Archives

All posts by EP

Ultra violent, et passionnant, le Blu Ray sera disponible le 12 Juin

Le titre laisse entendre que ce n’est pas destiné aux bambins et il est certain que les plus jeunes ne doivent pas voir ce film.

Comment, en 1949, Mickey Cohen, Sean Penn, un mec impitoyable veut régner sur le crime organisé, en usant au maximum de la violence et de la peur. Sans oublier de très nombreuses enveloppes qu’il va distribuer aux personnages les plus haut placés de la ville. Drogue, crime, prostitution, armes, paris clandestins, tout est bon pour faire de lui  un homme très très puissant. Mais quelqu’un voit cela d’un autre oeil, et il demande à une bande de flics , dirigés par le sergent O’Mara (Josh Brolin) et Jerry Wooters (Ryan Gosling) de lui mettre des bâtons dans les roues. Il va s’entourer des meilleurs et cette fine équipe tentera le tout pour le tout pour éliminer Mickey Cohen.

Tout cela se fera d’une manière assez inattendue. Plutôt que l’affronter , ils font tout pour que l’argent ne rentre pas, s’envole, puisque c’est le seul moyen de ne pas se retrouver sous les balles de ses tueurs….quoique…. La fine fleur réunie est composée des meilleurs, et pour arriver à rétablir l’ordre dans la ville de Los Angeles, il leur faut user de moyens très techniques, de le battre sur son terrain, et me^me utiliser la violence dans le pire des cas.

Le film tient le spectateur en haleine de bout en bout.. Le film est tiré d’une histoire vraie, et le réalisateur, Ruben Fleischer, nous en met plein la vue. Les acteurs sont parfaits de bout en bout. La reconstitution historique est vraiment impressionnante. Comme écrit plus haut, il ne faut pas être rebuté par la violence. La scène du début du film vous en donne immédiatement t la mesure, où Mickey montre ce qu’il peut faire lorsqu’il est en colère et qu’il veut démontrer sa puissance aux autres villes qu’il voudrait avoir sous son joug. Mais ne vous arrêtez pas à cette violence, quasi gratuite, et vous verrez que vous serrez cloué à votre fauteuil de bout en bout.

4*

le film annonce :http://www.youtube.com/watch?v=k7s6RY9CpQc

Rating:

UN SANS FAUTE……LA CLASSE DIAMOND A REÇU LE PRIX DE MEILLEURE CLASSE FIRST AU MONDE….BIEN MÉRITÉE

First thing First, commençons donc par le départ. La veille du départ un SMS m’annonce l’arrivée du chauffeur, avec son nom et son tél à l’heure demandée lors de ma réservation.

Et effectivement le lendemain une superbe limousine se gare devant ma porte avec une quinzaine de minutes d’avance. Vu que je suis prêt, il ne me reste qu’à descendre. Le chauffeur s’occupe de mes bagages dès mon arrivée à la porte et s’en occupe. J’apprends que la route est très chargée parce que nous sommes en plein salon du Bourget, mais que nous serons dans les temps. Effectivement nous devons faire des détours avant de trouver l’autoroute, vu que la majorité des axes est surchargée.

Arrivée au terminal 2 de Roissy Charles de Gaulle, aucun problème. la voiture s’arrête au plus prêt de l’enregistrement, et s’il y a foule en classe éco, First (Diamond) et Business (Pearl) sont dans l’attente des passagers qui vont s’enregistrer. Inutile de dire que le personnel au sol est d’une amabilité rare, qui s’enquiert de tout et enregistre mes bagages jusqu’à ma destination finale: Pukhet (Thailande) avec un stop de deux heures, prévu à Abu Dhabi. Avec ma carte d’accès à bord, on m’offre une invitation pour visiter le nouveau et luxueux salon Etihad, pour les passagers Premium.

Alors que généralement ces salons sont pleins , surprise, peu de personnes semblent vouloir profiter du confort  de ce salon. Choix de petit déjeuner, servi à table, ou tout autre plat sur leur petite carte. Et pour les amateurs de Champagne, aucun souci, les bouteilles attendent notre bon plaisir. C’est vraiment à noter, parce qu’il est très rare de trouver du Champagne dans les Lounge Business Class. De plus c’est un millésimé, qui s’accommodera parfaitement avec une petite assiette de fromage, puisque j’ai fini mon petit déjeuner depuis quelques heures.

Voilà qui met en forme avant de me diriger vers l’avion en temps et en heure.Le personnel de bord m’accueille par mon nom, se présente comme étant le Food and Beverage Manager, qui va s’occuper de moi pendant tout le vol, et qui me propose immédiatement la boisson de mon choix. Une fois encore ce sera un grand cru millésimé, Bollinger. Les connaisseurs apprécieront!! Le temps que cette charmante asiatique s’éclipse, je découvre la cabine . Nous sommes choyés, avec une porte qui se ferme si on veut être tranquille, un mini bar, et déjà posé sur le rebord, le menu, avec quelques chocolats, la trousse Amenity Kit (signée Swarowsky) avec tout ce que l’on peut désirer, échantillons de produits de beauté, , et une autre pochette avec le confort Plus : chaussettes, et chaussons noirs, bandeau pour les yeux. Un petit mot de bienvenue personnalisé est ajouté à tout cela. On se croirait revenu à la grande époque des hôtels de luxe. Luxe et raffinement semblent être les maîtres mots.

Tout serait pour le mieux dans le meilleur des mondes si’il n’y avait pas eu la manifestation au Bourget, qui retarde notre décollage de près d’une heure et demie, voire deux heures, pendant lesquelles on nous offre encore à boire et malheureusement rien à se mettre sous la dent, puisque nous sommes au sol. Mais on ne peut rien reprocher à la compagnie.  Enfin décollage et le bonheur continue avec le service qui débute assez vite, ce qui est normal vu l’attente au sol.

