Anne Bouvier

All posts tagged Anne Bouvier

Rating:

Plus de 42 ans après sa création par Annie Girardot, revoilà Madame Marguerite sous les traits d’une immense comédienne : Stéphanie Bataille.

Ecrit par le brésilien Roberto Athayde, ce superbe texte revient sur la scène du Lucernaire dans une version  différente de celle qui avait été créée en 1974 au Théâtre Montparnasse.  Stéphanie Bataille est cette Madame Marguerite, une institutrice de CM2 (ou 7ème si vous préférez) Elle s’adresse aux spectateurs, qui sont donc les élèves. Son but : Apprendre à ces jeunes enfants (nous, en fait!) pour leur apprendre les choses de la vie (pas toutes!) . Les élèves se retrouvent devant cette institutrice sévère, redoutable, qui est aussi très généreuse et bien déjantée. On est totalement ébahi devant la performance de Stéphanie Bataille, devant ce cours qui est très loin des cours que les enfants reçoivent à l’école. Par exemple elle prévient qu’elle va leur apprendre une vérité importante et leur annonce qu’ils  vont tous mourir . Certes écrit comme cela, ce n’est pas gai, et pourtant l’humour est présent.

Madame Marguerite, c’est de la poésie pure, teintée d’une certaine violence verbale. Le spectateur auquel Madame Marguerite s’adresse oscille constamment entre sourire, rire et des choses bien plus sérieuses. Si Annie Girardot avait préféré une interprétation plus portée vers le comique, Stéphanie Bataille nous offre un personnage au comportement plus à fleur de peau, qui nous ébahit à chaque instant. C’est une grande comédienne, qui nous montre une femme blessée, qui n’a pas peur des excès, et la mise en scène d’Anne Bouvier est d’une totale perfection.

Nombre d’entre nous ne connaît pas encore cette comédienne, qui a bien des cordes à son arc, vu qu’elle avait pris la direction artistique du Théâtre Antoine, qu’elle a quitté récemment pour se consacrer à Madame Marguerite, avant de reprendre les rennes du Théâtre Marigny. On avait pu la voir sur scène récemment aux côtés de Chantal Ladesou dans Peau de Vache, c’est dire à quel point Stéphanie Bataille aime le théâtre sous toutes ses formes.

Toutes les photos : @ Gaël Rebel

Na manquez surtout pas cette performance qu’elle vous propose

Jusqu’au 20 mai 2018

Du mardi au samedi 19h, dimanche 17h30

Durée : 1h10

 

 

 

Rating:

Un nez, un créateur de parfum et une rencontre qui va modifier sa vie.

Quand un nez, Paul,  (Pierre Cassignard) reçoit une lettre plus que curieuse, émanant de la mère d’un enfant, il lui semble que c’est une mission impossible qu’on lui propose. La mère de Darius (Clémentine Célarié)  va en effet lui demander de créer des parfums qui devront rappeler à son fils des endroits qui ont marqué sa jeune vie. Le fils, en effet est en train de perdre tous ses sens, et sa mobilité, et il ne lui reste plus que l’odorat qui puisse l’aider à survivre. Il va devoir, aidé par Claire, la mère, trouver l’odeur de certains lieux et bien plus. Paul a perdu sa femme, ne s’intéresse plus à grand chose depuis cette perte, même ses créations se sont arrêtées. Ces parfums lui redonneront-ils goût à la vie?

Ainsi résumé, on se dit facilement : Oulala, voilà de quoi  faire pleurer dans la salle, on nage en plein mélo, on ne risque pas de sourire. Alors détrompez-vous, la pièce écrite par Jean-Benoît Patricot est tout sauf mélodramatique et ennuyeuse. On se prend très vite au jeu. On aimerait, nous aussi sentir ces flagrances qu’on nous décrit, que la metteuse en scène, Anne Bouvier, nous montre entre les mains des deux protagonistes. En fait ce ne sont pas vraiment des dialogues, mais des échanges de lettres, qui ne sont pas celles de ‘Love Letters’. En fait on sent qu’une amitié se crée entre ces deux personnages, on s’intéresse à Darius, qui est comme l’Arlésienne, qu’on ne voit jamais, mais qui est omniprésent dans leurs échanges épistolaires, ou leurs rencontres. Il y a nombres de moments d’émotion, de sourire, de bonheur, d’espoir tout au long de la pièce, magistralement interprétée; On savait déjà que Clémentine Célarié était une très grande comédienne, et elle le prouve une fois encore. Pour nombre d’entre nous Pierre Cassignard, malgré plus de 30 rôles sur les planches, n’a pas la notoriété qu’il mérite. Et ici, avec Darius, il nous montre tout son talent et l’étendue de ses possibilités.

