Danse, Ballets

Rating:

Un duo de choc, un spectacle hilarant, deux comédiens-danseurs exceptionnels pour un spectacle à ne pas manquer.

 

Deux êtres, deux mecs, se cherchent, se jaugent, se provoquent, s’affrontent, se désirent, se rejettent, s’unissent tout cela dans les vestiaires d’une salle de sport. « Un Poyo Rojo », c’est une expérience sensorielle étonnante : compétition sportive, combat de coqs, danse, théâtre, acrobatie, percussion, clown… ? Un peu tout ça à la fois ! A partir du mouvement, de l’action, et sans un mot prononcé, ils proposent, avec humour et une énergie intense, d’expérimenter les différentes façons d’entrer en contact et de créer une relation. C’est une véritable prouesse, une performance que nous offrent les deux personnages sur la scène, Luciano Rosso et Alfonso Baron. Une 1/2 heure avant que le spectacle ne commence, ils sont déjà sur la scène, et font du sport, comme dans toute salle de sport, ne se préoccupant nullement l’en de l’autre, et ce pendant encore le 1er tiers de la représentation. Tout bascule alors, exit le sport, voilà les jeux de l’amour et de l’humour qui vont déferler et la salle va se plier de rire jusqu’à la fin du spectacle.

Il ne fallait pas une raison supplémentaire pour rencontrer ces deux personnages hauts en couleur, natifs d’Argentine, qui vivent depuis peu à Paris, et qui ont appris la langue de Molière depuis leur arrivée dans la capitale. Le spectacle a déjà fait le tour du monde ou peu s’en faut, ce qui est un des gros avantages d’un spectacle sans parole, sauf lors des saluts. En restez bien jusqu’au dernier moment, parce que certains soirs la salle aura un bonus préparé spécialement par Luciano, et qui vaut son pesant d’or. Lorsque je dis qu’ils sont 2, en fait ils sont 2 plus une radio,  radio en direct, ce qui fait que personne ne verra le spectacle 2 fois, les aléas du direct offrant libre cours à leurs mimiques. C’est drôle, tendre, légèrement homo-érotique, mais largement visible par tout le monde. On peut tout faire avec le rire, et en voici la meilleure preuve avec une mise en scène ultra efficace de Hermès Gaido et une chorégraphie signée : Luciano Rosso et Nicolas Poggi.

Entretien exclusif avec Luciano Rosso et Alfonso Baron, par Guy Courthéoux :

 

N’hésitez pas, Un Poyo Rojo, c’est au Théâtre Antoine, du mercredi au samedi à 19.00

Places de 18 à 42€

Réservations au  01.42.08.77.71 ou www.theatre-antoine.com

La billetterie du théâtre est ouverte du lundi au samedi de 11h à 19h et le dimanche de 12h à 17h.

autres dates :

04/06/2018 Théatre Scène Nationale de Poitiers Poitiers (86)
05/06/2018 Théatre Scène Nationale de Poitiers Poitiers (86)
07/07/2018 Soirées du Château Clermont-en-genevois (74)

À l’occasion du 10e anniversaire de la disparition de Maurice Béjart et du 30e anniversaire de la compagnie, le BÉJART BALLET LAUSANNE a entamé une tournée internationale du ballet LA FLÛTE ENCHANTÉE.

Gil Roman, directeur artistique de la Compagnie, reprend la célèbre chorégraphie de Béjart sur l’œuvre magistrale et féérique de Mozart. 44 danseurs calent leurs pas sur la version musicale du Philharmonie de Berlin, dirigé par Karl Böhm en 1964. D’une durée inédite de trois heures, c’est tout un opéra en version dansée qui s’offre au public parisien pour 5 dates exceptionnelles après avoir enchanté Lausanne, Shanghai et Tokyo.