Juste pour réveiller vos sens voici les différents menus et cartes des vins. Inutile de dire que tout ce que je consomme est de première qualité. Pour ceux qui attendent du caviar….il n’y en a pas. La cuisine est faite à l’avant de la cabine, et à la demande. Au menu choisi, quelques Mezze, puis un sorbet pomme suivi d’un filet de sea bass, et comme de bien entendu quelques fromages et des desserts variés. On pourra toutefois regretter que le menu ne soit pas traduit en français. C’est vrai, si je ne parlais pas anglais qu’aurais-je fait??

Le top du top c’est que Etihad possède une machine Nespresso et que le café est des meilleurs. Et si vous demandez un Cappuccino, c’est un véritable délice, servi avec des madeleines bien chaudes!!

Autre top, ce sont les toilettes. Généralement on peut à peine se retourner pour se laver les mains, ici c’est une salle de bal (bon ok , j’exagère,) mais disons que c’est la taille d’une salle de bains, environ 3 voire 4 fois la taille habituelle de celles-ci dans un avion.

Coté distractions en vol, une centaine de films, de jeux vidéos et même une connexion gratuite à internet pour la classe Diamond! J’en profite pour revoir un 20ème fois Les Miserables avec Hugh Jackman, puis quelques épisodes d’une série géniale, Downton Abbey, avec des épisodes non sortis en DVD, ceux de la saison 3!

aperçu des toilettes

A peine le temps d’une petite sieste, et nous voilà arrivés à Abu Dhabi avec prés de deux heures de retard sur l’horaire….donc adieu le Lounge First, j’ai le temps d’acheter quelques cigarettes hors taxes (5 minutes montre en main) avant de prendre le prochain vol, en direction Bangkok….cette fois pour tester la classe affaire (Pearl), mais il me faut courir dans les halls pour arriver dans les temps.

à suivre avec le vol Abu Dhabi Bangkok en Pearl, puis Bangkok Pukhet en éco sur Bangkok Airways….puis le séjour….et finalement le retour!

 

 

Rating:

Enfin arrivé, le chauffeur de l’hôtel m’attend à l’aéroport. Une grosse vague de chaleur me tombe dessus sitôt sorti de l’aéroport. Le temps est peut-être couvert, il fait quand même très beau. Il faut quand même se souvenir qu’à Paris, on dépassait difficilement les 14° et qu’ici , on frise les 35!

C’est la deuxième fois que je reviens au Pacific Club Resort à Karon Beach (voir leur site : http://www.pacific-club-phuket.com/) sur l’Ile de Phuket. J’avais demandé à avoir une chambre au dernier étage (pas très haut, c’est le 3ème, c’est un mini studio avec un balcon et vue sur la mer. Juste au dessus de ma chambre: la piscine de l’hôtel. L’accueil est vraiment comme dans mes souvenirs, le personnel toujours souriant, charmant et me précise  que la chambre est telle que je l’avais demandée.

J’avais loué un scooter auprès d’une location indépendante (http://last-phuket-rentacar.com) managée par un français, et ce dernier m’attend avec mon scooter que je vais garder pour toute la durée du séjour. J’avais tout prévu, payé à l’avance par Paypal, préparé une photocopie de mon passeport, et un dépôt en cash. Les formalités sont rapides , mais j’apprends quand même que je ne serai pas en règle, car une nouvelle loi ou décret, datant de quelques jours oblige les ressortissants français à posséder un permis de conduire international et non plus le permis français. C’est bon à savoir pour l’an prochain.

A ce propos, j’ai souvent entendu qu’il est très dangereux de rouler sur les routes de l’île. C’est vrai, certes, mais il est certain que déjà rouler à gauche est un handicap, et qu’il faut faire très attention à l’état des routes, donc en roulant à une vitesse normale sans faire de folie, on peut très bien s’en sortir et ce fut mon cas. Il faut avouer aussi que conduire un scooter de 110cc en boite automatique est d’une simplicité redoutable, même pour un néophyte.

Donc, le décor est planté pour les jours à venir. Le temps de ranger mes affaires, de m’induire de crème solaire et hop, prêt pour le premier bain, et retrouver le matelas à l’ombre que je chérissais tant.

La piscine de l’hôtel est vraiment un endroit parfait. Calme, peu de monde, pas de gosses braillards, soleil, piscine d’eau salée, a quelques mètres de ma chambres, ce qui fait que lorsque la soif se fait sentir je descend quelques marches pour avoir de l’eau bien fraîche. Le personnel de la piscine est toujours aussi charmant. Cette année ce sont  deux jeunes birmans au sourire désarçonnant qui se relaient de midi à l’heure du coucher de soleil. Un seul geste et ils vous apportent ce dont vous avez envie, que cela soit pour étancher la soif ou pour une petite faim.

Connaissant bien les us et coutumes de Karon, je vais souvent vers Patong Beach faire mes courses dans un immense Mall : fruits, boissons, et autres crackers ou trucs à grignoter. J’aime aussi quelque massage, une heure coûte environ 300 bahts ( 7€50) si massage à l’huile, moins si on prend le massage traditionnel. Vous choisissez la personne qui vous masse, comme ça pas de surprise.

Le scooter me permet de faire quelques visites dans l’île, dont l’une des plus intéressantes, par temps couvert est la montée vers le Big Buddah. J’avais prévu de visiter quelques uns des plus beaux resorts de l’ile, mais quelques imprévus ont fait que tout cela est annulé, et, je l’espère reporté  à mon prochain voyage.

la plage de Karon ci dessus et ci dessous les nombreux instituts de massage

 

La montée vers le Big Buddah se fait obligatoirement avec des moyens de locomotion autre que la marche, il y a plusieurs kilomètres de montée, et à certains moments en pente rude, donc le scooter est l’idéal. Cela vous permet, aussi, et ce n’est pas négligeable de vous arrêter pour faire quelques photos d‘éléphants et d’éléphanteaux, ou de faire une petite promenade à dos d’éléphant. Il y a aussi un jardin aux oiseaux pour ceux  qui ont envie de couleurs chatoyantes. Côté animaux, j’ai quand même photographié un drôle de papillon en plein jour sur un des murs à côté de la cascade de la piscine de l’hôtel.