Photos : @ Richebé

Voilà donc une jolie pièce, qui mérite amplement le retour.

Darius, c’est au Théâtre des Mathurins, 36 rue des Mathurins, du mardi au samedi à 19h00, et le dimanche à 18h00.
Durée de la pièce, environ 1h20

Places de 16 à 32 €

Réservations au 01 42 65 90 00  (de 11h à 19h) et internet : theatredesmathurins.com

 

 

Rating:

Après le succès de Fleur de Cactus, le théâtre Antoine reprend une autre pièce célèbre des auteurs Barillet et Grédy : Peau de Vache.

onsortoupas038

Créé en 1975 par Sophie Desmarets, la pièce a connu un succès fulgurant, et Michel Fau qui met en scène cette version 2016 a choisi une comédienne que rien n’arrête : Chantal Ladesou pour le rôle principal. Celui de Marion, mariée à Alexis (Grégoire Bonnet) célèbre violoncelliste , qui règne en maître sur leur domaine, qui régente sa vie, et qui ferme les yeux sur quelques incartades. Leur petite vie va subir quelques changements avec l’arrivée d’une jeune journaliste, Pauline (Anne Bouvier), qui va vite faire partie des meubles. Marion, qui porte fort bien le surnom de Peau de Vache, n’a de bons rapports avec personne, ni leur voisin mitoyen , Monsieur Colinet (Maxime Lombart, et encore moins avec un couple de snobs venus s’installer à la campagne, les Durand-Bénéchol (Stéphanie Bataille et Gérald Cesbron). Le seul a à l’apprécier est le vétérinaire du coin, un peu (beaucoup) porté sur la bouteille, Cazenave (Urbain Cancelier) . Pourtant il y a peut-être pire Peau de Vache de Marion.

_mg_1868 _mg_2175

Michel Fau laisse libre cours à la tornade Chantal Ladesou dans cette mise en scène particulièrement efficace. Les comédiens semblent beaucoup s’amuser, et le public, qui est surtout venu voir Chantal Ladesou ne sera pas déçu. Tout le monde en fait des tonnes. Ladesou fait du Ladesou, mais puissance 10.  les autres comédiennes, Anne Bouvier et Stéphanie Bataille s’en sortent avec les honneurs toutefois. Une heure et demie de bonnes répliques, rien de plus normal, Messieurs Pierre Barillet et Jean-Pierre Grédy sont des auteurs qui savent écrire, et qui connaissent le théâtre. Quant au metteur en scène, Michel Fau, il nous a maintes fois prouvé son talent, ne serait-ce qu’avec la reprise de Fleur de Cactus au même théâtre Antoine, qui jouait d’ailleurs aux côtés de Catherine Frot. Fleur de Cactus devrait d’ailleurs revenir sur cette même scène dans quelques mois, puisque Peau de Vache est prévu pour une série limitée de représentations, jusqu’au 31 décembre.

l1011090 _mg_2359 _mg_2347 _mg_1656

TOUTES LES PHOTOS : @DR

Peau de Vache , c’est au théâtre Antoine dirigé par Laurent Ruquier et Jean-Marc Dumontet, du mardi au samedi à 21h00, avec matinées les samedi et dimanche à 16h00.

Places de 20 à 63€

réservations : 01 42 08 77 71 et sur place : La billetterie du théâtre est ouverte du lundi au samedi de 11h à 19h et le dimanche de 12h à 17h

par internet : http://www.theatre-antoine.com

 

 

Rating:

Une pièce célèbre de Shakespeare, revue et corrigée avec un talent indéniable.