©BBL_Gregory_Batardon

©BBL_Gregory_Batardon

©BBL_Gregory_Batardon

©BBL_Gregory_Batardon

©BBL_Anne_Bichsel

©BBL_Anne_Bichsel

©BBL_Anne_Bichsel

A travers l’alternance de scènes magiques ou comiques, ce ballet met fidèlement en scène la partition de Mozart, rend la musique visible et révèle l’essence du mouvement qui vit en son cœur.  L’enregistrement qui sert de toile à cet Opéra est la version de l’Orchestre Philharmonique de Berlin sous la direction de Karl Böhm en 1964 avec :

Sarastro : Franz CRASS,  La Reine de la Nuit :  Roberta PETERS,  Pamina :  Evelyn LEAR,  Tamino :  Fritz WUNDERLICH,  Papageno : Dietrich FISCHER-DIESKAU,  Papagena :  Lisa OTTO,  Le récitant : Hans HOTTER,  Les trois prêtres : Hubert HILTEN, Martin VANTIN,  Manfred RÖHRL,  Monostratos : Friedrich LENZ,  Les trois Dames de la Reine de la Nuit : Hildegard HILLEBRECHT,  Cvetka AHLIN,  Sieglinde WAGNER,  Les trois enfants :  Rosl SCHWAIGER,  Antonia FAHBERG,  Raili KOSTIA,  Les hommes en armures :  James KING,  Martti TALVELA.K

La troupe, sous la direction de Gil Roman :

Danseurs :

Gabriel Arenas Ruiz, Connor Barlow,  Dorian Browne, Javier Casado Suárez, Michelangelo Chelucci, Julien Favreau, Mattia Galiotto, Fabrice Gallarrague, Daniel Goldsmith, Kwinten Guilliams,  Federico Matetich,  Keisuke Nasuno, Jaym O’Esso, Masayoshi Onuki, Vito Pansini, Wictor Hugo Pedroso, Angelo Perfido, Lawrence Rigg, Jiayong Sun, Demian Vargas, Denovane Victoire.

Danseuses :

Portia Adams,  Carme Andres,   Alanna Archibald,  Solène Burel,  Jasmine Cammarota,  Lisa Cano,  Oana Cojocaru,  Valerija Frank,  Chloé Lopes Gomes,  Haydée Herrero Feria,  Clélia Mercier, Mari Ohashi,  Chiara Posca,  Elisabet Ros,  Svetlana Siplatova,  Bianca Stoicheciu,  Kathleen Thielhelm,  Aldriana Vargas López.

©BBL_Gregory_Batardon

©BBL_Anne_Bichsel

©BBL_Lauren_Pache

Reprenons les paroles de Maurice Béjart : « La Flûte enchantée se présente à nous sous un double aspect : tout d’abord une féerie qui nous emporte dans la poésie pure de l’enfance ou du génie, ensuite, et surtout, un rituel précis, rigoureux, inspiré. Ce mélange peut nous sembler étrange. Constatons premièrement qu’il fonctionne parfaitement et que l’alternance des scènes, soit magiques, soit franchement comiques, avec un message philosophique d’une grande hauteur de pensée nous rend plus perméables à recevoir le symbolisme non seulement avec notre esprit, mais avec notre être total. »

©BBL_Anne_Bichsel

©BBL_Anne_Bichsel

©BBL_Anne_Bichsel

©BBL_Philippe_Pache

 

la bande annonce :

 

Un roman célèbre de  Francis Scott Fitzgerald, deux films, et maintenant un ballet: The Great Gatsby / Gatsby Le Magnifique arrive aux Folies Bergère!

Roman éternel de Fitzgerald, publié en 1925 aux Etats Unis, Gatsby le Magnifique n’a pas fini de nous étonner

Cette fois il est transposé sous la forme d’un ballet, mais qui sera du grand spectacle. Trois stars se sont réunies pour ce faire :  Konstantin Malatze pour la partition originale, le grand danseur Denis Matvienko, étoile du Mariisnky Ballet et Dwight Rhoden le chorégraphe. Nous avons rencontré ce grand chorégraphe pour nous parler de ce ballet et lui avons demandé d’où venait l’idée de ce ballet:

En voici quelques images qui devraient vous donner envie de vous rendre aux Folies Bergère pour cette courte série de représentations: Outre la star Denis Matvienko, vous pourrez aussi applaudir : Anastasia Matvienko, Clifford Williams, Arthur Gaspar, Katerina Kaldrenko, Stanislav Skynnik , Irina Surneva.

