboville devrait faire l’unanimité, que l’on ait été fan de Charlot ou de la comtesse de Hong Kong.

Un certain Spencer Charlie Chaplin, c’est au théâtre Montparnasse du mardi au samedi à 21h00, matinées samedi à 16h00 et dimanche à 15h00

(attention : changements d’horaires à partir du 10 Novembre : du mardi au samedi à 20h30, matinées : samedi à 17h et dimanche à 15h

Prix des places de 18 à 50 €

 

 

 

Rating:

D’excellents comédiens pour ce drame en huis clos d’après Robin Maugham, dans une traduction de Laurent Sillan, dans un style bien British des années après guerre.

AFF THE SERVANT

Tiré du roman de Robin Maugham, qui a donné naissance à la pièce , puis au film de Joseph Losey en 1963 avec Dirk Bogarde, The Servant revient sur scène à Paris au Théâtre de Poche Montparnasse. Nous sommes à Londres au début des années 50. Un jeune aristocrate qui vient d’hériter, Tony (Xavier Lafitte) va emménager dans une maison luxueuse de Londres que lui a trouvée son meilleur ami, Richard (Adrien Melin) . Revenant d’Afrique, il retrouve aussi sa fiancée, Sally (Alexis Ribes) . Il trouve un domestique, Barrett (Maxime D’Aboville) ,  très attentionné, trop attentionné, excellent cuisinier, qui va lui proposer de redécorer cette bâtisse. Une curieuse relation s’instaure entre les deux hommes. Seule Sally s’aperçoit que Barett n’est pas uniquement ce qu’il semble être. Barrett, va même faire rentrer Vera (Roxane Bret), qu’il présente comme sa nièce, mais qui est en fait sa compagne. Celle-ci n’a pas froid aux yeux, qui va s’offrir à Tony. Mais cette relation à 3 sans que Tony ne s’aperçoive du manège de Barrett peut-elle durer?

THE SERVANT de Robin Maugham - Mise en scene de Thierry Harcourt - Theatre de Poche-MontparnasseTHE SERVANT de Robin Maugham - Mise en scene de Thierry Harcourt - Theatre de Poche-Montparnasse

Je connaissais le film de Losey, qui reste un de ses plus célèbres, et je viens de découvrir la pièce en huis clos dans ce petit théâtre qui a été rénové récemment. 85 minutes de style avec des comédiens qui jouent avec le juste ton. On voit facilement la manière dont agit le domestique, et on se demande constamment jusqu’où il peut aller. Comment un domestique peut prendre le pas sur son maître, même si on s’aperçoit vite que le Lord est un fainéant, qui s’intéresse plus aux bons côtés de la vie, l’alcool, les bons plats et les femmes faciles qu’à se trouver du boulot, aidé et poussé en cela par ce majordome que ne voudrai certainement pas employer. Il faut donner un coup de chapeau à Thierry Harcourt pour sa mise en scène et aux deux comédiens principaux. Le rôle de Barrett est un rôle difficile et Maxime D’Aboville s’en sort avec panache. L’atmosphère so British nous plonge immédiatement dans ces années d’après guerre et on ne sort pas de la salle sans avoir vécu de l’intérieur ces événements, tout en se demandant comment un homme qui semble intelligent peut ainsi se laisser posséder.

Un succès assuré pour le petit théâtre qui porte bien son nom.

THE SERVANT de Robin Maugham - Mise en scene de Thierry Harcourt - Theatre de Poche-Montparnasse

TOUTES LES PHOTOS : © Brigitte Enguerand

The SERVANT , c’est du mardi au samedi à 19h00 et le dimanche à 17h30

Durée du spectacle : 85 minutes environ

Réservations au 01 45 44 50 21 ou au guichet les lundis, mardis, jeudis et vendredis de 14h00 à 17h30 et les mercredis, samedis et dimanches de 11h00 à 17h30

Prix des places : 35€ plein tarif, tarif réduit : 28€ et moins de 26 ans : 10€ (possibilités d’abonnement : se renseigner au guichet)

et www.theatredepoche-montparnasse.com