Dalida

All posts tagged Dalida

Rating:

30 ans près sa disparition, Dalida est toujours aussi présente, comme le prouve cet excellent biopic.

Lors de sa sortie, la critique a été unanime sur la qualité de ce film signé Lisa Azuelos. La vie de cette immense chanteuse, qui a traversé quelques générations puisqu’elle a débuté dans la chanson populaire à la fin des années 50 pour se terminer en 1987. Née au Caire en 1933, Yolande Gigliotti passera pour la première fois à l’Olympia sous son nom de scène : Dalida en 1956, elle était alors celle qu’on appelait Mademoiselle Bambino! Comment elle est arrivée ainsi au firmament des stars, les hommes qui ont sillonné sa vie, ces hommes qui ont souvent connu des destins tragiques, comme Lucien Morisse qui fut son premier mari, et directeur des programmes d’Europe N°1. Sveva Alviti est  Dalida. Elle a réussi à trouver le ton, le charme, les gestes de la chanteuse. A ses côté, une belle brochette d’acteurs : Jean-Paul Rouve, qui incarne Lucien Morisse, Riccardo Scarmaccio qui est son frère, que l’on connaît sous le nom d’Orlando et qui fut à ses côtés toute sa vie. Il ne faut pas oublier Alessandro Borghi, qui fut un amour éphémère, Luigi Tenco, et qui, tout comme Lucien Morisse, se suicida, sans oublier Richard Chamfray que l’on a connu sous le nom de comte de St Germain, personnage à la personnalité douteuse, qui a cette fois les traits de Nicolas Duvauchelle. Il y en a eu d’autres, mais ceux-là furent connus du grand public. On ne peut pas parler de sa carrière sans parler de Bruno Coquatrix (Patrick Timsitt) ou Eddie Barclay (Vincent Perez). Le biopic est quelque chose de difficile, et bien peu en France ont été réussis, il y eut La Môme (Edith Piaf), Claude François et Dalida.

La réussite de ce film est due en partie au scénario, en partie à l’interprétation, en partie à la réalisation. Les scènes où Dalida chante sont époustouflantes de vérité. On ne fait plus de personnages comme celui là, Dalida a vendu des millions de disques, a connu des succès planétaires avec Gigi L’Amoroso, il venait d’avoir 18 ans, Laissez Nous Danser et bien d’autres, que l’on retrouvera tout au long de ce film.

 

Photos : @Luc Roux

Le Bluray , chez Pathé Vidéo nous offre une superbe copie en format respecté en DTS 5.1 ou son Dolby 2.0 .

Peu de suppléments toutefois: Les images du tournage de Je suis Malade, Le casting de Sveva Alvivi, les Décors, et le maquillage de Dalida

 

le film annonce :

 

 

 

 

Rating:

C’est certainement le plus petit des grands établissements qui font la nuit parisienne.  Mais quel accueil!

 

 

img_3737

En effet Michou vous accueille tous les soirs dans son établissement de la rue des Martyrs, pour un dîner spectacle à prix très raisonnable et avec un spectacle de qualité. Le mot transformiste est vraiment celui qui s’adapte le mieux à cet établissement. Les serveurs sont-ils aussi sur scène? qui donc est ce Michael Jackson ou cette Chantal Ladesou. Tous sont plus vrais que nature

Voici quelques photos de ce spectacle qui change régulièrement. Vous pouvez revenir plusieurs fois, il y a toujours de nouveaux numéros!

les menus habituels:

En neuf soirées – une par mois -,Olivier Barrot va évoquer un demi-siècle de grandes et petites scènes, depuis les années trente jusqu’à la mort de Coluche en 1986. Avec les archives de l’Institut National de l’Audiovisuel, il va projeter chansons, sketchs, séquences de télévision, tout ce qui permet de revivre la grande histoire du Music-Hall.