onsortoupas019

Nous sommes en 1929, dans un monde encore insouciant et léger. Lear (Michel Aumont) décide d’abandonner son empire et de le redistribuer entre ses trois filles (Marianne Basler, Agathe Bonitzer, Anne Bouvier ) . Mais le refus de Cordélia, la plus jeune (Agathe Bonitzer), entraînera sa colère et son propre déclin. Tandis que les deux autres se déchirent pour sa fortune, l’isolant de ses amis et finissant par le jeter dehors, seul sur la lande, accompagné de son fou (Denis d’Arcangelo), il plongera de plus en plus dans la folie.  Cornelia et celui qui fut son bras droit (Bruno Abraham Kremer) s’allient pour sauver Lear. Et on ne peut pas oublier le compte de Gloucester (Jean-Paul Farré) et ses deux fils; Le légitime, Edgar ( José-Antonio Pereira) et l’autre, le bâtard Edmond (Arnaud Denis) qui a très mauvais fond. Quand il commencera à perdre la raison, il nous entraîne dans ses visions d’un monde transfiguré. Au début on sent la richesse de Lear, pour aller petit à petit vers sa déchéance tant physique que mentale.

MRB_7315 MRB_7324 MRB_7461 MRB_7604 MRB_7872

Ce spectacle qui dure près de 3 heures sans entracte est tellement passionnant que lorsque le rideau tombe on a comme l’impression qu’il n’a duré qu’une heure. Un trait de génie du à la fois aux comédiens, mais aussi à une mise en scène brillante de Jean-Luc Revol, qui en a aussi écrit l’adaptation. Si Michel Aumont réalise une véritable performance, dont personne n’oserait douter, tout comme Jean Paul Farré, impossible de passer sous silence celle de José-Antonio Pereira, qui dans le rôle du fils pur va se transformer physiquement et jouer les simples d’esprit. Il en devient totalement méconnaissable, et pourtant crédible de bout en bout. Mais avec toute cette troupe de comédiens, ceux cités plus haut et les autres : Olivier Breitam (le duc d’Albany), Eric Verdin (duc de Cornouailles), Nicolas Gasparl (Roi de France), Martin Guillaud (Duc de Bourgogne), Eric Gueno (Oswald l’intendant) et Frédéric Chevaux (Le Chevalier). Cette troupe en nombre vous offrira un spectacle de qualité, avec quelques moments horribles , comme lorsque Gloucester va perdre la vue…

MRB_8142 MRB_8199 MRB_8203 MRB_8515 MRB_8855 MRB_7953

Du théâtre sérieux, qui n’est nullement recommandé aux plus jeunes, et qui est présenté en français. C’est avec de telles pièces et de grands acteurs que l’on sait que le théâtre a encore de nombreuses belles surprises à nous offrir.

Le Roi LEAR, c’est au théâtre de la Madeleine, du mardi au samedi à 20h00, matinées le dimanche à 17h00.

MRB_9012 MRB_8934 MRB_8894 MRB_8855

Locations :

par téléphone au 01 42 65 07 09, ou en ligne : www.theatremadeleine.com

Prix des places : de 10 à 55€. les moins de 26 ans : 10€

la bande annonce :

 

Rating:

Même si tout le monde ou presque connaît ce chef d’oeuvre de Marivaux, la version que nous propose la Pépinière Théâtre est innovante et hilarante.

x-default

Promise à un jeune homme qu’elle ne connaît pas et dont on lui dit le plus grand bien, Silvia (Marie-Pierre Nouveau) obtient de son père l’autorisation de travestir la réalité lorsque son futur fiancé viendra la voir pour la première fois. Ce sera sa femme de compagnie, Lisette, qui prendra sa place, et elle jouera sa servante Lisette (Anne Bouvier). Mais Dorante, le futur fiancé a eu la même idée, et seuls Mr Orgon (Jérémie Bédrune) et son fils (Eric Guého) connaissent la vérité (ou la supercherie, comme bon vous semble). Les masques ne tombent pas, les doubles jeux, les intrigues et les amours font que les deux valets (Nicolas Chupin) et servantes (Anne Bouvier), tombent fous amoureux, et qu’il en est de même pour Silvia et Dorante (Philippe Calvario). Mais la vérité devra attendre. La mise en scène de Philippe Calvario est éblouissante, qui modernise avec des fonds musicaux très au goût du jour, dont certains signés d’un certain Gainsbourg…qui datent quand même de 1968.

