Tassis Christoyannis

All posts tagged Tassis Christoyannis

Rating:

Après le succès considérable de cette production en 2013, la revoilà pour cette nouvelle saison avec une nouvelle distribution.

 

onsortoupas143

Cette opérette, assez peu connue, comparée à des opérettes de Strauss, Offenbach, Léhar ou Louis Varney (dont l’Opéra Comique vous proposera LES MOUSQUETAIRES AU COUVENT  en juin prochain) est une oeuvre de Reynaldo Hahn sur un livret de Robert de Flers et Francis de Croisset qui fut créé au théâtre des Variétés en avril 1923. Ce fut la première partition ‘légère’ de Hahn. Nous sommes en plein coeur du Paris de la Belle Epoque, avec un régiment de hussards, avec des maraîchers des halles, un opéra, une petite ville de banlieue, et des personnages typiques de cette époque. Le quartier des Halles, à cette époque est le quartier qui vit le plus. Hussards et coquettes se retrouvent pour la nomination d’un nouveau capitaine. Amants et maîtresses se mélangent, et Zénobie se partage entre deux de ses amants, le nouveau lieutenant et le riche Antonin. Elle va se retrouver forcée à choisir. Mais Ciboulette, me rétorquerez-vous avec raison? Ciboulette est une très belle maraîchère, qui fête ses 21 ans, à la tête de 8 fiancés qu’elle n’aime pas. Il va donc falloir un nouveau fiancé pour les départager.On le sait, dans l’opérette, les lyrics ont beaucoup d’importance, qui racontent l’histoire, comme ce sera le cas bien des années plus tard dans les comédies musicales américaines comme La Mélodie du Bonheur, Funny Girl, West Side Story et bien d’autres.

Patrick KABONGO MUBENGA (Victor) - Ronan Debois (le lieutenant) - Photo : Vincent PONTET

Patrick KABONGO MUBENGA (Victor) –
Ronan Debois (le lieutenant) –
Photo : Vincent PONTET

Julien BEHR (Antonin) - Olivia DORAY (Zenobie) - Ronan Debois (le lieutenant) - Photo : Vincent PONTET

Julien BEHR (Antonin) –
Olivia DORAY (Zenobie) –
Ronan Debois (le lieutenant) –
Photo : Vincent PONTET

Photo : Vincent PONTET

Photo : Vincent PONTET

Melody LOULEDJIAN (Ciboulette) - Andrea FERREOL (Madame Pingret) - Photo : Vincent PONTET

Melody LOULEDJIAN (Ciboulette) –
Andrea FERREOL (Madame Pingret) –
Photo : Vincent PONTET

 Photo : Vincent PONTET


Photo : Vincent PONTET

Trois actes, mais un seul entracte pour cette comédie qui ne manque pas d’humour, et ce, tout particulièrement dans la deuxième partie. On pourra être troublé par la présentation avant le spectacle, avec une annonce bien particulière, mais lorsque lors de l’ouverture de la seconde partie on retrouve certains personnages, on comprend beaucoup mieux. Je vous en laisse la surprise. (Il faut avoir vu Michel Fau dans un drôle d’accoutrement pour comprendre). Le metteur en scène, Michel Fau semble vraiment s’amuser dans cette tenue. Il a même demandé à Jérôme Deschamps, de jouer un directeur d’Opéra. Ceci dit, ce ne sont pas les plaisanteries que nombre d’entre nous sont venus écouter, quoique sans ces bons mots, Ciboulette perdrait beaucoup de son intérêt…comma une Martine qui est appelé Marine…On ne voit pas pourquoi??!!

1122-ciboulette-3-dr-e.carecchio-bd

Melody LOULEDJIAN (Ciboulette) - Photo : Vincent PONTET

Melody LOULEDJIAN (Ciboulette) –
Photo : Vincent PONTET

Melody LOULEDJIAN (Ciboulette) - Tassis CHRISTOYANNIS (Duparquet) - Andrea FERREOL (Madame Pingret) - Photo : Vincent PONTET

Melody LOULEDJIAN (Ciboulette) –
Tassis CHRISTOYANNIS (Duparquet) –
Andrea FERREOL (Madame Pingret) –
Photo : Vincent PONTET

Melody LOULEDJIAN Photo : Vincent PONTET

Melody LOULEDJIAN
Photo : Vincent PONTET

Melody LOULEDJIAN (Ciboulette) - Julien BEHR (Antonin) - A l Opera Comique - Photo : Vincent PONTET

Melody LOULEDJIAN (Ciboulette) –
Julien BEHR (Antonin) –
A l Opera Comique –
Photo : Vincent PONTET

La troupe est formidable avec de belles voix : Mélody Louledjian (Ciboulette), Tassis Christoyannis (Duparquet), Julien Behr (Antonin), Olivia Doray (Zénobie), ainsi que Ronan Debois, Caroline Chassany, Jean-Claude Sarragosse, Guillemette Laurens, Patrick-Kabongo Mubenga, Jean-Yves Ravoux, Safir Behloul, Thibault de Damas, sans oublier un rôle parlé par la délicieuse Andréa Ferréol qui est une Madame Pingret parfaite. On ne peut pas parler d’une pièce chantée sans parler de la direction d’orchestre ( celui de Chambre de Paris) sous la baguette de Laurence Equilbey. N’oublions pas les choeurs qui sont tellement présents.