LA GRANDE HISTOIRE DU MUSIC-HALL FRANCAIS (Théâtre Rive Gauche-Paris 14ème) - par Olivier BARROT

Raconter l’Histoire du Music Hall, c’est raconter bien plus que celle d’un rideau rouge : c’est raconter la France, son esprit, ses questions, son insolence. Fort heureusement, il est bien loin
le temps ou l’on méprisait les arts populaires. Aujourd’hui on sait qu’il s’agit bien d’ « art » – trousser une chanson inoubliable et l’interpréter d’une façon fulgurante n’est pas à la portée de n’importe qui – et surtout que « populaire » indique une fusion exceptionnelle entre le public et l’artiste. Sur la scène du Music Hall français – scène riche, brillante -, n’apparaissent pas que des talents : on y a posé un miroir où le pays se regarde, pleure ses malheurs et rit de ses travers.
En fait, cette histoire du Music Hall sera une histoire de la France. On rencontrera l’amour sous toutes ses formes, du grivois au vénal en passant par le romantique ou l’interdit. On y verra des héros qui n’ont pas toujours un physique parfait mais de l’humour ou de l’audace. On y applaudira de grandes dames – parfois toutes petites, comme Edith Piaf -, grandes dames qui ne sont pas celles du Faubourg Saint-Honoré mais plutôt celles des pavés de la Butte, de Saint-Germain, et qui racontent un autre destin de la femme. On y admirera des personnalités plus ambiguës que prévu, témoignant, selon le moment, que les moeurs se relâchent ou se tendent. On y comprendra comment on bouscule les politiques et l’on dénonce les privilèges. On découvrira comment on regarde l’étranger à travers la chanson coloniale, le jazz ou la vedette à accent. Grâce à l’érudition lumineuse d’Olivier Barrot et aux trésors que l’Institut National de l’Audiovisuel met à votre disposition, vous passerez plusieurs soirées à découvrir ou retrouver des morceaux d’anthologie qui ont enthousiasmé les foules pendant des décennies. Au-delà de la nostalgie ou du plaisir pur, c’est une façon intelligente, sensible et originale de parcourir le siècle. ( Eric Emmanuel Schmitt)

C’est donc un dimanche par mois à 17h00 que vous pourrez revivre ces grandes heures. Voilà le planning des prochaines représentations conçues et dirigées par Olivier Barrot :

22/11/2015 : les grandes dames
20/12/2015 : les poètes
17/01/2016 : les années folles
21/02/2016 : les chanteurs de charme
20/03/2016 : les groupes vocaux
17/04/2016 : le yé-yé
15/05/2016 : le comique troupier
19/06/2016 : l’opérette marseillaise

Large choix, qui vous montrera que la chanson, ce n’est pas seulement la nouvelle star ou The Voice.

Tarif : 20€ (groupes : 15€)

réservations : 01 43 35 32 31
www.theatre-rive-gauche.com

Théâtre Rive Gauche
6 rue de la Gaîté 75014 Paris / M° Edgar Quinet ou Gaîté

J’ai par ailleurs trouvé, juste pour information, un récapitulatif des meilleurs vendeurs de disques en France . Je ne sais pas si c’est juste, mais bon, vous en jugerez par vous même, on ne dit pas si les CD sont inclus, mais cela donne un ordre d’idée. On voit que la variété française , tant décriée par certains est en bonne place avec dans les 5 premiers: Michel Sardou, Claude François, Sheila, et d’autres artistes populaires ensuite, comme Sylvie Vartan, Mireille Mathieu, Dalida, Joe Dassin, Nana Mouskouri, Frédéric François ou Céline Dion, et bien entendu les grands noms: Jean-Jacques Goldman, Charles Aznavour ou Hallyday

12065940_10153438265216107_5875496700655230480_n

Rating:

Un texte qui a 50 ans, créé en 1964 par Sophie Desmarets et Jean Poiret,qui revient sur la scène du Théâtre Antoine pour une série limitée de représentations.

