luxe

All posts tagged luxe

Rating:
VOTRE VOTE

La perfection existe en voyage aérien

J’avais déjà testé différentes compagnies aériennes , généralement en business class, pour des voyages vers les Etats Unis, et vers l’Asie, ou encore vers l’Amérique Centrale ou l’Amérique du Sud, avec différentes compagnies, comme United Airlines, Lufthansa, Thai Airways, Emirates, pour n’en citer que quelques unes. J’étais un adepte des miles collectés avec une même alliance de compagnies aériennes, et je le reste toujours, payant mes billets généralement au tarif éco, et en utilisant tous les miles acquis pour les surclassements. C’est ce qui m’avait fait choisir Qatar Airways au départ, qui proposait des miles avec l’alliance avec laquelle je suis lié.  Dans ce cas, je me rends sur le sites des compagnies, m’inscris aux newsletters, afin de bénéficier des différentes promotions proposées. Bien m’en a pris, j’ai réussi à trouver un billet AR à moins de 1500 euros en Business Class, une affaire qui ne peut pas se rater!

Ces promotions se font de manière aléatoire tout au long de l’année. Il y en a une au moment où j’écris ces lignes, et généralement ce sont des ventes flash sur 3/4 jours uniquement.

Parlons maintenant du voyage. Comme pour toutes les compagnies au monde, à l’aéroport de départ, un guichet minimum est réservé aux voyageurs First , et deux pour la Business Class, donc l’attente au guichet lorsqu’on arrive dans les temps, est quasi inexistante. Premier bon point, l’accueil est chaleureux, le personnel sympathique et non affable! Le temps d’enregistrer bagages et confirmer le siège choisi lors de la réservation sur Internet est très court. Direction donc les salons d’attente situés dans l‘aérogare  1 de Roissy CDG. Un coupe file vous permet de passer par un circuit spécial vous évitant toutes les attentes aux douanes et aux vérifications des bagages cabine.

..

Aucun retard au départ, sitôt arrivé dans l’avion, on est impressionné par la propreté des lieux, les sièges sont parfaits, et la coupe de Champagne (sauf erreur, millésimé) arrive avec une hôtesse des plus souriantes. Ici encore la petite attention: outre la sempiternelle petite trousse de voyage offerte ( dentifrice, peigne/brosse à cheveux, chaussons, bandeau pour les yeux, ear plugs), Qatar vous offre un pyjama!! Qui plus est: superbe, en différentes tailles. Second point positif.

Aucun retard au départ, et aucun retard à l’arrivée à l’escale de Doha. Entre-temps  un service attentionné en tous points, des repas comme je pensais ne plus en voir  en classe affaire, et là encore une grande différence pour le moins appréciable. Inutile de vous décrire le repas, qui doit changer très régulièrement. Les Champagnes, comme les vins sont tous millésimés, grands crus, Français, Australiens, Italiens, Allemands, il y en a pour tous les goûts et on vous propose même de goûter chaque cru pour que vous puissiez être certain de faire le bon choix. 

La suite est du même acabit: les mots d’ordre doivent être : Privilège, Qualité, Sourire.  Côté divertissement, tellement de choix que cela en devient difficile, du film familial, pour enfants, aux derniers succès cinéma, qui ne sont pas encore disponibles en DVD, des jeux, tout cela sur un écran de belle taille. Le voyage est quand même long, nous avons un pyjama  autant en profiter, il suffit d’appuyer sur une touche de la télécommande pour que le siège se transforme en lit. Oreiller, couverture, le repos est quasi assuré, et on vous réveillera en douceur avec des petites lingettes chaudes, avant un snack en prévision de l’escale.

Et là encore, un nouveau monde, un nouveau luxe pour une compagnie aérienne. A l’aéroport de Paris, on vous a remis un Boarding Pass différent de ceux utilisés en classe éco, qui vous donne accés à un Terminal réservé entièrement aux deux classes Business et First!

Un bus vous y emmène ( l’aéroport n’est pas encore totalement terminé). Un hall d’accueil immense, au rez de chaussée une boutique avec tous ce que vous pouvez désirer en Duty Free, et des escaliers mécaniques ou des ascenseurs pour aller au premier…..