Big Buddha

Vue de Karon

Coté restauration, j’ai testé nombre de restaurants recommandés par TripAdvisor, mais j’ai été généralement déçu par leurs conseils. A se demander si les personnes sont vraiment venues dîner dans les endroits recommandés. Toutefois je garde d’excellents souvenirs d’au moins deux des restaurants préconisés : Le premier , c’est le Red Onion, dans la rue principale de Karon, Patak Road, et l’autre c’est l’Elefant. Là méfiez-vous: ils sont deux, le premier, face au tempe, n’est pas le meilleur. L’autre se situe à 300/400 mètres de là, dans la même rue, toujours Patak Road, c’est un restaurant avec un petit jardin. Ces deux restaurants sont vraiment bons, les plats sont copieux et il n’est pas rare de devoir faire  la queue pour dîner si vous arrivez aux heures ‘touristes’. La fin de service est toujours plus calme; Vous dînez, un plat + un légume, ou riz ou nouilles sautées et une boisson, bière pour environ 200 bahts (5 Euros) par personne, et je vous garantis que vous n’aurez plus faim ensuite. Les deux restaurants offrent en majorité des plats locaux, mais aussi des spécialités internationales, le choix est ample, et c’est facile pour qui ne parle pas thaï ni anglais: : au Red Onion, la carte est en 5 langues, avec dans ces deux restaurants des photos des plats. Si vous voulez faire une folie, il vous reste aussi la solution du steak house. le meilleur de l’ile si on en croit les commentaires est à Kata Beach, la ville la plus proche de Karon, genre 3 mns en scooter. Il s’agit de  Horn Grill,  2/37 Kata Plaza, Kata Road à Kata Beach. Là nous ne sommes pas du tout dans la même gamme de prix, on est plus proche des 30€ par personne. Leur viande est absolument fabuleuse, mais leur vin au verre est imbuvable. Donc, à moins d’être grand seigneur, ou d’avoir un budget illimité ou d’être 2 ou 3, oubliez le vin. Curieusement, le soir où j’y suis allé , sur 5 tables, 4 étaient occupées par des français.

Jouons les touristes: Je réserve une excursion d’un jour vers PhiPhi Island, avec quelques arrêts en route. Voilà la pire des idées que j’ai pu avoir . Certes on fait du bateau, entassé, seul non russe avec un couple venu de Singapour dans  un groupe de 55 russes. Inutile de préciser que le guide ne connaissait que quelques bribes d’anglais. Jolis paysages, jolies vues, un arrêt repas sur PhiPhi, voilà la visite de l’ile. Entre temps on aura aperçu l’ile aux singes, et l’ile où a été tourné le film La Plage avec Di Caprio. Le pire arrive au dernier arrêt. Une ile minuscule où il n’y a rien à rien à faire hormis sortir son porte monnaie pour avoir le droit de s’asseoir au soleil ou boire un verre qui vaut 10 fois le prix que l’on paye à  Karon!! A déconseiller fortement.

En revanche autre activité: la pêche au gros. Là c’est un déluge de thons que nous avons péchés, d’après le capitaine du bateau, il est rare de prendre autant de poissons. Nous étions 6 sur le bateau , dont deux malades ( mal de mer ou suite d’une nuit trop arrosée? je ne le saurai jamais) qui n’ont fait que nous regarder. La journée la plus géniale du séjour! Juste pour ceux qui vont là bas. Les meilleurs prix pour ce genre d’activité sont à Karon, juste à côté du ‘Circle’ (le rond point). C’est vraiment formidable, mais il faut avoir de la chance : Ne pas être trop nombreux, et que les poissons veuillent bien avaler l’hameçon. Je vous conseille le Sommai Fishing Tour (sommaifishingtour.com)

 

Voilà pour les bons plans, pour ceux qui aiment les marchés de nuit, les vendredis et samedis soirs, il y a un marché conséquent sur la place devant le temple en haut de Patak Road, où vous trouverez tous les souvenirs si vous ne vous arrêtez pas à Bangkok. Chapeaux, tee shirts, fringues, objets de toutes natures, Tiger Balm (baume du tigre, avec différents parfums) et des spécialités culinaires du coin cuites devant vous à la demande. Quand on sait marchander les prix, on peut faire quelques affaires.

Sinon, le mieux c’est d’aller à Bangkok, où vous trouverez tout ce que vous désirez. Un conseil? Tout simple. Vous voulez une bonne adresse de tailleur? en 24 heures , Bauman Tailor sur Surawong Road, vous fait costumes chemises à des prix abordables. Ce sont de vrais Thaï et leur réputation n’est plus à faire. C’est un des (ou le) meilleur(s) tailleurs de la capitale. Personnellement je vais acheter mes tissus à Chinatown, ce qui me permet d’avoir des chemises uniques, avec des couleurs vives, comme je les aime, et leur apporte pour en faire mes chemises sur mesure. Je suis client chez eux depuis une vingtaine d’années et j’y envoie tous mes amis qui sont toujours revenus ravis. Un blaser chez eux peut vous faire 20 ans sans qu’il ne soit abîmé, idem pour pantalons et chemises strictes. Leur travail est parfait. Mais vous n’y trouverez pas de quoi vous faire des chemises multicolores d’été. C’est pourquoi je vous conseille le marché aux tissus de Chinatown. Si vous allez chez Bauman, ils vous indiqueront le chemin! (Ils ne parlent pas français)

