Jazz

All posts tagged Jazz

Le chant de LIZ McComb, de l’esclavage aux Invalides donnera lieu à un concert superbe aux Invalides à Paris

Le monde s’apprête à commémorer les 400 ans de l’un des pires crimes contre l’humanité : la déportation en Amérique, en 1619, du premier contingent d’esclaves africains.   Leurs descendants, évangélisés, ont inventé un chant original, le « negro spiritual». Blues, gospel, jazz, soul, rn’b, reggae, rock, rap…toutes ces musiques modernes en sont issues !   Pendant le même Grand Siècle, l’ouverture « à l’italienne » devient la « sinfonia » et le signe de distinction des élites européennes, enrichies par le commerce triangulaire.  Ces musiques évoluent chacune dans son propre ghetto, sans presque jamais se croiser.


Les deux termes de cette dialectique transatlantique fusionneront en une splendide apothéose dans la Grande Cour des Invalides, pour la clôture de la 18ème saison des « Opéras en plein air » qui ont invité la Diva Africaine-Américaine Liz McComb, pour une rencontre historique entre spiritual et symphonie, au fil des sublimes mélodies de George Gershwin, Jerome Kern, Duke Ellington…et Liz McComb… accompagnée par l’Orchestre Symphonique des Opéras en Plein Air sous la baguette de Nicolas Guiraud.

Personne n’incarne mieux que Liz McComb cette fameuse devise du Cantor de Leipzig : avec sa foi chevillée à sa voix, un swing irrésistible, et cette joie extatique, teintée de blues doux-amer, qui épice et illumine son chant pour en faire un délicieux enchantement… Oui, grande prêtresse de la « soul », citoyenne d’un ciel noir, nocturne et méditatif, qui se situe bien au-delà de la vénalité d’un certain gospel contemporain, banalisé sinon frelaté, Elizabeth McComb « délasse les âmes », elle distille inlassablement le bonheur, l’espérance et la sérénité.

Sa musique est digne, émotive, humaine, pieuse, aussi pure et sincère que celle de Bach, mais aussi très «aguichante» pour ne pas dire érotique ou sensuelle…  (qui croit à part les Puritains que Bach ne l’était pas aussi, lui qui conçut vingt enfants avec ses deux épouses officielles ?)  Liz McComb émerveille tout autant « celui qui croit au ciel » que « celui qui n’y croit pas » pour reprendre la formule du marxiste mystique Louis Aragon…  Il y a dix ans, la Diva du Gospel faisait sensation à l’Auditorium Ravel de Lyon, avec une synthèse inouïe entre negro spiritual et musique symphonique, sous la baguette complice de Kristjan, le dernier né des Järvi.

Rencontre avec cette immense artiste:

 

Château d’Haroué/Lorraine : Dimanche 2 Septembre 18h (29-39-49-60€)
Hôtel National des Invalides : Dimanche 9 Septembre 18h (39-49-59-75€)

Réservations dans les points de vente habituels

 

De ses origines à aujourd’hui, des siècles de black music sur scène.

Affiche hauteur Black Legends

J’ai eu l’occasion de voir ce spectacle dans une version ‘complète’, qui devrait différer de celle qui sera présentée au public d’ici quelques semaines. Ce que vous allez lire n’est donc peut-être pas le reflet exact de ce que vous pourrez voir aux Folies bergère  du 19 Mars au 5 Avril Prochain. En effet la version que j’ai vue est très (trop) longue et nécessite des coupes pour rester dans la norme. Le spectacle début justement sur les morceaux les plus faibles, qui mélange, de bout en bout le côté politique et la musique. Ce qui fait qu’on remonte en Afrique, avant l’esclavage, puis du temps de l’esclavage, et cette traversée du temps nous offre l’occasion d’entendre les rythmes africains, les chants des esclaves, puis, toujours en traversant les siècles, tout ce qui a touché la black culture, avec des moments très forts, comme le Cotton Club, Cab Calloway, le jazz New Orleans, avec la seconde guerre mondiale, puis tout ce que nous connaissons, et les blacks qui sont entrés dans la légende de la musique, qu’il est impossible de citer dans leur intégralité, avec des Aretha Franklin, Tina Turner, James Brown ou Michael Jackson. Parmi les meilleurs moments, ceux qui ont montré au monde que la musique black pouvait faire danser les autres, comme la célèbre Motown!