C’est ce genre de comédie chantée qui fait chanter la salle, à plusieurs reprises, qui sort un peu des cartons oubliés des pièces légères, qui redonne vie à une forme autrefois jugée désuète. Pourtant le côté désuet est le charme de ces opérettes, qui ne demandent qu’une seule, l’adoption du public, et pour ça, vous pouvez me croire, c’est partie gagnée. La salle chantait, riait, s’amusait et les applaudissements nourris prouvent bien que ce genre ne demande qu’un coup de pouce pour revivre pleinement? J’étais assis à côté d’une jeune maman avec son fiston de 12/13 ans, qui ne cachait pas sa joie. Y-a-t-il meilleure preuve que Ciboulette est un excellent spectacle.

Photo : Vincent PONTET

Photo : Vincent PONTET

1122-ciboulette-5-dr-e.carecchio-bd 1122-ciboulettebd-7-dr-e.carecchio

une surprise de taille!

une surprise de taille!

 Photo : Vincent PONTET


Photo : Vincent PONTET

 

REPRÉSENTATIONS LES 27 ET 29 AVRIL à 20H00 AINSI QUE 3 MAI à 15H00 ET 5 ET 7 MAI A 20.00

 

Prix des places de 6 à 120€

Locations : www.opera-comique.com et 0825 01 01 23 (0.15€ la minute)

sur le site vous verrez les nombreux évènements autour de Ciboulette.

Si vous venez une heure avant les représentations vous apprendrez certaines chansons et pourrez chanter avec les troupe sans quitter votre place

La bande annonce :

Rating:

La Bohème (Saison 2013-2014)Retour d’un des sommets de l’Opéra pour les fêtes, avec La Bohème de Giacomo Puccini.

 

Cet opéra est un des plus joués à l’Opéra de Paris, qui a dépassé les 180 représentations dont plus de 110 dans cette mise en scène de Jonathan Miller qui fut créée en 1995, et qui a vu des voix aussi célèbres que celle de Roberto Alagna, Roberto Aronica, Nuccia Focile, Angela Gheorghiu, Roberto Villazon parmi bien d’autres. La direction musicale est cette fois confiée à Sir Mark Elder. Pourquoi cet opéra est-il aussi adulé des français? Peut-être parce que l’histoire est tiré d’un roman d’Henri Murger, Scènes de la vie de Bohème, mais aussi parce que l’action se déroule à Paris, dans une mansarde sous les toits où le poète Rodolfo, le peintre Marcello partagent l’atelier avec le philosophe Colline et un musicien, Schaunart. Mais ils sont sans le sou et un bon repas leur ferait grand plaisir. Une charmante voisine se présente à Rodolfo et la romance débute.

La Bohème (Saison 2013-2014) La Bohème (Saison 2013-2014)

Il est normal que cette oeuvre soit célébrée à l’Opéra Bastille dans une très jolie mise en scène avec des interprètes hors pari, comme Ana Maria Martinez qui est une Mimi époustouflante. Elle gardera le rôle jusqu’au 13 décembre et sera remplacée ensuite par Nicole Cabell. Rodolfo a la voix de Khachatur Badalyan jusqu’au 13 et ensuite vous aurez la possibilité d’entendre Dimitri Pittas. Le reste de la distribution est inchangé pour toutes les représentations : Maraiangela Sicilia ( Musetta), Tassis Christoyannis (Marcello), Ante Jerkunica ( Colline), Simone del Savio ( Schaunart), Bruno Lazzaretti (Benoit), Francis Dudziak (Alcindoro, Se Jin Hwang (Parpignol), Olivier Ayault (Sergente dei Dognari). Une distribution qui ne peut que plaire à un public amateur de bel canto. J’ai adoré la voix chaude de la soprano Ana Maria Martinez, une voix envoûtante, face à celle du ténor Piotr Beczala dans le rôle de Rodolfo qui était le ténor le jour où j’ai assisté à la représentation.

La Bohème (Saison 2013-2014) La Bohème (Saison 2013-2014)

Je m’aperçois, excusez le ‘Je’, que plus je vais à l’Opéra, et plus je l’apprécie. J’avais à l’époque de la création applaudi Roberto Alagna et Angela Giorghiu, mais je dois avouer que j’ai tout autant apprécié ceux que j’ai pu entendre cette année. Si vous n’avez jamais été à l’Opéra et que le bel canto vous attire, il est des œuvres d’accès plus facile pour débuter, comme ce ‘La Bohème’, mais aussi Carmen de Bizet, La Traviata et d’autres opéras de Verdi. Si vous commencez avec un opéra de Wagner qui dure 4 ou 5 heures, vous n’aurez peut-être pas la même envie d’y revenir, alors que si vous voyez des opéras avec des airs célèbres, vous arriverez à des opéras plus difficiles avec un plaisir certain. Faites vous plaisir, allez à l’Opéra, vous en sortirez conquis!

La Bohème (Saison 2013-2014) La Bohème (Saison 2013-2014) La Bohème (Saison 2013-2014) La Bohème (Saison 2013-2014) La Bohème (Saison 2013-2014)

La Bohème, c’est à l’Opéra Bastille

Représentations 19h30 sauf indications contraires :

4 décembre, 6 décembre, 9 décembre, 11 décembre, 13 décembre, 15 décembre, 18 décembre, 21 décembre, 23 décembre, 26 décembre, 28 décembre à 14h30, 30 décembre

Prix des places: de 5€ à 195€ sauf : les 6 et 13 décembre, de 5€ à 214€ et le 15 décembre de 5€ à 156€

Réservations par téléphone : N° surtaxé à 0.337€/ minute),

ou par internet : www.operadeparis.fr et mieux encore, pour les parisiens: aux guichets de l’Opéra Garnier ou Bastille tous les jours de 11h30 à 18h30, sauf dimanches et jours fériés.