Gérard Depardieu

All posts tagged Gérard Depardieu

Rating:

Les seconds rôles ont souvent été de grands personnages dans le cinéma français, et Ludovic Berthillot est l’un d’eux et en parle sur la scène du Théâtre de dix heures.

Avec près de 200 films ou téléfilms, une dizaine de pièces de théâtre et un premier seul en scène en 2014, Ludovic Berthillot illustre à merveille la définition de l’immense Raimu sur les seconds rôles au cinéma : ”dans le gigot c’est qui est bon ce n’est pas la viande, c’est les pointes d’ail.” Mais il ne parle pas que de lui dans ce seul en scène, il parle  des autres ceux qui ont pour nom : Robert Dalban, Paulette Dubosc, Pauline Carton, André Pousse, Jean Carmet, mais on ne peut passer sous silence des Claude Gensac (celle qui fut Madame De Funés dans nombre de films), mais aussi Louis de Funès, qui fut longtemps cantonné dans ses seconds rôles, tout comme Michel Galabru ou Jean Lefebvre et nombre d’autres. Je ne cite que certains d’entre eux, malheureusement aujourd’hui disparus.

En 75 minutes Ludovic Berthillot leur rend hommage avec la participation du public, et rend hommage aux Gabin, Ventura, de Funès, Bourvil et à ce génie des mots, qui leur a offert des ‘partitions’ sur mesure, Michel Audiard.

Co écrit par Pierre Delavène et Jean-Philippe Zappa, on passe un moment sympathique avec ces souvenirs de personnes que certains ont connu, d’autres non, dans une mise en scène alerte d’un grand Monsieur du cinéma, Gérard Moulevrier. Mais le grand public ne connaît pas son nom. C’est pourtant lui à qui on doit le casting (choix des comédiens)  de films comme Bienvenue Chez Les Ch’tis,  les 3 films Camping, Astérix et Obélix contre César, mais aussi Pédale Douce, Les 3 frères et tant d’autres vu qu’il travaille ou a travaillé avec des réalisateurs célèbres comme Claude Berri, Bertrand Blier, Patrice Leconte, Yves Robert, Alain Corneau. Les grands acteurs sont son lot de tous les jours et ses meilleur(e)s ami(e)s s’appellent Juliette Binoche, Michèle Laroque, Gérard Depardieu, Audrey Tautou, Gérard Lanvin, André Dussolier…si je devais les citer tous, je manquerai de place dans cet article.

J’avais rencontré Gérard Moulevrier dans de nombreux Festivals de films, entre autres et c’était cette l’occasion rêvée de lui donner la parole. Entretien avec grand Monsieur, d’une élégance et d’une gentillesse sans pareille :Gérard Moulevrier:

SECOND RÔLE, c’est au Théâtre de Dix Heures

les mercredis à 21h30 et les samedis à 17h00

places 22€51, tarifs réduits disponibles

Renseignements  et réservations : 01 46 06 10 17 ou www.theatrededixheures.fr

 

quelques images extraites du spectacle :

 

Rating:

Une belle histoire d’amour , un amour avec des lettres , avec Mylène Demongeot et Jean Piat, deux comédiens vraiment extraordinaires.

La pièce a été jouée de très nombreuses fois dans le monde entier, et en France, nous avions pu la voir avec Philipe Noiret et Anouk Aimé, mais aussi  avec Francis Huster et Christiana Reali, et le rôle masculin a été aussi interprété par Alain Delon, Bruno Crémer, Jean-Louis Trintignant, Jacques Wéber, Gérard Depardieu, qui tous furent le partenaire d’Anouk Aimée. Cette fois ce sont deux comédiens hors pair, Jean Piat et Mylène Demongeot qui lisent ces lettres d’amour sur la scène de la Comédie des Champs Elysées. On ressent toutes les émotions entre ces deux interprètes, de la première lettre quand ils ne sont que de jeunes enfants, jusqu’à la dernière au crépuscule de leur vie. On vibre à écouter leurs histoires, qui sont aussi leur histoire, leurs éloignements, leur vie sociale.