black Legends-147

Les comédiens-chanteurs-danseurs sont tous remarquables, avec quelques voix bien puissantes. Ils sont une bonne trentaine sur scène, avec, ce qui est important, les 9 musiciens sur scène. Produit par Béatrice Troin et Bruno Da Cruz, sur une mise en scène de Valery Rodriguez, le spectacle vous fera découvrir les liens entre tous les styles. Toutefois, sans être à la mis en scène, le spectacle doit subir des coupes. Quand je l’ai vu, il durait environ 4 heures, et cela semble long. Plus particulièrement dans la première partie. On sait que les blacks ont subi l’esclavage, la ségrégation, que le président actuel est black, alors pourquoi nous en rebattre les oreilles avec des numéros trop longs, qui ne font pas avancer le spectacle, mais le ralentissent. Les numéros chantés et dansés se suffisent, pourquoi nous infliger des dialogues qui n’apportent rien. Lorsqu’on entend les stars comme Aretha Franklin, les Supremes, on vibre, on a envie de chanter, pas besoin de dialogues. Exemple de dialogue et scène inutile? Obama élu président. Il aurait suffi d’un minuscule extrait en radio et télé annonçant sa victoire et on passe à la suite, idem pour les esclaves, pour le Ku Klux Klan, et bien d’autres, comme le Hip Hop, trop long. La production a fait des coupes m’a-t-on dit, et lorsque le spectacle sera présenté aux Folies Bergère, il ne durera que deux heures.

black Legends-2

Donc, à l’heure actuelle, je pense que la tournée en France avant les représentations parisiennes  va permettre à la production et au metteur en scène de peaufiner le tout, et que vous verrez un spectacle abouti, avec des chorégraphies qui vous donneront envie de vous lever pour les applaudir.

Voici d’ores et déjà les dates restantes de la tournée en Ile de France :

30 Janvier : Siant Maur des fossés

7 Février Villeneuve St Georges

12 Mai : Boulogne Billancourt

21 Mai Poissy

et bien entendu du 19 Mars au 5 Avril aux Folies Bergères

Pour ces représentations, du jeudi au samedi à 20h00, avec matinées samedi à 16h00 et dimanche à 17h00, le prix des places est de 42€ à 95€, dont le carré Or à 85€.

Réservations au guichet du théâtre, sur le site internet : www.foliesbergere.com et par tél (surtaxé) 08 92 68 16 50, ainsi que dans les points de vente habituels

 

la bande annonce :

Rating:

Une histoire vraie qui plaira aux amateurs de Jazz………et aux autres!!

téléchargement

Cela se passe au début des années 60, où Monica, une jeune et jolie suédoise a décidé qu’elle serait chanteuse de jazz, mais pas une simple chanteuse…une célébrité! La carrière de ses rêves l’emmène tout d’abord à Stockholm, puis à New York. C’est dans cette métropole qu’elle va croiser Ella Fitzgerald, Miles Davis ou encore Bill Evans. Mais tout cela a quand même un prix, et il est très élevé; Elle va sacrifier sa vie de mère pour pouvoir assouvir sa volonté . Monica Zetterlund fut une immense vedette dans son pays. elle était non seulement chanteuse de jazz, mais actrice dans des comédies musicales, elle représenta deux fois son pays au concours de l’Eurovision. On dit qu’elle fut courtisée par Marlon Brando et Miles Davis, qu’elle a dégusté du Champagne avec Sammy Davis Jr. ce film retrace surtout sa vie personnelle,  ses relations avec son père, avec sa fille, avec son amant suédois, le tout sur fond de musique.

monica036 monica035 monica034 monica033 monica032

Côté musique, c’est du jazz qui s’écoute facilement, des titres que tout le monde connaît, et qu’elle saura faire connaître dans son pays d’origine, en les adaptant avec des paroles suédoises.. Le titre du film est une adaptation de Waltz For Debby, qu’elle enregistra avec Bill Evans et qui est considéré comme un des titres les plus importants du répertoire suédois.

téléchargement (8) téléchargement (7) téléchargement (6) téléchargement (5) téléchargement (4) téléchargement (3)

Le réalisateur, Per Fly a réussi à trouver des comédiens de talent et plus particulièrement celle qui prête ses traits à Monica : Edda Magnason, qui est elle même chanteuse, pianiste et compositeur.Les autres acteurs, quelque soit leur talent sont écrasés par celle qui avale l’écran par la présence. Je dois avouer que pour quelqu’un qui n’est pas du tout réceptif au jazz moderne, la musique et les titres que l’on entend dans ce film ne manquent pas de tempo et que l’on bouge sur son siège en rythme. Ce Valse pour Monica est vraiment un bon film qui mérite vraiment le détour.

téléchargement (2) téléchargement (1) images images (2) images (1)

le film annonce en vost :