THE GREAT GATSBY, c’est aux Folies Bergère, les 16, 17 et 18 octobre à 20.00

Prix des places de 28 à 84 €

Réservations sur le site folies bergère : https://foliesbergere.com/fr/

Réservation et informations par téléphone

Du lundi au vendredi de 10h00 à 13h00 et de 14h00 à 18h00 (hors jours fériés) : 0892 68 16 50   numéro surtaxé à 0.40€ la minutes

► Réservation au guichet de la salle

Du lundi au vendredi de 14h00 à 18h00 : 32 rue Richer – 75009 Paris
La réservation est possible le samedi, le dimanche et les jours fériés, s’il y a représentation, 1h avant la représentation

Rating:

Un spectacle total, le ballet dans ce qui se fait de meilleur ! Quel bel hommage à cet artiste que fut Nijinsky

Celui qui fut peut-être le plus grand danseur, puis chorégraphe de tous les temps, Vaslav Nijinsky, était de son temps réputé pour une exceptionnelle virtuosité et des sauts incroyables, il a changé la donne de la danse, avant se sombrer dans la folie, ce qui mit fin à sa carrière. Ce ballet de John Neumeier pour le Ballet National du Canada, dirigé par Karen Kaim nous fait faire un retour dans le temps, un certain 19 Janvier 1919, à 17h00 pour être précis. Vaslav Nijinsky (sous les traits de Guillaume Côté) va se produire pour la toute dernière fois en public. Dans la première partie, nous sommes en Suisse où on retrouve ceux qui ont marqué sa vie: son mentor et amant, Serge Diaghilev (Evan McKie), Romola, sa femme (Heather Odgen), sa seour Bornislava (Jenna Savella), son frère Stanislas (Dylan Tedaldi), mais aussi les autres membres de sa famille: le père (Brent Parolin), la mère (Xiao Nan Yu), mais aussi Nijinsky dans les costumes qui l’ont rendu célèbre: Harlequin dans Carnaval (Naoya Ebe), L’Esprit de la Rose dans Le Spectre de la Rose (Naoya Ebe), L’esclave d’or  dans Schéhérazade (Francesco Gabriele Frola, Le jeune Homme dans Jeux (Skymlar Campbell), Le Faune dans L’Après-midi d’un faune (Francesco Gabriele Frola). Tout ce petit monde évolue avec et autour de lui, dans une expérience d’une beauté incroyable. On est au cœur de la danse, au cœur de ses amours dans des scènes homo-érotiques absolument magnifiques. On voit sa poursuite de la perfection, sa recherche d’un nouveau langage du corps et de la danse. Tous les souvenirs confus tournent autour de lui. La seconde partie est plus sombre où la folie est de plus en plus visible, avec des visions assez cauchemardesques de la guerre de 14/18.

Guillaume Côté, photo : Cylla Von Tiedermann

Guilaume Côté et Heather Ogden, photo : Bruce Zinger

Guillaume Côté, photo Bruce Zinger

Guillaume Côté, photo Bruce Zinger

Guillaume Côté et Heather Ogden , photo Erik Tomasson

Guillaume Côté et Evan MvKie, photo Aleksandar Antonijevic

Ce spectacle est vraiment époustouflant. On se régale de voir plusieurs Nijinsky sur scène, avec des décors au départ et ensuite des jeux de lumière et des pans colorés. Tout est beau, tout semble magique. La troupe est formidable, et la performance de Guillaume Côté digne des plus grands danseurs. Il est certain qu’il aurait impressionné le grand danseur qu’il incarne sur scène. Profitez des quelques représentation dans le cadre de Transcendanses au Théâtre des Champs Elysées : les 4, 6 et 7 octobre à 19h30 et le dimanche 8 en matinée .