Chinatown à Bangkok

Maintenant, si vous avez le temps et n’avez pas peur du chaud, il y a un endroit où faire ses emplettes , c’est le Jatujak Market, ouvert samedi et dimanche uniquement. C’est immense, on s’y perd très facilement et vous trouverez tout, tout , tout et le reste. Des tee shirts souvenirs, des antiquités, des bijoux, des souvenirs, des huiles essentielles, des sachets de curry, des épices, des animaux. Ce marché est incroyable, et là aussi ne vous laissez pas abuser par les prix. Si une boutique, il y en a des centaines, ne baisse pas les prix, c’est que ce sont des prix fixes, sinon il faut diviser le prix et marchander. J’adore ce marché, même si on en revient totalement lessivé et les bras chargés de cadeaux pour les amis

 

.

les huiles essentielles à Jatujak

Je vous ai évité les côtés touristiques, les temples, le Palais Royal, les Barques Royales,  Patpong et tout ce qui concerne le sexe, le côté routard où vous trouverez toutes les fausses pièces d’identité possibles, du permis de conduire aux passeports (non je n’exagère pas), mais c’est à vos risques et périls, et vous devinez qu’ils sont plus importants et que risquer ça, peut vous conduire derrière les barreaux, mais si vous avez 55 ans et que vous vous vous faites faire une carte d’étudiant, par exemple, là cela relève de la plaisanterie et c’est moins risqué, et c’est sur Koh San Road.

ci dessous : le métro de Bangkok:

Que vous dire sur cette capitale du Royaume de Siam que vous ne sachiez pas? C’est une ville qui mélange le luxe extrême à la pauvreté, sans que jamais vous n’ayez l’impression de malheur. Ce n’est pas pour rien que la Thaïlande est célèbre pour son sourire, et que lorsque vous y êtes venu une fois, il est absolument certain que vous n’aurez de cesse d’y revenir. Côté hôtels, là aussi vous aurez des 5* luxe à des bouis-bouis infâmes. Mais lorsque les chambres dépassent les 25/30 € la nuit, vous pouvez y séjourner sans problème, vous aurez la clim et un service agréable sans accéder au luxe.

 

ci dessous les sièges et les salles du Paragon Cineplex:

entrée de la salle

 

les sièges des salles de luxe du Paragong Cineplex

Vu que je suis un passionné de cinéma, impossible de passer sous silence le plus beau complexe cinéma au monde, ou tout du moins que j’ai pu voir. Il s’agit du Paragon Cineplex, dans un Mall de Bangkok. Je n’ai jamais vu d’aussi belles salles, un tel déluge de luxe, des écrans aussi grands que celui de l’Imax, des sièges aussi confortables, sans oublier la séance en 4D, vous avez bien lu 4D, comme à Disneyland, mais avec des films comme Lone Ranger. La 4ème D: c’est le fauteuil qui bouge, les souffles de vent dans le cou, les gouttes d’eau dans certains cas, bref une impression au delà du relief. Si vous allez à Bangkok, ne manquez pas cette salle 4D ou les salles de luxe, avec fauteuils en côte à côte et service de cocktails à la place. Ce sont des expériences qui ajoutent le petit piment des vacances ou des déplacements. Les films sont généralement présentés en version originale avec sous titres en Thaï. Autre expérience, un film de quelques minutes sur le souverain et sa reine, où la salle se doit d’être debout en hommage au roi ultra respecté et adoré de Thaïlande.

Voilà donc un résumé de quelques semaines, trop courtes, dans ce pays magnifique.

Il nous reste à parler du retour, et sera pour le chapitre 5, d’ici quelques jours avec notamment le service Etihad en Pearl Class et la visite du salon First à Abu Dhabi.

Ce voyage s’est déroulé en 2013. certains changements ont pu se produire notamment dans les tarifs et les prestations.

 

TOUTES LES PHOTOS : @Guy Courthéoux

 

 

 

 

Rating:

Revenons donc à l’aéroport d’Abu Dhabi. Vu le retard non imputable à la compagnie aérienne, il me faut passer par les différents contrôles pour pouvoir arriver dans les derniers à l’embarquement. J’ai pris quand même le temps d’un arrêt Duty Free de 4 minutes 20 pour un achat d’urgence et me voilà à la porte d’embarquement . Comme je suis parmi les derniers, je n’ai pas de file d’attente, de toutes façons on ne fait pas la queue quand on voyage en cabine premium.

Après le déluge de luxe de la première partie du voyage, cette fois, c’est un peu l’opposé. J’ai le droit à l’ancienne cabine , encore en trois classes , ce qui est rare sur cette destination où généralement la figuration est de deux cabines, sans First. J’avais choisi un siège couloir, comme toujours, et surtout dans ce cas où c’est un vol de nuit, donc sans aucun intérêt quant au paysage. Et si je veux vraiment voir le sol, je n’ai qu’à  utiliser l’écran vidéo qui me propose trois vues différentes du sol.

L’accueil, comme pour le premier vol est remarquable, même s’il n’est pas personnalisé, mais cela importe à qui de se faire appeler par son nom au moment où on entre dans un avion? Je vois quand même, avec crainte, des enfants en très bas age, mais qui au bout de quelques minutes seront sages comme des images et vont dormir pendant quasiment tout le vol. Arrivé à ma place, il ne faut que quelques secondes avant que le stewart me propose un rafraîchissement….avec bulles, bien entendu. On m’offre alors la plus horrible et la plus cheap des trousses amenity kit qu’il m’ait été donné de voir. J’ai eu mieux sur certains vols TAM en éco, c’est tout dire. Là je dois avouer que j’en suis resté bouche bée. La trousse est en tissu, de dimension réduite. On pourrait en faire un étui pour iPhone, et ne contient que le plus strict minimum. Je préfère ne pas m’étendre sur le sujet. L’écran télé est nettement plus petit qu’en First , mais là c’est normal, tout d’abord parce que je suis en business, et aussi parce que c’est l’ancienne configuration.