onsortoupas029

De mensonge en mensonge….La pièce débute lorsqu’un jeune et beau voisin ( Wallerand Denormandie) sent une odeur de gaz venant de chez sa voisine Antonia (Mathilde Bisson) , qui a raté son suicide . Tout cela par la faute à Julien. Julien Desforges (Michel Fau) qui va demander à Antonia si elle veut l’épouser, mais vu qu’ il lui avait auparavant affirmé qu’il était marié et qu’il avait trois enfants, il devoir jongler avec son mensonge. Pour résoudre le problème, Julien fait croire à Antonia qu’il va divorcer, mais la jeune femme veut absolument connaître Mme Desforges (qui en fait n’existe pas) pour s’assurer qu’elle supportera cette rupture et que les enfants (qui n’existent pas plus) iront bien. La situation est délicate pour Julien qui bien évidemment n’a jamais eu de femme. La seule personne qui puisse alors l’aider se trouve être son assistante, Stéphane (Catherine Frot), avec qui il entretient des rapports strictement professionnels. Cette dernière, vieille fille et secrètement amoureuse du docteur Desforges sans jamais avoir pu se l’avouer, finira par accepter le rôle de Mme Desforges auprès d’Antonia. Avec les conséquences auxquelles on ne s’attend pas vraiment, surtout que d’autres mensonges vont nourrir l’intrigue.

_MG_3930 _MG_4698 _MG_4090

Je ne suis pas assez âgé pour avoir vu la création, mais je me souviens de l’avoir vu en 1987 au théâtre des Champs Elysées toujours avec Sophie Desmarets et Jacques Rosny, et je dois avouer que cette version 2015 est vraiment un grand moment de théâtre, qui repose sur les épaules de Catherine Frot qui est totalement époustouflante. La mise en scène nous ramène dans les années 60, datées par des pochettes de disques de Sheila, Aznavour, Dalida, Mireille Mathieu de ces années là et même des chansons de ces années  60. Les changements de décors sont rapides, ce qui rythme la pièce comme de nos jours. Autre retour dans le passé, c’est le brigadier qui frappe les 3 coups et surtout les saluts avec le rideau qui se lève et se rabaisse comme cela se faisait encore il y a quelques années. Michel Fau est un excellent metteur en scène , qui a su diriger des opérettes comme Ciboulette (voir article sur le site :http://www.onsortoupas.fr/ciboulette-encore-un-spectacle-de-haute-volee-a-lopera-comique-loperette-est-bien-vivante/)  à l’Opéra Comique, des Opéras, des films et du théâtre. Bref un homme qui sait tout faire dans son domaine et qui montre une fois encore, ici, l’étendue de son talent. Outre les comédiens cités, vous retrouverez aussi: Cyrille Eldin,  Marie-Hélène Lentini, Frédéric Imberty et Audrey Langle, qui méritent tous qu’on parle d’eux, qui en font certes des tonnes, mais on ne songerait pas à s’en plaindre.

L1008874 L1008891

Le public ne  s’y trompe pas. La salle du théâtre Antoine était pleine à craquer le soir où j’ai vu cette pièce. C’est un triomphe que la salle lui a fait, triomphe amplement mérité pour son rôle d’assistante dentaire dans la pièce écrite par Pierre Barillet et Jean-Pierre Grédy plus connus sous le nom de Barillet et Grédy. Ne manquez pas cette occasion de rire avec ce côté rétro qui ajoute un petit piment au texte.

IMG_0417 IMG_0414 IMG_0413 IMG_0404

toutes les photos : @MARCEL HARTMANN                   sauf les saluts ci-dessus : @guy courtheoux/onsortoupas.fr

FLEUR DE CACTUS, c’est au théâtre Antoine, du mardi au samedi à 21h00, matinées samedi et dimanche à 16h00 jusqu’au 21 Février 2016

durée du spectacle : environ 2 heures

tarifs  : de 22 à 69 €

Réservations au 01 42 08 77 71 ou sur le site : http://www.theatre-antoine.com/fleur-de-cactus

 

 

Rating:

Michou est un Monsieur génial! Son cabaret est une garantie de soirée réussie! Une bonne soirée à Montmartre!

Voilà, c’est dit!

J’adore Michou, j’adore son spectacle, j’adore son cabaret, j’adore le personnage, j’adore rire avec ses Michettes!

Passer une soirée chez Michou, c’est une garantie totale de passer une bonne soirée. Son minuscule établissement de la rue des Martyrs dans le 18ème est bondé tous les soirs. Pour trouver des places un vendredi ou un samedi soir, il faut réserver des semaines, voire des mois à l’avance.