Vous pourrez y entendre des oeuvres de Chopin (Prélude N°20), Schumann (Carnaval op 26, 1er mouvement), Rimsky-Korsakov : Schéhérazade op 35, extraits) et Chostakovich (Sonate pour alto et piano op 147 et Symphonie N°11 op 103)

La troupe de Nijinsky photo Alexandar Antonijevic

Guillaume Côté, photo Aleksandar Antonijevic

Réservations :

Par téléphone 01 49 52 50 50

du lundi au vendredi (sauf jours fériés) de 11h à 18h
le samedi de 14h à 18h

sur le site du théâtre : http://www.theatrechampselysees.fr

Tarif : de 15 à 110 €

 

Quelques photos de Vaslaj Nijinsky:

Nijinsky dans l’Après-midi d’un faune en 1912, photo : Walery, BnF/BMO

Nijinsky dans Le Spectre De La Rose en 1911, Photo: Roosen, BnF / BMO

 

bande annonce :

 

Un grand moment pour les amateurs de danse avec ce spectacle pour 3 jours aux Folies Bergères!

THE GREAT GATSBY inspiré de l’œuvre universelle de Francis Scott Fitzgerald est plus qu’un ballet.  C’est un spectacle qui combine danse classique et danse contemporaine et qui fait surgir  des images somptueuses comme seul le cinéma peut nous en offrir. Le  projet a été conduit par trois créateurs de tout premier plan Dwight Rhoden, le chorégraphe, directeur de Complexions Ballet Contemporary, Konstantin Meladze qui signe une partition originale particulièrement riche et la star internationale, Denis Matvienko, Etoile du Mariinsky Ballet.

La Compagnie formée pour l’ occasion regroupe les plus grands talents de trois institutions internationales, le Mariinsky Ballet de Saint-Pétersbourg, les Etoiles du Ballet de l’Opéra de Kiev et celles de Complexions New York. Tout le monde connait l’histoire de Gatsby Le Magnifique au cinéma avec Robert Redford ou Leonardo Di Caprio dans le rôle principal. Amour, vanité, recherche de renommée et de fortune, folles ambitions et espoir fou,  tous les thèmes de Fitzgerald sont d’une actualité brûlante. C’est la raison pour laquelle Dwight Rhoden a choisi de rendre son ballet intemporel. Il est proche de notre époque mais ne perd pas pour autant le romantisme brillant des années 20. C’est un ballet d’aujourd’hui, spectaculaire et d’une très grande force et qui s’adresse à tous les publics.

Denis MATVIENKO  est  Gatsby . Il est le seul détenteur de quatre grands prix aux concours internationaux de balletet  a notamment été élu Artiste de l’année 2013. Star de renommée internationale, il est apparu au New National Theatre à Tokyo (2002), au Théâtre Bolshoi à Moscou (depuis 2005), à la Scala de Milan (depuis 2007) et à l’Opéra de Paris (depuis 2007). LES SOLISTES.  Anastasia MATVIENKO est  Daisy . Elle a joué les rôles principaux de nombreux ballets dont ceux de La belle au bois dormant (Aurore), Le lac des cygnes (OdetteOdile), La Bayadère (Nikia), Casse-Noisette (Masha), La Sylphide (Sylph) ), Giselle (Giselle), Raymonda (Raymonda), Don Quichotte (Kitri), Le Corsaire (Medora), Spartacus (Sabina, chorégraphie de Georgy Kovtun) et Roméo et Juliette.

Réservations : www.foliesbergere.com  ou 0892 681 650 (‘ numéro surtaxé!!)

Prix des places : de 28 à 84 €

bande annonce / extraits :

 

 

Chaque été, c’est la fête pour les amateurs danse avec les étés de la danse d’Alvin Ailey, et cette année, c’est à la Seine Musicale que se dérouleront les festivités, vu les travaux de rénovation du Chatelet!