Le Champagne est bon, et je demande au stewart s’il a du rosé. J’ai de la chance, il est cool et va, après le décollage en chercher une bouteille qu’il me réservera pour la suite du voyage. Cela me redonne confiance après le coup de la trousse.  Après le décollage:  lecture du menu, service de boissons…vous savez déjà ce que je bois… On peu, si on le désire prendre un dîner express, servi sur un plateau , que je refuse, on peut aussi prendre le menu complet avec , une fois encore un mélange de Mezze ou une soupe, suivi de poulet biryiani, ou de poisson ou de ravioli. Franchement rien ne me tente, surtout je n’ai pas faim. Je me contenterai du fromage et d’une glace (très bonne il faut l’avouer)

 

 

Le reste du voyage se poursuit avec un bout de film, et une sieste assez longue, qui ne se terminera qu’avec les odeurs du petit déjeuner à la carte, avec toujours la ,possibilité d’un café Nespresso, des pains, des bagels des fruits, bref le petit déjeuner continental, que je ne fais que grignoter, pour avoir juste de quoi tenir jusqu’à la fin du périple.

Arrivée à l’heure, avec même quelques minutes d’avance à l’ aéroport de Bangkok. Là , c’est la seconde mauvaise surprise, mais la pire. Je n’avais pas reçu ma boarding Pass à Paris pour le trajet Bangkok/Pukhet, vu que c’est un vol opéré par Bangkok Airways., bien qu’acheté auprès d’Etihad. Ce ne serait qu’une petite formalité, s’il ne me fallait traverser l’aéroport de long en large, changer d’étages et me retrouver devant le guichet Etihad (je suis logique avec moi même) qui me dit que ce n’est pas un vol Etihad, qu’il me faut donc aller m’enregistrer….et surtout faire la queue à Bangkok Airways, alors que mes bagages sont enregistrés depuis Paris direct jusqu’à la destination finale. Je retraverse la moitié de l’aéroport donc pour aller prendre ma carte d’embarquement aux guichets Bangkok Airways.  Durée de tous ces déplacements….pas loin d’une heure. Il me faut donc maintenant repasser tous les contrôles puisque j’étais sorti pour re-rentrer en hall d’embarquement. Franchement, ces vols sont en Co-Share, la moindre des choses serait qu’une personne soit là, à la sortie de l’avion, avec les cartes d’embarquement pour les passagers en transit. Cette perte de temps et surtout d’énergie est franchement du plus mauvais effet. Je m’attendais aussi à un lounge pour prendre une douche, que nenni!

Vu que je voyage en éco (il n’y a qu’une classe sur ces vols) vers Pukhet, je peux aller au mini lounge éco de Bangkopk Airways, mais il n’y a rien à y faire. La clim marche à moitié, et pas de douche. Je sors de ce lounge et à quelques mètres je vois un lounge business de la même compagnie. Je fais un certain forcing pour y entrer, et l’hôtesse d’accueil, sympa, à la vue des mes boarding pass, me laisse exceptionnellement y entrer, après avoir demandé la permission à un supérieur. Un bonheur n’arrive jamais seul, j’ai de la lecture quelques trucs  sympa à grignoter pour patienter l’heure qui me reste. C’est à peine si je remarque un petit signe presque caché: douche. Je demande le nécessaire et on m’ouvre la  pièce pour me doucher. Le bonheur tient à peu de choses quand même, juste un  peu de propreté une nouvelle chemise, un jus d’orange et me voilà fin prêt pour l’embarquement.

 

 

 

changement de couleurs avant de dormir (Etihad)

autre changement de couleur sur vol Etihad

Je ne ferai pas de commentaire sur le vol, Départ et arrivée à l’heure. Personnel souriant et aimable qui fournit quand même un beau plateau repas à ceux qui en ont envie.

Vivement l’arrivée dans l’île où l’hôtel a envoyé un chauffeur (pas gratuit, rassurez-vous) que j’avais réservé en même temps que ma chambre.

Pour connaître le nom de l’hôtel et en savoir plus sur les vols retours….il vous faudra venir lire la suite de ce voyage dans quelques jours…

 

Photos : @Etihad ou Guy Courthéoux

Rating:

Après avoir connu des classes affaires sympa, comme celle de United Airlines, accueillantes comme Lufthansa, de luxe et sérénité avec Thaï Airways, qui m’avait permis alors de tester la Fisrt sur un trajet avec un surclassement de dernière minute, et de grand luxe avec Qatar, j’ai décidé d’essayer la compagnie très jeune (elle fêtera ses 10 ans en Juillet 2013!!) et qui pourtant peut s’enorgueillir du titre de meilleure compagnie mondiale en vol aérien. Cette compagnie c’est Etihad, dont le siège se situe à Abu Dhabi, la capitale des Emirats Arabes Unis, pays qui possède deux grandes compagnies aéronautiques.

Comme la majorité de ses concurrents, Etihad, propose régulièrement des tarifs promotionnels pendant des laps de temps plus ou moins longs, qui peuvent être plus qu’intéressants. Par exemple, à l’heure où j’écris ces lignes, un siège éco sur Paris Bangkok est à 583 € AR, et un tarif en Pearl (Business Class) est vendu 1999€. Mais si vous vous inscrivez à leur newsletter, ce que je ne peux que vous recommander, vous aurez régulièrement des tarifs  encore bien au dessous de ceux que je viens de vous donner en exemple. Il faut saisir sa chance au bon moment, et surtout avoir la possibilité de réserver longtemps à l’avance, avec la certitude de voyager, parce que ces tarifs extrêmement intéressants ne sont ni échangeables, ni remboursables, ou alors avec des pénalités … Mais là, chacun voit midi à sa porte et choisit en toute connaissance de cause.