A droite les First, à gauche les Affaires, des espaces restaurations  grands comme une gare ferroviaire parisienne. Plusieurs possibilités de repas vous sont proposés, du snack/Petit déjeuner, au repas complet, cuisine traditionnelle, asiatique, italienne… un bar qui vous sert ce que vous désirez, gratuitement, Champagne compris.

Vous pouvez avoir envie d’une douche, pas de problème, des cabines sont prévues, serviettes, nécessaire de toilette sur demande, de quoi se rafraîchir après ces quelques heures de vol. Vous avez un espace massage, avec des sièges/coques électriques qui vous massent pendant une vingtaine de minutes… Vraiment, la surprise est de taille, tous ces détails sont là pour que vous vous sentiez au mieux. Mais les bonnes choses ont une fin, re-départ vers l’avion qui nous emmène vers Phuket.

Cette fois, la surprise n’existe plus, mais on vous offre quand même un second pyjama, au cas où vous auriez perdu le votre! Pour ce voyage vers Phuket une escale technique est prévue à Kuala Lumpur, c’est le mauvais point. Il en fallait quand même un, Mais si vous décidez de vous arrêter à Bangkok, il n’y a pas d’escale entre Doha et la capitale Thaïlandaise. Si vous dormez, vous n’avez même pas besoin de vous réveiller vu que vous ne quittez pas la cabine. Je ne vais pas répéter le luxe des repas et des boissons, rien n’a changé.

Arrivé à l’aéroport prévu, et à l’heure (enfin) un accés réservé est prévu pour éviter les attentes à la douane, et enfin, livraison très rapide des bagages. Que demander de plus. Un voyage dans le luxe jusque dans les plus petits détails. On a presque envie de repartir, juste pour le plaisir, mais bon, on est en Thailande…pour quelques jours, alors profitons en!

Cet article a été écrit en 2012, la compagnie ne possédait pas encore d’appareils A380.

Un nouvel article devrait paraître dans les semaines à venir, avec des détails sur la classe affaires en a 380 et le nouveau terminal.


Rating:
VOTRE VOTE

Revenons donc à l’aéroport d’Abu Dhabi. Vu le retard non imputable à la compagnie aérienne, il me faut passer par les différents contrôles pour pouvoir arriver dans les derniers à l’embarquement. J’ai pris quand même le temps d’un arrêt Duty Free de 4 minutes 20 pour un achat d’urgence et me voilà à la porte d’embarquement . Comme je suis parmi les derniers, je n’ai pas de file d’attente, de toutes façons on ne fait pas la queue quand on voyage en cabine premium.

Après le déluge de luxe de la première partie du voyage, cette fois, c’est un peu l’opposé. J’ai le droit à l’ancienne cabine , encore en trois classes , ce qui est rare sur cette destination où généralement la figuration est de deux cabines, sans First. J’avais choisi un siège couloir, comme toujours, et surtout dans ce cas où c’est un vol de nuit, donc sans aucun intérêt quant au paysage. Et si je veux vraiment voir le sol, je n’ai qu’à  utiliser l’écran vidéo qui me propose trois vues différentes du sol.

L’accueil, comme pour le premier vol est remarquable, même s’il n’est pas personnalisé, mais cela importe à qui de se faire appeler par son nom au moment où on entre dans un avion? Je vois quand même, avec crainte, des enfants en très bas age, mais qui au bout de quelques minutes seront sages comme des images et vont dormir pendant quasiment tout le vol. Arrivé à ma place, il ne faut que quelques secondes avant que le stewart me propose un rafraîchissement….avec bulles, bien entendu. On m’offre alors la plus horrible et la plus cheap des trousses amenity kit qu’il m’ait été donné de voir. J’ai eu mieux sur certains vols TAM en éco, c’est tout dire. Là je dois avouer que j’en suis resté bouche bée. La trousse est en tissu, de dimension réduite. On pourrait en faire un étui pour iPhone, et ne contient que le plus strict minimum. Je préfère ne pas m’étendre sur le sujet. L’écran télé est nettement plus petit qu’en First , mais là c’est normal, tout d’abord parce que je suis en business, et aussi parce que c’est l’ancienne configuration.