L’Alvin Ailey American Danse Theater vous propose ce qui se fait de mieux en ballets, qui est dirigé par Robert Battle. Aprés le New york City Ballet l’année dernière, c’est le retour de cette compagnie américaine créée en 1958. Et on a le plaisir de retrouver celui qui désormais régente la Seine Musicale: Jean-Luc Choplin, que j’avais connu lorsqu’il était directeur des spectacles à Disneyland Paris, avant de le retrouver aux rennes du Chatelet.

r-Evolution, Dream      Choreography: Hope Boykin Photo: Paul Kolnik

C’est du 4 au 22  Juillet que vous allez pouvoir admirer, applaudir un de ces 5 spectacles, qui est composés à chaque fois de différentes oeuvres, selon les jours.

Programme A ( les 5, 13, 18 et 22 Juillet à 20.30:

The Winter in Lisbon (Billy Wilson/ Dizzy Gilepsie, Charles Fishman

The Winter in Lisbon      Choreography: Billy Wilson    Photo: Paul Kolnik

Piazzolla Caldera (Paul Taylor/Astor Piazzolla, Jerzy Peterburshsky)

The Hunt Posed photo @Rosalie O’Connor

Ella (Robert Battle/ Ella Fitzgerald)

Ella /Jacquelin-Harris-and-Megan-Jakel        photo@Teresa Wood

Revelations (Alvin Ailey /Chants traditionnels)

Revelations.-Photo-by-Pierre-Wachholder

Programme I (les 6, 12 et 14 juillet à 20.30 et le 8 juillet à 15.00)

R-Evolution, Dream (Hope Boykin / Ali Jackson)

r-Evolution, Dream    Choreography: Hope Boykin Photo: Paul Kolnik

Open Door (Ronald K Brown / Luis Demetrio, Arturo O’Farrill, Tito Puente)

Open Door       Choreography: Ronald K. Brown Photo: Paul Kolnik

In/Side (Robert Battle / Nina Simone)

Samuel Lee Roberts IN/SIDE  Choreography :Robert Battle  photo: ©Paul Kolnik

The Winter in Lisbon ( Billy Wilson /  Dizzy Gilepsie, Charles Fishman)

The Winter in Lisbon
Choreography: Billy Wilson Photo: Paul Kolnik

Progamme L     les 7, 11, 15 et 20 Juillet à 20.30

Exodus (Rennie Harris / Raphael Xavier, Ost & Kjex)

Exodus Choreography: Rennie Lorenzo Photo: Paul Kolnik

No longer silent ( Robert Battle / Erwin Schulhoff)

No Longer Silent     Choreography: Robert Battle    Photo: Paul Kolnik

Revelation (Alvin Ailey /  Chants traditionnels)

Revelations photos @Pierre Wachholder

 

Programme E    les 10 et 19 juillet à 20.30 et le 22 à 15.00

Night Creature (Alvin Ailey / Duke Ellington)

Night_Creature Photo : Gert Krautbauer

Cry ( Alvin Ailey / Alice Coltrane, Laura Nyro, The Voices od East Harlem)

Cry Choreography: Alvin Ailey Photo: Paul Kolnik

Blues Suite ( Alvin Ailey / Chants traditionnels)

BLUES SUITE, photo : Nan Melville

Revelation  (Alvin Ailey / Chants traditionnels)

-Revelations.-Photo-by-Pierre-Wachholder

Programme Y  les 8 17 et 21 juillet à 20.30 et le 15 juillet à 15.00

Four Corners ( Ronald k Brown / Carl Hancock Rux, Rahsaan Roland Kirk, Yacoub)

Four Corner Choreography by Ronald K. Brown
Photo: Paul Kolnik

After the rain pas de 2 (Christopher Wheeldon / Arvo Pärt)

After The Rain   Choreography: Christopher Wheeldon   Photo: Paul Kolnik

In/Side ( Robert Battle / Nina Simone)

Grace,Home,In side, Photo Pierre Wachholder

Ella  (Robert Battle / Ella Fitzgerald)

Jacquelin Harris & Megan-Jakel-/Ella.-Photo: Christopher-Duggan

The Hunt (Robert Battle / Les tambours du Bronx)

The Hunt photo : Rosalie O’Connor

The Hunt Photo : Rosalie O’Connor

Exodus (Rennie Harris / Raphael Xavier, Ost & Kjex)