Donc, revenons au point de départ, c’est à dire la décision de partir à nouveau en Thaïlande, et tenter l’expérience avec Etihad. Il faut avouer que leur site donne vraiment envie de voyager avec eux. J’espère que le service sera à la hauteur de mes espérances. Donc il y a quelques jours une promo flash sur la Classe Pearl me fait de l’œil, et je prends la décision d’aller me reposer, et surtout prendre du soleil en Thaïlande. Je consulte le site, trouve les dates où les prix sont les plus bas, et tente différentes approches, en essayant de réaliser un Paris/Phuket , avec un stopover à Bangkok sur le chemin du retour. Je fais plusieurs tentatives totalement infructueuses, jamais les tarifs ne correspondent. De guerre lasse, et surtout parce que je n’ai pas envie de m’embêter avec les détails, je prends mon téléphone et appelle Etihad Airways. Pas de chance, c’est jour férié en France…mais pas en Belgique, et j’appelle donc leur ligne belge.

Excellente idée, on décroche quasi instantanément, et je parle à une jeune hôtesse charmante, prénommée Pauline, qui prend en charge mon appel. Je la remercie ici pour sa patience, sa gentillesse, sa disponibilité avec ces quelques lignes, parce que j’ai joué le client  casse pieds, avec des demandes particulières, et elle est restée calme, gentille pendant toute la durée de mon appel. Nous préparons ensemble le planning des vols, vu que je ne veux que des vols opérés par Etihad, et pas les vols en code-share, opérés soit par Air France, soit par Air Berlin, tout au moins sur le Paris Bangkok. Pauline s’affaire pour me trouver une réponse à toutes mes demandes, et doit me rappeler une heure plus tard.

Moins de 20 minutes après, le téléphone sonne, et Pauline m’annonce qu’elle a réussi à me contenter sur tous les vols, ainsi que sur le Stopover à Bangkok au retour. Il aura fallu environ 1 heure pour que tout soit réglé, mais comme je veux jouer les ‘difficiles’, je lui demande si je peux simplement réserver et confirmer sous 48 h. A ma grande surprise, c’est OK. Le lendemain je rappelle pour confirmer en demandant encore un petit changement, qui ne pose aucun soucis. Je lui exprime tous mes remerciements et lui demande de bien vouloir m’excuser pour lui avoir compliqué la vie, avec des ‘exigences’ que certains n’auraient pas osées.

Cela m’a appris ainsi que les problèmes que je rencontrais avec le stop à Bangkok, provenaient d’une erreur de ma part, las tarifs prenant en considération la date de départ de chaque trajet, et non la date du retour à Paris par exemple. Donc j’aurais pu éviter un appel si j’avais su cela. Mais bon, il est vrai que parler avec une personne compétente apporte plus que se retrouver seul devant son ordinateur.

Du coup, le billet arrive quelques minutes plus tard dans ma boite email, avec sièges choisis, tout le trajet, et mon N° de Frequent Traveller avec Etihad. En fait je me suis aperçu que pour 90 € de plus j’aurais pu rester un ou deux jours de plus et découvrir Abu Dhabi. Vu que rien n’est changeable sur le billet sauf avec des pénalités de plus de 200€, j’ai abandonné, à mon grand regret, cette option.

Une dernière chose avant le départ le 19 juin prochain. Lorsqu’on voyage en classe Pearl, une limousine avec chauffeur vient vous chercher au pied de chez vous (dans un rayon de 50kms autour de l’aéroport) et au retour vous dépose chez vous. Vous pouvez choisir les trajets en limousine que vous intéressent le plus, si vous habitez à quelques kilomètres de Roissy par exemple. En First, limousine pour chaque arrêt!

Maintenant que je vous ai raconté ces premiers pas avec Etihad, j’imagine, que, comme moi, vous avez hâte d’en savoir plus…mais pour cela il faudra attendre que je sois arrivé à destination.

Quelques petites nouvelles depuis la réservation.

Tout d’abord, je me suis aperçu qu’il y avait une erreur non imputable à la réservation sur les bagages autorisés en soute, qui est de 40Kgs, et que sur un tronçon il était indiqué 30Kg, donc je rappelle le service réservations et parle avec Shakeel qui me dit qu’il va ajouter une note sur ma réservation. Je l’informe que j’ai reçu un email d’Etihad, me proposant un surclassement aux enchères. Cela mérite quelques explications. En effet, comme pour tous les voyages que j’effectue, je m’inscris aux newsletters des compagnies aériennes, et aussi, et surtout je prends la carte de fidélité, qui change avec chaque compagnie. La majorité sont en alliance avec d’autres compagnies aériennes. La première que j’ai eue, avec United Airlines, me permet d’accumuler des miles (et aussi de les utiliser) avec nombre d’autres compagnies, comme Thaï Airways, Lufthansa, Singapore entre autres. Il existe bien d’autres alliances, et certaines compagnies ont des accords avec d’autres, et ces alliances évoluent, changent pour fidéliser au maximum leur clientèle. Vu que je n’avais pas de carte avec une compagnie liée à Etihad, j’ai donc demandé leur carte de fidélité/membre (Etihad Guest).

Toutes ces explications  pour vous dire qu’Etihad envoie à ses membres qui ont acheté un billet, environ 15 jours avant le vol, un email leur permettant de demander un surclassement payant. Naturellement personne n’y est obligé, et c’est un peu en fonction des places disponibles dans la classe supérieure. Lorsque vous recevez cet email vous choisissez le montant maximal que vous acceptez de payer pour faire un (ou plusieurs ) trajets dans la classe supérieure (dans mon cas, ce serait en First Class appelée Diamond Class). Le montant minimal accepté est de 270€ (payable en carte Visa ou Mastercard uniquement) soit 350$ US (payable avec Visa, Mastercard ou American Express). Et il n’y a pas de montant maximal. C’est en quelque sorte une loterie, avec enchères cachées. Mais le jeu en vaut peut-être la chandelle. Je n’ai pas hésité et ai payé ce supplément, qui me sera remboursé si je n’obtiens pas le trajet Paris / Abu Dhabi en First. Réponse entre 72 heures et 24 heures avant le départ. Je n’ai pas grand espoir, et pourtant j’aimerais vous parler du confort, me dit-on exceptionnel de cette Fisrt.