Le Champagne est bon, et je demande au stewart s’il a du rosé. J’ai de la chance, il est cool et va, après le décollage en chercher une bouteille qu’il me réservera pour la suite du voyage. Cela me redonne confiance après le coup de la trousse.  Après le décollage:  lecture du menu, service de boissons…vous savez déjà ce que je bois… On peu, si on le désire prendre un dîner express, servi sur un plateau , que je refuse, on peut aussi prendre le menu complet avec , une fois encore un mélange de Mezze ou une soupe, suivi de poulet biryiani, ou de poisson ou de ravioli. Franchement rien ne me tente, surtout je n’ai pas faim. Je me contenterai du fromage et d’une glace (très bonne il faut l’avouer)

 

 

Le reste du voyage se poursuit avec un bout de film, et une sieste assez longue, qui ne se terminera qu’avec les odeurs du petit déjeuner à la carte, avec toujours la ,possibilité d’un café Nespresso, des pains, des bagels des fruits, bref le petit déjeuner continental, que je ne fais que grignoter, pour avoir juste de quoi tenir jusqu’à la fin du périple.

Arrivée à l’heure, avec même quelques minutes d’avance à l’ aéroport de Bangkok. Là , c’est la seconde mauvaise surprise, mais la pire. Je n’avais pas reçu ma boarding Pass à Paris pour le trajet Bangkok/Pukhet, vu que c’est un vol opéré par Bangkok Airways., bien qu’acheté auprès d’Etihad. Ce ne serait qu’une petite formalité, s’il ne me fallait traverser l’aéroport de long en large, changer d’étages et me retrouver devant le guichet Etihad (je suis logique avec moi même) qui me dit que ce n’est pas un vol Etihad, qu’il me faut donc aller m’enregistrer….et surtout faire la queue à Bangkok Airways, alors que mes bagages sont enregistrés depuis Paris direct jusqu’à la destination finale. Je retraverse la moitié de l’aéroport donc pour aller prendre ma carte d’embarquement aux guichets Bangkok Airways.  Durée de tous ces déplacements….pas loin d’une heure. Il me faut donc maintenant repasser tous les contrôles puisque j’étais sorti pour re-rentrer en hall d’embarquement. Franchement, ces vols sont en Co-Share, la moindre des choses serait qu’une personne soit là, à la sortie de l’avion, avec les cartes d’embarquement pour les passagers en transit. Cette perte de temps et surtout d’énergie est franchement du plus mauvais effet. Je m’attendais aussi à un lounge pour prendre une douche, que nenni!

Vu que je voyage en éco (il n’y a qu’une classe sur ces vols) vers Pukhet, je peux aller au mini lounge éco de Bangkopk Airways, mais il n’y a rien à y faire. La clim marche à moitié, et pas de douche. Je sors de ce lounge et à quelques mètres je vois un lounge business de la même compagnie. Je fais un certain forcing pour y entrer, et l’hôtesse d’accueil, sympa, à la vue des mes boarding pass, me laisse exceptionnellement y entrer, après avoir demandé la permission à un supérieur. Un bonheur n’arrive jamais seul, j’ai de la lecture quelques trucs  sympa à grignoter pour patienter l’heure qui me reste. C’est à peine si je remarque un petit signe presque caché: douche. Je demande le nécessaire et on m’ouvre la  pièce pour me doucher. Le bonheur tient à peu de choses quand même, juste un  peu de propreté une nouvelle chemise, un jus d’orange et me voilà fin prêt pour l’embarquement.

 

 

 

changement de couleurs avant de dormir (Etihad)

autre changement de couleur sur vol Etihad

Je ne ferai pas de commentaire sur le vol, Départ et arrivée à l’heure. Personnel souriant et aimable qui fournit quand même un beau plateau repas à ceux qui en ont envie.

Vivement l’arrivée dans l’île où l’hôtel a envoyé un chauffeur (pas gratuit, rassurez-vous) que j’avais réservé en même temps que ma chambre.

Pour connaître le nom de l’hôtel et en savoir plus sur les vols retours….il vous faudra venir lire la suite de ce voyage dans quelques jours…

 

Photos : @Etihad ou Guy Courthéoux

Rating:
VOTRE VOTE

Après avoir connu des classes affaires sympa, comme celle de United Airlines, accueillantes comme Lufthansa, de luxe et sérénité avec Thaï Airways, qui m’avait permis alors de tester la Fisrt sur un trajet avec un surclassement de dernière minute, et de grand luxe avec Qatar, j’ai décidé d’essayer la compagnie très jeune (elle fêtera ses 10 ans en Juillet 2013!!) et qui pourtant peut s’enorgueillir du titre de meilleure compagnie mondiale en vol aérien. Cette compagnie c’est Etihad, dont le siège se situe à Abu Dhabi, la capitale des Emirats Arabes Unis, pays qui possède deux grandes compagnies aéronautiques.

Comme la majorité de ses concurrents, Etihad, propose régulièrement des tarifs promotionnels pendant des laps de temps plus ou moins longs, qui peuvent être plus qu’intéressants. Par exemple, à l’heure où j’écris ces lignes, un siège éco sur Paris Bangkok est à 583 € AR, et un tarif en Pearl (Business Class) est vendu 1999€. Mais si vous vous inscrivez à leur newsletter, ce que je ne peux que vous recommander, vous aurez régulièrement des tarifs  encore bien au dessous de ceux que je viens de vous donner en exemple. Il faut saisir sa chance au bon moment, et surtout avoir la possibilité de réserver longtemps à l’avance, avec la certitude de voyager, parce que ces tarifs extrêmement intéressants ne sont ni échangeables, ni remboursables, ou alors avec des pénalités … Mais là, chacun voit midi à sa porte et choisit en toute connaissance de cause.

Donc, revenons au point de départ, c’est à dire la décision de partir à nouveau en Thaïlande, et tenter l’expérience avec Etihad. Il faut avouer que leur site donne vraiment envie de voyager avec eux. J’espère que le service sera à la hauteur de mes espérances. Donc il y a quelques jours une promo flash sur la Classe Pearl me fait de l’œil, et je prends la décision d’aller me reposer, et surtout prendre du soleil en Thaïlande. Je consulte le site, trouve les dates où les prix sont les plus bas, et tente différentes approches, en essayant de réaliser un Paris/Phuket , avec un stopover à Bangkok sur le chemin du retour. Je fais plusieurs tentatives totalement infructueuses, jamais les tarifs ne correspondent. De guerre lasse, et surtout parce que je n’ai pas envie de m’embêter avec les détails, je prends mon téléphone et appelle Etihad Airways. Pas de chance, c’est jour férié en France…mais pas en Belgique, et j’appelle donc leur ligne belge.

Excellente idée, on décroche quasi instantanément, et je parle à une jeune hôtesse charmante, prénommée Pauline, qui prend en charge mon appel. Je la remercie ici pour sa patience, sa gentillesse, sa disponibilité avec ces quelques lignes, parce que j’ai joué le client  casse pieds, avec des demandes particulières, et elle est restée calme, gentille pendant toute la durée de mon appel. Nous préparons ensemble le planning des vols, vu que je ne veux que des vols opérés par Etihad, et pas les vols en code-share, opérés soit par Air France, soit par Air Berlin, tout au moins sur le Paris Bangkok. Pauline s’affaire pour me trouver une réponse à toutes mes demandes, et doit me rappeler une heure plus tard.

Moins de 20 minutes après, le téléphone sonne, et Pauline m’annonce qu’elle a réussi à me contenter sur tous les vols, ainsi que sur le Stopover à Bangkok au retour. Il aura fallu environ 1 heure pour que tout soit réglé, mais comme je veux jouer les ‘difficiles’, je lui demande si je peux simplement réserver et confirmer sous 48 h. A ma grande surprise, c’est OK. Le lendemain je rappelle pour confirmer en demandant encore un petit changement, qui ne pose aucun soucis. Je lui exprime tous mes remerciements et lui demande de bien vouloir m’excuser pour lui avoir compliqué la vie, avec des ‘exigences’ que certains n’auraient pas osées.

Cela m’a appris ainsi que les problèmes que je rencontrais avec le stop à Bangkok, provenaient d’une erreur de ma part, las tarifs prenant en considération la date de départ de chaque trajet, et non la date du retour à Paris par exemple. Donc j’aurais pu éviter un appel si j’avais su cela. Mais bon, il est vrai que parler avec une personne compétente apporte plus que se retrouver seul devant son ordinateur.

