Jean Carmet

All posts tagged Jean Carmet

VOTRE VOTE
Rating:

Vu l’énorme succès du film PAPY FAIT DE LA RESISTANCE, on a oublié que ce fut tout d’abord une pièce de théâtre qui s’est jouée au Splendid St Martin  du  au , puis du  au . Elle est revenue pour notre bonheur au Théâtre de Paris pour une série limitée de représentations!

Ecrite par Martin Lamotte & Christian Clavier, le cinéma s’en est emparé en 1983 avec une distribution de choix : Jacqueline Maillan, Michel Galabru, Jean Carmet,        Gérard Jugnot, Dominique Lavanant, Martin Lamotte, Christian Clavier, Thierry Lhermitte, Jean Yanne, Roland Giraud, Jacques Villeret, Josiane Balasko, Michel Blanc, Jean-Claude Brialy,  Jacques François, Bernard Giraudeau et Julien Guiomar, pour ne citer que les plus connus.

Pour cette reprise, 40 ans plus tard, seul Martin Lamotte fait partie de l’ancienne équipe, qui est cette fois Papy aux côtés de Catherine Jacob, Karine Belly, Remi Johnsen, Serge Postigo qui a co-adapté et mis en scène cette version actuelle , Antoine Croset, Julien Jacob, Lionel Laget, sans oublier, comme indiqué sur l’affiche : Gustav Le Chat! J’ai beaucoup aimé la mise en scène, et les différents décors en plaque tournante signés François-Jean de Ligueras.

Nous sommes en Juin 1940 ! La France est envahie, qui gémît sous la botte nazie. Dans Paris occupé, les habitants subissent de plein fouet la débâcle , mais. certains ne se résignent pas et résistent. C’est le cas d’André Bourdelle, grand musicien, qui,  en 1941 sera fait prisonnier et mourra en prison la même année. Sa femme et ses enfants ont repris le flambeau aux côtés de leur grand-père qu’ils appellent affectueusement…Papy. La pièce commence le jour de l’arrivée du général Sponz, général allemand, qui vient élire son quartier général dans l’hôtel particulier de la famille Bourdelle. Celle-ci s’en va vivre à la cave, n’oublions pas «Super Résistant» qui apparaît au gré des aléas de la guerre ainsi qu’un fils très efféminé qui cache des  secrets, un général allemand francophile, et une pléiade de rôles tenus par les comédiens qui se déchainent sur scène !

Toutes les photos : © Lorène Carpentier

La pièce avait été filmée pendant les restrictions Covid et diffusée à la télé. Je pense qu’il doit être possible de la retrouver  en replay ou sur YouTube!

Peut-être une tournée à l’horizon, si c’est le cas ne manquez pas la possibilité de rire franchement!

 

VOTRE VOTE
Rating:

Série culte sur Canal +, voici l’adaptation théatrale.

C’est en 1988 que Christian Fechner, Canal + et Pierre Lescure lancent Palace, et donnent carte blanche à Jean-Michel Ribes. Ce sera une série loufoque qui a permis au téléspectateur de découvrir de nouveaux visages, comme Valérie Lemercier, mais aussi des comédiens déjà célèbres, comme Jean Carmet, Philippe Khorsand, Jacqueline Maillan, Claude Pieplu (la voix des Shadoks!)=, François Rollin, François Morel, avec des apparitions de célébrités : Christian Clavier, Pierre Arditi, Roger Hanin, Gérard Lanvin, Pierre Mondy, Les Nuls, Jean Yanne ou Daniel Prévost.

L’époque est bien révolue où des stars faisaient ainsi des apparitions. Et pour l’adaptation théâtrale, vous vous doutez bien que la majorité n’étant plus de ce monde, ils ne peuvent donc être remplacés. Nouvelle distribution donc: Salim Bagayoko, Joséphine de Meaux, Salomé Dienis-Meulien, Mikaëm Halimi, Mgali Lange, Jocelyn Laurent, Philippe Magnan, Karina Marimon, Coline Omasson, Thibaut Orsini, Simon Parmentier, et celui qui a attiré notre regard depusi quelques comédies musicales : Gwendal Marimoutou, que l’on avait vu dans Résiste, Madiba et Saturday Night Fever.

C’est, une fois de plus vers lui que nos regards convergent, raison de plus pour le rencontrer à nouveau:

Palace, c’est au Théâtre de Paris

du mardi au samedi à 20h30 et dimanche à 15h30

Tarifs flash jusqu’au 9 novembre : de 12 à 32€

la bande annonce :

 

 

 

VOTRE VOTE
Rating:

Les seconds rôles ont souvent été de grands personnages dans le cinéma français, et Ludovic Berthillot est l’un d’eux et en parle sur la scène du Théâtre de dix heures.

Avec près de 200 films ou téléfilms, une dizaine de pièces de théâtre et un premier seul en scène en 2014, Ludovic Berthillot illustre à merveille la définition de l’immense Raimu sur les seconds rôles au cinéma : ”dans le gigot c’est qui est bon ce n’est pas la viande, c’est les pointes d’ail.” Mais il ne parle pas que de lui dans ce seul en scène, il parle  des autres ceux qui ont pour nom : Robert Dalban, Paulette Dubosc, Pauline Carton, André Pousse, Jean Carmet, mais on ne peut passer sous silence des Claude Gensac (celle qui fut Madame De Funés dans nombre de films), mais aussi Louis de Funès, qui fut longtemps cantonné dans ses seconds rôles, tout comme Michel Galabru ou Jean Lefebvre et nombre d’autres. Je ne cite que certains d’entre eux, malheureusement aujourd’hui disparus.

En 75 minutes Ludovic Berthillot leur rend hommage avec la participation du public, et rend hommage aux Gabin, Ventura, de Funès, Bourvil et à ce génie des mots, qui leur a offert des ‘partitions’ sur mesure, Michel Audiard.

Co écrit par Pierre Delavène et Jean-Philippe Zappa, on passe un moment sympathique avec ces souvenirs de personnes que certains ont connu, d’autres non, dans une mise en scène alerte d’un grand Monsieur du cinéma, Gérard Moulevrier. Mais le grand public ne connaît pas son nom. C’est pourtant lui à qui on doit le casting (choix des comédiens)  de films comme Bienvenue Chez Les Ch’tis,  les 3 films Camping, Astérix et Obélix contre César, mais aussi Pédale Douce, Les 3 frères et tant d’autres vu qu’il travaille ou a travaillé avec des réalisateurs célèbres comme Claude Berri, Bertrand Blier, Patrice Leconte, Yves Robert, Alain Corneau. Les grands acteurs sont son lot de tous les jours et ses meilleur(e)s ami(e)s s’appellent Juliette Binoche, Michèle Laroque, Gérard Depardieu, Audrey Tautou, Gérard Lanvin, André Dussolier…si je devais les citer tous, je manquerai de place dans cet article.

J’avais rencontré Gérard Moulevrier dans de nombreux Festivals de films, entre autres et c’était cette l’occasion rêvée de lui donner la parole. Entretien avec grand Monsieur, d’une élégance et d’une gentillesse sans pareille :Gérard Moulevrier:

SECOND RÔLE, c’est au Théâtre de Dix Heures

les mercredis à 21h30 et les samedis à 17h00

places 22€51, tarifs réduits disponibles

Renseignements  et réservations : 01 46 06 10 17 ou www.theatrededixheures.fr

 

quelques images extraites du spectacle :