Quelques minutes après avoir raccroché, mon téléphone sonne et Shakeel m’informe qu’il a émis à nouveau mon billet, avec la correction des bagages autorisés, pour éviter un problème éventuel à l’aéroport. Décidément le service avant le vol et le personnel qui s’occupe des réservations par téléphone est vraiment de PREMIÈRE CLASSE.

Vous aurez tous les détails dans les jours qui suivront. En tous cas sur la classe Pearl et le service en Business.

à suivre….

Rating:

Une très bonne comédie Made In France

file_2227

Le titre n’est pas des meilleurs et pourtant voici une excellente comédie, qui devrait plaire au plus grand nombre. Une bonne comédie? Un film Français? Voilà au moins deux raisons voir ce film en BluRay! Un véritable Feel Good movie

Rose, Marilou Berry, sort de prison et n’a qu’une idée en tête : renouer avec Mickaël, son fils de 11 ans dont elle a été séparée pendant plusieurs années. Lorsqu’elle découvre la passion de Mickaël pour le catch, elle pense avoir trouvé le moyen de briser la glace :  monter une équipe de catch avec ses trois collègues caissières, Nathalie Baye, Audrey Fleurot, Corinne Masiero. Elles travaillent toutes dans un supermarché dirigé par Sandrine (Isabelle Nanty) et le malheureux qui va devoir supporter ces catcheuses en herbe est  interprété par André Dussolier.

CorinneMasiero

Audrey Fleurot et Cyril Guei

Si on sait d’ores et déjà que les acteurs les plus connus du film possèdent de réels talents dans la comédie, on va aussi y découvrir une actrice qui se la joue virago, Corinne Masiero, dont chaque apparition sur l’écran dans ce film est un motif à rire et à se réjouir.

Cette bonne comédie, signée Jean-Marc Rudnicki est une petite merveille qui va faire des adeptes . Les bons mots et les situations cocasses ne manquent pas, et cela fait toujours plaisir de parler en bien d’un film français, qui, sans être parfait se laisse voir avec un plaisir évident.

Dommage que l’éditeur n’ait pas sorti ce film en BluRay.

Côté suppléments :  Making-of (20min), Scènes coupées (10min) et Bêtisier (7min)

 

 

Rating:

Le 6ème volet des aventures action, avec de la casse à tous les étages!   ENFIN EN BLU RAY

FF6_Steelbook_France_3PA

Dom (Vin Diesel), Brian (Paul Walker) et toute leur équipe, , se sont dispersés aux quatre coins du globe, avec plein d’argent dans les poches. Pendant ce temps Hobbs, le flic (Dwayne Johnson) traque aux quatre coins du monde un groupe de chauffeurs mercenaires , dont le meneur, Shaw est secondé par celle que Dom croyait avoir perdu pour toujours : Letty. La seule façon d’arrêter leurs agissements est de les détrôner en surpassant leur réputation. Hobbs demande donc à Dom de rassembler son équipe de choc à Londres.

Comme vous pouvez vous en douter, le film de Justin Lin, vaut pour ses séances d’action, et plus particulièrement la course poursuite finale avec d’étranges véhicules, et même un char dont la rapidité est stupéfiante. Je ne me suis pas amusé à compter les véhicules cassés, mais le nombre doit dépasser les 400. Les fans ne devraient pas être déçus.  Attendons le 7ème épisode, d’ores et déjà annoncé, puisque vous verrez qui sera la prochain méchant si vous restez pour le générique final!

Quant au BluRay, c’est la perfection à tous les niveaux. Images et son, mais là, rien de bien nouveau avec les produits UNIVERSAL, mais surtout deux versions du film, celle cinéma et la version longue….plus longue de 2 minutes!. Et les suppléments sont tellement nombreux qu’il est impossible de tous les citer: Scènes coupées, « Prendre le contrôle », des making of : « Avions, chars et automobiles », « Tout se résume aux voitures », « Fureur au corps à corps » et bien plus. Les making of sont particulièrement intéressants dont vous allez vous régaler, et vous verrez même que certains de ces bonus vous proposent des sous bonus! En bref, cette édition Blu Ray qui vous offre un DVD et la copie numérique, se doit d’entrer dans la vidéothèque de tous ceux qui aiment le cinéma d’action, et les courses poursuites!

 

film annonce : http://www.cinetrafic.fr/video/bande-annonce/112324/fast-furious-6-bande-annonce-2-vf

.

voici quelques photos:

http://www.youtube.com/watch?v=3V90RF55Qo0

http://www.youtube.com/watch?v=qdTYzOGqB7c

 

vous voulez vous procurer ce BluRay au meilleur prix :

 

Rating:

Ah la belle loge, un vrai feel good movie  (un film où on se sent bien)

    81jj5tq8ewl-_sl1500_  lacage-dorc3a9e  tc3a9lc3a9chargement-94 tc3a9lc3a9chargement-102

Le terme anglais Feel Good Movie résume mieux que tout ce film réalisé par Ruben Alves, avec toute une bande d’acteurs: la famille Ribeiro d’un côté, Maria (Rita Blanco), son mari José (Joaquim de Almeida) et leurs deux enfants. Ils vivent et s’occupent à merveille d’une loge de concierge, et sont très aimés des locataires. Le mari est le meilleur ouvrier d’une entreprise dirigée par Roland Giraud, marié à Chatal Lauby. Les Ribeiro apprennent qu’ils viennent d’hériter et vont devoir partir vers le Portugal. Les locataires comme le boss de José ne l’entendent pas  de cette oreille et veulent tout faire pour les garder/ On rajoute une histoire d’amour entre la fille de la concierge et le fils du patron, à l’insu de tous , on mélange et on obtient un  film fort sympathique.