Une soirée chez Michou, c’est tout d’abord un accueil par Michou en personne, avant que l’on vous emmène vers votre table. Certes vous n’avez pas un espace énorme entre voisins, mais cela fait partie du charme de l’établissement  On a souvent proposé à Michou de pousser les murs, de trouver un restaurant plus grand, mais il a su rester fidèle à sa formule. Une formule pas secrète: un prix des plus abordables, une table qui vaut le prix que l’on paye, et un spectacle qui est entraînant de bout en bout.

Prenons le déroulement de la soirée. Ouverture des portes à 20h15. Michou est là pour vous accueillir, votre table est prête, vous aviez réservé, et vous avez le choix entre deux formules menu. 110€ ou 140€. Peu de différence entre les deux formules, simplement vous avez du Champagne dans la formule à 140€.  Chaque soir les serveurs (que vous retrouverez ensuite dans le spectacle) travaillent sans relâche  et avec une célérité et une gentillesse qui semble d’un autre temps. Avant le dîner, Michou les présente sur scène avec un petit mot qui met en joie. Et sitôt le repas terminé, le spectacle peut commencer. Pour le spectacle vous avez aussi plusieurs formules si vous avez décidé de ne pas venir profiter du repas: Vous pouvez réserver pour le spectacle uniquement avec ou sans boisson (s’il reste encore de la place, ce qui n’est vraiment pas certain) , à partir de 55€, ou tenter votre chance et rester au bar à partir de 32€ boisson non comprise (là aussi, impossible de repousser les murs, donc rien ne garantit que vous puissiez entrer, vu qu’il n’y a pas de possibilité de réserver au bar. Et qui sait vous aurez peut-être l’occasion de croiser une des personnalités qui font le Tout Paris, ainsi il y a quelques jours Régine avait réuni quelques amis, parmi lesquels Alain Delon. Tous les noms qui ont fait Paris depuis la fin des années 60 s’est retrouvé dans ce cabaret, et vous verrez les photos de ces célébrités dans l’entrée. Citons quelques uns: Jean Marais, Jean-Claude Brialy, Line Renaud, sans oublier des personnalités de la politique, des présidents, des chanteurs, des acteurs, bref tout le monde s’est ‘encanaillé’ dans la rue des Martyrs (qui porte mal son nom depuis que Michou y a élu domicile!)


alt= » » width= »976″ height= »1250″ />

Le spectacle ne se raconte pas, il se vit. Il change régulièrement et vous pouvez retrouver les artistes maison transformés en Chantal Goya, Lady Gaga, Mylène Farmer, Mireille Mathieu, Sylvie Vartan, Cher, Edith Piaf, Dalida, qui est interprétée en direct par l’artiste, La Callas, Jeanne Moreau, Betty Boop, Patricia Kaas, Cher et tant d’autres comme Céline Dion qui ouvre le bal! C’est une féérie pour les yeux, mais surtout on rit énormément, parce que les artistes ne se moquent pas des personnes qu’ils ‘imitent’, on sent le respect, mais un geste, un regard, une attitude provoquant le rire. Ainsi, lorsque je faisais quelques photos pour cette soirée, une Chantal Ladesou plus vraie que nature a fait un sketch en direct, qui m’a fait tellement rire, que j’avais du mal à prendre des photos. J’ai du m’arrêter tellement j’étais pris d’un fou rire, et croyez moi, je n’étais pas le seul.

Il vous faut venir découvrir ce spectacle, rire avec la salle entière, Chez Michou, c’est le meilleur de Paris, et certains viennent de loin pour découvrir ce spectacle de transformistes, ce soir là, belges, américains entre autres applaudissaient à tout rompre.

Merci Michou, merci pour ces soirées fabuleuses. Merci pour cet accueil. Merci pour cet humour. Grâce à toi Paris sera toujours Paris, et les nuits parisiennes retentiront de rires!

Vous pouvez trouver les renseignements pratiques, horaires, réservations sur le site de Chez Michou :

www.Michou.com

ou par téléphone : 01 46 06 16 04

du 5*

Toutes les photos : copyright : Guy Courthéoux

Tous droits réservés

 

autres articles sur Michou : http://www.onsortoupas.fr/une-soiree-chez-michou-toujours-formidable/