Théâtre Antoine

All posts tagged Théâtre Antoine

Rating:

Plus de 42 ans après sa création par Annie Girardot, revoilà Madame Marguerite sous les traits d’une immense comédienne : Stéphanie Bataille.

Ecrit par le brésilien Roberto Athayde, ce superbe texte revient sur la scène du Lucernaire dans une version  différente de celle qui avait été créée en 1974 au Théâtre Montparnasse.  Stéphanie Bataille est cette Madame Marguerite, une institutrice de CM2 (ou 7ème si vous préférez) Elle s’adresse aux spectateurs, qui sont donc les élèves. Son but : Apprendre à ces jeunes enfants (nous, en fait!) pour leur apprendre les choses de la vie (pas toutes!) . Les élèves se retrouvent devant cette institutrice sévère, redoutable, qui est aussi très généreuse et bien déjantée. On est totalement ébahi devant la performance de Stéphanie Bataille, devant ce cours qui est très loin des cours que les enfants reçoivent à l’école. Par exemple elle prévient qu’elle va leur apprendre une vérité importante et leur annonce qu’ils  vont tous mourir . Certes écrit comme cela, ce n’est pas gai, et pourtant l’humour est présent.

Madame Marguerite, c’est de la poésie pure, teintée d’une certaine violence verbale. Le spectateur auquel Madame Marguerite s’adresse oscille constamment entre sourire, rire et des choses bien plus sérieuses. Si Annie Girardot avait préféré une interprétation plus portée vers le comique, Stéphanie Bataille nous offre un personnage au comportement plus à fleur de peau, qui nous ébahit à chaque instant. C’est une grande comédienne, qui nous montre une femme blessée, qui n’a pas peur des excès, et la mise en scène d’Anne Bouvier est d’une totale perfection.

Nombre d’entre nous ne connaît pas encore cette comédienne, qui a bien des cordes à son arc, vu qu’elle avait pris la direction artistique du Théâtre Antoine, qu’elle a quitté récemment pour se consacrer à Madame Marguerite, avant de reprendre les rennes du Théâtre Marigny. On avait pu la voir sur scène récemment aux côtés de Chantal Ladesou dans Peau de Vache, c’est dire à quel point Stéphanie Bataille aime le théâtre sous toutes ses formes.

Toutes les photos : @ Gaël Rebel

Na manquez surtout pas cette performance qu’elle vous propose  du mardi au samedi à 19h00 au Lucernaire, la salle tout en haut ( appelée Le Paradis). Elle sera sur cette scène jusqu’au 27 janvier

Prix des places : 26 €, Seniors : 22€, intermittents, RSA, demandeurs d’emploi : 17 et moins de 26 ans :11 € ( tarif soumis à condition)

 

 

Rating:

Un spectacle inclassable qui plaira aux plus jeunes comme aux adultes et seniors.

AFFICHE Mummenschanz-les-musiciens-du-silence-Théâtre-Antoine-Paris-nouveau-spectacle-2015-du-3-au-12-juillet

Les idées ingénieuses de cette troupe fondée à Paris en 1972 par Andres Bossard, Floriana Frassetto et Bernie Schürch, n’ont cessé de transporter les publics du monde entier. MUMMENSCHANZ est une forme d’art qui a marqué le monde du théâtre  avec des numéros jamais vus, inconnus, et uniques. Un spectacle sans aucun son, qui surprend, étonne, et
fascine.

_I2I2411 01

Pierre-Antoine Grisoni / Strates Mummenschanz, Théâtre du Passage, Neuchatel, le 21 septembre 2014.

Pierre-Antoine Grisoni / Strates

Pierre-Antoine Grisoni / Strates Mummenschanz, Théâtre du Passage, Neuchatel, le 21 septembre 2014.

Pierre-Antoine Grisoni / Strates

_DSF6678
Mummenschanz offre au public des émotions intenses et multiples. Quel que soit son âge et sa culture, le spectateur plonge dans le monde créatif de Mummenschanz. Mummenschanz a toujours été un lieu pour l’imagination : deux yeux, deux oreilles, une bouche. Des masques fait de pâte à modeler, de petits tubes sonores ou de papier hygiénique. Voilà pourquoi on les surnomme «Les musiciens du silence», parce qu’ils font du théâtre sans paroles. Que ce soit aux Etats Unis, à Broadway, au cirque national suisse ou sur une autre scène du monde, ils envoûtent le public avec leur langage universel. Chacun comprend les récits d’art des Mummenschanz. «Nous invitons les gens à nous suivre lors d’un voyage dans notre monde de fantaisies. Nous contons des histoires qui touchent leurs coeurs», nous dit Floriana Frassetto.
Mummenschanz étonne et surprend depuis des décennies, . Avec courage, créativité et des moyens plus que modestes (souvent des matières recyclables), la troupe crée un divertissement stimulant . Cette forme de culture fait réfléchir le public et c’est sans doute la raison pour laquelle plusieurs générations ont été inspirées par le monde fantastique de Mummenschanz. Partout où cette troupe de théâtre unique au monde se produit, elle remporte un immense succès. «Dès le levé du rideau par deux mains géantes, nous recevons une tempête d’applaudissements et les premiers rires», remarque Floriana Frassetto.