 

Certes, il ne faut pas s’attendre à s’esclaffer de bout en bout. Non, ce n’est pas le cas. Les portugais du film sont très , trop gentils, les autres ne sont pas vraiment méchants, mais plutôt égoïstes, et tous ces personnages évoluent au fur et à mesure que le film avance. Les acteurs sont tous formidables, et parmi les français, Nicole Croisille compose une vielle dame choc.

>tc3a9lc3a9chargement-112 tc3a9lc3a9chargement-121

Le réalisateur, Ruben Alves, est justement issu de l’immigration portugaise et sa mère est vraiment concierge, comme on le voit dans les nombreux suppléments sur ce Blu Ray. Déjà ce documentaire sur le tournage du film dure 35 minutes et il est vraiment  intéressant. Les scènes coupées au montage sont bien détaillées et on saurait le replacer. Comme toujours un bêtisier, mais ce n est pas le plus intéressant. Quelques photos et le film annonce complètent le tableau.
tc3a9lc3a9chargement-132

Rien à reprocher sur l’image ni sur le son en 5.1 HD DTS. Ce Blu Ray est à voir. De toutes façons si vous avez vu le film, vous aurez envie de le voir et revoir encore, et si vous ne l’aviez pas vu au cinéma, malgré le gros succès rencontré auprès du public, c’est le moment ou jamais de réparer cette erreur.

 

 

 

Rating:

Un film totalement inclassable

3d-war-zone-combo images (4)

Ce film russe, débute comme un film américain, des effets spéciaux, des monstres, un gamin réel qui est dans un monde imaginaire avec des robots, puis on entre dans le monde réel, où ce même gamin va être envoyé par sa mère chez son père, militaire. Mais la guerre éclate à la frontière et elle va traverser la Russie et surtout la zone en guerre pour tenter de le retrouver. Là on est en plein dans la propagande, avec les gentils russes, et les méchants voisins de ce pays.
La guerre, ses méfaits, les bons soldats, tout cela n’est pas nouveau. Ce qui est nouveau c’est qu’une jeune femme va traverser la guerre, rencontrer et suivre des militaires aguerris, et vu qu’il faut une histoire d’amour, on ajoute une pincée de sentiment, en plus des sentiments maternels.

Ksenia envoie son fils en vacances chez son père à l’autre bout du pays. Mais quelques jours après, une guerre éclate à la frontière où le môme a été envoyé: elle décide alors, au péril de sa vie, d’aller le chercher derrière les lignes de front et va devoir traverser la zone la plus dangereuse du pays.

tc3a9lc3a9chargement-3 tc3a9lc3a9chargement-41 téléchargement

Bon, ça sent la propagande à plein nez, mais ceci dit, le film n’est pas ennuyeux et on devine la fin.

Belle image. J’ai regardé le film en russe avec sous titres français, et n’ai pas essayé la VF. . Le film est quand même plutôt destiné à un jeune public, . La guerre n’est pas sanglante. Il y a quelques monstres échappés de l’imagination fertile du gamin, et c’est aux gamins de cet âge que le film est destiné!

 

2*1/2

Rating:

Le retour tant attendu du héros demi dieu, fils de Poséidon et de ses amis mythologiques

images

couverture du livre

couverture du livre

Trois ans que les fans de Percy Jackson attendait cette suite. Pourquoi si longtemps? tout simplement parce que le premier opus n’avait pas été un immense succès aux Etats Unis, alors qu’il avait connu une superbe carrière dans le reste du monde. Donc les producteurs avaient ‘lâché’ l’affaire et l’ont reprise quand ils vu que l’attente  demandait une suite. Et c’est tant mieux, parce que ce nouveau film est le film idéal pour l’été, que l’on peut aller voir en famille, certes pas avec des bébés, mais tous les autres peuvent voir ce film et apprendre un peu sur la mythologie, les dieux, les demi dieux, les satyres, les cyclopes et autres créatures  qui ont fait r^ver des générations d’enfants et surtout d’adolescents.

images-1 images-2 images-3

Percy Jackson ne sent pas un héros. Même s’il a déjà sauvé le monde, ce demi-dieu, se demande si ce n’était pas tout simplement un coup de bol extraordinaire. Il se découvre un demi-frère cyclope, et commence  à penser qu’être le fils de Poséidon est peut-être une malédiction. La barrière de protection divine qui protège le Camp des Sang-Mêlé est attaqué par un monstre métallique en forme de taureau. Pour sauver leur seul refuge, Percy et sa bande doivent se lancer à la recherche de la légendaire Toison d’Or. Leur périple va les conduire dans les eaux inexplorées et mortelles de la Mer des Monstres – plus connue  sous le nom de Triangle des Bermudes. Ils devront faire face à d’incroyables créatures,  des créatures des mers terrifiantes, ou des cyclopes géants. Et même d’autres demi-dieux dont le but est de faire revivre Chronos, le père de tous les Dieux de l’Olympe…

 

Le film est visible en 2D et en 3 D, et cette dernière est particulièrement attrayante. Les effets spéciaux sont très nombreux et on pourrait se croire revenu dans l’antiquité, alors que le film se déroule de nos jours ou peu s’en faut. On retrouve Logan Lerman dans le rôle titre, et toute la bande du premier film, avec un nouveau venu, son demi frère dans le film, cyclope, interprété par Douglas Smith. Le réalisateur, Thor Freudenthal (ça ne s’invente pas, il avait le prénom pour diriger ce genre de film!) avait auparavant mis en scène PALACE POUR CHIENS & JOURNAL D’UN DÉGONFLÉ. Ce troisième film devrait le faire encore mieux connaître du grand public.

images-14 IH7A0694.CR2 DF_12805.dng percy_17 (1) DF_06257-1.dng DF_04692.dng tc3a9lc3a9chargement1 tc3a9lc3a9chargement-1

Ne vous y trompez pas, allez y seul, accompagné, avec vos enfants, neveux, nièces, et vous allez vous régaler….comme un ado!

et pour ceux qui n’avaient pas vu le premier film: