Marlon Brando

All posts tagged Marlon Brando

Rating:

Décidément le théâtre Marigny sait nous envoyer au firmament des comédies musicales. Après le superbe PEAU D’ÂNE, voila GUYS AND DOLLS!

À New York (Broadway), des amateurs de jeux de hasard (craps) et  une Mission locale de l’Armée du Salut. Sky Masterson , qui ne sait pas refuser un pari, surtout lorsqu’il est certain de gagner accepte le pari proposé par Nathan Detroit : séduire la première jeune femme qu’il lui montrera et l’emmener dîner à Cuba (La Havane) Nathan lui désigne Sarah Brown, une sœur de la Mission,  et Sky entreprend de la séduire en prétendant aider la Mission qui connaît des difficultés. Mais l’amour va déjouer les plans de Nathan (qui tente de monter un établissement de jeux) et de Sky ; le premier a pour « fiancée depuis 14 ans » la chanteuse de night-club ‘Miss’ Adelaide qui voudrait vraiment qu’on lui passe enfin la bague au doigt ; le second ne sera pas insensible aux charmes de Sarah, et réciproquement…

Jean-Luc Choplin qui dirige le Théâtre Marigny a eu l’heureuse idée de présenter cette comédie musicale qui n’avait jamais été montée en France.

This is why Broadway was born (Voilà pourquoi est né!) , pouvait-on lire dans Newsweek, au lendemain  de la première de Guys and Dolls, le 24 novembre 1950.  À l’affiche du 46 street Theater, à Broadway, le musical y reste pour 1 200 représentations, jusqu’en 28 novembre 1953. Un record et une pluie de récompenses, cinq Tony Awards en 1951 : meilleur musical, meilleure chorégraphie, meilleure direction musicale, meilleur acteur (Robert Alda) et meilleure actrice (Isabel Bigley). Dès 1953 Guys and Dolls  traverse l’Atlantique pour le West End de Londres et enchaîne 555 représentations au London Colliseum. Hollywood s’empare de cette histoire pour en faire un film qui sort en 1955. Pour porter à l’écran, Guys and Dolls qui venait de connaître un succès  colossal sur scène, à Broadway, le producteur  Samuel Goldwyn veut des stars.; Marlon Brando dans le rôle de Sky Masterson et Frank Sinatra dans celui de Nathan Detroit. Le titre français : Blanches Colombes et vilains messieurs ! Et avec le réalisateur Joseph L. Mankiewicz aux commandes !

TOUTES LES PHOTOS : @ Julien BENHAMOU

Et maintenant pour une série limitée de représentations, voici Guys And Dolls sur une scène parisienne, en version originale avec des comédiens, chanteurs, danseurs qui méritent amplement la standing ovation à laquelle ils ont droit :

Delycia Belgrave:  Agatha, Brendan Cull : Calvin,  Adam Denman : Liver Lips Louie,  Emily Goodenough : Martha, Matthew Goodgame :  Sky Masterson, Joanna Goodwin :  Margie, Swing,  Clare Halse : Sarah Brown,  Christopher Howell : Nathan Detroit,  Barry James : Arvide Abernathy,  Ria Jones :  Miss Adelaide, Ian Gareth Jones :  Lt. Brannigan, Rachel Izen :  Générale Cartwright,  Thomas-Lee Kidd : Angie the Ox,  Bobbie Little : Mimi,  Louis Mackrodt : Jackson the Jock, Swing,  Ross McLaren:  Harry the Horse,  Robbie McMillan:  Society Max,  Joel Montague : Nicely-Nicely Johnson

Jo Morris :Betsy ,  Jack North : Rusty Charlie,  Alexandra Waite-Roberts : Mabel,  Matthew Whennell-Clark:  Benny Southstreet, Joey Biltmore,  Gavin Wilkinson : Big Jule

 