Slinkyman 01 PR_40_Jahre_05 01 Mummenschanz Mummenschanz 2

SONY DSC

Et les représentations dans ce bel écrin qu’est le théâtre Antoine en sont la preuve. le soir où je les ai vus, des enfants très jeunes se tordaient de rire dès les premières minutes , rire qui se répercutait sur la salle, qui se calmait dans des instants plus poétiques, qui reprenait avec des numéros où deux des artistes arboraient des masques qui se transformaient avec de la pâte à modeler de couleur grise. Tout un chacun trouve son bonheur dans ce nouveau spectacle. Je les avais découverts il y a deux ou trois ans aux Folies Bergères et c’est un spectacle totalement nouveau que j’ai vu cette année. Emmenez vos enfants, même les plus jeunes voir ce superbe spectacle, vous ne le regretterez pas, et si vous avez toujours votre regard d’enfant, si vous aimez une certaine poésie, n’hésitez pas, c’est magnifique.

Pierre-Antoine Grisoni / Strates Mummenschanz, Théâtre du Passage, Neuchatel, le 21 septembre 2014.

Pierre-Antoine Grisoni / Strates

Pierre-Antoine Grisoni / Strates Mummenschanz, Théâtre du Passage, Neuchatel, le 21 septembre 2014.

Pierre-Antoine Grisoni / Strates

Pierre-Antoine Grisoni / Strates Mummenschanz, Théâtre du Passage, Neuchatel, le 21 septembre 2014.

Pierre-Antoine Grisoni / Strates

SONY DSC

Représentations à Paris au Théâtre Antoine jusqu’au au 12 juillet tous les soirs sauf lundi à 20h00, représentations supplémentaires les 11 et 12 juillet à 15h00

puis en tournée
Levallois / Salle Ravel – 29 septembre
Montrouge / Le Befroi – 4 octobre
Mérignac / Le Pin Galant – 17 octobre
Lyon / Le Radiant – 8 novembre
Manosque / Théâtre Jean le Bleu – 11 décembre
Béziers / Théâtre municipal – 12 décembre

Tarifs : de 30 à 40€

Points de vente : Théâtre Antoine, www.theatre-antoine.com ou par téléphone : 01 42 08 77 71

Rating:

Daniel Russo occupe la scène du Palais Royal pour une comédie délirante.

SansRancune_TPR_100x150_BAT7 (1)

La vie de Victor Pelletier (Daniel Russo) est un rêve. C’est un homme comblé. Les affaires marchent, il écrase la concurrence, il a une belle femme (Anne Jacquemin) , et au lever de rideau, il vient d’offrir un mariage somptueux à sa fille (Nassima Benchicou) , et vit dans un immeuble somptueux de l’Avenue Montaigne. Mais, parce qu’il y a un mais: le soir de ce mariage, sa femme décide de le quitter pour un homme plus jeune (David Talbot), qui vit la vie de Bohème et qu’elle aime en secret depuis un an. Son meilleur ami (Xavier Letourneur) , qui est aussi son associé voit les choses du bon côté, et l’amie de Madame, nymphomane (Jessica Borio) essaie de ne pas trop s’en mêler. On nage en plein boulevard, sans qu’il y ait trop de portes qui claquent, mais cette nouvelle adaptation par Sébastien Azzopardi et Sacha Danino de la pièce à succès créée par Sam Bobrick et Ron Clark fonctionne à merveille. Ce n’est pas la première fois que cette pièce est à l’affiche du Palais Royal. On se souvient d’une adaptation par Jean Poiret dans les années 90, avec Roland Giraud. 

Sans Rancune, Théâtre Palais Royal Sans Rancune, Théâtre Palais Royal

La pièce a été totalement remise au goût du jour. Plusieurs décors, la chambre de l’Avenue Montaigne, l’appartement bohème de Barbés, le restaurant où travaille l’amant de Madame, tout cela ressemble vraiment à ce que l’on peut connaître de nos jours. Il y a les portables, certes, mais c’est surtout dans les piques du dialogue que l’on sent que tout cela se déroule aujourd’hui. Je ne vous dévoilerai pas ces bons moments du spectacle, la surprise est toujours meilleure lorsqu’on ne s’y attend pas, mais je peux vous dire que tous ces bons mots secouent la salle qui rit et applaudit. La mise en scène alerte de Sébastien Azzopardi, et l’interprétation magistrale de Daniel Russo et de toute l’équipe, font passer ces 100 minutes de spectacle à la vitesse du TGV. On s’amuse, on rit, on s’inquiète, et on passe une très bonne soirée. Daniel Russo doit être sur les rotules à la fin parce qu’il ne faut pas oublier qu’il est aussi sur la scène du théâtre Antoine à 19h00. Il a tout juste le temps de prendre un taxi pour être présent lorsque le rideau se lève. Et il ne quitte quasiment pas la scène, où il virevolte comme Louis de Funés, sait en faire des tonnes sans gêner ses partenaires. Une vraie performance qu’il faut saluer.

Sans Rancune, Théâtre Palais Royal Sans Rancune, Théâtre Palais Royal

Une fois encore, un grand bravo à la direction du théâtre du Palais Royal, à Francis Nani, à Sébastien Azzopardi, qui offrent une programmation parfaite, avec deux pièces à l’affiche chaque soir (l’autre pièce : Des Souris et des Hommes est programmée à 19h00)

téléchargement (1)

 

TOUTES LES PHOTOS @ Emilie Brouchon

SANS RANCUNE, au théâtre du Palais Royal, 

Du mardi au samedi à 21h00, matinées samedi à 16h30 et dimanche à 15h30

Locations: 01 42 97 40 00 ou www.theatrepalaisroyal.com

Prix des places : de 17 à 52€

LA BANDE ANNONCE :

Rating:

L’histoire se répète et rien n’est plus vrai que celle du Système écrit par Antoine Rault.

unnamed

L’auteur de la pièce, Antoine Rault, donne une définition parfaite de ce que vous pourrez applaudir au théâtre Antoine : « L’histoire se passe il y a 300 ans…L’Ecossais John Law, joueur de cartes de génie, prétend pouvoir sauver l’Etat français de la faillite. Il convainc le Régent d’essayer son système : faire du commerce et des échanges avec de la monnaie de papier et des actions. Il vient d’inventer en France l’économie moderne. Au début, cela marche à merveille. Trop bien même. Bientôt, la machine s’emballe, tout le monde se met à spéculer, la bourse flambe. Alors, soudain, « la bulle » (le mot date de là) explose… John Law vient d’inventer aussi la crise financière. « Le Système » raconte la comédie du pouvoir qui se joue dans les coulisses de cette histoire : calculs, manipulations, trahisons et intrigues au cœur d’une cour libertine et cupide. L’économiste plein d’idées, idéaliste est utilisé par les hommes politiques. Tant qu’il est utile, il est flatté et choyé. Dès qu’il ne l’est plus, il est abandonné et brisé. »

helene pambrun13012015-_-121

Certes ainsi raconté, on peut penser qu’on risque de s’ennuyer à mourir. C’est sans compter sur les bons mots, ceux qui font mouche, qui nous font immédiatement penser à la France d’aujourd’hui. (Je vous vois déjà penser: époque libertine…non, il n’y a pas d’allusion aux procès de ce genre.) Mais lorsqu’on parle politique, lorsqu’on parle du système monétaire, on se pose la question: par quoi remplacer le papier (des billets de banque) il est impossible ne ne pas faire un parallèle avec les chéquiers, et à moyen terme à la monnaie en pièces ou billets.  Tout cela semble bien sérieux, mais l’intelligence de l’auteur, c’est de nous offrir un texte d’une justesse totale avec une dose d’humour qui nous fait passer une soirée formidable. 

helene pambrum13012015-_-101

Mais le théâtre ce sont aussi, et surtout des interprètes. Certes on va voir ce spectacle pour avoir l’occasion de voir Lorant Deutsch (dans le rôle de John  Law, l’écossais) et Stéphane Guillon (l’Abbé Dubois, confident  et âme damnée du Régent). Un rôle qui a beaucoup dû plaire à Lorant Deutsch, qui est comme chacun le sait passionné et féru d’Histoire. S’ils dominent la distribution, à juste titre, ils montrent l’immensité de leur talent. Et à leurs côtés d’autres comédiens méritent les louanges: Ainsi Eric Metayer (Paris, le fermier général chargé de collecter les impôts) et Urbain Cancelier, Philippe d’Orléans, Le Régent. Il domine la scène de sa prestance, c’est un régal de le voir évoluer, se soumettre aux demandes et souhaits de l’Abbé, folâtrer avec sa maîtresse , traiter John comme son meilleur ami quand tout va bien….et le désavouer quant il y est acculé. Les rôles féminins sont tenus par Sophie Barjac (la mère du Régent), Marie Bunel qui est la maîtresse du Régent, Stéphanie Caillol et Philippine Bataille.