Exodus Choreography: Rennie Lorenzo Photo: Paul Kolnik

Tarif des places selon les spectacles de 20 à 90 €

réservations :  https://billetterie.laseinemusicale.com/fr

infos pratiques:

Metro9METRO ligne 9 – station terminus Pont de Sèvres, sortie numéro 1 (emprunter le Quai Georges Gorse puis le Pont Renault)
BusBUS station Pont de Sèvres – lignes 160169171179279291389426467
TramwayT2TRAMWAY ligne 2 – stations Brimborion ou Musée de Sèvres, puis emprunter la passerelle
Taxis ou VTC : dépose minute sur le parvis de l’île, au bout du Pont Renault

PARKINGS À PROXIMITÉ :
– Indigo – Cours de l’île Seguin (au pied du pont Renault)
53 cours de l’île Seguin, 92100 Boulogne-Billancourt
– Indigo – Rives de Seine (4 min à pied)
38 quai Georges Gorse, 92100 Boulogne-Billancourt
– Q-Park – île de Monsieur Sud (9 min à pied)
D7 – Rue de Saint-Cloud, 92310 Sèvres
– Indigo – Pont de Sèvres (10 min à pied)
82 rue de Sèvres, Quai Alfonse Le Gallo, 92100 Boulogne-Billancourt

 

 

 

Rating:

Quelle belle surprise que de découvrir une version nouvelle, revue, corrigée du ballet très  connu, LE CORSAIRE, avec un danseur dont on n’a pas fini de parler!

@ David Herrero

 

C’est dans le cadre de Trancendanses que nous avons pu découvrir ce ballet dans ine mise en scène et une chorégraphie signées Kader Belarbi, pour le BALLET DU CAPITOLE DE TOULOUSE, avec trop peu de représentations au Théâtre des Champs Elysées. Le ballet fut créé en 1856 à Paris par Joseph Mazilier, mais n’était jamais ré-apparue en France, tout au moins dans une version française. On avait pu le voir dans le cadre de certaines tournées avec des artistes étrangers. Monsieur Belarbi nous offre sa propre version, sa propre lecture, en ré-organisant la trame narrative, tout autant que la partition musicale., tout en gardant l’esprit de l’oeuvre que l’on connaît.  Musicalement on entend des extraits d’Adolphe Adam, Anton Arenski, David Coleman, Edouard Lalo, Jules Massenet et  Jean Sibelius, sans  que nos oreilles en soient choquées, bien au contraire. Si les spectateurs parisiens la découvrent enfin, ceux de Toulouse ont eu la chance de le découvrir déjà en 2013. Mais peu auront eu la chance de voir le nouveau danseur étoile : Ramiro Gomez Samon, originaire de Cuba, et qui vient tout juste d’être nommé premier danseur. Il est éblouissant dans le rôle du Corsaire, et dès qu’il apparaît, tout le monde n’a d’yeux que pour lui. Il dégage de lui tout ce qu’on aime dans un danseur, une justesse dans les pas, une grace, et quand on le voit évoluer sur scène, on pense aux plus grands. Il est quasiment certain que ce jeune homme va gravir encore bien des échelons vers la célébrité. Ce qui n’efface pas les autres rôles, comme celui du Sultan ( Minoru Kaneko le soir où j’ai vu ce ballet), ni celui de la belle esclave ( Natalia de Froberville), de la Favorite (Juliette Thélin), de son compère (Demian Vargas) ou celui du marchand ( Dennis Cala Valdès). Je ne parle que de la distribution que j’ai pu applaudir, qui s’est produite deux fois sur la scène du Théâtre des Champs Elysées.

@ Guy Courthéoux /onsortoupas

@ David Herrero

@ David Herrero

Pour ceux qui ne connaissent pas l’histoire, en voici un court résumé : Dans un sultanat, ce dernier règne en maître. Le Corsaire, un hors la loi arrive lors d’une vente d’esclaves et ce dernier tombe amoureux de la plus belle d’entre elles. Mais l’esclave sera vendue au sultan. La favorite de ce dernier , très jalouse, va peut-être aider à leurs amours, qui fera rentrer le Corsaire dans le Palais.. Mais le Sultan semble bien amoureux de la belle….