Du coup, le billet arrive quelques minutes plus tard dans ma boite email, avec sièges choisis, tout le trajet, et mon N° de Frequent Traveller avec Etihad. En fait je me suis aperçu que pour 90 € de plus j’aurais pu rester un ou deux jours de plus et découvrir Abu Dhabi. Vu que rien n’est changeable sur le billet sauf avec des pénalités de plus de 200€, j’ai abandonné, à mon grand regret, cette option.

Une dernière chose avant le départ le 19 juin prochain. Lorsqu’on voyage en classe Pearl, une limousine avec chauffeur vient vous chercher au pied de chez vous (dans un rayon de 50kms autour de l’aéroport) et au retour vous dépose chez vous. Vous pouvez choisir les trajets en limousine que vous intéressent le plus, si vous habitez à quelques kilomètres de Roissy par exemple. En First, limousine pour chaque arrêt!

Maintenant que je vous ai raconté ces premiers pas avec Etihad, j’imagine, que, comme moi, vous avez hâte d’en savoir plus…mais pour cela il faudra attendre que je sois arrivé à destination.

Quelques petites nouvelles depuis la réservation.

Tout d’abord, je me suis aperçu qu’il y avait une erreur non imputable à la réservation sur les bagages autorisés en soute, qui est de 40Kgs, et que sur un tronçon il était indiqué 30Kg, donc je rappelle le service réservations et parle avec Shakeel qui me dit qu’il va ajouter une note sur ma réservation. Je l’informe que j’ai reçu un email d’Etihad, me proposant un surclassement aux enchères. Cela mérite quelques explications. En effet, comme pour tous les voyages que j’effectue, je m’inscris aux newsletters des compagnies aériennes, et aussi, et surtout je prends la carte de fidélité, qui change avec chaque compagnie. La majorité sont en alliance avec d’autres compagnies aériennes. La première que j’ai eue, avec United Airlines, me permet d’accumuler des miles (et aussi de les utiliser) avec nombre d’autres compagnies, comme Thaï Airways, Lufthansa, Singapore entre autres. Il existe bien d’autres alliances, et certaines compagnies ont des accords avec d’autres, et ces alliances évoluent, changent pour fidéliser au maximum leur clientèle. Vu que je n’avais pas de carte avec une compagnie liée à Etihad, j’ai donc demandé leur carte de fidélité/membre (Etihad Guest).

Toutes ces explications  pour vous dire qu’Etihad envoie à ses membres qui ont acheté un billet, environ 15 jours avant le vol, un email leur permettant de demander un surclassement payant. Naturellement personne n’y est obligé, et c’est un peu en fonction des places disponibles dans la classe supérieure. Lorsque vous recevez cet email vous choisissez le montant maximal que vous acceptez de payer pour faire un (ou plusieurs ) trajets dans la classe supérieure (dans mon cas, ce serait en First Class appelée Diamond Class). Le montant minimal accepté est de 270€ (payable en carte Visa ou Mastercard uniquement) soit 350$ US (payable avec Visa, Mastercard ou American Express). Et il n’y a pas de montant maximal. C’est en quelque sorte une loterie, avec enchères cachées. Mais le jeu en vaut peut-être la chandelle. Je n’ai pas hésité et ai payé ce supplément, qui me sera remboursé si je n’obtiens pas le trajet Paris / Abu Dhabi en First. Réponse entre 72 heures et 24 heures avant le départ. Je n’ai pas grand espoir, et pourtant j’aimerais vous parler du confort, me dit-on exceptionnel de cette Fisrt.

Quelques minutes après avoir raccroché, mon téléphone sonne et Shakeel m’informe qu’il a émis à nouveau mon billet, avec la correction des bagages autorisés, pour éviter un problème éventuel à l’aéroport. Décidément le service avant le vol et le personnel qui s’occupe des réservations par téléphone est vraiment de PREMIÈRE CLASSE.

Vous aurez tous les détails dans les jours qui suivront. En tous cas sur la classe Pearl et le service en Business.

à suivre….