La mise en scène de Stéphanie Fagadau est toute sobre, laissant la place au texte d’Albert Ramsdell Gurney, traduit et adapté en français par Alexia Perimony. Un régal pour les oreilles, les comédiens étant assis devant leur propre bureau , sans trop bouger, sauf Mademoiselle Demongeot, qui va changer de fauteuil une fois ou deux, Jean Piat ayant, comme tout un chacun le sait, quelques difficultés à se déplacer, mais certainement pas pour le reste. Il lit ses lettres avec l’ardeur de la jeunesse jusqu’aux dernières minutes. Tous deux savent tenir la salle en haleine, même si beaucoup ont déjà vu cette pièce. On a toujours envie de la voir encore et encore, chaque comédien y ayant donné sa propre vision.

Avec des pièces comme celle-là, on a envie d’aller au théâtre, et c’est tant mieux, d’autant plus que la pièce est courte (1h20).

LOVE LETTERS c’est à la comédie des Champs Elysées jusqu’au 30 Juillet

Représentations du jeudi au samedi à 19h00, dimanche à 16h00.

Prix des places : de 20 à 48€

Réservations : comediesdeschampselysees.fr ou au 01 53 23 99 19

la bande annonce :

 

Rating:

On l’a vu en avant première, le spectacle sera présenté à Avignon, avant de revenir à Paris à la rentrée.

jsteyweb-9423 jsteyweb-9435

Vienne, décembre 1791. Wolfgang Amadeus Mozart vient de mourir. Constance, sa veuve, doit faire front. Seule et désargentée, il lui faut trouver le disciple capable de terminer le fameux Requiem. Franz-Xavier Süssmayer, qui ne la laisse pas indifférente, vient lui rendre visite, mais sera-t-il à la hauteur du Maître ? Sur ce sujet, on rentre dans le modèle classique, unité de temps et de lieu, pour un dialogue entre les deux protagonistes; Je ne connaissais pas Delphine Depardieu (pour ceux qui se poseraient la question, elle est la nièce de Gérard) qui joue une Constance absolument remarquable. En finesse, mais avec des pointes , et son partenaire, Guillaume Marquet est dans le même esprit, qui passe par une gamme de sentiments et d’expressions, qui devraient emporter le public dans leur sillon.

La pièce, écrite par Alain Tieulé a été mise en scène par Raphaëlle Cambray. Elle ne demande pas une grande scène, et la salle du petit Montparnasse est l’écrin parfait pour ce bijou.

jsteyweb-9225 jsteyweb-9135

Si vous passez par Avignon, ne la manquez pas, et si vous restez à Paris, vérifiez que LE DERNIER BAISER DE MOZART  se joue bientôt pour y réserver vos places.

Réservations au 01 43 22 77 74

Rating:

FORMIDABLE ! GENIAL !

 

 

Les superlatifs ne seront pas de trop pour ce film qui conte les mésaventures du jeune Pi, 17 ans, qui a passé son enfance à Pondichery en Inde, et qui embarque pour le Canada, en route vers une nouvelle vie au Canada. Le bateau fait naufrage et il va se retrouver seul sur un canot de sauvetage. Enfin seul être humain,  un tigre se trouvant  sur le même canot, et ils vont devoir partager l’espace, les vivres et vont  vivre une odyssée hors du commun. Comment survivre sans se faire dévorer par un des animaux les plus féroces qui soient?

 

 

Tourner un tel film  est le résultat d’un travail de titan. Un tigre et un adolescent, un bateau qui fait naufrage, un canot de sauvetage, les prouesses techniques sont exceptionnelles. regardez bien les regards des animaux, s’ils vous rappellent quelque protagoniste, vous aurez peut-être une des clés de ce film absolument incroyable, où tout est parfait. La réalisation, le jeune acteur qui incarne Pi ( Suraj Sharma), les animaux, la musique, la photo, les effets spéciaux, la 3D. Le tigre, appelé richard Parker,  est tellement vrai qu’on ne peut pas croire un instant qu’il a été créé en images de synthèse.

 

 

On vibre de toutes les fibres de notre corps en voyageant avec eux. On ne peut s’échapper à aucun moment à la fascination qui s’exerce sur nous, et le dénouement final nous obligerait presque à revoir le film dans son intégralité, et croyez moi, ce sera avec plaisir que je reverrai ce film plusieurs fois. UN PUR CHEF D’OEUVRE, que le réalisateur de ‘Tigres et Dragons, ou du ‘Secret de Brokeback Mountain’ ajoute à son actif. Le public devrait faire un triomphe à cette Odyssée hors du temps, et ce ne serait que justice!

 

 

 

 

5*