Le Systeme Credit H. Pambrun 3

Vraiment ce texte est savoureux, ces acteurs dirigés par Didier Long tout aussi délicieux. Ne vous y trompez pas, vous n’allez pas vous régaler d’un soufflé, mais d’une pièce montée, créée par un pâtissier royal.

 

Photos : @Hélène Pambrun

Le Système, c’est au Théâtre Antoine, 14 boulevard de Strasbourg à Paris 10ème

Métro Strasbourg St Denis

du mardi au samedi à 21 h 00 et matinée le samedi à 16 h 00

Places de 21 à 69€

le film annonce :

Un triomphe public pour la dernière pièce en date signée Laurent Ruquier!

unnamed (4)

Cela faisait longtemps que je n’avais pas vu une salle pleine à craquer en dehors des générales de presse, et pourtant le soir où je suis allé voir cette pièce qui en est à plus de 170 représentations, il n’y avait pas un strapontin de libre, pas une petite place au dernier balcon. C’est tellement incroyable que je ne pouvais manquer d’ouvrir cet article avec. Je préfère qu’on reste amis, écrit par Laurent Ruquier tout spécialement pour Michèle Bernier et Frédéric Diefenthal connaît donc un tel succès qu’après les dernières représentations début Janvier au Théâtre Antoine, elle part en tournée dans toute la France.

L’histoire, celle d’une jeune femme aux rondeurs apparentes et assumées, Cloclo (Michèle Bernier) qui en a marre de son amitié sans accroche avec Valentin, amitié qui dure depuis 5 ans, alors qu’elle ne rêve que d’une chose, c’est que cette amitié sans faille se transforme. Elle est amoureuse de Valentin (Frédéric Diefenthal) depuis leur première rencontre lors de l’anniversaire d’un pote. Elle a décidé que ce soir, elle allait lui déclarer sa flamme, et tenter de conquérir son coeur. Mais le moins que l’on puisse dire c’est que cela s’avère plus que difficile parce que Valentin n’est pas réceptif, et a bien du mal à comprendre où Cloclo veut en venir. C’est peut-être le moment de livrer, après quelques coupes de Champagne, quelques secrets bien enfouis et de voir les choses sous un nouvel angle.

unnamed (1) unnamed

Laurent Ruquier a bien compris ce que veut le public, et donne l’occasion aux deux comédiens d’en faire des tonnes pour que la salle éclate de rire. Et ça marche. La mise en scène de Marie Pascale Osterrieth est d’une totale efficacité, et on se demande à quel point les comédiens osent s’écarter du texte, parce que tout cela semble tellement rodé, et pourtant on sent une totale complicité entre eux. C’est une pièce où les deux comédiens peuvent s’éclater et ils ne manquent pas de le faire, surtout en voyant à quel point le public réagit avec des rires quasi constants. On voit qu’entre eux, c’est une complicité de chaque moment, et qu’ils prennent  un plaisir évident à se produire ensemble sur scène.

Il est rare de voir une salle qui réagisse à ce point, qui chante avec eux lorsque Cloclo  s’exprime en chansons, et qui rit à tous les bons mots de l’auteur. Une salle pleine à craquer qui rit pendant deux heures, c’est tellement rare, mais cela peut avoir des inconvénients, parce que si on n’a pas entendu une réplique, c’est trop tard, la suivante arrive vite ensuite. Je ne sais pas qui des acteurs ou du metteur en scène est admirateur de feu Jean Lefebvre, mais comme ce denier le faisait tous les soirs, il passait quelques minutes à dialoguer avec la salle, après les premiers rappels et c’est ce que font avec un plaisir visible les deux comédiens. Personnellement je ne suis pas fan, mais je suis bien obligé d’avouer que la salle en redemandait et que TOUT LE MONDE était ravi de dialoguer quelques minutes avec eux.

unnamed (3) unnamed (2)

 

Photos : @Gael Rebel

 

Durée du spectacle : 2 heures

JE PRÉFÈRE QU’ON RESTE AMIS au Théâtre Antoine, 14 Boulevard de Strasbourg Paris 10è

du mardi au samedi à 21h00 avec matinée le samedi à 16h15

Places de 21€ à 56€ (tarifs directs Internet)

Réservations : http://www.theatre-antoine.com/  et : tel 01 42 08 77 71 du lundi au samedi de 11h à 19h et le dimanche de 12h à 17h