Toute la troupe

Toute la troupe

Arlequin et Lisette ( Nicolas Chupin et Anne Bouvier)

Arlequin et Lisette ( Nicolas Chupin et Anne Bouvier)

Arlequin et Dorante ( Nicolas Chupin et Philippe Calvario )

Arlequin et Dorante ( Nicolas Chupin et Philippe Calvario )

Philippe Calvario /Dorante

Philippe Calvario /Dorante

LE JEU DE L AMOUR Photo Libre de droits (Mariage) (c)Christophe Vootz

Tout en respectant le texte de Marivaux, le metteur en scène qui s’est donné le beau rôle, ou le rôle du bel homme, a réussi à donner une version qui garde tout le comique de Marivaux, et qui accentue ce côté, pour en faire une pièce où le spectateur se régale vraiment. Les applaudissements aux saluts en sont la meilleure preuve. Même si la salle n’est pas pleine et c’est bien dommage , avec quand même une belle jauge :plus de la moitié de la salle en milieu de semaine!)  le public a fait une véritable ovation à cette troupe de jeunes comédiens. Curieusement, ce sont les deux valets et servantes qui semblent  avoir les faveurs du public, alors que j’ai préféré le jeu plus en finesse du couple Silvia / Dorante. Comme quoi on peut tout apprécier dans cette pièce.

N’hésitez pas une seconde, vous allez vraiment passer une excellente soirée avec cette troupe de jeunes comédiens.

Silvia ( Marie-Pierre Nouveau)

Silvia ( Marie-Pierre Nouveau)

Orgon et Lisette ( Jérémie Bedrune et Anne Bouvier)

Orgon et Lisette ( Jérémie Bedrune et Anne Bouvier)

Mario / Eric Ghueho

Mario / Eric Ghueho

TOUTES LES PHOTOS : @ Christophe Vootz

Le Jeu de l’Amour au Théâtre La pépinière

c’est du mardi au samedi à 21h00, avec matinées le samedi à 16h00

Places à 27 ou 37 € tarifs moins de 26 ans : 12€

Réservations : www.theatrelapepiniere.com   ou par téléphone : 01 42 61 44 16

bande annonce :

Rating:

Une comédie au ton résolument moderne à l’affiche du Théâtre St Georges.

téléchargement (6)

Marie France Mignal, qui dirige le théâtre St Georges a trouvé un petit bijou de comédie, écrite à 4 mains par Nicolas Poiret ( fils de Jean) et Sébastien Blanc ( fils de son père). cette comédie, c’est Même Pas Vrai, qui réunit Bruno Madinier et Raphaëline Goupilleau, en tête d’affiche . Ils sont un couple pour le moins extravagant qui aime  se disputer devant leurs amis Marie et Bernard (Anne Bouvier et Christophe Guybet) ou mettre en boite leur fils Michael ( Thomas Maurion) . Ils ne veulent pas lui demander s’il est gay, et sont pour le moins surpris lorsqu’ils apprennent qu’il vit une aventure avec leur amie Marie. Mais ces disputes peuvent aller plus loin, et bêtement lorsqu’un des deux ‘oublie’ de parler de petits problèmes de santé.

Bruno Madinier et Raphaëline Goupilleau

Bruno Madinier et Raphaëline Goupilleau

téléchargement (11) téléchargement (10)

On est décontenancé au début de la pièce par les joutes verbales entre Arnaud et Mathilde, qui règlent leurs comptes devant leurs amis. La situation empire lorsque Bernard donne Rendez-vous à une amie, Irène,(Valérie Zaccomer) et que tout le monde accueille cette dernière comme un chien dans un jeu de quilles, accumulant les situations les plus désagréables pour cette dernière.

téléchargement (9)

Raphaëline Goupilleau

Raphaëline Goupilleau

Bruno Madinier

Bruno Madinier

Cette comédie, mise en scène par Jean-Luc Revol devrait trouver son public, qui n’est pas celui du boulevard classique. Les situations sont certes drôles et plus qu’invraisemblables, et le public semble plus jeune que pour ce qui avait fait les beaux jours du théâtre de boulevard. Les comédiens sont excellents, et le jeune Thomas Maurion est une révélation, dont on entendra certainement parler.

Bruno Madinier Raphaëline Goupilleau et Thomas Maurion

Bruno Madinier Raphaëline Goupilleau et Thomas Maurion

 

images (2)

Venez découvrir cette famille vraiment pas conformiste au théâtre St Georges, du mardi au samedi à 20h30, matinées samedi à 17h00 . Pas de matinée le dimanche.

Théâtre St Georges, 51 rue St Georges 75009 Paris

Places de 15€ à 41€ (moinsde 26 ans : 10€ du mardi au jeudi en fonction des disponibilités)

Locations : www.theatre-saint-georges.com  et 01 48 78 63 47