Ria Jones est vraiment la perle rare, qui reçoit toutes les ovations,même s’il faut bien souligner que les 4 rôles principaux, dont le sien, sont extraordinaires. On vibre avec eux, dans cette mise en scène pétillante signée Stephen Mear, qui signe aussi la chorégraphie dans des décors somme toute assez simples de Peter McKintosh, et des éclairages de Tim Mitchell. Si seulement toutes les comédies musicales étaient de cet acabit, de cette qualité, le nombre amateurs décuplerait. J’ai pris un plaisir énorme à cette production. Il faut dire que je faisais totale confiance  à Jean-Luc Choplin qui après avoir créé des spectacles dans les premières années d’existence de Disneyland, avait ensuite pris les rennes du Chatelet, où il avait pu monter ou offrir les tournées des plus célèbres comédies musicales, comme LA MELODIE DU BONHEUR, HELLO DOLLY, CARROUSEL, 42d STREET, UN AMERICAIN A PARIS, SINGIN’ IN THE RAIN, LE ROI ET MOI, MY FAIR LADY, parmi bien d’autres comme Les Misérables (dans sa version anglaise). Croyez bien que je n’ai pas regretté cette soirée, et que j’attends avec impatience de savoir quelles surprises nous réserve le Théâtre Marigny pour la saison prochaine!

120 représentations  jusqu’ au 27 juillet 2019

En soirée à 20h et en matinée à 15h le samedi et 16h le dimanche
Tarif : à partir de 36 euros jusqu’à 105€ en Carré Or

Réservations : 01 76 49 47 12

HORAIRES DES GUICHETS :

Lundi : 13H00 à 17H00

Mardi au Samedi : 13H00 à 18H00

Dimanche : 13H00 a 17H00

bande annonce et extraits :

 

Après SOY DE CUBA il a quelques mois, voilà un nouveau spectacle sur la musique cubaine, BAR AT BUENA VISTA, avec les dernières légendes vivantes sur scène

image003

 

Ambiance boisée et cuivrée. Vous entrez dans un bar de La Havane, l’un de ces endroits légendaires qui ont vu passer les Compay Segundo ou autre Ibrahim Ferrer. On pourrait  apercevoir le fantôme d’Hemingway se servant un autre daiquiri. C’est à ce moment là que le mythe redevient réalité : devant vous, le bassin d’une danseuse chaloupe sur « Chan Chan ». La musique et la danse prennent corps avec les dix-sept artistes au sommet de leur histoire pour revisiter les grandes heures du Buena Vista. Voici le sourire buriné de Reynaldo Creagh, 96 ans, qui entonne « Guantanamera ». Et c’est ainsi que vous êtes projeté plus de cinquante ans en arrière dans le mythe cubain, quand les campesinos tissaient leurs histoires, en improvisant sur de la musique latina. Maestro Guillermo, dit Rubalca Gonzalez, trimbale ses bagues et ses doigts ridés sur les touches jaunies de son piano. Les rythmes des percussions de Luis Mariano Valiente « Betun » ou la trompette d’Elpidio Chappotín Delgado vous embarquent pour le grand voyage dans l’écho des standards qui ont vu défiler ces années suaves. L’énergie est toujours là. Si bien qu’au Bar at Buena Vista, vous avez l’impression d’être les ultimes témoins d’une histoire universelle sur le fil d’une nostalgie  pleine de vie, comme Reynaldo Creagh, dernière sentinelle d’un phare qui, plus un demi-siècle après, continue à éclairer le monde.

BAR AT BUENA VISTA 12 BAR AT BUENA VISTA 11

L’idée de ce spectacle musical est née lorsque le directeur artistique de la troupe, Toby Gough, a rencontré le véritable barman du Social Club, qui préparait en fait des cocktails dans tous les bars de légende de la Havane. Il a eu envie de prendre, en plus des musiciens, le bar de légende. C’est dans ce bar que des noms prestigieux ont bu leurs cocktails en écoutant les plus grands musiciens : Marlon Brando et Marylin Monroe appréciaient cet endroit magique.