La mise en scène de Kader Belarbi est plus qu’efficace, dans des décors qui laissent la place belle aux danseurs, qui tous sont excellents, qu’ils soient en troupe, ou en solo. Voilà qui est un des meilleurs spectacles de danse que j’ai pu voir, et je n’ai qu’un seul regret, de ne pas avoir été libre d’autres soirs pour me régaler avec LE CORSAIRE, qui, si je l’ai bien compris, entame une tournée actuellement! S’il passe près de chez vous, précipitez-vous!

D’autres photos avec autre distribution :

 

@Francette Levieux

@Francette Levieux

@Francette Levieux

@Francette Levieux

@Francette Levieux

 

 

Rating:

Les ballets de France, une toute jeune troupe dirigée par Rémi Lartigue, vont proposer un ballet merveilleux et magique, dont le titre vous rappellera certainement quelque chose : Peter Pan.

Cette création originale de Michael Pink est une création européenne, après avoir connu un énorme succès outre Atlantique depuis 7 ans. Michael Pink en est le chorégraphe, sur une musique enregistrée de Philipp Feeney, des costumes de Judanna Lynn dans des décors signés Richard Graham, éclairés par David Grill.

Dans les rôles principaux : Mehdi Angot (Peter Pan), Denis Lamaj (Mouche), Mihai Mezei (Capitaine Crochet), Candice Adea ( Clochette), ainsi que Andrea Carolina, Jovana Mirosavljevic, Amandine Schwarts, Pedro Maricato. Il y aura quand même 30 personnes sur scène! Le moins que l’on puisse dire c’est que cette énième adaptation du conte de fées de J.M. Barrie, après l’animation par Disney, les films par Steven Spielberg, P.J.Hogan, Joe Wright, les comédies musicales de Jerome Kern, Leonard Bernstein et Jerome Robbins sera une merveille de technologie.

PETER PAN Marc Petrocci. Photo Michael S Levine

Écoutons Rémi Lartigue, qui est le producteur français, et qui a fondé sa compagnie de ballets : Les Ballets de France:

Vidéo :@ Guy Courthéoux

 

Les dates de la tournée en France à ce jour:

Première représentation : le 15 Avril au Palais des Festivals à Cannes

10 Mai : Brest

11  et 12 Mai : Brest

13 Mai : Bordeaux

14 Mai : Pau

16 Mai : Nantes

17 Mai : Dammarie-Les-Lys

18 Mai : Roubaix

19 Mai : Yerres

20 Mai : Palais des Congrès à Paris

21 Mai : Longjumeaux

23 Mai : Toulouse

24 Mai : Montpellier

Marc Petrocci et Valerie Harmon. Photo Michael S. Levine.

Tarifs pour Paris : de 30 à 82 euros   Cannes de 34 à 55€ ( tarifs réduits disponibles)

La bande annonce :

 

 

 

Créé par Eddy Djololian en 1967, le ballet arménien Navasart fête ses 50 ans le 8 Avril au Théâtre des Champs Elysées avec 70 danseurs et musiciens sur scène.

Cela fait effectivement 50 ans que le ballet attire un public avec l’énergie des danseurs, la grâce des danseuses et la passion de ses musiciens. Pourtant il ne cesse de se renouveler et va fêter dans quelques jours ses 50 ans sur scène. Eddy Djololian fut d’abord danseur et soliste dans les ballets Arméniens Sossi entre 1958 et 1966, avant de fonder et s’occuper de la compagnie Navasart. Le directeur artistique actuel, Armen Chiloyan a lui aussi consacré toute sa vie à la danse, et devint maître de ballet en 1998.

Le corps de ballet est composé de 25 danseurs et 25 danseuses. De nouveaux danseurs rejoignent régulièrement les bancs de l’académie de danse Navasart à Issy Les Moulineaux où les élèves ont de 5 à 17 ans.