BAR AT BUENA VISTA 9 BAR AT BUENA VISTA 8

Bien des années plus tard, vous verrez ces personnages sur scène que furent: Siomara Alvilla Valdes (chanteuse), Julio Alberto Frenandez (chanteur), Reynaldo Creagh (chanteur),  (pianiste),  (percussionniste) et le jeune Leo Gamboa Almaguer. Ils sont très nombreux sur la scène, comme Elpidio Chappotin Delgado à la trompette, sous la chorégraphie de , tous autour du  barman, Capullo, en hommage au fameux Arturo Lucas aujourd’hui décédé.

Il faut avoir vu ces anciens,  certains ont plus de 90 ans, chanter avec leur voix intacte, danser comme des jeunots, jouer du piano comme des ados doués. C’est incroyable. La salle adore, se lève, mène le rythme avec les mains, avec les pieds. Ce spectacle restera dans notre mémoire pour longtemps. Ces anciens sont bien plus jeunes que nombre d’entre nous. N’hésitez pas, si vous avez l’occasion de les voir, à Paris, ou ailleurs, vous ne le regretterez certainement pas. Voilà ce qui s’appelle la joie de vivre!

 

BAR AT BUENA VISTA 7 BAR AT BUENA VISTA 2 BAR AT BUENA VISTA 1

PHOTOS : @ PHILIPPE FRETAULT tous droits réservés.

Le bar at Buena Vista se produira pour 6 représentations uniquement en France

les 4, 5 et 6 décembre au palais des Congrès à Paris, le 7 décembre à l’Amphi 3000 de Lyon, le 9 décembre au Silo de Marseille  et enfin le 10 décembre  au Zenith de Montpellier  .

Pour les places à Paris, le tarif est de 32€ 65€ et 83€

Réservations: www.viparis.com, fnac.com et www.ticketnet.fr, tél surtaxés : 0892 683 622 et 0892 390 100 ou 0892 050 050

Bande annonce du spectacle :

Le spectacle à Zurich :

et enfin un medley:

Rating:

Une histoire vraie qui plaira aux amateurs de Jazz………et aux autres!!

téléchargement

Cela se passe au début des années 60, où Monica, une jeune et jolie suédoise a décidé qu’elle serait chanteuse de jazz, mais pas une simple chanteuse…une célébrité! La carrière de ses rêves l’emmène tout d’abord à Stockholm, puis à New York. C’est dans cette métropole qu’elle va croiser Ella Fitzgerald, Miles Davis ou encore Bill Evans. Mais tout cela a quand même un prix, et il est très élevé; Elle va sacrifier sa vie de mère pour pouvoir assouvir sa volonté . Monica Zetterlund fut une immense vedette dans son pays. elle était non seulement chanteuse de jazz, mais actrice dans des comédies musicales, elle représenta deux fois son pays au concours de l’Eurovision. On dit qu’elle fut courtisée par Marlon Brando et Miles Davis, qu’elle a dégusté du Champagne avec Sammy Davis Jr. ce film retrace surtout sa vie personnelle,  ses relations avec son père, avec sa fille, avec son amant suédois, le tout sur fond de musique.

monica036 monica035 monica034 monica033 monica032

Côté musique, c’est du jazz qui s’écoute facilement, des titres que tout le monde connaît, et qu’elle saura faire connaître dans son pays d’origine, en les adaptant avec des paroles suédoises.. Le titre du film est une adaptation de Waltz For Debby, qu’elle enregistra avec Bill Evans et qui est considéré comme un des titres les plus importants du répertoire suédois.

téléchargement (8) téléchargement (7) téléchargement (6) téléchargement (5) téléchargement (4) téléchargement (3)

Le réalisateur, Per Fly a réussi à trouver des comédiens de talent et plus particulièrement celle qui prête ses traits à Monica : Edda Magnason, qui est elle même chanteuse, pianiste et compositeur.Les autres acteurs, quelque soit leur talent sont écrasés par celle qui avale l’écran par la présence. Je dois avouer que pour quelqu’un qui n’est pas du tout réceptif au jazz moderne, la musique et les titres que l’on entend dans ce film ne manquent pas de tempo et que l’on bouge sur son siège en rythme. Ce Valse pour Monica est vraiment un bon film qui mérite vraiment le détour.

téléchargement (2) téléchargement (1) images images (2) images (1)

le film annonce en vost :