Nul doute que vous pourrez applaudir le Kotchari, la danse la plus populaire d’Arménie, qui symbolise le voyage d’un petit groupe de personnes qui cherchent à gagner des églises perchées sur les plus hauts sommets d’Arménie. Le peuple se déplace le plus souvent en musique, en fonction des routes. trois temps de danse et débute au moment où le peuple se réunit sur la place du village afin de se préparer au périple. La deuxième partie est plus lyrique et la partie finale montre la scène du retour. Curiosité, dans la plupart des danses de couples, hommes et femmes ne se touchent pas! t le ballet compte actuellement plus de 700 costumes!

Qui dit ballets, dit orchestre. Les musiciens venus de divers horizons sont au nombre de 15 et travaillent avec des musiciens et compositeurs arméniens, comme Ida Harutunyan, Arthur Arakélian, Khatchadour Avédissian , Hayk Grigoryan. L’orchestre est dirigé par Zadig Panossian. Vous y retrouverez des instruments typiques comme le Doudouk ou le Dhol.

TOUTES LES PHOTOS / @ EMMANUEL DONNY

Infos pratiques:

Représentation unique le 8 Avril à 20h00

Prix des places : de 37 à 75€

Locations : théâtre des Champs Elysées au 01 49 52 50 50 ou www.theatrechampselysees.fr

 

Loin de Tchaïkovski-Petipa, voilà une nouvelle version, très ‘mouillée’ du Lac Des Cygnes par la Baller National de Norvège dirigé par Ingrid Lorentzen..

 

Un petit historique. La première saison de TranscenDanses accueillait le ballet National de Norvège, et le public fut totalement conquis ( moi aussi, dois-je l’avouer?) Grâce à ce succès, la compagnie revient au Théâtre des Champs Elysées pour présenter une oeuvre dont le titre est ultra célèbre, mais dans une version totalement inédite. Le Chorégraphe Alexander Ekman, utilise une partition d’un compositeur suédois, Mikael Karlsson, des costumes du styliste Henrik Vibsov, et revisite ‘LE BALLET DES BALLETS’. Si une version a été créée à Oslo, la version présentée à Paris est spécialement adaptée pour le Théâtre des Champs Elysées.

Swan Lake (c) Eric Berg

SWAN LAKE@Erik Berg

Alexander Ekman le dit : ‘Ma volonté était de concevoir un ballet surprenant, inattendu, quelque chose qui nous fasse sortir de nos frontières et de notre zone de confort.. Il fallait trouver une nouvelle voie pour présenter ce fameux ballet. Une idée folle : J’allais faire danser les cygnes sur un vrai lac. Facile à dire, mais comment le réaliser?  Pourtant l’idée a suivi son cours et la voilà concrétisée pour le Théâtre des Champs Elysées. . C’est totalement inédit et celà n’a jamais été réalisé nulle part ailleurs. Je suis fier de présenter ce travail à Paris!’

Si on lui demande comment cela va se présenter: ‘Les danseurs auront les pieds dans l’eau, et,  avec l’inclinaison de la scène, cela demande beaucoup de travail. Que les spectateurs aux premiers rangs ne s’inquiètent pas pour autant, il n’y aura pas de ‘Splash Zone’. Je pense que les enfants, s’il y en a dans la salle auront envie de danser, ne serait-ce que pour le plaisir de danser les pieds dans l’eau!

Beaucoup de préparation, un véritable attente pour tous ceux qui aiment la danse classique (ou moderne) quand il s’agit de ballets. Voilà une petite série de représentations, qui sans nul doute vont marquer les esprits. J’attends avec impatience de voir et entendre ce nouvel opus: ‘A SWAN LAKE.

Photos, sauf mention contraire : @ Guy Courthéoux / onsortoupas.fr

A Swan Lake au Théâtre des Champs Elysées les 29, 30 et 31 Mars à 20h00

Places de 15 à 95 €

Réservations : Théâtre des Champs Elysées : 01 49 52 50 50

www.theatrechampselysees.fr